Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Nicolás Maduro : "Je ressemble à Saddam Hussein"

Le président vénézuélien sent le souffle de l’impérialisme sur sa nuque

Le président vénézuélien Nicolas Maduro s’est comparé lui-même à l’ancien chef d’État Saddam Hussein qui a dirigé l’Irak entre 1979 et 2003.

 

« Je ressemble à Saddam Hussein, au Saddam Hussein vivant », a déclaré le président vénézuélien, béret rouge sur la tête et en uniforme camouflage de la police bolivienne (PNB), devant une foule d’étudiants rassemblée à Caracas, relatent les médias locaux.

Rappelons que le régime du président irakien Saddam Hussein (1979-2003) a été renversé en avril 2003 à la suite d’une campagne militaire américaine. La cour suprême irakienne l’a inculpé pour la mort de 148 habitants du village irakien de Doujaïl en 1982 et l’a condamné à mort. La peine a été exécutée en décembre 2006.

De violentes manifestations se déroulent au Venezuela de manière quasi quotidienne depuis début avril, sur fond de crise économique sans précédent dans ce pays riche en hydrocarbures.

L’opposition, majoritaire au Parlement depuis les élections législatives de décembre 2015, accuse le président Nicolas Maduro d’avoir plongé le pays dans le chaos économique et une inflation rampante, de bafouer les lois en vigueur et de recourir à la justice en vue d’incarcérer ses adversaires politiques. Les manifestants réclament le départ de M.Maduro de son poste et l’organisation d’une élection présidentielle anticipée.

La Révolution bolivarienne sans les mensonges médiatiques,
chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je ne comprends pas bien ce qui se passe là-bas.

    Mais les USA soutiennent quel côté ?

    Je me mettrai alors du côté opposé, c’est sans aucun doute le bon.


  • #1767872

    Le club des moustachus damnés par l’oncle Sam ?


  • #1768335

    Mr Lapierre pourrait-il expliquer pourquoi le Venezuela attaque aussi viruleusement le Maroc ? Le Ministre des affaires étrangères du Venezuela à fait un discours virulent aux Nations Unies et beaucoup de marocains ont découvert ce malaise. Que ce passe t-il ?
    Merci Mr Lapierre pour les eclaircossements que vous pourrez apporter aux franco- marocains.

     

    • #1781096

      Le maroc a surement prononce un discours en faveur de l’imperialisme americain et contre le venezuela pour que Maduro s’en emprenne.
      D’ailleurs on se souvient du discours officiel marocain contre Bashar el assad pendant la crise de syrie. Toujours le maroc fait plaisir a l’occident pour etre epargne des troubles politiques qui frappent le tiers monde.


  • #1772033

    Saddam a été pendu celui-ci sera tué dans son palais.


  • #1775513

    Un article intéressant de Boaventura de Sousa Santos, Docteur en Sociologie du Droit, professeur des universités de Coimbra (Portugal) et de Wisconsin (USA), un article qui détonne dans ce concert de hyènes européistes qui a pour titre :
    " En défense du Venezuela. Non à l’intervention étrangère !"

    " je suis alarmé par la partialité de la communication sociale européenne, y compris portugaise, sur la crise du Venezuela, une distorsion qui parcourt tous les médias pour diaboliser un gouvernement légitimement élu, attiser l’incendie social et politique et légitimer une intervention étrangère aux conséquences incalculables. "
    (...)
    " Pour comprendre pourquoi il n’aura probablement pas de sortie non violente à la crise du Venezuela, il convient de savoir ce qui est en jeu sur le plan géostratégique mondial. Ce qui est en jeu, ce sont les plus grandes réserves existantes de pétrole au monde au Venezuela. Pour la domination mondiale des États-Unis il leur est crucial de maintenir le contrôle sur les réserves de pétrole du monde. Tout pays, aussi démocratique qu’il soit, et qui possède cette ressource stratégique et qui ne la rend pas accessible aux multinationales pétrolières, en majorité étasuniennes, devient une cible en vue d’une intervention impériale. La menace à la sécurité nationale, dont parlent les présidents des États-Unis, n’est pas seulement dans l’accès au pétrole, mais surtout dans le fait que le commerce mondial du pétrole se fait en dollars US, le vrai cœur du pouvoir des États-Unis, puisque aucun autre pays au monde n’a le privilège d’imprimer des billets quand bien lui semble sans que cela n’affecte significativement leur valeur monétaire. Pour cette raison l’Irak a été envahi et le Moyen-Orient et la Libye ont été rasés (dans ce dernier cas, avec l’active complicité de la France de Sarkozy). Pour le même motif, il y a eu une ingérence, aujourd’hui établie, dans la crise brésilienne, puisque l’exploitation des gisements pétrolifères pré-sal étaient aux mains des brésiliens. Pour la même raison, l’Iran a recommencé à être à nouveau un danger. De même, la Révolution bolivarienne se doit de tomber sans avoir eu l’occasion de corriger démocratiquement les graves erreurs que ses dirigeants ont commises ces dernières années. " (...)

    http://www.elcorreo.eu.org/En-defen...