Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

#NIPNIC épisode 3 : la drague

#NIPNIC revient avec une émission estivale idéale pour les célibataires !

La drague est-elle un art ? Est-elle différente de la séduction ? Quels sont les codes français dans cet exercice social ? L’amour a-t-il sa place dans cette quête sexuelle ?

Alain Soral, auteur du seul livre sociologique sur le sujet, paru en 1995, répond à nos questions. Réagissez sur Twitter avec le hashtag #NipNic !

 

Extraits

 

Quatre extraits de l’émission :

 

La playlist YouTube de l’émission :
https://www.youtube.com/playlist?list=PLLW_aGbcYo1FmtALAXWYlcTHNL9z-m5Zi

 

L’émission complète en écoute gratuite

 

Sur Apple Music, Deezer et Spotify, l’émission peut être écoutée en intégralité et gratuitement après inscription.

 

Sur iTunes/Apple Music :
https://itunes.apple.com/fr/album/la-drague/id1114812245?l=en

Sur Deezer :
http://www.deezer.com/album/13121830

Sur Spotify :
https://open.spotify.com/album/08bZfyvs5ThiubxJjySDIK

 

 

Les œuvres de référence sur le sujet sont chez Kontre Kulture :

 

Rendez-vous sur kontrekulture.com
pour découvrir les nombreux autres ouvrages d’Alain Soral !

 

Vous appréciez le travail d’Alain Soral ?
Dites-le autour de vous avec la boutique E&R :

Soutenir Alain Soral dans les épreuves qui l’attendent
en faisant un don par PayPal :

Vous pouvez aussi effectuer un don par chèque à l'ordre d'Alain Soral, à envoyer à cette adresse :

Alain Soral
Égalité & Réconciliation
3 rue du Fort de la Briche
93200 Saint-Denis
 
 

Livres de Alain Soral (103)







Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1470432
    Le 21 mai 2016 à 10:55 par dragueur
    #NIPNIC épisode 3 : la drague

    Juste une chose que je ne comprends pas : à un moment Soral dit que les femmes cherchent un type bien fait et riche (le prince charmant... ), parce que ce serait un « bon reproducteur ». Pourtant dans Vers la féminisation ? il dit bien que l’éthologie et le darwinisme (très à la mode ces temps-ci) ne valent rien quand il s’agit d’expliquer les rapports hommes-femmes... Alain Soral explique tout par l’Oedipe et les rapports sociaux dans son livre. Il y aurait donc une sorte de sélection naturelle, alors ? (désolé pour la question idiote mais je n’y connais rien)

     

    Répondre à ce message

    • #1470681
      Le Mai 2016 à 17:03 par bofpwr
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      A partir du moment où on a compris le concept d’Evolution, on réalise que dès que nos choix impactent notre descendance ils s’inscrivent dans un schéma évolutionniste - faire des enfants avec X ou bien Y, ne pas en avoir : pourquoi ? prenons le postulat que les êtres humains feraient des choix reproductifs "rationnels" : cela se traduira forcément après un certain nombre de générations par une modification du pool génétique (qui inclut le rationnel et l’irrationel dans chaque homo sapiens) et donc une modification de ce qui est considéré comme "rationnel".

      La psychologie évolutionniste offre des pistes de réflexion intéressantes, par exemple concernant l’investissement parental minimum (5 mn pour un homme, 9 mois pour une femme), le milieu évolutionniste dans lesquels nos ancêtres ont évolué (vivre dans des mégalopoles est une nouveauté trés récente, les prestations sociales aux mères célibataires aussi) ou encore l’explication de l’avantage crucial offert par la capacité du mâle à contrôler les ressources de la communauté, soit via sa richesse soit en inspirant la loyauté des autres mâles, sans oublier la force de la preuve sociale sur le désir féminin (un truc de fou, ça), mais qu’il faut les mettre en balance avec l’environnement social changeant, rien n’est que génétique (sinon nous ne sommes que des robots) mais rien n’est que social non plus (sinon on tombe dans le piège du tout sociologisant, façon queue qui remue le chien).

      Aussi, il faut bien comprendre qu’une femme lambda qui n’est amoureuse de personne décrira son "homme idéal" comme "grand, beau, riche et célèbre", ce qui est un descriptif par défaut qui reflète une réalité certes superficielle mais indéniable du désir mais aussi une moindre prise de risque - tout comme l’homme lambda non amoureux décrira sa "femme idéale" comme ressemblant à une pinup qui sait faire la cuisine et qui rit à ses blagues.

      Donc toutes choses étant égales par aiileurs, il faut mieux être grand, beau, riche et célèbre, qui le contraire. Il faut aussi mieux être belle, attentionnée et rigolote... toutes choses étant égales par aiileurs. Quand on est belle, attentionnée et rigolote et bipolaire ça complique quand même pas mal les choses (sauf pour les amateurs éclairés comme bofpwr, écrivez au journal qui fera suivre :p).

      Dans la réalité, le plus "grand-beau-riche-célèbre" ne veut généralement pas dire "du monde" mais "des gens que je connais" ou "que je pourrais espérer connaître vu ma position sociale".

       
    • #1470816
      Le Mai 2016 à 20:19 par dragueur
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      Le « pouvoir symbolique » et le prestige s’expliquent mieux par la psychologie que par le darwinisme, apparemment (voir le chapitre de Sociologie du dragueur sur le pouvoir du père), ou par la « rivalité mimétique » (René Girard) : on désire ce que les autres désirent. Quand une femme voit qu’un homme qui a du succès, automatiquement elle va s’intéresser à lui (par contre le mec seul est un vrai repoussoir). Ce que R. Girard appelle le « mal ontologique ». Ce n’est pas que le type est plus attirant en soi, c’est surtout le regard des autres qui le rend attirant.

      Même chose pour les femmes. D’ailleurs A. Soral en parle dans Sociologie : « luxe de la belle femme convoitée pour elle-même mais aussi pour baiser tous ceux qui n’ont pas les moyens de se la payer », etc... (c’est la loi du marché)

       
    • #1470927
      Le Mai 2016 à 22:15 par bofpwr
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      @dragueur

      Oui, mais *pourquoi* désire-t-on ce que les autres désirent ?

      Aussi, une femme seule n’est pas un "vrai repoussoir" du moment qu’elle est attirante, pourquoi ?

       
    • #1472927
      Le Mai 2016 à 08:23 par dragueur
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      La femme est attirante parce que l’homme a la nostalgie de l’amour parfait avec sa maman - le fameux ’’complexe d’Oedipe’’ - et tout le reste c’est de la construction sociale et de la rivalité mimétique. C’est ce qu’explique Sociologie du dragueur.

       
    • #1472929
      Le Mai 2016 à 08:28 par dragueur
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      Et la ’’preuve sociale’’ (l’argent et le pouvoir) qui fascine tant les femmes n’est possible que dans une société inégalitaire et ’’d’exploitation de l’homme par l’homme’’. Sûrement pas une loi naturelle et immuable (comme le prétend la psychologie évolutionniste).

       
    • #1473253
      Le Mai 2016 à 17:36 par bofpwr
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      @dragueur

      J’ai l’impression que vous avez besoin de vous rassurer en croyant que la sociologie classique explique tout. C’est votre droit mais je pense que vous vous privez de nombreuses pistes de compréhension en rejetant les autres disciplines qui sont tout aussi rigoureuses (voire plus, puisque l’évopsy est basée sur la méthode scientifique).

      La preuve sociale fonctionne de la même manière dans les sociétés tribales (ça c’est de l’anthropologie) et dans les sociétés industrielles.

      Les sociétés sont toujours inégalitaires puisque composées d’individus par définition inégaux en capacité dans une situation donnée (faire la guerre, cultiver des patates, tisser, etc...), l’ampleur de l’inégalité est sans objet. Par exemple, le chef d’un village de papouasie a le même train de vie que les autres habitants de ce village mais un succès reproductif supérieur.

      Pour ce qui est du complexe d’Oedipe, c’est un concept que même les psychologues classiques ont fini par prendre avec des pincettes. En plus, "toutes" les femmes ne sont pas attirantes, seulement certaines. Quels sont les critères ? Il ne suffit pas de disposer d’un utérus, apparemment. Avec tout le respect dû à Alain Soral, son explication est incomplète.

      Pour ce qui est du concept de "construction sociale", c’est un véritable champs de mine logique. Prenons par exemple le mantra "la race est une construction sociale", en toute logique on peut en déduire que le racisme rends noir, ce qui est bien sûr absurde. La réalité est que c’est un concept biologique et aussi une construction sociale (un métis de blanc et d’africain est socialement considéré noir dans une société blanche - et vice versa chez certaines sociétés africaines - même si biologiquement il pourrait être classifié comme blanc, ou d’une troisième race).

      Donc je vous encourage à ne pas vous focaliser sur une seule piste d’interprétation, mais vous faites comme vous voulez...

       
    • #1473448
      Le Mai 2016 à 21:34 par L’épervier
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      @ bofpwr

      "... son explication est incomplète".

      C’est un peu plus complexe qu’une simple incomplétude.

      C’est incomplet jusqu’à l’instant où la compréhension, qui libère, rend complet l’incomplet et s’en vient une nouvelle incomplétude... à compléter.

      L’incomplet pour certains est déjà complet pour d’autres.

      Ce qui a été écrit par l’auteur il y a plus de vingt est juste au moment de l’écriture. Ce qui est figé après 20 vingt s’est d’être toujours dans l’incomplet à le ressasser. Ça fait un peu rengaine et (s’a)couplet. Et cela n’est pas souple, ni couple. A moins de le présenter à d’autres comme du passé.

      Selon on doute si l’on écoute attentivement. En effet, quelle femme équilibrée (donc complète en égale quantité masculine/fèminine, ayant libéré sa pleine féminité) de plus de 45 ans (inbaisable au figuré) se satisfairait d’un presque sexagénaire incomplet.

      La symbiose compétitive atteste dans une relation qu’un(e) rival(e) planne en possessivité. On ne se détâche pas des verroux de son passé seulement en le dé,crétant de manière virtuelle.

      Avant de regarder le ciel, c’est mieux de lacer ses chaussures ; ça évite de trébucher.

      Bonne soirée.

       
    • #1473524
      Le Mai 2016 à 23:05 par dragueur
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      La psychologie évolutionniste n’est qu’un positivisme moderne. Derrière l’apparence de sérieux scientifique c’est toujours la même vision du monde archaïque et ’’païenne’’ qu’on retrouve... et bien pratique pour le système puisqu’elle permet de justifier la violence libérale (par la ’’loi du plus fort’’, les alpha et beta et ce genre de conneries ). Ce n’est pas que les rejette, c’est qu’on se rend vite compte avec la pratique à quel point ces théories sont foireuses !

      D’ailleurs vous dites vous-même que vous croyez que les hommes sont fondamentalement inégaux. Ce qui est un bond en arrière de plusieurs siècles (voir l’Essai sur l’inégalité parmi les hommes de Rousseau).

       
    • #1473532
      Le Mai 2016 à 23:23 par dragueur
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      Pour ce qui fait que certaines femmes sont attirantes et pas d’autres, je vais citer directement Sociologie du dragueur :



      Dans un visage de femme, le jeune homme cherche d’abord à retrouver la mère. Pas sa mère traits pour traits, mais l’image d’amour parfaite qu’il vit à ses premiers instants : douce, lisse et intemporelle, parce que fondamentalement indifférenciée dans la perception encore sans référence du nourrisson qu’il était.

      Premier visage non marqué par le temps, synonyme de félicité dont la nostalgie va fonder, pour la vie, l’idée masculine de la beauté des femmes.

      Et parce que la mère est aussi la première image d’amour du nourrisson femelle, la femme voit aussi dans ce visage uniforme de la beauté et de la féminité. Harmonie un peu statique et fade tant recherchée par l’homme mais dont la femme ne peut se contenter, la beauté qu’elle recherche en l’autre passant pour elle par l’image du père.

      Synonyme de force sociale et d’action, la beauté que la femme attend de l’homme doit, pour être masculine, refléter la différenciation volontaire et porter les marques du temps. Conception vivante et dynamique qui vient s’ajouter à la douceur féminine originaire pour fonder, dans l’esprit des femmes, l’idée plus complexe de la beauté de l’homme.


       
    • #1474034
      Le Mai 2016 à 19:51 par bofpwr
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      @dragueur

      "La psychologie évolutionniste n’est qu’un positivisme moderne."

      Positivisme tout court, il n’y a pas plusieurs positivismes mais une influence du positivisme sur toutes les disciplines. Si vous préférez la superstition c’est votre droit, mais si vous tentez de justifier une explication mystique du monde par la raison vous vous engagez dans un combat ingagnable.

      "Derrière l’apparence de sérieux scientifique c’est toujours la même vision du monde archaïque et ’’païenne’’ qu’on retrouve... et bien pratique pour le système puisqu’elle permet de justifier la violence libérale (par la ’’loi du plus fort’’, les alpha et beta et ce genre de conneries )."

      Vous ne savez pas de quoi vous parlez, l’évopsy ne justifie rien, elle explique, souvent des choses qui devraient être évidentes mais qui ne le sont pas à cause de l’influence culturelle - justement libérale - actuelle. Par exemple si je vous dit qu’on va organiser un match de boxe mixte, vous ne pensez pas que les femmes ont autant de chance de gagner que les hommes, si ?

      Pourtant la culture nous jure que si, et donc les femmes perdent quasi systématiquement les matches de boxe mixte, puis on coopte les meneuses de la grogne via la discrimination positive afin de mieux laisser perdre les autres. Vous voyez où je veux en venir ?

      L’évopsy n’est pas votre ennemie dans ce combat.

      "Ce n’est pas que les rejette, c’est qu’on se rend vite compte avec la pratique à quel point ces théories sont foireuses !"

      Des exemples !

      "D’ailleurs vous dites vous-même que vous croyez que les hommes sont fondamentalement inégaux. Ce qui est un bond en arrière de plusieurs siècles (voir l’Essai sur l’inégalité parmi les hommes de Rousseau)."

      J’ai dit inégaux en capacités, par en droits. Vous pensez que chaque être humain sur terre a autant de chance de gagner un prix nobel ? ou bien de gagner le 110m haie ?

      Soyons sérieux camarade. On dirait que vous sortez tout droit du Front de Gauche. C’est pardonné, vous pouvez vous détendre.

       
    • #1474066
      Le Mai 2016 à 20:51 par bofpwr
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      @dragueur

      "Pour ce qui fait que certaines femmes sont attirantes et pas d’autres, je vais citer directement Sociologie du dragueur :"

      Donc si j’ai bien compris, si j’ai été nourri au biberon par une salariée du secteur social de 50 ans je vais passer le reste de ma vie d’adulte à placer au pinnacle de la féminité les femmes d’âge moyen ?

      C’est de la poésie, il ne faut pas prendre tout ce que dit Soral au pieds de la lettre.

       
  • #1470434
    Le 21 mai 2016 à 10:56 par Stev
    #NIPNIC épisode 3 : la drague

    Du pur Soral sur la drague, toujours un délice !

    En revanche, pour les femmes quadragénaires, hélas je ne vois pas les choses comme lui. La structure familiale est tellement éclatée aujourd’hui que plein d’hommes se retrouvent également seuls, à devoir gérer une garde des enfants alternées, ou payer des pensions alimentaires en plus des factures, du loyer, des impôts, tout en passant des heures en bagnole ou en métro pour aller à un boulot de merde. Ces hommes là ne sont pas dans les meilleurs dispositions pour pouvoir chiner de la minette de 25 ans dans un bar branché le samedi soir. Ils sont bien contents, par défaut, de se trouver une mère célibataire de 45 ans.

     

    Répondre à ce message

  • #1470474
    Le 21 mai 2016 à 11:58 par lecteur soralien
    #NIPNIC épisode 3 : la drague

    Effectivement la drague ne peut se concevoir que dans certaines sociétés, mais plus : avec une certaine générosité féminine qui ne considère pas le sexe comme un moyen d’elevation sociale. Si aujourd’hui la drague de rue ne fonctionne plus et que les mecs ont quitté ce terrain car totalement improductif (étrangement, moins les hommes abordent, plus les campagnes médiatiques "anti harcelement" se propagent.. ) c’est parce que les femmes ont bien compris qu’un homme esseulé dans la rue qui ne propose que sa tchatche n’est pas un bon partenaire (sponsor ?), elles préfèrent attirer l’attention d’hommes déjà validés socialement (par un ticket d’entrée à un club select, par la présence dans une soirée..etc).

    là ou je suis moins d’accord avec les propos de Mr Soral, c’est concernant les trentenaires, si elle flippaient à 29 ans autrefois, c’est à 37 ou 38 ans désormais. Toutes les productions médiatiques (cinéma, romans) ayant tendance à leurs insuffler l’idée qu’elles sont toujours dans le coup et qu’elles auront toujours des prétendants de qualité (édifiante à ce titre la serie DESPERATE HOUSEWIVES avec un prétendant par épisode pour de vieilles pouf’ du tertiaire), ce n’est qu’à un age avancé qu’elles comprendront l’arnaque (justice immanente) et regretterons peut etre ces nombreux gentils garçons qu’elles auront envoyé chier lorsqu’elles avaient l’age d’étre désirables.

    L’homme qui a travaillé sur lui-meme (sport, étude) quand à lui, conserve un corps intacte qui s’embellie avec l’age (pour certains), ainsi que la possibilité de choisir une femme plus jeune y compris dans des sociétés plus traditionnelles afin d’éviter toute anomalie de type féministe. Une femme de 40 ans meme avec un gros patrimoine, n’est plus désirable et n’a pas cette possibilité de demander un homme (humiliation pour elle), à moins d’etre dans un rapport marchand éphémère.

     

    Répondre à ce message

    • #1470625
      Le Mai 2016 à 15:44 par bofpwr
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      "avec une certaine générosité féminine qui ne considère pas le sexe comme un moyen d’elevation sociale."

      Je dirais ça autrement : dans une société où la contraception est autorisée, le sexe récréatif peut être tentant pour une femme (mais hors de question de passer pour une traînée aux yeux de la société), alors qu’autrement elles ne s’y risqueraient pour rien au monde (pour des raisons évidentes, hein ?).

       
    • #1470806
      Le Mai 2016 à 20:05 par RD
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      Tout de nos jours ne commence t il pas par du récréatif comme vous dîtes ?

       
  • #1470583
    Le 21 mai 2016 à 14:52 par Leïla
    #NIPNIC épisode 3 : la drague

    J’ai une question, la drague est-ce que c’est un moyen pour coucher où c’est aussi pour trouver l’amour ?. Parce que si c’est QUE pour se retrouver avec un "rodeur" qui largue la nana comme un kleenex, c’est pas cool.

     

    Répondre à ce message

    • #1470688
      Le Mai 2016 à 17:14 par bofpwr
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      Rien n’empêche un homme de tomber amoureux d’une femme draguée au supermarché mais il faut bien comprendre que chez la femme l’acte sexuel est biologiquement instigateur de sentiments alors que chez l’homme, non.

      Or, un dragueur qui rencontre le succès a le choix, et le choix c’est un tue-l’amour radical. C’est toujours plus facile de passer à la suivante plutôt que de se compliquer la vie.

      D’où l’aversion instictive de la femme pour le dragueur (risque de souffrir), mais aussi son attirance irraisonnée pour lui (la preuve sociale fournie par les X centaines de femmes avec qui il a couché avant) quand l’ampleur de ses succès lui est révélé. Il suffit de voir certains commentaires féminins sur ce fil...

      (version courte et crue).

       
    • #1470765
      Le Mai 2016 à 19:10 par zigoto
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      C’est le résultat d’une société corrompu et malade. L’application Don Juanesque de la dégénérescence ambiante. La drague n’est bien sûr pas un moyen de trouver l’amour. Le principe même de la drague est d’user des plus bas instincts de reproduction ayant pour seul but l’hédonisme. Un dragueur, homme qui sait draguer, est évidement un infidèle qui ne considère pas les femmes comme des partenaires au sens conjugale.

      Et oui c’est "cool". C’est la définition même de ce qui est cool. We’re all living in amerika, Amerika ist wonderbar

       
    • #1470850
      Le Mai 2016 à 20:52 par bofpwr
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      @Zigoto

      La plupart des dragueurs intelligents arrivent en effet généralement à cette conclusion.

       
  • #1470859
    Le 21 mai 2016 à 21:00 par mauve
    #NIPNIC épisode 3 : la drague

    Croire que l’on est aimé et comprendre qu’ en réalité (dans le vrai monde) il n’en est rien est plus dur pour une femme que pour un homme.

     

    Répondre à ce message

  • #1471220
    Le 23 mai 2016 à 10:19 par xmut001
    #NIPNIC épisode 3 : la drague

    L’homme de toutes les vérités. Mon mentor.

     

    Répondre à ce message

    • #1471731
      Le Mai 2016 à 18:21 par yasmine
      #NIPNIC épisode 3 : la drague

      Vous êtes dans son intimité ? Attention au culte de la personne, même si Mr Soral est exceptionnel et qu’on a besoin d’exemples

       
  • #1473226
    Le 25 mai 2016 à 16:58 par Caverne de Platon
    #NIPNIC épisode 3 : la drague

    Un livre que j’aurais bien aimé lire a 20 ans...

     

    Répondre à ce message

  • #1474165
    Le 26 mai 2016 à 22:57 par kasiar
    #NIPNIC épisode 3 : la drague

    La question n’est pas de savoir comment draguer ... Mais qui draguer.

     

    Répondre à ce message

  • #1474225
    Le 27 mai 2016 à 00:06 par L’ogre de barbarie
    #NIPNIC épisode 3 : la drague

    C’est porter intérêt à beaucoup de mots qui se veulent soutenus par la structure d’une analyse.... tout ça pour pas dire qu’entre hommes et femmes au bout de deux ans on commence à se faire chier et la troisième année c’est encore du blabla... cette fois accusatoire inversé dans l’esprit mutualiste pour justifier que là la limite est atteinte et qu’on se fait tellement chier tant c’est vraiment toujours de la même chose qui tourne en boucle.

    Moralité :
    La seule conclusion à tirer c’est de ne pas se faire chier à justifier quoi que ce soit. Sauf si t’as un intérêt à limer une vieille maîtresse planquée dans un placard qui fait à ta place ce qui te fait chier, sous couvert de lui donner une p’tite responsabilité. Tu sais le genre de sangsue qui s’accroche à tes roubignoles parce que t’as réussi à lui faire croire qu’elle est indispensable parce qu’elle croit qu’elle est inbaisable ou le genre de salope qui s’assume pas. C’est vrai qu’une authentique salope qui s’assume ça court pas les rues. Moi j’adore ! Jamais elle ne rivalise avec les autres nanas parce qu’elle sait qu’elle est au top et qu’il y aura toujours une bonne âme pour prendre soin de son corps. En revanche la salope qui s’assume pas quelle salope avec celle qui s’assume.

    La moche dans le placard, c’est tout bénéf... à côté tu baises qui tu veux et si t’as moins envie de baiser parce que t’es vieux, ben tu l’as sous le coude pour l’hygiène.

    Que celui qui n’as jamais pèché lui jette la première pierre.

     

    Répondre à ce message

  • #1474338
    Le 27 mai 2016 à 09:24 par thihen42
    #NIPNIC épisode 3 : la drague

    Il est quand même fortiche ce Soral, toujours passionnant quelque soit le sujet !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents