Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Retraites : les éditorialistes sur le pied de guerre depuis trois mois

Depuis l’annonce du projet de réforme des retraites par le gouvernement, et celle de la grève du 5 décembre en réponse, les éditorialistes sont sur le pied de guerre. « Prise en otage » des usagers par les grévistes, versus réforme « bonne et nécessaire » : voyage en terrain médiatique connu, morgue et mépris garantis.

 

Une réforme bonne, nécessaire et inéluctable

Depuis septembre, les éditorialistes préparent le terrain. « Bonne et nécessaire » pour Nicolas Bouzou (LCI, 16/09), « la plus nécessaire et la plus symbolique du quinquennat » pour Alain Duhamel (RTL, 13/09), la réforme des retraites est inévitable pour Christophe Barbier :

« Si on ne fait pas la réforme des retraites, on ne fait plus de réforme. Il n’y a plus de réformisme. S’il n’y a plus de réformisme, il n’y a plus de macronisme. On retombe dans l’immobilisme et alors là, qu’est-ce qui peut rester dans le bilan du gouvernement ? » (BFM-TV, 18/10)

Une question à laquelle répondait LCI un mois plus tôt :

 

Sur la même chaîne, Luc Ferry était présent dès les premiers jours pour faire une pédagogie toute sienne : « Il faut un QI de bulot pour ne pas comprendre qu’on est obligé d’augmenter la durée de cotisation ! » (LCI, 3/09).

Un premier aperçu du pluralisme à l’œuvre dans les grands médias, que confirment les positions éditoriales de trois principaux quotidiens du pays :

« La réforme envisagée par Emmanuel Macron est particulièrement ambitieuse. S’il parvient à ses fins sans transiger, il aura réussi un tour de force. On lui pardonnera alors volontiers sa course d’escargot. » (Le Figaro, 4/09).

Une ligne que le quotidien, reconverti en conseiller du prince, ne cessera de marteler à longueur d’éditos :

« Le gouvernement réussira à mener à bien sa réforme des retraites s’il parvient à convaincre les Français qu’elle est juste. Et cela ne devrait pas être trop difficile face aux agents publics défendant bec et ongles leurs régimes spéciaux. » (31/10)

Un rôle également endossé par l’éditorialiste du Parisien, Pierre Chausse, qui pense même à plus long terme :

« Mener à terme cette réforme viendrait légitimer un peu plus une candidature pour un second mandat à l’Élysée. Pour cela, il faudra surmonter sans trembler la contestation qui s’annonce. » (7/11)

Accompagnateur des contre-réformes structurelles depuis des décennies, Le Monde, enfin, veut lui aussi raisonner ses lecteurs en présentant le plan gouvernemental comme « transparent et équitable » :

« Sur le papier, le projet se défend. La réforme des retraites, décrite par Emmanuel Macron comme “un vrai projet d’émancipation”, est cohérente. » (4/11)

Message reçu ? Sur Canal + (19/11), Yves Calvi veut s’en assurer :

 

Et l’éditocrate tient à frapper tous les esprits de bulots :

« On n’y coupera pas. Soit on travaille plus, soit on cotise plus. Très honnêtement, ce n’est pas une découverte et il n’y a qu’en France que des débats pareils s’éternisent. »

Un martelage qui ne s’arrête pas là : au diapason, les deux invités – respectivement ancien rapporteur de la Cour des comptes et journaliste à L’Opinion – sont formels :

- François Ecalle : « Il n’y a pas 36 000 solutions, de toute façon, à plus ou moins long terme, pas forcément en 2025 d’ailleurs, mais en 2035, il faudra inciter les Français à partir plus tard à la retraite. »

- Raphaël Legendre : « On en revient au même point, il faudra très certainement travailler plus longtemps. »

Mais Yves Calvi tient à enfoncer le clou du « non choix » pour les téléspectateurs qui auraient encore un doute :

- Yves Calvi : « Pourquoi fait-on semblant qu’il y a des choix à faire puisqu’en fait, il n’y en a pas ? »

- François Ecalle : « Tous les Français n’en sont pas convaincus. La pédagogie, c’est l’art de la répétition, ou l’inverse, et donc il n’est pas anormal que régulièrement on remette les choses sur la table et qu’on rappelle qu’en effet, il y a des contraintes démographiques, qu’on ne peut pas augmenter les cotisations sur les entreprises ou les salariés indéfiniment, et donc que si on ne veut pas trop réduire les pensions – elles vont, elles risquent de diminuer dans les années à venir – eh bien, il faut […] inciter les gens à partir plus tard. »

Une pédagogie à laquelle s’attelle également Dominique Seux, que ce soit dans Les Échos, à l’antenne de France Inter, ou en tant qu’invité permanent sur LCI :

« Le sujet qui est sur la table, principalement, c’est de mettre un système qui soit plus équitable. Il ne faut pas sortir de cette idée me semble-t-il. » (LCI, 13/09).

Même son de cloche chez Europe 1, presque deux mois plus tard :

« Cette fois les Français savent que le système de retraite doit absolument être réformé. La prise de conscience est faite. » (Nicolas Beytout, 25/11).

Mais les meilleurs perroquets sont sans doute à chercher du côté de TF1, par la voix, par exemple, de François Lenglet :

« Le projet actuel du gouvernement vise à diminuer les inégalités, c’est à dire à prendre aux uns, les régimes spéciaux par exemple, les carrières ascendantes, pour donner aux autres, les carrières à trous. Objectif louable, mais la menace, elle est toute autre, c’est le déficit. Déficit qui ne peut se résorber qu’en travaillant plus longtemps. » (TF1, 18/11)

Ou bien du côté des oracles de BFM-TV, où l’éditorialiste économique Nicolas Doze déclare que les jeux sont faits :

« Dans tous les cas, ça ne nous exonère pas d’imaginer qu’il va falloir tous travailler plus, peut-être tous cotiser plus ou voire tous collectivement toucher moins de pensions de retraites, et peut-être même faire un peu un mix des trois ». (17/10)

Un cocktail particulièrement enthousiasmant donc, mis en œuvre par un haut-commissaire dont Christophe Barbier a déjà écrit la geste :

Lire l’article entier sur acrimed.org

À ne pas manquer, sur E&R :

L’exemple BFM TV, sur E&R :

 






Alerter

46 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2334961

    Les régimes spéciaux on les réforme , en les alignant sur le privé... ou l’inverse...

     

    Répondre à ce message

  • Avec quels "emplois" est-on censé cotiser demain ?
    Il y à bien sûr le mantra qui dit que les nouvelles technologies apporteront de nouveaux emplois, mais c’est juste une opinion...ça ne repose sur rien.

    La tendance c’est que l’automatisation de "tout" rend obsolète des centaines de milliers de postes.
    En soi c’est positif, nous voilà libérés des taches ingrates ; mais pourquoi le monde politique joue aux imbéciles en prétendant qu’il y aura encore assez d’emplois en 2035 ou 2050 ?

    Moi ça me fait juste rigoler de voir qu’on s’attaque aux retraites sans prendre en compte la mutation technologique en cours.
    Si la réforme à 30 ou 40 ans de retard, elle est elle-même totalement dépassée.
    Ou comment penser demain avec les idées d’hier !

     

    Répondre à ce message

  • #2335000

    Un niveaux de putasserie ( l’on devine que cela ne concerne pas ces rabatteurs) qu’on ne retrouve que chez cette caste.

    Sérieusement, visez la gueule de celui au oreilles saillantes : la gueule d’un sociopathe... les yeux.
    Ayayaille.

     

    Répondre à ce message

  • #2335004
    Le 3 décembre à 18:27 par alderic-dit-le-microbe
    Retraites : les éditorialistes sur le pied de guerre depuis trois (...)

    François Ecalle confond la lobotomie avec la pédagogie, l’un fait appel à la répétition pour graver de force de l’information dans l’esprit, c’est donc un viol de votre esprit et son compartiment mémoire, on est dans le registre de la violence, et l’autre vous démontre quels seraient vos intérêts pour motiver l’enregistrement d’informations, on est dans le registre de le connaissance et de la transmission.

    Il faut confondre à notre tour. Alors pour ce faire, au choix, nous avons pyrolyse et illumination, démantibulage et réforme, voyage au pays des ombres et pèlerinage.

     

    Répondre à ce message

  • #2335008

    D’accord pour le même système de retraite pour tous. Et surtout le même retraite pour tous ... parce que je ne vois pas pourquoi, l’un toucherait 850 euros et l’autre 40 000 euros, voir plus . Parce qu’au fond, que vous ayez été technicien de surface ou directeur d’une grande entreprise, quand vous êtes à la retraite, vous êtes aussi improductif l’un que l’autre .
    Mais pour donner la preuve de sa bonne volonté, le gouvernement devrait commencé par la retraite des politiciens .
    Comment une réforme pourrait elle être crédible, quand ceux qui la conduisent ne le sont pas le moins du monde ?

     

    Répondre à ce message

    • #2335328

      les retraites des politiciens exactement !! qu’on arrête de rétribuer tous les dinosaures ex présidents parasites !! y’a du ménage à faire dans leurs régimes de retraites à tous ces ....... ( mets le qualificatif que tu veux à la place des pointillés, le choix est vaste !!! khkhkh !!

       
    • La même retraite pour tous, si on va par là, ça veut dire aussi filer du pognon à des gens qui n’ont jamais bougé leur cul.

      Je trouve normal qu’on reçoive selon ce qu’on a cotisé, mais il devrait y avoir un plafond genre 5000 euros par mois (ce qui est déjà franchement énorme)

      Je trouve moins normal en revanche qu’un sénateur touche 6 euros de prestations retraite pour 1 euro cotisé. Par exemple. Et ça, ça m’étonnerait qu’ils aient envisagé de le réformer...

       
  • #2335057

    Il est tout à fait logique que les parasites qui vivent sur les sacrifices des laborieux de ce pays soient vent debout contre les manifestants qui se dressent , tres tardivement , face aux racketteurs qui pillent les caisses de l’état !
    Les propagandistes " propagandent " .... les cognes " cognent " ..... les exploiteurs " exploitent " et les exploités " explosent " !!
    Jamais dans l’histoire de France , les profiteurs de l’argent public n’ont été si nombreux et si bien servi puisque détenant , comme jamais , tous les leviers , de tous les pouvoirs !
    Le peuple s’aperçoit depuis un an , que ces cafards défendront jusqu’au boutisme la poule aux oeufs d’or , pondus jusqu’au suicide par les travailleurs de ce pays !!!
    Dans ce combat le " petit coq dominateur et sur de lui-même est en train de bouffer le vieux coq gaulois !

     

    Répondre à ce message

  • Battant le pavé la France chante encore

    Musiciens, intermittents,artisans, paysans, pompiers, policiers aux désordres et caetera

    D’en boucle,d’édito,de plateaux TV,d’invités aux ordres et caetera

    Pour consignes médiatique à la rue beaufs,sans dents du camp d’en face préfet Lallement aux désordres et caetera

    Fée pensante,fer de lance Nathalie Saint Cric d’une redevance à macronland aux ordres et caetera

    D’un 5 décembre Javanaise éprise de liberté pose à la bouche des français et françaises aux armes et caetera

    Amen

    Nova

     

    Répondre à ce message

  • #2335345

    La dialectique diabolique du gouverement qui cherche à faire passer les Francais pour des demeurés irresponsables

    https://www.contrepoints.org/2019/1...

     

    Répondre à ce message

  • #2335431
    Le 4 décembre à 11:41 par Graine de révolutionnaire peut-être futur manutentionnaire
    Retraites : les éditorialistes sur le pied de guerre depuis trois (...)

    La télévision aujourd’hui c’est le manège enchanté et le monde fantastique de Babar
    Une telle escroquerie intellectuelle , c’en est presque risible
    Et dire qu’ici même , il y en a encore qui croivent ,que voter est la solution
    Petit conseil de lecture
    La fabrication du consentement : de la propagande médiatique en démocratie
    Livre d’Edward Herman et Noam Chomsky
    De la dictature à la démocratie
    Livre de Gene Sharp
    Et le meilleur pour l’analyse de ces deux livre ici même
    Lucien Cerise
    Gouverner par le chaos

     

    Répondre à ce message

  • L’Empire essaye de dresser les Actifs contre les Retraités : "ce n’est pas normal que les Retraités vivent mieux que les Actifs."

    Réponse des Gilets Jaunes Unis, Organisés et Coordonnés : ce n’est pas normal que les Parasites financiers vivent mieux que les Producteurs.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents