Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Tous les Français" sont contaminés aux bisphénols, phtalates ou parabènes

Une étude publiée mardi par Santé Publique France indique que les adultes, mais surtout les enfants, sont imprégnés de six familles de « polluants du quotidien » présents dans les produits ménagers, cosmétiques ou emballages alimentaires.

 

Nous sommes tous imprégnés de ces « polluants du quotidien » que sont les bisphénols (A, F et S), phtalates, parabènes, éthers de glycol, retardateurs de flamme bromés et composés perfluorés, dont certains sont des perturbateurs endocriniens (susceptibles de modifier le système hormonal et d’être à l’origine de diverses maladies) et/ou des cancérigènes, avérés ou suspectés. C’est la conclusion sans appel d’une étude inédite menée par Santé publique France et publiée mardi.

Pour la première fois, grâce notamment à des prélèvements biologiques (urines, sérum et cheveux), l’agence nationale a mesuré la présence de ces polluants dans l’organisme, auprès d’un large échantillon représentatif de la population composé de 1 104 enfants et 2 503 adultes. Ils sont présents dans le corps de « tous les Français  », soit « de l’ensemble des adultes et des enfants », à des niveaux comparables à ceux d’autres études menées à l’étranger, notamment aux États-Unis et au Canada (à l’exception des retardateurs de flamme bromés, des bisphénols S et F et des parabènes, pour lesquels les niveaux sont inférieurs en France).

Mais les plus imprégnés sont les enfants. Pour l’expliquer, Santé publique France émet plusieurs hypothèses. Parmi elles, « des contacts cutanés et de type "main bouche" plus fréquents pour des produits du quotidien (jouets, peintures…), des expositions plus importantes liées par exemple à une exposition accrue aux poussières domestiques ou à un poids corporel plus faible par rapport à leurs apports alimentaires, comparativement aux adultes ».

[…]

L’étude de Santé publique France doit être complétée ultérieurement par deux autres volets portant sur l’exposition aux métaux et aux pesticides. Mais ces premiers résultats « confortent la nécessité de continuer à agir pour limiter l’exposition aux substances chimiques », affirme un communiqué de presse conjoint des ministres de l’Écologie, Élisabeth Borne, et de la Santé, Agnès Buzyn. […]

[…]

L’association [Réseau environnement santé] souligne que « le risque sanitaire lié aux perturbateurs endocriniens est clairement établi », grâce à des « milliers d’études expérimentales ainsi que de nombreuses études chez l’humain ». Ils sont par exemple « la cause majeure de la baisse de la qualité du sperme. À Paris, en cinquante ans, l’homme de 30 ans a perdu deux spermatozoïdes sur trois ». D’autres études récentes « montrent un lien entre contamination maternelle pendant la grossesse et hyperactivité, obésité, asthme, trouble du langage chez l’enfant plusieurs années plus tard ».

Lire l’intégralité de l’article sur liberation.fr

 

Les pollutions qui ne dérangent pas nos "responsables", sur E&R :

 






Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents