Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le cartel narco-socialiste : Morales, le Pape et le chaos en Bolivie

Dans cette série en trois parties, je vais dévoiler les crimes du régime de Morales en Bolivie et démontrer qu’il a été un atout de l’impérialisme, plutôt qu’un opposant.

 

Partie un : un écologiste narcotrafiquant menant une guerre
contre la classe ouvrière

L’éviction du président bolivien Evo Morales le 10 novembre dernier par l’opposition de droite soutenue par les États-Unis, a été décrite comme étant un coup d’État classique de la CIA. Etant donné la reconnaissance immédiate du gouvernement par intérim de Jeanine Anez Chávez, le changement de régime semble être une victoire pour l’administration Trump.

Lors d’un discours adressé au Forum de Sao Paulo, l’ancien Premier ministre espagnol José Luis Rodriguez Zapatero l’a appelé « golpe de Estado », coup d’État. Les grands médias sont divisés sur la question. Par exemple, certains journalistes du Washington Post disent que c’est un coup d’État et alertent sur les dangers d’un régime d’extrême droite s’emparant du pays. D’autres chroniqueurs ne sont pas d’accord mais est-ce vraiment un coup d’État ?

Evo Morales a démissionné en tant que président ; et, pour que sa démission soit légale, une majorité de sénateurs ont dû accepter sa démission. Mais comme il avait ordonné aux autres membres du parti MAS (Mouvement pour le socialisme) de démissionner, cela veut dire que sa démission n’a pas été approuvée par le protocole requis.

Ainsi, Morales pourrait encore être décrit techniquement comme le président de la Bolivie. Étant donné les protestations de masse qu’il y a eues contre lui et les irrégularités aux élections dont il a admis l’existence, Morales aurait-il délibérément conspiré pour l’utiliser techniquement pour rester au pouvoir ?

Si Morales avait vraiment gagné l’élection, pourquoi a-t-il démissionné ? Il a dit avoir démissionné pour éviter un bain de sang mais est-ce vraiment crédible ? Morales demande maintenant le soutien de son ami le Pape François et des Nations unies pour faire la médiation dans la crise bolivienne. Comme nous le verrons dans la deuxième partie, le rôle du Vatican a été bien plus important que ce qui a pu être révélé au public anglophone.

Mais tout d’abord, tournons-nous vers les circonstances qui ont mené au changement de régime et ensuite, nous observerons les aspects troublants de l’histoire ouvrière bolivienne jusqu’ici ignorés ou déformés par la presse bourgeoise de gauche, avant de discuter des crimes du régime de Morales.

 

Morales ne s’est pas opposé à l’accord sur le lithium avec une société allemande

Beaucoup de journalistes évoquent les vastes ressources de lithium du pays comme une raison possible du coup d’État. La Bolivie possède jusqu’à 70% des réserves mondiales de lithium dont on a besoin pour les batteries électriques. Les défenseurs de Morales affirment qu’il avait refusé de négocier avec des sociétés étrangères qui cherchaient à exploiter les réserves de lithium.

Mais le gouvernement avait déjà signé un accord avec la société allemande ACI, malgré d’importantes protestations de travailleurs, dont certains ont fait la grève de la faim pour protester au sujet du manque de bénéfice pour la communauté locale. Morales a encore dit que c’était un complot ourdi par l’opposition pour le discréditer avant les élections. Morales voulait clairement brader les ressources du pays à l’ACI. Par conséquent, le fait que le nouveau régime soutenu par les Américains a donné le feu vert à l’ACI ne signifie pas grand-chose.

 

Rencontres secrètes avant le coup d’État

Quelques mois avant le coup d’État, le chef de l’armée bolivienne, le général William Kalimans, a rencontré l’ambassadeur cubain en Bolivie, Carlos Raphael Zamora Rodríguez, que ses ennemis surnomment El Gallo, le coq. Quel était l’objet de cette rencontre ?

Zamora est considéré comme l’un des ambassadeurs cubains les plus éminents et les plus expérimentés. Ancien officiel de haut rang du directoire du renseignement cubain (DI), il a présenté ses références au président bolivien le 8 mars 2019. Il a servi une mission diplomatique cubaine pour les Nations unies à New York de 1974 à 1977 mais cette information est curieusement absente de son CV.

L’ambassadeur cubain Zamora « El Gallo »

Selon la journaliste Roxana Lizárraga, Zamora a eu des rencontres avec les syndicats de cocaleros (producteurs de coca) dans la province du Chapare quelques semaines avant le coup d’État, laissant à penser que c’était douteux. Le Chapare est la principale région productrice de coca. Alors qu’il était là-bas, il a aussi rencontré le directeur de l’Organisation des États américains, Luis Almagro. Almagro est considéré comme l’homme le plus influent d’Amérique latine. Beaucoup le suspectent d’être un opérateur de la CIA. Ancien ministre des Affaires étrangères pour le gouvernement uruguayen (2010-2015), il a été un acteur clé du comité exécutif qui a légalisé les drogues en Uruguay en 2013.

 

JPEG - 60.6 ko
Luis Almagro

 

La légalisation des drogues est soutenue par le financier milliardaire versé dans l’ingénierie sociale, George Soros, et d’autres oligarques importants. Comme Almagro était un médiateur important dans l’amélioration des relations entre Washington et La Havane sous la présidence Obama, il connaît probablement bien Zamora mais il y a une forte présomption que les mondialistes, autrement dit les officiels liés à la haute finance et les Nations-unies, mettent en avant un agenda pro-drogue. Cuba est accusé par l’opposition à Morales d’être impliqué dans le trafic de cocaïne.

Le général Kaliman était un participant clé dans le renversement de Morales. C’est un diplômé de la tristement célèbre École militaire des Amériques qui a crée de nombreux régimes militaires de droite en Amérique latine pendant la Guerre froide. Selon Jep Sprague, jusqu’à huit militaires majeurs ont été formés là. Mais comment est-il possible qu’un gouvernement supposé être « anti-impérialiste » nomme au plus haut niveau des officiers qui ont été entraînés par les États-Unis ?

Il semblerait évident que les États-Unis veulent renverser un président socialiste dans un pays d’Amérique latine. Le socialisme et la démocratie populaire menacent les intérêts des entreprises américaines ; Washington a une longue histoire de renversements de gouvernements démocratiquement élus, remplacés par des dictatures militaires ou des régimes capitalistes impopulaires mais il y a un autre angle dans cette histoire qui a été complètement ignoré et qui concerne le passé nébuleux d’Evo Morales et ses liens avec des intérêts américano-israéliens.

Ce qui va suivre ne va pas plaire à de nombreux lecteurs. Ce n’est pas écrit pour ceux qui divisent le monde en gentils contre les méchants ; c’est plutôt une tentative de dévoiler la vérité sur un acteur crucial de ce qu’on appelle la « marée rose » en Amérique latine, des nouveaux régimes de gauche qui ont émergé dans les dernières décennies : le président Evo Morales Ayma.

Morales et les cocaleros

 

Lorsque Morales s’est emparé du Secrétariat général du syndicat des Cocaleros (producteurs de coca) du Chapare en 1984, il a commencé à saboter les efforts qui étaient en cours pour développer une agriculture alternative à celle de la production de coca. En fait, le gouvernement bolivien octroyait des fonds aux paysans pauvres pour produire d’autres récoltes qui auraient aussi aidé à nourrir la population locale. Morales est devenu président des six Fédérations des tropiques de Cochabamba en 1996, et a gagné ainsi de l’influence sur les autres syndicats importants tel que la Confédération syndicale unifiée des travailleurs ruraux de Bolivie, Confederación Sindical Única de Trabajadores Campesinos de Bolivia (CSUTCB).

Morales a éloigné l’organisation de la lutte des classes pour la rapprocher des « droits indigènes » mais son principe/programme était de s’opposer aux efforts d’éradiquer la production de coca en affirmant que c’était une partie de la tradition et de la culture locales et par conséquent justifiée.

Les paysans qui avaient obtenu du gouvernement des fonds pour des cultures alternatives, ont reçu des menaces de mort de la part des hommes de main de Morales. Loin du héros de la lutte de classe comme les gauchistes aiment bien le voir, beaucoup de paysans du Chapare le considèrent comme un agent des intérêts du trafic de stupéfiants soutenus par l’aile libérale de gauche de l’élite américaine au pouvoir.

Selon le journaliste Jaime Bayly, Morales a augmenté la production de coca au Chapare après avoir pris le pouvoir en 2006. 94 % du coca produit sur place est transformé en cocaïne. Morales a utilisé l’argent du contribuable pour construire des laboratoires de cocaïne. La cocaïne est ensuite vendue aux cartels mexicains, en particulier le cartel de Sinaloa du seigneur de la drogue notoire Joaquim Guzman Loeria alias El Chapo. Bayly affirme également que Morales a vendu de la drogue au Colombien Pablo Escobar dans les années 1980.

Dans son documentaire Dictatura Sindical, le journaliste d’investigation et prêtre catholique Ricard Romero Cossio interroge plusieurs leaders de syndicat de cocaleros de la région du Chapare. Ils évoquent des menaces de mort contre eux et leurs familles de la part de Morales. Ils disent qu’il a complètement aboli la liberté de parole dans les syndicats et les utilise uniquement pour obtenir du pouvoir et du prestige tout en masquant un programme de trafic de drogue.

Cossio a reçu des menaces de mort de la part du régime bolivien et de la CIA après la sortie de son film. Il dit que la CIA et la communauté du renseignement des États-Unis sont pleinement derrière Morales.

Franklin Guttierez – le véritable leader des producteurs de coca

Franklin Guttierez

 

L’opposition des cocaleros au régime de Morales augmente depuis quelques années. Franklin Guttierez, le président de l’Association départementale des producteurs de coca (Adepcoca), s’est opposé à la légalisation par Morales des récoltes de feuilles de coca dans les zones qui avaient été auparavant utilisées par les narcotrafiquants. Lui, ainsi que plusieurs autres dizaines de personnes, ont été arrêtés en 2018 lorsque le gouvernement a envoyé les militaires occuper leurs quartiers généraux – un acte clairement illégal et non démocratique.

L’organe international de contrôle des stupéfiants (International Narcotics Control Board – INCB) a demandé récemment au gouvernement bolivien de fournir un rapport sur la production et le trafic de stupéfiants en Bolivie. Selon Guttierez, le gouvernement s’est emparé de l’Adepcoca pour lui faire porter la faute pour le trafic alors qu’en fait, il fournit uniquement le marché intérieur légal de feuilles de coca.

En mai 2018, les cocaleros du Chapare ont décidé d’agir politiquement : Guttierez a annoncé qu’il dirigerait un nouveau parti populiste pour s’opposer à Morales aux élections de 2019. Son plan n’a pas duré longtemps.

En août 2018, un officier de police de l’Unité rurale de patrouille mobile (Umapar), responsable de l’éradication de la cocaïne, a été tué dans le Chapare. Guttierez et ses partisans ont été rendus responsables du meurtre. Guttierez est désormais en prison mais il a nié les accusations portées contre lui et affirme qu’il a été piégé et qu’il est un prisonnier politique.

Lorsque Unitel média a tenté de publier les dizaines d’interviews faites avec des leaders ouvriers qui dénonçaient Morales, leurs quartiers généraux à Yacuiba ont été bombardés. Des documents semblent révéler que le personnel à la sécurité de Morales a été impliqué. Un homme d’affaire local a affirmé que l’ambassade du Venezuela a été aussi impliquée dans l’attaque. Il serait aisé de rejeter de telles affirmations comme étant de la propagande antisocialiste si Morales avait été vraiment un vrai socialiste ou un opposant au mondialisme mais il y a de maigres preuves pour cela.

 

La guerre de Morales contre les coopératives

Les coopératives financières et industrielles ont eu un rôle majeur dans le développement de la province de Santa Cruz, la plus riche du pays. Le maintien de leur indépendance est un facteur clé qui mène à l’opposition au gouvernement dans cette région mais les coopératives à travers le pays avaient eu des conflits avec le régime de Morales.

Le gouvernement est entré en conflit avec les coopératives financières depuis la création de l’Autorité pour la surveillance du système financier (ASFI) en 2008. Cela s’est effectivement traduit par une prise de contrôle du système de coopératives de la part de l’État, privant les travailleurs de leur autonomie et de leurs droits de négociation des salaires. La corruption de l’ASFI s’est aussi traduite par la perte des économies des familles à bas revenus. Encore une fois, aucun intérêt n’a été montré de la part des leaders acclamés du socialisme du XXIe siècle envers tout cela. En dépit du fait que dix fois plus de coopératives minières ont été créées durant les sept premières années du gouvernement Morales que les sept années qui ont précédé son élection en 2005, l’augmentation a été due largement à une augmentation significative du prix des minerais. Dans sa tentative de s’emparer des coopératives profitables, Morales a été sans pitié dans son écrasement des dissidents.

En août 2016, cinq mineurs ont été abattus par l’armée à Potosi après que le gouvernement ait tenté de s’emparer de la coopérative minière. Les mineurs ont kidnappé et assassiné le Ministre de l’Intérieur bolivien, Rodolfo Illanes.

« Les mineurs qui travaillent dans des coopératives plutôt que dans des compagnies privées ont été frappés par la récession des produits mondiaux et demandaient que le gouvernement soit plus souple dans les restrictions environnementales et augmente les subventions. »

Des restrictions environnementales et un manque de subventions gouvernementales : c’est l’essence de l’éco-socialisme soutenu par l’élite. Les informations internationales ont fait une large couverture sur la mort du politicien mais ont ignoré les morts de mineurs pauvres et désespérés qui les avaient précédeés.

Les conditions dans les mines de Potosi sont parmi les pires du monde et ridiculisent l’idée que la Bolivie est un état « socialiste ».

Vous pouvez avoir une idée de la nature anti-ouvrière du régime de Morales en regardant un reportage de septembre 2016 sur les meurtres de mineurs du libéral Real News Network. Ce qui est intéressant dans ce reportage, c’est que l’analyste américain du média Andean Information Network défend finalement les actions du gouvernement de Morales.

La raison principale du conflit entre les mineurs et le gouvernement bolivien concernait les restrictions environnementales déraisonnables que la prise de contrôle du secteur imposait.

Pour faire plaisir à des milliardaires comme Al Gore et ses sbires, les travailleurs boliviens vont devoir réduire leur « empreinte carbone », par conséquent accepter d’avoir leurs revenus réduits pour le bien de la planète.

Pour détourner l’attention du fait qu’il est une marionnette des intérêts mondialistes, Morales utilise l’argument comme quoi c’était, non pas des coopératives, mais des entreprises privées. Il a ensuite suggéré que les opposants utilisaient le conflit minier pour organiser un coup d’État contre lui mais aucune preuve d’un tel coup n’a jamais été produite. La motivation principale pour le contrôle du secteur minier par l’État est sa conformité avec les régulations environnementales internationales. Cela n’a rien à voir avec l’amélioration des vies de la classe ouvrière.

Lire l’article entier sur gearoidocolmain.org

 

Le quadruplement de la production de coca pour cocaïne sous Morales :

La Bolivie en fusion, sur E&R :

Retrouvez Gearóid Ó Colmáin sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les Russes débarquent quand ?


  • J’ai toujours eu de la méfiance vis à vis de cet ex-président Morales. Le bonhomme me semblait fourbe et tordu contrairement à l’image faite par les médias mainstream qui n’ont eu de cesse de l’ensencer.
    La démonstration que fait le journaliste Gearóid Ó Colmáin me semble tout à fait cohérante et si elle s’avère exacte, montre bien le degré de propagande de toute une élite dont le nom est connu de tous.

     

    • @Gautier, vous connaissez quoi de Morales et depuis quand les merdias mainstreams l encense ? votre avis on s’en moque et pour votre information ce journaliste est plus proche des usa que de maduro ou de l’Iran si vous voyez ce que je veux dire !!! Donc, ce n’est pas parce que er met un article qu il faut tout gober !!!


    • Quelle démonstration ?

      Je ne connais pas grand chose de la Bolivie mais quand je vois le soutien immédiat des USA (Neo-Con Pompéo en tête) aux putschistes militaires et à la pseudo présidente par intérim et auto-proclamée Jeanine Anez, je commence à me poser des questions.

      Je constate que l’une des premières décisions du gouvernement de "transition" - c’est-à-dire non élu et donc de facto usurpateur - a été d’entériner un accord avec le groupe Allemand ACI moins d’une semaine après le coup d’état militaire - et surtout après le rejet par le gouvernement (alors légitimement élu de Morales) de rejeter cet accord pour protéger les intérêts des Boliviens :

      https://www.commondreams.org/news/2...

      Dire, comme l’auteur de cet article vraiment tendancieux, que "le fait que le nouveau régime soutenu par les Américains a donné le feu vert à l’ACI ne signifie pas grand-chose" est un sophisme de première grandeur.

      Cela me suffit pour penser que cet article à charge n’est pas un travail de journaliste mais une pièce d’opinion orientée contre les vrais intérêts du peuple Bolivien.

      Dès lors, on peut se demander qui est le vrai commanditaire (ou l’arrière pensée) de cet article complètement biaisé (même si je ne suis pas - tant s’en faut - un soutien inconditionnel des gouvernements socialistes de Morales ou de Maduro).

      De fait ce catalogue de la Redoute à charge du "régime" Morales tombe complètement à plat même s’il contient des éléments de vérité. ... Qui trop embrasse mal étreint !


    • @ Hussein,

      L’auteur de l’article, Gearóid Ó Colmáin, anime une émission avec Youssef Hindi sur ERFM, "Chronique de la paix universelle" et a des excellents liens avec l’Iran comme il l’explique ici https://moiraforest04.blogspot.com/...

      Difficile d’y voir un agent de l’impérialisme US !

      Mais je vois dans votre réaction une déception énorme vis-à-vis de Morales. Je ne sais pas s’il était encensé par les médias mainstream, les lisant peu mais il est quand même vu comme une icône dans les milieux gauchistes à cause de son indigénisme et sa sympathie affichée par le fétichisme de la Pachamama...

      Cependant, je ne m’attendais tout de même pas à un bilan aussi noir mais reconnaissez que l’article est tout de même bien sourcé. Nous avons affaire en Amérique du Sud comme en Europe, une fausse opposition droite-gauche qui au final sert toujours les mêmes...


    • Y en a encore qui pense façon manichéenne en 2019...
      Qui qu’est gentil qui qu’est méchant, le monde en noir et blanc...

      Perso y a quelque chose qui ma paru bizarre, c’est pourquoi morales s’est il réfugier au Mexique et pas au Venezuela ?


  • Si même des mecs du peuple comme lui trahissent toute valeur patriotique et populaire, la seule alternative comme depuis longtemps est que des hommes de foi authentique prennent le pouvoir.


  • Hussein ,

    Vous dites "on se moque de mon avis", il conviendrait plutôt de dire "VOUS vous moquez de mon avis". Parlez au nom de vous-même, ce sera déjà pas mal.
    Maintenant qui vous dit que le seul élément dont je dispose est l’avis de ce journaliste ?
    Ne faites pas de raccourci téméraire en considérant que l’autre n’a rien compris. Restez plus humble et le monde s’en portera mieux...

     

    • Aucun médias "mainstream" n’a jamais encensé Evos Morales, au contraire ils ont tout fait pour nous faire croire qu’il était bolivarien !
      Donc partant de là, toute l’analyse de Gearóid Ó Colmáin est cohérente !
      [ Morales est réfugié au Mexique, ceci explique cela ]


    • @ Gautier, parceque vous êtes humble vous ? Morales la police et l’armée l’ont lâché et cet article est bourré de contre vérité,qui te dis que c’est pas la CIA derrière pour le salir et alors il est au Mexique ça prouve quoi ? Rien désolé je ne tomberai pas dans l’arnaque et l’autre qui se méfie de Mahmoud Ahmadinejad.
      .


    • @ Hussein, la CIA derrière Gearóid Ó Colmáin ? Et pourquoi pas le Mossad ? :D


  • Cet article est intéressant, après, difficile à première vue, de vraiment se faire une idée sur la situation réelle en Bolivie, le pays étant un panier de crabes assez pathétique. Le seul point qui paraisse immédiatement digne de foi, c’est celui de la démission de Morales. Il est clair que jamais Chavez n’avait envisagé de démissionner pendant le coup d’État de 2012, il était sûr de sa légitimité. La démission de Morales m’a paru incompréhensible dans le cadre d’un classique coup d’État de la CIA, l’article la rend plus intelligible.


  • Depuis la mi-XIXe siècle, l’AMSUD est la chasse gardée du nord, raison pour laquelle ces pays ne se sont jamais développés.
    Seule Cuba s’est libérée mais à quel prix.

     

  • Très interressant, comme quoi il ne faut jamais se fier à personne, aucun dirigeant dans l’histoire est tout blanc, celui que j’admire le plus, Jules Cesar a commis pas mal d’atrocités dans ses guerres contre les barbares, il a été exemplaire dans sa politique contre les puissants financier de Rome.
    Aujourd’hui je me méfie de tout le monde, chez Morales ce qui m’a mis la puce à l’oreille c’est son abandon soudain et sa fuite pas très Bacharienne...
    Mais méfiez vous quand même de Trump, Poutine, Ahmadinejad, il est impossible de regner sans faire du mal et faire du mal peut finire pas nous rendre totalement mauvais et hypocrite...


  • Donc pour résumer : la gauche sud-américaine (excepté peut être le Venezuela ?) est lié au sionisme de gauche (Soros), quant à la droite elle est liée au clan national-sioniste...bah finalement c’est un peu comme en France ! Toujours les mêmes à la manœuvre dans les coulisses !


  • Traoumad
    Bien sur cet empressement de la droite dure US peut sembler révélatrice. J’avais 24 ans durant l’affaire Allende et je connais les pratiques de la CIA depuis longtemps comme beaucoup.
    Mais enfin, il faut bien parler de démonstration de ce journaliste puisqu’il explique (selon son point de vue) avec force détails les évènements sous Evo Morales. Il n’est d’ailleurs pas le seul ; si vous lisez un peu l’espagnol vous pourrez constater que plusieurs journaux et publications vont dans le même sens. L’auteur argentin Marquez a sorti un livre sur ce sujet (Morales l’imposteur) et n’a pas été contesté par les pro-Morales.
    Dans ce forum, apparemment personne ne connaît véritablement Morales ; on est donc tous logés à la même enseigne. L’affaire des mines de lithium avait été engagée bien avant la fuite de Morales qui s’apprêtait d’ailleurs à signer des contrats avec des multinationales pour son exploitation. C’était bien là le problème de ce pays ; riche en matières premières mais incapable de les exploiter.
    Quant à ses liaisons avec les narco-traficants cela me paraît assez réaliste.
    Je ne pense pas, à priori, qu’il faille faire un parallèle direct entre Maduro et Morales, en voyant la main des USA partout. Pour Maduro, cela ne fait pas l’ombre d’un doute que l’on cherche à mettre la main sur ce pays mais pour Morales l’affaire me semble beaucoup plus complexe ; tout manichéisme me paraît fourvoyeur de faits réels.


  • Le seul ennemi véritable de l’Empire a été exécuté : il s’agit du Che. Tous les autres opposants sont de faux opposants. Jamais les USA ne laisseront le communisme (nationalisation des biens de production et dictature du prolétariat) s’installer en Amérique. Le chavisme est toléré parce qu’il n’est que du "socialisme" : du capitalisme "humain".


  • Hu ssein,
    Les différences qu’il y a entre vous et moi sont les suivantes :
    1° - Je parle en mon nom et ne prétends pas parler au nom des autres.
    2° - Je ne suis pas d’accord avec vos idées mais je les respecte - je ne vous traite pas d’imbécile qui n’a rien compris et qui "gobe tout" ! C’est ce qu’on appelle le respect démocratique ; des termes, j’en conviens, qui ont tendance à disparaître...
    Quant aux médias mainstream, on peut distinguer 2 périodes chez Morales. Durant la première période et son accession au pouvoir, il a été ensencé par des médias comme Le monde, le nouvel obs, Libération, etc... On ne peut pas dire que ces médias ne sont pas dans la mouvance bien-pensante et que le mensonge systèmatique ne constitue pas leur fond de commerce.
    L’idée d’un petit paysan indigène accèdant au pouvoir et faisant la nique aux méchants américains séduisait de nombreux "gauchos" et je dois dire que personnellement je suis tombé dans le panneau quelque temps tout au début (comme beaucoup sans doute), bien que mes idées ne soient pas du tout tournées à gauche (même si j’ai soutenu ardemment Salvatore Allende à son époque).
    Comme l’a si bien fait remarquer Moira Forest, l’auteur de cet article ne semble pas soupçonnable d’accointances avec les USA.
    Conclusion : cette affaire ne peut pas être traitée de façon manichéiste


  • Quand on dit qu’une image vaux mille mots, celle qui accompagne le titre parle beaucoup.

    On y voit Morales remettant à François un crucifix où Jésus-Christ est crucifié sur une croix formée d’un marteau et d’une faucille. Avant Vatican II, le communisme était dénoncé par l’Église (tout comme le libéralisme et la franc-maçonnerie). Mais depuis ...


  • "Donc pour résumer : la gauche sud-américaine (excepté peut être le Venezuela ?) est liée au sionisme de gauche (Soros) ; quant à la droite elle est liée au clan national-sioniste..." (lu plus haut).
    Ce me semble être une bonne grille de:lecture des événements lationo-américains. La gauche, la droite sont des notions qui ont vécu ou ont été altérées en soros ou néo-con, les deux intrinsèquement liés, un peu comm séfarade/kazar, soviétisme et socialisme, libéralisme et tiers-mondisme, toutes proportions gardées.
    Ces axes règnent et comptent sur l’ignorance, la bêtise, le désarmement, la tiers-mondisation, le malheur, la misère, la débauche des moeurs, l’absence de dieu et des anges ; s’en gavent. Plus la cible de leurs méfaits et crimes est divisée, démunie, mieux ils la tyrannisent et se remplissent les poches.
    Alors à Morales succède une kazarophile, etc. Et rebelote.
    Si la Bolivie a pour objectif premier de se cultiver l’esprit, les deux axes en rouilleront. Je sais, il faut des siècles pour qu’une civilisation fleurisse.
    Le histoires de coca ne sont de toutes façons pas très claires. Faut arrêter la coca, cultiver des aliments.


Commentaires suivants