Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La science dure du hard porn

Une connaissance qui libère

Qu’est devenu le vert paradis des amours enfantines, cet état de grâce où les garçons se découvrent une âme ? La pornographie sur Internet a farci leur esprit de lubricité, pour en faire des masturbateurs précoces et compulsifs.

 

Près de 70 % des garçons de 13 ans ont déjà été exposés à la pornographie internet ; ils n’étaient que 15 % en 2008. La première exposition a lieu à 12 ans en moyenne, soit à l’âge où le cerveau est dans un état de plasticité maximale. Pour près de 30 %, les premières scènes sexuelles sont vues avant 11 ans. Près de 40 % des garçons entre 14 et 17 ans disent regarder régulièrement de la pornographie en se masturbant (combien ne le disent pas ?). Beaucoup s’y adonnent plusieurs fois par jour. Loin d’être une habitude passagère, c’est pour la plupart d’entre eux le début d’une addiction durable qui aura des conséquences néfastes sur leurs capacités et leur orientation sexuelles, sur leur équilibre psychologique et sur leur vie affective.

En effet, dix ans après l’apparition de la vidéo porno en accès libre sur Internet, son impact devient mesurable chez les jeunes de plus de 20 ans. En 2014, une étude montrait chez les consommateurs endurcis de pornographie internet une quantité moindre de matière grise : y aurait-il un lien avec la baisse du QI constatée par d’autres études ? Le porno et la menace sur la virilité, titre un article du magazine Time, qui consacrait son numéro du 11 avril 2016 à l’émergence d’une prise de conscience chez des centaines de milliers de jeunes et de moins jeunes en souffrance, qui mettent leurs témoignages en commun sur des forums et élaborent des stratégies de guérison, en marge d’une profession psychiatrique qui a prouvé, une fois de plus, qu’elle faisait partie du problème et non de la solution. Une belle illustration de l’ambivalence d’Internet : moyen de conditionnement et d’émancipation à la fois.

 

 

Soyons clairs : lorsque l’on parle de « regarder de la pornographie sur Internet », c’est par euphémisme. La pratique dont il est question consiste à se masturber en visionnant des vidéos sur des sites porno, le conso-mateur type zappant compulsivement d’une vidéo à une autre. Les sites comme Pornhub (qui en 2015 déclarait 2,4 millions de visiteurs par heure, et un total de 4 392 486 580 heures de vidéo visionnées) sont comme des buffets all-you-can-eat offrant 24h/24 une infinité de plats plus exotiques les uns que les autres, servis gratuitement, instantanément et anonymement. Et contrairement à la nourriture, aucune limite n’existe à la quantité d’images pornographiques ingurgitable.

Dans ces conditions, la consommation de pornographie est tout autre chose que la consultation d’un magazine, ou même d’un film loué. La génération actuelle des 20-30 ans est celle qui a appris à se masturber de la main gauche, ironise Gary Wilson, créateur du site yourbrainonporn.com, et auteur du livre Your Brain on Porn : Internet Pornography and the Emerging Science of Addiction.

Gary Wilson est un professeur de biologie à la Southern Oregon University qui a contribué à ouvrir le débat sur le sujet. Il a mis à la portée du grand public une somme de recherche scientifique et expérimentale permettant de comprendre les mécanismes neuropsychologiques associés à la consommation régulière de pornographie Internet. À commencer par l’addiction, qui touchait déjà en 2014 un tiers des Américains entre 18 et 30 ans, avec son corollaire, l’accoutumance qui entraîne le consommateur vers des pornographies de plus en plus violentes et perverses. Pour une grande partie de ces jeunes et moins jeunes, l’addiction pornographique entraîne des « troubles érectiles » (erectile dysfunction, ED), c’est-à-dire une incapacité physique d’avoir une érection satisfaisante avec un partenaire réel. Ce symptôme affecterait aujourd’hui un tiers des 18-25 ans. Enfin, des milliers d’hommes parvenant à se libérer de cette addiction prennent soudain conscience qu’elle était aussi la cause de leur dépression ou de leur anxiété sociale, et non pas un symptôme comme le leur affirmait leur psychiatre. C’est l’une des bonnes nouvelles partagées par Gary Wilson, dont la mini-conférence TEDx totalise plus de 9 millions de vues sur Youtube.

 

Gary Wilson, « The great porn experiment » (activez les sous-titres français) :

 

La psychologie comportementaliste et la neuropsychologie n’expliquent pas tout. Elles ne disent rien, par exemple, de la corruption spirituelle et de la dégradation de l’image de soi de celui qui, en jouissant du spectacle de violence ou de perversion sexuelles, s’en fait le complice. Et l’on est même loin de tout comprendre des mécanismes cérébraux en jeu dans le conditionnement pornographique. Mais ces mécanismes s’éclairent à partir de concepts simples et faciles à comprendre. Le mot-clé est « dopamine », le neurotransmetteur qui stimule, entre autre, le désir d’orgasme. Sa sécrétion est normalement contrebalancée par une protéine inhibitrice qui empêche la surchauffe en freinant l’intempérance (over-indulgence). Mais cet antagonisme, efficace dans un environnement réel, se révèle un piège dans l’environnement virtuel de la pornographie internet, puisque le consommateur peut relancer la sécrétion de dopamine en changeant de vidéo.

En effet, l’évolution semble avoir doté les mammifères mâles d’un mécanisme destiné à optimiser les chances de reproduction : on lui donne le nom d’effet Coolidge, en référence à une anecdote sur le président américain Calvin Coolidge et sa femme visitant une ferme modèle : le fermier montra fièrement à Madame Coolidge un coq capable de copuler à longueur de journée, jour après jour. « Dites-le à Monsieur Coolidge », lui suggéra Madame Coolidge. Ce qu’il fit. Le Président réfléchit un moment, puis demanda au fermier : « Avec la même poule ? » « Non Monsieur », répondit le fermier. « Dites-le à Madame Coolidge », suggéra alors le Président.

L’effet Coolidge signifie que la sécrétion de dopamine, l’opium du cerveau, est boostée par la nouveauté. Cela est facile à démontrer sur des rats de laboratoire : mettez une femelle réceptive dans la cage d’un mâle, il va copuler jusqu’à un stade de lassitude. Remplacez alors la femelle par une autre, et le revoilà immédiatement à l’action. Vous pouvez répéter cette procédure jusqu’à l’épuisement complet du mâle.

Mais l’expérience peut être poussée plus loin, en faisant intervenir la plasticité de la pulsion sexuelle. Aspergez maintenant une femelle de cadavérine (une substance reproduisant l’odeur de la viande pourrie, que les rats fuient normalement), et placez-la dans la cage du mâle. En l’absence d’autre femelle disponible, le rat va finir par copuler avec la femelle puante. Répétez l’opération avec d’autres femelles aspergées de cadavérine. Au bout de quelques jours, la simple odeur de cadavérine stimulera l’appétit sexuel du rat : mettez-lui un morceau de bois aspergé de cadavérine, et il cherchera à s’accoupler avec lui. Cette expérience prouve que le rat peut être conditionné à être excité par quelque chose qui, à l’état naturel, suscite chez lui une violente répulsion. La plasticité du cerveau signifie que les connexions neuronales se renforcent à l’usage : des cellules nerveuses qui sont stimulées ensemble tendent à se « câbler » ensemble (Nerve cells that fire together wire together), et des circuits qui ne se sont plus empruntés disparaissent (Use it or lose it). Ce principe, combiné avec l’effet Coolidge, explique que l’internaute qui dispose à portée de souris d’un choix illimité de genres pornographiques pour relancer la sécrétion de dopamine, va progressivement être excité par des genres de pornographie de plus en plus durs, qu’il trouvait auparavant repoussants, et qu’il peut même trouver encore moralement condamnables. 49 % des consommateurs réguliers de porno internet se reconnaissent dans cette catégorie, selon une étude de 2016.

Bien entendu, les hommes ne sont pas des rats : ils disposent d’une pensée consciente leur permettant de maîtriser leurs pulsions et de résister aux conditionnements. Mais jusqu’à un certain point. Certains diront que seules les personnes fragiles peuvent être submergées par ces processus. Cela soulève alors la question : quelle est la proportion de personnes fragiles, à risque, vulnérables parmi les adolescents ? 99 % ? En réalité, les sites pornographiques sont des machines à conditionner extrêmement puissantes, capables d’entraîner des jeunes gens tout à fait sains et équilibrés. Face à un tel conditionnement, nous sommes tous, potentiellement, des rats de laboratoire. Les conditionnements en question sont inconscients. C’est pourquoi la rationalité consciente est généralement impuissante à les inverser. Informer le jeune internaute masturbateur compulsif que la pornographie n’est pas comme le sexe réel (le message éducatif standard) ne lui est d’aucune aide : il le sait déjà. Son conditionnement est un apprentissage inconscient contre lequel le seul apprentissage conscient efficace est une introspection informée par la compréhension de ces processus inconscients.

Cette connaissance n’est pas seulement de nature scientifique. Elle émerge aussi de la mise en commun de milliers de témoignages concordants (le livre de Gary Wilson en cite une centaine). Ces témoignages ont commencé à affluer sur les forums en 2009, conduisant à la création de sites spécifiques comme NoFap.com, créé en 2012 par Alexander Rhodes, puis rebootnation.org fondé par Gabe Deem, ou encore addictedtointernetporn.com animé par Noah Church. Tous trois sont eux-mêmes d’anciens addicts de la pornographie voulant partager leurs luttes et leurs victoires sur eux-mêmes (voir le témoignage de Noah Church, sans sous-titres français). Alexander Rhodes a découvert par hasard la pornographie sur Internet à l’âge de 11 ans et se masturbait jusqu’à 10 fois par jour à l’âge de 15 ans. Son forum, qui comptabilise 200 000 membres, apporte un soutien à tous ceux qui cherchent à se libérer par des périodes de sevrage : 90 jours sans PMO (Porn/Masturbation/Orgasm) est, dans la majorité des cas, suffisant pour constater une amélioration dramatique, tant physique que psychologique. Beaucoup s’étonnent d’être définitivement guéris de leur dépression ou leur anxiété, et de retrouver vitalité, motivation et respect d’eux-mêmes. Certains décrivent cette transformation comme le passage de l’adolescence à l’âge adulte : pour la première fois, ils ont le sentiment d’avoir la maîtrise de leur vie. Il est important de souligner qu’il n’y a dans ces sites aucune idéologie sous-jacente hostile au sexe. Bien au contraire : il s’agit avant tout, pour la majorité des gens qui vont y chercher de l’aide, de retrouver les conditions d’une sexualité épanouie avec des partenaires réels.

Philip Zimbardo, professeur de psychologie à Stanford et célèbre pour ses expériences de conditionnement humain, incrimine la pornographie dans la crise profonde de la virilité en Occident :

 

Philip Zimbardo, « La disparition des hommes »

 

La pornographie internet a créé un problème massif de santé publique, que malheureusement la profession psychiatrique préfère nier. L’addiction à la pornographie ne figure même pas dans leur catalogue canonique, le Diagnostic and Statistical Manual (DSM-5). Ils préfèrent médicaliser leurs patients, et ce n’est pas l’industrie pharmaceutique qui va s’en plaindre.

Les politiques s’en lavent les mains. Ils savent ce qu’il en coûte de s’aventurer sur ce terrain. Il faut croire que le pouvoir qui nous gouverne vraiment y trouve son compte : les branleurs ne font pas la Révolution.

Laurent Guyénot

Retrouvez les analyses de Laurent Guyénot chez Kontre Kulture :

Lire également chez Kontre Kulture :

En lien, sur E&R :

 
 






Alerter

72 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1901898
    Le 15 février à 23:32 par Cap Falcon
    La science dure du hard porn

    A ceux qui parlent de trouver l’amour, c’est peut-être moi qui ne suis pas véritablement homme (ou eux) mais il m’est instinctivement impossible de "ba*ser" une femme dont je serais totalement amoureux. C’est tout l’inverse en revanche pour la femme.
    Le passage sur l’effet Coolidge est hyper intéressant, le mâle est porté naturellement (génétiquement) à vouloir multiplier les génitrices. Angoisse reproductive qui témoigne de son infériorité ou plutôt fragilité biologique.

    Pour le reste, le porno est évidemment très mauvais, comme les écrans, smartphones, télés etc... Mais ils ont quand même bon dos. Les maladies physiques et psychiques, la dévirilisation etc... Sont avant tout dus aux pollutions diverses (électromagnétiques, hormonales, vaccins...) et à un manque d’exercice physique.
    Je passerais aussi sur l’énorme impact de la "libération de la femme" qu’a sur les hommes.

     

    Répondre à ce message

    • #1902470
      Le 16 février à 20:00 par lameute
      La science dure du hard porn

      Cap Falcon, pourquoi dire "la femme" ? "baiser" quelqu’un,homme ou femme c’est finalement de la masturbation à 2. Sans amour le sexe n’a rien d’épanouissant mais est-ce que c’est parce que je suis une femme que je dis ça ? Je pense qu’il y a des femmes qui se fichent du côté spirituel de l’existence,des hommes également et il y a des hommes qui n’ont pas envie de baiser la 1ère venue et des femmes pareillement.

       
    • #1902601
      Le 16 février à 23:23 par Cap Falcon
      La science dure du hard porn

      Ne prenez pas le mot "baiser" au premier degré, d’une manière vulgaire, dans une ambiance masculine ce terme est du second degré. Les hommes entre eux, dans un cadre chaleureux, usent et abusent de la vulgarité et du second degré. C’est une manière de montrer chez nous notre complicité. Mes congénères comprennent parfaitement dans quel cadre j’emploie ce mot.

      La femme ou l’homme veut dire l’essence féminine et l’essence masculine, là aussi, mon propos est parfaitement intelligible pour ces messieurs, il ne s’agit pas de chosifier la femme, rassurez vous.
      En prenant soin de m’adresser à un public féminin, je dirais que chez l’homme, la sexualité et le désir sont dissociés des profonds sentiments amoureux qu’il éprouve . Plus il aime une femme moins il a envie de lui faire l’amour. (Freud avait-il raison ?).Chez la femme en revanche, le désir sexuel est intimement lié aux sentiments qu’elle éprouve pour un homme.

      L’ironie, le second degré, les blagues potaches et la vulgarité font aussi partie de l’essence masculine. Lorsque,mesdames, vous voyez les hommes entre eux en user n’y voyez là que du second degré.
      Notre échange confirme d’ailleurs très bien le sous-entendu de la dernière phrase de mon premier commentaire.

       
    • #1902678
      Le 17 février à 08:55 par La meute
      La science dure du hard porn

      Merci pour votre précision à mon usage. Je ne brandis aucun étendard féministe. Qu’hommes et femmes essaient de se comprendre c’est très bien.

       
  • #1901920
    Le 16 février à 00:45 par Le_Lyonniste
    La science dure du hard porn

    La pornographie a détruit la société, et elle continue.

     

    Répondre à ce message

  • #1901943
    Le 16 février à 02:12 par Yarrick
    La science dure du hard porn

    Alors je pose la question (et merci aux moralistes à pseudo de s’abstenir, j’aimerai une réponse sérieuse) : 90 jours sans porno/masturbation/orgasme est un bienfait pour retrouver santé et estime de soi. Mais est-ce que cela implique les relations sexuelles "normales" (genre, ce qu’un être humain normal fait avec une être humaine normale ?)

    Mon petit conseil pour lutter contre ce genre d’obsession : à la moindre pensée ou envie masturbatoire, se précipiter dans la salle de bain et se laver le visage en comptant jusqu’à 30 ou 40. Et ne pas hésiter à faire ça à chaque fois, au moindre doute sur un retour d’érection. Le but étant que le cerveau reptilien associe l’envie masturbatoire avec une action, certes saine, mais assez rébarbative et peu agréable.
    D’autant que comme les gestes manuels de frottement du visage sont proches du mouvement de va et vient d’une masturbation ; cela peut aider encore plus à induire le cerveau en erreur.

     

    Répondre à ce message

  • #1902005
    Le 16 février à 07:44 par PJ
    La science dure du hard porn

    Excellent article.
    Que font tous ces parents pour laisser dès 10 ans un môme sur internet.
    Les inscrire au sport qu’il soit individuel ou collectif ça les socialisera, ils produiront des endorphines, ils se construiront sainement.
    La TV est loin d’être un modèle avec des jeremstar et des émissions de TV réalité les anges bidule et cie pour décérébrés....
    Moi j’ai grandi avec des séries comme The prisoner, la petite maison dans la prairie, amicalement vôtre etc et encore interdit de TV les 3/4 du temps les activités extérieures étant privilégiées par parents.

     

    Répondre à ce message

    • #1902697
      Le 17 février à 10:00 par Sorale
      La science dure du hard porn

      Ils pourront en plus s’initier à l’homosexualité dans les vestiaires.

       
  • #1902033
    Le 16 février à 09:23 par marco
    La science dure du hard porn

    "On asservit bien mieux les peuples avec la pornographie qu’avec les miradors"
    Alexandre Sojenitsyne

     

    Répondre à ce message

  • #1902039
    Le 16 février à 09:34 par damien
    La science dure du hard porn

    Excellent article, pas moralisateur (c’est rare) et assez reconfortant au final.

     

    Répondre à ce message

  • #1902082
    Le 16 février à 11:01 par j’aime ER
    La science dure du hard porn

    OK, d’accord la pornographie c’est mal !
    Quid de l’impact de télévision forcée sur les plus jeunes (parfois dés 3ans) ?

     

    Répondre à ce message

  • #1902161
    Le 16 février à 13:07 par Benoît
    La science dure du hard porn

    La médecine traditionnelle chinoise explique très bien le lien entre des émissions de semences trop fréquentes et l’apparition de différents troubles de la santé, notamment la dépression.
    Pour faire court l émission de sperme dépendant de l’énergie des reins, des éjaculations trop fréquentes entraînent un épuisement de ceux-ci, les reins sont les organes à la base de la force/volonté/puissance , d’où fatigue chronique, état dépressif ... Une jeunesse sans force, sans volonté et sans puissance ..la bonne aubaine !!

     

    Répondre à ce message

    • #1902858
      Le 17 février à 14:57 par Robespoir
      La science dure du hard porn

      Merci Benoît, très intéressant.
      Connaissez-vous de bons ouvrages sur ce sujet ?

       
  • #1902614
    Le 17 février à 00:25 par Dany
    La science dure du hard porn

    Monsieur Guyénot, votre article est clair comme de l’eau de roche. Bravo ! Et merci !

     

    Répondre à ce message

  • #1902625
    Le 17 février à 01:22 par Léo
    La science dure du hard porn

    Il y a tout de même une chose qui est peu évoquée ici : pour se sortir d’une addiction, il faut avoir une bonne raison. Quelle que soit l’addiction, si au plus profond d’elle-même, la personne ne trouve pas un intérêt fondamental à en sortir, elle ne bougera pas.
    Pourquoi la pornographie prend-elle autant de place dans la société ? Sans nier ses mécanismes addictifs redoutables, tout d’abord : quel vide vient-elle remplir ?
    Une existence morne, sans valeurs morales motivantes, aucun but existentiel, sans emploi, sans métier, la banalisation du sexe concomitante à la diabolisation de la virilité, des femmes de plus en plus insupportables, qui n’acceptent plus le moindre cadrage masculin, qui ne s’abandonnent plus à la lumière du yang mais y préfère la décadence narcissique. Et d’un côté, le monde du cul à portée de clic, une branlette antidépresseur et tout le pouvoir de fascination du corps féminin jeté à la face du premier ado mâle venu, jusqu’à l’écœurement, jusqu’à la nausée.
    Et je ne parle pas des femmes, de plus en plus consommatrices, tant la verticalité masculine ne les élèvent plus sans doute, tant cette dernière rase les murs et baisse les bras.
    La puissance du porno sur les esprits est immense et nous peinons même à identifier les leviers qui nous permettraient de remédier au problème. Mais le voulons-nous vraiment ? Ou bien le vice a désormais cela de confortable que rien autour de nous ne nous montre plus s’il est vice ou vertu ? Et finalement, l’effet communautaire du web permet si facilement de se déresponsabiliser par dilution dans la masse qu’il n’est plus guère qu’une lumière intérieure pour proposer une alternative, car mêmes les églises les plus blanches restent vides.
    Car oui, l’affaire est une fois de plus spirituelle et à ce propos, rappelons-nous, hommes, que l’éjaculation n’est pas notre plus haut orgasme, mais une offrande sacrificielle au gynécée créateur, une offrande qui mériterait d’être rare, et précieuse. Et pour les autres fois, préférons-y la jouissance de l’Esprit, du Père total, qui révèle, qui sublime et qui guide, dans une maîtrise parfaite de lui-même et de l’autre.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents