Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pesticides : les députés français approuvent le retour des néonicotinoïdes

Si la sauvegarde de l’économie et la défense de l’environnement peuvent être liées, les députés devaient cette fois arbitrer entre les deux. Entre « souveraineté » agroalimentaire et défense de la biodiversité, l’Assemblée nationale a finalement voté dans la nuit de lundi à mardi, la disposition clé du projet de loi permettant la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes pour sauver la filière betterave. Le vote solennel sur l’ensemble du projet de loi, aura lieu ce mardi, après les questions au gouvernement.

 

« Yves Jadot, quand l’incantation rejoint l’incompétence... En tant que député depuis 11 ans, vous devriez savoir qu’indemniser à 100% les betteraviers n’est pas possible. Donc si vous étiez betteravier, que feriez-vous ? Se mettre à la place des autres est souvent de bon conseil » (Julien Denormandie)

« C’est un texte difficile, important, qui ne veut pas opposer économie et écologie », a toutefois affirmé le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie. En raison de la prolifération d’un puceron vert vecteur de la maladie qui affaiblit les plantes, les betteraves sont atteintes de « jaunisse ».

La réintroduction de semences enrobées avec des néonicotinoïdes doit permettre de protéger les rendements sucriers. Le problème est que ce type de pesticide, réputé tueurs d’abeilles, a été interdit en 2018. Et voilà le gouvernement obligé de rétropédaler, en s’appuyant sur le règlement européen sur les phytosanitaires permettant de déroger à l’interdiction, potentiellement jusqu’en 2023.

 

« On est tous contre »

De LFI au RN, « on est tous contre » ces insecticides tueurs d’abeilles, a convenu Julien Denormandie. Mais « aujourd’hui il n’existe pas d’alternative » chimique ou agronomique suffisamment efficace, a-t-il relevé. La baisse des rendements induite menace la pérennité de la filière sucrière française, qui emploie 46.000 personnes.

Or, pour le gouvernement, « tuer une filière française pour importer des sucres polonais, allemands ou belges », n’est pas une option. « Il ne faut pas être dans le dogme et faire en sorte que la France reste un grand pays agriculteur », a pour sa part souligné Christian Jacob, chef de file des députés LR qui soutiennent le texte du gouvernement.

Lire l’article entier sur 20minutes.fr

 

Le néolibéralisme est-il le poison de l’agriculture ?

 






Alerter

59 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • On s’est passé des néonicotinoides et autres saloperies pendant des décennies, voire des siècles ! Et maintenant voila que ce n’est plus possible ! Quelle hypocrisie ! Quelle incompétence.
    Ces marchés devraient être contrôlés par une politique nationale garantissant des prix, plutôt que d’en abandonner le contrôle au capitalisme rapace d’industriels sucriers. Encore, faudrait-il que ces gros culs de députés y entendent quelque chose au lieu de s’abandonner à la doxa néo-conservatiste.

     

    Répondre à ce message

    • Oui c’est vrai pendant des siècles on s’est passé d’insecticides ,fongicides, herbicides,antibiotiques,voitures ,avions,etc...Pendant des siècles les paysans ont regardé leurs cultures se faire ravager par les pucerons ,sauterelles, maladies sans pouvoir rien faire ;Je pense notamment au mildiou qui a ravagé des champs entiers en Irlande au dix-neuvième siècle et provoqué une famine effroyable.
      Oui pendant des siècles on a vu dans de nombreuses familles des enfants mourir en bas âge,des pays ont vu leur population décimée par les famines ,les épidémies,les maladies.

       
    • @Betrand Il me semble que vous vous trompez, il n’y a eu aucune famine d’origine agricole en Europe depuis des centaines d’années. Toutes les famines ont été des décisions politiques ou des conséquences de décisions politiques (guerres par exemple9 :

       
  • #2562603

    martin luther reprochait aux paysans d’être avares et d’affamer la population.

    « Aux paysans, la paille et l’avoine. Ils ne veulent pas céder : le bâton et le fusil, point de miséricorde. Si on ne fait siffler l’arquebuse, ils seront cent fois plus méchants »

    « Qu’on donne de la paille d’avoine aux paysans. Ils n’entendent point les paroles de Dieu, ils sont stupides c’est pourquoi il faut leur faire entendre le fouet, l’arquebuse et c’est bien fait pour eu. Prions pour eux qu’ils obéissent. Sinon, pas de pitié ! Faites parler les arquebuses, sinon ce sera bien pis. »

    (Lettre de Luther à Rühl, 1524). Ses écrits forment une vaste collection de diatribes contre les juifs, les femmes, les non-croyants, les paysans (a) et les handicapés

     

    Répondre à ce message

  • #2562628

    Tiens là notre santé ils n’en ont plus rien à foutre...
    Par contre pour effrayer le covidé moyen en vue de le pucer comme un clébard et lui bousiller son ADN comme un vulgaire rat de lanoratoire,là notre santé les intéresse ces enculés !!!

     

    Répondre à ce message

  • #2562674

    Ils nous masquent, nous confinent et nous préparent un vaccin, mais tout ce qui peut bousiller notre santé et détruire notre environnement ne leur posent pas de problème ! Une manif écolo EELV est-elle prévue ? Ces gauchiasses LGBT, promigrants, anti-genre et anti sapin de noël vont-ils descendre dans la rue ?

     

    Répondre à ce message

  • Députés.....des putes il n’y a pas meilleure définition pour ces ordures.

     

    Répondre à ce message

  • Le manque de réalisme de certains commentaires est assez révélateur de la manipulation de l’opinion aujourd’hui. On dirait qu’ils viennent de découvrir les ravages du monde capitaliste !? Si il ne reste que 500 000 agriculteurs dans ce pays ce n’est pas simplement la faute d’un syndicat, M. Jadot.

    Les écologistes, ces belles âmes néolibéralistes prêtent à sacrifier des filières agricoles entières tant qu’on ne touche pas à leurs salaires à la fin du mois ! Prêtent à nous expliquer comment travailler dans les champs quand il n’y ont jamais mis les pieds… les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

    Qui a intérêt à ce que l’agriculture française traditionnelle soit sacrifiée avant les autres ? Pendant que les animalistes subventionnés comme L214 préparent l’opinion à ne plus manger de viande, des financiers investissent dans l’industrie des insectes et de la viande cellulaire. Et les méchants éleveurs français !? Ils se suicident à tour de bras alors qu’ils subissent les règles d’élevage les plus strictes du monde. Et vos gosses !? Ils mangeront de la viande brésilienne grâce aux traités de libre-échange alors que 80% des viandes consommées aujourd’hui dans les cantines sont déjà étrangères.

    Personnellement, je ne mange pas de miel de betterave mais toute cause, aussi légitime soit-elle, ne dois pas empêcher de voir la globalité des mensonges que le monde marchand nous donne à voir.

     

    Répondre à ce message

  • #2562832

    Ces fumiers de députés ont voté ça en catimini, tels des pantins serviles vendus aux lobbies de l’agroalimentaire tel Monsanto et consorts !

     

    Répondre à ce message

  • On peut aisément se passer de miel, épandre de l’insecticide, récolter un kilo d’abeilles mortes, ajouter un kilo de sucre de betterave, faire bouillir le tout et voila une délicieuse confiture d’abeilles !

     

    Répondre à ce message

  • Les abeilles électronique s’en viennent.

     

    Répondre à ce message

  • Encore ces putains de lobbys , ce sont eux qui gouvernent et les décisions les plus absurdes et les plus criminelles ont le dessus. On aura tout eu , la liberté de s’exprimer , en prison , la liberté de respirer , étouffée par un masque et maintenant la liberté de vivre et se nourrir dans un environnement sain remis en question pour satisfaire les caprices d’une filière de l’agro - business. On en a rien à foutre de la betterave, il y a plein de substituts pour le sucre, qu’elle crève la betterave...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents