Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La presse fait le forcing pour vendre la Fête du Cinéma

La fréquentation cinématographique atteint 12,77 millions d’entrées au mois de mai 2017 en diminution de 10,1 % par rapport à mai 2016. 93,08 millions d’entrées ont été réalisées au cours des cinq premiers mois de 2017, soit 2,0 % de moins que sur les cinq premiers mois de 2016.

La part de marché des films français est estimée à 36,6 % sur les cinq premiers mois de l’année (38,1 % sur les cinq premiers mois de 2016) et celle des films américains à 55,0 % (53,2 % sur janvier-mai 2016). (Source CNC)

Lena Lutaud du Figaro a beau dire que les salles françaises sont magnifiques, high tech et compagnie, ce qui compte, au fond, c’est le contenu, c’est ce qui est projeté. Un bel écrin pour une bague en plomb déçoit deux fois plus, car la promesse est plus grande que le résultat. C’est tout le problème du cinéma français. Avant, on était mal assis, mais les films valaient le coup. Aujourd’hui, les fauteuils sont de première bourre, mais le niveau moyen des films a baissé, voire chuté.

 

 

De plus, il faut se taper 20 minutes de pubs avant la chose. Or qui dit pub dit financement : la télé avec pubs est gratuite, la télé sans pub payante. Le cinéma présente cette anomalie que l’on connaît déjà avec le service public audiovisuel d’avoir de la pub et d’être payant. C’est comme les autoroutes, qu’on paye deux fois : une fois par l’impôt, une fois par le péage.

 

 

 

Tout cela n’arrête pas la grande confrérie qui relance chaque année son commerce à coups de Fête du Cinéma (les 19, 20 et 21 mars c’était déjà le Printemps du Cinéma). La chose a duré 4 jours jusqu’au 28 juin et les places étaient à 4 euros, ce qui devrait être le prix normal. Or les salles étant de plus en plus sophistiquées, les films de plus en plus chers, l’amortissement est de plus en plus difficile à atteindre. La qualité moyenne des films français achevant ce qui reste de potentiel de remplissage. La stat est brutale : le taux de remplissage moyen n’excède pas 20%. Le cinéma français perd de l’argent, il n’est pas rentable, le public le boude, mais l’exception culturelle le sauve.

Voici le pitch d’un film français, L’Ombre des femmes, qui a été présenté à Cannes en 2015 en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs :

Pierre et Manon sont pauvres. Ils font des documentaires avec rien et ils vivent en faisant des petits boulots.
Pierre rencontre une jeune stagiaire, Élisabeth, et elle devient sa maîtresse. Mais Pierre ne veut pas quitter Manon pour Élisabeth, il veut garder les deux. Un jour Élisabeth, la jeune maîtresse de Pierre, découvre que Manon, la femme de Pierre, a un amant. Et elle le dit à Pierre…
Pierre se retourne vers Manon parce que c’est elle qu’il aimait. Et comme il se sent trahi, il implore Manon et délaisse Élisabeth.
Manon, elle, rompt tout de suite avec son amant. On peut supposer que c’est parce qu’elle aime Pierre.

 

Ce n’est pas une blague, même si ça y ressemble. Il y a un scénariste ou qui se croit scénariste qui a pondu ça, il s’est trouvé un réalisateur pour le tourner, un producteur pour le financer, un distributeur pour le diffuser, et le jury de Cannes pour le sélectionner. On marche sur la tête. Du Philippe Garrel dans la droite ligne de la Nouvelle Vague, 50 ans après, en noir et blanc, avec aide du CNC, la totale.

Le cinéma français est une tête de poulet sans corps, une tête coupée du public et du réel qui vole vers le renard. La fin est proche, mais le système perdure et accélère son propre détraquage.

Pourquoi le cinéma ne parle-t-il que d’amour ?
Lire sur Kontre Kulture

 

La fin du cinéma antinational, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

57 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bonjour,
    en tant que grande amatrice de cinéma (je ne dirais pas cinéphile car je n’en fais pas un sujet d’étude, mais presque), je ne peux qu’apporter de l’eau à ce moulin. Je fais 80 km x 2 pour aller au cinéma Méliès de Saint-Etienne, excellent cinéma qui programme plus de 40 films différents par mois. Je ne vais presque jamais voir de films français, lamentablement nombrilistes. (Hier soir, l’exception qui confirme la règle : Nothingwood de Sonia Kronlund, malgré qu’elle est productrice à France Culture. Vraiment un bon moment. Evidemment, c’est un documentaire.)
    Mais même le cinéma "du monde" (comme on dit des musiques) commence à me lasser. Pratiquement tout (ce qui est diffusé dans ma région) est distribué par Marin Karmitz... La même mélasse mondialiste vue à travers des prismes différents.
    C’est qui ne facilite pas les choses, c’est la segmentation qu’on a mis en place : il y a les films pour enfants (on ne passe pratiquement que ça dans ma petite ville), les films pour ados, les films pour lectrices Harlequin ("comédies romantiques"), pour blacks et/ou beurs, les films homos, les films lesbiens...
    Rien que d’y penser je bâille.


  • #1756852
    le 30/06/2017 par Palm Beach Post : "Cult !"
    La presse fait le forcing pour vendre la Fête du Cinéma

    Aujourd’hui, le Cinéma, c’est quoi ?

    Voir Nick Nolte restauré en blu-ray ?


  • Le cinéma français est devenu mauvais parce que les nouveaux réalisateurs sont des types ordinaires, sans dimension autre que celle de leur petit égo sans histoire, sans accident, sans épreuves autres que celles de ces petites vies citadines où la perte du sens, la désacralisaton totale et les relations "libérées" accouchent d’un ennui profond dans lequel le psychologisme omniprésent achève de tuer le vivant.

    Le cinéma américain est aussi le reflet d’une société tout aussi malade et psychotique. Violence gratuite, absence de pensée, dialogues ânonnant et vulgaire, un cinéma fatiguant, épuisant, dérangeant parce que morbide. Les effets spéciaux remplacent tout simplement la vraie vie que ce peuple à également perdue de vue (!).

    Les festivals de cinéma sont comme leurs appendices sclérosés, Césarisation ici, awardisation là bas, ours en papier en haut et goya de serres en bas, ils tentent de relancer chaque année le commerce du plus inutile des "arts", celui qui a achevé de rendre aveugles quelques milliards de zombies porteurs d’abonnements leur permettant d’aller s’enfermer pendant 2h dans des salles sombres où défile devant leur yeux écarquillés comme ceux du premier rôle d’Orange Mécanique le spectacle de la non-vie, de l’artifice qu’est devenue l’existence de l’esclave moderne.
    Sans télé et n’allant plus au cinéma depuis des années, j’ai récupéré des heures inouïes de vie précieuse et simple.


  • #1756865

    Quand on est un goy lambda, payer pour aller voir un film c’est presque toujours payer pour se faire foutre de sa gueule .


  • Le cinéma c’est le dernier recours pour ceux qui sont vieux pauvres et donc seuls . On y oublie sa misère ontologique pendant deux heures . C’est pas si mal le ciné . C’est moins bien qu’une pute mais c’est beaucoup moins cher .


  • #1756871

    Moi j’ai été voir... Non je dis pas, j’ai honte. Si j’aurais su je serais pas venu. Mais bon, on était 4 (dans la salle !). Sympa, sans plus. Par contre la salle était froide (à cause de la clim !), ce qui ne réchauffait pas l’ambiance - c’était après la canicule en plus on aurait pu s’en passer !!!


  • Je ne vais plus au cinéma depuis que l’on montre de la nudité et de la "gayté". La télévision, c’est kif kif bourricot : uniquement pour le sport ou la désinformation. Ils sont des millions de musulmans comme moi ... Je regrette le cinéma américain et français d’avanrt leur invasion par les hordes talmudistes. Gabin, Bourvil, De Funes, Simon ... toute ma jeunesse !


  • Eh oui ,toujours la même chose ,la boite est belle mais le cadeau est pourri et à l’époque ,c’étai l’inverse .Normal ,acteur de merde =film de merde .Donc autant se prendre un bon dvd devant un grand écran à la maison pour regarder un super film des époques héroïques ,et basta .


  • #1756882

    Augmentation de 10% de la fréquentation sur le 1er semestre 2017 par rapport à 2016 dans le ciné où je bosse (sans pubs, et avec des tarifs raisonnables, c’est pas un multiplex).
    Le "cinéma" français populaire actuel, c’est majoritairement des téléfilms bas de gamme projetés sur grand écran. Ça attire de moins en moins de monde, donc on en programme de moins en moins pour limiter les salles vides. Et honnêtement, les retours en sortie de salle sont rarement enthousiastes... je parle des retours parce que -perso- je prends plus la peine de m’infliger ces films.
    L’impact des évènements de type "fête de" est dérisoire. 4 balles, ça reste plus cher que du téléchargement, alors que le grand écran est de moins en moins indispensable (pour voir Danny Boon grimacer ou Garrel se pignoler, plus l’écran est petit et mieux je me porte).


  • #1756887

    Les fauteuils sont peut-être de première bourre, mais gare aux diverses substances dont ils sont souvent souillés. Et si en plus les films sont de la merde, on aura récolté toutes les principales secrétions du corps humain. Quelle infection ! Sans moi, les mecs !!!


  • #1756891

    je renonce au cinéma ! se faire ’’ laver le cerveau ’’ par les idées ultra conventionnelles de l’heure actuelle !!! merci bien ! je ne m’y retrouve pas !!! De plus cautionner des acteurs qui se mettent à nous faire la morale et nous dire ce que nous devons penser !!!! ben !!! pas avec mon argent !


  • #1756906

    Tout est devenu propagande, manière de penser, de parler , de rêver. Aucun intérêt de dépenser plus de 8 euros pour du cinéma inconsistant. Même a 4 euros l’offre n’est pas la sauf pour voir les messages du métissage, de homosexualité et de la racaille comme norme de comportement.

     

    • Quoi ?
      8 euros habituellement une place ?

      Je ne vais plus au cinéma depuis le passage à l’euro. Mais 8 euros, ça fait quand même 52.50F les gars ! J’espère qu’il y a un menu avec ça ... Imaginez une famille de 4 personnes : ça fait plus de 200 balles pour voir un film avec, comme c’était le cas à l’époque où j’ai décidé de ne plus y aller, des zivas qui parlent et/ou téléphonent et/ou broutent et/ou s’amusent avec un laser sur l’écran. Ce n’est pas raisonnable, là !

      De toute façon, le cinéma pâtit de la télévision. Il faut dire que cela fait des années que je n’enregistre plus rien. Le passage à la TNT et à la HD a vidé les tubes à images gratuits au point qu’ils sont condamnés à éternellement repasser les mêmes daubes d’une année à l’autre, voire d’un mois à l’autre car les chaines se relaient pour ça en remplissant les grilles à la truelle.

      Sortent en ce moment des films tellement nuls que même gratuits, je les virerais de mon disque dur car non seulement ils ne mériteraient pas de prendre de la place dessus, mais en plus pour éviter de retomber dessus par un double-clic malencontreux ! Bon, je sais ’les goûts et les couleurs’, etc ... Mais, par exemple, les seuls films français que j’ai eu envie de revoir ces dernières années sont des comédies populaires : ’Tais toi’ et ’Ah ! Si j’étais riche’. Les autres œuvres j’arrive à les oublier et à les confondre sans aucun problème, quand elles ne tâchent pas mes souvenirs d’une regrettable marque indélébile.

