Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Remettre en cause la monnaie unique est-il "fasciste" ?

Olivier Delamarche sur BFM Business, 23 février 2015

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1128470

    Les Grecs vont rapidement trouver intolérables d’aller quémander de nouvelles lignes de liquidités auprès du Bundestag, à chaque fois que se présentera une nouvelle échéance de remboursement. Il se trouve qu’elles sont très nombreuses cette année, depuis la BCE jusqu’au FMI, en passant par le fonds de stabilité européen. La situation de la Grèce a ceci de particulier, par rapport aux autres membres de la zone euro, que la dette n’est plus refinançable par les marchés ni par la banque centrale, puisque la Grèce est exclue du plan de rachat de dettes souveraines par la BCE, dans le cadre de son nouveau QE. C’est une situation inédite en Europe, qu’un pays se trouve à ce point vassalisé par rapport à l’Allemagne, puisque les prêts ne sont accordés qu’après un examen de conformité avec les directives de l’Allemagne et de Bruxelles qui vérifient que leur gouvernance a bien été respectée. Jusqu’à présent les Grecs ont renâclé à réellement appliquer la feuille de route de la Troïka, notamment en ce qui concerne les privatisations d’actifs publics et de services étatiques. La nouvelle donne tient dans l’obligation de résultats de la part du gouvernement grec, notamment en ce qui concerne les réformes de l’appareil administratif et fiscal jugé peu efficace par Bruxelles. On s’achemine donc vers un contrôle très étroit des affaires publiques grecques, ce qui constitue une nouveauté également dans l’histoire des relations avec Bruxelles. En effet jusqu’à présent, les Grecs se contentaient d’encaisser les subventions. Pour le reste, ils étaient crus sur parole, afin de ne pas faire de vagues dans un consensus s’inscrivant dans la solidarité des Etats membres. Visiblement Syriza a décidé de jouer la carte du sérieux dans l’application des directives correspondant à l’argent versé, gage du financement de son budget condamné à un déficit chronique. Gageons que les Grecs font le pari de la rénovation de leur économie par le développement des relations commerciales avec la Russie et l’Ukraine, jusqu’au moment où ils se jugeront suffisamment solides pour retourner se financer sur les marchés et se passer ainsi de Bruxelles. L’étape ultime consiste à s’autofinancer sans avoir recours à la dette bancaire..Mais cela n’est pas encore pour demain à en juger par les ambitions sociales du gouvernement grec. L’inconnu réside dans la capacité des Grecs à accepter la tutelle étrangère, le temps qu’ils appliquent un réel programme de reconquête de leur indépendance nationale.


  • Observez à quel point le présentateur n’arrive pas à assimiler ne serait-ce que l’éventualité de la fin de l’Euro.
    Delamarche a beau lui expliquer que ca arrivera peu importe la volonté des décideurs politiques et acteurs économiques, il ne comprend pas.

    Les européistes, progressistes, libéraux-libertaires, ne peuvent juste pas accepter que ce qu’ils ont fait soit un jour défait. Même de façon involontaire ou naturelle, même si c’est pour repartir sur des bases saines.
    Ils sont à l’image des commissaires politiques soviétiques qui, durant la bataille de Stalingrad, faisaient tirer sur le malheureux soldat russe qui osait faire ne serait-ce qu’un seul pas en arrière.

     

    • #1128838
      le 25/02/2015 par la classe à Dallas
      Remettre en cause la monnaie unique est-il "fasciste" ?

      Le présentateur n’est pas stupide et comprends totallement la position de Delamarche. Il ne fait que lui porter la contradiction pour créer le "débat". Ca fait partie de son job de journaliste chez bfm business.

      Cepedant, pour me permettre de donner mon avis, bien que je sois d’accord avec Delamarche sur son constat je ne pense pas l’euro sautera malgré des fondamentaux pourris (monnaie trop forte et inadaptée aux differents membres de la zone euro, pas d’unification fiscale et du marché du travail qui est d’ailleur impossible au passage) parce que la position de l’union européenne est de sauver à tout pris l’euro quitte à faire porter les plan de sauvetages de la grèce sur les autres pays membres de la zone euro.


  • La seule solution qui pourrait marcher, c est de revenir a la monnaie nationale avec une politique nationale. Quand on parle de L Allemagne c est plutôt a Wall Street qu il faut penser. N oublions pas que L Allemagne a perdu la WW2 et depuis 1945 elle n a pas signe le traite de la paix avec les Allies donc elle est toujours au 3 Reich. BRD est un construction administration en cas de guerre (invisible). Donc elle est en otage jusqu a 2099 et elle n a droit que d exécuter l ordre de L Empire. L Allemagne est un cheval de Troie que L Empire utilise pour conquérir le monde (N.O.M). Sans la prise en otage de L Allemagne il n y aurait peut-etre pas le N.O.M


  • #1128511

    C’est autorisé de dire que l’euro est voué à l’échec ?
    C’est pas du négationisme ?

     

  • Avec la dernière conférence de Drac, en fait on est en mesure de se demander si l’éclatement de l’euro n’est pas une solution d’économiste "classique", mais dépassée.
    Nos élites n’ont pas intérêt à faire éclater l’euro, ni à rendre l’euro viable, car le but est de faire baisser le niveau de vie des populations occidentales.
    Donc vives l’euro, et vives le traité transatlantique ?...

     

    • Il y a une logique dans cette apparente contradiction sur le sort (et non la viabilité qui est impossible) de l’euro. Si les « élites » s’y cramponnent de manière religieuse, dans tous les pays de l’UE, alors qu’elle donne des résultats très mauvais, c’est qu’il y a une raison profonde.

      L’UE qui est un projet américain dès l’origine (cf les conférences d’Asselineau) doit satisfaire aux intérêts américains.

      Sa mise en place a été conçue de sorte à ce que seul un arbitre extérieur (les usa) puisse avoir le mot de la fin pour toutes les décisions stratégiques. (l’UE regroupe 28 états aux intérêts économiques très différents, donc impossible de se mettre d’accord sur quoique ce soit à part sur le beurre de cacao ou sur la taille des ceintures de sécurité et autres sujets de la même importance)

      Nos « élites » (c’est à dire les banquiers, les médias qu’ils détiennent et les élus qu’ils ont promu) ne sont que les exécutants de ce projet.


  • il est toujour aussi stupide le jeune journaliste qui interroge Delamarche c’est dingue , on lui dit que ça ne fonctionne pas , ça lui rentre dans une oreille et ça resort de l’autre dans la foulée , a lu ci nant !!!

     

    • #1128999

      @no name...........il n’est pas stupide, il joue son rôle de " candide " pour permettre à Delamarche d’expliciter ses thèses, c’est juste une forme de relance par un sparring-partner, technique journalistique classique !


    • Il est certainement dans un rôle bien défini, notamment par la ligne éditoriale, mais j’ai de sacrés doutes quant à sa volonté de permettre à Delamarche de développer son propos et ses thèses nauséabondes en toute quiétude.
      Par contre l’autre à lunettes me parait bien plus bienveillant envers Delamarche.

      PS : Hallucinant !!!
      Ne massacrons pas notre belle langue ici !


  • Guillaume fidèle journaliste du NWO qui refuse de céder face au réel.


  • Bien sûr que c’est "fasciste" si la Communauté est contre . Tout ce qui ne renforce pas, n’enrichit pas la Communauté est "fasciste" .


  • #1128751

    Si je me souviens bien, le père spirituel de l’UE, Joseph Staline, avait dit après la guerre que dorénavant tous les opposants au socialisme quels qu’ils soient devaient être appeller "fascistes"......


  • O. Delamarche bientôt membre de l’UPR ?
    Asselineau (inspecteur des finances et président de l’UPR) préconise la sortie de l’UE et de l’IOtan depuis toujours.


  • Punaise c’est à mourir de rire, Delamarche parle à un mur, c’est évident qu’il faut revenir à une monnaie Nationale, les événements se succèdent à une vitesse vertigineuse et nous approchons de la catastrophe. Certains vont tomber de très haut.


  • #1128963

    " ça ne marche pas " nous dit Olivier. Tout dépend de quel point de vue on se place . Pour les escrocs de la FED qui nous dirigent, l’UE est un truc qui marche aux petits oignons : des pays endettés et complètement impuissants où ceux qui ont des Dollars Monopoly peuvent aller faire leur emplettes. Que du bonheur.
    Ce serait trop bête de faire cesser cette comédie pour la cleptocratie.


  • Comment ce journaliste n’entend pas Olivier. On perçoit le contentieux sous-jacent. Il est têtu et interprète ce que lui dit son interlocuteur. La folie habituelle en somme.


  • C’est à se demander si le journaliste n’est pas autiste. Ca ne marche pas, bonhomme, cette histoire de l’Euro, ça marche pas, c’est tout....OK, ils ont déconné, ils se sont trompés, mais bon voila ça ne marche pas...
    Plus sérieusement, ils ont pris cette histoire de façon religieuse.C’est devenu un dogme. Et si ils y sont tant attachés(dans tous les sens du terme), c’est qu’il y a des raisons.


Afficher les commentaires suivants