Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Quand la mairie de Paris finance un "atelier queer" pour les 7-14 ans

Dans une bibliothèque municipale parisienne, un atelier de la désormais traditionnelle « Queer Week » et qui aura lieu en mars est réservé... aux enfants de 7 à 14 ans. Olivier Vial recense quelques-unes des extravagances de cette « semaine du genre » créée à Sciences Po il y a une dizaine d’années.

 

La psychologie comportementale nous invite à nous méfier de certains biais qui modifient notre perception et altèrent nos raisonnements. « L’effet de cadrage » enferme notre réflexion dans un cadre qui peut nous être imposé par un interlocuteur ou une marque. Nous jugerons, ainsi, un prix relativement abordable si l’on nous a présenté d’abord un prix de référence beaucoup plus élevé. C’est ce qui fait le succès des ventes promotionnelles !

Malheureusement, ce type de biais comportementaux ne sont pas utilisés qu’en période de soldes, et les activistes les plus radicaux sont devenus maîtres dans ce genre de manipulation pour nous imposer leurs idéologies. Ils ont ainsi théorisé l’art de la provocation. Provoquer et choquer pour ensuite nous faire accepter comme raisonnables des idées ou des comportements que nous n’aurions jamais acceptés autrement.

La Queer Week, qui se tiendra du 15 au 23 mars, en est la parfaite illustration. Cette semaine de toutes les provocations fut créée il y a dix ans par des étudiants de Sciences Po, avec le soutien moral et financier de l’établissement, pour créer un « espace d’action et de réflexion sur les genres et les sexualités ».

[...]

Il est difficile d’évoquer la semaine Queer sans en sourire. Pourtant, il n’y a rien d’amusant à ce que des institutions publiques comme Sciences-Po, la Mairie de Paris et l’université Paris 8 financent ce genre d’initiatives ! Ni qu’elles se portent caution pour l’organisation d’évènements pornographiques, comme l’atelier « fabrique ton porn » programmé pour le 19 mars.

Malheureusement, cela témoigne plus largement d’une dérive de certaines disciplines universitaires qui sont aujourd’hui gangrénées par des idéologies militantes.

En prenant cela trop à la légère, on finit par faire le jeu de ces idéologues et de ces activistes qui, de provocations en provocations, avancent leurs pions. Au final, on risque surtout d’en pleurer beaucoup plus que d’en rire.

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents