Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Mike Yeadon, ancien cadre de Pfizer : "Une stérilité féminine de durée indéterminée pourrait résulter de la vaccination"

L’ancien vice-président et directeur scientifique de Pfizer, le Dr Michael Yeadon et le Dr Wolfgang Wodarg, spécialiste des poumons et parlementaire allemand, ont déposé une demande urgente auprès de l’Agence européenne du médicament pour demander la suspension immédiate de toutes les études sur le vaccin contre le SRAS-CoV-2 – notamment l’étude de BioNtech/Pfizer sur le BNT162b (EudraCT numéro 2020-002641-42).

 

Yeadon et Wodarg affirment que les études devraient être interrompues jusqu’à ce qu’une étude de conception soit disponible et qui répondra à toute une série de graves préoccupations en matière de sécurité exprimées par un nombre croissant de scientifiques renommés qui restent sceptiques quant à la rapidité avec laquelle les vaccins ont été mis au point, selon le site allemand 2020 News.

D’une part, les pétitionnaires demandent qu’en raison du manque de précision connu du test PCR dans le cadre d’une étude sérieuse, qu’un séquençage par la méthode dite de « Sanger » soit utilisé.

C’est la seule méthode qui permet de faire des déclarations fiables sur l’efficacité d’un vaccin contre le Covid-19. Sur la base des nombreux et différents tests PCR de qualité très variable, ni le risque de maladie ni l’intérêt éventuel d’un vaccin ne peuvent être déterminés avec la certitude nécessaire, c’est pourquoi le fait de tester le vaccin sur des humains est contraire à l’éthique en soi.

Ils soulignent également des inquiétudes soulevées dans des études antérieures portant sur d’autres coronavirus :

- La formation d’anticorps dits « non neutralisants » peut entraîner une réponse immunitaire exagérée, en particulier lorsque la personne test est confrontée au vrai virus dit « sauvage » après la vaccination. (...) Au cours de ces études, tous les chats qui avaient initialement bien toléré la vaccination sont morts après avoir attrapé le virus sauvage.

- Les vaccinations devraient produire des anticorps contre les protéines S du SRAS-CoV-2. Cependant, les protéines S contiennent également des protéines homologues de la syncytine et qui sont essentielles à la formation du placenta chez les mammifères tels que l’homme. Il doit être absolument exclu qu’un vaccin contre le SRAS-CoV-2 puisse déclencher une réaction immunitaire contre la protéine Syncytine-1 car sinon, une stérilité de durée indéterminée pourrait en résulter pour les femmes vaccinées.

- Les vaccins à ARNm de BioNTech/Pfizer contiennent du polyéthylène glycol (PEG). 70% des personnes développent des anticorps contre cette substance, cela signifie que de nombreuses personnes peuvent développer des réactions allergiques, potentiellement mortelles, à la vaccination.

- La durée beaucoup trop courte de l’étude ne permet pas une évaluation réaliste des effets secondaires. Comme dans les cas de narcolepsie survenus après la vaccination contre la grippe porcine, des millions de personnes en bonne santé seraient exposées à un risque inacceptable si une autorisation d’urgence devait être accordée et qu’ensuite seulement on avait la possibilité d’observer les effets secondaires de la vaccination. Néanmoins, BioNTech/Pfizer a apparemment bien soumis une demande d’approbation d’urgence le 1er décembre 2020.

Lire la suite de l’article sur planetes360.fr

Retrouvez Mike Yeadon sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

58 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants