Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

Alors que des diplomates russes se font expulser d’Europe amenant par là le monde au bord de la guerre, l’alliance militaire de l’OTAN en Syrie semble être en train de se désintégrer. Le 29 mars, le président français Emmanuel Macron a dit que la France allait envoyer des troupes aider les Kurdes à combattre les Forces de Défense Turques au nord de la Syrie.

 

La Turquie a lancé l’Opération Olive Branch [Rameau d’Olivier, NdT] le 20 janvier dernier pour évincer les forces kurdes du PYD-YPG d’Afrin, au nord de la Syrie. Les groupes combattants du PYD-YPG ont été renommés Forces Démocratiques Syriennes (FDS) à l’instigation des militaires US, afin de camoufler leurs liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) de Turquie, qu’Ankara définit comme une organisation terroriste.

Maintenant, Ankara accuse Paris de soutenir le terrorisme contre la Turquie et a menacé la France de représailles si elle engage des troupes aux côtés des FDS. Paris a offert de patronner une « médiation » entre le gouvernement turc et les FDS, offre rejetée avec dédain par Ankara.

Lors d’une récente interview avec Le Monde, l’ancien président français François Hollande a décrit la Turquie comme un allié de la France en lutte contre un autre allié de la France. Il a toutefois précisé que la France continue de soutenir les Kurdes. Hollande a également accusé Moscou d’avoir permis à la Turquie d’envahir la Syrie dans le but d’affaiblir et de diviser l’OTAN.

Le président US Donald Trump a indiqué que les USA entendent réduire l’étendue de leurs opérations en Syrie.

Il semble que la France remplisse désormais ses fonctions d’état vassal des USA – en fournissant des troupes pour appuyer l’armée par procuration de l’OTAN que sont les groupes militants kurdes. Donc, la France et l’Union européenne vont-ils affronter la fureur de la Turquie pendant que les USA passeront au second plan ?

Selon le directeur de Stratfor George Friedman, les forces armées turques sont beaucoup plus puissantes que les armées de la France et de l’Allemagne réunies.

 

(Vidéo en anglais non sous-titrée)

 

La Turquie d’Erdoğan ambitionne de raviver son passé ottoman glorieux. La Turquie est une puissance stratégique cruciale entre l’Orient et l’Occident. Ankara dispose d’une présence militaire au Qatar et en Somalie, donnant à cette puissance méditerranéenne un accès à des centres névralgiques stratégiquement importants qui donnent sur la Mer Rouge et l’Océan Indien.

La Turquie a augmenté ses investissements et ses engagements dans des pays africains au cours des dernières années. L’Éthiopie, la Somalie, le Soudan, le Nigeria, le Ghana et l’Afrique du Sud sont devenus d’importants partenaires commerciaux de la Turquie.

L’une des raisons de l’hostilité française envers la Libye de Kadhafi résidait dans la détermination de celle-ci à contrer l’influence de la France en Afrique. L’influence croissante de la Turquie en Afrique est, un jour ou l’autre, vouée à devenir une source de tracas pour les puissances d’Europe Occidentale, la France en particulier.

Mais les relations franco-turques n’ont pas toujours été aussi mauvaises. Au 16ème siècle la France a compté sur la puissance ottomane pour contrer celle du Saint-Empire Romain Germanique. À travers son alliance avec les Ottomans, la France acquit d’importantes concessions commerciales (« capitulations ») au Moyen-Orient. Les Français continuèrent de se servir de l’alliance avec les Ottomans pour contenir les Autrichiens au 17ème et au 18ème siècle.

 

La politique du génocide

Cependant, ces derniers temps la France a semblé s’acharner à se mettre son ancien allié diplomatique à dos. En 2016 l’Assemblée nationale française passa une loi rendant illégal le « déni » du génocide arménien de 1915. Dès lors tout historien doutant d’aspects de l’histoire « officielle » peut aller en prison et devoir payer une amende de €45 000. La Turquie continue de nier sa responsabilité dans le génocide arménien.

Depuis que la Loi Gayssot a rendu la remise en question de tout aspect du génocide des juifs durant la Seconde Guerre mondiale, l’histoire en France a lentement glissé sous l’orbite de la jurisprudence plutôt que de l’historiographie. La tentative française de légiférer sur l’histoire de la Turquie était clairement un geste politique visant à marquer des points sur un rival géopolitique potentiel. Le génocide arménien est devenu une cause passionnée pour les acteurs et les activistes élitistes de l’establishment impérial occidental.

 

(Vidéo en anglais non sous-titrée)

 

Vers la fin du 19ème siècle les puissances occidentales avaient largement infiltré l’Empire Ottoman à travers leurs contacts auprès de puissants responsables arméniens. Les nationalistes et les socialistes arméniens formèrent le Comité Hintchak et la Fédération Révolutionnaire Arménienne (FRA). Les Turcs pensent que ces groupes ont été encouragés par l’impérialisme européen et russe pour se révolter contre le pouvoir ottoman afin de déstabiliser l’Empire.

Quelle que soit la vérité historique entourant le génocide, la cause du génocide arménien est un facteur-clé de la politique impériale occidentale envers la Turquie.

Le soutien de la France pour la cause des USA et la cause des Kurdes, en plus de son hostilité devant la candidature turque d’accession à l’UE, semblent indiquer que la France redoute la puissance émergente de la Turquie. Toutefois, la France est l’une des premières sources d’investissements étrangers en Turquie et une rupture des relations mettrait en péril de nombreux intérêts puissants.

 

Le nouvel allié d’Israël

Les Kurdes ont d’éminents amis à Paris. Le philosophe Bernard Henri-Lévy a intensément défendu leur cause en France.

 

 

Bernard Henri-Lévy a joué un rôle de premier plan dans la promotion d’une intervention militaire française en Libye en 2011. Lévy ne cache nullement que sa première allégeance est envers Israël. Un État kurde en Syrie correspond aux intérêts géopolitiques d’Israël. Entourés d’Arabes et de Turcs hostiles, les Kurdes compteraient essentiellement sur Israël pour leur sécurité, facilitant ainsi l’hégémonie d’Israël dans la région.

 

 

Depuis la Guerre Froide la politique US envers la Turquie a été de s’en servir comme puissance régionale pouvant être brandie contre l’URSS. La Turquie a joué en rôle central dans la déstabilisation et la destruction de la Syrie. Mais Ankara est entré en Syrie avec son propre agenda géostratégique.

Les propres intérêts de sécurité nationale de la Turquie sont désormais menacés par l’alliance militaire occidentale. L’OTAN qui jusqu’ici soutenait des milliers de groupes terroristes différents, dont beaucoup se battent entre eux, semble être en pleine désintégration en Syrie.

Le « socialisme » présupposé des groupes kurdes en Syrie a été l’une des accroches de vente employées par les médias occidentaux. Il n’y a rien que les anarchistes petits-bourgeois et les « socialistes révolutionnaires » autoproclamés aiment plus que la vue de milices kurdes « à la Che Guevara » et de leurs « conseils des travailleurs ». La nature acéphale du PYD-YPG (Parti de l’Union Démocratique-Unités de Protection du Peuple) en Syrie reflète le type de révolutions de de « soulèvements spontanés » fomentés par la CIA dans le monde en développement et de plus en plus dans le monde industrialisé ; elle garantit également la domination impérialiste sur le mouvement.

 

 

En 2017 les Forces de Guérilla Révolutionnaires du Peuple furent formées afin d’apporter un soutien « anarcho-queer » et féministe à la cause kurde de l’impérialisme. La diffusion de la perversion sexuelle dans le monde en développement par le biais d’une idéologie pseudo-gauchiste est devenue l’avant-garde en pointe de l’impérialisme occidental. Les marxistes-léninistes ont toujours considéré l’homosexualité comme étant un problème social imputable, sous sa forme moderne, à la décadence bourgeoise ; mais il reste peu de marxistes-léninistes suffisamment courageux pour le dire, de nos jours.

Le PYD kurde a d’étroits liens avec le Rosa Luxemburg Stiftung en Allemagne, qui servit d’accessoire pour la putsch néo-nazi de la CIA de 2014, en Ukraine.

À travers le monde, le terrorisme gauchiste postmoderne et le djihad takfiri déblayent la route pour l’impérialisme.

 

L’impérialisme turc

Depuis la récente opération d’enfumage psychologique entourant Sergueï Skripal dirigée contre la Russie, Ankara a refusé d’expulser des diplomates russes. Il semble que la Turquie ne puisse désormais plus servir de bâton à l’Occident pour taper sur la Russie. La Turquie est un Empire en émergence, dotée de ses propres intérêts stratégiques.

Au 21ème siècle cela n’a guère de sens, au niveau géopolitique, pour qu’un Empire tel que la Turquie demeure cloisonné par les intérêts de l’Organisation du Traité de l’Atlantique-Nord (OTAN) : la Turquie n’est pas une puissance atlantique.

En tant que puissance maritime possédant un accès à la Mer Noire, à la Méditerranée et désormais à la Mer Rouge et à l’Océan Indien, le Néo-Ottomanisme turc est une réalité. Bien que toujours en conflit contre la Russie et les alliés de l’Iran en Syrie, et profondément complice dans le renforcement du terrorisme, l’orbite d’Ankara s’est rapprochée de l’axe Moscou-Téhéran au cours des deux années passées.

Néanmoins, la position géopolitique intermédiaire de la Turquie fait d’elle un partenaire peu fiable pour les promoteurs de l’Eurasisme. Les terroristes ouïghours luttant pour l’indépendance dans la province chinoise du Xinjiang (Turkestan Oriental) sont toujours soutenus par Ankara ; et aucun élément n’indique que le régime turc a rompu ses liens avec le terrorisme takfiri.

Le président Recep Tayyip Erdoğan a déjà menacé l’Europe par le passé. En 2016 le président turc avait averti que la Turquie inonderait l’Europe de migrants si l’UE ne pliait pas devant ses exigences financières pour gérer la crise des migrants. Derechef, Erdoğan menace l’Europe. Tandis que les migrants continuent d’arriver en masse dans les villes européennes, des milliers de terroristes de l’État islamique et d’al-Qaïda parmi eux, la France joue avec le feu en provoquant la Turquie. Pendant que la crise des migrants s’intensifie en France et à travers l’Union Européenne en déliquescence, la France ne sera pas en mesure de combattre dans des guerres lointaines – surtout contre des géants sur le retour comme la Turquie. Des analystes US prédisent que c’est la « Nouvelle Europe » plutôt que la « Vieille Europe » qui se chargera de cette tâche. La Pologne est en divergence avec l’UE. Le Pologne comprend que l’immigration de citoyens culturellement différents n’est pas dans ses intérêts. La Pologne se fait armer jusqu’aux dents par les USA.

Si l’UE s’effondre, le chaos suivra. La France affrontera des luttes séparatistes en Corse et un terrorisme islamiste à grande échelle. Seules la Hongrie, l’Autriche, la Pologne, la République Tchèque et la Slovaquie seront à même de défendre l’Europe contre l’assaut néo-ottoman. Mais nous ne devons pas rester dans l’illusion concernant la nature de cette « défense ». L’Oncle Sam soutiendra les deux côtés jusqu’à ce qu’une guerre de tous contre tous amène l’humanité plus proche d’un gouvernement planétaire. L’ancien Commissaire de l’UE Javier Solana a dit que l’Europe est le laboratoire de la gouvernance mondiale.

 

(Vidéo en anglais non sous-titrée)

 

Une période prolongée d’austérité et de guerre civile forcera les citoyens à tourner leur regard vers des institutions mondiales promettant la paix et la protection. Quand les plans pour le Printemps Arabe furent annoncés par la Secrétaire d’État US Condoleezza Rice en 2005 devant l’American-Israeli Public Affairs Committee [AIPAC, Comité Américano-Israélien pour les Affaires Publiques, NdT], Rice fit référence à la nécessité d’un « chaos créatif » dans la reconfiguration d’un « nouveau Moyen-Orient ». Nous sommes aujourd’hui confrontés à un chaos créatif précédant une « Nouvelle Europe » et, ce qui est encore plus important, un « Nouvel Ordre Mondial ».

Gearóid Ó Colmáin

Retrouvez Gearóid Ó Colmáin, sur E&R et ERFM :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1936940

    Impossible la Turquie est alliée d’Israël (alliance militaire) .

     

  • #1936951
    le 05/04/2018 par Jean Le Chevalier
    La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

    La Turquie est en guerre religieuse avec les non musulmans mais se réserve le droit d’accords de raison avec certains...le temps d’asseoir sa domination et ses intérêts.

     

  • #1936961
    le 05/04/2018 par Gesticulator
    La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

    Intéressant. Que feront les franco-turcs en cas de conflit déclaré ? (Sans parler de la couche disons « islamiste »).
    Pas fini de rigoler.
    Autrement le gros ricain parle d’armées « Conventionnelles ». Le nucléaire tactique peut calmer les ottomaneries à un moment. Mais pour le moment, la Turquie étant membre de l’Otan, quel régal !
    Un bon point pour les Turcs, du moment que Botul est pro-Kurde, l’opinion française...

     

    • #1937017

      (Sans parler de la couche disons « islamiste »).

      Vous avez connu un seul terroriste islamiste turc qui aurait opéré sur le territoire français ou européens ?

      Ça vous ferait jouir de voir des français se faire tabasser par des "franco-turcs" dans les rue de Paris ?

      La Turquie qui envahirait l’Europe ? du grand n’importe quoi..


    • #1937034
      le 05/04/2018 par Silence Radio
      La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

      Seront-ils obligés de prendre un parti ? Nous les obligerons ? Ils ne peuvent pas juste avoir le cul entre deux chaises, le temps que les politiques se ramassent ou s’accordent ?
      Ils seront même des éléments essentiels à la reconstruction d’un éventuel après-guerre.

      J’ai peur que même sur EetR, il n’y ait une flopée de gens tous prêts à détester les prochains sales boches, sale rosbifs, amerlots, sales ruscofs, ritals, espingouins, portos, polacs, bougnoules, bicots, chinetoques ou autres niakoués que la Banque aura désignée comme ennemi, le temps d’un conflit.

      Passons tout de suite à la réconciliation.


    • #1937148

      @mehmet



      Vous avez connu un seul terroriste islamiste turc qui aurait opéré sur le territoire français ou européens ?

      Ça vous ferait jouir de voir des français se faire tabasser par des "franco-turcs" dans les rue de Paris ?

      La Turquie qui envahirait l’Europe ? du grand n’importe quoi..



      Vivre au contact de populations turques immigrées en France s’avère en effet souvent être une douloureuse expérience. Outre les violences faites aux non-turcs (ça inclut aussi les maghrébins, pas seulement les français), la vie des femmes et des enfants (donc les représentants les plus faibles d’une société humaine) se transforme rapidement en une succession de menaces et de tentatives de soumission (jamais par la raison, toujours par la violence) de la part de la communauté turque. On en déduit que si une population turque devenait importante et concentrée dans un endroit précis, nous serions très certainement confronté à la mise en soumission totale de tout récalcitrant (je le répète, pas uniquement français), très certainement par la force et la pression communautaire. Et c’est là qu’entre en jeu la religion. Les turcs sont laïcs, sauf lorsqu’il s’agit de conquête. Ainsi, je rappelle que Erdogan a été très bien réélu par son peuple. Il est très populaire chez les turcs car il prépare le terrain depuis des années dans l’espoir de rebâtir l’empire ottoman. Je pourrai continuer et vous parler de la situation en Allemagne avec cette immigration, ou remonter plus loin dans le temps pour demander ce que pense une certaine partie de l’Europe de l’occupation ottomane. Mais arrêtons-nous là.
      Mon conseil est le suivant : si vous êtes turc et que vous vivez en France et aimez la France, alors il serait temps pour vous d’arrêter de penser que vous êtes turc. Si ce n’est pas possible, alors retournez vivre en Turquie : vous y gagnerez et nous aussi. En effet, la culture française (et celle de nombreux pays européens, apparemment) est incompatible avec la culture turque. Rester en Europe si vous ne voulez pas abandonner votre culture d’origine entraînera forcément l’aboutissement de la violence, et non pas la stabilité que beaucoup d’immigrés viennent chercher.


    • #1937235
      le 05/04/2018 par Gesticulator
      La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

      Mehmet, (je vous suppose Turc), Epargnez-moi vos considérations et répondez juste à la question : Votre position en cas de conflit déclaré ?
      Par ailleurs en matière d’islamisme Turc (tenant l’islamisme du Maghreb comme évidemment secondaire), dites moi si vous êtes pour le califat ottoman dur d’Erdogan ou pour l’islamisation de la France par la,méthode pédagogique Gülen ?
      Je préfère ne pas aller plus avant dans l’analyse, mais en matière de vérole à la France... Par ailleurs , vous conviendrez qu’ici nous sommes plus cons que les teutons qui ont su garder les quelques-uns des vôtres qui valaient le coup (Vous voyez que je ne suis pas,totalement négatif concernant notre voisinage).


    • #1937338

      @gesticulator, en cas de conflit, comme ça s’est fait à Hawaïï durant la 2ème guerre mondiale avec la population Japonaise de l’île, ceux qui le souhaitent pourront émigrer en Turquie. Pour vous répondre sur le reste de votre commentaire, la religion n’est qu’un prétexte à des conflits de domination. Il n’y a pas d’Islam versus Occident, les 1ers larbins des Atlantistes et sans manquer de respect aux élites Françaises dans leurs efforts de soumission intégrale, c’est l’Arabie Saoudite qui abrite le lieu le plus sain de la religion musulmane...votre analyse sur une prétendue opposition de religion n’a donc pas de sens, tout comme il n’y a pas de califat en Turquie et que Gülen n’est rien d’autre qu’un agent de la Cia...
      Maintenant pour répondre à Le Goy, chiche demandons aux peuples ayant connu la domination Ottomane et à ceux ayant connu la domination Française, Espagnole, Portugaise ou même Anglaise. Les Turcs n’ont imposé leur langue à personne, n’ont changé ni les noms ni les prénoms de personne contrairement aux autres qui ont acculturé ou, peut-être me direz vous, ont fait bénéficié ces peuples des "bienfaits de la colonisation". Regardez sur une carte, pour savoir ou les Turcs sont passés il faut se cultiver un minimum (et vous seriez bien inspiré de le faire) alors que l’empreinte des Français, Anglais, Portugais et Espagnols est indélébile et ne disparaitra qu’avec l’humanité.
      C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ceux qui parlent de Néo-Ottomanisme racontent n’importe quoi. L’empire Ottoman a disparu car, contrairement aux autres empires que je viens de citer, n’avait pas de but et ce rêve, puisque c’était ça, d’un empire ou chacun garde sa culture était illusoire, l’histoire l’a démontrée et les Turcs tirent les enseignements de l’histoire.
      Lisez Géraud Poumarède et son livre "pour en finir avec la croisade" c’est un Français qui explique les raisons profondes de la détestation des Occidentaux, à commencer par les Français vis à vis de la Turquie et la raison profonde c’est de n’être pas parvenu à la mettre à genoux...
      Bonne soirée à tous


    • #1937342

      Je suis d’avis de Mehmet pour le coup, non pas parce que je suis fan des cymbales Zildjian, ce qui est vraiment le cas, mais parce que je vis en plein milieu d’un quartier turc à Gonesse ( cité des marroniers ) qui est en fait un grand lotissement plus qu’une cité. Je n’ai aucun problème a déplorer avec le voisinage mais il est vrai que je ne sais pas ce qu’il se passerait en cas de conflit ouvert entre france et turquie. Interessant par ailleurs de se remémorrer l’alliance entre la France de François 1er et la Turquie de Soliman le magnifique au 16 ème siècle pour contrer l’Empire espagnol de Charles Quint. Une alliance des pays sortis de l’ue avec la Turquie sera bientôt peut-être une réalité.... La Turquie est à mon avis en train de faire un grand coup de poker car il faudra composer avec elle.


  • #1936977
    le 05/04/2018 par culturovore
    La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

    Bel article, tout est dit.

    Ajoutons que l’OTAN est l’armée de l’élite mondialiste pour mettre en place son NWO.

    Tout le reste, djihadistes, kurdes, anarchistes et autres ne sont que des proxy.

    En effet, le but ultime du chaos organisé et que les peuples appellent l’OTAN à la rescousse pour remettre de l’ordre chez eux.

    D’où le chaos des migrants et le terrorisme. Arrivent le chaos financier et la misère de l’austérité. Tout cela étant tout aussi planifié et organisé. Ne manque plus qu’une fausse invasion extra terrestre, telle que celle promise par Reagan dans son discours à l’ONU qui permettrait aux peuples de se fédérer contre un ennemi commun.

    Quand l’OTAN sera sur place, les mesures de protections civiles appliquées avec l’état d’urgence et que les peuples appelleront à l’ordre et à la paix, une gouvernance mondiale sera mise en place.

    Sa forme : une dictature d’une élite financière politique et militaire s’appropriant toutes les richesses par la dette, sur une masse informe réduite en esclavage.

     

    • #1937258

      Je suis d’accord avec vous, sauf pour la fin.
      Vous allez me juger un peu naïf, mais je pense que l’objectif du NOM viserait plutôt à l’établissement d’un âge d’or planétaire si l’on en croit les Pierres guide de Georgie, ou encore les fresques de l’aéroport de Denver.
      Les moyens à employer pour y parvenir sont en revanche ignobles.


  • #1937026

    Cette article est réducteur. L’auteur brandit le drapeau de la peur d’un pseudo impérialisme turc qui aurait pour objectif d’envahir la France.

    La Turquie est en guerre contre le mondialisme et ses réseaux. Mais comme la France est à avant-garde du projet mondialiste et qu’elle prend le relai quand l’empire états-uniens n’a plus les moyens d’avancer ses pions.

    Alors dans ce sens oui, la France et la Turquie s’oppose politiquement.
    Il est donc ridicule d’agiter le chiffon de la peur d’un méchant ottoman qui rêve d’occuper la France. L’auteur devrait revoir ses sources d’informations


  • #1937035
    le 05/04/2018 par Dardanelles
    La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

    "La France est-elle en guerre avec la Turquie ?"
    Soyons sérieux, nous n’avons pas les moyens, la Turquie c’est du lourd...
    C’est pas juste une colonne de pick-up qui fait le "rezzou" à qui on oppose l’ALAT ou un Mirage.


  • #1937037

    Il semble que la France remplisse désormais ses fonctions d’état vassal des USA

    Une autre manière de voir le rapport de force USA/France :
    Les US ont simplement calculé que s’ils se retiraient de l’affaire syrienne, les Européens seraient contraints de les y remplacer pour des raisons tout simplement économiques. Parce qu’ils seraient plumés par Poutine, s’il devenait durablement le maître de la région, vu qu’il aurait alors un monopole parfait des fourniture de gaz par pipe-line aux Européens.

    Notons que les US n’ont pas fait grand chose pour empêcher Poutine d’arriver à cette position de force.
    Peut-être parce qu’un monopole poutinien sur les pipe-lines permettait à l’offre américaine (gaz liquéfié, transporté par bateau) de devenir compétitive.
    Peut-être parce que, la vassalisation des Européens étant devenue toute relative, il était plus efficace, dans le but de les lancer contre Poutine, de faire naître un motif réel (économique) d’affrontement.


  • #1937053

    Tout ce que voulait éviter à la France le général de Gaulle est en train de se passer depuis l’installation par les imperialo -sionistes des trois bouffons " french dealers"( ils sont loin d’être des " leaders ") Sarkozy ,Hollande et leurs clone Macron ! Les terroristes ricains et leurs maîtres israéliens ont trouvés des supplétifs zélés pour accomplir leurs basses besognes et prendre les coups à leurs place !!

     

    • #1937102
      le 05/04/2018 par Jack Slater
      La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

      La faute en revient surtout à la génération du baby-boom : celle qui a chassé De Gaulle en 68 et qui vote pour les libéraux (Emmanuel Sarkollande) depuis des années.

      De Gaulle aurait dû nettoyer le quartier latin à coup de fusil et abolir ce stupide suffrage universel qui permet aux plus cons des français (ou affiliés) de choisir de mettre au pouvoir un libéral de droite ou un libéral de gauche. J’ai plus de respect pour un dictateur comme Bouteflika ou un "roi-nègre" comme Mobutu que pour n’importe quel démocrate français, représentant de la classe/génération nuisible.


    • #1937487
      le 06/04/2018 par Plein de sagesse
      La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

      Tout à fait, il en va de même pour la question lié à l’immigration, c’est la raison pour laquelle tout explose.

      Par Charles de Gaulle (rapporté par Alain Peyrefitte) / Le 5 mars 1959

      Charles de Gaulle« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France.

      Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.

      Qu’on ne se raconte pas d’histoire ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants.

      Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français.

      Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ?

      Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ?

      Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées. »


  • #1937078
    le 05/04/2018 par Tchang0 Unchained
    La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

    J’aimerai savoir pour qui les électeurs franco-turcs ont voté l’année dernière ? Lepen ou Macron ? On ne récolte que ce que l’on sème.

    Je ne pense pas qu’il y aura une guerre, par contre je pense qu’un nouvel attentat de type Drakkar peut tout à fait survenir (sans oublier de nouveaux bataclans) ... si le sang de ces courageux soldats français qui vont mourir pouvait retomber sur Macron, leur futur sacrifice serait utile ... mais, au lieu de ça, les médias vont faire leur farandole, ce sera suivi d’un coup de vis supplémentaire donné contre la liberté d’expression, Macron fera l’intéressant en faisant la bise face caméra aux familles de nos militaires tombés et au final : same player shoot again.

    Et tout ça pourquoi ? Faire croire aux élites françaises qu’elles peuvent encore avoir du pouvoir sur le tiers-monde en restant des collabo de l’empire, les allemands qui se frotteront les mains de voir les françouze se prendre les pieds dans le tapi, la communauté ***** qui se battra contre l’islam jusqu’au dernier français, les tenants de l’anti-France qui brûlent d’en faire une province de l’empire (un 51ème état) quitte à démolir physiquement une de ses dernières institutions sérieuse qu’est l’armée ?

    Pourquoi vous autres militaires n’êtes-vous pas foutu de lever la crosse en l’air comme en 1917 ? Ça vous fait tant plaisir que ça de crever pour rien et d’exposer votre pays à toutes les critiques ?

    La seule chose rigolote dans tout ça, ce seront les néo-brigadiers-internationaux qui vont revenir du kurdistan, pensant être allé défendre la goooooche dans le Rojava, ces grands chevaliers de la gauche et de l’antiracisme qui vont se prendre le bec avec des "racisés" turcs. Ça pourrait être drôle à regarder.

     

    • #1937315

      En tant que Franco-Turc, je vais vous répondre : Les "Franco-Turcs", dans leur immense majorité, n’ont voté ni pour l’un ni pour l’autre parce que globalement, soit ils ne sont "intégrés" que socialement (Jean-Marie Lepen le rappelait très justement au milieu des années 90, les Turcs, comme les Asiatiques ne s’intègrent que "socialement" et sont en Europe occidentale juste pour des aspects économiques - ce trait de caractère commun avec les Asiatiques est d’ailleurs certainement du au fait que nous sommes nous mêmes un peuple Asiatique, nos racines culturelles et linguistiques venant des Ouïgours).
      Pour les "autres" Franco-Turcs, notamment les jeunes votant pour la 1ère fois, comme les "Français moyens" le nom Lepen est un tel repoussoir que voter pour Marine Lepen est inimaginable et une certaine maturité vis à vis des dangers du mondialisme que traverse la "mère patrie" à cause de l’hyper-classe mondiale dont les responsables sont mieux identifiés comme étant les sponsors de Macron ont fait que, en tout cas dans mon entourage, je ne connais aucun "Franco-Turc" qui a voté en 2017 au 2eme tour. Au 1er tour la majorité des "notres" avaient voté pour Fillon (à cause de son côté naïf, qui se fait choper à voler un oeuf alors que les autres volent des fermes entières).
      En ce qui me concerne, je ne représente qu’une partie très marginale et j’ai voté pour Marine car c’était le moins mauvais choix, ce que je pense encore.
      Plus largement, même en imaginant que les Franco-Turcs votent tous en France, on n’est tout simplement pas assez nombreux pour faire basculer une élection...
      Espérant vous avoir répondu, je vous souhaite une agréable soirée


    • #1937514
      le 06/04/2018 par Tchang0 Unchained
      La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

      Un grand Merci à vous @uzfr pour votre réponse honnête et formatrice.

      Il est triste de voir que la propagande ait fait son travail sur les jeunes (je pense à l’ensemble des jeunes (qu’ils soient franco-français ou franco-turcs)).

      Il est bon d’avoir le point de vue de chacun sur la question.

      Ceci dit, je mettrais un bémol à l’intégration uniquement sociale des asiatique en France, comme vous et JMLP l’affirmez. A belle-ville, les chinois, souvent agressés par des délinquants, ont manifesté pour demander plus d’efforts à l’état et une plus grande présence de la police au cri de "Ne nous obligez pas à nous défendre nous-mêmes" (entendre : "Ne nous contraignez pas à faire appel aux triades"). Est-ce que c’est spécifique aux chinois ou non, quoi qu’il en soit : manifester contre un problème en exigeant comme solution une plus grande présence de l’état, c’est très français comme façon de penser.
      Alors, est-ce que cette façon de penser est commune à certains peuples asiatiques et aux français ou est-ce la preuve que les chinois se sont plus qu’intégrés socialement ? Là est la question.

      Si maintenant un militaire français (d’active ou à la retraite) pouvait se manifester pour compléter la réponse à ma question : on ferait je pense le tour du problème.


    • #1938119

      @tchango
      Proverbe vietnamien :" Le role de l’Empereur s’arrète à la haie de bambous du village"...En règle générale , les asiatiques , partout dans le monde , y compris chez eux , se montrent respectueux des liens sociaux , des lois, des autorités .Se faire remarquer dans le mauvais sens , équivaudrait à perdre la face et à la faire perdre à leurs proches et à leur communauté .En revanche, ils attendent des autorités qu’elles fassent respecter les lois et les règles de vie , et qu’elles exercent leur pouvoir régalien concernant la sécurité des personnes et des biens , et qu’elles permettent à chacun d’oeuvrer à gagner sa vie .C’est pour celà qu’ils sont payés par les citoyens !


  • #1937081

    Il faut regarder le long terme pour comprendre pourquoi tout devrait se jouer entre l’été 2018 et fin 2019.

    - RUSSIE : Poutine vient d’être réélu pour 6 ans, il sera donc en poste jusqu’en 2024.
    - FRANCE : Macron a été élu en 2017 pour 5 ans, il sera donc en poste jusqu’en 2022 et courant de l’été 2018, nous allons récupérer notre force aéronavale. Le porte-avions Charles de Gaulle étant en maintenance depuis 18 mois (fev. 2017) pour une refonte à mi-vie.
    - TURQUIE : les Turcs ont des élections législatives ET présidentielles en fin d’année 2019 et sauf défaite militaire majeure ou "révolution colorée", Erdogan est quasi-sur d’être réélu.

    Donc de 2020 à 2024 - "si on les laisse faire" - Poutine et Erdogan auront la paix durant 4 ans pour faire prospérer leurs intérêts communs ET respectifs. Si les USA veulent briser cela, ils doivent "intervenir" (foutre le bordel) AVANT fin 2019. Et la France a visiblement été désignée pour monter en première ligne face au Turcs. On n’a donc pas fini de rigoler.


  • #1937111
    le 05/04/2018 par Elysian Fields
    La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

    Excellent article.
    J’avoue que la Turquie est énigmatique car dans la guerre en Syrie initialement elle a joué le rôle atlantosioniste laissant passer les terroristes puis hop elle se range du côté syrien et ses alliés russe et iranien.
    Concernant Afrin, les kurdes qui se sont faits manipulés par les USA, après l’invasion turque ils en appellent à Bachar Al Assad.
    Bref, la Turquie reste une énigme quel intérêt a-t-elle de vouloir intégrer une Europe moribonde qui en plus ne veut pas d’elle.
    Autre point, les USA parlent de quitter la Syrie mais consolident leur base militaire sur place.
    Quant à la France y’a bien longtemps qu’elle n’a plus aucune crédibilité au Moyen-Orient. Macron voulait se rendre au sommet d’Ankara entre Turquie Russie Iran, l’Iran l’a envoyée chier.


  • #1937129

    Bon article, dommage que ça devienne n’importe quoi à la fin...Les états occidentaux sont institutionnellement les plus solides au monde, par leur expérience et leur avantage technologique. Tout scénario qui vient prédire une destruction imminente de ces états (par exemple par 3 "djihadistes"...) tient soit de la stupidité, soit de la malhonnêteté intellectuelle...

     

    • #1937196
      le 05/04/2018 par My heart will go on
      La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

      "Les états occidentaux sont institutionnellement les plus solides au monde, par leur expérience et leur avantage technologique."

      On pensait la même chose du Titanic avant son départ pour nul part !


  • #1937135

    Économiquement dans aux moins deux secteurs majeurs je confirme que la Turquie est en guerre contre la France. Ils sont tres agressifs sur certains marchés et ils sont très forts.


  • #1937290
    le 06/04/2018 par Gloria Lasso
    La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

    "... La Turquie continue de nier sa responsabilité dans le génocide arménien."
    Et Israël n’a toujours pas reconnu le génocide arménien... non plus.


  • #1937491
    le 06/04/2018 par La révolte
    La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

    La Turquie rêve de rétablir son ancien et puissant empire Ottoman, c’est humiliant pour eux de se faire dominer par des Arabo-musulmans bien qu’ils respectent et acceptent l’islam.


  • #1937643
    le 06/04/2018 par Francois Desvignes
    La France est-elle en guerre avec la Turquie ?

    La France n’est pas en guerre "avec" la Turquie car elle n’est pas son alliée
    La France est en guerre "contre " la Turquie car elle n’a jamais été son amie.

     

  • #1937692

    L’article en lui-même porte une analyse proche de la réalité.. mais la réalité en elle même est plus complexe qu’on pourra l’imaginer, je pense.. je me suis fais plaisir à lire une dizaine voire plus, des commentaires.. ce qui me questionne, pourquoi nous analysons toujours en prenant compte uniquement les intérêts stratégiques des grands pays, et ce qu’ils représentent aujourd’hui, et comment certains de ces intérêts sont menacés, et nous questionnons pas ce que pensent la population, pour son avenir commun, et dans ce monde ouvert ? Moi je pense que nous sommes devant une lutte entre plusieurs bourgeoisies, celle de l’Europe, des USA, celle des Russes, la bourgeoisie Turque, et Perse, toutes ces bourgeoisies lutte pour des places dans cette ère/aire de mondialisation. Je n’ai pas oublié la bourgeoisie du golf surtout celles de l’EAU et celle des saoudiens, mais ces deux bourgeoisies , plutôt bettes et racailles sont restées à la solde des trio bourgeoisies USA, Europe, Union de Russie.. certes nous sommes devant un changement au niveau mondial, mais actuellement les peuples payent cher .. il ne faut pas qu’on pousse à diviser les peuples.. ET la France ne sera forte que par sa laïcité républicaine, sa justice sociale, et par sa capacité d’agir pour la paix et non pour la guerre.. la solution ne passera jamais par le logiciel capitalisme sauvage ou par le fusil, mais plutôt par les valeurs communes que portent tous les peuples et comment trouver les bons plans et bons mécanismes pour les mettre en œuvre.


  • #1937876

    La France a donc envoyé ses troupes à Manbij.
    Je reprends les termes d’un expert de haut niveau Abdel Bari Atwane : "Les Etats-Unis ONT PERDU LA GUERRE EN SYRIE. C’est une vérité que ni la décision de Trump de ne pas retirer ses troupes ni celle d’envoyer cent soldats français à Manbij ne changeront".
    TOUT EST DIT.
    Le gouvernement turc agit avec l’accord de la Syrie et ses alliés Russie Iran.


  • #1938301

    On semble, surtout ces derniers temps, alors que la confusion et l’agitation règnent partout, vouloir convaincre les masses, ou plutôt les esprits des masses, qu’une est inéluctable.
    Mais la guerre a t-elle toujours existé ? Sinon, quelle en est l’origine ?
    C’est dans l’histoire de l’évolution physiologique de l’homme que nous trouvons l’origine et la cause de la guerre.
    La lutte est d’instinct masculin.
    C’est parce que la masse masculine est avide de mouvements, de luttes et de déplacements qu’elle suit les conquérants ; l’action violente, brutale, développant les instincts profonds de la nature masculine, cela les grise, c’est pour cela qu’ils aiment la guerre.
    Si l’homme aime les combats c’est parce qu’il possède des facultés motrices qui ont besoin d’emploi. C’est pour avoir le plaisir de batailler, bien plus que pour défendre telle ou telle cause, pour venger tel ou tel affront. Le motif de la bataille lui importe peu. C’est la bataille elle-même qu’il aime et qu’il cherche. Et ce qui le prouve c’est que le pugilat est, pour lui, un jeu amusant.
    Et ne voyons-nous pas, à chaque instant, les jeunes garçons se livrer sous nos yeux à des combats qui ont les motifs les plus futiles ou qui n’ont même pas de motif du tout ? L’instinct qui les pousse est le même que celui qui pousse les animaux à se poursuivre et à se battre, sans que leurs combats, qui sont leurs jeux, aient aucun motif. Du reste, les jeux du cirque, les anciens tournois, simulacres de guerre, prouvent bien que, pour l’homme, la lutte est un plaisir, presqu’un besoin.
    C’est lorsque les hommes vieillissent et perdent leurs facultés motrices, si exubérantes dans la jeunesse, qu’ils changent de manière de voir. Ils reviennent alors à des idées plus pacifiques, l’expérience leur a montré les conséquences désastreuses de la guerre à l’âge où la lutte n’est plus, pour eux, un besoin physiologique. Alors, seulement, ils s’aperçoivent que les batailles n’ont jamais conclu aucun différend mais en ont, au contraire, créé de nouveaux, qui restent à l’état de menace dans les nations, attendant l’occasion qui doit faire naître de nouvelles guerres.
    Cependant, il n’est pas question de dire que l’homme n’est jamais raisonnable, mais il y a des moments dans sa vie où la raison est obscurcie. C’est la conséquence de ses conditions sexuelles, la passion le domine, l’instinct triomphe de la raison.
    Le bien et le mal


Commentaires suivants