Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le temps de Cerise

Dans son livre Neuro-pirates. Réflexions sur l’ingénierie sociale, publié aux Éditions Kontre Kulture, Lucien Cerise ne tourne pas autour du pot : le but des sociopathes transhumanistes qui nous gouvernent ? Notre extermination. Les moyens de cette extermination ? L’ingénierie sociale et la stratégie du choc.

 

Cet Ovni littéraire, écrit il y a déjà près de cinq ans, nous permet de comprendre pourquoi, si la Covid-19 n’existait pas, il faudrait l’inventer.

Alors qu’une conspiration mondialiste prépare le viol de nos sphères publiques et privées (Great Reset ou Grande Réinitialisation), alors que des technocrates hors-sol entendent fliquer toute forme d’activité sociale à l’échelle planétaire, alors que les médias tancent les médecins réfractaires, nos populations occidentales – séniles et en cours de remplacement – obéissent sans nécessité à des consignes absurdes. Le reformatage complet de nos économies et de nos sociétés est en cours, nos vies sont en jeu. Ce sera les neuro-pirates ou nous.

 

Ordo ab chao

Avec la Covid- 19, un travail de préparation mentale basé sur le choc, la peur et le mensonge aura fonctionné au-delà de toute espérance. Or, de quoi parle Cerise ? Il nous parle de la guerre cognitive faite aux peuples par une technocratie sans feu ni lieu.

Le gouvernement mondial ne peut s’accomplir que sur la ruine des nations. Partant de cette évidence, nos élites mondialistes ont entamé une guerre des représentations.

Leur méthode : l’ « ingénierie sociale » définie comme « la modification furtive et planifiée du comportement humain ».

Leur but : fabriquer le consentement à la « démolition contrôlée des structures préexistantes ».

Une idéologie « one world », idéologie du même et du métissage obligatoire, avance sous le couvert d’un bric-à-brac moralisateur pour « citoyen du monde ».

Infusée à haute dose par une camarilla d’organisations internationales, de think tanks, d’ONG et de médias sous contrôle, cette moraline politiquement correcte conduit la multitude au vide émasculé de la vie moderne, les contradicteurs à la mort sociale.

Seuls types humains adaptés à ce néant post-humain selon Cerise : « le dépressif et la pétasse ».

Tous les autres, dissidents de la « Planète stupide », devront être reprogrammés ou éliminés

Des spins doctors sous contrôle oligarchique se relaient à notre chevet pour nous persuader que le doute raisonnable, l’esprit critique (sans parler de la colère) sont hautement suspects et que les sentiments qui les accompagnent (typiquement la haine et la défiance) doivent impérativement être neutralisés.

Il ne suffit pas qu’un état de crise permanente nous soit imposé, il faut encore que ceux qui en souffrent se sentent coupables.

Les stratagèmes incapacitants qui « inversent la place du bourreau et de la victime » ont en outre une fonction précise selon Lucien Cerise : le pirate doit neutraliser le fonctionnement normal (hiérarchisé et stéréotypé) du cerveau avant de pouvoir y implanter des représentations pathologiques et dysfonctionnelles.

Challenge du management des perceptions : « Comment rendre les gens fous, comment les pousser à se suicider ou à s’entretuer sans que cela ne m’impacte en retour ? »

De la folle Thunberg (objectif écotaxe) au retour de la peste noire putative (objectif collapse et reset), les stress médiatiques fabriqués ex nihilo auront eu pour seul effet d’accroître le pouvoir sur nous d’une armée de technocrates irresponsables.

Toutes les problématiques du mondialisme se ramènent in fine aux nécessités de contrôle du bétail humain : limitation des naissances, vaccinations, migrations, employabilité…
Cela est vrai quel que soit l’emballage moralisant sous lequel on tente de nous vendre les solutions mondialistes à des problèmes qui ne se poseraient pas dans le contexte de nations souveraines.

La méthode est rodée : d’abord détruire ce qui fonctionne et qu’on ne contrôle pas (exemple : les services publics nationaux, la famille biologique) ; ensuite, arriver avec des solutions innovantes (« partenariats » publics/privés, PMA, GPA) qui ne fonctionnent pas mais qui sont sous contrôle oligarchique.

 

Sidération mentale

Litanie covidesque : chloroquine, masques, tests, remdésivir, conflits d’intérêt, Epahd, Rivotril. Tous ces mots font écho aux mensonges officiels de l’année écoulée.

Dans un premier temps, comme pour créer un choc de sidération, l’installation du virus dans le paysage sanitaire européen a été favorisée, tandis que des traitements apparemment efficaces (hydroxychloroquine, azithromycine) ont été découragés, voire interdits de prescription en pleine crise sanitaire.

C’est qu’il n’est nullement question ici de traiter sérieusement une pandémie, mais de fabriquer le consentement de la plèbe à son propre asservissement. Pour preuve, voici ce qu’ont déclaré deux ministres à propos des mesures liberticides et économiquement désastreuses prises au prétexte de la Covid-19 :

« Les décisions, aujourd’hui, ne sont pas prises en fonction d’une réalité qui serait celle de la circulation du virus, mais pour dire qu’il faut continuer à être disciplinés comme vous l’êtes. »
Roxana Maracineanu, ministre française déléguée aux Sport (28/09/2020 sur Europe1)

« Faire du shopping ne comporte pas de risques quand tout est bien contrôlé. [On a pris cette décision] parce qu’à un moment donné, on devait prendre une décision choc. Il fallait vraiment faire un électrochoc. Il fallait dire clairement "on bloque". »
Frank Vandenbroucke, ministre belge de la Santé (30 novembre 2020).

Ces propos sont convergents et signifient exactement ceci : « Notre gestion de la crise sanitaire vise à accroître notre contrôle sur vos vies, nullement à les sauver. »

Notons que les autorités se sont empressées d’interdire des traitements existants gratuits ou quasi gratuits pour dérouler le tapis rouge (un milliard d’euros dépensés en pure perte par l’Union européenne pour le remdésivir) à un traitement hors de prix et (au mieux) inefficace.

C’est ainsi que fonctionne cette « industrie du changement » permanent qui conjugue l’extension du domaine marchand à la mise au pas de la société.

Le pilotage technocratique qui consiste à remplacer un existant fonctionnel (mais gratuit et hors contrôle) par une nouveauté dysfonctionnelle (mais sous contrôle) ne sert pas à « améliorer le fonctionnement des choses, mais à l’industrialiser, c’est-à-dire à le rationaliser, le standardiser, l’automatiser  ».

La Covid-19 est d’abord et avant tout une opération de sidération mentale et d’ingénierie sociale.

 

Décimation économique : vers le bolchévisme 2.0

La Grande Réinitialisation est l’effondrement contrôlé des économies du XXe siècle et nous pouvons sereinement anticiper une dizaine d’épisodes de confinement avant que ne survienne en 2022 son heure, l’heure du remboursement d’une dette que tout le monde sait irremboursable.

À cause de la dette accumulée depuis la crise de 2008, les devises occidentales ne valent virtuellement plus rien ; la Covid arrive à point nommé pour justifier le tsunami financier qui se prépare et l’hyperinflation consécutive qui emportera l’épargne des populations occidentales. « Les banques ont surendetté les États avec l’argent qui a servi à les sauver, elles. »

Les promesses de croissance illimitée (et donc de consommation illimitée) ont fait long feu : le Grand Reset sera l’effondrement contrôlé des économies du XXe siècle.

Le déluge financier qui se prépare laissera la place à un régime technocratique de surveillance généralisée sur fond de baisse drastique du niveau de vie, de restrictions de déplacement, d’austérité énergétique, et d’automatisation des emplois Les libertés civiles ne seront plus qu’un souvenir des temps heureux qui ne connaissaient ni état d’urgence terroriste ni état de siège sanitaire.

Soudainement, vegans et décroissants tombent du ciel ; ils sont les instruments d’une « guerre cognitive » visant à fabriquer notre consentement à une baisse de notre niveau de vie et aux souffrances qui vont nécessairement avec.

Cette ingénierie sociale disruptive, n’a aucune chance d’emporter l’adhésion des masses en pleine lumière. Dès lors, les spin doctors sont au taquet pour transformer une faillite abjecte en vertueux triomphe de la tolérance, de l’inclusivité et de la compassion universelle (assistanat et revenu universel pour tous après décérébration).

D’où ces mots d’ordre mondialistes ressassés de façon orwellienne sous toutes les latitudes : le slogan davosien « Build back better » repris en cœur par la Banque mondiale, l’OMS, l’ONU, Joe Biden, Boris Johnson, Justin Trudeau (entre autres) ; voire également les nécessaires « réformes structurelles », les « partenariats durables et inclusifs », la « transformation digitale » ; le « développement durable » – tous concepts poisseux de bien-pensance qui dissimulent mal une recherche pathologique de la surveillance et du contrôle.

Le piratage des esprits est bien au cœur de la question sociale parce qu’il permet la conduite du changement tout en évacuant de façon furtive la réalité des rapports de domination.

L’État, colonisé par les structures de la désinformation ordinaire (think tanks, lobbies, médias, services de renseignement) a cessé d’être le réceptacle bienveillant des aspirations populaires.

Le gouvernement planétaire rêvé par le nomade Attali ne sera possible que moyennant de menues contraintes destinées au commun des mortels : suppression de l’argent liquide (quel meilleur prétexte que les risques de contamination virale ?) et traçabilité (physique, financière et sanitaire) du bétail humain.
Le tout sur fond d’assistanat (revenu universel) et psychotropes (légalisation des drogues) pour tous. C’est un destin d’épave domestiquée qui nous est promis.

La Covid-19, à l’instar du terrorisme, vient justifier ce que Cerise appelle une « gestion carcérale de la société ».

Drones et pistage électronique (via les smartphones, la reconnaissance faciale ou des puces intradermiques, monnaie digitale) inaugurent le panopticon du « new normal », ouvrent la voie à un système de crédit social fatal aux esprits rebelles.

C’est par nos protocoles de communication que nous entrerons dans le monde de Minority report.

 

Virtualisation et décimation humaine

« Le réel, c’est ce qui ne se contrôle pas. Pour arriver au contrôle total, pas d’autre choix que de détruire le réel original et de le remplacer par sa copie virtuelle. » On est ici au cœur du dispositif post-moderne.

La pandémie est à la fois le prétexte et le banc d’essai de la société de surveillance et de transformation anthropologique qui structurera le « monde d’après ».

La Covid-19, les tenants du Nouvel Ordre mondial n’en font pas mystère, est le point d’appui de la Grande Réinitialisation.

Le World Economic Forum (WEF) se présente sur son site Web comme « la plate-forme mondiale pour la coopération public-privé ». Il crée « des partenariats entre hommes d’affaires, politiciens, intellectuels et autres dirigeants de la société » pour « définir, discuter et faire avancer les questions clés sur leur agenda mondial ».

Davos n’est pas une théorie du complot. C’est le lieu où l’élite mondiale exprime ouvertement son idée de la manière dont les petites gens devront vivre dans un futur proche.

Dans leur livre COVID-19 : La Grande Réinitialisation publié en septembre 2020, Klaus Schwab (grand maître de Davos) et Thierry Malleret (discret banquier cosmopolite en poste au WEF) font le lien entre la gestion de la Covid-19 et la transformation d’un monde qui ne retournera plus jamais à la normale. Plus précisément : un monde qui ne sera jamais autorisé à revenir à la normale.

La direction future du monde est caractérisée comme « l’ère post-pandémique », une formule qui revient ad nauseam sous leur plume.

Derrière des apparences de neutralité axiologique, c’est un projet démiurgique qui est poursuivi : l’avènement d’une post-humanité déracinée par la digitalisation illimitée du vivant.

La secte mondialiste est fondamentalement transhumaniste et le transhumanisme fait partie intégrante du projet de Grand Reset initié au Forum économique mondial de Davos.

Klaus Schwab, ne s’en cache pas, qui a déclaré que la quatrième révolution industrielle en cours « conduirait à une fusion de notre identité physique, numérique et biologique ».

Digitalisation et automatisation rendent l’esclave humain – qui est toujours susceptible de révolte – largement superflu.

Dans un schéma de constructivisme intégral, les hommes sont de trop et « tout ce qui est donné, tout ce qui est naturel, peut être déconstruit et reconstruit selon un nouveau plan ».

Le but : recomposer l’humanité sur la base d’une soupe primordiale (culture massifiée et exempte de toute attache identitaire) créée en laboratoire (homme « augmenté »), conformiste et égalitaire dans l’asservissement.

Le neuro-pirate (ou ingénieur social) d’aujourd’hui ne vise plus seulement à éluder la réalité du rapport maître/esclave, mais à détruire l’instinct de survie du second, car il est devenu superflu sous sa forme strictement humaine.

Le 11 mars 2020, c’est Jean-François Delfraissy, transhumaniste fanatique et ci-devant président du Comité consultatif national d’éthique, qui est nommé par Emmanuel Macron président du conseil scientifique pour la Covid-19. Pour lui, « il n’y a pas de principes intangibles, ni d’interdits fondamentaux » et « toutes les lignes rouges sont relatives ». Il « ne sait pas ce que sont le bien et le mal ». (Valeurs actuelles du 7 mars 2018)

Autre transhumaniste proche de Macron et d’Attali, omniprésent sur les réseaux sociaux, l’urologue Laurent Alexandre annonce le temps des inutiles et voit nos vieux comme des rats de laboratoire sur lesquels il est légitime de tester des vaccins.

Les maîtres globalistes nous vendent un mythe du progrès instrumentalisé par les 0,01 % pour nous persuader d’accepter les technologies destinées à nous contrôler avant de nous éliminer.

« Explosion de haine antihumaine coordonnée au niveau international », le projet transhumaniste veut remplacer les humains par des robots ou des chimères, êtres génétiquement modifiés qui ne pourront se reproduire par eux-mêmes.

Dans le monde transhumaniste, le Grand Remplacement est celui des humains par des machines : tout ce qui n’est pas programmé ou reprogrammable disparaîtra.

L’Internet des objets (objets qui communiquent entre eux) nous donne un avant-goût de l’éviction du facteur humain extérieur au cercle des nomades post-moderne qui seront les maîtres de l’algorithme, seuls autorisés à trier et traiter l’information.

Que les humains cèdent la place aux chimères et aux robots, c’est ce qui vient immédiatement après la théorie du genre, la PMA et la GPA, l’antispécisme et la reconnaissance du robot comme sujet de droit.

La révolution anthropologique est en cours ; les communicants sont à l’ouvrage pour « asseoir dans l’esprit des gens que les minorités ont plus de droits que la majorité » et que la marchandisation du vivant est un progrès légitime et inclusif.

« L’oligarchie mondialiste, ennemie du genre humain gouverne par le chaos », nous dit Lucien Cerise, nous avertissant « d’une guerre d’extermination qui … vise l’humanité entière, engagée dans un processus de Grand Remplacement par le transhumain et le robot ».

Si nous acceptons la destruction de notre économie, si nous acceptons la destruction de nos libertés et de nos vies privées, alors nous accepterons la destruction de nos vies

« L’ingénierie sociale est une fabrique du consentement à tout lâcher, une fabrique du consentement à la mort », nous dit Cerise.

Nous sommes bien en guerre, comme dit Macron, mais il ne s’agit pas d’une guerre contre un virus. Il s’agit de savoir s’il nous sera encore permis de vivre demain comme des êtres humains.

Lucien Cerise aura été notre canari dans la mine ; il peut être utile de l’entendre quand il nous invite à prendre soin de nous-mêmes et de nos proches : nous survivrons si nous sommes capables de maîtriser le chaos, de prendre soin de notre pays et de nous sacrifier les uns pour les autres.

Le temps de Cerise est advenu. Faisons en sorte qu’il ne s’éternise pas.

Thierry Thodinor

 

Comprendre l’ingénierie oligarchique
avec Lucien Cerise et Kontre Kulture :

 

Lucien Cerise analyse l’opération Covid/Great Reset, sur E&R :

 






Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2632131
    Le 2 janvier à 19:51 par pg3e
    Le temps de Cerise

    Je me permets de présenter un exemple pour éclairer un fait difficile à admettre pour la majorité des gens : A savoir que le monde d’avant a disparu et ne reviendra pas !
    L’interdiction des « commerces non essentiels », des loisirs, de la culture, des vacances, des déplacements, induisent automatiquement des économies dans les budgets des ménages.
    L’objectif de ce chaos organisé, c’est de modifier les priorités de la consommation, ainsi la perte de pouvoir d’achat sera plus difficilement perceptible par la population car les dépenses actuelles se concentrent déjà sur la seule consommation autorisée. C’est donc un moyen de conditionner les masses à un pouvoir d’achat plus faible, un nivèlement par le bas en quelque sorte.
    La limite sera le revenu universel, qui ne pourra que tendre vers zéro….

     

    Répondre à ce message

    • #2632220
      Le 2 janvier à 22:09 par popol74
      Le temps de Cerise

      Remarque très pertinente et ça va me permettre de rebondir car justement à la lecture de cet article j’étais entrain de me demander si le but inavoué du confinement était plutôt de masquer une crise énergétique avec bientôt une inflation programmée et donc une hausse colossale du coût de l’énergie et du prix du pétrole donc ça va coûter hyper cher de se déplacer bientôt, mais comme les déplacements vont se raréfier et se raccourcir dans les temps de confinement qui viennent (nous y serons contraints), ça va passer inaperçu chez la majorité de la population, sinon on aurait eu une nouvelle version de gilets jaune bien plus véhémente que la première vague 2018-2019.

       
  • #2632153
    Le 2 janvier à 20:34 par De Bonald
    Le temps de Cerise

    Là je pense qu’ils ont laissé la fête en Ile et Vilaine se faire pour que cela leur serve de prétexte-cluster pour invoquer la terrible vague Covid 21 prévue à venir. Si ça se trouve, ce sont même eux qui l’ont organisé en douce derrière.

     

    Répondre à ce message

    • #2632325
      Le 3 janvier à 01:31 par manicouagan
      Le temps de Cerise

      Oui ça ne peut que traverser notre esprit, nous connaissons de mieux en mieux l’adversaire, il est petit ça on le sait, regardons de plus près jusqu’à ce que la petite orteil reste coincé là..

       
  • #2632193
    Le 2 janvier à 21:28 par sebasto paul
    Le temps de Cerise

    La Huitième Sphère

    L’existence de la huitième sphère est connue des occultistes depuis la fin du XIXe siècle. C’est une planète-machine, en dehors du développement humain et cosmique septénaire normal, qui recueillera tout ce qui aura succombé au mal. Comme un parasite, elle se nourrit de la force vitale et de la matière de notre monde. Cette réalité artificielle s’érige en simulacre de notre réalité physique et s’interpose à la vision des réalités spirituelles.

     

    Répondre à ce message

    • #2632864
      Le 3 janvier à 19:50 par paléonto
      Le temps de Cerise

      Dans les années 1960, le physicien Freeman Dyson ne disait pas autre chose, intéressez-vous à son concept de sphère de Dyson..... parlait-il de notre satellite ? Je pense qu’il avait vu des trucs.... ;-)

       
  • #2632210
    Le 2 janvier à 21:52 par anymosa
    Le temps de Cerise

    arrive l’instant ou les évidences s’imposent puis celui ou s’effondrera le dernier des cohérents, car il y en aura un, et j’ai bien peur qu’il fut aussi le seul

     

    Répondre à ce message

  • #2632253
    Le 2 janvier à 22:59 par FaridDominique
    Le temps de Cerise

    On trouve chez George Orwell (1984, I-7) le cœur des propos développés par Lucien Cerise dans ses divers écrits :

    « Le Parti finirait par annoncer que deux et deux font cinq et il faudrait le croire. Il était inéluctable que, tôt ou tard, il fasse cette déclaration. La logique de sa position l’exigeait.
    Ce n’était pas seulement la validité de l’expérience, mais l’existence même d’une réalité extérieure qui était tacitement niée par sa philosophie. [...] Le Parti disait de rejeter le témoignage des yeux et des oreilles. C’était le commandement final et le plus essentiel. »

     

    Répondre à ce message

  • #2632324
    Le 3 janvier à 01:28 par De Bonald
    Le temps de Cerise

    Je ne voudrais pas ramener ma fraise mais ce que dit Cerise (ces perspectives ) me laisse mi-figue mi-raisin et ne me donne ni la pêche ni la banane. Je me suis pris en le lisant une vraie châtaigne dans la poire. Voilà pour ma pomme......Ces mondialistes semblent vraiment avoir le melon pour se permettre de décider ainsi de notre sort....Désolé mais nous ne comptons pas pour des prunes et ne sommes pas non plus de bonnes poires prêtes à tout accepter.

     

    Répondre à ce message

  • #2632341
    Le 3 janvier à 02:35 par Antinomas
    Le temps de Cerise

    Véronique Lévy a écrit un livre qui s’intitule "Jésus-Christ ou les robots". Elle aussi fait partie de ceux qui avaient compris avant les autres. Que dit-elle depuis les cataclysmes qui s’abattent sur nous depuis un an ? Je serais curieux de le savoir.

     

    Répondre à ce message

  • #2632551
    Le 3 janvier à 12:44 par Crylovitch
    Le temps de Cerise

    D un autre niveau des zinzins d osons causer...Merci Lucien.

     

    Répondre à ce message

  • #2634790
    Le 6 janvier à 08:03 par SOCRADE
    Le temps de Cerise

    (dépopulation 1/2) Exterminer l’humanité peut apparaître comme quelque chose d’impensable, en fait pour certains c’est une chose facile à concevoir et à organiser et qui va certainement arriver, cette petite expérience de pensée va le prouver ; attention, il faut que vous récupériez votre appréhension du réel d’avant le 11 septembre 2001 pour bien y arriver.

    Dès que c’est bon vous pouvez attaquer, il vous faut comparer les deux projets suivants :

    premier projet : vous êtes milliardaire en dollars, êtes pénétrés de votre hyper-puissance humaine et appartenez à un groupe humain surnaturellement supérieur aux autres et à qui une terre à été surnaturellement promise. Au dessus de vous il y a la Famille qui possède le savoir caché, le savoir de l’inversion du Mal en Bien et son outil tout-puissant, la possession de la monnaie elle-même. Elle vous a récemment éclairé sur la nécessité de faire régner le chaos autour de la terre promise pour la protéger et vous a mandaté pour présenter ce projet aux autres membres du méga-groupe : il s’agit de mettre les états-unis en guerre contre tous les pays arabes autour d’israel. L’idée est de choquer l’opinion en détruisant le world trade center sous faux drapeau arabe. On va en profiter aussi pour détruire au pentagone et au WTC7 les enquêtes et preuves du détournement fabuleux des 25 trillions de dollars. Donc le plan c’est via le contrôle de l’armée par la CIA, le bras armé de la Famille, d’équiper les trois tours et le pentagone de charges de démolition, détourner trois avions, les ramener au sol et faire abattre les passagers, simuler des attaques aériennes via des missiles, des trucages video, du story-telling médiatique, balader l’armée en exercice de simulation et après lancer l’armée contre les pays arabes. Ce projet vous a paniqué initialement mais la Famille vous a convaincu que par inversion c’était l’énormité même qui permettrait au contrôle des médias et de la CIA d’être effectif.

     

    Répondre à ce message

  • #2634791
    Le 6 janvier à 08:03 par SOCRADE
    Le temps de Cerise

    (dépopulation 2/2) deuxième projet : vous êtes le petit fils du même milliardaire, on est en 2100. Avec quelques dizaines de milliers de chinois milliardaires vous et quelques milliers de juifs milliardaires et une poignée de goys milliardaires avez acquis récemment l’immortalité biologique par contrôle et réversion du vieillissement. Les chinois milliardaires vous voient comme de bons prestataires : c’est vous qui contrôlez pour eux la population mondiale de 10 milliards d’individus en la maintenant dans un chaos perpétuel via une technologie de plugins narratifs dans le réseau mondial : un plugin de fausse hyper-complexité très dangereuse pour empêcher toute généralisation de l’immortalité, un plugin qui rend impensable tout contrôle de l’ensoleillement par geoingeniérie et ainsi maintient le chaos climatique -les océans ont monté de 6 mètres-, un plugin sanitaire très ancien qui a permis de pucer la totalité de la population et de la vacciner à volonté par épandage aérien, un plugin terrorismes avec attentats à l’explosif nucléaire si besoin qui a été activé pour les changements difficiles, par ex. la destruction préventive des familles détectées par l’IA comme porteuses de futurs dissidents. Evidemment ce système ne peut pas durer, il détruit la planète, son seul but est de contrôler totalement la population pour pouvoir la ramener en un seul épandage à 666 millions puis désinstaller le plugin anti-geoingéniérie. Vous avez présenté le projet à l’hyper-groupe, en particulier ce nouveau nano-virus qui euphorise les victimes avant de provoquer un arrêt cardiaque -ils ne souffriront même pas- et il a été validé avec soulagement à l’unanimité. Ce que les milliardaires chinois et goys ne savent pas c’est qu’un plugin sous faux drapeau russe va tout faire foirer et les éliminer eux aussi tout en réduisant la population à 66,6 millions de techniciens chinois pré-sélectionnés pour leur servilité mentale totale. Ils devront remettre la terre en état sur quelques décennies avant d’être détruits et la promesse de la kabbale -le guide spirituel de la Famille- sera réalisée : la Terre promise, le paradis terrestre conditionné à la disparition de toute présence goy.

    un de ces deux projets est complètement dingue et n’a aucune chance de réussir...

    à notez aussi que la dictature sanitaire actuelle et le great reset sont insensés mais qu’ils sont beaucoup plus faciles à social-ingéniérer que ce projet complètement dingue qui n’avait aucune chance de réussir...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents