Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Lars von Trier dégueule son film sur Cannes, la profession et les journalistes

« J’aurais fait un grand serial killer »

Il y a exactement 7 ans, le 18 mai 2011, le réalisateur danois LVT mettait le feu à Cannes et faisait paniquer l’élite du cinéma et sa Grande Famille en exprimant sa sympathie pour Adolf Hitler. Madame Figaro rappelle les dires du génie ou de l’escroc, au choix :

 

JPEG - 196.6 ko
Lars et ses deux victimes juive et allemande

« Particulièrement en jambe, Lars Von Trier débute les festivités par une plaisanterie graveleuse sur les deux comédiennes qui l’auraient, selon lui, “harcelé pour tourner dans un film pornographique de quatre heures”, et demandé à tourner beaucoup de scènes de sexe “déplaisantes”. L’humour est (plus que) douteux, mais Kirsten Dunst parvient à conserver un sourire de façade. Le pire est encore à venir.

Interrogé sur ses origines allemandes, le cinéaste se lance dans une tirade pour le moins étrange : “J’ai longtemps pensé que j’étais juif, j’étais très content d’être juif [...], affirme-t-il. Mais j’ai découvert que je n’étais pas juif [...], que j’étais nazi, parce que ma famille était allemande, ce qui m’a aussi fait plaisir.”

Avant de commettre l’ultime faux pas : “Que puis-je dire ? ajoute-t-il, stoïque. Je comprends Hitler. Ce n’est pas vraiment un brave type, mais [...] je compatis un peu avec lui.” Pincement de lèvres de Kirsten Dunst, un brin alarmée. “Oh my god”, murmure-t-elle à sa partenaire Charlotte Gainsbourg, regards en coin et sourire forcé. »

 

Il faut dire que Lars picole pas mal, et qu’il a énormément picolé pendant le tournage de The House that Jack built, où il se laisse aller à un féroce plaisir anti-féministe et anti-bien-pensance et ce, en plein festival dédié aux femmes et à leur souffrance post-weinsteinienne ! Après sa sortie hitlérienne en 2011, il a beau s’être excusé, Gilles Jacob (qui s’est caché pendant l’occupation) a décidé de le foutre dehors. Sept ans de purgatoire, auxquels Pierre Lescure vient de mettre un terme en 2018 en acceptant le dernier LVT, mais pas dans la sélection officielle.

« J’avais assez de contrôle sur moi pour ne pas prendre cette direction. Je n’ai jamais tué personne, mais si je devais le faire, ce serait un journaliste »

On sent que l’humiliation de 2011 s’est transformée en rage contre le milieu du cinéma et ce qu’il symbolise idéologiquement. D’ailleurs, pendant la projection de son film qui raconte les exploits d’un tueur en série, Jack Built, plus de 100 personnes ont quitté la salle en criant, hurlant, pestant, une nausée générale que la presse rapporte. On ignore en revanche si certaines de ces belles âmes ont appelé le numéro vert antiviol que Marlène Schiappa a mis en place pour les actrices victimes des mains baladeuses des riches nababs hollywoodiens...

 

 

Lars, c’est pas « on aime ou on n’aime pas », c’est « on adore ou on déteste ». La bande-annonce de Jack Built résume, en musique joyeuse, les cinq meurtres dont Jack va être l’artiste. Car il s’agit de monter un meurtre en œuvre d’art. Ce n’est évidemment pas bien, mais qu’est-ce qu’un film de gore à côté du film de guerre en vrai qu’Israël mène contre la Palestine ? La guerre d’une armée suréquipée – en proie à une paranoïa intense – face à des civils désarmés n’a pas généré autant d’indignation de la part de l’élite culturelle française. Étonnant, non ?

« J’essaie toujours d’aller loin. Ce serait malhonnête de ne pas le faire. Les choses qui arrivent dans la vraie vie, qui est pire, devraient et pourraient être filmées »

Les journalistes et les festivaliers ont crié leur dégoût de certaines scènes : on dirait qu’ils vivent dans un univers virtuel où la violence ne peut être qu’en deux dimensions. On ne va pas foutre sur le dos de l’élite du cinéma mondial les 50 morts de Gaza – il faut raison garder – mais Lars s’est vengé de la profession en lui renvoyant l’image de ce qu’elle déteste, la souffrance et la mort. La souffrance des dominés, des innocents (l’agneau blanc du film), et la morgue des dominants, assimilés aux nazis. L’inversion accusatoire inattendue ! Le message a dû faire doublement mouche...

 

PNG - 539.3 ko
Les Font & Val d’Hollywood...

 

On rappelle aux scandalisés que personne n’est parti en 2009 à Cannes pendant la projection du sanglant Tarantino Inglorious Basterds, qui s’en prenait il est vrai aux vilains nazis... Pour info, Quentin est produit par Lawrence Bender et il est très proche d’Harvey Weinstein qui lui fournissait plein de cadeaux de toutes sortes. Aujourd’hui, Tarantino réclame 4,5 millions de dollars à la Weinstein Company. La reconnaissance du ventre...

 

 

Vengeance dans la vengeance, Lars en a remis une couche hitlérienne mais pas en conférence de presse, dans le film même : il y est beaucoup question de l’armement germanique de la Seconde Guerre mondiale...
Chassez le naturel nazi, il revient au galop !

Triangulation pour saisir l’essence de Trier,
sur Kontre Kulture

 

Trier et Jacob, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J’ai visionné la bande annonce. De toute évidence, le film de l’année à voir. Moi qui ne va qu’une fois par an au cinéma, je sais où je vais investir mon ticket. Si toute la dissidence y va, quel beau pieds de nez cela fera contre le régime dictatorial.

     

    • C’est vrai que ça donne envie d’aller voir le film ne serait-ce que pour le plaisir sain d’agacer le petit monde de Cannes


    • Est-ce que ce film vaut la peine d’être vu par un être humain à peu près sain d’esprit, c’est à dire qui ne jouit pas et répugne à vue de scènes où des animaux et êtres humains sont torturés ? Parce que s’il s’agit uniquement d’un énorme trollage destiné aux bobos, sans aucun contenu qui pourrait m’interpeller sur le plan de l’intellect, stimuler mon intelligence, sans message réel à part celui adressé aux bobos, ce dont je ne suis pas... je préfère m’abstenir. Les "torture porn" je laisse ça aux dingos.


  • Je ne vais plus au cinéma depuis longtemps.
    La dernière fois c’était pour "Métastases" à la main d’or. C’est dire...
    Mais là, le bonhomme a l’air tellement sympathique par opposition aux merdias, que je vais peut-être retourner dans un endroit où on projette des images sur un écran.

     

    • La dernière fois où j’ai mis les pieds dans un cinéma c’était pour le premier chapitre du Seigneur des anneaux mis en scène par Peter Jackson en 2001, c’est ma femme qui m’y avait traîné, et ce fut la dernière fois...depuis je n’ai jamais remis les pieds dans un cinéma...j’ai toutefois maté la suite en streaming gratos... Je préfère me mater un film tranquille chez moi devant l’écran de mon ordi, avec un petit café, lumière tamisée, écouteurs sur les oreilles...plutôt que dans une salle de cinéma où les stimulations sont trop violentes. Je suis un hypersensible qui est vite fatigué et saoulé par le bruit...et tout ce qui est hyper stimulant.


  • #1967579

    lol, Jusqu’où va-t-on descendre ?

    Faire mine d’être choqué par ce film, c’est une plaisanterie...
    Ça sent le réchauffé, son truc.

     

  • Je me rappelle de sa sortie sur Adolfo en 2011. A l’époque c’était pour la promo de Melancholia je crois.
    Le plus drôle c’était la tête de Kirsten Dunst juste à côté qui ne savait plus où se mettre.
    Elle a lâché un "Oh my God no..." avant le tollé général, c’était bien plus drôle que la sortie de Von Trier elle-même, qui relève assez souvent de la provoc auto-destructrice de sortie de bistrot. Mais les têtes de ces messieurs -dames qui voient une promo partir en tétine, c’est aussi bon qu’un entartage.


  • C’est moi ou la bande-annonce est vraiment drôle ? Ça sent la quenelle sauce danoise. Si ce même public, qui applaudit à tout rompre quand on lui sert à jets continus une idéologie qui devrait faire fuir toute personne sensée, prend ses jambes à son cou, c’est plutôt très bon signe. Autre point positif, le fait que des acteurs connus acceptent de travailler avec ce cinéaste en se moquant bien du qu’en dira-t-on.


  • Pour avoir juste dit qu’il comprenait Hitler et qu’il ressentait de la compassion pour lui , il s’est retrouvé accusé " d’exaltation de crimes de guerre" . Ca rappelle un peu " je suis charlie koulibali " de Dieudonné et la réaction de la bienpensance . Dans les deux cas : détestation et condamnation obligatoire . Tout ça pour que le caractère mythique et sacré de la Shoa soit comme le phare du nouveau monde et puisse continuer a justifier un esprit de vengeance couvrant tous les crimes des Inuits organisés . Ceux d’Israël par exemple .

     

  • La scénographie cannoise doit elle perdurer uniquement grâce à ce genre de scandale. En vase clos. Une fois de plus au milieu de l’intelligentsia qui compte ... une fois de plus aussi !
    Sans ces scandales multiples et multipliés et bien ? Ce label "International" avec de l’import obligatoirement !!! Peut il avoir non pas crédibilité mais intérêt ? Lars von Trier est il de bonne foi ? Dans cette espèce de quoi au juste ? Le label scandaleux promu uniquement par ce vase clos fait il autorité sur la place internationale ou alors y a t il juste un effet de groupe ? Pour ? Une reprise de la place médiatique avec des gens pleins aux as ??
    Une fois de plus la polémique avec du nazifiant, du juif mais aussi .... un sol français qui est pris une fois de plus au piège ! Par ? Lui même encore une fois de plus ? Car ? Ailleurs ? Où ? Pour un telle débandade encore et encore ? Un peu aux Etats Unis certes en ce moment avec du pornographique présidentiel parait il et aussi ? .... L’Allemagne ? Possible ce truc ? Cannois encore une fois avec actrices averties avant ou alors .... le public ? Sincère pour se positionner une fois de plus en un cénacle où des médias vont perdre leur temps ??? Les grévistes en arrière de tout ceci ? Pour ? Une intervention un peu présidentielle avec cette bonne conscience contre ou pour ? Vous obligeant - encore une fois - à entrer dans un truc sans enjeu ! Pour les participantes et participants à cette ? Comédie ? Ou alors du sincère mais lequel ??
    Une grève bientôt ? Aussi sur les marches cannoises ? Une escalade pour appeler des forces de l’ordre en nombres autour de quelle clique ensuite ?
    Un signe d’essoufflement d’une caste ou et de panique ? Enfin ?
    Qui ? En haute gouvernance pour mettre un terme à ces simagrées ? En France ?
    Donc.


  • Je me suis toujours demandé qui (parmi les gens normaux) allait voir au cinéma les films présentés et nominés à Cannes. Tout ça n’a rien avoir avec le réel et le quotidien des gens. C’est la même chose pour l’art contemporain et les défilés de mode.


  • Von Trier m’avait fait rigoler avec ses flatulences lâchées pendant cette grand messe de la bienpensance du festival de Cannes... Bon maintenant concernant son nouveau film, c’est clair je n’irai pas voir. J’ai fais l’effort de regarder la vidéo (contrairement à mon habitude) et ce malgré des avertissements racoleurs ! Bien sûr je me suis très vite souvenu pourquoi je ne regarde jamais : ce que j’ai vu était très mauvais. Encore un de ces films tournant en dérision les psychopathes en les montrant dans un espèce de train-train de l’horreur tragi-comique... Mon dieu que c’est ennuyeux, on dirait que c’est le simple cauchemar d’une personne désespérément normale. Je préfère encore visionner du Tartino, au moins j’avais trouvé ça drôle dans ma jeunesse, même si maintenant je suis grand.


  • Un créateur parfaitement bobo et qui a compris comment faire parler de lui porté au pinacle parce que soit disant anti-féministe ou anti-chais pas quoi... c’est à mourir de rire. Il faut bien comprendre que la bourgeoisie adoooore qu’on la fouette et adoooore fouetter.

     

  • L’un des seuls grands cinéastes contemporains. Le simple fait qu’il provoque la révulsion de la "bien pensance" en atteste (meme si ce n’est pas en soit suffisant)

    Dogville, Melancolia sont juste des chefs d’oeuvre de mise en scene.

    La première scene de Nymphomaniac (la pluie, avec Raimstein en fond musical) est surement mon plus grand moment de ciné en salle...

     

  • Matt Dillon a le profil ...

     

  • Courage, ce carnaval se termine samedi.
    Les précieuses ridicules... pardon, les "grandes stars américaines"... repartent chez elles et le cinéma français retourne dans son musée avec l’impression d’avoir eu encore un peu d’intérêt.


  • Ce qui est ingénieux avec Inglourious Basterds, est que la bande annonce montée en mode "anti-Nazi" autour des chasseurs de nazis, est contraire au film, qui lui, met en avant le talent et le suspens des personnages officiers nazis terrifiants, chasseurs de juifs, du coup toutes les scènes des chasseurs de nazis figurent dans la bande annonce, et du reste ne sont quasi qu’en second plan et voire presque inexistantes dans l’entièreté du film !

     


  • “J’ai longtemps pensé que j’étais juif, j’étais très content d’être juif [...], mais j’ai découvert que je n’étais pas juif [...], que j’étais nazi, parce que ma famille était allemande, ce qui m’a aussi fait plaisir.”




    - Absolument sublimissime ... du vrai et grand art ...

    Ça rappelle un peu le "je suis Charlie-Coulibaly" de Dieudo, mais en plus fantastique, chapeau bas l’artiste !


  • Il y eut des chasseurs de nazis mais ils se contentaient d’assassiner des prisonniers ou des civils bien sûr désarmés. Le problème avec le film des batârds c’est que les scènes avec les nazis sont à peu près réalistes, celles avec les GI’s non, mal jouées et peu crédibles, comme un fait exprès.
    Je ne sais pas si ce commentaire va passer, celui sur le festival et les femmes, suivi d’un autre a été bloqué mystérieusement.

     

    • Et oui les modérateurs sont un peu capricieux parfois. Pour ma part j’ai compris qu’ils n’appréciaient pas mes appels au meurtre et autres sacrifices humains... C’est bien dommage mais il faut faire avec...


    • « Pour ma part j’ai compris qu’ils n’appréciaient pas mes appels au meurtre et autres sacrifices humains... C’est bien dommage mais il faut faire avec... »
      Ben ça c’est vraiment étonnant ! Vous avez mis du temps à comprendre que ça pouvait poser un problème autre que celui du simple « caprice » (sic) ?! À la limite faites un blog perso où vous pourrez vous lâcher tout à loisir, et là c’est vous qui prendrez vos risques.


  • C’est vrai qu’Israhell vole la vedette et que c’est gratuit à regarder.


  • Oui mais il ne suffit pas de soit-disant "déranger la bien-pensance " en allant toujours plus loin dans l’outrance pour être un génie ou encore moins un héros, les héros sont des modèles, ils ne provoquent pas et n’en ont pas besoin, quant aux génies, ils s’imposent d’eux-mêmes en temps voulu, tout ceci et tous ceux-ci sont une mascarade loin très loin de la préoccupation du peuple, l’art transcende l’être humain , il ne le rabaisse pas, comme aujourd’hui, ensauvagement et barbarie passent pour du talent ou comme de la rébellion, il n’en est rien, et le peuple qui a besoin de beauté et de modèles se détourne de plus en plus de ces sordides mascarades et sinistres personnages insensés et régressifs comme le festival de Cannes, accompagnés de toutes sortes de provocations et d’indecences, tellement banalisées et prévisibles qu’elles ne choquent même plus mais ne laisse derrière elles que le silencieux mépris du spectateur blasé.


  • « Quand on aime la vie, on va au cinéma ! ».
    Pub des années 70 !
    La réponse de Truffaut fut : « Si j’aimais la vie, je n’aurais jamais fait de cinéma ». C’est parce qu’on n’aime pas cette vie qu’on se réfugie dans les salles obscures.
    Bref encore une anti phrase dont le système se sert pour nous pirater le cerveau !


  • Du très bon cinéma, je vais enfin voir mon film cette année.(préféré qualité à quantité)


  • le fait d’utiliser fame de bowie est une preuve de bon gout.mais aussi une fleche contre inglourous bastard de tarentino qui lui aussi utilisa cette chanson dans son film.le diable est dans les "détails"

     

    • Dans le film de Tarantino, ce n’était pas la chanson « Fame » mais le titre « Cat people (putting out fire) » dans une version modifiée par rapport à celle de l’album. On pourrait tout de même en effet voir une allusion ironique au film de Tarantino, à la condition de voir le film évidemment :-)


  • Dans la bande annonce de ’the house that...", à 8 secondes, le vieil acteur, c’est Bruno Ganz, qui a joué le rôle de Hitler dans "La chute" .
    C’est fait exprès ? :)


  • Lars Von Trier n’est pas "que" trash. C’est surtout le plus grand cinéaste européen vivant. Il peut etre un grand lyrique (Breaking The Waves, Europa, Melancholia), un farceur (Epidemic), un esthète (Element of Crime), un audacieux créateur de série TV culte (The Kingdom), un bousculeur de codes (Dogma/les idiots- Five obstructions), un dingue (Antichrist), qui peut se faire miroir déformé de notre contemporainité (Nymphomaniac) et un analyste très fin de la condition humaine sans la sanctification religieuse : Dogville, peut être l’un des plus grands films des années 2000, je ne trouve rien d’aussi ambitieux, original, inventif, profond sur la nature humaine et qui peut être revu selon un grand nombre de lectures possibles. Et l’utilisation du "Stabat Mater" de Pergolese est sublime. Pas grand monde ne se bouscule pour avoir eu la même carrière que lui et comme tous les gens géniaux il est détesté de son vivant par l’époque.

     

    • Dogville, un film qui alimente la réflexion personnelle pendant des mois.


    • Je suis tout à fait d’accord. C’est un réalisateur absolument génial. Dogville est un diamant de mise en scène. Du jamais vu. Et selon moi ; le plus grand film européen de ces dernières années.
      Je place Lars Von Trier sur le plan européen au même niveau que Kubrick sur le plan américain. Un pur génie.
      Kubrick ayant été le plus grand réalisateur au monde et membre de ces chers élites satanistes... Son dernier film lui ayant couté la vie et certains plans au montage du film qui se sera fait sans lui et nous expliquant bien le rôle si énigmatique de Kidman dans EYES WIDE SHUT.
      Mais qui cherche trouve... Vigilant Citizen.


  • The House that Jack built est aussi le titre d’une chanson d’Aretha Franklin.


  • La BA et la BO sont monstrueuses, je sens que LVT va nous régaler !


  • Un air de Chet Baker, le Matt version Lars, surtout dans le dernier plan.


  • The House that Jack built est le meilleur Episode de la série "chapeau melon et bottes de cuirs" ....Une maison bizarre avec le méchant qui n’est que virtuellement vivant....Belle prouesse technique pour l’époque.. !!


  • Je n’ai pas aimé les quelques films de Lars von trier que j’ai vu et je ne vais pratiquement jamais au cinéma, je m’endors toujours. Mais c’est vrai que la bande-annonce est monumentale.

     

  • Contente de voir Von Trier continuer à gagner sa vie tranquillement, la quenelle aurait été d’autant plus douloureuse si il s’était affiché avec Mel Gibson, dommage ! Perso la seule sortie au cinéma qui m’intéresse c’est le prochain Narnia, le reste c’est poubelle. Pff ils font plus les vierges effarouchées pour une fiction que pour des morts dans la vrai vie, c’est pitoyable.


  • Bizarre la manière dont les gens ont vu Inglorious Basterd.

    Personnellement j’ai vu un film qui présente les juifs comme des bourrins assoiffés de vengeance alors que tous les personnages allemands sont fins, cultivés et attachants. Y a qu’à voir le jeune soldat qui a des remords et tend la main à Shoshana avant que celle-ci ne le bute de 3 balles dans le dos, ou tout simplement la dernière scène, explicite sur la cruauté du fameux "Ni pardon ni oubli" alors que Hans Landa avait engagé un processus de paix.

    Une manière de plaire aux vengeurs tribaux tout en parlant subtilement aux esprits un peu plus subtils.


  • Mouais, attention tout de même à ne pas surinterpréter idéologiquement la portée de l’œuvre ; non seulement, j’ai l’impression que c’est surtout le voyeurisme sanglant en lui-même qui fait scandale (et on peut ne pas apprécier la violence gratuite sans pour autant être un bobo), mais aussi, venant de faire mes petites recherches, je constate que Lars von Trier a balancé un propos assez politiquement correct au sujet du film :

    « Pour illustrer son nouveau film, l’histoire d’un tueur en série sévissant durant 12 années de sa vie, le cinéaste compare son personnage au président des États-Unis, Donald Trump : « Le film célèbre l’idée que la vie est maléfique et dénuée d’âme, ce qui a malheureusement été prouvé par l’avènement récent de l’homo trumpus : le roi rat ». »
    (Source Wikipédia)

    Je n’ai pas de sympathie pour Donald Trump que je considère être une marionnette casher, mais en l’occurrence, dans la grande presse, un tel propos a peu de chances d’être compris autrement que de manière politiquement correcte primaire.


  • Il dégueule sur Cannes etc. mais bon...il y va quand même, non ? Il ne va pas au bout de son raisonnement là, me semble-t-il...


Commentaires suivants