Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La police défend-elle le peuple ou l’oligarchie ?

Malaise chez les CRS

Le soulèvement des Gilets jaunes n’a pas seulement affaibli le pouvoir gouvernemental et fait sortir du bois le pouvoir profond, il a aussi éreinté les forces de l’ordre. Depuis six mois, et avec des pics terribles, notamment le 1er décembre 2018, les policiers, CRS et autres gendarmes ont dû faire face à des vagues de contestation ininterrompues. L’usure physique et mentale est là, et des voix se font entendre de l’intérieur, c’est le cas de le dire, pour dénoncer de manière indirecte une politique de confrontation permanente.

 

Le policier et le gendarme ont un devoir de réserve, mais le citoyen peut parler, en off bien entendu. Un CRS « 20 ans d’âge » s’est adressé à France 3, une fois n’est pas coutume. Car normalement, tout passe par Le Parisien, le journal qu’on dit inféodé au ministère de l’Intérieur : il a toujours les meilleurs scoops sur la délinquance et sur la police. Le boss de la police, Christophe Castaner, est sur la sellette, mais pas pour sa répression démesurée des Gilets jaunes, vous allez le voir.
Commençons avec le CRS basé à Toulouse, où ont eu lieu des affrontements pas piqués des hannetons...

« Une fatigue physique et psychologique liée à l’intensité de notre travail et surtout aux violences que l’on subit directement. Moi, en 20 ans de service, j’ai rarement vu autant de violences à l’encontre des forces de l’ordre. On ressent vraiment une haine anti-flic très profonde.
Le samedi 1er décembre, il y a vraiment eu une volonté de s’en prendre aux forces de l’ordre directement. Il y a une intention de blesser, d’attenter à la vie des policiers. Je n’avais jamais été confronté à ça. Ce 1er décembre j’étais engagé à Paris et j’ai été extrêmement surpris par la tournure des événements.
Il y a des compagnies qui à 9 heures du matin n’avaient déjà plus de grenades. Elles ont été obligées de renouveler leur stock 3 fois dans la journée, c’est du jamais vu. Sur les radios des CRS, on entendait des commandants de compagnie qui appelaient à l’aide, demandaient des renforts parce qu’ils étaient débordés et leurs hommes en danger.
En fait on se sent dépassés par la haine dirigée contre nous, on ne se sent pas en sécurité. On est en sous-effectif la plupart du temps. Une compagnie de CRS face à 5 000 personnes qui veulent casser du flic cela ne suffit plus. »

 

Puis la conversation en arrive à l’utilisation des LBD, qui ont fait couler beaucoup d’encre et beaucoup de sang.

« Que pensez-vous de la polémique autour des armes que vous utilisez, notamment les LBD, les lanceurs de balle de défense ?
Le maintien de l’ordre c’est notre cœur de métier, donc on est plus habitués à l’emploi de ces armes que d’autres collègues policiers parce qu’on a vraiment été entraînés pour ça. Pour les CRS, leur usage est très réglementé, uniquement sur ordre. Il a pu y avoir des tirs inappropriés, mais des fois vous vous sentez tellement acculés, tellement en danger physiquement que vous parez au plus urgent. Vous avez beau être très professionnel, c’est le seul recours pour protéger votre vie.
Mais j’ai remarqué que pour les LBD, la taille du projectile a changé. Aujourd’hui la balle est plus petite, du même diamètre que l’œil. Donc quand le projectile tape accidentellement au niveau du visage les dégâts sont plus importants. »

Les forces de l’ordre, prises entre deux feux, celui d’un gouvernement qui passe ses lois antisociales en force et celui des Français qui en ont marre de la paupérisation programmée, sont en train de craquer, même si la France a une longue expérience du maintien de l’ordre. Sarkozy, pendant les émeutes des cités de 2005, se félicitait qu’il n’y avait pas eu de mort, à part les deux jeunes dont la mort accidentelle avait tout déclenché (Zyed et Bouna).

L’interview se termine sur un constat (personnel) pessimiste :

« Là chez nous on a atteint le point de rupture, il faut vraiment que cela s’arrête parce qu’on va tomber malade, il va y avoir des burn-outs, des situations familiales ingérables qui peuvent entraîner des suicides. Personnellement je veux arrêter, pas quitter la police, mais ne plus être CRS. Cela devient trop dur, les conditions ne nous permettent plus d’exercer ce métier correctement. »

Depuis le début 2019, la gauche (mélenchonniste) a tenté de récupérer le mouvement des Gilets jaunes. On a vu fleurir des « Tout le monde déteste la police » après les tentatives de réconciliation des premiers temps entre manifestants et forces de l’ordre. La gauchisation du mouvement sous l’égide du duo Branco-Ruffin est manifeste, mais les Gilets jaunes, on l’a vu, se replient prudemment dans leurs provinces.

Tout le travail du Média de Mélenchon a consisté à dénoncer les violences et bavures policières. Par bavure on entend violence non autorisée par la loi. Cet axe d’attaque politique a été d’autant plus facile à utiliser que pendant le feu de l’action, et pendant les moments de panique, tout peut arriver, du côté des hommes en armes. Cependant, il y a des actes inexplicables, voire inqualifiables.

 

Si la vidéo s’affiche mal, la lire ici

 

Couverts par l’exécutif, ces exactions ont nourri le sentiment anti-police qui prévalait en France avant les attentats de 2015, et qui s’était atténué depuis. Aujourd’hui, il repart de plus belle, une manière pour le gouvernement de détourner la colère du peuple vers la police, qui fait aussi partie du peuple !
Les sorties de Castaner et consorts à ce sujet ont été assez provocantes. Prendre le parti de sa police contre un peuple en colère est un choix qui réveille la gauche anti-flics.

 

 

Sur les réseaux sociaux, les comptes officiels de la Police nationale se font étriller, la plupart du temps par des anonymes. Lorsqu’elle lance ses tutos pour les engagements, les réponses du public sont terribles, et les réactions des policiers en ligne, souvent d’ailleurs des femmes de policiers, aussi violentes. Dire qu’il s’agit de devenir gardien de la paix !

 

 

Dans cette archive, Emmanuel Macron promettait de ne rien laisser passer :

 

 

Mais aujourd’hui, les choses ont bien changé. Sans la police, il serait débarqué illico de son palais de l’Élysée. La police française n’est plus seulement une police de maintien de l’ordre, elle est devenue malgré elle une police de protection de la politique antisociale décidée par la Banque.
C’est la police de l’oligarchie.
Cette polarisation dangereuse est la seule et dernière défense d’un pouvoir à l’agonie. Espérons que la déchirure programmée entre les Français et leur police cicatrice un jour... sur le dos de l’oligarchie, histoire d’enrayer le conflit triangulé.

 

Christophe Castaner attaqué par Meyer Habib
sur le rôle de la police pendant l’Occupation

Comme prévu, le pouvoir profond augmente la pression sur le pouvoir visible. Le 9 mai 2019, le député des Français de l’étranger Meyer Habib, proche de Netanyahou, s’en est pris au ministre de l’Intérieur, déjà rincé par sa politique anti-Gilets jaunes et par les engueulades de Macron. Que reproche Habib à Castaner ? D’avoir rendu un hommage aux policiers résistants lors des cérémonies du 8 mai.

 

 

Voici le tweet du pouvoir visible qui a provoqué l’ire du pouvoir profond, qui tire une partie de son pouvoir du chantage à Vichy et à l’antisémitisme :

 

 

Crime de lèse-lobby du ministre pourtant complètement aplati devant ! Il fallait dire que les policiers français étaient des fascistes, voire des nazis, et Castaner aurait été tranquille. Un député morigène donc un ministre – on saisit la vraie hiérarchie des pouvoirs – en ces termes :

« Des policiers qui ont combattu l’oppression, qui ont fait le choix de la résistance, oui il y en a eu, mais trop peu. Monsieur le ministre, à vous lire, et c’est peut-être une maladresse, on avait l’impression que c’était la norme, la majorité. Et je me fais l’écho de très nombreux messages de déception, d’émotion, voire de colère que j’ai reçus de fils et des filles de rescapés. Même si certains policiers ont fait le choix du courage, de l’honneur, le choix de la Résistance, certains ont même été Justes parmi les nations, je crois qu’il y en a eu près de 70, l’écrasante majorité hélas ont fait à l’époque le choix de la Collaboration, a minima de la passivité en exécutant les ordres de l’État français, à l’époque. Simple rappel : le 16 juillet 42, au Vel’ d’Hiv’, ce sont 9 000 policiers français monsieur le ministre et gendarmes... qui ont raflé très exactement 13 152 enfants juifs [1] dont 4 615 enfants... »

 

 

« Simple rappel »... à l’ordre du ministre de l’Ordre !
Tout est dit, fermez le ban.

Notes

[1] Dans son émotion, Meyer est victime du syndrome de l’inflation.

Une police durement éprouvée, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La police défend-elle le peuple ou l’oligarchie ?

    Pour celles et ceux qui en doutaient encore, je crois que ces six derniers mois répondent à la question.

     

    • #2195415

      Les excès ont la fâcheuse manie de s’accumuler pour donner les résultats les plus inattendus et souvent les pires. Les policiers sont censés défendre l’ordre d’un ordre dont ils ne sont nullement responsables et s’ils le sont, ils le sont au même titre que n’importe quel citoyen. Si on blâme le policier, on doit blâmer le citoyen qui a concouru à l’établissement de l’ordre qu’il défend. Donc, on ne peut s’en prendre qu’à l’ordre établit avec à la clé un nouvel ordre viable et meilleur de préférence, sinon on rentre chez soi et on se tait. Quant à ce Habib Meyer qui ne trouve rien à faire qu’ajouter de l’huile au feu dans une situation tendue et inextricable, il montre par son attitude et ceux qu’il représente, qu’il est incapable de dépasser les limites géographiques de son nombril tout en le prenant pour le nombril du monde entier. Question modestie, il n’y a pas de quoi nourrir un chat.


    • #2195698

      @vaurien
      L’ordre établi ne s’arrête pas au croisement des rues, il tient aussi en sous entendu de l’ordre socio économique, ou institutionnel. Quand le peuple se soulève pour améliorer son sort aussi bien économique qu’institutionnel car les choses sont devenues inversées. Des policier vont à son encontre, ils sont censés protéger qui à votre avis ?
      PS : je n’ai jamais manifesté à Paris, je suis tous les samedis sur notre rond point en province avec mes camarades.


    • #2195777

      @ Pitchou
      D’abord, éclaircissons les choses. De principe, je suis avec les gilets jaunes de coeur et d’esprit, mais j’ai des doutes sur leur capacité à ébranler l’ordre établi qui est historique et établi comme son nom l’indique. Que les gilets jaunes puissent obtenir quelques satisfactions à certaines de leurs revendications, c’est toujours méritoire et c’est mieux que rien, mais il y a des risques de dérapages contre lesquels il faut se prémunir. Comme je sais que je ne peux ni déclencher une révolution, ni l’arrêter, parce que cela fait partie de phénomènes non décidables et non maitrisables à un pourcentage raisonnable, donc je ne fais qu’apporter le peu d’éclaircissements que je puisse avoir sur ce phénomène et aider à réfléchir autant que faire se peut.


    • #2196604

      @vaurien
      Personne n’a la capacité de déclencher une révolution tout seul, c’est bien entendu. La question est, que défend la police dans le cas qui nous intéresse ?
      A un moment et au vu de la durée du mouvement Gj, on peut légitiment se poser la question même si l’on ne considère pas ce mouvement comme une révolution. Les forces armées sont attachés à la sécurité des français, c’est en tout cas ce qui est écrit dans nos institutions. Dès lors, comment se fait t’il que ces mêmes force de l’ordre ne défendent que les intérêts d’une oligarchie qui ne veut rien lâcher de ses privilèges. Je ne crois pas que la France se porterait plus mal avec des lois et un fonctionnement plus démocratique proche du citoyen éclairé sur les enjeux et le défis qui attendent nos enfants, ne serait ce que le réglementent de la dette. Conclusion, à mes yeux les forces armés défendent le désordre dans tous les domaines instauré par une caste infime en France.


  • #2195276

    "Je trouve assez insupportable quand on entend ’répressions policières’, ’violences policières’ alors qu’aujourd’hui le seul blessé grave qu’on a eu c’est un policier qui a pris un pavé en pleine figure"
    il faudrait qu’une femme GJ lui tartine la tronche à cette garce

     

  • #2195339

    Pour un CRS, il maîtrise parfaitement la langue française. Son français impeccable est digne d’un jeune étudiant en lettre. Bizarre !


  • #2195340
    le 10/05/2019 par matrix le gaulois
    La police défend-elle le peuple ou l’oligarchie ?

    une manière pour le gouvernement de détourner la colère du peuple vers la police, qui fait aussi partie du peuple !



    Non, je suis désolé, mais vous aurez beau parler des gauchistes, des black blocks, de Mélenchon, du Média, etc. ... Cette interview d’un petit agent de terrain prouve que ce n’est pas du peuple que vient la haine et que l’on ne peut pas blâmer que les ordres en haut lieu...le péché est également à la base. J’ai participé à suffisamment de manifestations gazées alors qu’il n’y avait pas plus de 3 ou 4 black blocks / antifa / anar pour dire que tout ça, c’est de la blague ... se focaliser sur les couillons d’extrême-gauche sans arrêt, sans arrêt, en occultant les GJ : c’est justement faire le jeu du gouvernement, des médias et...de l’extrême-gauche qui adore être au centre de tout.

    Pourquoi n’ai-je pas vu la moindre trace de mansuétude à l’égard des manifestants blessés dans les paroles de ce monsieur ? Pourquoi ai-je le sentiment qu’on décrit les GJ comme un troupeau de brutes assoiffés du sang des policiers ? Pourquoi ai-je l’impression que finalement, le petit CRS qui pleurniche sur France 3 et Christophe "maffieux" Castaner semblent finalement se ressembler plus qu’on ne le dit ?

    Le divorce, ce n’est pas le peuple qui l’a consommé, ce sont les forces de l’ordre qui, je suis désolé de le dire, agissent comme une caste qui espère, par ses légères difficultés rencontrées et ses quelques suicides surmédiatisés (et quid des petits patrons et des paysans qui se suicident ?), obtenir augmentations et avancements.

    En gros, tout pour ma gueule à moi et aux miens, rien pour le peuple, l’honneur, le devoir, la patrie ... très éloquent !

    Je commence à en avoir sérieusement marre du "on est avec vous" distribué entre 2 coups de matraques.

    S’ils sont réellement du peuple, qu’ils le prouvent, qu’ils se mettent eux-même en grève. Jusqu’à maintenant, on a RIEN vu de positif venant de la police, RIEN.

    Alors arrêtons de pleurer sur les malheurs de gens qui les provoquent eux-mêmes. Merci bien.

     

    • #2195451

      magnifique message tout est dit


    • #2195494

      Entièrement d’accord... J’ai souvent constaté qu’ils ne se sentaient pas du tout solidaires du mouvement, avec ce petit complexe de supériorité teinté d’agressivité à l’encontre des manifestants. Et franchement, je trouve leur ministre digne de ce qu’ils sont, et inversement...


    • #2195581
      le 10/05/2019 par The Médiavengers Zionist War
      La police défend-elle le peuple ou l’oligarchie ?

      Merci Matrix, c’est ce que je voulais écrire peu ou prou, mais là je sature entre les pauvres crs et les pauvres gauchistes...


    • #2195593
      le 10/05/2019 par burnes d’août
      La police défend-elle le peuple ou l’oligarchie ?

      Tout a fait d’accord ! Un zèle particulier à frapper et mutiler des français de souche mais d’une prudence délicate dans les émeutes de banlieues ! Rien à attendre de ces mercenaires de l’oligarchie !


    • #2195603

      Cher Ami Matrix,

      Je vous remercie pour ces phrases que j’aurais pu écrire. J’ai mis mon gilet jaune le 1er décembre (avec 2 semaines de retard) et j’ai occupé alternativement 2 ronds points dans une périphérique au sud-ouest de la Garonne. J’ai participé à 17 mainfestations à Bordeaux et j’ai bien vu ce que j’ai vu. Les antifas et les black-blocs sont une poignée par rapport à la foule des GJ. Ensuite, la violence et l’arbitraire policiers se sont manifestés très vite. J’ai vu de mes yeux (j’ai encore les deux) des tirs de LBD dans la foule, de dos, alors que nous étions pourchassés et inondés de gaz lacrymogènes. Ce jour-là ils avaient bouclé toutes les rues perpendiculaires au cours Pasteur, entre Pey Berland et la Victoire, ne laissant aucun moyen d’échapper à la pluie de grenades lacrymogènes. J’ai vu un CRS lancer une grenade de désencerclement dans nos pieds, à mes pieds, alors que nous ne représentions aucune menace et traversions le cours Victor Hugo dans le calme. J’ai vu les salopards de la BAC (eux ce sont vraiment des crevures) venir interpeller au hasard des gens place de la Bourse, sans ménagement. Je les ai vus dans les petites rues, après les manifs, chasser les imprudents qui partaient en n’ayant pas eu la prudence d’ôter leur gilet. J’ai manifesté avec un autre gilet jaune qui venait d’être verbalisé deux fois de 135 euros dans la même journée. J’ai vu à deux reprises Jean-Marc Michaud, après sa blessure, et ai pu parler avec lui. Il nous a raconté comment ça s’était passé, comment le flic l’a visé délibérément au visage. Comment, alors qu’il se tenait devant des CRS pour les défier et leur montrer sa colère, un d’eux lui a dit : "Toi dégage ou on te fait l’autre". J’ai vu les flics infiltrés dans la foule (on les reconnait à dix mètres à la ronde) et aucun n’a jamais tenté quoi que ce soit, ni demandé d’intervenir contre la petite vingtaine de gauchistes pré pubères qui se voyaient aussi comme le nez sur la figure. J’ai vu ce que j’ai vu et, quand je lis certains commentaires ici, je vois au bout de quelques lignes qu’ils sont écrits par des gens qui n’ont jamais mis les pieds dans une manif de GJ. Alors ne m’emmerdez pas avec la police, elle s’est une fois de plus déshonorée alors que les gendarmes se sont plutôt bien comportés et, en tant qu’ancien officier de réserve, je les salue.


    • #2195613

      d’accord avec Matrix
      de plus ou était il ce crs quand les banlieues cramaient " je n’ai jamais vu autant de tsoin tsoin ...."


  • #2195345

    Référence : la police en 40...Comme çà on est fixé.


  • #2195349

    A voir la repression sur le peuple qui revendique simplement ses droits , le racket subit par les automobilistes , les quartiers entiers abandonnés aux dealers , le fichage systématique de la population à chaque instant de la vie , les moyens informatiques d’ agir à distance sur la vie privée des citoyens , le matraquage quotidien de la propagande médiatique aux ordres de l’oligarchie parasite qui se vautre sous les ors de la république aux frais des laborieux qui sentent le garrot des racketteurs se resserrer un peu plus chaque jour etc...etc.... ! La question de savoir qui défend quoi , ne se pose pas , tant la réalité est " aveuglante " !!!


  • #2195370

    Réponse au CRS 20 ans d’âge et à toutes les forces de l’ordre.

    Vous voulez quoi ? Que tous ceux qui ont perdus un œil, une main, une mâchoire, fracture du crâne, ceux frappés ou morts, les centaines incarcérés, les millions de personnes insultées, a qui ont ment en permanence envoient des fleurs à vos femmes ?

    Et oui, le peuple qui travaille pour vos et nos Maîtres (que vous défendez avec zèle) souffre et veut survivre. Cher Monsieur ne faites pas d’inversion accusatoire !!

    Qui est lourdement armé et très protégé physiquement et juridiquement ? Faisons le compte des morts et handicapés à vie entre les forces de "l’ordre" et une population que vous êtes censé protéger ?

    Malheureusement pour vous et le pouvoir aujourd’hui tout le monde filme et la propagande des médias ne fonctionne plus très bien. La vérité éclate de partout et vos Maîtres et vos collègues ont du mal à la contrôler. Le peuple est la vie même, Monsieur. Une grande majorité des dirigeants de ce monde et leurs sou-fifres sont les cellules cancéreuses qui entraînent l’humanité à sa perte ...

    Alors choisissez votre camp, mais ne vous étonnez pas d’être confronté à des forces vives. C’est la vraie vie qui parle à travers les Gilets Jaunes, Monsieur.

     

    • #2195455
      le 10/05/2019 par Père Tremblot
      La police défend-elle le peuple ou l’oligarchie ?

      Très juste. Maintenant et pour ce qui advient, choisis ton camp camarade. Et pour les forces du désordre capitaliste, que les bonnes âmes qui se trouvent dans leurs rangs réfléchissent à l’exemple que le colonel Louis Rossel leur lègue à travers le temps... En effet, qu’ils soient bien pénétrés du fait que tout ceci n’est qu’un début, une répétition générale.


  • #2195407

    Et bien il est évident que les forces de l’ordre défendent le pouvoir en place et donc l’oligarchie, il n’en a jamais été autrement, sauf rares cas exceptionnels de retournement, et c’est normal ils sont payés pour cela, c’est leur fonction par essence ! Je n’ai jamais cru à une solidarité avec le peuple dont ils font pourtant partie, sauf confidentiellement et ça peut se comprendre, par contre le zèle dont ils ont fait preuve est étonnant, peut-être une vengeance pour toutes ces années échevelées où la police a été insultée et incriminée systématiquement et souvent à tort, alors là qu’ils peuvent y aller ! Par contre cette dérive du pouvoir, du droit, de la constitution est hyperinquietante, le malaise de la police n’en est pas moins certain, quant aux CRS, les SS de 68, et la gendarmerie, dépendant de l’Armee, je ne sais pas trop l’état d’esprit de la base, mais ils sont plutôt disciplinés et obéissants, qu’en attendre ?


  • #2195450

    C’est marrant ca, Castagnette qui ne tiens que par sa police et qui est obligé de flatté les FO en permanence se trouve contraint de les accusés de collabos.

    Cela dit, par définition la police obéi au pouvoir profond, hier c’était Vichy aujourd’hui c’est Bruxelles, et tous ce qui ce cache derrière.
    Il ne faut pas espérer quoi que ce soit de la police, elle fait très bien son travail, d’ailleurs ca l’épuise.
    Une fois que le peuple français aura conquis sa souveraineté il sera temps de mettre au pas ces milices armés de la bourgeoisie et de réorganisé leurs missions pour le bien commun.


  • #2195507

    la police travaille pour les banques et les assurances, ça s arrête là, la première chose qu’ ils font une fois arrivés sur un accident, ils prennent des photos, des prises de sang etc. pour voir si des fois on pourrait pas faire faire quelques économies a l assureur, y a plus de justice en France, tu te fait voler par tout le monde, même les impôts te vole, et quand ils se serviront directement sur ton compte avec ton autorisation qui de toute façon sera obligatoire, j imagine déjà l horreur ! tiens moi je viens de payer une amende parce que la route que j ai emprunté est soit disant passée a 80 km, ah bon ! depuis quand parce que moi j en était resté sur la déclaration du ministre qui semblait dire que finalement ils revenaient en arrière sur cette mesure... ce que je veux dire c est que de toutes façons leurs lois changent constamment et qu’ on y comprend plus rien, j ai l impression qu’ ils nous envoie comme message, on fait ce qu’ on veut et tu paye et tu ferme bien ta gueule... il reste plus qu’ un espoir a avoir c est que la Justice de DIEU agisse, même si je sais que DIEU est lent a la colère

     

    • #2195848

      Bah t’est pas sorti de l’auberge , si t’attend que DIEU agisse !
      Un conseil : aide toi , le ciel t’aidera !
      Pour le reste , t’a raison : Tous pourris ou presque ...


  • #2195521

    De la pure démagogie. En juin 1973, les flics subirent l’attaque frontale de centaines de casqués aux cocktail Molotov qui auraient fait rêver n’importe quel opposant vénézuélien. Résultat, ambiance de fin du monde dans Paris et plus de 100 blessés chez les flics.
    nos flics sont victimes d’ordres et de contre ordres pathétiques (un pas en avant deux pas en arrière) mais eux mêmes ne sont pas indemnes de critiques. La chouine facile et la violence lâche (des CRS en combat rapproché avec les black block ça aurait de la gueule). Bref, à l’image de notre société


  • Peut être qu’il y a longtemps les flics étaient animés par un désir d’aider leur prochain et d’agir pour le peuple , mais tout cela c’est fini , d’ailleurs seuls les flics retraités dénoncent les agissements contre tous ces pauvres gens qui descende dans la rue pour plus de justice sociale.
    Aujourd’hui ils ne sont pour la plupart que des voyous assermentés avec un permis de violence sur les faibles .
    Ce sont les pires d’entre nous a qui l’on donne l’uniforme.


  • #2195539

    Décidément vous vous êtes vraiment adaptés aux temps. Et puis si c’est seulement maintenant que vous venez découvrir ça, je ne peux que vous félicitez pour votre perspicacité. N’hésitez pas à me mettre au courant concernant votre prochaine découverte !


  • #2195572


    Christophe Castaner

    @CCastaner

    Partout en France, des policiers ont pris le maquis.
    Partout en France, des policiers ont guetté l’ennemi, traqué la haine, combattu l’oppression.
    Partout en France, des policiers ont fait le choix de la résistance.
    Aujourd’hui, nous leur rendons hommage.#8Mai



    des mots, encore des mots, toujours des mots, et puis il y a les faits

    Du déclenchement de l’insurrection, le 19 août, jusqu’à la victoire du 25 août, les fonctionnaires de la Préfecture de police ont été de tous les combats, au prix hélas ! d’un lourd tribut. [...] Nous avons le devoir d’entretenir la flamme du souvenir de ces héros - policiers, sapeurs-pompiers, fonctionnaires administratifs de la Préfecture de police - qui, aux côtés de leurs camarades de la Résistance et de la 2e D.B., ont écrit cette page glorieuse de la capitale et de l’histoire de France. Dans leur lutte pour le rétablissement de la liberté et des droits de l’homme, 167 d’entre eux ont poussé le sens du devoir jusqu’à faire le sacrifice de leur vie »

    167, retenez ce chiffre, 167 .....

    C’est en ces termes que le Préfet de police présente les cérémonies qui se sont déroulées dans la « cour du 19 août 1944 » de la Préfecture de police, pour commémorer le cinquantenaire de l’insurrection qui marque le début des combats pour la libération de Paris.

    quid des "raflées", par ces fonctionnaires dont on célèbrerait plus tard la lutte héroïque pour la liberté et les droits de l’homme.

    pas un mot, pas un espace n’évoquait les rafles ou le rôle et la participation essentiels de la police parisienne à la répression menée pendant quatre ans contre des résistants et patriotes persécutés en même temps que ces droits de l’homme dont les policiers parisiens devaient devenir d’ardents défenseurs en août 1944.

    https://journals.openedition.org/chs/940

    https://www.geo.fr/histoire/occupat...

     

  • Des temoins oculaires m ont raconte que sous l occupation les flics n etaient pas chauds pour traquer les resistants dont ils craignaient les represailles sur leurs familles . La police etait debordee et c est bien pour cela que Laval a cree la Milice en 1943 .


  • #2195619

    Oui, c’est évident la Police est aux ordres de l’oligarchie régnante et ne protège plus les citoyens... LES CRS de rue cognent car leurs supérieurs leur ont donné l’ordre de le faire et comme tout militaire, ils obéissent... Les gradés sont responsables de cette situation et comme ils sont bien planqués et copains comme cochon avec la bande à Macron, ce sont eux les responsables et j’espère qu’un jour, on puisse les juger... Quant à la crise hystérique de Meyer Habib, c’est encore du grand cinoche car pour tenter de faire culpabiliser Castaner, il lui en faut un peu plus et encore...


  • #2195650

    M. Meyer Habib devrait également rappeler le rôle de l’UGIF pendant l’occupation.
    Des résistants et des collabos, il y en a eu de tous les bords.... Tous en minorité car la grande majorité de la population s’est contenté d’encaisser, de subir, de survivre et de voir venir.

     

  • La police qu’on voit dans la rue, ce sont des pauvres, qui défendent le fric des riches

    Ils ne valent pas mieux que les pauvres,
    mais les riches les ont autorisés à porter une arme, un flingue, une matraque,
    du gaz lacrymo à mettre dans la gueule à leur mère, à leur fille, à leur femme,
    et qu’ils obéissent bien aux ordres des riches

    Bon chien-chien à son maître


  • #2195887

    La police est payée par le peuple mais elle défend l’oligarchie. Ce n’est pas la peine d’aller plus loin. Pour vérifier cette affirmation, il suffit de faire un rapport nombre des forces de l’ordre sur nombre d’habitants dans les quartiers riches et les quartiers pauvres des grandes agglomérations. Il y a déjà des études toutes faites également - par des sociologues gauchistes, bien sûr !


  • ben qui les paye ? bon oui c’est l’argent du peuple...mais leurs maitres sont pas obliger de le leur donner...ils pourraient faire venir des armees etrangeres...ca s’est deja vu


  • #2195927

    Si l’on veut avancer vers un soulèvement, comment et pourquoi considérer la police du côté du peuple ?
    D’accord, d’un point de vue stratégique, ça se comprend de ce que toute révolution a besoin de son bras armé (cf. Ukraine, Venezuela, etc.). Et donc si celle-ci vient du peuple, il doit tirer la police de son côté.

    Mais dites-moi, en quoi la police fait-elle partie du peuple ?
    Parce qu’elle n’est pas bien payée et vit en appartement ?
    Parce qu’elle est constituée d’hommes forts et travailleurs ? Et même de femmes aujourd’hui. Parce qu’elle serait donc plus "représentative" ?

    Ma question n’est pas sarcastique, je ne me permettrais pas ; elle est sincère, et je me demande ce qui fait que l’on considère quelqu’un comme partie du peuple du pays qu’il habite (ou occupe).

    Personnellement, je considère ceux qui ne font pas partie du pouvoir, visible et invisible, et qui ne l’exercent pas, comme le peuple (définition de Michel Onfray).
    La police, dont le but apparent est la protection du peuple, mais véritable, celle de l’élite et de l’État (je les distingue), n’en fait, par définition, pas partie.
    C’est l’essence d’une police d’être une émanation étatique protégeant l’État, qui tire la légitimité de sa violence et répression par sa qualité de défenseur de la cité.
    C’est le fameux exemple qu’on nous sort quand on critique la police : "oui mais on aurait fait quoi dans eux au Bataclan ! Ils sont là pour nous !"

    Ce serait bien un topic E&R sur la complexité de ce problème.
    Et vous, qu’en pensez-vous ?


  • #2196277

    (Se) Poser la question c’est déjà y répondre.


  • #2196283

    donc la haine de la Police, mise en avant depuis +50 ans par les gauchistes et les médias, ça vient de la rancoeur de ce qui s’est passé au Veld Hiv ? Les flics, gendarmes et donc les militaires apprécieront de se mettre en danger pour des gens qui au fond, les haïssent.
    Avec des idiots comme Meyer Habib, les juifs sont décidément mal barrés.


  • Que MEYER se renseigne sur le réseau AJAX de la Resistance et sur l’insurrection parisienne d’Aout 1944....des collabos parmi la police il y en avait, mais des Résistants, des vrais de vrais, il y en avait aussi et pas qu’une poignée trou du cul.


  • #2197150

    Quand on est interrogé par Habib il faut lui demander en retour avec qui la police collabore désormais et où se trouvent à sécuriser les condés d’aujourd’hui ?


Commentaires suivants