Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pour retrouver leurs propriétaires, le Louvre expose des toiles pillées par les nazis

La Seconde Guerre mondiale a été le théâtre d’un des plus grands pillages d’art au monde, les nazis ayant méticuleusement orchestré leurs rapines chez tous les prisonniers et déportés, principalement juifs. Leur butin, regroupé en Allemagne, comprenait des pièces parmi les plus précieuses de la peinture européenne.

 

À l’issue du conflit, après la défaite nazie, les musées européens et américains n’ont récupéré qu’une partie des 100 000 œuvres dérobées. De nombreuses pièces ont été détruites ou ont simplement disparues dans la nature. Seules 47 000 ont été effectivement retrouvées, dont l’essentielle majorité a repris sa place au sein des collections privées dont elles étaient issues.

Toutefois, quelque 2 000 œuvres demeurent aux mains de musées et de curateurs sans qu’il est été possible de retrouver leurs propriétaires précédents. Le Louvre, à Paris, recèle 296 d’entre elles. Le musée tente aujourd’hui de mettre en lumière ces vols perpétrés par les envahisseurs et recherche, surtout, à restituer à leurs authentiques propriétaires les tableaux conservés, exposés au sein du musée.

[...]

Le directeur de la section tableaux du musée du Louvre, Sébastien Allard, a déclaré :

« La grande majorité des œuvres d’art récupérées ont été prises à des familles juives. Leurs héritiers pourront peut-être les voir ici, déclarer qu’elles leur appartiennent et faire une demande officielle de restitution. Les musées sont souvent passés pour des vautours dans le passé, mais nous n’essayons pas de conserver ces travaux. »

Lire l’article entier sur lesinrocks.com

Le lourd héritage de la Seconde Guerre mondiale pour la justice,
à lire sur Kontre Kulture

 

De l’art, des juifs et des nazis, sur E&R :

 






Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Juif, juif, juif, juif, juif, juif, juif, juif, encore et toujours juif, juif, juif... Actualité d’Israël ? Mais non, de France voyons !

    Vous n’en avez pas marre ?

     

    Répondre à ce message

  • La frise du Parthénon à la Grèce, l’obélisque de la Concorde à L’Égypte, "Le Triomphe de Judas macchabée" à la Belgique ....

    45.000 tableaux ont été récupérés, notamment par les Rothschild ou les David-Weill. En 1950, 13.000 à 14.000 objets ont été vendus aux enchères parce que dépourvus de grande valeur (voir l’histoire des domaines, une des administrations les plus fortement impliquées dans la spoliation)
    Restent normalement 2.000 objets, entreposés dans les musées - les MNR - et qui cherchent encore preneurs.....

    Pendant des années, les musées conscients de posséder des œuvres ayant appartenu à des familles juives n’ont pas cherché à retrouver leurs propriétaires. Ainsi par exemple, « Portrait d’un homme », tableau attribué à l’école du peintre maniériste Italien Giovanni Baptista Moroni n’a été restitué par le Louvre que dernièrement. Le propriétaire n’était pourtant pas difficile à identifier étant donné que son nom était écrit au dos du tableau.
    « L’Homme à la guitare » de Georges Braque ayant appartenu au collectionneur Albert Kann. La famille spoliée porte plainte pour recel, afin d’éviter un procès, le musée a finalement versé une indemnité de 24 millions d’euros aux héritiers. (A priori Hitler jugeait les œuvres trop contemporaines comme dégénérées), les allemands vont donc s’en débarrasser auprès de galeristes parisiens ( Matisse, Braque, Chagall...)
    Et des grandes maisons de vente vont les brader avec la complicité des experts et commissaires-priseurs.
    La mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France (Mission MATTEOLI) estime qu’au moins 90 p. 100 des sommes spoliées ont été remboursées depuis la fin de la guerre..

     

    Répondre à ce message

    • La plus grande partie de la frise du Parthénon a bien été volée à la Grèce (ou du moins « enlevée » sans autorisation) par les Anglais, mais l’obélisque de la Concorde n’a pas été volé : il a été offert à la France par le vice-roi d’Égypte en 1828, ainsi qu’un autre semblable qui se trouve encore à Louxor. Il est vrai qu’à cette époque, la France jouissait d’un grand prestige au Proche-Orient... Mitterrand a officiellement renoncé à tout droit de propriété sur le second obélisque Cela a coûté assez cher à Louis-Philippe pour transporter ce "cadeau" en France par un navire spécialement construit et l’ériger sur la place de la Concorde. On peut considérer que faire retour de l’obélisque à l’Egypte serait un geste noble, mais il ne faudra pas protester si on trouve à la place un plug anal géant, qui est le chef-d’œuvre à la mode en ce moment.

       
    • C’est sans doute pour cela que l’’Égypte ne l’a pas réclamée, en plus le coût du transport risquerait d’être exorbitant, la voie marine pourrait être une solution étant donné le poids, mais le passage en Méditerranée pourrait être aujourd’hui dangereux...

       
    • Il est tout à fait normal que ce soit l’État, c’est-à-dire tout le monde, récupère les biens en déshérence, et il a pour ça une institution qui s’appelle les Domaines.

      La mission d’un conservateur de musée est de conserver et de présenter les collections du musée, ce n’est pas de chercher si il n’existe pas un autre propriétaire et de le retrouver.

       
  • Mensonges habituels sur les NS. Comme sur les Templiers dans le temps. Ressemblance frappante.
    Lisez les livres serieux sur le sujet.

     

    Répondre à ce message

  • C’est une des finalités premières des guerres : s’approprier les oeuvres d’art des vaincus - heureusement qu’il existe des guerriers esthètes- les vaincus n’avaient qu’à mieux se battre pour défendre leur patrimoine .La France est plutot mal placée pour donner des leçons de morale dans ce domaine ....Je citerai , au hasard, le Jacquemart de Notre Dame de Dijon , volé par le duc de Bourgogne à Courtrai, la Madone pillée par Soult à Madrid, les tableaux, sculptures , réquisitionnés par Bonaparte et ses artistes un peu partout en Europe, le pillage du palais d’été lors de l’éxpédition de Chine sous Napoléon III, et les menus larcins que l’on retrouve dans les petits musées, les salles d’honneur, les familles etc ....

     

    Répondre à ce message

  • Ils ont les tableaux,

    nous avons Jésus :) .....

     

    Répondre à ce message

  • Et les moutons de rapporter toutes leurs toiles au Louvre en demandant pardon même si elles leurs appartiennent vraiment. Il semble qu’on ait mis le Louvre dans la bergerie.....

     

    Répondre à ce message

  • Ça pu l’arnaque ce truc, non ?

     

    Répondre à ce message

  • Dans le même esprit les parents de Toutamkhamon pourront réclamer la dépouille du défunt à l’entrée.

     

    Répondre à ce message

  • Si les nazis n’avaient pas pris soin de ces toiles, elles auraient été détruites durant le conflit... c’est de la pleurniche à double sens.

     

    Répondre à ce message

  • Ceux qui ont déclaré la guerre à l’Allemagne en 1940 et notamment la France, doivent des dommages de guerre à ce pays , une somme faramineuse qui peut être aussi composée de tableaux.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents