Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La thèse du réchauffement global anthropique démontée en 80 graphiques ?

Le « réchauffement climatique anthropique » est un mythe : c’est ce que démontre une série impressionnante de 80 graphiques publiés depuis début 2017 dans le cadre d’articles scientifiques certifiés par des comités de lecture. En d’autres termes, le prétendu « consensus » sur le réchauffement climatique d’origine humaine est un mensonge éhonté et Donald Trump a eu raison de dénoncer l’accord de Paris sur le climat conclu durant la COP 21, puisque le traité, qui vise particulièrement les économies occidentales, s’appuie précisément sur cette imposture.

 

Les articles démontrent que le réchauffement global anthropique est une imposture

Ce qui est en question tout au long de ces articles scientifiques, ce n’est pas le léger réchauffement de 0,8 degrés Celsius enregistré depuis le milieu du XIXe siècle en contrepoint du Petit âge glaciaire du XVIIIe siècle. Tous les spécialistes, climato-alarmistes ou sceptiques, s’accordent sur ce point. Non, ce qui est en question, c’est ce supposé réchauffement global anthropique, terrifiant et sans précédent brandi par les médias dominants et leurs journalistes aux ordres, par les scientifiques avides de subventions, de chaires, de carrières, de collaborateurs et d’honneurs, par les politiciens démagogues et les militants verts de l’apocalypse. Pour ces fauteurs de peur planétaire, des mesures d’urgences s’imposent, sous gouvernance mondialiste cela va de soi, avant que la calotte glaciaire ne fonde complètement, que les îles du Pacifique ne soient submergées et que tous les bébés ours ne finissent noyés. Or ce que démontrent tous ces articles c’est que la version alarmiste de ce « réchauffement global d’origine humaine » est une imposture.

Les auteurs de ces études sont des experts venus des quatre coins du monde : Chine, Russie, Canada, États-Unis, Italie… Chacun a observé de près les différents aspects du supposé « réchauffement global » dans des régions précises et sur différentes échelles temporelles. Et chacune de ces études, dûment contrôlée par des pairs, conclut qu’il n’existe aucune preuve alarmante : la fin du XXe siècle et le début du XXIe attestent d’un réchauffement qui n’est ni dramatique, ni exceptionnel, ni inquiétant.

Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Parfait : je vais emmener ça avec moi demain en cours d’SVT et de physique, on va voir ce qu’il va se passer.

     

    Répondre à ce message

    • Ce ne sera de toute façon pas perdu : cela vous permettra au moins de réviser les principes d’inertie, d’amortissement et de perte énergétique par effet Joule (je parle là du corps enseignant, pas de votre action que je salue).

       
    • En cours de SVT, tu pourras aussi rappeler l’équation de la photosynthèse, dont dépend toute la vie sur Terre, qui nous fournit du dioxygène et la matière organique des végétaux chlorophylliens et de toute la chaîne alimentaire, cette photosynthèse qui est d’autant plus efficace qu’il y a de CO2...
      Plus de CO2 dans l’atmosphère, c’est plus de production primaire, une Terre plus verte, moins de famine, plus de vie.

       
    • "Le Pen, Vite" pour avoir étudié la botanique à l’université, j’emets des réserves sur vos propos.
      Le facteur limitant du développement des plantes n’est que très rarement l’énergie (sauf pour les légumineuses et les grands arbres) mais beaucoup plus souvent les phosphates et les nitrates.
      Plus de CO2 dans l’atmosphère, ça ne changera pas grand chose au niveau de la photosynthèse pour la plupart des végétaux. Les arbres tropicaux (aux feuilles plus brunes et qui gâchent moins leurs réserves en eau) seront peut-être favorisés par rapport à nos espèces, mais c’est tout.

       
    • #1742173
      Le 9 juin à 09:10 par Heureux qui, comme Ulysse...
      La thèse du réchauffement global anthropique démontée en 80 graphiques (...)

      @ Le Pen, vite

      Ce n’est aussi simple mais vous avez globalement raison.
      En revanche, il conviendrait d’évoquer le phytoplancton qui -avec les grandes forêts septentrionales- est à l’origine de la plus grande partie de la production de dioxygène de la planète.
      Autre "détail" aussi, l’écologisme demeurant une "science" de bobo dégénéré, c’est ce même phytoplancton qui régule la proportion de dioxygène dans l’atmosphère par la "consommation" du dioxyde de carbone produit par les volcans... production par rapport à laquelle celle d’origine humaine fait figure de pet de lapin !

       
  • C’est par le mensonge du réchauffement climatique qu’ils cherchent à instaurer un gouvernement mondial, avec pour capitale Jérusalem bien sûr, le trou du cul du monde qui y a chié les trois religions calamiteuses : le judaïsme et ses deux filles bâtardes, le christianisme et l’Islam .

     

    Répondre à ce message

    • Toutes reprenant des plus anciennes...vont peut être même finir par l’avouer que tiens voila le retour des dieux en se faisant passer pour eux et...rigolade, ils reviennent vraiment ! Là, on se reprend un apocalypse pour nettoyer toutes nos immondices. Et c’est repartis pour un tour.. L’intelligence finira peut être par apparaitre sur terre, qui sait. ps : en attendant, vous allez vous faire traiter de mécréant par tout un tas de grenouilles

       
  • Le problème du réchauffement climatique, c’est que c’est un phénomène explosif : plus il fait chaud, plus l’eau de la mer s’évapore, et comme l’eau est un très puissant gaz à effet de serre —> on boucle le cycle.

     

    Répondre à ce message

    • Le CO2 est en effet un gaz minoritaire (0,04%), mais c’est le choix de privilégier les rétroactions positives qui a permis aux scientifiques du GIEC de conclure. Or la modélisation des nuages est complexe (on peut remarquer qu’ils refroidissent ou réchauffent la terre suivant les moments). Pour les mesures de températures, il faut se rendre compte qu’il y a des mesures, mais aussi beaucoup de statistiques. Donc là encore, choix des scientifiques.
      Sur l’aspect scientifique le site www.pensee-unique.fr est vraiment complet.
      Les modèles mathématiques peuvent être orientés suivant le résultat que l’on veut obtenir. Seuls les résultats des observations valident les hypothèses. Or, la hausse des températures prévue par les modèles à la fin des années 90 ne s’est pas produite, ce qui invalide donc les modèles. C’est alors qu’on est passé du "réchauffement climatique" au "changement climatique"...
      Il faut remarquer aussi les différences considérables (et grandissantes) entre le travail scientifique et les conclusions politiques du GIEC (celles que diffusent les journalistes).
      Cela fait plus de 50 ans que les mondialistes cherchent à utiliser l’écologisme pour faire avancer leur projet à coup de propagande...

       
  • Le thème du réchauffement climatique qu’on a voulu nous imposer à marche forcée (cf Fabius encore lui..) procède finalement du même enfumage que l’élection de Macron à la présidence, et j’en passe..
    L’objectif = gouvernance mondiale et renforcement de l’oligarchie
    La stratégie = verrouiller le projet avec des scientifiques et des médias aux ordres (fakes scientifiques)
    L’action = confier la gestion du machin à des sociétés privées tenues par l’oligarchie etc...
    C’est de l’écologarchie..avec la capitale où vous savez in fine

     

    Répondre à ce message