Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Printemps arabe : l’échec de la démocratie en Orient ?

L’armée égyptienne est finalement intervenue pour déposer le président Mohamed Morsi, pourtant premier président démocratiquement élu du pays. Le printemps arabe, né en Tunisie fin 2010, a atteint l’Égypte dès le début 2011 et a abouti au départ du président Moubarak qui dirigeait l’Égypte depuis trente ans.

Les revendications d’une grande partie de la jeunesse égyptienne qui a mené cette révolution dite du Nil ou du Papyrus sur la place centrale du Caire (la place Tahrir) ont abouti à des élections libres qui ont vu une déferlante islamique.

En effet, aux premières élections législatives de l’après Moubarak, qui a vu une participation de 55 %, les frères musulmans ont obtenu 44,6 % des voix, concurrencés seulement par les plus radicaux qu’eux, les salafistes, qui ont obtenu 22,5 % des voix, le premier parti pseudo-libéral obtenant seulement 7,8 % des voix. À l’élection présidentielle de 2012, la scission du pays en deux (islamo-conservateurs contre réformistes) était palpable et l’élection s’est résumée à un duel politique entre un homme de l’époque Moubarak et le candidat des frères musulmans, le scientifique Mohamed Morsi, qui a notamment étudié aux États-Unis. Celui-ci remportera l’élection avec 51,73 % des voix (la participation s’élevant à seulement 45 %) et sera investi en juin 2012.

Un an plus tard, il sera donc déposé par l’armée après de nouvelles et immenses manifestations (plusieurs millions de personnes) place Tahrir et ailleurs en Égypte. Les opposants lui reprochent principalement sa piteuse gestion de la situation économique du pays. Ce week-end, plusieurs centaines de milliers de partisans du président déchu sont eux aussi descendus dans la rue, invoquant eux à juste titre le respect des urnes et la démocratie. Les manifestations ont tourné à l’affrontement entre partisans de Mohamed Morsi et l’armée et en ce 10 juillet 2013 on parle déjà de dizaines de morts et de centaines de blessés.

Il y a là des dilemmes visiblement insolubles pour l’Égypte, pour les pays du printemps arabe et pour la communauté internationale.

La démocratie du printemps arabe a vu l’émergence et la prise de pouvoir de mouvements islamo-conservateurs (principalement les Frères musulmans) qui étaient soit interdits, soit tenus à l’écart de la vie politique par les anciens pouvoirs laïcisants issus de la guerre froide. Ce retour au pouvoir des clergés et d’un islam politique a accentué les batailles d’influences trans-territoriales entre confréries, menant à la situation que l’on connaît par exemple en Syrie. Ce pays fait en effet face à une guerre au niveau régional et confessionnel, ou le courant sunnite régional le plus radical tente de mettre à mal le croissant chiite en s’attaquant à sa composante la plus hérétique selon lui mais aussi la plus laïque selon les critères occidentaux. La Syrie est ainsi devenue le champ de bataille par ricochet d’une coalition russo-chiite qui est en conflit ouvert avec un axe occidentalo-sunnite.

Le mythe d’un islam compatible avec la démocratie semble remis en cause.

Les victoires électorales des Frères musulmans en Égypte, en Tunisie ou en Libye, qui auraient pu amener à des cohabitations entre charia et démocratie, ne semblent plus viables. Il y a une crise culturelle profonde qui traverse les sociétés arabo-musulmanes. Les nouveaux régimes issus des élections semblent avoir du mal à bien intégrer la pluralité, qu’elle soit ethnico-culturelle, religieuse ou comportementale. Hormis en Tunisie ou les islamistes composent, la situation économique de tous les pays concernés par ces nouveaux régimes est d’ailleurs plus que catastrophique et semble inévitablement génératrice de protestations dans un avenir proche, comme c’est le cas en Égypte aujourd’hui.

Les coups d’État militaires et les juntes au pouvoir ont toujours été fermement condamnés par les pays occidentaux, que ce soit en Birmanie, en Grèce ou en Argentine. La mollesse des réactions occidentales face au coup d’État militaire en Égypte démontre bien le dilemme, entre armée et islamisation. Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu a, lui, tenté d’empêcher une intervention de l’armée contre le président égyptien en avertissant les capitales européennes hébétées, mais cela a échoué.

L’armée apparaît pourtant de plus en plus comme un nouveau pouvoir (ou contre-pouvoir) seul à même de maintenir une forme d’équilibre national et de protéger l’équilibre communautaire (et les minorités) face à une islamisation à outrance des pays concernés. Cette tendance n’est pas nouvelle. En Algérie, la victoire des islamistes fut annulée en 1991, plongeant le pays dans une guerre civile de 10 ans durant laquelle l’armée affronta, jusqu’à sa victoire en 2002, divers groupes islamistes. En Turquie, Recep Erdogan, depuis son élection en 2003, a, lui, mené d’intensives campagnes pour désactiver l’armée et faire mettre en prison les officier qui auraient pu s’opposer à l’islamisation lente que le pays connaît, entrainant l’inquiétude des minorités et des laïcs qui ont manifesté récemment. En Syrie, l’armée parait être aujourd’hui le seul garant du rétablissement de l’ordre constitutionnel mis à mal.

Parmi les nombreux manifestants égyptiens place Tahrir, certains brandissaient aussi des drapeaux syriens et des portraits de Bachar el-Assad, traduisant ainsi leur bonne compréhension des événements géopolitiques régionaux mais aussi peut-être leur profonde intuition que Syrie et Égypte doivent être unis et non en guerre. Il faut se souvenir qu’historiquement, Égypte et Syrie ont déjà été un seul et même État, pour faire face a la menace communiste d’un coté (qui n’existe plus aujourd’hui) et américaine de l’autre. Est-ce la raison pour laquelle de nombreux manifestants place Tahrir brandissaient également des pancartes dénonçant le soutien américain au candidat Morsi ?

Il est certain que des groupes radicaux ne vont pas tarder à menacer l’armée égyptienne d’un conflit pour le rétablissement du pouvoir islamique arrivé au pouvoir par les urnes. On peut se poser la question de savoir si l’Égypte va désormais connaître une guerre civile larvée sur le modèle de l’Algérie quand les élections de 1991 ont été annulées par l’armée.

Alors que le monde arabo-musulman risque de traverser au cours de ce siècle sa grande guerre interne, politique, confessionnelle et générationnelle. Pour les américains, il semble que l’agenda de remodelage du grand moyen orient soit remis aux calendes grecques. Il faut maintenant essayer d’imaginer quelles seront les conséquences directes des ces bouleversements pour les états de la région, et les conséquences possibles et imaginables pour la France, l’Europe et la Russie.

Prolonger l’analyse avec Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #460208

    Comme les "économistes" de l’Oligarchie, les politiques de l’USROPAEL n’ont plus aucune maitrise et -bien plus gravement- n’ont plus aucune vision de l’avenir.

    Conséquence, dans l’un comme l’autre de ces 2 domaines, ils détruisent en espérant que -peut-être- un jour, grâce aux dollars, à la désinformation, aux guerres et aux épidémies, ils arriveront à accrocher la victoire.

    Leurs schémas-d’action biséculaires sont éculés et -parce qu’ils ont longtemps été, et persistent encore, à rester des colonisés volontaires- ce sont les européens qui maintenant, enfin, sont en train de basculer dans l’anti-oligarchie.

    Les arabes, les sud-américains, les russes, les canadiens, les asiatiques, une large partie des citoyens britanniques et états-uniens -parce que victimes depuis longtemps- avaient déjà intégré la problématique dominatrice des envahisseurs initiée par Big Brother.


  • L’Histoire se répète : souvenez-vous en décembre 1991 en Algérie eurent lieu les premières élections libres depuis l’Indépendance (1962) : le FIS (Front Islamique du Salut) frole la majorité dès le premier tour : l’armée fait un coup d’Etat pour éviter un raz de marée Islamiste au deuxième tour, les chefs du FIS sont bien entendus arrètés et c’est le commencement de la résistance Islamiste, la guerre civile de 10 ans et la répression fera peut-etre 100 000 morts ; eh bien il se passe la meme chose en Egypte : dans les pays musulmans, quand les élections sont libres (ce qui est l’exception), ce sont les Islamistes qui gagnent . Bien que je sois athée, il faut reconnaitre que ce sont les islamistes qui devraient etre au pouvoir dans les pays musulmans . Ils ne peuvent pas etre pires que les autres dirigeants illégitimes .

     

    • il y a 12 millions de chretiens coptes en Egypte representés a ton Parlement "democratique" a l occidental par moins de 2% des deputes . Ces chretiens coptes subissent la persecution quotidienne de la part des islamistes au pouvoir , voir http://www.christianophobie.fr/brev....
      Les grands leaders dans les pays musulmans n ont jamais ete islamistes : Kadhafi, Assad, Hussein, Nasser
      Par contre ,la ou les islamistes sont au pouvoir , pays du golfe, Morsi... ils sont pour Israel et pour l Empire et donc antichretiens. Voir le site Aide a l eglise en detresse pour comprendre la situation de chaque pays , et notamment l egypte http://www.aed-france.org/pays/egypte/


  • #460241

    On peut se poser la question de savoir si l’Égypte va désormais connaître une guerre civile larvée sur le modèle de l’Algérie quand les élections de 1991 ont été annulées par l’armée.



    Que ce soit ici ou ailleurs, la démocratie c’est de la merde.


  • #460581
    le 11/07/2013 par Elric de Melniboné
    Printemps arabe : l’échec de la démocratie en Orient ?

    Le mythe d’un islam compatible avec la démocratie semble remis en cause.



    Pourquoi toujours cette équation mensongère : démocratie = démocratie représentative ?

    Si les musulmans n’en veulent pas de la démocratie représentative (qui n’as rien avoir avec la démocratie authentique) c’est leur droit et c’est très bien ainsi.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Catego...

    http://rationalwiki.org/wiki/List_o...

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Catég...

    Il existe des dizaines de différents système politiques, on est pas obligé de tous utiliser le même système non ?


  • Réponse à Julius : je te dois un grand merci pour tes précisions qui ont éclairé ma lanterne .

     

    • Ce que dit Julius est faux, a t on donné le pouvoir une seule fois aux musulmans, les vrais pour savoir comment ils se comporteraient avec les citoyens d’autres confessions, non et bien les préjugés ce sont ces mêmes impérialistes qui les propagent pour créer des conflits inter religions, et propager la haine entre nous, ils nous montent les uns contre les autres. A l’époque ou les pays musulmans étaient dirigés par des musulmans pieux et honnêtes les autres confessions vivaient en bonnes ententes entre eux, mais de tout temps il y a des traitres pour tout foutre en l’air, qui travaillent pour le mal, car c’est leur destiné