      Le cinéma traditionnel est devenu jusque dans les scenarii une mafia endogène et népotique qu’il n’intéresse plus que ceux qui y lèvent des fonds par des promesses souvent non tenues, plus du tout ceux qui le paient pour voir ! Il n’y a qu’à voir aux USA, où les films sont devenus des démos de l’état de l’art en matière de trucages et effets CG, puisque les histoires contrôlées par les studios sont toujours les mêmes.

      J’avoue que les histoires qui concernent un imbécile qui s’avère être le héros parce qu’il est bien né et que c’est son destin de suivre sa bonne étoile, je n’y arrive plus, même avec le cerveau en position hors-gèle ! Cela explique pourquoi des tubes à images (Netflix, HBO) indépendants commencent à faire des produits haut de gamme.

      C’est pourquoi, 4 euros représente un prix du risque relativement élevé pour le spectateur qui fait déjà des frais pour se déplacer dans un cinoche. Mais comme ils disent, c’est la fête du cinéma, pas du cinéphile.


  • Ensuite il y a un amour passionnel entre les deux femmes avec une scène hot lesbienne et finalement ils font un enfant a trois puis le mec meurt et il est remplacé par un congolais . Ça c’ est du scenario progressiste, c’ est quoi ce vieux scenario bobo du temps des socialistes ?


  • #1756908

    Non merci. La fête du cinéma je la passe sur les sites de streaming gratos. Il faut être maso pour claquer du pognon pour aller dans une salle de ciné au milieux de veaux abrutis, malpolis...pour se mater des films pour la plupart complètement nazes et saupoudrés de grosses pincées de propagande LGBT, féministe, antiraciste...


  • L’insipidité des bandes annonces est affligeante, ça fait vraiment peur... en plus personne ne regarde ces "films", pourtant ils persistent...
    Les films américains n’ont pas de fond, on mise tout sur la forme, c’est ce qui tient le public moyen, même si la plupart du temps ça reste de la m*rde... mais les films français n’ont ni fond ni forme, c’est horrible...


  • Plutôt que commenter les bouses françaises (et bravo pour m’avoir appris l’existence de Philippe Garrel), j’aimerais encore souligner la vivacité du cinéma sud-coréen.

    Okja, film avec la thématique du cinoche coréen (la petite fille orpheline dans un monde d’adulte) et une moitié du casting de stars US. Film foutraque pas forcément toujours bon mais une histoire bien contée et une vraie envie de cinéma. Un cinéma vivant, quoi.
    https://www.youtube.com/watch?v=tle...

     

  • #1756918

    Ah bon je le vois tous les jours...le fumeux vivre ensemble. Le cinéma est bien l’ennemi et l’ami que l’ON forme des sociétés très SARL !


  • #1756927

    Comme le disait fort justement un internaute sur ce site : les migrants une " chance" pour la France mais pas pour leur pays d’origine ?
    Gouvernements, ong, gauchiasses, sont des criminels forcenés qui imposent l’arrivée permanente et massives d’hommes seuls issus des populations les plus pauvres et les plus frustres, au contact de la population féminine européenne rendue inconsciente du danger. Brigitte macron ne risque pas d’être trogner par 1 ou des migrants en " urgence sexuelle" mais les femmes et les filles sans défense et gardes du corps ?

     

  • C’est vrai que le script est incroyablement nul mais si vous remplacez les prénoms par François, Ségolène et Valérie, ça devient un docu-fiction de journalisme d’investigations politique de haut vol.


  • #1756940
    le 30/06/2017 par Joseph Gobelet d’urine chef de la propagande & Maurice Pimpon
    La presse fait le forcing pour vendre la Fête du Cinéma

    Par-contre le porno fait de l’audience !
    Clotilde Courau ,Philippe Garrel, et toute la branchitude et la boboitude du tout Paris devrait se filmer avec un smartphone ....ça marche demandez au député PS Jean-Paul Dupré ...c’est une petite star aujourd’hui !
    Et avec un jeu d’acteur hors norme ....des cours du soir certainement !
    Avec ses amis dealer de came de l’Assemblée nationale !

     

    • #1757116
      le 30/06/2017 par Joseph Gobelet d’urine chef de la propagande & Maurice Pimpon
      La presse fait le forcing pour vendre la Fête du Cinéma

      Et j’oublie le plus important avec peu de matos ....quelques bouteilles de Limoux , deux ou trois jouets d’enfants, une vieille pomme d’arrosage, une paire de cuissarde de pèche , des gants mapa, un tube de vaseline (facultatif), tout ça dans une salle de bain, ou sur le divan de votre salon et le tour est joué !
      Ahhh....le cinéma aujourd’hui, pas besoin d’être les frères Lumière ....je dirais même mieux, niveau lumière, moins on l’a à tous les étages, mieux on se porte (comme en politique) !
      Le progrès n’est pas prés de s’arrêter !


    • #1757187
      le 30/06/2017 par Joseph Gobelet d’urine chef de la propagande & Maurice Pimpon
      La presse fait le forcing pour vendre la Fête du Cinéma

      Et j’oublie le plus important avec peu de matos ....quelques bouteilles de Limoux , deux ou trois jouets d’enfants, une vieille pomme d’arrosage, une paire de cuissarde de pèche , des gants mapa, un tube de vaseline (facultatif), tout ça dans une salle de bain, ou sur le divan de votre salon et le tour est joué ! (accessoring, effets spéciaux, 3D...)
      Ahhh....le cinéma aujourd’hui, pas besoin d’être les frères Lumière ....je dirais même mieux, niveau lumière, moins on l’a à tous les étages, mieux on se porte (comme en politique) !
      Le progrès n’est pas près de s’arrêter !


  • Le noeud du problème, en France comme aux Etats-Unis, c’est qu’on surexpose des films insipides ou tout au plus médiocres alors que d’excellentes productions passent inaperçues. Encore plus que les banquiers, ce sont les services marketing qui détruisent le monde.

     

  • #1756963

    Il y a plusieurs choses qui peuvent expliquer la chute des entrées.
    J’ai une carte d’abonnement que je paye tous les mois et avant je l’amortissait en deux films par mois ...je n’y arrive plus, il faut que je le désabonne.
    Pourquoi ? Les films français sont de plus en plus mauvais car vide, du politiquement correct, si pseudo comique, c’est du bobo gauchisme qui crache sur la France et les Français d.ou le fait que je commence à regarder les films d’avant les années 80 pour commencer à sentir un certains plaisirs d’un film français.
    Les films américains. Pour cacher la misère du vide, de la répétition, du manque d’originalité, de risque, ils compenser avec les effets spéciaux.
    Prix élevés ? Certe mais habitants Paris ou les gens ont des cartes illimités, le nombre d’emmerdeurs avec téléphone, qui racontent leur, rigolent entre eux pendant des scène de films (besoin de faire un dessin) fait que se déplacer pour se vider le cerveau sur un nanar ne fonctionne plus en retrouvent les emmerdeurs que l’on peut croiser en journée.


  • C’est effectivement mal parti.
    Et que vont-ils devenir quand ils vont systématiquement LGBtiser chaque film, chaque pub, chaque dessin-animé.
    Certainement comme la "Nouvelle Vague", où le cinéma français —là du coup ce sera occidental— est tombé au zéro absolu et était devenu inexportable.
    On regardera alors du cinéma russe, chinois, iranien, Bollywood hindou... et même esquimau !
    La Russie semble déjà ouvrir la marche. On a tous entendu que des dessins-animés russes faisaient actuellement un carton planétaire, un engouement qui dépasserait toute espérance et ce sans même l’avoir spécialement cherché. Je pense qu’il s’agit d’un tir d’essai... concluant. Et sans parler du cinéma chinois qui s’est déjà fait une place très honorable depuis longtemps.
    Quant au cinéma occidental, il commence déjà à être censuré... ou soit tout le monde l’attend avec une paire de ciseaux à la main.


  • MEILLEUR ESPOIR FÉMININ

    Les inconnus : VOIR

     

  • #1757008

    J’ai connu la fête du cinéma en 1987 à 1 FRANC la séance.....aujourd’hui, c’est 4 EUROS la séance....


  • #1757014

    Outre les films médiocres que nous offre le cinéma, c’est avant tout le cinéma lui même qui est un problème !

    Déjà parlons du prix, plus de 11 euros pour certaine salle de cinéma.
    Inutile de vous dire qu’à ce prix on en veut pour son argent mais ce n’est malheureusement pas le cas !

    Gandhi disait : "On reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux"

    Il y a une autre alternative pour reconnaitre le degré de civilisation d’un peuple, c’est de mettre les pieds dans une salle de cinéma.

    C’est presque devenu impossible de regarder un film tellement l’incivilité y est devenu la norme dans ces salles et c’est encore pire pendant les "jours promos" du cinéma, qui, pendant cette période , devient une véritable garderie pour "nos chances pour la France".


  • #1757049

    Les navets ne peuvent attirer que les parasites, les limaces et les mouches du chou !!!


  • #1757077

    La pub est insupportable de vacarme et de débilité. Il est préférable de décaler son arrivée, si c’est possible.


  • #1757088

    Le cinéma a perdu ma déjà mince obole le jour où j’ai découvert " le patron".
    Donc merci patron pour les économies suntentielles en argent, temps et gain de neurones.


  • Aller au cinéma, c’était :
    -  Prendre la voiture,
    -  Trouver une place de parking,
    -  Faire la queue pour acheter les billets
    -  Devoir interagir avec un allogène à la limite de l’arrogance
    -  Payer les billets, cher, très cher
    -  Faire la queue pour rentrer dans la salle
    -  Sentir l’odeur du pop-corn ranci
    -  Subir les annonces sans fin de films américains
    -  Voir le film dans lequel chaque fois le mâle blanc catholique passe pour un con
    -  Ne pas pouvoir déguster une bonne bière
    -  Subir les nazes aux alentours
    -  Risquer la castagne parce que on veut écouter le film
    -  Rester jusqu’au bout pour voir un film nul parce que l’on l’a payé
    -  Payer pour se faire endoctriner par la communauté bienpensante
    -  Faire la queue pour sortir
    -  Payer son parking
    -  Affronter la faune nocturne
    -  Risquer un contrôle alcoolémie au retour
    -  Au final être le voyeur d’une vie imaginaire afin de combler le vide de notre propre vie.
    Et puis, je me suis repris en main. J’ai viré la TV et tous les artifices de cette existence. J’ai créé ma propre Vie, celle qui vaut la peine d’être vécue. Ça fait 20 ans de cela.

     

  • Depuis que je lis Hervé Ryssen et Alain Soral, je vais moins au cinéma.


  • L’Apogée du cine Allemand ? Les années 30.

    L’Apogée Italienne via Cinecitta ? Les années 40.

    L’Apogée Française ? les années 40.

    Des questions ?


  • #1757147

    Je ne vais que très rarement au cinéma, c’est cher et puis entendre des gens déballés leurs bouffe et les sachets de plastique, les téléphones et j’en passe me gonfle.
    Alors je télécharge des films sur internet illégalement bien entendu et je les mate pépouze chez moi avec mon petit "home cinema" :)
    Et puis je ne regarde plus du tout le cinéma Français, c’est presque un automatisme chez moi, c’est niais, bourré de clichés, et bien aligné sur la bien-pensance bobo immonde. A l’image de la France actuelle ...


  • J’ai remarqué que les bons films français sortis récemment sont souvent des films d’époque. Pour moi ces films sont bons (La Confession et Cessez-le-feu avec Romain Duris, par exemple) parce que les personnages de ces films ne sont pas des dégénérés.


  • Je n’ai pas mis un pied au cinéma depuis 1998 ...et ça ne me manque pas....


  • Le cinéma subit le même sort que les discothèques....Je n’ai pas été dans une salle depuis 11 ans et je ne suis pas prêts d’y retourner pour me faire laver le cerveau et engrosser l’élite de la bien-pensance. Je ne supporte pas ce milieu en fait et j’ai bien d’autres distractions plus importantes à mon existence.


  • Hahaha, non merci ! Si c’est pour voir des gueules insipides, enfants-de, sans talent ni vécu (les exceptions sons rares), jouer dans des scénarios pourraves chargés de propagande, remakes, biopics sans aucune Culture (là aussi les déviants de la doxa sont quasi inexistants...) je préfère mater "Le chant des styrènes". L’usine (personnage principal) Pechiney avait beaucoup plus de talent :)


  • 4 euros la seance, je me souviens encore de quand cetait 30 francs le dimanche matin, 10 francs pendant la fete du cinema et 3 euros pour les etudiants il n’y a pas si longtemps...maintenant ils te vendent un mauvais film au prix du dvd et tas plus que tes yeux pour pleurer

    streaming torrent, patience et hd voila la clef du succes pour les cinephiles

    la plupart des bons films ne restent mem pas en salle plus dune semaine, degages par les blockbuster de merde et le cinema francais qui nexiste plus


  • Le cinéma est mort les films sont nazes depuis qu’on a amener le cinéma à la maison avec les lecteurs vidéos , ça été de faire le maximum de cassettes pour se faire du fric !


  • On pourrait avoir quelque chose du genre : Nathalie, distribue des tracts publicitaires dans la rue. Un jour, elle se fait agresser par un monsieur, depuis sa vie est bouleversée. L’actrice est extraordinaire je vous le promet !


  • Je vais régulièrement au cinéma, j’ai jamais payé plus de 6,50 la place.

     

    • 6.5 * 6.55 = 42.6 env
      Une paille quand on a connu des séances à 5 ou 10 francs
      Hyper cher, hors de prix meme, pour quasiment aucun gain depuis cette époque, sinon de l’habillage marketing
      Pour le dire autrement, à part engraisser une caste qui n’en a pas besoin, le cinéma est mort


  • J’ai connu le cinéma à 1,35fr la place et ce n’est pas le cinéma d’aujourd’hui depuis 87 que je n’ai plus mis les pieds dans une salle depuis que j’ai vu un tas de navets dans les salles Gaumont sur les Grands Boulevards de la capitale


  • #1757776

    Dernière phrase :

    "La fin est proche, mais le système perdure et accélère son propre détraquage."

    C’est un peu comme tout le reste de notre malheureuse civilisation (qui pourtant a été grande - eh oui, la plus grande - et pourrait encore l’être). Ça perdure dans son aveuglement, sa fuite en avant et son idéologie gauchiste mortifère.

    Cela dit, je n’ai rien contre les films en noir et blanc (au contraire), mais le cinéma ces jours, c’est essentiellement de la merde, comme les productions de tant d’autres arts.

     

  • #1757842

    C’est quoi déjà, le cinéma ?


  • "Embrasse moi"
    synopsis :

    Océanerosemarie déborde de vie, d’amis et surtout d’ex-petites amies. Mais elle vient de rencontrer Cécile, la "cette-fois-c’est-vraiment-la-bonne" femme de sa vie ! Même si elle ne lui a pas vraiment demandé son avis... Il est temps pour Océanerosemarie de grandir un peu pour réussir à la conquérir. En sera-t-elle seulement capable ?

    Subvention du CNC : OK




    "m’embrasse po"
    synopsis :

    Liliane et Francine, sont un couple d’homo, la soixantaine, Francine souffre de mauvaise haleine et d’obésité et Liliane ne peut plus la supporter ; elle surveille chaque
    geste de Francine de peur que cette dernière parte avec les quelques objets précieux
    de leur F2 situé à Bobigny"

    Subvention du CNC : REFUSÉ


Commentaires suivants