Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pour Éric Fassin et France Culture, le racisme anti-Blancs est une fake news

Y a-t-il en France un racisme anti-Blancs ? C’est la question au cœur des Idées claires, notre programme hebdomadaire produit par France Culture et franceinfo et destiné à lutter contre les désordres de l’information, des fake news aux idées reçues.

 

 

Pendez les Blancs, la chanson du jusqu’alors peu connu Nick Conrad a suscité un tollé récemment et a relancé les débats autour d’un racisme dirigé contre les Blancs. Une notion que l’extrême-droite tente de populariser depuis les années 1980 et qui est aujourd’hui largement reprise par la droite.

Mais cette notion suscite la polémique et le débat existe toujours entre ceux qui estiment que le racisme ne peut pas s’exercer contre les représentants d’une ethnie ou d’un peuple majoritaire, en l’occurrence les Blancs en France, et ceux qui pensent qu’il y a de plus en plus de violence de la part des Français issus de l’immigration.

En 2014, la Cour d’appel de Paris a retenu la circonstance aggravante de racisme dans le cas d’une agression où les insultes « sale Blanc » et « sale Français » avaient été proférées. Peut-on alors parler de racisme anti-Blancs en France ?

C’est la question que nous avons posée à Éric Fassin, sociologue et professeur de sociologie à l’université Paris VIII.

 

Est-ce que le racisme anti-Blancs existe ?

« Le racisme anti-Blancs n’existe pas pour les sciences sociales, ça n’a pas de sens. En revanche c’est très présent dans le discours public, on en parle beaucoup : il y a un écart entre ce que racontent les disciplines scientifiques et ce dont on parle dans le débat public. Bien sûr, il peut y avoir des insultes, des agressions, mais est-ce qu’on a besoin d’appeler ça du racisme quand bien même on me dirait “sale Blanc” ?

Les sciences sociales de ce point de vue sont très attentives à dire : si on commence à reprendre à son compte le discours de l’extrême-droite qui nous dit qu’au fond tous les racismes se valent, on est en train de nier la réalité de l’expérience d’une partie importante de nos concitoyens et concitoyennes. Et dire qu’au fond, traiter de “sale Blanc” ou traiter de “sale Noir” c’est la même chose, c’est faire comme si quand on dit “sale Blanc” ça résonnait avec toute une histoire, avec toute une expérience sociale ordinaire et avec tous les discours politiques.

Je n’entends pas de discours politique anti-Blancs, je ne vois pas de discrimination à l’embauche ou au logement pour les Blancs, je ne vois pas de contrôle au faciès pour les Blancs. Donc les expériences sociales ne sont pas les mêmes pour tout le monde. »

Lire l’article entier sur franceculture.fr

Sur l’arnaque de l’antiracisme institutionnel, lire chez Kontre Kulture :

 

Un racisme de toutes les couleurs, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

74 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Est-ce que cette personne sait ce qui se passe en Afrique du Sud par exemple ?

     

  • Pour la énième fois, le racisme anti blanc, à la sauce hitlerienne, n’existe pas. Ceux qui en veulent aux « Blancs » le font par ressentiment mâtiné d’un fort complexe d’infériorité. C’est aussi l’os à ronger que nos maîtres vous balancent afin que de polémique en crêpage de chignons , le peuple se voit distrait et éloigné des vrais sujets -de souveraineté, ceux-là...

     

    • Je te garantie que le racisme anti blanc existe, même à la sauce hitlérienne. De nombreux noirs se sentent d’une race supérieurs aux blancs. Je suis noir et je sais très bien ce qu’il se passe dans ma communauté. Entre nous nous parlons des blancs comme des sales ordures, ce n’est pas un ressentiment c’est une haine profonde et qui un jour, j’en ai peur, va exploser.


    • "Pour la énième fois, le racisme anti blanc, à la sauce hitlerienne, n’existe pas"

      Tout à fait, la France accorde les mêmes droits à tous ses citoyens et donc le racisme qui considère qu’une race est inférieure à une autre ne peut pas avoir lieu.
      Après, il peut y avoir le sentiment pour des individus d’une "race" d’être supérieur aux autres, mais cela ne peut fonctionner que si les autres se sentent, eux, inférieurs.
      Perso, on peut me traiter de sale blanche, je n’aurai jamais le sentiment d’être inférieure à celui qui m’insulte, être détestée oui, mais inférieure, non et que je sache la loi n’interdit pas qu’on déteste son voisin, elle interdit juste qu’on lui nuise.
      Je pense que tant que les tribunaux accorderont des petits billets de banque en réparation au "préjudices" des victimes d’agressions dites "racistes", il y aura toujours une majorité d’entre eux pour se sentir ’inférieurs" à leurs agresseurs.


    • @ Michel,

      Et au nom de quoi cette haine, je peux savoir ?

      Au nom de l’esclavage ? Bernard Lugan a démontré qu’il était faux de le faire porter aux blancs exclusivement, que les noirs avaient aussi participé, et que les arabo-musulmans étaient ceux qui avaient en réalité le plus sévi.

      Au nom de la colonisation ? La colonisation en réalité n’a pas enrichi les français, au contraire, elle nous a coûté très cher, et dans ce cas, il faudrait s’en prendre aux élites qui l’ont menée et aux grandes entreprises qui en ont profité, le peuple lui n’y est pour rien, il a même perdu des membres de sa famille envoyés lors des guerres de décolonisation, et il paie depuis quarante ans très cher l’immigration-réparation, à hauteur du déficit budgétaire de la France et de son endettement. Il le paie aussi par le remplacement de sa population et la disparition de son propre pays.

      Au nom des conditions de vie en France ? La plupart des français sont aussi dans la merde, financièrement parlant, et vivent très mal, si ça peut vous rassurer...

      Bref, autant je peux concevoir votre ressentiment, mais visez juste, et faites en quelque chose de constructif, s’en prendre à des gens qui n’ont rien fait ne vous grandira pas et ne vous apportera rien de bon, en revanche, cela fera le bonheur de ceux qui orchestrent la misère des pays partout où ils passent.


  • Aucune analyse objective, juste de l’idéologie politique.

     

    • Wikipédia, une synthèse !

      Éric Fassin est un sociologue français, professeur de sociologie à l’université Paris VIII - Saint-Denis-Vincennes.

      Ancien élève de l’École normale supérieure, où il est entré en 1979, Éric Fassin est agrégé d’anglais. En 1995, il participe au stage Young Leaders organisé par la French-American Foundation.

      Il est chercheur à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (sciences sociales, politique, santé), unité mixte de recherche associant le CNRS, l’Inserm, l’EHESS et l’université Paris 13 Nord. Sociologue engagé dans le débat public, affirmant voter « pour la gauche, si médiocre et modérée fût-elle », mais récusant le qualificatif de « sociologue de l’ultra-gauche », il travaille sur la politisation des questions sexuelles et raciales, en France et aux États-Unis.

      Chargé de cours à l’Institut d’études du genre de l’université de Genève, il est l’introducteur en France de la pensée de Judith Butler qui interprète le jeu avec les codes normatifs du genre ou de la classe sociale comme un acte politique et identitaire. En 2006, il préface la parution française de Trouble dans le genre.


  • "Monsieur Eric joue les lointains", il n’a qu’a faire un tour dans certains coins de notre riant pays ou mieux en quelques heures d’avions, il pourrait peut être aller en Afrique du Sud, vérifier si tout va pour le mieux dans la "Nation Arc-En-Ciel".

    Ca fait bien longtemps que les ondes de la station officielle d’Etat, ne parle plus ni de France et encore mois de Culture.


  • Bien sur que le racisme anti-blanc existe, il ne faut as avoir fait des études supérieures pour le savoir .


  • (…) si on commence à reprendre à son compte le discours de l’extrême-droite qui nous dit qu’au fond tous les racismes se valent (…)

    Si un « facho » (c’est le terme qu’emploient communément ces braves gens pour parler de toute personne ne sacrifiant pas au discours mondialiste dominant, qu’il se revendique ou non de « l’extrême droite »), si un « facho », donc, dit que le soleil se lève à l’est, il faudra se persuader du contraire ? On voit à quel point on abdique toute logique, tout bon sens dans cette obsession idéologique.
    De plus, c’est une singulière conception de « l’antiracisme » que de penser que certains racismes sont, en soi, plus condamnables que d’autres. Évidemment que toutes les formes particulières de racisme se valent si on prétend combattre l’idéologie raciste. Mais n’est-ce pas la raison fondamentale de la création du terme erroné d’antisémitisme ? Eh oui ! Tous les chemins mènent à Jérusalem. Aporie confinant à la débilité profonde… On ne demandera pas à ces petits soldats de mobiliser le neurone unique qu’ils se partagent pour comprendre la différence entre xénophobie et racisme… « ça ferait le jeu de l’extrême droite » !
    Pour moi, traiter quelqu’un de « sale Blanc » ou de « sale Noir » est la manifestation d’une même crétinerie.

    Si on a quelque notion de ce qu’est une race (je sais : il paraît que les races n’existent pas… c’est « scientifique » !), on devrait admettre que Maghrébins, Arabes , Perses, Afghans, etc. sont blancs. Qu’on déteste les « bougnoules », c’est une chose, mais ce faisant, on déteste des Blancs. De ce point de vue, Bellatar et Cassen (deux « frères blancs ») partagent une même confusion.

    Devoirs du soir : les Peuls, les Masaïs, les Éthiopiens, sont-ils Noirs ? Les Quechuas et les Inuits sont-ils Rouges ou Jaunes ? Dieudonné est-il plus Noir que Blanc ou plus Blanc que Noir ?

     

  • Il a raison sur beaucoup de point.

    Le racisme anti-blanc est un épiphénomène en France car les basanés n’ont aucun pouvoir politique, économique et policier.
    Prendre au premier degré les insultes (souvent ironique d’ailleurs) sur les belges, portugais, français ou anglais pour confirmer un racisme anti-blanc, ce n’est pas très sérieux quand on connait la réalité du terrain.

    Un racisme anti-blanc en Afrique du Sud, surement vu leur histoire mais en France c’est marginal.

     

    • .... Que dieu m’accorde la patience !

      C’est marginal pour l’instant, car le phénomène en est a ses balbutiements. Deja,dans le discours public, l’etranger a préséance sur le Francais de souche.., meurtres, humiliations... bon, pouvez vous seulement comprendre...

      Faites vous exprès ?


  • Fassin le sophiste.

    La barbarie c’est quand les sophistes régent sur la cité. Un sophisme par phrase c’est un exploit, le problème c’est que c’est un exploit diffusé, écouté et enseigné.

     

  • Juste comme ça, la discrimination positive par exemple, ce n’est pas une discrimination à l’embauche pour les blancs ?

    J’ai la petite quarantaine, j’ai grandi dans le 95 au milieu des cités dans une ville coco. En tant que française de souche, j’ai toujours fait partie des minorités à l’école, puisque les classes étaient surtout composées d’arabes... Quelques noirs, quelques portugais. Sale française, je l’ai entendue très jeune. Une fois je me suis faite agresser, à la sortie du lycée, par de jeunes arabes dont l’une estimait que je l’avais mal regardée. L’année dernière, c’est mon fils, un petit blondinet pour ne pas arranger les choses, qui s’est fait tabasser par un Mohammed. Quand je vois le pataquès qu’il y a eu lorsqu’un enfant juif était tombé à cause d’un croche-pied... Mais quand il s’agit d’un français, on n’a pas le droit de dire que - peut-être - que l’agresseur en face a agi par racisme. Le fait d’être une personne racisée comme on dit, de couleur, vous rend de façon magique et instantanée, doué des meilleurs sentiments et des meilleures intentions envers les autres.

    Enfin, à l’auteur de cet article... On voit que vous ne fréquentez que les beaux milieux...


  • Sa petite suffisance Fassin aime les arguments spécieux et d’autorités.
    Je suis les sciences sociales contre la bête immonde qui osent se plaindre.
    Le racisme anti-blanc n’existe pas puisque c’est un argument de droite, seul existe les arguments de gauche comme les gender studies que monsier Fassin affectionne. Jean-Marie Lepen a osé dire que deux plus deux faisait quatre c’est donc faux, deux plus deux font cinq c’est sa suffisance Fassin qui vous le dit.


  • Que ces gens nous font du mal !


  • Preuve supplémentaire (s’il en fallait) que les sciences sociales n’ont de sciences que le nom.
    Ce monsieur est un professionnel du baratin, niant le réel pour faire le malin.


  • Ce type doit s’imaginer qu’il produit des raisonnements.
    Je comprends mieux la débilité des sociologues quand je vois leurs professeurs.


  • "Les blancs dans leur ensemble ne subissent pas exactement le même type de discriminations que les autres (embauche au faciès, etc...) donc il n’y a pas de discrimination et si on dit sale blanc ce n’est pas raciste mais juste une insulte."

    C’est un sophisme assez généralement proféré par ce genre d’universitaires, malheureusement.

    Apparemment l’immense majorité des praticiens des pseudosciences sociales ne sont mêmes plus capables de produire autre chose par défaut que du Lyssenkoisme a peine emballé dans par des arguments fallacieux mal dégrossis, et sans même sembler s’en rendre compte.

     

  • "je ne vois pas de discrimination à l’embauche ou au logement pour les Blancs"

    C’est en train de changer dans tous les grands groupes FR qui favorisent déjà, à compétence égale, l’embauche de personnes issues de l’immigration, voire même directement d’étrangers.
    La discrimination positive est une réalité qui prend forme.

     

  • catastrophique cette "bien pensance" , cela confine à une carence cognitive doublée d’une veulerie intégrée comme notion de bien.

    c’est une synthése du discour sos racisme . en fait il est typique de ces eugénistes qui font de l’eugénisme sans le savoir...

    son argumentation est aussi rigoureuse que : "le ciel on me dit qu’il est bleu ,mais moi je pense pas , je pense que c’est un conditionnement social ".


  • il me donne l’impression d’une téte sans corps ,perdu dans ses abstractions intellectuelles alambiquées mais inopérantes . un ballon à l’helium que l’appareil d’état ballade sur les antennes radios ...


  • Ce qu’il y a de bien avec la lutte anti-faiquenuouse et anti-complotiste c’est que cela nous révèle de façon de plus en plus flagrante les impasses des dogmes des droits de l’homme démocratique et l’imposture universitaire avec son armée de spécialistes (les curés des sciences-humaines étant particulièrement gratinés).
    Cela révèle aussi l’impasse de l’opposition pro-anti qui enferme, ces oppositions ne sont que les deux faces d’une même pièce rouillée.
    En continuant d’écouter France culture j’ai une jauge de la décrépitude de cette idéologie, et l’issue est de sortir de ce dualisme stérile.(par la triade, la dialectique et bien sur la Trinité).


  • La force des propos indigents c’est qu’il est trop laborieux de les réfuter, plus un argument est idiot plus il faut revenir loin en arrière vers les fondamentaux non acquis pour en démontrer les sophismes.

    C’est l’atout maître des gauchistes et autres immigrationistes, par exemple et dans une version simple un journaliste va nier une réalité en s’appuyant sur des chiffres officiels, si vous les contestez il va falloir que vous démontiez la totalité du processus de trucage point par point, alors même que l’énoncé apparait comme grossièrement falsifié pour quiconque possède un cerveau et n’ habite pas sous la mer.

    C’est un peu comme une automobile dont il faudrait démonter le moteur et les pneus pour vider le cendrier...

    Bien entendu c’est infaisable en public, vous serez contredit avec un air offusqué à chaque articulation de votre démonstration par d’autres contre-arguments malhonnêtes, comme un tir de barrage, tranchée par tranchée, traité de complotiste, vous lasserez tout le monde très vite et d’abord vous même, vous incarnerez le pénible, le parano, depuis peu on suggérera la psychiatrie.

    Alors pour suivre l’enseignement de Mao Tse Toung que la vioque De Bavoir admirait je propose de te déconstruire toi même, Eric faquin, en t’expédiant à la campagne deux ou trois ans participer bénévolement au renouveau de la petite agriculture de proximité non mécanisée dans un sobre pyjama noir, car déconstruire les mythes ne suffit plus, il convient également de déconstruire les miteux, puis de déconstruire la déconstruction et enfin les déconstructeurs.

     

  • Personnellement, ayant adopté du racisme la seule définition qui ait selon moi une valeur, celle de croyance en la supériorité de certaines races (ou ethnies) sur certaines autres, je ne vois pas beaucoup de racisme autour de moi. Plutôt des problématiques socio-culturelles qu’il est simpliste voire malhonnête de qualifier de racisme.

    C’est comme la notion de haine, qui n’a pas davantage fondement juridique sérieux. L’introduction de notions de ce genre dans le Code pénal a été le début de la fin de la justice en France, tant ces notions ont été pensées pour être détournées afin d’en faire des armes contre la dissidence.


  • Cette lecture du monde simpliste, qui voudrait que tous les occidentaux soient des privilégiés et tous les autres des victimes, a assez duré. La réalité nous a rattrapés, nous n’y croyons plus. Pas la peine d’enfoncer le clou donc, si ce n’est pour en réveiller d’autres, ce qui au final, est toujours utile.


  • Sans doute est-il plutôt victime du racisme anti-cons.


  • Le concept de débat contradictoire a disparu en France avec Mitterand et personne ne se souvient que cela ait jamais existé.

    Je trouve mignon que cet individu soit choqué par le fait que les gens qui vivent réellement dans le pays ne valident pas les assertions infondées d’une activité parasitaire de loisir telle la science sociale, cette branche fantaisiste pour étudiantes universitaires.


  • Le racisme anti-blanc existe
    Sauf pour certains universitaires qui vivent en vase clos
    D’autre part si le racisme anti-blanc n’existait pas dans les faits
    Ca voudrait dire que les blancs sont moralement inferieurs
    Ce qui validerait une theorie de supremacisme moral non blanc
    Purement raciste anti blanc.
    Le racisme anti goy est tres present dans certains milieux aussi
    En gros tout le monde est raciste et les communautés les plus racistes et supremacistes se font passer pour des modeles de tolerance tout en traitant de racistes ceux qui ne font pas partie de leur communauté.
    Le racisme est un outil de manipulation politique avant tout.


  • encore un bobo qui vit au pays des bisounours et des fraises des bois et qui n’a jamais mis un pied dans le 18 ème arrondissement de Paris ou dans ses alentours pour y constater que le blanc est très minoritaire dans ce qui fut jadis un quartier populaire de la capitale et que les mondialistes ont transformé en cloaque.
    quant une femme dois raser les murs et ne plus sortir à certaines heures pour ne pas se faire insulter par les nouveaux arrivants c’est pas du racisme anti-blanc bien sur...


  • #2059816

    Le racisme est une arnaque.
    Il lui faut des victimes.


  • Et dire que ce monsieur est sociologue, professeur universitaire de sociologie et en plus ramène sa fraise sur France Culture, mais c’est un imposteur tout simplement.

     

  • #2059824

    De quelle couleur sont les juifs ?
    Fassin est donc en train de nier l’existence de l’antisémitisme. J’ en connais qui ne vont pas être contents ! Les nazis n’étaient donc pas racistes.
    Ce ne serait pas du négationnisme ?


  • Ils confondent racisme et choc des cultures .C’est comme la cuisine, tous les ingrédients ne se mélangent pas, sinon c’est immangeable .

    ( Le racisme anti-blanc n’existe pas pour les sciences sociales)

    Eh bien , je lui conseille de retourner à ses études, car la culture et la race ne sont pas des sciences sociales, maïs des visions et des habitudes culturelles qui ont quelques fois des milliers d’années .Je pense plutôt que les sciences sociales ont des visions politiques



  • Je n’entends pas de discours politique anti-Blancs, je ne vois pas de discrimination à l’embauche ou au logement pour les Blancs, je ne vois pas de contrôle au faciès pour les Blancs. Donc les expériences sociales ne sont pas les mêmes pour tout le monde. »



    C’est la que ca devient juteux.

    Aurais-tu des statistiques ethniques pour supporter tes propos ? Oops non, c’est interdit en France.

    Voudrais-tu des statistiques ethniques en France sur qui se fait le plus agresser et par qui ?

    Oh il a pété...

     

  • #2059831

    Éric Fassin est ouvertement raciste, et incite au racisme :

    - Les gens au Pouvoir sont Blancs, donc, ne vous plaignez pas !

    Dois-je être solidaire d’ escrocs sous prétexte qu’ils sont Blancs ?
    Dois-je être solidaire de Jean-François Copé ?

    Le racisme est une arnaque entretenue, et ce petit spécialiste qui s’honore de titres universitaires délivrés par ses semblables en soumission est un de ses fonctionnaires.


  • Dans une société multiethnique, confessionnelle, culturelle et autres différences de couleur de peau, il y aura toujours un racisme de n’importe qui vers n’importe qui, les lois ne seront utilee en quedal pour éviter tel ou tel racisme, juste rappeler qu’ils existent et existeront.
    Le plus grave est la manipulation de ces différences comme nos chers natio sionistes du genre Zemour et consorts, ils me foutent la gerbe pour leur sournoiserie racialiste.

     

  • Qu’il demande l’avis de Patrice Quarteron, ou qu’il visionne son intervention sur Radio Sud, sortant d’une bouche d’un black ça le fera réfléchir l’autoproclamé expert des sciences sociales.


  • Je suis blanc ,j’ai 42 ans,j’ai trois grosses à charge,je sais à peu près tout faire de mes dix doigts,j’ai une élocution et une présentation correcte,je n’ai aucune formation,j’ai quelques condamnations à de la prison ferme(y a 20 ans)j’habite une zone à forte concurrence étrangère (quartier nord de Marseille)
    je galère depuis 3 ans de petits boulots en petits boulots et je pense être victime de racisme anti-blanc.
    je m’explique,
    - dans le privé de plus en plus de chef de service maghrébin avec des équipes pratiquement 100% africaine (bâtiment,nettoyage)que j’ai ressenti assez revencharde sur l’homme Blanc mais le milieu qui m’a plus choqué est celui de la livraison complètement occupé par les salafs !
    - dans le public:racisme anti-Blanc venant des blancs(discrimination positive oblige)impossible de se faire embaucher,tout les postes les moins qualifiés sont réservés à nos frères de couleur et si en plus votre CV est un peu chargé là c’est perpet
    et quand je croise mon pote Karim avec qui j’etais aux gamelles en 1999 et qui s’est fait embaucher à la ville de Marseille (le saint graal)je me pose des questions.
    enfin ,pour finir sur une note plus positive ,
    ayant quelques talents d’imitateur,un peu de vocabulaire ritano (avec le temps)et un prénom qui peut paraître espagnol j’ai réussi à décrocher quelques remplacements aux poubelles pour un privé en me faisant passer pour un gitan.

     

    • Discrimination positive ou plus de facilité pour les employeurs d’annoncer un salaire de misère à des mecs de couleur ? Toujours est-il que sur ma commune on est en train d’installer la fibre. On sonne à la porte : 4 techniciens, dont pas un seul français de souche. J’ai remarqué la même chose chez les livreurs de la poste ou de chez Colis privé par exemple : pas un seul blanc...


  • Francedésinfo/France Inculture où la sociologie partisane du déni du réel. La sociologie avec les yeux de gauche ne sert à rien.


  • Je ne suis pas complotiste, ça vient de Wikipédia :)

    Ancien élève de l’École normale supérieure, où il est entré en 1979, Éric Fassin est agrégé d’anglais. En 1995, il participe au stage Young Leaders organisé par la French-American Foundation.

    Chargé de cours à l’Institut d’études du genre de l’université de Genève, il est l’introducteur en France de la pensée de Judith Butler* [réf. nécessaire] qui interprète le jeu avec les codes normatifs du genre ou de la classe sociale comme un acte politique et identitaire. En 2006, il préface la parution française de Trouble dans le genre**.

    (*) Judith Butler est née à Cleveland dans l’Ohio. Elle est issue d’une famille juive et a reçu une éducation religieuse. Elle se définit aujourd’hui comme « juive anti-sioniste »

    (*) Trouble dans le genre (titre original : Gender Trouble) est un essai philosophique de Judith Butler qui a eu beaucoup d’influence sur le féminisme et la théorie queer. « Le sous-titre original l’indique clairement : il s’agit de penser ensemble le « féminisme » et la « subversion de l’identité ». Autrement dit, comment définir une politique féministe qui ne soit pas fondée sur l’identité féminine ? » Judith Butler est reconnue pour avoir inventé le terme « performance du genre » dans ce livre.


  • "Je n’entends pas de discours politique anti-Blancs, je ne vois pas de discrimination à l’embauche ou au logement pour les Blancs, je ne vois pas de contrôle au faciès pour les Blancs."

    => que ce monsieur sorte de son labo de recherche et de sa banlieue résidentielle. Qu’il prenne les transports en commun. Qu’il scolarise ses enfants en ZEP. Qu’il fasse une demande de logement social. Qu’il vienne vivre lui-même la mixité sociale et la discrimination positive qu’il promeut. Qu’il vienne découvrir la France périphérique autrement que dans les publications universitaires.

    Cela dit, c’est un homme blanc de plus de 50 ans. Peut-être qu’il changera bientôt de discours.

    En attendant, ces types sont coupés du réel et c’est à eux que l’on offre des tribunes pour dire l’opinion et parler au nom des Français.


  • Autisme radical !

     

    • Salut les camarades,

      Je suis en train de terminer le dernier bouquin d’Obertone " La France interdite", et je vous invite à le lire, il analyse très bien ce phénomène, comme l’ont fait beaucoup d’intervenants ici.

      Je ne sais pas si Obertone est apprécié ici, aussi peut-être ce commentaire sera-t-il zappé ... ?

      Je dis ça que vu qu’il est dité chez Ring, je crois que Monsieur Soral n’apprécie pas trop cet éditeur, enfin c’est ce que j’ai pu comprendre.

      En attendant cette lecture papier, un peu de lecture sur écran :

      https://www.agoravox.fr/actualites/...

      Adishatz

      H/


  • La subtilité est au début de l’article : c’est une question de définition. Pour le sens commun, un « racisé » peut être raciste envers les blancs. Pour les juristes, tout « non-blanc » peut être raciste envers les blancs. Pour les sciences humaines (les sociologues uniquement ?) le racisme envers les blancs n’existe pas.

    Evidemment, pour les médias, seule la définition des sociologues est valable et doit être relayée.

    Il faudrait trouver la référence exacte de cette décision de la Cour de Paris et un lien hypertexte pour pouvoir l’objecter aux tenants de la définition sociologique sur tous les canaux de débats.


  • Le propos n’est pas entièrement faux : le racisme contre les noirs n’est pas le même que celui contre les blancs... mais c’est un racisme quand même !
    Et je ne sais pas s’il se rend compte qu’avancer la thèse qu’il avance peut être considéré comme raciste justement !

     

    • Le racisme anti-Blancs tue,blesse et handicape,causant séquelles physiques et/ou psychologiques à ses victimes,tout le reste est de la littérature ou de la branlette intellectuelle sociologique à l’usage des gauchistes bienpensants et des autochtones contaminés par le virus idéologique de la "haine de soi" qui touche aujourd’hui même nos élites apatrides.
      Se faire discriminer à la location d’un logement à coté c’est du pipi de chat !!!


  • Souvenons nous des propos d’anne Lauvergeon qui continue de sévir à la tête d’Areva :
    https://m.youtube.com/watch?v=awEsH...


  • Les enfants de Lyssenko !


  • "Je n’entends pas de discours politique anti-Blancs, je ne vois pas de discrimination à l’embauche ou au logement pour les Blancs, je ne vois pas de contrôle au faciès pour les Blancs. Donc les expériences sociales ne sont pas les mêmes pour tout le monde. ".Eric Fassin.
    Ce faux-cul d’expert de mes deux instrumentalise la question raciale pour camoufler la question sociale !!!
    Pas de discrimination à l’embauche ni au logement pour un millionnaire kenyan,mauritanien ou libanais,par contre discrimination à l’embauche pour les gro(sse)s,les "sans-dents",les laids,ceux qui ont les cheveux trop longs ou trop courts etc... et un black au look bobo/BCBG qui bosse dans le tertiaire et s’exprime bien en français trouvera beaucoup plus facilement un appart que Kevin le p’tit blanc au SMIC qui a grandi en cité ou Stéphane intermittent du spectacle avec son crâne rasé et sa boucle d’oreille à l’arcade ou sur le nez.
    Après quand tu vois les gorilles analphabètes de la LDA éructant leurs borborygmes haineux,t’as pas envie de leur louer quoi que ce soit à part une cage dans un zoo !!!
    La société française est une société de caste,après bien sûr il y a certes encore du racisme résiduel venant de la majorité blanche et de culture chrétienne envers les minorités mais il est amplement balancé par les réseaux communautaires et la discrimination positive masquée en vigueur depuis les années 90 dans les grandes boites et la fonction publique et qui s’exerce aujourd’hui au détriment des intérêts de l’autochtone blanc lambda...
    Ce genre de discours sur la discrimination à l’embauche ou au logement des minorités raciales était encore (à moitié) recevable dans les années 80,aujourd’hui un skinhead nationaliste ou même un jeune au look "heavy-metal" autochtone est cent fois plus discriminé que n’importe quel descendant d’africain ou de maghrébin !!!




  • si on commence à reprendre à son compte le discours de l’extrême-droite qui nous dit qu’au fond tous les racismes se valent, on est en train de nier la réalité de l’expérience d’une partie importante de nos concitoyens et concitoyennes.




    Ce que nous dit cet ahuri, c’est que tous les racismes ne se valent pas. Pour lui, il y a donc le mauvais racisme et puis il y a un racisme acceptable...

     

    • Très juste,

      Il y a le racisme qui rapporte et sert les intérêts des maîtres de ce monde, ennemis invétérés de l’humanité toute entière, toutes races comprises, puis le racisme qui ne leur permet pas d’installer partout leur paradis multiculturel, fait de discriminations, de tensions, de conflits, de violences et de meurtres.


  • Les promoteurs du “racisme antiblancs” en France sont des sionistes et cela à plus d’un titre et vous le savez. Ils ont promu la détestation de la France. Ils savent allumer le feu, puis jeter de l’huile dessus. Pour monter les gens les uns contre les autres, les sionistes sont très forts.



    comme Jean-François Copé, qui parlent de racisme anti-Blancs, mais aussi des associations antiracistes, en particulier la Licra



    Gilles-William Goldnadel (aout 2017 dans valeur actuellement israelienne) :



    [LE BLOGNADEL] - Oser nommer et combattre le racisme anti-blancs



    (19/02/2011 dans le figaro)



    Après la condamnation justifiée, mais devenue obsessive, du racisme pratiqué par les Blancs, nous voici ouvertement passés au racisme anti-Blancs. D’où la question blanche.



    Ceux qui se sont toujours octroyés le droit et le pouvoir de désigner le raciste et de le poursuivre devant les tribunaux de la “justice à nous ” avec leurs associations communautaristes, sont les professionnels de la manipulations et du désordre. Ils savent y mettre le temps qu’il faut et les efforts qu’il faut. Goldnadel est un stakhanoviste du racisme anti-blancs.


  • L’anti-racisme c’est le racisme anti blancs qui ne dit pas son nom.
    L’anti racisme c’est le nom de code pour anti blancs.


  • #2060591

    Le racisme anti-Blancs ça n’existe pas ?
    J’aimerais savoir ou habite cet énergumène ???
    Certainement pas à Gennevilliers, ni à Corbeil-Essonne ; Aulnay-sous-bois ou à Trappes
    D’ailleurs Éric Fassin a bien de la chance de bosser à France Culture et franceinfo parce-que s"il habitait à Arnaud-Bernard à Toulouse ou à la Goutte d’Or à Barbes ou même aux Minguettes Venissieux pour trouver un boulot dans le kebab du coin ou dans la boucherie halal ou dans le magasin de fausses tresse, d’épices ou de perruques afros, je sais pas s’il trouverait avec sa face de craie comme ils disent , je pense pas que ça ai un rapport avec son CV, mais je peux me tromper, c’est surement mon mon intégrismo-fascismo-racismo-homophobo-obscurantisme de vieux mâle blanc qui me fait dire ça
    You’re fucking a white male


  • MDR le mec se cache derrière les sciences sociales... qui ne sont en rien scientifiques...


  • "Le racisme anti-blanc n’existe pas pour les sciences sociales, ça n’a n’a pas de sens ; mais en revanche, c’est très présent dans le discours public, on en parle beaucoup. Il y a donc un écart entre ce que racontent les disciplines scientifiques et ce dont on parle dans le débat public."

    Ah bon ? pouvez vous donc nous en faire la démonstration, "scientifique" ?
    De par mon expérience de vie, je suis choqué ; mais la mienne a-t-elle autant de valeur que celle de M. Lévi-Strauss, colon pédophile au paradis des indiens d’Amérique ?

    Et il va me dire que tous ces présidents et ministres pour qui je n’ai jamais voté sont blancs. Ok, mettez moi l’assassinat de Kadhafi sur le dos puisque je suis de la même couleur que Sarkozy, tant qu’on y est...
    La même logique de racailles qui m’ont agressé à maintes reprises en me prenant pour un crypto-sioniste car je suis blanc, blond aux yeux clairs et bien français...

     

    • Effectivement, on nous fait tout porter dans cette histoire, tous les crimes du passé, du présent et mêmes les hypothétiques crimes qui pourraient être commis dans le futur au nom de la "haine", or, c’est bien nous qui prenons le plus, et cela ne peut plus durer, il est temps que les allogènes nous prouvent maintenant à leur tour qu’ils sont eux aussi capables de faire preuve de discernement et qu’ils cessent de se tromper de cible. Eux aussi ont une responsabilité dans l’avènement d’une guerre civile en France, ou dans une sortie par le haut du chaos dans lequel on veut sciemment tous nous entrainer.


  • Que ce mâle blanc de plus de 50 ans se rassure : le racisme anti-blanc n’existe pas.
    Avec une casquette américaine, tête rasée ou encore arborant les dread-locks, vêtu de "street wear", on peut encore se faire accepter dans la rue.


  • Bonjour, je me suis donné la peine de regarder des conférences de Mr Fassin, 2 sur le genre et 1 sur le populisme et certains de ces articles. C’est le trés talentueux Maurice gendre qui le conseillait dans une conférence. À chaque fois c’est la même Lithanie pénible : le sujet est (je pense sciemment) pas ou mal définie, du coup le 3/4 de l’intervention n’est qu’une vague introduction (à son délire ??), un développement bâclé à base de citation d’autres chercheur (heureusement c’est trés bref) et une conclusion "nous on est le bien". Bref,normalement tu passes pas le cm2 et ce n’est pas une blague ! On assiste au syndromes kev adams, car ce type est le "spécialiste" qui a le plus de temps d’antenne (selon les stats médiamétrique de 2017 je crois).


  • « Je n’entends pas de discours politique anti-Blancs »
    Ha bon, moi je connais Houria Bouteldja, le PIR, j’entends quasiment tous les partis qui me disent que l’immigration massive dérégulée est une bonne chose et que c’est être un horrible fasciste que de refuser la transformation de quartiers entiers en ghettos où vivent uniquement des allogènes, et j’entends les mêmes qui parlent (légitimement) d’impérialisme quand on transpose le même discours à l’Afrique ou l’Asie... Curieux, non ? Sans compter que le simple fait d’arborer un drapeau français (hors périodes foot) ou clamer « fier d’être blanc » me classera immédiatement dans les heures les plus sombres.

    « je ne vois pas de discrimination à l’embauche ou au logement pour les Blancs »
    Moi je vois des quotas, de la « discrimination positive » (charmes de la novlangue), des colloques réservés aux « racisés », des logements sociaux prioritaires pour les non-Blancs, des postes très bien payés (notamment dans les médias) où on peut avoir une place simplement parce qu’il ne faut plus de mecs blancs hétéros cisgenres, et puisqu’on parle d’embauche, en tant que Blanc j’aurai malheureusement pas non plus l’excuse systématique du « racisme » quand on me refusera un emploi, alors qu’en vrai j’aurai pu être refusé car je serai venu en survêts et en parlant au recruteur comme à mon pote.

    « je ne vois pas de contrôle au faciès pour les Blancs »
    C’est sûr que les cadres métis BCBG ou les Saoudiens qui font régulièrement leur shopping sur les Champs subissent bcp de contrôles au faciès. Par contre, dans les quartiers sensibles.... mais j’y pense, ce ne serait pas là qu’il y aurait le plus de criminalité ? Ceci expliquant peut-être cela ? C’est certes dommageable (et anormal) pour la minorité honnête, pétrie de valeurs et intégrée issue de l’immigration, nous sommes d’accord, mais le monde sous-tendu par ce genre de discours (luttes horizontales) est un affront à l’humanité elle-même, et ne sert que les mêmes maîtres

    En bref, quand on vit dans le Marais, on voit pas grand-chose. Et effectivement c’est le lol ultime de citer « les sciences sociales » alors que celles-ci (outre-Atlantique) viennent de se faire troller en bonne et due forme pour leur vacuité et leurs biais idéologiques (recherchez Helen Pluckrose, James Lindsay et Peter Boghossian)


Commentaires suivants