Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

The Movement, l’épopée européenne de Steve Bannon pour enterrer le mondialisme

Pour paraphraser la célèbre citation de Marx, nous pouvons affirmer sans exagérer : « Un spectre hante l’Europe, le spectre du populisme ».

 

Après un certain nombre d’indices prometteurs en faveur du populisme ou du nationalisme en Europe tels que le Brexit, l’élection de Trump, le résultat des élections parlementaires en Autriche, en Hongrie et en Italie, la solidarité politique entre les pays du groupe de Visegrád, ou encore les nombreux désaccords entre la Pologne et la bureaucratie de Bruxelles, voilà que la presse internationale nous rapporte encore des nouvelles encourageantes.

Steve Bannon, ancien haut conseiller de Trump et véritable éminence grise de sa campagne électorale victorieuse, a annoncé la création en Europe d’une fondation dénommée The Movement.

L’objectif affiché de l’organisation est de proposer une alternative au « réseau Soros », l’Open Society Foundation, dont l’influence sur la politique (dans les pays de l’ex-URSS, en Europe occidentale et aux États-Unis notamment) est et a toujours été considérable.

Et si l’élite dominante a bel et bien subi son premier revers depuis la Seconde Guerre mondiale à travers les événements politiques antisystèmes de ces dernières années, ce phénomène, que l’on pourrait qualifier de « printemps européen » ou de « révolution populiste européenne », risque certainement de continuer à prendre de l’ampleur sous l’impulsion de Steve Bannon. Ce chef de file de la pensée américaine a pour ambition d’unir tous les partis politiques européens défendant l’identité et la souveraineté nationale autour d’un front commun contre le mondialisme, ce mouvement néolibéral et antinational qui nuit gravement à la fois aux intérêts des petits pays, mais également à ceux des États-Unis.

Dans son livre Le Moment populiste, le philosophe français Alain de Benoist résume avec brio la nouvelle mentalité des peuples européens. La nouvelle coalition italienne composée des mouvements populistes la Ligue du Nord (le parti de Matteo Salvini) et le Mouvement 5 étoiles (de Luigi di Maio) vient appuyer les thèses de l’auteur. Sur cette ligne, on retrouve également le philosophe Alexandre Douguine, auteur d’une série d’articles portants sur la nouvelle vague qui déferle sur le milieu politique en Europe.

En définitive, l’élection de Trump et le projet de Bannon permettent, à nous Européens, de mettre fin à la théorie selon laquelle le mondialisme serait un pur produit américain. L’essayiste et économiste français Hervé Juvin développe une thèse très importante pour comprendre les phénomènes des dernières décennies : tout comme le peuple russe fut la première victime du communisme, le peuple américain est la première victime du mondialisme, également appelé capitalisme extraterritorial, impérialiste et destructeur. Sans oublier le fait que la majeure partie de l’oligarchie mondialiste réside aux États-Unis tout en agissant contre les intérêts de l’État américain et du peuple américain.

Par conséquent, la fondation à but non lucratif qui s’apprête à émerger se donne pour mission prioritaire la consolidation des partis populistes antisystème en vue des élections parlementaires européennes prévues au mois de mai 2019, mais également de leur prêter main-forte pour certaines élections locales. L’organisation, à travers ses services d’expertise-conseil, pourrait jouer un rôle déterminant dans le combat électoral à venir.

Bien que Steve Bannon déclare ouvertement qu’il souhaite faire de son organisation un rival du Forum économique mondial (FEM), c’est-à-dire du système ploutocratique mondialisé, mon ami français Emmanuel Leroy l’a devancé en proposant une formule qui convient parfaitement à la fois à l’initiative lancée l’année dernière dans la capitale moldave, qu’à l’initiative de Steve Bannon. En effet, il a déclaré en 2017, à l’occasion des deux conférences internationales de Chisinau ayant réuni des intellectuels des pays de l’ex-URSS et d’Europe occidentale, qu’il fallait que le Chisinau Forum devienne un véritable anti-FEM. Le Chisinau Forum, créé par trois organisations (l’Université populaire de Moldavie, le Mouvement eurasiste russe dirigé par Alexandre Douguine et le Comité Jean Parvulesco français), est devenu un groupe de réflexion international et se réunira au moins une fois par an dans le but de développer des stratégies géopolitiques, idéologiques et économiques alternatives.

En deux ans d’existence, notre réseau s’est développé jusqu’en Iran et en Afrique, nous sommes parvenus à mettre en place une solide coopération entre différents médias, et nous participons à de grands événements internationaux. Dans ce contexte, en tant que principal organisateur du Chisinau Forum, je suis convaincu que mes collègues de l’étranger me soutiendront lorsque le moment sera venu de collaborer activement avec le nouveau mouvement de Steve Bannon.

Nos ressources médiatiques www.flux.md et www.altermedia.md (Moldavie), www.geopolitica.ru (Russie), www.tvlibertes.com, www.lesakerfrancophone.fr, www.egaliteetreconciliation.fr (France), www.zuerst.de (Allemagne), www.gandeste.org, www.estica.eu (Roumanie), www.geopolitika.rs (Serbie), tout comme un certain nombre d’autres organes de presse avec qui nous collaborons, constituent une excellente opportunité pour promouvoir nos idées, mais également pour se soutenir mutuellement.

La position géographique de Chisinau, la capitale de la Moldavie, en fait un lieu idéal pour nos réunions internationales. À cela s’ajoute le fait que les citoyens de l’Union européenne, des États-Unis, du Canada, de la Russie et des pays de l’ex-URSS sont exemptés de visa. Organiser avec succès divers événements et entretenir des relations étroites avec nos partenaires a permis à notre équipe d’acquérir une expérience solide. Il est nécessaire que cette expérience soit réinvestie, afin de contribuer à renverser le système dominant actuel – ploutocratique et mondialisé –, à reconstruire les États-nations, et à harmoniser les relations internationales de manière à ce qu’elles servent les intérêts de tous les peuples.

Nous, peuples de l’ex-URSS, avons énormément appris en participant au démantèlement de l’ancien régime totalitaire. Aucun d’entre nous n’aurait pu prévoir, il y a trente ans de cela, que le jour viendrait où nous aurions à revivre le « triomphe des nations », où nous aurions à refaire la décolonisation de peuples captifs, victimes d’une corporatocratie mondialisée ayant anéanti la souveraineté de tous les pays et provoquant des déséquilibres sociaux et économiques considérables. De la même façon que la chute de l’URSS fut possible, la fin du nouvel empire miniature et totalitaire de l’Union européenne (massivement infiltrée par les tentacules de George Soros et qualifiée, à juste titre, de système le plus corrompu au monde par le Premier ministre hongrois Viktor Orbàn) l’est tout autant, et son besoin se fait urgemment sentir.

Suite à l’élection de Donald Trump, deux pouvoirs semblent se faire face aux États-Unis : d’un côté, un président populiste guidé par le principe de « l’Amérique d’abord ! », et de l’autre côté, « l’État profond », qui privilégie l’accumulation de profits au détriment des intérêts du pays. Tout patriote se retrouve dans le message proposé par Steve Bannon. Ce principe devrait être suivi par tout le monde, et par toute élite politique qui se respecte : « Mon pays avant tout ! »

Luttons ensemble pour préserver nos traditions, nos cultures et nos religions, pour protéger nos économies nationales face aux attaques du capitalisme mondialisé, pour contrecarrer l’invasion de nos pays par des vagues de migrants clandestins, et pour cesser d’inonder leurs pays de requins spéculateurs capitalistes. L’issue de cette confrontation historique dépend de notre solidarité.

J’invite notre réseau d’amis à travers le monde à donner leur avis sur une participation active des membres du Chisinau Forum pour soutenir et élargir l’organisation de Steve Bannon The Movement. Vos réactions seront publiées dans nos médias dans différentes langues.

Je souhaiterais conclure en paraphrasant une autre célèbre citation marxiste :

Populistes de tous les pays, unissez-vous !

Iurie Roşca

En lien, sur E&R :

Iurie Roşca, sur E&R :

Pour un réveil des nations ! Lire chez Kontre Kulture :

 
 






Alerter

54 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2018054
    Le 4 août à 03:19 par envolées-des-incultes
    The Movement, l’épopée européenne de Steve Bannon pour enterrer le (...)

    "Sans oublier le fait que la majeure partie de l’oligarchie mondialiste réside aux États-Unis tout en agissant contre les intérêts de l’État américain et du peuple américain."

    Oui, mais ça, c’est la définition d’une oligarchie. Je ne connais pas d’oligarchie qui fasse autre chose que nuire aux intérêts du peuple chez qui elle réside. Et le gouvernement de type républicain est son instrument de pilotage.

    On ne peut pas combattre l’oligarchie sans combattre la république, car la république leur offre tous les avantages, et le minimum d’inconvénient.

    Je ne crois plus en la politique. Nous avons dépassé des bornes qui rendent la politique désormais totalement inopérante. Laisser à penser à une possible reprise en main, c’est illusoire, de l’enfumage.

    La suite ne sera pas politique. Elle sera physique, dans le réel, et sans tabous, ni limite. Le capital n’en n’a pas, nous n’en n’aurons pas non plus.

    Ça ressemble quand même a une tentative de repositionnement de l’empire au centre de l’Eurasie tout ça . . .

    Ils savent qu’ils ne pourront pas tenir la distance, perché sur leur bout de terre éloignée de tout et entouré de flotte. Trop coûteux et risqué en cas de conflit pour les ressources.

    Va falloir trouver d’autres pigeons, ou bien montrer patte blanche avec des gains significatifs dans la remigration. Pour l’instant, il n’y a que de la com" et des effets d’annonce chez tous les populistes.

    On n’est pas encore tous des poissons rouges.

     

    Répondre à ce message

  • #2018104

    En plus, ce gusse a des faux airs de Collard ! Ce qui ne joue vraiment pas en sa faveur, vous l’avouerez ! Dans un genre capillaire assez proche, je préférais encore Gloria Lasso...

     

    Répondre à ce message

  • Le taulier parlait de fausse résistance.
    Il a bien raison, nous voyons de plus en plus, ça et là, la promotion de ce faux mouvement qui prétend être une résistance, une sorte de story telling pour dévier les jeunes dissidents.

     

    Répondre à ce message

  • "Comédie", "dupes", "dissidence contrôlée" bla bla bla... En fait dès qu’une action est relayée ici, la masse des commentateurs te balancera nécessairement que c’est un acteur placé par le système pour canaliser le mécontentement. Cette médiocrité constante, c’est pour justifier psychologiquement votre inertie ? Avec ce genre de raisonnement il ne sera passera JAMAIS absolument rien. Et je trouve que c’est faire montre d’une sacrée mentalité de soumis que de considerer toute action publique comme nécessairement un jeu du système, comme s’il était omnipotent et que tout dans ce monde découlait de sa volonté...

    Un commentateur E&R en 73 avant J-C "Spartacus ? Une action téléguidée de l’oligarchie romaine pour asseoir le pouvoir de Crassus, oui oui".

     

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    C’est ténu comme choix...
    On le voit bien à la lumière des commentaires...

    Certains veulent suivre... Faut de mieux
    Certains veulent observer... Au risque de rater l’impulsion.
    Certains hurlent au risque de canalisation et de manipulation.
    Certains appellent à une structure similaire franco-française (bon, je vois pas en quoi les risques supra sont écartés...)
    Je n’échappe pas à cette règle... Je me pose ces 3 choix...

    Tous égards aux​ victimes...
    Cela me fait penser aux victimes de viols et d’agressions​ sévèrent...

    Tout cela pour dire que cela est une réaction très timorée... Plus proche de l’émotion que de la stratégie de survie froide et déterminée...

    De la à penser que nos esprits ont été violés et traumatisés...

    Je me pose de sérieuses​ questions sur la subsistance​ de l’abnégation, du panache et de la volonté...

     

    Répondre à ce message

  • 3 questions me viennent à l’esprit sur la « résistance » qu’incarnerait Bannon :

    1) Pourquoi un Américain pour fédérer les populismes européens ?

    2) Pourquoi « The Movement », nom anglophone qui n’est pas sans rappeler « En marche » ? Pourquoi pas un nom grec, plus en phase avec l’Europe millénaire ?

    3) Pourquoi Bannon prédit-il un grand avenir à Marion Maréchal ? Où est la légitimité d’une telle prise de position ? Pourquoi pas Philippot, dont le programme de 2017 présentait exactement les mesures nécessaires au redressement des nations ?

    Ça pue. S’il menaçait le système il ne serait pas promu par celui-ci (il n’y a qu’à voir comment Philippot a été désintégré).

     

    Répondre à ce message

    • Effectivement, voilà de tres bonnes remarques !

      Mr Bannon vient en europe "surfer" sur un parti ( moribond en France ) et puis fabriquer son "machin" . Il va forcément l’orienter dans l’intérêt des usa !
      Il veut fédérer tout le populisme européen contre l’EU ( dans l’intérêt des USA ) et c’est donc dirigé contre tous les nationnalismes européens .
      La méthode Bannon est une autre manière de nous proposer le fédéralisme .
      _

       
  • "Et nous voilà prêts à courir le grand risque yankee ; l’Amérique, la seule domination dont on ne réchappe pas, je veux dire dont on ne réchappe pas tout à fait indemne". Aimé Césaire dans "discours sur le colonialisme".

     

    Répondre à ce message

  • #2019210

    Pour déterminer ce que veulent vraiment les leaders d’opinion comme Steve Bannon ou d’autres, il faut regarder ce qu’ils pensent sur la Syrie et sur l’Ukraine, c’est sur ces dossiers que la ligne de front se matérialise le mieux.
    Le jour où Bannon, Trump, Poutine, Marine ou Marion Le Pen répèteront comme Bernard-Henri Lévy "À bas le tyran Bachar El-Assad !" et "Vive l’Ukraine de Maïdan !" - et se mettront ainsi à soutenir les guerres sionistes dans ces deux pays - on pourra se poser des questions sur leur agenda caché, mais pas avant.

     

    Répondre à ce message

  • La contre-attaque des "Democrates" est lancée ; Censure des médias dissidents, apportant un regard critique sur le courant de propagande en place. ERTV, TVLibertes, Alex Jones en ont déjà fait les frais. RT et Sean Hannity seront sans doute eux aussi touchés.
    Il ne faut pas rester passif et prendre les devants, Bitchute et Peertube offrent des alternatives. Pour chaque vidéos que vous postez sur Youtube, vous devez vous astreindre à la mettre en place sur un médium décentralisé.

     

    Répondre à ce message

  • Vous voulez vraiment lui devoir quelque chose ? pas moi, merci on peut se débrouiller seul, pas besoin de son aide, merci, l’ingérence on en a assez comme ça de la part des états-uniens.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents