Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pour comprendre la période actuelle : lire L’Imposture de Jean-Michel Vernochet

L’auteur de ces lignes n’a lu de Renaud Camus que ses tweets, et il a hésité quelques minutes chez un bouquiniste devant son Répertoire des délicatesses du français contemporain avant de se raviser. Il n’est sans doute pas le seul. Il y a déjà trop à lire et l’œuvre de ce Camus occuperait plusieurs étages de la plupart des étagères. Le temps dira s’il mérite lui aussi une place dans l’histoire de la littérature. Nous le lirons un jour, promis. Il peut en tout cas se targuer d’avoir introduit dans le français contemporain l’expression « Grand Remplacement », commentée à l’infini depuis une quinzaine d’années.

 

C’est par une discussion de cette notion et de ses limites que Jean-Michel Vernochet entame son essai L’imposture, sous-titré La décomposition planifiée de l’État souverain. Camus pointe du doigt le symptôme qu’est l’invasion migratoire, sans jamais s’attaquer à ses causes. S’il insiste sur la véracité de ce Grand Remplacement dans les premières pages, Vernochet propose de l’expliquer par autre chose que la seule volonté de puissance des peuples du Sud, d’où le sous-titre de son ouvrage.

Un État souverain, en effet, maîtrise ses frontières. Il n’est pas par nature dans son intérêt d’encourager la libre circulation des biens et des personnes. Or celle-ci a lieu et est encouragée, et les gouvernements nationaux se font l’écho de directives qui sortent de son champ : il est naturellement bon d’accueillir l’Autre ; nos sociétés ne sont après tout que des contrats ; la situation économique exige l’apport massif de travailleurs, d’où qu’ils viennent. Mettant en parallèle la légalisation de l’avortement (1975) et l’adoption de la politique du regroupement familial (1976) pendant la présidence de Valérie Giscard d’Estaing, Vernochet remarque que les nombres respectifs des entrants et de ceux qui n’ont jamais pu sortir se recoupent plus ou moins. Il y a peut-être une logique derrière cela, mais en attendant la publication des Protocoles des Sages d’al-Azhar, le rasoir d’Occam suggère de l’attribuer en priorité à VGE et à ce qu’il cache.

Macron n’est dans cette perspective que le représentant actuel d’un courant qui le précède de loin, et qui a fini par prendre officiellement le pouvoir après l’avoir téléguidé pendant des décennies. La Banque, assistée des juges et des médias, a créé un univers mental où le caractère inévitable de la compétition économique se double d’une empathie que nul ne saurait contester pour tout ce qui vient d’ailleurs. Deux injonctions contradictoires à terme dans un monde fini mais martelées par les Sachants jusqu’à ce que les Sans Dents les intègrent.

Apparemment la greffe n’est pas une réussite totale. Le mécontentement geint à défaut de gronder. « Ils » font de bons scores aux élections. « Eux » aussi. Dans la crainte qu’ils et eux se parlent un jour, il faut accélérer le processus, et voici Macron. La dernière partie de l’ouvrage de Vernochet est consacrée à la disparition du politique dont le Président et ses équipes sont l’acmé. Paradoxe d’un VRP présenté comme le Roi Soleil : si l’État c’est lui et qu’il n’est rien, que pouvons-nous en conclure sur l’État ?

L’imposture est un essai bien sourcé dont la thèse complète sans la nier celle de Renaud Camus. Seul écueil : Vernochet écrit dans les premières pages que « pointer du doigt les vrais coupables conduirait à admettre également notre propre part de responsabilité collective, voire une certaine complicité puisque nous acceptons le système en bloc et en détail ». Intuition salutaire mais qui ne trouve aucune suite dans l’ouvrage. Nos ennemis, quels qu’ils soient, sont très forts, mais pourquoi donc sommes-nous si dociles ? Pour y répondre, il faudrait sans doute faire un tour du côté de la psychologie évolutionnaire et de la sociobiologie, nous regarder en face et sans maquillage idéologique. Savoir qui nous sommes.

On comprendra que Vernochet prenne des pincettes et suggère sans développer : le gouvernement des juges qu’il décrit veille au grain.

 

Se procurer l’ouvrage de Jean-Michel Vernochet chez Kontre Kulture

 


Retrouvez Jean-Michel Vernochet
dans le Cycle de formations E&R saison 2018-2019 :

Jean-Michel Vernochet – De la guerre politique

 

Cliquez sur l’affiche pour télécharger le livret pratique des formations

Soutenez le bimestriel dissident Rébellion,
abonnez-vous sur Kontre Kulture :

Retrouvez Jean-Michel Vernochet chez Kontre Kulture :

Jean-Michel Vernochet, sur E&R et ERFM :

 






Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Coalition et/ou alliance des pouvoirs bancaire, judiciaire & médiatique.

     

    Répondre à ce message

  • #2030954

    Fake dirigeants mais vrais détournements d’argent public.

     

    Répondre à ce message

  • C’est notre amour infini pour la liberté individuelle qui nous conduit dans le mur et dissout peu à peu les antiques solidarités tribales et religieuses. Et si ce processus est si bien entamé en Occident, c’est parce que l’homme occidental s’est libéré avant les autres continents de toutes les pesanteurs religieuses et tribales.
    On ne peut chérir la Liberté avec un grand L ; et dans le même temps, se plaindre de ses effets.

     

    Répondre à ce message

    • #2031022
      Le 27 août à 08:33 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Pour comprendre la période actuelle : lire L’Imposture de Jean-Michel (...)

      La Liberté, ça n’existe pas :
      tu peux te prendre pour un oiseau, vouloir voler, monte au sommet d’une tour, élance-toi, tu finis des centaines de mètres plus bas en art moderne...

      En réalité, il n’y a que des contraintes, qui nous permettent de nous réaliser.

       
  • Renaud Camus ne voudra jamais désigner clairement qui est l’archer qui décoche la flèche. M. Camus est un esthète. Ça se voit, ça s’entend, ça se lit, ça se sait. Il tient à cette réputation qui lui assure avant tout un revenu considérable. Un revenu qui lui permet d’entretenir la beauté et le confort de son donjon imprenable comme une pucelle farouche. Partie prenante dans le marché des livres et de l’art, il n’a aucunement l’intention de se griller au sein de la communauté innommable qui tient les commandes des commandes. Il compare sans cesse la situation des juifs et des français lors de l’occupation allemande à la situation des français et des juifs envahis par les afro-musulmans. Il est évident que ce blocage dans son discours ne lui permettra jamais d’admettre ce qu’il ne voudra jamais admettre : la vérité. Un drôle de type. Arrogant, précieux, un bourgeois décadent... le langage etc... Le tout avec de singulières pointes d’humanité. Lorsque je l’ai su inverti, je ne l’ai plus jamais considéré de la même manière. On appelle ça l’homophobie. Il est souvent censuré sur Facebook, paraît-il. Il s’en targue du moins. Ses convocations à la gendarmerie se succèdent assez comiquement. Cette pose de victime complète le portrait de ce monsieur élégant pas toujours très correct quand on n’est pas d’accord avec lui.

     

    Répondre à ce message

  • La responsabilité collective, qu’on peut traduire par la pression sociale est plus efficace que tous les juges et toutes les lois dans la coercition du sujet "mal-pensant".

    Entre les réseaux sociaux et l’univers professionnel, voir familial... il y a des idées qu’on ne peut exprimer sans se suicider socialement.

    Je ne parle même pas du racisme ,du révisionnisme ou de ce genre de choses.
    En général toute parole visant à responsabiliser autrui (ou soi même) est perçue comme hostile.

     

    Répondre à ce message

  • Quand on est sans dents, on est sans couilles, on avale.

     

    Répondre à ce message

  • #2031143

    Les responsables, ça ne peut pas être nous, on n’était pas là.
    Et on n’est toujours pas invités.
    Alors comme on dit chez les punks : fake the systeme !

     

    Répondre à ce message

  • Je ne connais aucun autre pays au monde qui accepte de se saborder à ce point comme le fait la France, le tout orchestré par les dirigeants eux-mêmes. Hallucinant.

     

    Répondre à ce message