Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Que rien ne change, pour que tout change !

Il est beaucoup trop tôt pour analyser la politique du président Macron qui n’est aux affaires que depuis un mois. Il est cependant possible d’observer la manière dont il ré-organise le système politique, les nominations auquel il procède, et de prendre en compte l’annonce de ses prochaines réformes pour évaluer son orientation : la France se dirige vers une dictature administrative au service de la Commission européenne.

 

L’élection du candidat « anti-système » Emmanuel Macron, au poste de président de la République, ne révolutionne pas le système, ni les « valeurs » politiques. Les réformes présentées s’inscrivent dans une tendance existante depuis des dizaines d’années, telle l’absence de toute alternative possible à la mondialisation libérale. Cette politique est consacrée par la primauté des marchés et des organisations internationales sur les politiques nationales, ainsi que par la volonté d’être, en même temps, de gauche et de droite , une modernisation du « ni gauche, ni droite » de la « troisième voie », déjà en partie adoptée par les partis continentaux.

Surtout, cette élection finalise une crise aiguë de la représentation partisane. L’organisation des primaires enlevait déjà aux membres d’un parti la possibilité de désigner leur candidat. En outre, nombre de dirigeants socialistes réclamaient le démantèlement de leur propre parti. L’effondrement du système de représentation politique, ainsi que sa « réorganisation » par le mouvement En Marche ! n’est donc pas une surprise, mais l’aboutissement d’une tendance lourde. Il s’agit, comme le slogan de campagne de Georges Pompidou l’exprimait, d’un « changement dans la continuité ».

 

Le Législatif désigné par l’Exécutif

Cependant, la succession rapprochée de modifications d’ordre quantitatif aboutit à une mutation qualitative. Il suffit que rien ne change dans la tendance imprimée aux réformes pour que celles-ci aboutissent à une transformation profonde de l’organisation du pouvoir.

La plupart des prérogatives ont déjà été transférées aux mains de l’exécutif, au détriment des pouvoirs législatif et judiciaire. Cependant, c’est la première fois que le Président a la possibilité de choisir directement une partie importante des membres de l’Assemblée nationale. Le premier tour place l’alliance d’En Marche ! et du Modem [1] en tête des votes exprimés. Plus de 30 % des suffrages devraient lui assurer une confortable majorité, nettement au-dessus de la majorité absolue, à l’issue du 2ème tour. Ce résultat a donné à Emmanuel Macron la possibilité de désigner une grande partie des élus, celle composant sa majorité parlementaire. En effet, la structure d’En Marche ! est particulièrement centralisée. Le mouvement présente une spécificité : les candidats à l’élection législative ne sont pas élus par les bases locales du mouvement, mais désignés, d’en haut, par une commission dont les membres sont choisis par Emmanuel Macron [2]. Les élus n’apparaissent plus comme représentants, de sections locales de partis et d’électeurs d’une circonscription électorale, mais comme des agents du Pouvoir exécutif légitimés par le vote des citoyens. Remarquons que le projet présidentiel de réduire le nombre de députés, de 577 à 300, ne pourra que renforcer la fragilité des députés face à un président, auquel ils sont redevables de leur poste et de son éventuel renouvellement.

Si le Président n’a pas encore la possibilité « d’élire le peuple », il a néanmoins la capacité de choisir nombre de ses représentants.

Emmanuel Macron veut supprimer toute possibilité de résistance du Pouvoir législatif. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre sa volonté de renouvellement de la classe politique. Désirant mettre de côté les « professionnels » de la politique, c’est-à-dire ceux qui ont une bonne connaissance des arcanes du pouvoir et qui auraient ainsi d’avantage de moyens pour lui mettre des bâtons dans les roues. Ainsi, le président veut qu’un élu ne puisse accomplir plus de trois mandats successifs. Pour lui, la fonction élective ne serait pas un savoir-faire, mais une « vocation ». Afin de faire pression sur les partis qu’il ne contrôle pas, il propose que le financement public des partis soit partiellement conditionné par le renouvellement des candidats investis.

 

Annihilation du pouvoir législatif

La volonté de réduire le Pouvoir législatif à une simple chambre d’enregistrement est confortée par le désir d’Emmanuel Macron de légiférer par ordonnances. L’article 38 de la Constitution stipule que « Le gouvernement peut, pour l’exécution de son programme, demander au parlement l’autorisation de prendre par ordonnances, pendant un délai limité, des mesures qui sont normalement du domaine de la loi. » Après avoir donné une habilitation législative au gouvernement, pour un domaine tel que la réforme de la loi du travail, le parlement ne pourra qu’accepter ou refuser le projet présenté, mais en aucun cas l’amender. Ainsi, il aura perdu sa compétence législative, pour une période déterminée et dans les domaines définis par le projet d’habilitation [3].

Comme les réformes envisagées, telle celle du Code du travail, sont particulièrement impopulaires, le pouvoir exécutif ne se contente pas de choisir des élus d’une grande docilité et veut anticiper toute velléité de résistance, en retirant, pour ces matières, la compétence législative au parlement. La capacité de neutralisation des Chambres est également renforcée par la proposition de transformer la procédure accélérée en une procédure de droit commun [4]. Cette opération, déjà existante, permet de réduire le nombres de navettes entre les deux chambres et réduit ainsi le temps consacré au débat parlementaire. Le changement consiste en ce que la procédure d’exception deviendrait la règle. Même si cette réforme, nécessitant une révision de la Constitution, aboutit, le nouveau président n’entend pas renoncer à la procédure dite du « vote bloqué », bien connue sous le nom de 49/3, une technique permettant au gouvernement d’engager la confiance, afin de faire adopter un projet de loi sans vote de l’Assemblée. Bref, même si l’exception devient la norme, les procédures d’urgence seront maintenues.

Ainsi, la séparation des pouvoirs, chère à Montesquieu, mise à mal par des dizaines d’années de réformes concentrant les pouvoirs au sein de l’Exécutif, est ici complètement annihilée.

Lire la suite de l’article sur voltairenet.org

Notes

[1] Le MoDem (Mouvement démocrate) est un parti centriste présidé par François Bayrou.

[2] David Dornbusch, « Les élus d’En marche ! "se montreront d’une docilité absolue" », Le Monde, 12 mai 2017.

[3] Lire : Daniel Rouscous, « Gouverner par ordonnances et 49.3, comment ça marche et quels garde-fous ? », L’Humanité, 6 juin 2017.

[4] Elodie Derdaele, « La démocratie rénovée selon Emmanuel Macron », Programmesprésidentiels.com, 8 mars 2017.

De quoi le macronisme est-il le nom ?
Lire chez Kontre Kulture :

Jean-Claude Paye, sur E&R :

 
 






Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1748243
    Le 18 juin à 15:38 par Raoul
    Que rien ne change, pour que tout change !

    Effectivement ça ne changera absolument rien du tout, la démocratie bourgeoise n’est qu’une dictature déguisée utilisant la ploutocratie, la nation lui étant inutile, elle passe aux groupes internationaux, seule l’appellation change.

     

    Répondre à ce message

  • #1748299
    Le 18 juin à 17:31 par dixi
    Que rien ne change, pour que tout change !

    Et maintenant ,on va voir ce chère Mr Macon à l’oeuvre .Je ne fais pas du tout d’illusion ,il va nous faire cela à la sauce hollandaise puissance 1000 . J’espère que les Français ,ne serait-ce un peu lucide, ne se feront pas trop d’illusions , ne voir pas du tout. Avec des pilotes de cet acabit ,normalement le premier virage ,c’est dans l’arbre. Les Français aiment vivre dangereusement ,les sensations fortes .Je pense que la ,on va être servi. Bouclez les ceintures ,attention au départ .

     

    Répondre à ce message

  • #1748304
    Le 18 juin à 17:46 par Mister Mayo
    Que rien ne change, pour que tout change !
  • #1748398
    Le 18 juin à 21:19 par Barbe noire
    Que rien ne change, pour que tout change !

    Ce soir à la télé toutes les journaputes, à commencer par la belle s... Anne Marie Coudray, se foutent de la gueule des représentants du FN sur le mode : " Avec tous ces millions d’électeurs vous devez être bien déçus de n’avoir obtenu que 6 députés ! " sans jamais faire remarquer que le FN, depuis 1972, est victime d’un scrutin de voleurs .

     

    Répondre à ce message

  • #1748589
    Le 19 juin à 03:54 par Francois Desvignes
    Que rien ne change, pour que tout change !

    Tout soleil qui atteint son zenith entame son déclin.

    Lorsque comme Chirac ou Hollande, un Président bénéficie de scores "totalitaires", aussitôt l’élection, il entame son déclin.

    Pour finir en deça des scores de son électorat d’adhésion.

    Vérité connue et vérifiée cent fois.

    D’ailleurs, l’astuce technique a été de caler la durée du mandat présidentiel avec la durée de sa légitimité prévisible : cinq au lieu de 7 ans.

    Néanmoins, la contre partie de la sur exposition médiatique du président est l’usure prématurée de sa légitimité si bien que l’enseignement de la présidence hollandaise, c’est que cinq ans c’est trop long : il a terminé à moins de 5% dans les sondages.

    Suivez bien : si on réduit le mandat à quatre ans, pour cause de l’épuisement de l’image et de majorité fictive, il faudra réduire corolairement le mandat des députés à quatre ans.

    la France sera alors plongé dans le régime de l’élection permanente : elle sera toujours en élection, pré élection, ou post élection et en fait de se gouverner votera.

    Et pendant qu’elle votera, puisqu’il faudra bien qu’elle soit gouvernée, d’autres au dessus d’elle, non élus , gouverneront pour elle.

    La capitale de la France sera Bruxelles.
    Et Paris celle des Shaddocks.

     

    Répondre à ce message