Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe démissionne pour raisons de santé

Coup de tonnerre politique au Japon : le Premier ministre nationaliste Shinzo Abe, en poste depuis fin 2012, a annoncé vendredi son intention de démissionner pour des raisons de santé, alors qu’il n’a pas de successeur évident.

 

« J’ai décidé de démissionner du poste de Premier ministre », car « je n’étais plus sûr de pouvoir honorer le mandat qui m’avait été confié », a déclaré le dirigeant de 65 ans lors d’une conférence de presse à Tokyo.

Il a expliqué souffrir de nouveau de son ancienne maladie, la rectocolite hémorragique ou colite ulcéreuse, pour laquelle il a repris un nouveau traitement.

Cette maladie inflammatoire chronique de l’intestin avait déjà été l’une des raisons de la fin précipitée de son premier mandat de premier ministre en 2007 au bout d’un an à peine d’exercice du pouvoir.

« Je vais continuer à remplir fermement mes fonctions jusqu’à ce qu’un nouveau Premier ministre soit nommé », a précisé M. Abe.

Son successeur sera très vraisemblablement le vainqueur d’une nouvelle élection pour la présidence du Parti libéral-démocrate (PLD), la formation dont M. Abe est actuellement le chef.

M. Abe, qui détenait le record de longévité pour un premier ministre japonais, a refusé vendredi d’exprimer une préférence pour un successeur, affirmant que « toutes les personnes dont les noms circulent sont des gens très capables ».

Visiblement ému, il s’est aussi dit « profondément désolé » envers le peuple japonais de quitter son poste environ un an avant la date initialement prévue et en pleine crise du coronavirus.

 

« Une énorme surprise »

Ces derniers jours, le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga avait tenté de rassurer après deux visites à l’hôpital de M. Abe ces deux dernières semaines.

Les observateurs s’attendaient par conséquent à ce que M. Abe reste à son poste jusqu’au terme de son troisième et dernier mandat de président du PLD prévu en septembre 2021.

« C’est une énorme surprise », a déclaré à l’AFP Shinichi Nishikawa, professeur de sciences politiques à l’université de Meiji de Tokyo.

« Il pourrait y avoir une situation politique confuse. Sa démission va avoir un grand impact » sur la politique japonaise, a encore estimé cet expert.

L’indice vedette Nikkei de la Bourse de Tokyo a brièvement décroché de plus de 2,6 % vendredi quand l’intention de M. Abe de démissionner avait fuité dans la presse. Il a finalement clôturé en retrait de 1,41 %. Le yen s’est quant à lui sensiblement apprécié face au dollar.

 

Popularité en déclin

Depuis son retour au pouvoir, M. Abe avait profité de l’absence d’un rival sérieux au sein du PLD et de la faiblesse de l’opposition, incapable de tirer parti des nombreux scandales qui ont touché le Premier ministre de près ou de loin ces dernières années.

Sa popularité avait toutefois fondu ces derniers mois avec la pandémie de coronavirus, son gouvernement étant critiqué pour la lenteur de sa réaction à la crise, ses multiples revirements et maladresses, y compris du premier ministre lui-même.

L’archipel nippon a été relativement moins touché par la maladie Covid-19 que de nombreuses autres zones du monde, avec environ 65 600 cas d’infections dans le pays depuis le début de la crise sanitaire pour quelque 1200 décès.

Mais le nombre de cas locaux est fortement reparti à la hausse depuis début juillet, malgré un état d’urgence mis en place par le gouvernement en avril-mai.

Le gouvernement a lancé ces derniers mois des plans d’aide record, mais cela ne devrait pas éviter au pays une profonde récession cette année.

Le bilan de la politique de relance économique que M. Abe a initiée à partir de fin 2012, surnommée « Abenomics », est aussi mitigé, faute de ne pas avoir mis en œuvre des réformes structurelles de grande ampleur, et ses succès partiels ont été en grande partie balayés par la crise du coronavirus.

M. Abe a toutefois défendu vendredi son bilan, citant notamment sa politique économique, la reconstruction du Nord-Est du Japon après le tsunami et la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011 ou encore son action diplomatique. « L’histoire jugera », a-t-il dit au sujet de son héritage.

Les hommages de gouvernements étrangers affluaient après l’annonce de sa démission.

Le Kremlin a notamment salué la « contribution inestimable » de M. Abe aux relations russo-japonaises et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen l’a remercié pour « son engagement et sa contribution » aux liens entre le Japon et l’Europe, « plus forts ou plus cruciaux que jamais ».

La chancelière allemande Angela Merkel a elle salué le « combat en faveur du multilatéralisme » du Premier ministre nippon.

Pékin s’est toutefois abstenu de commentaire dans l’immédiat, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères arguant qu’il s’agissait là d’une « affaire de politique intérieure » japonaise.

 

La Japon, entre tradition et « modernité », sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce n’ est pas une surprise, le NOM lutte contre lui depuis des lustres. Il a refusé de confiner sa population. Il se passe des choses bizarre dans le Monde. En Septembre et Octobre, prévoir un gros événement aux USA.

     

  • Comme tout les traîtres ,une fois devenu inutile il à été renvoyé à coup de chaussures comme le méritent tous les méprisables
    https://globalnews.ca/news/4192931/...

     

  • Dans le même temps, le gouverneur de Rio est destitué. Il est pro Covid et mondialiste. Il se passe des choses dans le Monde ! Sauf en France , tous masqués !


  • Dur, ils attendaient 50 millions de touristes pour cet été et c’est deux boutiques sur trois qui ferment à Tokyo. Merci l’arnaque mondialiste.

     

    • Le Japon sous l’impulsion des USA a changé de stratégie avec coopération de l Inde et Australie.

      Il s’agit,de développer une présence industrielle asiatique alternative à la Chine, dans le cadre d’un projet baptisé « Supply Chain Resilience Initiative » (SCRI, « initiative pour une chaîne d’approvisionnement résiliente »).

      Shinzo Abe, avec 2 milliards de dollars de subventions sur la table, a d’ores et déjà convaincu quatre-vingt-sept entreprises nippones de participer au SCRI et de relocaliser la production sous-traitée en Chine.

      Le timing de la démission est surprenant !


  • La colite ulcéreuse, de son nom scientifique japonais, le shimou. Maladie classique des hommes politiques de premier plan.

     

  • Voici mon analyse :
    Le larbin des démocrates ricains se tire après avoir converti la quasi totalité de l’épargne-retraite de son peuple en treasure bonds américains pour maintenir l’économie US sous perfusion.
    Cette épargne avait, avant cette trahison, le mérite de pouvoir couvrir le déficit de la dette japonaise, qui est l’un des plus élevé au monde.
    Abe est FM de très haut rang, tout comme l’était son père, c’est ainsi qu’ils ont pu gravir les marches du pouvoir pour accéder à la tête du gouvernement nippon.
    Sa mission désormais accomplie, et sentant le vent tourner, je pense qu’il va se planquer avant que sa tête ne soit séparée de son petit corps fragile...


  • #2535233
    le 29/08/2020 par La Faux Fraîchement aFFûtée
    Le Premier ministre japonais Shinzo Abe démissionne pour raisons de (...)

    Vive le Japon, pays ami et aimé !!
    Longue vie au peuple japonais et au génie japonais !!


  • J’ai aussi une Rch (Rectocolite Hermorragique). Et c’est un peu grâce à E&R qui relaie les vidéos de Thierry Casasnovas, que j’ai réussi à m’en sortir et sans médicaments ! ( lien : https://youtu.be/CTcI4ELnoFA )
    Donc merci infiniment à E&R et à Thierry. Et si Shinzo Abe voit ce message ( ne sait on jamais ) je ne peux que lui conseiller ces vidéos où l’on parle de jeûne, de jus de légumes et de nutrition.

     

    • Oui, ce sont des maladies sérieuses qui peuvent être absolument handicapantes (fatigue, douleurs, logistique des déplacements...)
      Il est probable qu’il démissionne vraiment pour ça. Il faut déjà une volonté d’acier pour diriger un pays avec une pute de maladie de ce genre.


  • Vu l’état dans lequel se trouve le pays, pas étonnant de tomber subitement malade. Il ne veut pas assumer le défaut de paiement. Mishima les avait un peu averti par son sacrifice, qu’en reste-t-il ? J’ai vraiment de la peine pour ce pays. Et dire qu’on les suit.


  • Le NOM, c’est le Japon et l’Angleterre.
    Le Japon à la fusion froide et 15 trillions d’actifs hors bilan, le Anglais on 30 trillions d’argent du crime et de l’évasion fiscale et l’ordinateur quantique.
    Militairement parlant, je Japon à dépassé les Etats-Unis depuis belle lurette.
    1 - En exercice, un vieux sous-marin JP classe Oyashio coule 8 portes-avions US et 11 destroyers. De même les Kawasaki P-1 est le meilleur avion anti-sous-marin au monde. Donc, le Japon domine les mers.
    2 - Le système AEGIS qui permet d’intercepter les missile balistiques Russe, Chinois et US est produit par Mitsubishi, marqueté par Lockheed. Donc supériorité spatiale.
    3 - L’avion de combat F-3 est supérieur au F-22 US. D’autant plus que 80% des technologies du F-22 proviennent du Japon (fibre de carbure de silicium, radar au nitrure de gallium, ailes en carbone, matrice carbone/carbone pour l’aubage de turbine ultra haute temperature). Donc le Japon domine les airs.
    4 - On ne parle pas du Izumo et Kaga, qui après rénovations sont devenus les seuls porte-avions furtifs au monde.
    Aujourd’hui le Japon à non-seulement une domination totale sur ses voisins, et une alliance avec l’empire britannique qui est la vraie puissance thalassocratique, il a aussi une position stratégique idéale. Ses deux énemis histoirique sont au bord de la destruction mutuelle assurée, il a une constitution pseudo-pacifiste qui lui permet de s’excuser des hostilités et la capacité de nettoyer aisément le survivant du conflit.
    L’empereur planifie sur 100 à 300 ans. Nous sommes des gens patients.
    Par contre la vengeance sera sans mercie. Le COVID n’est qu’un avant-goût.
    On peut s’attendre à un orage électromagnétique, des missiles sol-air qui se perdent, un faux drapeau en mer de Chine, révolution colorée à Hawaii, Guam et en Amérique Noire (lire Gerald Horne pour lien JP-Black)
    A terme, l’hégémon japonais va refaire le monde à son image, ce qui est bien mieux que la merde que l’on à aujourd’hui. Pensez à l’internalisation des externalités à commencer par le CO2. L’hydrogène produit par fusion va remplacer le pétrole. La transmutation nucléaire va faire disparaitre le concept de métaux rares, l’industrie 4.0 va mettre fin à la rareté, la pauvreté.
    C’est le prochain saut hégélien : le mandat céleste de la dynastie Yamato.
    La supériorité culturelle et technique du Japon vis-à-vis des US, est du même ordre que la supériorité d’antan de l’Amérique des années 50 sur la barbarie britannique.

     

  • D. Trump avait confessé qu’il ne compte que deux chefs de gouvernement qu’il trouve grâce à ses yeux : Boris Johnson le Britannique et...Shinzo Abe. D’ailleurs Shinzo Abe était vraiment le premier chef de gouvernement étranger que Trump, devenu Président élu, a reçu à son domicile en Floride.


Commentaires suivants