Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Mise à jour des données scientifiques récentes concernant la politique Covid-19

Note de la rédaction

Denis Rancourt est un scientifique et chercheur canadien, ancien professeur à l’université d’Ottawa.

Les mesures sans précédent de confinement universel, de confinement institutionnel strict des maisons de soins, de masquage universel de la population, d’obsession hygiénique des surfaces et des mains et de déploiement accéléré des vaccins sont contraires à la science connue et aux récentes études de référence. Le gouvernement a fait preuve d’imprudence par action et de négligence par omission. Des mesures institutionnelles sont nécessaires depuis longtemps pour endiguer la corruption dans le domaine de la médecine et de la politique de santé publique.

 

Introduction – Pandémie iatrogène de panique

 

Le contexte politico-sanitaire est un contexte dans lequel, jusqu’en 2019, le consensus scientifique et politique passé en revue était que les mesures globales généralement et universellement appliquées en 2020 étaient :

- non recommandées sans être justifiées par des preuves quantitatives suffisantes des circonstances épidémiologiques locales (juridictionnelles) (transmissibilité, gravité de la maladie, impact), et sans être mises en balance avec les préjudices économiques, sanitaires et sociaux locaux qui en résultent

- pour de nombreuses mesures (recherche des contacts, mise en quarantaine des personnes exposées, contrôle des entrées et des sorties, fermeture des frontières), « non recommandé en aucune circonstance », quelle que soit la gravité de la maladie respiratoire virale pandémique (modérée, élevée ou extraordinaire)

 

Le contexte politico-sanitaire est également un contexte dans lequel il existe une histoire récente documentée de « paniques répétées de pandémie de santé » dans laquelle « les experts en maladies souhaitent attirer l’attention du public et faire pencher les décisions d’allocation de ressources en faveur de la maladie qui les intéresse  ». Bonneux et Van Damme, en 2011, l’ont exprimé ainsi :

Les paniques répétées de pandémie de santé causées par un virus aviaire H5N1 et un nouveau virus de grippe humaine A(H1N1) font partie de la culture de la peur [réf.] Le pire des scénarios a remplacé l’évaluation équilibrée des risques. Le pire des scénarios est motivé par la conviction que le danger auquel nous sommes confrontés est tellement catastrophique que nous devons agir immédiatement. Plutôt que d’attendre des informations, nous avons besoin d’une frappe préventive. Mais si les ressources achètent des vies, le gaspillage des ressources gaspille des vies. Le stockage préventif d’antiviraux largement inutiles et les politiques irrationnelles de vaccination contre un virus H1N1 exceptionnellement bénin ont gaspillé plusieurs milliards d’euros et érodé la confiance du public dans les responsables de la santé. [réf.] La politique de lutte contre la pandémie n’a jamais été guidée par des preuves, mais par la crainte des pires scénarios.

En outre, un important scandale de conflit d’intérêts concernant les recommandations de l’OMS en matière de pandémie de grippe a été exposé en détail en 2010, où les enquêteurs Cohen et Carter ont conclu : « Parmi les principaux scientifiques qui conseillent l’Organisation mondiale de la Santé sur la planification d’une pandémie de grippe, certains ont fait un travail rémunéré pour les entreprises pharmaceutiques qui ont tout à gagner des conseils qu’ils ont rédigés. Ces conflits d’intérêts n’ont jamais été rendus publics par l’OMS ».

En 2020, rien de tout cela n’avait d’importance. Nous sommes entrés dans un monde de propagande, avec des institutions captives. Le principe de précaution (le gouvernement doit prouver l’absence probable de dommages avant d’imposer des politiques dangereuses) a été renversé, et la charge de la preuve a été imposée à la science pour justifier a posteriori des mesures sans précédent, rapidement imposées en l’absence de science ou même en s’opposant à elle. Malheureusement, une grande partie ou la plupart de l’establishment scientifique s’est conformé au nouveau programme.

Récemment, il y a eu à la fois des événements dramatiques (lancement du vaccin) et des communications scientifiques importantes, depuis que j’ai publié mes deux premiers articles scientifiques concernant la politique autour du Covid-19, le 11 avril 2020 et le 3 août 2020, ainsi que des articles sur les préjudices mortels des réponses gouvernementales, déduits des données sur la mortalité toutes causes confondues, dépendantes du temps et de la juridiction.

Mes deux premières analyses ont porté sur la science et la politique des masques. La présente mise à jour des développements récents porte à nouveau sur les masques, et comprend en outre des points clés sur les mesures de confinement et les vaccins.

 

La rigueur des mesures n’a aucun effet
sur le nombre total de décès attribués au Covid-19

 

Deux grandes études récentes ont été menées à l’échelle mondiale.

Dans leur article du 21 juillet 2020 intitulé Une analyse au niveau national mesurant l’impact des actions gouvernementales, de l’état de préparation du pays et des facteurs socio-économiques sur la mortalité de la COVID-19 et les résultats sanitaires associés (50 pays), Chaudhry et al. ont indiqué :

La fermeture rapide des frontières, le confinement total et les tests à grande échelle n’ont pas été associés à la mortalité de la COVID-19 par million de personnes. (Résumé / Résultats)

Lorsque la mortalité de la COVID-19 a été évaluée, les variables significativement associées à une augmentation du taux de mortalité par million étaient la prévalence de l’obésité dans la population et le PIB par habitant. En revanche, les variables qui étaient négativement associées à une augmentation de la mortalité de la COVID-19 étaient la réduction de la dispersion des revenus au sein de la nation, la prévalence du tabagisme et le nombre d’infirmières par million d’habitants. En effet, un plus grand nombre d’infirmières dans un système de soins de santé donné était associé à une réduction de la mortalité. Les taux de mortalité étaient également plus élevés dans les comtés dont la population était plus âgée […]. Enfin, les mesures gouvernementales telles que la fermeture des frontières, le confinement total et un taux élevé de tests COVID-19 n’ont pas été associées à des réductions statistiquement significatives du nombre de cas critiques ou de la mortalité globale. (Section 3.4)

Dans leur article du 19 novembre 2020 Mortalité du fait du COVID-19 : une question de vulnérabilité parmi les nations confrontées à des marges d’adaptation limitées (160 pays), De Larochelambert et al. ont trouvé :

Résultats : Des taux de mortalité plus élevés sont observés dans les zones de latitude [25/65°] et de longitude [-35/-125°]. Les critères nationaux les plus associés au taux de mortalité sont l’espérance de vie et son ralentissement, le contexte de santé publique (fardeau des maladies métaboliques et non transmissibles (MNT) par rapport à la prévalence des maladies infectieuses), l’économie (produit national de croissance, soutien financier) et l’environnement (température, indice ultra-violet). La rigueur des mesures mises en place pour lutter contre la pandémie, y compris le confinement, ne semble pas être liée au taux de mortalité.

Conclusion : Les pays qui ont déjà connu une stagnation ou une régression de l’espérance de vie, avec des revenus et des taux de mortalité élevés, ont eu le plus lourd tribut à payer. Ce fardeau n’a pas été allégé par des décisions publiques plus strictes. Des facteurs inhérents ont prédéterminé la mortalité de la Covid-19 : leur compréhension peut améliorer les stratégies de prévention en augmentant la résilience de la population grâce à une meilleure condition physique et une meilleure immunité. (Résumé)

L’American Institute for Economic Research (AIER Staff) a passé en revue ces études et 22 autres études qui aboutissent à des conclusions similaires, dans son rapport du 19 décembre 2020 intitulé Les confinements ne contrôlent pas le coronavirus : Les preuves.

Par conséquent, dans l’ensemble, le nombre total de cas critiques et le nombre total de décès étaient associés à l’état de santé préexistant et à l’état sociétal de la population, et cela n’a pas été amélioré par les mesures gouvernementales visant à ralentir la transmission.

Il est important de noter qu’en plus des études sur les associations avec la mortalité totale, la dépendance temporelle et la granularité (dépendance juridictionnelle) de la mortalité toutes causes confondues montrent que la déclaration de pandémie de l’OMS du 11 mars 2020 et la recommandation universelle de « préparer vos hôpitaux » ont été suivies d’un grand nombre de décès, probablement induits par les infections et le confinement strict des maisons de soins non ventilées pour les personnes malades et âgées.

La pandémie iatrogène de propagande en terme de psychologie de masse et la sociologie autour de la COVID-19 de 2020 commencent à être étudiées par des méthodes quantitatives.

 

La corruption de la science est mise à nue – Masques et PCR

 

Un aspect positif de ce que l’on peut appeler la « pandémie de propagande » actuelle est que la corruption systémique généralisée de l’establishment scientifique est exposée, non seulement par des rétractations très médiatisées d’articles publiés dans des revues de premier plan, mais aussi par des éditoriaux critiques. Par exemple, le 13 novembre 2020, le rédacteur exécutif Kamran Abbasi l’a exprimé en termes très clairs dans les pages de l’éminent BMJ :

La science est supprimée pour des raisons politiques et financières. La Covid-19 a déclenché une corruption de l’État à grande échelle, et elle est nuisible à la santé publique. [réf] Les politiciens et l’industrie sont responsables de ce détournement opportuniste. Les scientifiques et les experts de la santé le sont également. La pandémie a révélé comment le complexe politico-médical peut être manipulé en cas d’urgence, à un moment où il est encore plus important de sauvegarder la science.

Lire la suite de l’article sur lesakerfrancophone.fr

En lien, sur E&R :

 
 






Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2639565

    C’est exact, seuls 6 % des morts de covid le sont sans comorbidité, l’âge moyen des morts de covid est de 84 ans contre espérance de vie de 82 ans, et les tests PCR à 50 cycles sont faux à 90 %. Conclusion impérative : il y a en réalité moins de 10 fois de morts qu’annoncé, le nombre de contaminés est en vérité dix fois moindre, la pseudo-pandémie est donnée à plus de 100 cas pour 100.000 habitants, alors qu’elle est d’environ 8 % ! Par contre, on a supprimé en 15 ans 69.000 lits dans les Urgences, et fabriqué de toute pièce une pandémie virtuelle !

     

    Répondre à ce message

    • #2640002
      Le 12 janvier à 03:44 par Mon Cult Scientifique aussi !
      Mise à jour des données scientifiques récentes concernant la politique (...)

      les tests PCR à 50 cycles sont faux à 90 %.



      Vous n’avez toujours pas compris que les tests PCR sont incapables de faire la différence entre nos anticorps et une chaîne pathogène externe.

      Non seulement le virus du Covid-19 n’a jamais été isolé, mais en plus même si cette "marque d’exploitation" correspondait réellement à un virus "exclusif", ce dernier ne pourrait être différencié d’un "répliqua non pathogène" généré par notre système immunitaire.

      Les exosmoses transportent du matériel similaire contenu dans le soit-disant virus (de la Haine3.0..). C’est d’ailleurs pour cette raison que l’inventeur des tests PCR a déconseillé son emploi pour la recherche d’éléments pathogènes.

      https://www.egaliteetreconciliation...

      Toute l’arnaque du Covid (et des débats de subversion "Pilules vs Vaccins") tient sur l’ignorance total de la population au sujet des mécanismes biologiques (les bases de la virologie sont biaisées, même Pasteur avait reconnu s’être trompé... Mais l’opportunité financière est trop énorme, le dogme médical $acré doit être préservé à tout prix...)

      pleinouest35,

      vous faite une terrible erreur d’appréciation en essayant de minimiser les chiffres, car ce ne sont pas seulement les chiffres qui mentent, mais le concept même du Covid.

      La seul pandémie est d’ordre médiatique (numérique)

       
    • @mon cult
      C’est très intéressant et c’est effectivement ce que j’avais intégré, car j’ai toujours suivi Rancourt qui n’a jamais changé son discours à ma connaissance. Mais je ne sais pas toujours comment mettre en perspective son discours avec celui de Raoult. En effet, vous dites qu’on n’arrive pas à isoler ce virus lors d’un test PCR, cependant Raoult dit avoir séquencé des milliers d’échantillons (CT 30-35 !) et identifié de nombreuses versions (ses PCR seraient-ils différents ?). De plus, là où Rancourt dit que les gestes barrière et le lavage de mains est peu utile dans le contexte épidémique d’une infection virale respiratoire, Raoult ne jure que par le lavage de mains. Il n’évoque jamais (ou bien je l’ai manqué) l’inutilité du port généralisé du masque lié au caractère aérosol de la transmission du virus. Merci pour vos éclaircissements (vous ou d’autres) si vous me lisez. Cordialement.

       
    • Ne racontez pas n’importe quoi non plus....
      Ou alors, expliquez moi ce que sont les exosmoses qui transporteraient du matériel ?
      Vous voulez dire exosome ? Dans ce cas, ils ne transportent pas que du matériel semblable à un virus. Mais les virus circulent dans des exosomes, répliqués à l’aide du matériel génétique de l’hôte. Ce sont des parasites obligatoires.

      Et ce qu’est une chaine pathogène externe ?
      Cela ne veut rien dire.... Une chaine externe de quoi ? De quel pathogène ? D’un virus, d’un champignon, d’une bactérie ?
      Vous voulez dire un antigène ?

      Après, que l’épidémie soit largement médiatique, je suis d’accord. Mais raconter tout et n’importe quoi la nourrit.

       
    • #2640280
      Le 12 janvier à 13:08 par Mon Cult Télévisé non plus !
      Mise à jour des données scientifiques récentes concernant la politique (...)

      Mais je ne sais pas toujours comment mettre en perspective son discours avec celui de Raoult.



      Qui vous a demandé de mettre en perspective le discours "de Raoult" ?

      Vous n’avez pas compris mon message :

      - les débats scientifiques "télévisés" sont tous biaisés.

      En particulier lorsqu’ils deviennent redondants...

       
    • #2640566
      Le 12 janvier à 19:00 par Mon Cult $cientifique aussi !
      Mise à jour des données scientifiques récentes concernant la politique (...)

      Vous voulez dire exosome ?



      Mais oui, tout à fait ! C’est exactement celà lol

      ...Ou quand "exosome" est automatiquement remplacé par "exosmoses"...

      Voyez, même les correcteurs d’orthographes n’ont pas ce mot dans leur database. Alors imaginez donc la connaissance d’un "généraliste" ébloui au quotidien par la bande à Drahi...



      ,expliquez moi ce que sont les exosmoses qui transporteraient du matériel ?
      Vous voulez dire exosome ?
      Et ce qu’est une chaine pathogène externe ?
      Une chaine externe de quoi ?
      De quel pathogène ?
      D’un virus, d’un champignon, d’une bactérie ?
      Vous voulez dire un antigène ?



      Comme c’est intéressant... En voilà une fournée de questions, tout particulièrement de la part de quelqu’un qui prétend reconnaitre le tout du n’importe quoi, n’est-ce pas...

      Toutes les réponses à vos questions sont sur des sites de publications scientifiques anglophones.

      Apprenez-donc de nouvelles bases, vous comprendrez pourquoi les tests PCR et leurs protocoles sont au mieux, une plaisanterie de mauvais goût...

      En ce qui concerne le gentil héros gaulois, il est dans le coup... il participe à cette arnaque en connaissance de cause (c’est ça, ou le chomage...)

      Je n’est fait aucune erreur de prédiction depuis le début de ce coup d’état international.

      Autre chose, j’ai tout mon temps pour m’instruire et me me forger mon propre avis. En effet, n’ayant aucune dette, je n’ai de compte à rendre à personne.

       
  • La science a disparu pour laisser la place aux politiques qui se sont emparé der cette affaire pour mener leur propagande afin de renflouer les banques en faillite et pouvoir installer leur NOM et leur reset de compétition .Le "cov id" est un faire valoir, une monnaie d’échange , un passe port à vaccin .Une fumisterie .
    La médecine et la science ne sont plus qu’à là, remorque de toubibs de plateaux médiatiques racontant leur salade faisant partie de la propagande en vue de conflits d’intérêts .Tout est faussé pas par la vague du "covid" mais par une peur diffusée en permanence .J’aimerais entendre des scientifiques et faire taire les clowns .

     

    Répondre à ce message

  • Aucune surmortalité en Angleterre et en Ecosse en 2020 (source EuroMOMO) par rapport aux années précédentes, idem en Allemagne source Destatis.de,
    Idem aux USA

    C’est quoi le problème ???

     

    Répondre à ce message

    • Le problème c’est les abrutis qui nous gouvernent,
      et qui avaient préparé cette plandémie de longue date.
      Ils jouent les prolongations grace aux médias et
      à l’ignorance des français.
      Mais les chiffres que vous donnez il faut les balancer
      partout, ça va en réveiller plus d’un.

       
    • #2639992

      @jj715 leur problème c’est NOUS !!!
      Nous les petits,les obscurs,les sans-grades.bref le peuple,sommes trop nombreux pour l’oligarchie mondialiste d’autant qu’aujourd’hui avec la financiarisation et la numérisation de l’économie mondialisé ils n’ont plus besoin du travailleur occidental (à la limite du prolo chinois et de l’esclave laotien ou bangladais avant que d’ici 10/15 ans le robot les remplacent tous autant qu’ils sont) ni de tondre les petits patrons,professions libérales et cadres inférieurs des classes moyennes vu que 90% de l’économie est basée sur les magouilles boursières et la planche à billets,en attendant l’euro numérique qui sera à votre compte en vanque ce que le vite électronique est à l’électeur occidental:un tricherie sans nom aux ordres de l’arbitraire du système...
      Et en plus nous poussons l’outrecuidance jusqu’à respirer le même air que ces FDP de milliardaires et de multi-millionaires mondialistes !!
      1) Covid prétexte
      2)Big reset (néo-communisme et ubérisation forcée imposés aux classes moyennes et populaires) et dictature numérique travestie en urgence sanitaire.
      3)Génocide planifié des vieux,des gueux et des pauvres.
      4) Internement/emprisonement à grande échelle des minorités dissidentes.

      Bon je shématise un peu vite mais l’heure n’est plus à tortiller du fion...

       
    • #2640004
      Le 12 janvier à 03:51 par Jeand-Edouard Schmaltzberg - Apothicaire de bonne Foi
      Mise à jour des données scientifiques récentes concernant la politique (...)


      C’est quoi le problème ???



      La Haine, mon bon Monsieur... La Haine invisible et Ô combien mutagène...

      Luttons par la prière, ensemble mes Frères, contre cette énième malédiction du démon contre les bonnes gens...

       
    • @ jj715 : où peut-on voir le suivi pour les USA ? On entend partout que c’est une catastrophe là-bas, j’aimerais bien pouvoir vérifier les chiffres. Merci !

       
  • Ca fait des semaines qu’on nous bassine avec des articles médicaux et scientifiques qui démontrent l’absurdité des mesures mises en place d’un point de vue médical.
    A un moment il faut en tirer les conclusions : ce qui est mis en place n’a aucun rapport avec une quelquonque pandémie !

    Pourquoi s’acharner à vouloir expliquer un sujet politique,economique,comportemental, et social par le médical ?
    C’est absurde et çes analyses ne mènent à rien.

    Même l’homme de la rue comprend ce qu’il se passe, ce changement de société qui se profile, la destruction d’une bonne partie de l’economie dite de "loisir", des petits commerçants. (au profits des gros).

    La limitation des déplacements, le contrôle renforçé, et finalement le retour à une forme de "calme social".
    Et ça répond directement à l’effervescence "folle" des années 2000-2020 qui se sont achevées par des revoltes populaires partout dans le monde....jusqu’au coeur des pays les plus conservateurs.

    Tant que des médecins tenteront d"expliquer ou de régler cette "crise" ils ne feront qu’empirer la situation.
    Rien de médical là dedans, dehors les médecins,les labos, et autres spécialistes !

    On ne règle pas une crise politique à coup de protocole de soin ou de vaccination !
    Ca semble evident, mais les médecins font de la politique aujourd’hui.
    Et les politiques parlent médecine.
    Le traditionnel absurde des fins de régime, probablement....

     

    Répondre à ce message

  • En complément, de cette analyse, un point de vue humoristique et réaliste.

    https://www.youtube.com/watch?v=KsQ...

     

    Répondre à ce message

  • En fait, vu que la plupart des peuples du monde entier se sont révoltés en 2019, les gouvernants ont provoqué cette pandémie au bon moment, c’est bizarre 2019 révolte 2020 covid 19 comme c’est bizarre...

     

    Répondre à ce message