Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Les traces qui nous permettrons" : Emmanuel Macron trébuche dans le livre d’or du Général

À l’occasion des cinquante ans de la disparition de Charles de Gaulle, Emmanuel Macron, président de la République, s’est rendu à Colombey-les-Deux-Églises, à La Boisserie, la demeure du Général. Souvent, on cite les pensées d’autrui quand on a du mal à avoir les siennes propres et l’on se met dans les pas des grands hommes quand on n’est soi-même qu’un petit monsieur.

 

Comme il est d’usage, Emmanuel Macron a écrit un mot dans le livre d’or de la maison familiale des de Gaulle, devenue musée en 1980.

 

 

Mal lui en a pris, comme nous pouvons le voir.

Rappelons, pour ceux qui seraient parvenus à l’oublier, que notre bon président a épousé Brigitte, ci-devant professeur de lettres dans le secondaire.

Nous avons là une excellente illustration de l’effondrement culturel de la France, qui se vérifie à tous les niveaux de la société, jusque chez ceux qui parviennent encore à faire croire au plus grand nombre (qui se réduit comme peau de chagrin) qu’ils en sont l’élite.

Listons les fautes laissées en si peu de mots par Emmanuel Macron, dans leur ordre d’apparition dans le texte.

• Une majuscule fautive dans la date, puisque l’on n’en met pas aux mois. En revanche, il aurait dû en mettre une à « le ». Par ailleurs, nul besoin de ponctuation à la fin de la date, et surtout pas d’une virgule.

• Une majuscule fautive à « Général de Gaulle ». Il en faut une quand on l’appelle « le Général », mais jamais dans l’expression « le général de Gaulle ».

• « Puissions nous » : il manque bien sûr un trait d’union ; il faut écrire « Puissions-nous ».

• « Les traces qui nous permettrons de bâtir » : il s’agit clairement de la plus grosse faute de ces quelques lignes. Une faute d’inattention, évidemment ; elle est si grossière qu’on ne peut la considérer autrement. Le sujet est « les traces », et non pas « nous », qui est un complément d’objet indirect. Il faut donc écrire « Les traces qui nous permettront de bâtir ».

• Lui qui pourtant la liquide, il n’aura pu mettre un point final après « la France ».

• On pourra aussi s’interroger sur l’absence de majuscule à la formule « en fidélité » concluant la dédicace.

Dans la demeure d’un président français qui écrivait lui-même ses discours et qui pouvait les dire sans la moindre note, qui s’exprimait à l’oral comme alors on écrivait, ces fautes de l’actuel président pourraient sonner comme un affront. Elles ne révèlent seulement que la décrépitude qui gagne non plus lentement mais sûrement toutes les strates de notre société.

Moralité : c’est à la langue française que Brigitte aurait dû initier le jeune Emmanuel…

 

L’effondrement, sur E&R :

 






Alerter

132 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • J’ai lu presque tous les commentaires, et il y a au moins une faute à chaque fois, par commentaire. Il y en sans doute aussi dans le mien, pour ceux qui voudront bien chipoter.
    Je pense que le plus important pour une personne, c’est d’être honnête et de bonne foi. Je préfère un gueux qui ne sache pas forcément aligner juxtaposer les phrases au point-virgule près, que l’énarque pédant qui se la pète à mettre trois mots au lieu d’un, histoire de montrer qu’il a de la valeur et de la hauteur par rapport aux autres miséreux du tiers-état.

     

    Répondre à ce message

    • Je me faisais la même réflexion...Plus que le "permettrons" (mais quand-même, pour un Livre d’Or, il avait le temps de se préparer), c’est l’écriture, la "présentation" rapide, désinvolte, presque mécanique qui me choque le plus. Il est des êtres dont l’écriture révèle vraiment la probité, la finesse, la douceur ou le génie. Il ne s’agit pas de "belle graphie", parfois scolaire ou conformiste mais ce " je ne sais quoi" qui provoque l’empathie, l’émotion, même s’il y a des fautes d’orthographe...
      Le mot de Macron pue l’ordonnance médicale, la note de service du petit chef pressé , la froideur high tech des bureaux contemporains, bref la "modernité" dans ce qu’elle a de plus superficiel et désincarné...

       
    • Je ne comprend pas pourquoi tu veux nous faire remarquer que l’important c’est l’honnêteté. Nous savons tous que Macron est malhonnête et que cette histoire est juste du spectacle pour les gogos.

      Ce petit article est juste là pour démontrer qu’en plus d’être malhonnête il est aussi mauvais en orthographe.

      Cela dit, il est possible qu’il n’ait pas du tout préparé son texte et que ce soient des fautes d’inattention de quelqu’un qui n’en a rien à foutre du livre d’or.

      Quand aux fautes d’orthographe sur les forum, ce sont des fautes d’inattention la plupart du temps, car on y écrit comme on parle : trop vite.

       
    • L’honnêteté déjà il l’a pas, donc on ne peut même pas le juger sur ce critère...
      En tant que president, écrivant au stylo-plume sur un livre d’or, il se doit d’éviter de faire des fautes. Il est sensé nous représenter. De même qui était indécent pour Sarkosy de traiter un français de "pauv’con"...même si ce fût le moindre de ses crimes...

      Que les commentateurs ici fassent parfois une faute en tapant sur leurs smartphones cela n’a rien à voir dans l’échelle de gravité. Qu’il faille l’expliquer est lassant...

       
    • Autant les majuscules fautives peuvent être considérées avec indulgence, autant la faute de conjugaison indique des lacunes sur les bases de notre langue... programme école primaire !

      Quand on n’a pas le niveau certificat d’études, on ne joue pas à l’astre solaire...

       
    • Je ne fais nullement référence à Macron quand je parle d’honnêteté ; je parle en général. Il est également lassant, parfois, d’exposer une idée, d’exprimer son point de vue, et d’avoir derrière des pinailleurs qui vous écroulent toute une argumentation, juste parce que vous avez mis deux points de suspension au lieu de trois.

       
    • Et puis vouloir rectifier quelqu’un en tombant dans le même panneau...
      Ça me rappelle quelqu’un qui, pour éduquer ses enfants polissons, disait :
      - " espèces de p’tits couillons de débiles à-qui-faut-tout-répéter : est-ce que je ne vous ai pas mille fois interdits d’insulter ?"

       
    • #2594249

      Devant un écran lumineux et sur un minuscule clavier, je fais maintes fautes, mais deux fois moins encore que M. €mmanu€£ Macron devant une feuille blanche : je n’aurais pas pu en dire autant à l’époque de M. Giscard ou de Miterrand (ni bien sûr de Pompidou ou de Gaulle).

      M. Macron, président de la République présenté par la presse comme intellectuellement brillant, a le niveau faible d’un médiocre de sa génération : remarquer qu’il fait davantage de fautes devant une feuille blanche que la moyenne des citoyens ordinaires devant un écran lumineux est certes un argument, mais sûrement pas en faveur d’€mmanue£.

       
  • Voilà une insulte adressée à la langue, aux Gaulois, dans un livre qui marquera l’histoire, par la tentation d’assassinat de la culture et l’expression Française.

     

    Répondre à ce message

  • #2593042
    Le 12 novembre à 09:34 par Je réfléchis 2 secondes
    "Les traces qui nous permettrons" : Emmanuel Macron trébuche dans le livre (...)

    Aucune beauté dans cette écriture aucune rondeur. Du vite fait et du mal fait, on y voit une certaine folie perverse. La signature traduit un orgueil démesuré.

     

    Répondre à ce message

  • Et Macron nous apprend que nous sommes "courageux". Merci !

    Qu’il aille demander aux petits couillons nés sous la cinquième et aplatis devant l’amérique de faire leur service militaire. On verra après.

    Avant, oui les français étaient non seulement courageux mais héroïques voire sublimes, maintenant, ...

     

    Répondre à ce message

  • Concernant la polémique de ou De Gaulle, officiellement, l’Etat a adopté et appliqué tel qu’écrit sur le carton officiel suivant :
    https://www.autographes.com/tous-no...
    Après, son côté « dictateur » est peut-être à l’origine de cette prise en compte officielle. Allez, il est pas le seul, voyez d’autres d’Estaing...

     

    Répondre à ce message

  • #2593228

    Il n’y a pas (en fait plus) de culture française

     

    Répondre à ce message

  • Il n’y a qu’une seule question à poser désormais à propos de MACRON :

    Les élections en France ont-elles été truquées ?

     

    Répondre à ce message

  • « [...] & moy qui parle, je ne suis pas exempt de cette calomnie, veu que pour avoir manqué un petit mot de quantité dans ma Messe de Lætamini, on en fit un quanquan dans Paris qu’il sembloit que j’eusse mordu la Lune. » Annibal Gantez, L’entretien des musiciens, Auxerre 1643, lettre LIII

     

    Répondre à ce message

  • C’est quoi ce bonhomme avec sa couche culotte sur la tete ?

     

    Répondre à ce message

  • #2594300
    Le 13 novembre à 13:37 par René Descartes de crédits
    "Les traces qui nous permettrons" : Emmanuel Macron trébuche dans le livre (...)

    Start-up nation de Manu
    Coup d’arrêt pour la famille qui dirige le trafic de drogue à Créteil
    Six hommes, dont le propriétaire présumé du point de deal des Bleuets, ont été placés en garde à vue après une vaste opération de police. Ils doivent être déférés ce jeudi soir.
    Créteil, rue Léopold-Survage. Ce point de deal, le seul du quartier Bleuets, était ouvert de 15 heures à la nuit 1h du matin
    Ils sont plus d’une vingtaine de frères et sœurs dans la famille. L’une des deux mamans habite aux Bleuets, l’une des principales cités de Créteil. L’autre se trouve à l’Abbaye, sans doute le quartier le plus chaud. Cette fratrie est en tout cas soupçonnée de diriger au minimum quatre points de deal de la ville-préfecture.
    Enfin depuis lundi, il y en a un qui ne tourne plus trop. Celui des Bleuets est à l’arrêt après une vaste opération de police menée lundi matin. Cinq hommes, dont l’un des membres de la famille accusé d’être le patron du commerce, ont été interpellés à l’aube et placés en garde à vue pour trafic de stupéfiants. Une partie d’entre eux doit être déférée ce jeudi soir....

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents