Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

Godard par Hazanavicius, Rodin par Doillon, le fils Garrel et la fille Higelin

 

 

Pendant que les derniers pauvres quittent Paris, que les hiérarques locaux refilent les bons plans apparts à leurs amis, que le tourisme s’effondre – et c’est pas juste un effet des attentats, il y a aussi les antifas, la saleté, les migrants, les SDF – la mairie communique sur Paris Plages à bord d’une péniche. Plus hors sol tu meurs dans un module débranché de sa station orbitale comme dans Gravity. Hors sol, orbite, c’est l’occasion de parler de la grande Famille du Cinéma, qui embauche ses enfants pour leur éviter le chômage. Touchante attention.

 

 

Les cinéastes français officiels n’ont plus d’idées, ils font des films sur le cinéma (The Artist), sur les acteurs (Actrices), sur les réalisateurs (Le Redoutable). Ce dernier ressemble à un biopic de Jean-Luc Godard, période chinoise, c’est-à-dire « mao », quand lui et ses potes voulaient buter tous les bourgeois.

Godard, que dire. Il y a sur terre deux races humaines, ceux qui aiment Godard et ceux qui n’aiment pas, ou qui s’en foutent, ou qui n’y comprennent rien, ou alors qui disent qu’il n’y a rien à comprendre. Godard a été neuf, branché, adulé au début des années 60 avec trois films : À Bout de souffle (1960), Le Mépris (1963), et Pierrot le ouf (1965). Bon, après, ça part un peu en cacahuète, pour paraphraser Cyril Hanouna, l’homme qui remplit Le Refuge, cette assoce qui accueille avec gourmandise les jeunes homosexuels qui sont chassés par leurs familles homophobes.

Après ce tir groupé qui a stupéfait l’Amérique, qui l’invitera mais qui le dégagera aussi sec (trop phraseux, trop Cahiers du cinéma), tout bascule. Avec La Chinoise, d’abord, docu-drama sur les premiers « maos » français, qui se ridiculiseront pendant que les Chinois s’entretuaient avec leur Révolution culturelle, puis une série de non-films qui videront les salles aussi sûrement qu’une grenade oubliée sur un strapontin. Il faut se faire une évidence : la créativité a été là un temps, rencontrant son public et un désir de changement, et ensuite, pfuit, disparition de la magie. Ne restait plus que des images plates sur des textes pontifiants. Les Cahiers reprenaient leurs droits. Illustration avec Film Socialisme, par exemple :

 

 

Comme dirait Henri Verneuil, qui a toujours voulu faire des films populaires, il y en a qui devraient écrire un livre ou faire une analyse au lieu de réaliser un film... Dans le genre sauvetage in extremis, il y en a un qui était mal parti dans la godardisation, et qui a réussi à s’en sortir, c’est Carax, avec Holy Motors. Des éléments godardiens mais avec une vraie trame, de la vraie création. Ne jamais oublier que le cinéma est un art populaire, qu’il faut rendre intelligible l’œuvre pour le grand public, sinon c’est de l’art contemporain, et ça finit en « film pour soi » ou pour sa tribu (le 5e arrondissement). Avec l’argent public, souvent. Les Français sont contents de financer la création pure, mais c’est bien aussi d’avoir une petite récompense visuelle à l’arrivée, hein.

Justement, ce mercredi 24 mai sort le Rodin de Doillon. Qui est Rodin ? Un sculpteur. Qui est Doillon ? L’ex de Jane Birkin. Plus sérieusement, un réal français dans la lignée des « nouvelle vague » qui avait un peu disparu des radars. Doillon, un peu à la Godard, c’est un démarrage foudroyant suivi par une petite vitesse de croisière. Oh, il ne fera jamais les 20 millions d’entrées de Dany Boon, mais il fera son petit « long » bon an mal an. En 1996, il réalise Ponette, l’histoire d’une fille de 4 ans confrontée à la mort de sa mère. Ce sera son chant du cygne. La critique le massacrera pour la « performance » de la petite « actrice » de 5 ans.

« Au départ, je voulais filmer un documentaire sur la représentation de la mort chez les petits. Je me suis aperçu, en visionnant les cassettes enregistrées, qu’ils baptisaient le cercueil « la boîte ». Et que, pour eux, lorsque quelqu’un mourait, il allait à l’hôpital, où on lui faisait des piqûres. Les parents ont les jetons d’aborder le sujet et les gosses finissent par se débrouiller seuls. Pourquoi les poser sous des cloches à fromage et attendre ? Et puis, attendre quoi ? L’âge de raison ? »

 

Avant cela, Doillon avait plutôt l’habitude de focaliser sur les ados et leurs histoires d’amour. Un de plus : on pense à Rohmer et à Miller, qui fera « tourner » Charlotte Gainsbourg à 13 ans… Justement, Lou Doillon est la demi-sœur de Charlotte. Nous voilà en plein « grande famille du cinéma », avec ses relations assez étranges et inextricables. Ah oui, le film : Doillon filme Rodin, ou plutôt Vincent Lindon, qui incarne l’homme fragile et féministe dans le cinéma français. Le Alain Souchon du 7e Art…
Vincent Lindon, arrière-petit-fils d’Alfred Lindon, né Abner Lindenbaum, qui épousera la sœur d’André Citroën. Pépé lui a participé à la création de l’État d’israël, nous dit Wikipédia. Pourquoi cette généalogie soudaine ? Que Frédéric Haziza se rassure, c’était juste pour planter la banderille finale : le rôle de Camille Claudel (que les féministes ont transformée à la longue en génie immense détruit par ce salaud de Rodin) échoit à Izia, la fille Higelin. Et dans le Hazanavicius – on passe de Hazan à Doillon sans transition car tout ça reste en famille – c’est le petit-fils Garrel qui joue Godard. Louis, de son prénom. Son papa à Louis est cinéaste, et son papi acteur, qui a joué pour les réals de la Nouvelle vague. Tout se tient, non ? Par la tête et aussi le reste. Une dernière, pour la route : Louis croule sous les récompenses. Quand la famille honore la famille…

Voici ce qu’Izia déclare sur Camille Claudel dans L’Express :

« Elle a souffert de la non-reconnaissance de son statut de femme, alors qu’elle était aussi douée que Rodin, voire davantage à certains moments. »

Comme si les créateurs « hommes » n’en avaient jamais chié, eux aussi !

Izia a déjà reçu un César pour son rôle dans La Belle saison, dans lequel elle joue une jeune lesbienne qui découvre la lutte pour les droits des femmes dans les années 70 :

 

 

La boucle est bouclée, non ?

Voir aussi :

22 septembre
Un jour en France : vendredi 22 septembre 2017
Les cuisses à Brigitte, le temps de travail, les princesses modernes
43
21 septembre
Un jour en France : jeudi 21 septembre 2017
Tetris politique : FN désocialisé, France insoumise en embuscade
8
20 septembre
Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017
Macron rappelle les expatriés, sélection à la fac, le gros cancre Aphatie
13
19 septembre
Un jour en France : mardi 19 septembre 2017
Le Monde avec Bernanos, la France Alzheimer, le porno gay 120 Battements
10
18 septembre
Un jour en France : lundi 18 septembre 2017
Couscous Philippot, des migrants à la fac !, et la défaite de l’Huma
40
15 septembre
Un jour en France : vendredi 15 septembre 2017
La pleurniche de Stéphane Guillon, Ardisson sodomisé, Dupontel à la rue
23
14 septembre
Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017
Spécial "santé" avec le Glyphosate, le Lévothyrox et le couple PMA-GPA
19
13 septembre
Un jour en France : mercredi 13 septembre 2017
Macron 1er à Saint-Martin, "journalisme" à Europe 1, poissons des grands fonds
13
12 septembre
Un jour en France : mardi 12 septembre 2017
Philippot avec Campion, on ne vole pas un Sri-Lankais, 1€ Le Monde
27
11 septembre
Un jour en France : lundi 11 septembre 2017
Le 11 Septembre de Causeur, cheminots remboursez !, Griveaux le fainéant
10
8 septembre
Un jour en France : vendredi 8 septembre 2017
Plenel contre la Corée du Nord, Ménard contre Philippot, Sotto satisfaction
11
7 septembre
Un jour en France : jeudi 7 septembre 2017
Naturel, politique ou médiatique, le climat se barre en couille
6
6 septembre
Un jour en France : mercredi 6 septembre 2017
Aubry flingue Macron, pénurie de beurre, drones français armés
9
5 septembre
Un jour en France : mardi 5 septembre 2017
Goncourt communautaire, Marcel Campion résiste, Chronopost le dimanche
15
4 septembre
Un jour en France : lundi 4 septembre 2017
Plaidoyer pour Ruquier, Macron contre Philippot, le FN contre Montel
37
30 juin
Un jour en France : vendredi 30 juin 2017
Adieu Loulou Nicollin, la priorité de Macron 1er, un député voilé !
19
29 juin
Un jour en France : jeudi 29 juin 2017
Tour de France sexy, Marseille anti kebabs, TGV Paris-Vinci-Bordeaux
24
28 juin
Un jour en France : mercredi 28 juin 2017
Rwanda/France, la rééducation nationale, Amrani/Valls
24
27 juin
Un jour en France : mardi 27 juin 2017
Les super riches, amoureuse d’un migrant, Pôle Emploi bidon, T411 à la rue
28
26 juin
Un jour en France : lundi 26 juin 2017
Xavier Niel le sauveur, Rebecca contre la chantilly, Stéphane Guillon le collabo viré
17
23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
24
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24

Du cinéma, de l’intelligence, et de l’humour
sur Kontre Kulture

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1733085
    le 24/05/2017 par Desguarde
    Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

    Concernant les films sur les réalisateurs ou les acteurs, ça rejoint une analyse de Pierre-Yves Rougeyron ; quand on ne peut plus créer, on parodie ce qui a été fait, et une société qui se parodie est une société qui pue la mort.

     

    • #1733158

      On peut faire le même constat dans la musique et plus étonnant et plus parlant dans le domaine des inventions scientifiques... les réelles inventions sont de plus en plus rares, le reste n’est qu’amélioration de ce qui existe déjà !
      Donc oui, une société en phase terminale...


    • #1733235
      le 24/05/2017 par gloria lasso
      Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

      Depuis toujours, la "création" n’est que plagiat plus ou moins conscient.


    • #1733256
      le 24/05/2017 par flic ou voyou
      Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

      @ Gloria Lasso

      Oui, mais il y a repompe créative et repompe non-créative.
      Je prends un exemple tout bête, moi qui suis fan de films d’horreurs :
      le The Thing de John Carpenter en 1982 était un remake de La Chose d’un autre monde, un film de monstre typique des années 50. Vous mélangez le scénario de base rendu plus sombre et pessimiste, à la virtuosité de Carpenter et des acteurs qu’il a choisi + les effets gore + la musique de Morricone. Vous obtenez un pur chef-d’oeuvre qui surpasse l’original sans le faire oublier et qui crée quelque chose de nouveau et de vivant à partir d’un matériau de base très correct, mais qui a vieilli (The Thing, je l’ai revu l’autre jour et l’ambiance reste vraiment intemporelle et prenante).

      Puis vous avez le suite/préquel intitulée The Thing (merci la confusion) titre auquel on rajoutera l’année de sortie : 2011.
      Et qu’avons-nous là : un film qui reprend le scénario de base sans chercher à innover dessus, mais plutôt à recopier ce qui avait marché à l’époque, pas de réalisateur si mémorable que ça, ni d’acteur/trice qui se démarque, un travail de commande réalisé non pas par passion (Carpenter était un fan du film original de 1953) mais parce que les producteurs voulaient capter l’argent des fans du classique de 1982. Les seules originalités seront alors l’introduction d’effets spéciaux numériques (à peine plus jolis, un peu plus "réalistes", mais moins tangibles et amoindrissant le côté gore/dérangeant de l’original), un quotas féminin intégré au groupe parce que le premier était résolument trop "masculin".
      Donc : démarche de producteur vorace + effets spéciaux en CGI comme le dernier harry potter venu + politiquement correct + appel du pied bien vulgaire envers le fan-club de Carpenter.

      Je suis désolé, mais toutes les oeuvres peuvent être du pillage à un niveau ou à un autre : il y a des pillages qui donnent de belles choses s’ils sont commis avec de bonnes intentions, et d’autres qui donnent de la me.... si c’est fait dans une pure démarche mercantiliste avec alignement de l’oeuvre aux standards désirés par les producteurs ("on va coller des femmes en plus pour capter le public féminin, il n’y a pas de petites économies").

      Vous voyez la nuance ?


    • #1733290
      le 25/05/2017 par Desguarde
      Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

      @ Gloria.
      Je suis infographiste 3D issue d’une école d’Art Appliqué, donc je comprend parfaitement ce que vous voulez dire ; mais il y a une différence entre créer à partir de l’inspiration d’une source, et la parodie qui peut exister pour compenser le manque de capacité à renouveler des disciplines.

      Voila un dicton Japonais concernant la création (artistique) :
      Si tu sais copier, tu peux apprendre.
      Si tu sais apprendre, tu peux maitriser.
      Si tu sais maitriser, tu peux créer.

      Le problème de la parodie comme signe mortifère, c’est qu’il n’y a pas la compréhension qui permet de maitriser et aller au delà pour créer.
      Si il y a des fans d’animation japonaise, je prendrai l’exemple du studio Ghibli avec le film "Les contes de terremer", qui est une parodie des films de Hayaho Miyazaki, par son fils Gorou :
      Ce sont des gimicks et des effets de styles à la Miyazaki, mais le contexte, les situations, la narration, tout est à coté de la plaque ou raté.
      Ce film était tellement insoutenable pour Hayaho, qu’il est sorti en pleine projection, ce qui était lourd de sens dans un pays comme le Japon.
      Au début je pensais que Hayaho était peut être un connard qui voulait en faire baver à son fils, mais quand j’ai vue le film, je l’ai trouvé également insupportable ; une parodie d’un homme qui n’avait pas compris le talent et la subtilité de son père.

      Tout ceci étant dit, je ne porterai pas de jugement sur un film que je n’ai pas vu ; mais comme ER l’insinuait, et comme Pierre-Yves Rougeyron citait plusieurs exemple dans ses vidéos analyses ; ma remarque n’avait pas d’autre but que de souligner une "congruence" de ce phénomène, et non d’engager une réflexion sur "peut on créer à partir d’une copie" (la réponse est oui, on peut toujours créer à partir d’une inspiration ou d’un vide, mais ce n’est pas toujours à la porte de tous les individus).


  • #1733103
    le 24/05/2017 par sa majesté
    Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

    Merci pour cette exposé familiale même closer n’aurait pas pu faire mieux. Ça fait 150 ans que je ne vais plus au cinoch mais là du coup y a une envie qui me démange comme je n’en ai jamais eu. Oh et je compte y aller en famille...


  • #1733105
    le 24/05/2017 par Giscard
    Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

    Où l’on voit les méfaits de la culture porno : le réalisateur (ou la maquilleuse, ou l’accessoiriste, ou surtout les 3 à la fois) pense qu’à l’époque de Rodin les femmes s’épilent le sexe (cf les 2 apparitions : intégrale ou ticket de métro). Absurde !

    A cette époque (la littérature contemporaine le rappelle : relire Zola, etc.) les femmes ne s’épilent même pas sous les bras...

    Mais ça ne choque plus personne. Preuve qu’en 10 ans la culture porno a envahit et totalement retourné les cerveaux.

     

    • #1733275
      le 25/05/2017 par deucheman
      Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

      Exact, le porno a amené cela, au point même d’oublier de rétablir la pilosité pour les films dont la trame se déroule dans le passé...

      D’ailleurs le porno a également banalisé tous les comportements LGBTI, que l’on retrouve actuellement dans la vie de la jeunesse étudiante notamment...


    • #1733345
      le 25/05/2017 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

      lol, le réalisateur et son équipe sont à la ramasse, mais c’est la faute du porno...
      Il fallait y penser, merci !

      Au fait, dans ce fameux porno, il y existe une catégorie hairy (poilues), avec des sous-catégories d’âges, de corpulences, et de pratiques. Apparemment vous n’étiez pas au courant, ou simplement, de mauvaise foi.

      Les nus féminins, au Louvre, qui n’ont pas de poils, c’est la faute du porno, aussi ?

       

      • #1734451

        Qu il y ait une categorie Hairy est la demonstration que ce qui est naturel n est plus la norme mais la marge pour ne pas dire la marginalité. CQFD.

        Il va falloir muscler vos arguments (et moins trainer sur les sites pornos).


    • #1733563
      le 25/05/2017 par jean bon beurre
      Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

      @ Palm Beach

      Vous n’avez pas saisi le propos. ils parlent d’épilation moderne du pubis dans un film censé représenter une époque ou l’on ne s’épilait pas, pas de statues de la vénus de Milo.


  • #1733191

    J’ai vu Rodin. C’est un bon film, mais un tiers des répliques de Vincent Lindon sont incompréhensibles. Il est vrai que devant une caméra il faut parler comme dans la vie et, par conséquent, ne pas veiller à bien articuler. Mais je ne comprends pas que les films français ne soient pas sous-titrés. Les comédiennes sont souvent plus compréhensibles que les comédiens.

     

    • #1733237
      le 24/05/2017 par gloria lasso
      Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

      Pour l’audio, le MP4 n’a vraiment pas arrangé les choses.


    • #1733272
      le 25/05/2017 par paramesh
      Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

      le Camille Claudel de Bruno Nuytten avec Isabelle Adjani et Gérard Depardieu, ça ça avait de la gueule.
      Ce pauvre Lindon n’a vraiment pas la carrure d’un Rodin, quant à la petite Higelin pour jouer le rôle de Camille, mêmeJosiane Balasko aurait été plus crédible.
      consternant quand on a vu le Nuytten


    • #1733498
      le 25/05/2017 par ignace
      Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

      Avant le cinéma français : c’était les grands acteurs (Gabin, Ventura...) des drames sociaux poignants dans les années 30-40 (le jour se lève, la bête humaine), puis des films policiers ciselés pendant les années 50-60 (le samouraï, le cercle rouge).
      Puis le cinéma français produisait de bonnes comédies dans les années 70 (Jean Yanne, Pierre Richard, Louis de Funès...jusqu’aux bronzés).
      Comme le dit très bien l’article, la nouvelle vague, ça a donné quelques bons films au début qui
      apportaient un peu de changement, avant de tourner en rond assez vite.
      Depuis, les seuls films français qui vaillent encore la peine : ce sont les films historiques en costume (Ridicule, le Souper, Germinal, Capitaine Conan...)
      Parfois, il y a de (trop) rares tentative dans le cinéma dit de genre (cinéma d’animation (le roi et l’oiseau, les 12 travaux d’Astérix, Gandahar...) films d’action/aventure (le salaire de la peur, Justinien Trouvé - le batard de Dieu), SF (la fin des temps, le cinquième élément), guerre (Dien Bien Phû, le Crabe-Tambour)).

      Maintenant, qu’est-ce qu’on a ?

      Des drames chiantissimes et conformistes (si au moins ça avait été un film chiant mais avec un vrai message derrière pour compenser, mais non, même pas !) Des films d’action Bessonniens stupides et vulgaires, des comédies pas drôle qui mettent en avant le dernier comique à la mode et des films historiquement corrects (déportation par-ci, déportation par-là...)

      Les séries TV se répètent de plus en plus.

      Le dernier endroit où on a encore un peu de créativité à notre époque, ce sont les vidéos amateurs sur internet. Les derniers lieux de fraicheur et d’authenticité et je ne parle pas des chroniqueurs payés par le système : je parle des toutes petites chaînes qui ont peu d’abonnés.


  • #1733194

    "Il faut rendre intelligible l’œuvre pour le grand public".

    Mais il y a des films compliqués qui sont pourtant populaires...et compris du grand public, même si ce n’est pas de façon, directe, raisonnée, réfléchit.
    Peut être pas compris à 100%, mais pour les meilleures productions, 80%.

    Quand on fait de l’image de qualité, il n’y a pas besoin de trop intellectualiser le truc non plus.


  • #1733233
    le 24/05/2017 par gloria lasso
    Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

    Lindon, doit aussi beaucoup à Benichou (le masque et la plume)... faut-il le préciser... tout ce tient et bouffe au CNC.


  • #1733242

    Le cinéma "français" est mort il y a longtemps (40 ans ? plus ?), pas d’acteurs, de scénars, de réalisateurs, des collections d’images mortes qui attendent la décomposition. En visionnant ces malheureuses "bandes(molles)-annonces", je me demande si en donnant la caméra et les costumes (ringards à souhait) à n’importe qui ce ne serait pas pareil ou mieux, à moins que ce n’ait pas déjà été tenté. Au moins par Strindberg.
    Ah si dans le dernier écran il y a un passage excellent avec une improbable présentatrice qui annonce je ne sais trop quoi en frangliche, nanarde à donf !


  • #1733249
    le 24/05/2017 par Mojo Risin
    Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

    Le cinéma français m’a amené à regarder tous les navets américains en streaming. Plutôt devenir un redneck white-trash dégénéré que refoutre les pieds dans une salle d’art et essai ou un multiplexe.


  • #1733277
    le 25/05/2017 par ici la monnaie
    Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

    La bande-annonce du dernier film nous illustre pourquoi le cinéma français est mort à vitesse grand v ; quelque chose de lourd, incroyablement mal-joué, dramatisé à outrance et sans relief psychologique ; bref, loin de Pialat ou Clouzot, par exemple.


  • #1733280

    Godard ? Un cinéaste génial dont la carrière a été interrompue par des producteurs qui ne voulaient pas financer les films d’un pro-palestinien .


  • #1733387
    le 25/05/2017 par inconnu
    Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

    Ce n’est plus le cinéma de mon enfance dans les années 60, débuts 70 ou j’allais au "Gaumont Palace" place de Clichy ou le Louxor à Barbès ,le "Berlitz" Bd des Capucines, le "Rex" ou on pouvait fumer pendant le film l’Empire" avenue de Wagram ,le "Studio Obligado" pour les séries B en noirs et blancs Ave de la Grande Armée ,le "Maillot" porte maillot etc etc.. !Encore mieux les cinémas de quartiers à 1,35fr la place qui étaient de véritables spectacles avec des magiciens ou chanteurs à l’entr’act !!En 2004 ou 2005, je louai 5 à 8 vidéos par jour pendant 3 mois chez 2 loueurs de Vidéo Futur et je les ramenais une heure et demi ou deux heures après tellement ils étaient nuls je crois que j’ai vu 15 à 20 mn de presque la moitié des 2 boutiques, alors que les critiques des grands magazines cinémas écrites au dos des pochettes disaient "super film, inoubliable, coup de maître, magistral.. alors que c’était de la merde avec en plus de grands acteurs complices de cette arnaque cinématographique ,ça m’a coûté cher !Trop d’effets spéciaux tue le cinéma !


  • #1733633
    le 25/05/2017 par jedgreen
    Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

    Les films français de la nouvelle vague étaient connus pour "faire réfléchir" maintenant ils te montrent surtout "comment réfléchir".

    Honnêtement "Les 400 coups" de Truffaut, par exemple, ou même "Un Homme et une Femme" de Claude Lelouch (qu’on aime ou pas) décrivaient des faits, des situations, des personnages et leur complexité, et laissaient ensuite au spectateur la décision de s’approprier le film ou pas.

    Aujourd’hui il y a toujours cette esthétique "réaliste" (donc moche) mais il n’y a plus (ou rarement) ce coté "docu" qui présente les choses sans trop donner son avis.
    Aujourd’hui on vous dit que "cela est bien" et "cela est mal". C’est le pire du cinéma Français mélangé au pire du cinéma Américain.
    Pourtant le meilleur des deux pourraient faire des étincelles.


  • #1733637
    le 25/05/2017 par Roland Culé
    Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

    L’autre soir, nous étions avec des copains chez un ami, on ne s’était pas vu depuis un moment et c’est vrai que l’on a un peu voir beaucoup trainé à l’apéro en racontant des âneries et c’est fou ce que le temps passe vite dans ces moments là. En rentrant, vous auriez vu ma moitié, elle m’a fait une scène...quelle actrice, du grand cinéma...Godard peut aller se rhabiller ! Et je n’ai pas payer 8€ la place...


  • #1733992
    le 26/05/2017 par Ifuckcharlie
    Un jour en France : mercredi 24 mai 2017

    Le cinéma a toujours été le meilleur instrument de propagande et d’ abêtissement qu’ il se puisse être et cela dés le début, puis la TV a pris sa part . Je ne vais jamais au cinéma sauf deux fois en 40 ans, c’ est comme les romans que je ne lirai jamais, je n’ ai pas envie que les poubelles mentales et fantasmatiques de n’ importe quel con matérialiste qui se prend pour un artiste , soient déversée dans mon esprit . Leurs vies et leurs prétentions pseudo-culturelles m’ indifférent au mieux , quand elles ne provoquent pas en moi un dégout profond et irréversible . Je me demande même si la schizophrénie et la paranoïa ne se propagent pas par le biais des films , cinéma ou Tv , de fait quand on voit qui est derrière cette industrie, qui finance etc on a un début de réponse .


Commentaires suivants