Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les conséquences de la pornographie – Entretien avec Judith Reisman

À quoi conduit la pornographie ? Existe-t-il une pornographie « soft » ? Quels ont été les rôles de l’Institut Kinsey et du magazine Playboy dans la banalisation de la pornographie ? Quels sont les liens avec la pédophilie ?

Des questions auxquelles répond Judith Reisman dans cet entretien sous-titré en français et enregistré en mai 2017 lors de son passage à Montréal.

 

 

Alain Soral présente Kinsey, la face obscure de la révolution sexuelle, de Judith Reisman :

 

Se procurer l’ouvrage indispensable de Judith Reisman
chez Kontre Kulture :

Lire également chez Kontre Kulture :

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

58 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Y’en a marre de ces conneries, la branlette c’est comme le sexe c’est bon pour la santé.

     

    • Oui c’est bien connu, c’est pour ça que toutes les grandes sagesses du monde encouragent la branlette...


    • La branlette peut devenir une addiction dont on peut avoir du mal à sortir .


    • Et le site d’E&R où l’on peut se réinformer, commenter et donc échanger par écrit car ça fait bien longtemps que j’entends plus rien à force.....


    • je dirais meme plus, la branlette devant une oeuvre que l’on peut appeler pornographique mais que je qualifierai de sexualo-visuelle a un interet particulierement profond pour l’imaginaire et la creativite.

      cest comme regarder des videos de peintures avant de peindre a son tour, sauf que le pinceau...bon

      de la branlette intellectuelle tout le reste, le porno est un art et comme nimporte quel autre cinema, y a du bon y a du moins bon


    • Oui tout à fait, j’abonde en votre sens : clairement, le monde s’ordonne merveilleusement bien, en progrès constant, et cela proportionnellement à l’attachement sans frein des hommes aux plaisirs de la chair et à l’assouvissement de leur part instinctive et animale.
      C’est bon pour la santé, bon pour l’esprit, bon pour l’Âme même, de s’astiquer la verge qui, c’est reconnu par toutes nos éminences spirituelles et philosophiques des magazines féminins, est ce qui relie l’Homme à sa fin dernière : l’éjaculation et le plaisir éphémère des sens.

      Merci pour votre message, il est bon de constater le chemin parcouru en vous lisant.
      "Quand un adversaire se cache dans pareil refuge, on ne le combat plus : on l’y laisse" Monseigneur Gaume.

      Je prierai pour vous néanmoins, qu’un jour la Grâce vous permette de comprendre ce que votre qualité d’Homme a à vous offrir de plus que la pathétique décharge de coupable lasciveté.


    • Il n’y a rien de néfaste à apprendre à découvrir son corps, ses limites, ses sensations, etc...
      En revanche la pornographie est symptomatique d’une inconscience généralisée à propos des sensations et émotions qui nous animent, et réduits l’acte masturbatoire à quelque chose de purement compulsif... si ça ne concernait que la masturbation...
      Et puis l’éjaculation s’accompagne d’une perte d’énergie.

      Le désir est une énergie qui doit être canalisée au service de la créativité. La masturbation saine permet de le reconnaître afin de comprendre son mécanisme et ses effets subtils et alors le maîtriser... mais vient un temps où l’on peut s’en passer.

      Le christianisme a pris l’autre extrême de ce dont témoigne l’article, elle a essayé de refouler cette énergie. Défouler/refouler > deux faces d’une même pièce.


    • @potaufeu

      "sexe" ça ne veut rien dire, si ce n’est faire référence à un organe.
      cette confusion dans les termes est l’amorce d’une confusion dans la "chose".
      A ce train-là, tout se vaut, dès le moment que sa fait frétiller paupaul :
      un doigt au cul, c’est du sexe
      une branlette c’est du sexe
      une fessée, c’est du sexe
      une fille qui lèche une sucette c’est du sexe
      j’arrête là pour ne choquer personne...

      Alors si vous voulez réapprendre à parler, vous pouvez dire "relation sexuelle" (bof, un peu terne) ou bien coucherie, ou bien, sur le mode évangélique : "connaître" une fille/un garçon ("je n’ai pas connu d’hommes").
      Et là, oh miracle, en parlant bien, on pense bien : car en effet, se branler, ce n’est pas coucher, ce n’est pas connaître, ce n’est pas avoir de relation. Donc, par discernement, on ne peut plus écrire cette bêtise : ’la branlette c’est comme [le sexe] baiser c’est bon pour la santé"
      Car effectivement ce n’est pas pareil : puisqu’à force de me branler, c’est à dire de ne compter et n’avoir besoin que de moi-même pour m’offrir narcissiquement du plaisir, je risque simplement de ne plus savoir prendre du plaisir AVEC et PAR quelqu’un, parfois même au sens le plus trivial du terme.

      La conclusion est donc : il faut arrêter la branlette pour connaître la femme, s’unir à elle et procréer, c’est à dire relier l’acte sexuel à la vie in fine. La confrérie des branleurs secrets et solitaires est une secte morbide, bien plus dégénérée que celle des amateurs de prostituées, car ces derniers au moins font AVEC, et ne risquent pas de perdre le goût de l’AUTRE et de mettre en panne la tuyauterie. C’était l’avantage des maisons closes. Les avoir remplacer par le porno libre et gratuit revient à multiplier les tempéraments timides et impuissants (parfait pour le grand remplacement).


    • #1860283
      le 13/12/2017 par Barthez avec une cigarette.
      Les conséquences de la pornographie – Entretien avec Judith Reisman

      Non ce qui est bon pour la santé c’est une relation sexuelle avec le sexe opposé.


    • "Le christianisme a pris l’autre extrême de ce dont témoigne l’article, elle a essayé de refouler cette énergie."

      euh... non, si il est interdit de se branler c’est parce que c’est une forme d’infidélité. Exactement comme regarder en cachette du porno.

      Ce qui est tout à fait coherent quand on y réfléchit deux secondes.


  • Dégénérescence totale, la guerre sur tous les plans ; bouffe de merde, boulot de merde, décors de merde, air de merde, relation de merde, éducation de merde, timing de vie de merde, discussions de merde, vie sexuelle de merde,... on est du bétail, vraiment dur de s’en sortir quand le système t’as lobotomisé dès le plus jeune âge à ce genre d’image, vous ajoutez à ça mère et père au travail, ça vous dessine bien le destin de la majorité des gens... ha ouais "pardonnez les car ils ne savent pas ce qu’ils font" qu’ils disaient !!!
    ça va être dur de remonter la pente mais la désespérance serait-elle aussi un péché ?


  • Très bien,cette Dame,et le commentaire d’AS aussi.


  • Oui tres mauvais, je n’étais même plus excité en voyant des filles en chair et en os avec tout ce qui est sur internet. C’est dur mais je fais de mon mieux pour l’éviter pour ne pas finir super blasé.

     

    • d’accord avec toi, le probleme est que je vois trop de filles abuser de leurs soit disante faiblesse pour imposer leur vision des choses et puis qui fait du porno en majorité, les hommes ou les femmes ? elle est bien gentille cette dame sauf qu’elle oublie que beaucoup de femme sont consentantes pour faire du fric.


  • La pornographie doit être interdite, c’est un amas de dégénérescences et de perversion, rien de -.
    Parler de sexe pour décrire ce qu’est la pornographie est juste de l’inconscience ou la preuve d’un esprit détraqué.
    Un Etat qui tolère que cela puisse être et diffusé sur son territoire est complice de cette décadence et devra être jugé en conséquence.

     

    • #1860299
      le 13/12/2017 par Barthez avec une cigarette.
      Les conséquences de la pornographie – Entretien avec Judith Reisman

      Parfaitement, j’ajouterai une remarque qui me parait pertinente, c’est de constater le degré de pudeur et de sainteté morale des hommes vivants dans certaines régions du monde avec les régions dites modernes et possédant un large réseau de fibre optique souterrain donc d’internet. Là où il y’a de la pornographie on peut constater que les hommes sont amorphes, mous, fatigués, courbés, je pense que c’est facilement visible dans notre société si on a un minimum de vision. Voilà les conséquences de la pornographie, cette dernière a remplacée pour certains la sexualité convenable.


    • La diffusion était interdite sur le territoire. Ils se sont arrangés avec les textes législatifs pour lancer Canal +.


  • c’est vrai qu’il y a une vrai dégénérescence sur les sites spécialisés comme par exemple de plus en plus de contenu gay sans avoir cliqué volontairement sur ce type de contenu et beaucoup d’enfants aussi, notamment avec des sexagénaire.


  • Avec tout le respect que je peux avoir pour cette dame, une mamie pour parler de pornographie ? Vraiment ? J’ai pas mal suivi ses interventions notamment sur Kinsey mais bon là... Je ne dis pas qu’elle a tord mais au final, ses arguments, aussi valables soient-ils, tombent d’une façon très péremptoire quand on ne dispose QUE de son avis. J’aurais aimé entendre une personne parfaitement saine d’esprit nous parler de pornographie histoire de pouvoir me faire une idée objective.

    Tant qu’on y est allons-y : J’ai 31 ans je suis enseignant depuis 8 ans, je suis marié, j’ai ma propre maison et. Casier judiciaire vierge, sain d’esprit et pas d’araignée au plafond. Je suis AS et la dissidence qui en a découlé depuis ma lecture de Comprendre l’Empire et je prêche la bonne parole à qui veut l’entendre.
    > ET, je regarde des films pornographiques ET je joue à des jeux vidéos ET tout va bien.

    Loin de moi l’idée d’avoir un discours visant à me déculpabiliser, je veux juste dire qu’il est tout à fait possible de concilier le tout. Car j’ai l’impression qu’E&R tombe dans le même radicalisme que ceux qu’elle fustige : "Si tu joues à des jeux-vidéos t’es un jeune con." et "Si tu regardes des fims porno, t’es un drogué et attaché au système".

    Si vous attendez des gens d’en face qu’ils évitent les stéréotype à votre égard, faites de même. Regarder des films porno ne m’empêche pas de faire l’amour à ma femme de façon passionnée, et jouer à des jeux vidéos ne m’empêche pas d’avoir une certaine spiritualité, de lire des livres et de m’occuper de mon ménage.

    Je pense pouvoir dire sans me tromper qu’un gros pourcentage des gens qui suivent se site sont des jeunes joueurs (et bien souvent amateur de porn) qui ont le TEMPS de visiter ce site entre deux parties. Il suffit de voir le nombre de jeunes qui ont interpellé Vincent lors de la Paris Games Week.

    Etre réfractaire à ce que les autres dissidents soient "parfait" ou "pur" c’est retomber dans les-heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire *rire*. On peut analyser la tendance, les déviances, les retombées économiques. Mais ne soyez pas aussi hypocrites et exigeant que ceux d’en face, c’est contre-productif. Après tout nous lisons et écrivons ces lignes depuis un ordinateur, honte à nous ? Je pense que non.

    Je pense ne pas être le seul à vivre de cette façon qui dérange tant les plus radicaux dans leur dissidence.

     

    • Monsieur,

      Vous n’avez rien à faire devant un public de jeunes gens, c’est probablement pour ça qu’on vous a embauché mais vous être trop jeune pour l’envisager sérieusement. Sachez que les Anciens dans une société saine ont toujours eu ce rôle de mettre en garde les plus jeunes mais pour vous une femme âgée, c’est une mamie, sans majuscule. Pour un être civilisé c’est une Aînée à qui l’on doit le respect et c’est potentiellement une personne douée d’une sagesse qu’un trentenaire n’a par définition pas encore acquise. À bon entendeur...


    • @Crash (visionnaire ?) Tu t’imagines que cette femme a toujours eu l’age qu’elle a dans cette VDO ? Elle a été jeune comme tu l’es actuellement . La pornographie n’est pas née avec Internet ,ni avec toi .
      Elle a surement plus d’expérience que toi au vu de son age
      Tu regardes des films porno, et tes enfants tu vas les élever au porno ?
      Que ton fils passe ses soirées à se branler devant son ordinateur ça te dérangera pas ? C’est comme ça que tu imagines l’adolescence ? C’est cette vision que tu as du bonheur familial ? de l’éducation des enfants ? C’est ce modèle de sexualité que vous allez proposer toi et ta femme , à vos descendants ? Pour Noèl je suppose que tu payeras un sex robot à ta gamine et à ta femme puisque tout baigne . Joyeux Noèl sexuel en famille !


    • @ Mariana

      Madame,

      Vous réagissez avec vos émotions avant d’essayer d’analyser ce que je dis, c’est dommage. Je n’ai pas dit que je ne respectait pas cette dame bien au contraire. Je la respecte comme je respecte ma propre grand mère. Ce que vous n’avez pas compris dans mon message, ou que j’ai certainement mal exprimé, c’est qu’il n’y ait QU’une mamie, et pas une jeune (ou un jeune) femme (homme) pour venir y ajouter une autre vision des choses.

      Et je ne vous permet pas de juger si oui ou non j’ai quelque chose à faire devant des jeunes gens. J’ai eu mon diplôme comme beaucoup de mes collègues et j’ai été embauché pour mes compétences d’enseignant. Vous essayer de me faire une leçon de respect alors que vous n’en usez pas non plus à mon égard.

      @Mind Control

      Non je ne m’imagine pas qu’elle a toujours eu cet âge, par contre ce que je sais c’est qu’elle n’a pas grandit dans les mêmes conditions que moi et d’autres, avec un PC dans les mains à 12 ans. Et l’accès à la pornographie un peu plus tard. Je ne dis pas qu’elle n’y connait rien bien au contraire. Par contre je pense qu’un témoignage et éventuellement une analyse de quelqu’un de plus jeune ayant justement grandit avec aurait été profitable à cet article, histoire d’avoie deux façons de voir les choses. Je ne dis pas qu’il y a forcément un avis négatif et un avis négatif, je dirais un plus "relativiste" que l’autre.
      Pour continuer à te répondre non, je ne vais pas élever mes enfants au porno. Par contre j’aurai bien du mal à empêcher leurs camarades de classes de le leurs montrer à l’occasion d’une récréation sur leur smartphone. La différence est que j’en serai conscient et que je pourrai réagir correctement. Car je pense qu’il est difficilement envisageable que nos enfants n’y soient pas confrontés assez tôt dans leur jeunesse à moins de vivre de façon très recluse et de choisir une école qui y prête attention (bonne chance).
      Enfin en lisant la suite de ta réponse aussi agressive et condescendante, je me demande pourquoi je répond au final. Tu fais justement partie de ces radicaux dont je parle, qui préfère se voiler la face au lieu de voir la réalité en face. Ce n’est pas parce que je regarde du porno moi même que je vais violer mes élèves ou que je vais "proposer ce modèle à ma famille". Il faut être soit limité soit en manque d’arguments pour proposer ce genre de chose. Je te laisse faire ton choix. Et si tu veux vraiment en discuter on peut se MP.


    • Bonjour, bonsoir "Crash", je voulais simplement te dire que je suis entièrement d’accord et que mon mode de vie se rapproche du tiens


    • @ Crash

      Entièrement d’accord avec vous. Les gens n’étaient pas plus épanouis ou plus sains d’esprit il y a 100 ans. C’est oublier la vocation éducative de la pornographie.

      La pornographie peut impliquer des problèmes d’addiction ou de perversion mais elle n’en est pas l’origine. La nourriture ne crée pas l’obésité ou l’anorexie. Tout le monde est confronté au cours de sa vie à des phénomènes de dépendance ou compensation, ça fait partie du cursus psycho-émotif de chacun. Et ça se soigne.

      Bref messieurs et surtout les plus jeunes, ne faites pas trop attention aux moralisateurs de tout poil ; regarder des films pornographiques ne vous empêchera pas d’aimer une femme dans l’intimité ni de la rendre heureuse. A chacun de faire la part des choses. Attention toutefois à ne pas vous vautrer dans la facilité ; rien ne doit vous empêcher de sortir de chez vous et d’aller parler aux filles en situation réelle.



    • Ce n’est pas parce que je regarde du porno moi même que je vais violer mes élèves ou que je vais "proposer ce modèle à ma famille".



      Comment fais-tu pour donner comme modèle à ta famille autre chose que ce que tu es ?


    • @crash
      vous seul savez ce que valent vos petites curiosités pour tuer l’ennui.

      il y a des tièdes en tout, même dans le péché, et il est fort possible que ces petites distractions ne vous paraissent pas plus nocives qu’une mauvaise pensée, un bref accès de colère, dont vous vous remettez fort bien.

      C’est un peu comme la question du Cannabis. Il y a des gens qui sont pour sa dépénalisation car ils ont l’impression que ça ne changera rien pour eux ; ils ont leur petit traintrain de consommation, fument de tps en tps, sans excès, tièdement

      et puis il y a les avides, ceux qui ne savent rien faire sans excès ou sans profondeur, sans aller jusqu’au bout du bout du bout... ceux-là, s’ils sont honnêtes, savent qu’une dépénalisation les rendra encore plus loques qu’ils ne le sont aujourd’hui, parce que la facilité d’accès ne mettra plus aucun frein à leur consommation, à un moment de faiblesse, à un achat compulsif. Il sera bcp plus dur pour eux d’arrêter, il ne suffira plus de cesser certaines fréquentations, etc.
      A ces gens-là, on peut ajouter la foultitude de timides qui, sans dépénalisation, n’auraient jamais accès au monde "occulte" de ce genre d’achats.

      Vous avez les mêmes catégories pour la luxure, et pour toutes les formes de transgression. Un geek puceau à 30 ans, effrayé par les femmes et drogué au porno risque fort de ne jamais sortir de cela. A toute autre époque il n’aurait pas pu y sombrer car suffisamment de garde-fou existaient vis à vis de ces personnalités fragiles, sans empêcher les plus vaillants de transgresser à leur guise.

      Le problème est qu’aujourd’hui, par un simple clic, sans même besoin d’ardeur, de caractère, de compromission avec la vie, on pèche tièdement. Le plus "humble" des peureux, qui en d’autres temps n’aurait eu que des vices à sa mesure, a aujourd’hui l’âme aussi crasseuse que celle d’un champion de lupanar, sans en avoir pour autant le caractère et les "vertus", car qui a démontré de la vaillance et de l’audace dans ses « chutes » saura en montrer autant dans sa rémission, et peut espérer des aventures qui le rachètent (car après tout, il en faudra toujours des hommes qui donnent de l’amour comme ils peuvent à la sainte putain).

      C’est cela, le gouffre effrayant que contemple cette "mamie" depuis une hauteur que vous n’avez peut-être pas. Ne prenez pas ces remarques contre vous personnellement, mais pensez au bien commun, aux plus faibles et à la société dans son ensemble


    • Monsieur,

      Vous persistez et signez, Madame Reisman n’est pas une "mamie". Votre pseudo-argument selon lequel je réagirais à votre post en suivant des émotions est invalide.

      Je connais très bien le système de recrutement des enseignants pour avoir exercé cette profession pendant 21 ans : on recrute à peu près n’importe qui, ne vous en déplaise ! Soit on a l’humilité et la lucidité de l’admettre, soit on se juche laborieusement sur un statut de pacotille comme vous tentez de le faire en dépit de la piètre qualité de votre français.

      Je persiste à dire qu’on n’a pas sa place devant un public de jeunes gens quand on fait étalage de son goût pour la pornographie comme c’est votre cas pour tenter de la banaliser.


    • Crash préfererait une Marion Sigaut de la pornographie : qui a péché de son vivant et qui s’en repend.

      Tetar 1er, pas mal du tout : le vice à hauteur du caractère de l’individu.

      Aurait-on les vices qu’on mérite ?
      La capacité d’y aller impliquant une capacité d’en revenir ?


    • Discussion intéressante entre " jeunes " et " vieux " dissidents.

      Avec Crash -pseudo anglais, pas un détail pour moi-, on constate la dégénerescence sociale tranquille, à savoir qu´il est normal qu´un prof déclare qu´il aime la pornographie, que c´est pas grave finalement. Il est né avec internet donc avec le porno, et le niveau de recrutement, comme le salaire, ont chuté vertigineusement à l´Éduc Nat, c´est une corrélation. J´ai aussi pratiqué le professorat trop longtemps, 12 ans, pour connaître le milieu pas viril, féminisée, et n´ayant aucun rapport avec le réel - un prof ne sait rien faire dans la vraie vie, c´est un parasite -.
      La différence entre toi et moi, c´est qu´en regardant du porno assez régulièrement, j´ai conscience que ce n´est pas un acte positif, de qui dirige ce commerce, de qui dirige cette idéologie, les mêmes. Ce n´est pas pour nous rendre plus sains mentalement ni élevés spirituellement.
      Le porno c´est le pendant du chichon qui rend vraiment con, mêmes dirigeants. Prêt pour écouter du rap. Et toucher le Hamon revenu.

      Le pire c´est que tu es E&R, donc tu as un niveau de conscience bien supérieur ; et que tu n´es pas un jeune prof. Tous les nouveaux qui ont presque 10 ans de moins que toi ; avec la baisse de conscience et de niveau régulier, on ose imaginer le résultat du recrutement 2018. Sans t´en rendre compte, par ton acceptation du porno, tu fais un pas vers la théorie du genre. Et si le système est ainsi, c´est que chaque génération a fait son petit pas vers la désintégration.

      On prendrait une épreuve de baccalauréat de 1980 ou même 1995, la plupart des néo-profs n´auraient pas la moyenne.

      Ce message n´est pas une attaque ad hominem, juste une constatation de la situation actuelle.
      Le porno c´est tellement bien que Poutine l´a interdit en Russie, pour enjoindre les citoyens à trouver une femme et procréer.


    • Le porno crée une addiction, pour s’en convaincre il suffit de vouloir s’arrêter d’en regarder et l’on découvre rapidement que notre volonté a été aliénée. Toute la logorrhée de "Cash", est l’habillement rationnel qu’il se tricote pour se masquer qu’il n’est plus maître de lui-même. La pornographie est une industrie de l’aliénation autour du quel gravite tout un système de contrebande "artisanal" pour les camés au porno qui cherche a augmenter les doses quand les gang bangs à 300 personnes et les quadruples pénétrations ne suffisent plus : vidéos "amateurs" avec au programme zoomanie, et pédomanie, SM de plus en plus dur, etc... Autre dérive : le sexe avec les hôtesses en live... Bref tout un système de la gestion de l’addiction pour un max de profit... Si quelqu’un a lu "Comprendre l’Empire" et s’il ne comprend pas l’empire et l’emprise de la pornographie, c’est qu’il lui reste encore à cheminer pas mal, et des anciens ou anciennes telles que cette dame sont un aide précieuse.


    • Toujours ce pénible quant-à-soi...
      Ta vie on n’en a rien à carrer en fait. On parle de phénomène général de société.
      Bien sûr que si, la pornographie de masse altère les personnalités. C’est un processus diabolique dans le sens où il est lent et quasi-invisible. Bien sûr aussi qu’il y aura toujours, et heureusement, des exceptions de gens qui n’iront pas plus loin que ce qui est illégal et/ou complètement malsain. T’es peut-être plus fort que les autres et tu fais partie de la dernière catégorie mais il faut arrêter le déni au bout d’un moment, c’est pénible.


    • @Prosper
      "Les gens n’étaient pas plus épanouis ou plus sains d’esprit il y a 100 ans."

      Je crois que j’ai jamais lu un truc aussi con depuis belle lurette.


    • @ Borntogrowl

      Je suis heureux que mon intervention ait quelque peu dérangé vos convictions. Allez, encore un petit effort de réflexion et de recherche personnelle : vous êtes sur la voie qui vous conduira (ou pas) vers davantage d’humilité.


    • @Prosper

      Face à des propos d’une connerie d’un autre espace-temps, la notion d’humilité n’a aucun sens.


    • @Prosper

      Et puis ce n’est pas une histoire de convictions mais juste d’observations. Il y a 100 ans en arrière, les Français étaient pas devant Cyril Hanouna ou la télé-réalité et je ne sais quoi. Pas de monde virtualisé, de jeux vidéos qui déconnectent de la vraie vie. Pas de défilés de queers qui se revendiquaient seulement par leur orientation sexuelle et leur trou de balle. Et on pourrait continuer un moment comme ça. Maintenant si tu veux rester en plein déni, fais je t’en prie.


  • "Pas d’immoralité sexuelle" disait le Seigneur.

    Assez simple de savoir ce qu’il faut en penser de la pornographie.


  • Excellent livre ! Surtout si vous cherchez des arguments fiables pour convaincre les plus réticents ;)
    ah oui j’oubliais, Merci à cette formidable Judith Reisman, Marion Sigault et à Alain Soral bien sûr :)


  • Aucun recours lorsque l’écran du téléphone portable d’un enfant est brusquement envahi d’images pornographiques malgré l’agression manifeste que cela constitue et l’atteinte à la dignité humaine.

    Se pourrait-il que des logiciels de reconnaissance vocale repèrent les voix d’enfant comme répondant aux appels et permettent ainsi de cibler la diffusion de ce matériel ? La question se pose.

    Aucun recours quand un enfant rentre à la maison chargé de la détresse d’un ami ou d’une amie quand celui-ci ou celle-ci a trouvé sur le téléphone portable de son père la photo de sa maîtresse en tenue d’Ève. L’exhibitionnisme des adultes ne peut plus être caractérisé quand la pudeur est stigmatisée comme un dysfonctionnement.

    Il y a une absence totale de volonté politique pour endiguer ce problème de l’exposition des mineurs à la pornographie.


  • Certains ici n’ont pas réalisé que l’onanisme peut très bien se faire avec ses propres pensées et fantasmes, ce qui d’ailleurs favorise l’imagination, sans être dépendant d’un quelconque média. Réveillez-vous.

     

    • L’onanisme n’a rien à voir avec le porno diffusé à grand échelle sur la planète Le porno c’est une fausse image de la sexualité ,de l’amour et de la femme .Car qu’est ce que le porno ? le fantasme de femmes objets -masturbatoires qui seraient OK pour toutes les déviances et les maladies mentales d’hommes ,qui, eux, seraient des sex- machines dont les femmes raffoleraient .C’est un total fantasme qui n’existe dans aucune réalité mais peut le faire penser à de faibles esprits influençables ,des jeunes et des enfants ..
      Le traitement des femmes dans ces films débiles ( (produits on sait par qui )) pervertit et tue les relations humaines .Ce qui mène aux tournantes , viols et crimes et suicides de gens frustrés ,à la mort des couples , des relations adolescentes normales et de la vie familiale .
      Il ne s’agit pas de religion ,ni méme de morale mais de simple bon sens .Comment peut on avoir des relations à autrui normales quand on passe son temps à le perdre devant des films addictifs (ridicules et nuls )de surcroit, dans lequel l’autre n’est qu’un sex toy dont on se sert ?
      Ce surinvestissement de la sexualité dans la vie des gens est devenu tellement présent que le dégout vient obligatoirement en réaction . A force de voir partout des filles nues, les jambes écartées pour vendre des haricots on finit par souhaiter aller vivre en Alaska au milieu des forèts et des rennes ,là ou les mecs sont de vrais hommes qui affrontent la nature ,et le mot famille a encore un sens .
      @ crash tor T et non tor D comme tordu !


    • @ "commonsense"

      Incroyable le nombre de personnes qui trouvent leur pied à b...er avec un fantôme !


  • Le pire c’est que ça devient de plus en plus sale... humiliation et pénétration en public, cuckolding, gloryhole, scatophilie/urophilie, etc. et on m’explique que c’est normal...

    Je pense que le porno a détraqué ma conception de l’amour et ma relation avec des femmes...

    Dire qu’à ma prime jeunesse une simple belle paire de fesses me rendait fou et que je rêvais de protéger une princesse...
    Aujourd’hui je me lasse de la personne au bout d’un mois tout en étant devenu mysogine...

     

  • Avoir un rapport sexuel, ok.

    Faire l’amour c’est magnifique ! Partager un contact physique, un entrelacement corporel, un éveil des sens et des sensations, un voyage du désir au plaisir, une expression des émotions avec la personne que l’on aime c’est BIEN PLUS qu’un rapport : peu importe comment il se déroule.


  • #1859997

    Le sexe fait partie de nous. On peut soit le diviniser à la manière des païens, soit se voiler la face et le démoniser à la méthode chrétienne et se sentir toujours coupable.

     

    • De quelle conception du sexe parle-t-on ? Si la conclusion implicite de ce commentaire c’est consommons du porno sans freins et embrassons la lubricité, m’est avis que les ancêtres païens invoqués ici nous considéreraient avec fort dégoût.


    • #1860701

      @ Vlad

      La lubricité... les sociétés antiques étaient sans doute plus vertueuses que celles d’aujourd’hui... j’en veux pour preuve les vestales par exemple dont l’Eglise chercha avec les soeurs à s’accaparer le prestige.

      Non, simplement que le sexe n’est pas mauvais en soi, ce n’est pas un mauvais penchant, c’est notre nature.


    • #1860778

      Du point de vue catholique traditionnel, le sexe n’est pas mauvais lorsqu’il n’est pas détourné de sa finalité qui est la procréation entre un homme et sa femme mariés*. Et encore, dans tous les cas, il garde quelque chose d’irréductiblement honteux, ce qui est lié à la déchéance qui fait suite au péché originel, le sexe tel que nous le connaissons étant une sorte de singerie bestiale de ce qu’il aurait dû être à l’origine.


  • Le pornographie soft s’immisce progressivement dans la société avez-vous remarqué ces pyjamas pour adulte que vendent certaines grandes marques ? Certains ont mêmes une ouverture à l’arrière au niveau des fesses ! Tout comme cette mode de tresses et de couettes sur des adultes. Ont ne me fera jamais croire que c’est purement innocent, c’est une incitation à la pédophilie !


  • Moi,peut-etre "grace"au porno il me reste peu de fantasme .J’arpente en vain mon imaginaire à la recherche d’une personne ou d’une situation qui me stimulerai. Meme dans la rue les femmes que je croise n’ont plus l’effet. Dans un sens c’est heureux,j’y ai gagné en dignité, je me satisfait de mon épouse et mes clientes se sentent en sécurité. Peut-être est-ce juste l’effet de l’âge combiné avec des années de contrôle "moral"de mes pensées, mais pour moi le suspect le plus sérieux reste le porno. Finalement sur moi les effets n’ont pas été funeste, mais il en aurait été autrement si j’avais cliqué sur les vidéos de femmes-enfants ou homos. Peut-être que ma sexualité aurait pris un tour beaucoup plus pervers


  • Le porno reste un objet de consommation comme un autre.
    Je me retiendrai de parler des publicités exposées dans l’espace public ("adopte un mec", sites de rencontre extra-conjugales...)
    Ce qui est vraiment déplorable est que les mineurs y aient accès sur leur "téléphone", outil que les parents offrent en imaginant qu’il s’agit d’un outil logistique...


  • la pornographie, et la masturbation qui est associée, offre une illusion assez persistante, celle de pouvoir assouvir ses besoins sexuels sans la nécessité de la chair et des os. L’investissement social quasi-nul qui consiste justement à se soustraire de toute charge ou contrainte de la vie quotidienne pour satisfaire ses envies d’ado attardé, permet un gain d’énergie qui sera aussitôt perdu dans les éjaculations à répétition. Malgré tout la frustration est partiellement évacuée. Puis là c’est l’interrogation majuscule... tout part en cacahuètes car tout semble illogique et irréel. dédicace du virtuel en somme : esprit confus et proto-schizophrénie.

    Par ailleurs la pornographie n’empêche pas de s’intéresser à autre chose, aux belles choses j’entends. Le porno a ses spécificités, des effets secondaires qui lui sont propres, mais il n’est rien d’autre qu’un pharmakon du capital. Comme le shopping ou facebook peuvent l’être pour d’autres, cela permet juste d’échapper à l’absurdité de ce monde et à la tristesse du vide intérieur.

    - Euh... Collectionner les papillons, ça a l’air cool quand même !

     

  • Il ne faut pas confondre les fantasmes sexuels ou autres que tout le monde a ou a eu .
    Dans l’enfance on fantasme plutôt sur le pouvoir on rève qu’on se balade en Porsh à
    Malibu ,à l’adolescence on fantasme sur des copines de classe ou des célébrités ,plus tard sur la femme du voisin ou sur des débauches sexuelles .
    Mais on SAIT que ce ne sont que des délires imaginatifs peu réalisables .C’est une compensation et ça ne nuit à personne .
    Le porno c’est l’inverse, on fait croire aux gens que c’est banal et commun , puisque ce sont des personnes réelles qui sont filmées dans des scénarios plausibles .
    Le porno c’est addictif ,on en veut de plus en plus ,et petit à petit il faut que ce soit de plus en plus excitant ,d’ou les films pédos , trash et méme les sniff movies et le gore .Plus on fume plus on a envie de fumer ,plus on boit plus on est en manque si on se limite ...


  • la démonstration n’est pas terminée. il vous manque une inconnue dans l’équation , elle porte un nom : circonsition.
    Bonne réflexion.

     

  • Salut l’anonyme,
    il est marrant ton commentaire,
    mais j’espère que tu parles bien de la circoncision à calottes !


Commentaires suivants