Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Plus de trois ans après le référendum, les députés britanniques donnent leur feu vert au Brexit

Les députés britanniques ont donné ce 9 janvier, lors d’un vote historique après trois ans et demi de crise, leur approbation finale au texte qui permettra au Royaume-Uni de quitter l’Union européenne le 31 janvier.

 

La Chambre des communes, largement dominée par les conservateurs du Premier ministre Boris Johnson, a voté ce 9 janvier le texte qui traduit dans la loi l’accord de Brexit, à 330 voix pour (231 contre).

Le texte doit maintenant être validé par la Chambre des Lords – la chambre haute du Parlement – puis promulgué par la reine, ce qui devrait relever de la formalité. Restera alors au Parlement européen à ratifier le traité. Le Royaume-Uni deviendra ainsi le 31 janvier à 23h00 (heure de Londres) le premier pays membre à quitter l’Union européenne, après trois reports de cette sortie, initialement prévue en mars 2019.

« Il est temps d’aller de l’avant », a insisté face aux députés le ministre du Brexit, Steve Barclay. « Ce texte va garantir notre départ de l’Union européenne avec un accord qui donne de la certitude aux entreprises, protège les droits de nos citoyens et assure que nous reprenions le contrôle de notre argent, nos frontières, nos lois et notre politique commerciale », a-t-il ajouté, promettant de commencer « rapidement » les négociations avec l’UE pour arriver à un accord de libre-échange d’ici à la fin de l’année.

 

Trois ans de chaos politique

Le 31 janvier, une page se tournera donc après le chaos politique qui s’est emparé du Royaume-Uni depuis le référendum de juin 2016, remporté à 52 % par le « Leave ».

Pendant les plus de trois ans qui ont suivi, les Britanniques se sont déchirés sur le sujet et leur Parlement a rejeté l’accord négocié par l’ancien Premier ministre Theresa May sans proposer d’autre scénario. Mais la victoire écrasante des conservateurs au législatives anticipées de mi-décembre – possible notamment grâce à la décision de Nigel Farage et de son Brexit Party de ne pas s’opposer aux Tories – a mis un terme aux atermoiements du Parlement.

L’accord de Brexit négocié avec Bruxelles règle dans les grandes lignes le divorce en garantissant notamment les droits des citoyens et en réglant le casse-tête de la frontière irlandaise. Surtout, il vise à garantir un passage en douceur vers une relation future qui reste totalement à déterminer.

Il prévoit pour cela à partir du 31 janvier une période de transition courant jusqu’à la fin 2020, censée permettre à Londres et Bruxelles de s’y préparer. Les Britanniques continueront d’appliquer les règles européennes et d’en bénéficier, sans siéger dans les institutions européennes ni avoir leur mot à dire sur les décisions.

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

61 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • "Les Britanniques continueront d’appliquer les règles européennes et d’en beneficier, sans siéger dans les institutions européennes ni avoir leur mot à dire sur les décisions."

    Cette petite phrase en fin d’article semble cacher un loup...

     

    Répondre à ce message

    • Pas du tout en fait. Pas d’inquiétude.
      En termes de droit international, ça s’appelle la théorie de la succession des états.
      Par exemple, quand un pays prend son indépendance d’un autre, il garde l’ensemble des règles de l’autre pays qui lui étaient appliquées jadis, afin de ne pas avoir du jour au lendemain aucune loi, aucun droit...
      Mais une fois l’indépendance prise, le nouveau pays peut à son rythme détricoter s’il le souhaite la législation antérieure, de l’autre pays donc, afin d’en faire une législation à sa sauce.
      C’est juste pour éviter les ’’chocs’’ et de devoir voter 3000 lois en une nuit remplaçant les anciennes, pour éviter une période où il n’y aurait pas de droit régissant le transport aérien par exemple, la conduite, le livret A...

      Ici, ça se passera de la même manière.
      Pour les raisons indiquées, le droit européen mis en application au Royaume-Uni avant le Brexit continuera de s’appliquer, jusqu’à ce que les députés britanniques décident de les changer, en application des objectifs du Brexit.

      Autrement dit : l’impossibilité d’aider les entreprises nationales, de faire de la préférence nationale, qui est imposée par l’UE, continuera à s’appliquer après le Brexit car on ne peut pas avoir du ’’vide’’, une non législation sur le sujet. Il faut avoir des lois sur le sujet. Qui aillent dans un sens ou dans un autre. Le temps de la transition. Sinon, c’est l’anarchie.
      En revanche, ce sera au parlement britannique, une fois le brexit passé, d’abroger la loi de transposition des règles européennes empêchant l’aide aux entreprises nationales. Le brexit permet cela.
      C’est le travail parlementaire qui supprimera ou modifiera une à une les lois imposées par Bruxelles afin de répondre au souhait de la majorité qui a voté pour le Brexit.
      Puis ils supprimeront une autre loi imposée par l’UE, une seconde, etc...
      C’est juste que juridiquement, on ne peut pas effacer du jour au lendemain les lois européennes sans loi de remplacement. Et il faut du temps, quelques semaines, pour produire cette législation de remplacement.

      Cordialement.

       
  • Maintenant on attend que les Rosbeefs foutent toutes leurs CPA (chances pour l’Angleterre) dehors que que Londres redevienne une vraie ville anglaise,où il fera bon s’y promener comme au bon vieux temps du "swinging London"...

     

    Répondre à ce message

  • Il est malheureusement trop tôt pour que notre pays s’y mette ! C’est triste à dire, mais tant qu’ils ne seront pas obligés de bouffer la semelle de leurs godasses, les Français seront largués ! Il suffit de voir les résultats des dernières présidentielles ou de demander son avis à n’importe quel gusse manifestant actuellement avec une pancarte de la CGT pour comprendre qu’au moins 70 % de nos compatriotes se sont fait laver le citron par la doxa européiste. L’Europe, c’est la paix, n’est-ce pas ? Hé bien profitez-en bien, bande de veaux !

     

    Répondre à ce message

  • Une royauté qui respecte un référendum populaire, c’est suspicieux. Tout le monde sait bien que la royauté est un régime horrible et que seule le régime de la république maçonnique garantie un respect des aspirations populaires. Notre réferundum de 2005 en est la preuve. Les Britanniques sont entrain de se faire avoir, il faut leur envoyer Sarko de toute urgence.

    God save the ... euh, vive la république ... pardon, c’est l’émotion.

     

    Répondre à ce message

    • Opposer la royauté anglaise à la maçonnerie témoigne d’une grande inculture...

       
    • @ William

      Croyez bien que j’en sais un peu sur ce que vous sous entendez. Vous comme moi pourrions visiblement développer le sujet mais ce n’est pas le but de mon message initial. Je veux juste faire prendre conscience aux Français que être gaga du régime républicain, c’est ce qui nous mène à notre perte.

       
    • @Xilliam

      Il ne faut pas confondre l’Institution et son personneL

      Le personnel de la monarchie serait il entièrement du 33 degré, l’institution de la Monarchie, elle ne le sera jamais.

      Par exemple, vous pouvez dire que la Curie n’a plus rien de catholique et tout de la franc maçonnerie mondialisée. et que c’est devenu au fil des ans un repère de criminels mafieux.

      Mais l’Eglise comme Institution, reste catholique et immaculée.

      C’est pareil pour la Monarchie britannique

      Le prince Charles est une tâche.
      Ce n’est pas lui qui illustre l’Institution.
      C’est la Couronne qui le rachète de sa nullité.

      l’inverse est vrai :

      La république est une tâche qui foire tout e qu’elle entreprend.
      Et ses rares réussites, elle les doit à la France qui, par son talent la rachète de sa nullité.

      Par exemple, c’est De Gaulle qui par son talent (controversé) a permis à la V République (donc la république à son cinquième échec) de passer pour ce qu’elle n’a jamais été : française.

      Et depuis que De gaulle est parti, la République y a perdu son vernis et nous apparait chaque jour pour ce qu’elle a toujours été : anti française.

      Donc, Royaliste a raison.

       
  • Parti il y a plusieurs années aux UK pour changer d’air (c’était ça ou la rubrique faits divers), je suis ravi de la mise en oeuvre du Brexit et du respect des vrais principes démocratiques. Le peuple l’a remporté sur les élites à la loyale. Bien sûr, tout n’est pas rose et les loups de la City ont leur plan B mais tout de même c’est rafraichissant.

     

    Répondre à ce message

  • Cela prouve qu’avec de la persévérance, on peut arriver à ce sortir de cette merde européenne qui nous met dans des situations délirantes voir dans une prison .Les Anglais nous ont montré le chemin , j’espère qu’un jour les Français feront de même .De toute façon on ne peut continuer avec un tel "président" factice, des systèmes de retraite faites à l’emportent pièces qui ne sont que des exemples mortifères pour la population Française .
    Un jour il nous faudra sortir de ces mâchoires européistes qui ne servent qu’à broyer les peuples .Cette UE est un projet complètement raté de A jusqu’à Z pour le peuple, mais qui est en train de réussir pour les plus fortunés et les banquiers .Si nous n’arrêtons pas rapidement ce système pour reprendre notre indépendance, nous en survivrons pas .

     

    Répondre à ce message

  • Tant mieux pour les anglais, mais méfions nous des anglophiles béats qui exultent ! L’Angleterre n’a jamais été l’amie des européens et à toujours été notre ennemie héréditaire ! Faudrait pas l’oublier, ni oublier l’ignoble criminel Churchill qui a coulé notre flotte à Mers el Kebir en 1940 et assassiné tous les marins français par ce pearl harbor oublié ! Nos "alliés " soit disant ! ... la perfide Albion n’en a rien à foutre de l’Europe !

     

    Répondre à ce message

    • @ déclin



      Tant mieux pour les anglais, mais méfions nous des anglophiles béats qui exultent !



      On peut aimer le peuple Anglais sans être un anglophile béat.

      Ceci dit, je sens quand-même l’amertume chez les européistes béats dans cette nouvelle : et c’est franchement réjouissant.



      L’Angleterre n’a jamais été l’amie des européens et à toujours été notre ennemie héréditaire !



      Alors déjà, les Français ne sont ni européens (au sens germanique du terme étant donné que l’europe est entendu par Berlin comme étant un empire colonial), ni intrinsèquement blancs (on laisse ça aux racialistes) ni occidentaux ... ils sont Français. Et l’Angleterre a été moins souvent l’ennemi de la France que l’Allemagne.



      Faudrait pas l’oublier, ni oublier l’ignoble criminel Churchill



      Oui, ce salopiaud qui a protégé De Gaulle des tentatives d’assassinat de Roosevelt.



      qui a coulé notre flotte à Mers el Kebir en 1940



      Oui, l’armée basée outre-rhin qui a juste assassiné pas loin de 2 millions de français au XXème siècle n’existe pas, peut-être.



      et assassiné tous les marins français par ce pearl harbor oublié !



      Ce racisme anti-anglais affligeant dénote clairement de la vision parcellaire de l’histoire de celui qui le brandit.



      Nos "alliés " soit disant ! ...



      Dans le cas présent, nos "ennemis anglais" nous montrent le chemin à suivre. Aux idiots de ne pas en tenir compte.



      la perfide Albion n’en a rien à foutre de l’Europe !



      Europe qui n’exige de nos que des cures d’austérité, la fin de notre souveraineté et l’annihilation de nos acquis sociaux pour se mettre aux standards Roumains ... que les Anglais n’aient rien à foutre de ce genre de titanic historique est une preuve de bon sens.

      Bravo à toi de le souligner.

       
    • Vous parlez d’un événement qui a eu lieu il y a 80 ans. Vous avez pris des cours d’autres personnes de la même période qui va nous donner des leçons de morales et demander des kopeks ? Vous connaissez combien de français (de souche et de branche) ont fait leurs vies (et des gosses francophones) de l’autre côté de la Manche ? La différence c’est que nous pouvons éplucher les infos... nous partageons le même alphabet et la même religion. Vous avez sans doute pas entendu parler de nous car on ne decapite pas les gens dans la rue et nous ne sommes pas un secte

       
    • @Bayinnaung. Je vois que tu t’es reconnu en "anglophile béat ", c’est bien. Je te signale que le brexit n’est pas encore réalisé et permettra à terme, aux anglais de bénéficier de tous les avantages de l’UE (douane, circulation, etc...), sur notre dos, sans en avoir les inconvénients ! Le dindon de la farce, c’est toi et tous les peuples de l’UE ! Le Royaume-Uni est le toutou des USA en Europe et ça à l’air de te réjouir qu’ils aient davantage les mains libres pour mener leur travail de sape.

       
    • Hi, my dear Hggy. Pour avoir fait pearl harbor il y a 80 ans les japonais ont été vitrifiés par 2 bombes atomiques "démocratiques " ! Pour avoir fait pareil à Mers el Kebir contre la flotte française je n’ai pas entendu dire que l’Angleterre et son criminel Churchill avaient subi le même sort...

       
    • Bertrand - gardez votre mépris pour ceux qui le méritent car dans le passé votre espace culturelle a été sauver deux fois d’affilée par la force des bras anglais. Je tiens à signaler que le Japon de l’époque a commis des viols en série et des exécutions à l’arme blanche de manière industrielle et systématique. Si vous vous prenez pour Super Dupont afin de sauver la face je ne vous en veut pas. C’est une étape psychologique. Moi même j’ai traverser ce chemin il y a quelques années. On fait tous un effort pour s’en sortir.

       
  • "Brexit or not Brexit, that is not the question".

    Heu.... 2 secondes, peut-être que je me fais un film, peut-être que je me trompe mais je ne suis pour le moment pas de celles et ceux qui sabrent le champagne pour fêter une (?) victoire par procuration.
    Je subodore même que le scénario qui se déroule devant nos yeux (? faussement) ébahis est peut-être la parfaite illustration de ce dicton "quand le sage montre la Lune, l’idiot regarde le doigt".

    Je m’explique.

    De reports en reports, l’opinion publique qu’elle soit britannique ou pas se focalise désormais uniquement sur le mot "Brexit", voire l’expression "accord de Brexit".
    Le Brexit devient l’unique projet, l’unique but, l’unique obsession.

    Mais l’important dans toute cette histoire, n’est-ce pas ce que cet accord contient ?
    A ce jour je ne le sais pas précisément, peut-être que d’autres le savent ?
    Toujours est-il que les remarques détaillées par Nigel Farage sur son blog sont loin, très loin d’être euphoriques.

    Donc Brexit OK mais pas à n’importe quel prix et à n’importe quelles conditions...
    Wait and see...

     

    Répondre à ce message

    • Pour reprendre ce que dit Rougeyron : la différence entre Bojo & Farrage.
      C’est que Farrage voulait définitivement couler l’UE, quitte à faire de la GB le porte-avions économique et géopolitique des USA, de la Chine, de la Russie ou de tout autre pays qui pourrait couler cette ignominie qu’est l’UE.
      Bojo est plus, simple, il se fout bien que l’UE tombe ou se maintienne, du moment que la GB s’en trouve en dehors et qu’il l’arnaque jusqu’à plus soif.
      C’est peut-être en ça qu’on peut discerner une différence entre Bojo & Farrage et qui peut marquer des points de désaccords entre ces deux grands hommes politiques.

      A la fin, la conséquence reste la même : les élites européistes et leurs suiveurs l’ont définitivement dans le c... et autant on peut juger les prises de positions de Farrage peu enthousiastes ... autant il suffit de lire la presse européistes (de BFM à LCI) pour constater ce qu’est vraiment une très mauvaise nouvelle pour eux.

       

  • Les Britanniques continueront d’appliquer les règles européennes et d’en bénéficier, sans siéger dans les institutions européennes ni avoir leur mot à dire sur les décisio



    Avant : ils siégeaient au parlement mais n’avaient aucune influence sur la commission qui leur imposait ses ukazes.

    Après : ils ne siègent plus au parlement et n’ont aucune influence sur la commission qui voudrait leur imposer ses ukazes.

    Donc, le spectacle va commencer après le 31 janvier car il est tout à fait improbable que la GB comme conséquence de son Brexit accepte d’être toujours sous la tutelle de Bruxelles.

    Or, Bruxelles n’a pas d’armée et la GB a conservé sa propre monnaie.

    C’est kon, hein ?

     

    Répondre à ce message

    • Exactement, François !

      Que vont-ils faire ces fonctionnaires aux ordres de la ploutocratie européenne ? Aller eux-mêmes à Londres exiger des amendes si la GB refuse des immigrés à ses portes ?.. Ils vont aller faire chanter un pays souverain qui peut leur envoyer des agents du M.I.6. assez peu scrupuleux quand il s’agit de refroidir un ennemi de l’Angleterre ?

      Hé ! Hé ! Pour faire la morale à Salvini, pour menacer Tsipras ou pour appeler à matraquer avec plus de vigueur les Gilets Jaunes, ils sont très forts, il n’y a aucun doute là-dessus ... Mais face à un peuple qui refuse de se faire marcher dessus : là, on les voit tout de suite redevenir ce qu’ils ont toujours été.

      Une bande de vieillards corrompus et pervers, jouissant de leur petit privilège de technocrate face à des gens qu’ils ont réduit à l’impuissance, mais qui font sous eux dès qu’ils ont affaire à de véritables adversaire.

      Désolé, mais l’Angleterre n’est pas la Russie, vous ne pouvez pas appeler l’oncle Sam à la rescousse si celle-ci vous renvoie à vos contradictions ... Vous avez généré un ennemi obstiné, et rancunier, à vos propres frontières et vous boirez le calice jusqu’à la lie ; jusqu’à ce que cette UE de merde crève et ne laisse enfin partir les peuples qu’elle opprime et qui ont soif de liberté.

       
    • bayinnaug le meilleur commentateur de ce forum d,ER bravo mes amities !!

       
    • @issa et Bayinnaung A chaque commentaire partial et alambiqué de Bayinnaung, notre issa sort du bois pour formuler des louanges dithyrambiques sur les analyses de Bayinnaung. Curieux, non, d’avoir une admiratrice aussi fidèle, discrète et dévouée ?

       
    • @lézard



      A chaque commentaire partial et alambiqué de Bayinnaung



      Merci de le constater : oui je suis partial et j’en suis fier. Je prends parti toujours contre la connerie. Dommage que tout le monde ne le fasse pas, lézard.



      notre issa sort du bois pour formuler des louanges dithyrambiques sur les analyses de Bayinnaung. Curieux, non, d’avoir une admiratrice aussi fidèle, discrète et dévouée ?



      Déjà, je ne savais pas que j’avais une admiratrice (si c’est le cas, je suis très touché et je l’en remercie sincèrement) mais entre nous, lézard (qui semble avoir besoin de prendre une revanche), Issa, ça ne veut pas dire Jésus en Arabe ? Il me semble.
      Ce serait bien de se cultiver un peu avant de parler.

       
  • les anglais sont des gens intelligents. Ils avaient senti l embrouille de l Europe et de l €uro. Ils ont gardé leur monnaie qui est toujours forte.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents