Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

Alors que le cycle électoral est en train de se clore, avec le second tour des élections législatives, et que la victoire du parti du Président, La République en Marche ne fait guère de doutes, les nuages s’accumulent sur la société française.

 

Ces nuages sont, en partie, ceux que créent les attitudes anti-pluralistes qui se multiplient dans le secteur des médias ou une véritable reprise en mains, on peut même commencer à parler de « chasse au sorcières » contre les adversaires du Président est en train de se dérouler. Mais, ces nuages sont aussi, et peut-être principalement, ceux qui annoncent un véritable « bond en arrière » dans les relations sociales pour les salariés. Il est aujourd’hui clair que la victoire d’Emmanuel Macron a été celle d’un « bloc bourgeois » [1], qui a bénéficié de la division, mais aussi des insuffisances de ces adversaires. Le triomphe sans partage vers lequel il s’achemine laisse présager des orages sur la société française. Car, faute d’expression au Parlement, l’opposition ne pourra s’exprimer que dans la rue.

 

Une reprise en main

Commençons par la reprise en main des médias. Elle est aujourd’hui évidente, et elle a commencé en réalité l’an dernier avec l’éviction d’Aude Lancelin de la direction de L’Obs, ex Nouvel Observateur. Elle s’est continuée avec la fermeture du service des études macroéconomiques pour La Tribune, une fermeture qui a abouti au départ de Romaric Godin, un journaliste qui s’était distingué par son intelligence et son ouverture d’esprit en particulier dans le suivi de la crise grecque. Désormais, c’est la chasse ouverte à tous ceux qui expriment des idées « souverainistes », que ce soit Natacha Polony, qui a vu son émission de télévision Polonium s’arrêter et qui a été congédiée d’Europe 1, mais aussi de Fréderic Taddéi, de mon collègue Delamarche (BFM) et de Jean-Paul Brighelli dont Le Point a décidé de se séparer. Notons que ceci se déroule dans une atmosphère marquée par des tensions entre le nouveau Président et les sociétés de journalistes [2].

Imaginons qu’une telle succession de licenciements ou de fermetures d’émissions surviennent dans un pays comme la Russie, on entendrait déjà les « belles âmes » démocratiques crier à la dictature, dénoncer la montée d’une tyrannie. Mais, ceci se passe ci, en France, et maintenant. Et les mêmes « belles âmes », sont aujourd’hui bien silencieuses. Est-ce parce que le couperet est tombé sur les « souverainistes » ou supposés tels ?

De fait, le pluralisme des médias, déjà bien marginal, ne sera plus qu’un souvenir, ou alors se réfugiera sur internet, un lieu qu’il est facile pour les « grands » médias de dénoncer comme la matrice de tous les complotismes. Cette mise au pas, bien réelle, de voix dissidentes n’est pas un hasard. Elle survient alors que se prépare un véritable bond en arrière dans les relations sociales et salariales.

 

Un coup d’État réactionnaire

Le nouveau Président et le gouvernement qu’il a nommé ne font pas mystère de leur volonté de « réformer » les relations sociales. Pour cela, ils entendent user de la procédure des ordonnances, une procédure qui leur garantit que l’Assemblée ne pourra intervenir sur le texte des réformes. Il est donc clair que cette question dominera la vie politique pendant une partie de l’été. Pourquoi cette volonté de réformer à tout prix le code du travail ? Emmanuel Macron prétend qu’il est un obstacle à l’emploi, comme si les questions administratives décidaient de tout. Les projets que notre Président et notre Premier ministre veulent mettre en application vont cependant bien plus loin qu’un simple ajustement au problème du chômage, et vont aboutir à une inversion des normes dans le domaine du droit du travail. J’ai consacré l’une des « Chroniques » que je réalise sur Radio-Sputnik , qui est devenu aujourd’hui l’un des rares espaces de liberté restant dans les médias français, à cette question [3]. Les trois invités de cette émission, Philippe Arondel, David Cayla et Raphael Dalmasso, ont été très clairs sur les conséquences désastreuses que pourraient avoir ces réformes. Raphael Dalmasso a rappelé que « la réforme actuelle cherche effectivement à modifier cet équilibre certainement dans le sens de l’employeur ». Pour Philippe Arondel on peut parler d’une « féodalisation contractuelle. Chaque entreprise va devenir une petite féodalité qui va créer sa propre norme et nous allons avoir une espèce de dumping social en France entre les entreprises ». Enfin, David Cayla estime que l’objectif du gouvernement est de « de localiser le cœur des négociations dans l’entreprise, c’est-à-dire justement à l’endroit où les employeurs sont en position de force ».

Par ailleurs, dans une autre « Chronique » où je recevais deux économistes, Philippe Béchade et Dany Lang [4], les conséquences macroéconomiques du projet Macron ont été analysées. Certaines des réformes que le Président veut mettre en œuvre auront des conséquences économiques importantes, et particulièrement néfastes, sur la demande des ménages, notamment la hausse de la CSG et l’augmentation de la durée légale du travail.

On comprend alors, devant cette offensive réactionnaire, que le gouvernement et le Président cherchent à bâillonner les voix dissidentes avec l’aide des oligarques de la presse.

 

Unité du « bloc bourgeois », division du camp « souverainiste »

Il faut donc comprendre pourquoi et comment ce « bloc bourgeois », qui unit une partie de la droite traditionnelle mais aussi une bonne partie de la gauche « libérale », et pour s’en convaincre il n’y a qu’à regarder le recyclage d’une partie des cadres du P « S » et des Républicains dans le parti du Président, a pu triompher.

Il est évident qu’il a profité de la division qui règne dans le camp « souverainiste ». C’est ce que constate Jean Marie Pottier dans Slate [5]. Mais, à mon sens, il fait une erreur quand aux causes de cette division. Cette division découle de la confusion que certains font entre « le » politique, autrement dit l’espace d’affrontement majeur, et « la » politique, un lieu d’oppositions, de débats et de confrontations légitimes entre les différents courants du souverainisme. Tant que ces courants ne comprendront pas la différence fondamentale qui existe entre « le » politique et « la » politique, ils se condamnent à des échecs répétés.

Pourtant, il faut avoir l’honnêteté de dire cela n’explique pas tout, loin de là. La division qui règne dans le camp « souverainiste » traduit aussi les imprécisions, voire les erreurs, dans la définition de certains objectifs. De cela nait un manque de crédibilité qui aujourd’hui mine tant les postions de la France Insoumise que du Front national. Face à des adversaires dont nul ne conteste le professionnalisme, même si ce dernier n’a pour but que de faire triompher une politique profondément réactionnaire, ce manque de crédibilité engendre un découragement chez les électeurs qui avaient pu se porter lors du 1er tour de l’élection présidentielle sur l’un des candidats souverainistes.

Et c’est bien cela qui fait une partie de la force du projet d’Emmanuel Macron et de La République en Marche. Les élections législatives, qui vont donner à LREM une importante majorité ne témoignent nullement d’une « vague » en sa faveur, mais traduit à l’évidence un mouvement de retrait d’une partie des électeurs portant l’espoir de ce projet souverainiste, retrait justifié par la division et le manque de crédibilité des acteurs de ce dernier camp.

Le Président et le gouvernement espèrent faire régner un silence de mort où l’on n’entendrait que le chant de leurs louanges. C’est pourquoi il est important de se dresser contre ces méthodes et se rassembler autour de la défense des journalistes attaqués. Mais, sur le fond, il faut aussi mettre en débat la question de la division et celle de la crédibilité des forces souverainistes.

Jacques Sapir

Notes

[1] Pour reprendre l’expression de Bruno Amable et Stefano Palombarini, L’Illusion du bloc bourgeois ». Alliances sociales et avenir du modèle français Paris,Raisons d’Agir Editions, 177 pages, 2017

[2] http://www.lepoint.fr/politique/les...

[3] https://fr.sputniknews.com/radio_sa...

[4] https://fr.sputniknews.com/radio_sa...

[5] https://www.slate.fr/story/147042/m...

Contre ce « bloc bourgeois », l’union de la gauche du travail
et de la droite des valeurs, chez Kontre Kulture :

Jacques Sapir, sur E&R :

 
 






Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1748257
    Le 18 juin à 16:09 par Eloise
    Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

    Le "bloc bourgeois", Mr Sapir, soyez honnete de la definir. C’est la nouvelle bourgeoisie d’Attali, groupes musulmans et juifs contre les chretiens enracines.

     

    Répondre à ce message

    • #1748293
      Le 18 juin à 17:21 par anonyme
      Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

      oh il y a des bourgeois "chrétiens " aussi, et surtout !

       
    • #1748324
      Le 18 juin à 18:31 par Eric
      Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

      En effet @anonyme, c’est d’une telle évidence que l’on se demande bien ce que venait faire ici cette demande d’honnêteté. L’honnêteté de quoi ? D’admettre une énormité ?! Peut-être est-ce au contraire Eloïse qui aurait dû avoir l’honnêteté d’admettre qu’elle correspondait peut-être au profil évoqué, d’où le déni. Je plaisante, même si cela peut constituer une hypothèse à vocation possiblement explicative :-)

       
    • #1748349
      Le 18 juin à 19:42 par Francette
      Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

      @ Eloïse

      TOUS les Fillonistes de mon entourage ont voté Macaron, TOUS !
      Aucun Musulman ni Juif parmi eux, mais seulement des Cathos prout-prout ou du Dimanche dont un nom à particule !
      Les vrais cathos sincères envers Dieu n’ont pas voter Macron, certains se sont abstenus pour perception de racisme du FN et d’autres ont voté Marine en se bouchant le nez !
      Quand au Musulmans de mon entourage beaucoup de sont abstenu, certains ont fait barrage "au fascisme" et d’autres ont voté Marine.
      Quand à mon entourage juif, ils ont voté Macron.
      Mais je trouve débile de votre part de confessionaliser une sociologie du vote car quand je fais une analyse sociologique du vote de mon entourage pour le second tour, il se dessine clairement des antagonismes de classe : les bourgeois, les plus aisés ont voté Macron, les moins aisés ont voté Le Pen ou en ont été empêchés et se sont abstenu de voter le Pen à cause de gens comme vous.

      Vous êtes tellement frustrée et haineuse que vous tordez la réalité pour qu’elle s’adapte à la vôtre et faites parti de ceux-là même qui plombent la France et empêche l’union des souverainistes ! À croire que vous êtes payé pour !

       
    • #1748358
      Le 18 juin à 20:14 par Eloise
      Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

      @ Anonyme @ Eric @Francette

      Le "bloc bourgeois" dont parle Sapir, c’est celui au manette, celui qui fait l’opinion, celui qui a le controle. Evidement et heureusement qu’il y a des bourgeois chretiens dans un pays chretiens.

       
    • #1748371
      Le 18 juin à 20:36 par xyz
      Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

      @ Francette
      SVP, évitez les mots "frustré" et "haineux". Ce sont des mots du système, de l’ennemi, qui décrédibilisent celui qui les emploie.
      Eloïse a raison sur le fait que le mac va s’entourer de néo-bourgeois incultes et extra-européens/nomades, voire extra-terrestres, tendance initiée en sarkollandie. Les fillonnistes ne feront pas partie de ses proches, qu’ils aient voté ou non pour mao 2 et sa longue marche. Il s’agit de poursuivre la politique d’éradication de la France productive traditionnelle, en supprimant ses cadres d’abord. Puis de remplacer cette France efficace par un conglomérat.
      Les fillonnistes peuvent s’attendre à un encadrement bistre, noir (opportunistes), femme, jeune (bêtes, ignares, vaniteux). Les "bourges" avaient déjà des attalis derrière le rideau, ils se prendront leurs laquais incompétents et arrogants (tel maître tel valet) comme "nouvelle" hiérarchie.
      Ce qui nous arrive est grave, sérieux, tragique. La transformation de la Chine familiale et paysanne séculaire en espace communal mao (une sorte d’étable sans foin), la prétention imbécile et affirmée, appliquée par les cadres "rouges" fouettards, d’éradiquer, arracher, changer, etc. des populations entières, des hiérarchies sociales, des cultures et des traditions ont mené la Chine "en marche" à la famine, sur 5 ans, avec plusieurs dizaines de millions de morts. Il y avait aussi des tortures chinoises (on peut faire confiance à l’expertise orientale) et des coups mortels ou invalidants pour ceux qui voulaient manger un peu, et cachaient quelques grains dans leur cave, ou cultivaient un minuscule lopin en cachette.
      Mao avait un but en commun avec la macriferie : remplacer les "bourgeois" par des incultes, parce qu’il n’avait aucune confiance dans la raison, l’instruction, la réflexion, l’esprit critique des élites installées avant son arrivée.
      Ce qui est nouveau, c’est que le bourgeois français vote pour son éradiqueur.

       
    • #1748388
      Le 18 juin à 21:01 par VIVACHAVEZ
      Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

      "TOUS les Fillonistes de mon entourage ont voté Macaron, TOUS !
      Aucun Musulman ni Juif parmi eux, mais seulement des Cathos prout-prout ou du Dimanche dont un nom à particule !"

      Francette, vous étiez dans l’isoloir avec eux ? D’accord avec Eloise, Rien à attendre des musulmans et de leurs "cousins" de la communauté de lumière, que cela vous chagrine ou pas, ces gens ne sont pas des patriotes et le français de souche va vite le découvrir dans les jours qui viennent !!!!! Quant aux cathos, ils font ce qu’ils peuvent avec leur religion devenue minoritaire en France sans être plus traîtres que les "autres"....

       
    • #1748403
      Le 18 juin à 21:23 par Eric
      Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

      Vous finissez donc heureusement par vous contredire, mais dans le bon sens.

       
    • #1748410
      Le 18 juin à 21:37 par Ajout
      Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

      VIVACHAVEZ, vous avez des propos bien arrêtés.
      Un catholique votant Macron a selon vous moins ’’fauté’’ qu’un musulman votant Macron ?
      Quel est ce raisonnement ?
      1) On ne peut pas confessionnaliser un vote, comme dit très justement
      2) Je dirais même que d’un point de vue sociologue, un bourgeois catholique aisé qui a une culture doit avoir des circonstances aggravantes d’avoir voté Macron, alors qu’un prolétaire musulman ou catho d’ailleurs qui vote Macron a pu être berné. Le bourgeois catholique qui vote Macron a pourtant tous les outils pour dégonfler la baudruche. Il ne le fait donc que par intérêt personnel, or compte tenu de l’état du pays, si j’avais été un ’’De ...’’, un grand bourgeois catholique, j’aurais voté Marine a sa place. Car oui, ça m’aurait fait perdre un peu de ma rente, mais assez peu pour ne pas ébranler ma situation, tout en sachant que ce vote va permettre d’aider des millions de français dans le besoin.
      Et en plus, j’aurais eu la fierté de voir mon pays indépendant et libre.
      Donc je n’aurais pas hésité une seconde.

      Mais bon, tous, y compris ceux se disant catholiques, n’ont pas forcément un bon fond et le souci de l’autre.

       
  • #1748276
    Le 18 juin à 16:47 par Raoul
    Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

    Dans le camp souverainiste il n’y a que le FN pour l’instant.

     

    Répondre à ce message

  • #1748291
    Le 18 juin à 17:20 par Tatiebaba
    Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

    Les années à venir vont être très difficiles pour les esprits sains....

     

    Répondre à ce message

    • #1748911
      Le 19 juin à 13:49 par Poire et fromage
      Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

      En même temps, ça dure depuis 1983 (voire 1969) donc, bon, il ne faut pas trop s’attarder sur les filouteries de nos oligarques ukraino-compatibles et surtout ne plus croire en l’homme providentiel, quelque soit son nom et son parti. Les choses vont continuer de s’aggraver, en se transformant.
      Il faut être prêt, avoir des petits réseaux locaux fiables de tout ordre (amical, social, économique, les uns ne s’excluant pas mutuellement), même si ça n’arrive que dans deux générations. Après : des réseaux de réseaux.

      L’homme providentiel, c’est ça qui nous tue, même si on n’efface pas aisément un millénaire (a minima, pour ne remonter qu’aux Capétiens) de conditionnement de gouvernement par homme providentiel en France.

      Mais ça ne reviendra plus. Même le Général de Gaulle est mort - et il n’a été ni un saint, ni un anti-américain.
      Seules les guerres fabriquent les hommes providentiels depuis deux siècles au moins et je ne souhaite cela à personne, même si la dinguerie généralisée actuelle va probablement tôt ou tard s’abattre *vraiment* sur l’Europe.

       
  • #1748302
    Le 18 juin à 17:41 par cernunnos
    Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

    Ce n’est pas assez, que Macron et sa politique de merde martyrise à fond, plus qu’à fond la France et surtout son peuple.

    Que tous les syndicats sucent et avalent tout ce qui sortira du nouveau débile au pouvoir.

    Que tous et toutes en chient le plus possible.

    C’est la seule façon pour que cela bouge enfin.

     

    Répondre à ce message

  • #1748305
    Le 18 juin à 17:49 par Mike
    Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

    C’est quoi le souverainisme de La France insoumise quand Dupont-Aignan se fait interdire physiquement de manifester par Coquerel parce qu’il défend une politique budgétaire nationale ? (Même pas la monétaire)

    Mélenchon dit parfois "souveraineté" ou "peuple", mais la seule doctrine à LFI c’est de "réorienter" l’Europe en discutant avec les 27 pays, toute velléité de sortie autonome étant nazifiée.
    Les alliances de second tour se font toujours contre le camp souverainiste, pour celui du patronat.
    La niche parlementaire de LFI ce sera une loi sur le mariage à trois ou le manspreading.

     

    Répondre à ce message

  • #1748322
    Le 18 juin à 18:24 par envolées_des_incultes
    Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

    M.Sapir, merci de nous définir "la" politique et "le" politique pour qu’on se tape une barre de rires supplémentaires ; c’est bon pour les abdos.

     

    Répondre à ce message

    • #1748406
      Le 18 juin à 21:27 par Eric
      Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

      Dès qu’il s’agit de faire le beauf qui se tape sur le ventre en brocardant infiniment plus intelligent que lui, on est sûr de vous trouver. Au moins votre pseudo est bien trouvé. On se demande quand même quel âge vous avez. Des expressions comme " se taper des barres de rires " laissent augurer une certaine jeunesse d’un genre un peu particulier, au style oratoire aussi fin et distingué que le reste. Un élément positif cependant : vous avez des abdos, c’est déjà ça !

       
  • #1748385
    Le 18 juin à 20:58 par toto
    Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

    En bon financier Macron a réussi a fusionner l’UMP et le PS.

    Comme dans toute fusion, il récupère les clientèles (électorales) de ces deux partis (fonctionnaires, retraités et professions libérales) et bien sûr il en profite pour dégraisser et rajeunir le siège social pour rallier à lui les benêts (nombreux) qui croient voir en lui un candidat anti-Système.

    Magistral.

     

    Répondre à ce message

  • #1748845
    Le 19 juin à 13:04 par Aryana
    Le camp souverainiste et le "bloc bourgeois"

    On va atteindre des hauteurs d’ enfumage insoupçonnées .

     

    Répondre à ce message