Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La société de l’indécence

Émission Méridien Zéro du 21 novembre 2014

Méridien Zéro accueille Lucien Cerise et Thibaut Philippe pour évoquer un ouvrage paru chez nos amis du Retour aux Sources ce printemps, La société de l’indécence, de l’américain Stuart Ewen.

C’est l’occasion pour nos deux camarades de revenir sur la pensée percutante de ce situationniste d’outre-atlantique mais aussi de prolonger ses hypothèses et postulats.

Partie 1 :

 

Partie 2 :

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1038757
    le 24/11/2014 par MARC65
    La société de l’indécence

    n’y aurait il pas un peu trop de "pub" dans les videos.......
    je crois bien que "oui",
    je stoppe l’écoute, dommage.

     

  • #1038799
    le 24/11/2014 par fhg
    La société de l’indécence

    c’est un article d’actualité et qui a son importance , on parlait de troc, regardez les initiatives qui se mettent en place :) !!!
    http://lesmoutonsenrages.fr/2014/11...


  • #1038807
    le 24/11/2014 par Vaslet
    La société de l’indécence

    Il suffit d’évoluer maintenant vers la décence..., l’humanité doit sauver sa peau et sa planète !! ... Passons cette étape et changeons de niveau ... On étouffe !


  • #1038813
    le 24/11/2014 par Vaslet
    La société de l’indécence

    On va pas passer sa vie à chasser les sorcières ... Et à touiller le chaudron ! Tiens il y a un œil là ...


  • #1038862
    le 24/11/2014 par Alexandre Bonnassieux
    La société de l’indécence

    Excellente émission, comme souvent sur Méridien Zéro.

     

  • #1038879
    le 24/11/2014 par campana
    La société de l’indécence

    trés bonne émission !

    j’appréci particuliérement ces thémes d’ingéniérie sociales ect , mélant marketing ,psychologie ,ideologie et toutes les sciences cognitives liées à la création de besoins financés par ceux qui doivent réinvestir pour continuer à ...croitre.
    l’aspect festif est important à souligner et l’usage hyper-deshinibant qui est entretenu via l’excitation des sens pour "péter les par feux" est bien à propos.
    cette dépendance qui s’est installé à l’égard du "systéme capitaliste" est l’épreuve que nombre d’entre nous allons à avoir à dépasser ...
    sinon nous allons "danser au pas".

    ces thémes sont à étudier en méme temps que la philo , car ils donnent des outils "pour penser" correctement .
    et penser correctement (utiliser sa pensée ,et non pas penser ceci ou cela..) ça simplifie et dés-encombre le "smog ambiant" qui s’épaissit mois aprés mois.

    merci à Lucien Cerise pour le boulot , c’est tout simplement passionnant .
    oliganarchie .... à quand la suite ?


  • #1040144
    le 25/11/2014 par vavatarienne
    La société de l’indécence

    Bonjour,
    J’ai beaucoup aimé cette émission. Les auteurs ont abordé la responsabilité du marketing dans l’instauration de la société de l’indécence.

    Le marketing n’est pas intrinsèquement mauvais.

    J’y ai étudié, je travaille dans le domaine. C’est un peu comme de dire que la finance est mauvaise en soi, ce qui est faux. La plupart des professionnels en finance évoluant plutôt dans les départements d’entreprises privés mais bien souvent publiques voire dans des associations et ONG. On est généralement loin de la version romantisée du trader fou assoiffé d’argent et de pouvoir, une catégorie certes minoritaire mais j’en conviens, fort nuisible. Similairement les praticiens du marketing ne sont pas tous des pourris qui ne pensent qu’à refourguer de la camelote. Il y a une infinité de métiers dans le marketing de l’informatisation d’un questionnaire de recherche marketing à la coordination d’une campagne publicitaire. La finance peut être éthique (ex : finance islamique sans usure, l’investissement socialement responsable) tout comme le marketing peut être utilisé pour développer de bons comportements (ex : marketing social, le marketing responsable), tout n’est pas tout blanc tout noir.

    Enfin, le neuro-marketing en tant que tel, par le recours aux IRM pour le développement de tactiques ou stratégies marketing, demeure très minoritaire. Il est une sous-branche du marketing parmi de nombreuses autres, et émane du domaine universitaire ou il est le plus souvent ÉTUDIÉ, mais pas forcément appliqué. Lisez un article scientifique en neuro-marketing, vous n’y comprendrez pas grand-chose y compris les recommandations. Pour un chef d’entreprise c’est idem, ils ne perdra pas son temps dans de pareils efforts. Reste la vulgarisation, mais là même si on vulgarise des résultats qui sont certes statistiquement significatifs mais pas forcément pertinents (ce qui est le cas de la quasi-totalité des recherches en marketing !!!!), quelle est l’utilité ?

    En somme, le marketing comme la finance demeure un moyen et non une fin en soi. Le problème qui se pose réside davantage dans l’utilisation de ces moyens à des fins respectives de décadence et de corruption de la société. L’intégration de ces moyens au service d’un projet de déstabilisation sociale. Je pense que c’est le fond de la pensée des auteurs, ce n’était juste pas forcément clair.


  • #1040991
    le 26/11/2014 par bourdieusien
    La société de l’indécence

    Discussion très enrichissante... j’adhere : Bernays a mis l’ingenieurie sociale au service du marché (des corporations dans les catégories US).

    L’écoute attentive m’a rappeler ce reflexe étonnant qui consiste à systématiquement associer bourdieu à un référant, du genre : marx, levis strauss, mauss aussi, parmis quelques autres.

    Alors que les références à marx ce font comme si rien (dans le domaine des sciences sociales) n’avait existé avant lui, même pas V. Considérant.