Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Libérons la liberté d’expression

Faut-il porter plainte contre le CSA, instrument de censure médiatique qui recueille 1500 plaintes de téléspectateurs choqués par la blague de bigard sur le médecin qui viole sa patiente ?

 

 

Si on laisse faire, c’est le plus petit commun dénominateur qui va l’emporter, et emporter avec lui toute la liberté d’expression. À la fin de ce jeu sans gagnant, les anti-antisémites boufferont les anti-islamophobes qui auront bouffé les anti-homophobes qui auront tué les anti-Charlie qui auront tué les anti-islamophobes qui auront tué les anti-antisémites.

Il ne restera plus rien, toute parole pas absolument neutre, toute parole un tant soit peu heurtante sera condamnable, il ne restera que « il fait beau », et encore, ce sera de la laidophobie. La libération de la liberté d’expression passe donc par la mise au pas des réducteurs de parole et, en amont, de pensée. C’est la pensée qui est visée, derrière la mutilation de la parole.

Un mouvement gigantesque et totalitaire de mainmise sur la parole est en train de s’abattre sur la France, et on lui dit merde, et merde à tous ces petits hitler communautaires qui veulent nous faire taire. Il faut bien commencer par un acte symbolique de résistance.

 

 

Si Bigard « banalise la culture du viol » avec ce sketch, alors Tarantino banalise la culture de la violence avec Kill Bill, Polanski la culture de la Shoah avec Le Pianiste, les USA la culture de l’extermination avec leurs carpet bombings de lâches, et « NousToutes » la culture de la délation avec leurs tweets de cagoles limitées qui pensent que c’est la blague d’un humoriste, aussi lourde soit-elle, qui rend possible les centaines de milliers de viols dans notre pays.

Alors que les viols sont le résultat d’une culture du silence, d’une culture du secret familial, d’une culture du patriarcat violent mais aussi du matriarcat pervers qui ne vaut guère mieux, d’une culture de l’ignorance qui mène les victimes vers leurs prédateurs, d’une culture de la soumission qui soumet les dominés à leurs dominants qui en profitent, bref, Bigard, là-dedans, il compte pour des prunes.

C’est une immense escroquerie qui consiste à le dénoncer comme vecteur ou source de viol, Dieudonné comme vecteur ou source d’antisémitisme, ce serait même plutôt le contraire : Dieudonné a mis sur la table la problématique – tellement énorme que personne ne veut ou ne peut la voir – du pouvoir sioniste sur les médias, la politique, la pensée. Et ça, ça fait baisser la tension, quoi qu’on en dise, une tension qui est réactivée à dessein par la communauté juive organisée (CJO) qui a besoin d’ennemis créés de toutes pièces pour justifier à la fois :

- son emprise sur le débat public par le système de surveillance/délation,
- son pouvoir médiatico-politique aussi disproportionné qu’antidémocratique (si l’on se base sur la démographie),
- son addiction aiguë à la répression calquée sur la politique meurtrière israélienne,
- et sa course éperdue dans des représailles politico-médiatico-économico-juridico-policières de plus en plus disproportionnées qui n’ont même plus besoin d’actes antisémites réels pour se déclencher : ça part tout seul.

La preuve, un croche-patte à Sarcelles devient en 24 heures un risque de nouvelle Shoah. C’est l’effet papillon récupéré par le lobby sioniste.

 

 

La chasse au nazi sexiste et raciste Erich (on l’écrira à l’allemande) Neuhoff, qui rime avec Struthof

Tout est biaisé dans ce débat et la liberté de parole qui heurterait les communautés victimaires ou auto-victimisées a bon dos. Il s’agit juste d’un prétexte pour prendre le pouvoir politico-médiatique et briser toute résistance au mondialisme.

On pourrait renvoyer tous ces inquisiteurs, comme la triste Marine Turchi de Mediapart – tristophobie ! – qui scrute 96 émissions du Masque et la Plume pour y trouver trois vannes sexistes et pseudo racistes d’Éric Neuhoff, qui profite encore de sa liberté de parole dans un média de service public de plus en plus pris en otage par le camp du Bien, c’est-à-dire les socialo-sionistes.

Turchi, ou le journalisme bien-pensant qui bascule dans le maccarthysme pathologique, dans la délationite aiguë tendance 1942, dans laquelle les mal-pensants sont les nouveaux juifs, ou les nouveaux résistants, ou les nouveaux communistes, parce qu’il n’y a pas que les juifs qui en ont chié.

L’appropriation totale du champ victimaire – on va employer le mot préféré de Bourdieu, qui a mis 50 ans à imposer champ à la place de domaine et qui a été décrété quasi-génie pour cela –, l’appropriation totale du champ victimaire, donc, est la marque du totalitarisme actuel qui fonde sa force sur sa prétendue faiblesse, preuve ultime d’humanité, faiblesse qui ferait de lui un ami indépassable du genre humain. Je suis le plus gentil ! Donc tous les autres sont des salauds...
Lui, le communautarisme le plus exclusif, le plus néfaste, le plus antisocial ! Quelle blague !

 

 

Le turchisme ou le visage triste du nouvel humanisme antidiscriminatoire

Nous avons besoin, pour résister à la tentation totalitaire qui envahit nos médias et nos esprits, car il suffit de se soumettre pour vivre heureux, des vannes crades de Bigard, des analyses féroces d’un Soral, des contre-accusations jubilatoires d’un Dieudonné qui renvoie ses juges à la place des accusés.

Oui, on accuse ces gens-là de faire du mal à la France, à notre histoire, qu’ils transforment en champs de ruines et en torrent de saloperies, alors que la France a tant construit.

Ils, ceux qui ont brûlé Notre-Dame, veulent éradiquer nos spécificités qu’ils essayent d’écraser sous le bulldozer américaniste (Macdo & Hollywood, avec ce que ça charrie comme maladies du métabolisme et réelle culture du viol), notre culture qu’ils essayent d’hanouniser, notre pensée qu’ils essayent de criminaliser. Nous vivants, on ne sera jamais américano-israéliens, ces envahisseurs qui dégradent tout, cette espèce invasive qui tue la diversité à la française !

Messieurs les totalitaires négateurs de l’humain, les délateurs de voisins, les sanctionneurs de libertés, les juges des comportements, les arbitres à étoiles et cartons jaunes et rouges, les réducteurs de têtes bien faites, les bien-pensants chiants à crever, les communautaires racistes et racialistes, les pleurnichards à main tendue, les lacrymaires mauvais acteurs, les propagandistes pour trois deniers, les censeurs de la beauté, les sachants sans empathie, mêlez-vous de votre cul ! Ne touchez pas au cul des autres, sales violeurs !

En trois mots, on vous emmerde. Mais alors, d’une profondeur ! Tenez, votre connerie congénitale doublée d’un vice satanique nous donne envie d’aller encore plus loin dans la libération de la parole !

La guerre féroce pour la parole, sur E&R :

 






Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2384674
    Le 9 février à 18:09 par dixi
    Libérons la liberté d’expression

    En fait, avoir fait venir JMBigart dans l’émission de TPMP pour raconter cette blague était prémonitoire pour le faire taire , une excuse, parce que 1500 glands offusqués par une malheureuse blague .
    Combien de gens sont offusqués par des émissions, des films et certaines personnes, sans parler de publicités obscènes .
    Pourquoi la liberté d’expression serait-elle interdite pour les uns et autorisée pour les autres ?C’est simplement une forme de dictature de la penser .
    Qui n’a pas été offusqué par le spectacle odieux devant l’Élysée pour la fête de la musique ? Hein Adrien ? À quel moment les Français peuvent être fière de cet étalage ,allons jusqu’au bout de l’obscénité .

     

    Répondre à ce message

    • #2384704
      Le 9 février à 18:58 par Sherlock
      Libérons la liberté d’expression

      Dans un sens c’est plutôt rassurant de constater qu’il n’y aurait que 1.500 glandus en France. Certes c’est la pointe de l’iceberg, le hit-parade des glandus n’ayant pas même pas honte de s’exprimer. Il y a aussi la masse silencieuse des glandus, appliquant un devoir de réserve bien compris. Heureusement nous n’en sommes pas encore à l’ablation systématique du sens de l’humour comme chez nos voisins têtes-carrées. Le sens de l’humour est salutaire dans cette époque de tarés. Il faut absolument lutter pour sa préservation. Les spectacles de Bigard devraient être remboursés par la sécu pour les bienfaits qu’ils apportent aux zygomatiques.

       
  • #2384696
    Le 9 février à 18:49 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Libérons la liberté d’expression

    le coup de la #cultureduviol

    encore l’impression que c’est toujours reporter un mal-être,
    de la part de personnes qui ne veulent pas comprendre leur soumission,
    qui souhaitent s’affranchir de leur situation d’enculés,
    en se donnant bonne conscience

    c’est comme lorsqu’il y a une personne victime d’un malaise étendue à terre dans un lieu public, et que les badauds attroupés gênent l’intervention des secours

    ou les automobilistes qui ralentissent pour se repaître de l’accident de la route sur le bas-côté, et qui vont reprocher aux autres de regarder des films "d’horreur"
    - "mais pourquoi vous regardez ça ?"

    hypocrisie
    irresponsabilité

     

    Répondre à ce message

  • #2384700
    Le 9 février à 18:55 par Snayche
    Libérons la liberté d’expression

    La vulgarité (bien qu’elle soit parfois marrante) et son interdiction à des fins de domination perverse ne font pas partie de la profonde noblesse, de la délicate pudeur et donc de l’importante beauté enivrante des coeurs envers Dieu, l’humanité et le monde...

     

    Répondre à ce message

  • #2384714
    Le 9 février à 19:08 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Libérons la liberté d’expression

    tant qu’il y a un Pouvoir, au dessus des autres,
    entretenus dans la crasse,
    la liberté d’expression demeure un fantasme

     

    Répondre à ce message

  • #2384905
    Le 10 février à 03:10 par JeanBourrin
    Libérons la liberté d’expression

    Nous vivants, on ne sera jamais américano-israéliens, ces envahisseurs qui dégradent tout, cette espèce invasive qui tue la diversité à la française !



    La "diversité à la française" dont il est question c’est toutes les populations africaines que les Français ont sur le dos ? Si c’est le cas c’est risible. Les américains et les israéliens sont de culture occidentale, eux, les véritables envahisseurs en France sont ceux qui proviennent de cultures non-européennes.

     

    Répondre à ce message

  • #2384929
    Le 10 février à 06:02 par Sedetiam
    Libérons la liberté d’expression

    Ah ça, on les emmerde ! Version Diogène de Sinope, mon pote.
    Aussi, gardons à l’esprit l’adage : « Si Turchi dans le champ, tu t’oblige à papier ». Et des leurs, on se torche : quand ils arrivent à les vendre.

     

    Répondre à ce message

  • #2384958
    Le 10 février à 08:24 par cyrano
    Libérons la liberté d’expression

    La liberté d’expression existe pour les idiocrasses des idiot-crassies. Pour eux, elle est parfaitement encouragée. Cette liberté de s’affirmer bête et méchant s’oppose de fait à la vraie liberté, celle de s’exprimer entreprendre et vivre intelligemment, qui a coûté de l’effort, et surtout du courage. Donc aucun soutien à Bigard, et surtout à la diffusion de l’idiotie complaisante. Il vaudrait mieux en fait qu’il la boucle en public et réserve ses plaisanteries à ses proches.
    Pour Naulleau, et tant d’autres, humiliés publiquement par des complexés imbéciles, un conseil : apportez une paire de gants moto, bien épais. À la première offense, au premier chantage à l’emploi (contrat contre humiliation), vlan, un gant dans la tronche de l’offenseur. Il faut être prêt au duel, qui est public. Un combat sur le ring, physique ; ou autre ; ce peut être un duel littéraire ou chansonnier, comme le pratiquaient nos ancêtres et les gauchos argentins. Faut assumer, que diable. Ils vont te virer ? Tant pis ! Et l’honneur, alors. Ils te tiennent par autre chose ? Expose cette chose, expose-les. La chair est faible, tu seras absous, et les erreurs se réparent. Ils menacent ta famille ? Mais dis-le, tu es sur un plateau télé !
    Retrouvons notre cher Cyrano et son grand nez à caractère.
    Si les juges s’opposent au duel, ils doivent tout autant, et plus, considérer le chantage à l’emploi et l’insulte publique qu’exercent les offenseurs, sous couvert de "blague".
    On peut blaguer sur tout ? Vraiment ?!!!!
    Et humilier l’employé à loisir ?

     

    Répondre à ce message

  • #2385660
    Le 11 février à 02:01 par November Whiskey Oscar
    Libérons la liberté d’expression

    Éric Neuhoff ! La seule dernière excuse raisonnable qu’il subsistait encore pour écouter Le masque et la plume (ce monument, ce patrimoine) - et il n’y apparaît plus depuis des mois.

    Tandis que France Inter (Culture ?) promeut l’autre chroniqueur, homo bon teint (pas d’outing, c’est admis par ses pairs et lui), qui va parler hebdomadairement, de séries télévisées pour élever le niveau (To be Ernotte to be) : une grosse claque de culture gé qui nous débarque dans la tête et élève les consciences.

    J’ai oublié le nom oubliable du gai chroniqueur, mais la postérité le fera aussi.

    On note au passage, rien que de très normal, que la presse putassière, dont konbini (dont le nom sonne, au passage, comme celui du ratage d’un concept-car foireux des années 80), fait feu de tout bois pour créer du désaccord (rah, j’ai cherché un synonyme pour "clash") et de l’audience.

    Accessoirement, puisque Marine Turchi aime faire de l’analyse lexicale et sémantique, je l’invite à traverser le miroir et à scruter attentivement les invités et le vocabulaire (il y a des logiciels pour cela depuis au moins 20 ans, elle doit les connaître) des émissions de Laure Adler sur France Inter, en quotidienne du lundi au vendredi.

    En effet, ces émissions semblent obsessivement centrées sur une culture minoritaire très spécifique et un évènement particulier du XXe siècle, siècle qui en a pourtant connu beaucoup, beaucoup ; les Lapons et la civilisation araméenne en sont les grands perdants, mais ils n’ont pas d’évènement spécifique, et n’existent que très discrètement au XXe siècle (les Lapons).

    Accessoirement, l’auditoire public, plutôt français, plutôt payeur d’une redevance audiovisuelle, est convoqué, probablement sommé de se reconnaître dans ces récits qui ne le concernent souvent que de très loin, la faute à Voltaire.

    Bon. On sait que la France État-nation est morte et que Laure Adler en est, au bout du bout, juste un illustre exemple en bout de chaîne, les auditeurs étant obligés de compatir à son problème existentiel tellement important. Mais c’est désolant.

     

    Répondre à ce message

  • #2385815
    Le 11 février à 12:04 par PLB
    Libérons la liberté d’expression

    Ils commencent toujours par dire :
    - On ne peut pas dire ça !
    Et ça continue toujours par :
    - On ne peut pas penser ça. Et si tu le dis, c’est que tu le penses, et si tu le penses c’est que t’es un salaud, alors ferme ta gueule ou on te cogne !

    Une logique totalitaire qui expose le vide sidérale la pensée unique.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents