Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Soral, Chouard, Finkielkraut, Zemmour : Bégaudeau renvoie Sud Radio dans les cordes

« Le débat-type qui se reproduit à l’envi de plateau en plateau avec des castings changeants mais avec un schème général qui est toujours le même, c’est en gros Glucksmann contre Zemmour. »

Se revendiquant marxiste et penseur de la lutte des classes, l’écrivain, critique littéraire et scénariste François Bégaudeau a bien décidé de démonter la rhétorique bourgeoise de gauche antisociale et d’éviter les pièges de la droite néoconservatrice. Démonstration est faite face à Éric Morillot et Alexandre Devecchio [1] dans les studios de Sud Radio, la radio très orientée nationale-sioniste.

 

Le passage sur Soral-Chouard à partir de la 26e minute :

 

Parfaite illustration de cette gauche incapable de penser sereinement la question sociale, la dernière livraison du pornocrate Usul :

 

Notes

[1] Journaliste « antilibéral » proche de Zemmour et passé par Soros, Drahi et Dassault, compagnon de la bimbo sioniste Noémie Halioua

Bégaudeau et le retour de la lutte des classes, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

70 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les pauvres sont des riches qui n’ont pas réussi... C’est tout...

     

  • Les journaleux de cette radio sont infects de prétention et de suffisance. Leur insistance à vouloir classer le « peuple » à droite, à vouloir parler à sa place et ce soulagement de se croire -enfin- du bon côté du manche...sont exaspérants au possible !

    begaudeau s’en sort très bien ; mais c’est parce qu’il possède une certaine culture générale et une très bonne maitrise de la langue...

     

  • Je préfère lire et entendre François BÉGAUDEAU car il a une gestuelle et des mimiques qui ont cette tendance à m’impatienter, comme le font les accents trop prononcés, les sigmatismes et autres coquetteries faciales : mais je ne peux m’empêcher d’aller le voir développer face aux contradicteurs, car c’est un délice indicible de constater la stupéfaction benoîte de ses objecteurs qui se surprennent, au bout du compte, avoir fait une phrase qui semble tenir la route par la syntaxe, bien que le concept qu’elle porte soit erroné. Lire dans leur regard à la fois l’envie et la détestation de l’intelligence qui leur fait face est une jouissance particulière de l’esprit.

    De la Kontre-Kulture, du BÉGAUDEAU, du CHOUARD, du GUYÉNOT entre deux défilés de Gilets jaunes saupoudrés de vannes à la Dieudo, pour sûr que la « Bête » doit serrer les fesses tant ça tape de partout et sur tous les fronts.

    Alors peut-être qu’une fois tous les projecteurs braqués et la lumière faite dans les consciences ainsi que sur le labyrinthe dans lequel la « Bête » se tapit, pourra-t-on entendre : « Silence, on tourne ! » La page...


  • Begaudeau sur la chaîne Thinkerwiew a le même réflexe bourgeois de chercher partout" la moindre particule facsisante".
    Son discours s’adapte à ses interlocuteurs, c’est juste un écrivain.

     

    • Dans la vidéo du thinkerview, il faut impérativement faire mention de son implosion sur la question des antifa. Très drôle.


    • François Bégaudeau, littéraire plutôt averti, qui s’appuie sur Marx dans sa rhétorique à propos de l’esprit mesquin bourgeois, passe cette jolie périphrase :
      « Le débat-type qui se reproduit à l’envi de plateau en plateau avec des castings changeants mais avec un schème général qui est toujours le même, c’est en gros Glucksmann contre Zemmour. »
      pour éviter le sujet qui disqualifie immédiatement et définitivement Sur la question juive de Marx.
      Il est aussi habile que Houellebecq, il s’amuse de cette bétise et n’en pense pas moins.


  • #2151509

    Ce type c’est l’après Soral car le combat continue.
    C’est pas qu’un combat de bons contre mauvais mais surtout un combat entre les cons et les personnes intélligentes.

     

    • Il lui manque ’seulement’ tout le réalisme, tout le concret Soralien dans ses réflexions (Pour le peu entendu)


    • @kantor
      Peut-être prendre le temps d’écouter plus longuement avant de pointer du doigt l’absence éventuelle de son sens concret. Je trouve qu’il essaie justement d’articuler les choses avec intelligence, raison et semble respecter des points de vues différents du sien (comme quand il évoque le gaullisme), montrant qu’il ne serait donc pas de cette caste d’aboyeurs arrogants.

      Aussi, cette entrevue se termine à mes yeux au sommet alors que ses derniers mots sont "sauf résurrection du Christ". Sachant les auteurs desquels il se réclame et les mouvances globales qui l’inspirent (y compris l’internationalisme), c’est quand même fort de finir là-dessus. Il montre qu’il perçoit bien l’aspect absolument fondamental du Christ dans le monde et montre autrement plus de finesse que nombres de ses comparses qui se caractérisent généralement par un anticléricalisme et une antireligionisme rageurs (Mélenchon...)


  • lol le mec de TVLibertés complètement largué.

    Quant au Peuple, le mot existe donc on n’a pas fini de l’employer, et oui, bien sûr qu’il est : t’en es ou pas.


  • Hou la la, j’ai visionné 30 secondes de Usul. Ce type est laid de partout. Physiquement autant que moralement. J’ai arrêté bien vite. Brrr... Je me sens tout sali


  • Si vous voulez dire que le surdéterminant de la société c’est le Capital,
    Alors, le surdéterminant du Capital et de la société, c’est la religion.

    Non pas parce qu’elle serait l’opium du peuple
    Et la preuve qu’elle ne l’était pas puisque le peuple s’en est détourné
    (en a parte : comme quoi Marx a bien parlé du peuple et pas seulement du prolétariat, sous section du peuple)

    Mais parce que la Religion dit le Bien, donc la Loi
    Et étymologiquement, "reliant" l’Homme à Dieu, lui donne sa dignité,

    Or, Loi et la dignité de l’Homme sont les deux conditions de toute société
    La Loi parce qu’elle organise la Paix donc le contraire de la barbarie
    Et la dignité de l’Homme car elle fait de lui un sujet du droit et non une chose.

    Il n’y a pas de société sans religion donc sans Dieu
    Et toute société qui a perdu sa religion meurt.

    Notre société ne meurt que de son apostasie.
    Ce pourquoi et par quoi , elle verse dans l’anarchie.

     

    • Tout à fait.
      C’est pourquoi les Gilets Jaunes sentent que la révolution est possible et c’est aussi la raison pour laquelle les grosses fortunes commencent à se casser.
      Conclusion le satanisme et l’anarchie actuels ne peuvent pas persister.
      Ça ne peut que se casser la figure, elle est là cette barbarie, dans les rues, à Marseille, dans les médias, un petit peu partout.


    • Oui... mais ce sera alors une autre religion : car le christianisme a failli et tout ce qui meurt ne revient jamais à la vie, fut-il catholique !
      A l’ère de l’individu détaché justement de toute entrave ethnique et religieuse, et bientôt familiale, il est vain d’espérer des anciens cultes monothéistes qu’ils nous sauvent du désastre ; car s’ils n’ont pas su ou pu prévenir la catastrophe à venir hier, comment le pourraient-ils aujourd’hui ? Par quel miracle ? Et contrairement à vous, je crois que la société marchande est tout à fait capable de pourvoir à la nourriture spirituelle des peuples. Promenez-vous donc dans les galeries marchandes le samedi après-midi et voyez ces masses de zombies succomber à l’ivresse de la consommation.

      Et vous savez pourquoi ? Parce que , pratiquement, personne ne supporte l’idée d’être soi, simplement soi, banalement soi. Et la société de consommation offre à chacun, selon ses moyens, d’être plus que soi et d’assouvir ici bas, ses désirs les plus ardents, fussent-ils éphémères et passables.

      C’est pourquoi je crois que l’homme actuel peut plus facilement se passer de religion que de consommation d’objets transitoires qui lui font ressembler, même vaguement, à son footballeur préféré...


    • @king

      Si ce que vous dites était vrai E&R n’aurait aucun lecteur, et le Colisée n’aurait connu aucun martyr.

      Ou alors, si ce que vous dites est vrai, les 270 000 000 de martyrs chrétiens depuis Dioclétien étaient des névrosés suicidaires et les milliers de lecteurs de E&R des suicidaires en attente de suicide.

      Nous y compris.

      Or, c’est faux : j’ai commandé un birthday cake avec Minnie Mouse dessus, (la femme de Mickey), pour l’anniversaire de ma femme, la semaine prochaine.

      Mais, c’est vrai : pas chez Auchan.


    • A François...

      270 000 000 de chrétiens martyrs ? Vous les avez comptés ?

      Le but de E&R serait plutôt d’inciter au doute et de remettre en cause la version officielle, pas de répéter une « vérité » absolue pour mieux nier le réel. Notre pouvoir ne va pas au delà ; le reste, c’est de la politique. Le destin du christianisme, comme toute vérité qui fut absolue, est de céder la place à d’autres « vérités » qui, à leur tour, entreront en sénescence et mourront, fatalement.


  • Bégaudeau vs Glucksmann ? En tout cas ils figurent tous les deux parmi les signataires de la tribune immigrationniste d’il y a quelques mois


  • Begaudeau est radical, habile, punk. Très instruit (beaucoup + que votre messie). "le mérite n’existe pas, que fait on des non méritants ?"

    Un vrai de gauche.
    Bravo François

     

    • Il est plus instruit que Jésus* ? Commentaire insensé.

      * je doute qu’il accepte une rencontre débat au plus vite.


    • De quel messie parlez-vous @gary ?


    • que fait on des non méritants ?"

      rien ,ils sont déjà aux commandes


    • Notre messie comme vous dites lui mettrait une bonne branlée si vous voulez mon avis.

      Interrogez-le devant une caméra sur la FM, sur Dieu, sur les juifs, sur la droite des valeurs, ou sur les milices antifasciste... On peut être fort et juste sur une partie du puzzle mais ne pas en avoir une vision globale cohérente.


    • S’il existe une vaste entreprise de domestication d’animaux qui n’en sont pas, l’inverse mérite attention : domestiquer une bête ( une entreprise bestiale) passe par plus de mimétisme que de violence. La paix- la guerre : l’erreur.
      Si je dis à quelqu’un qu’il est un con (violence du mot qui touche) pour démontrer quoi que ce soit, le rapport qui s’installe ensuite n’est pas sain. Là-bas le moindre faux-pas entrainera vengeance ; le rapport dialectique n’est pas maitrisé : vous mettez la tête dans la gueule du lion : ca peut passer, ça vaut mieux pour vous, mais ce n’est plus entre vos mains ( plus de votre ressort, puisque dans la gueule du lion).
      Si l’on considère la métaphore ou l’allégorie comme une des applications de la vérité, il convient de définir si la politique cherche à :
      — établir une équipe de jeu cohérente ( en foot : une équipe de 11 + remplaçants ; réfléchissez à l’italique par Marx) ; pensée de DROITE
      — établir les règles du jeu, du match qui oppose deux équipes ; pensée DEMOCRATE
      — faire que les deux équipes ne jouent plus pour éviter tout conflit, puisque c’est bien le jeu qui exaspère les tensions identitaires ; pensée de GAUCHE (là, on ne joue plus... Et si tel n’est pas le cas : "tu n’es pas le bienvenu chez moi" ; c’est la loi de l’évitement, loi de la jungle véritable, c’est à dire : tout se passera à l’abri des regards, c’est à dire hors-vue.
      le bruit du silencieux:Tfung-tfung...
      le saut d’une branche vers vous, l’attaque du jaguar
      la poutre qui assomme Cyrano...

      Donc :
      anthropologiquement, le fait d’être un homme, repose sur un ensemble de déterminations qui est justement déterminé par le respect que vous témoigne le sauvage : le lion (hors cirque). le reste n’est que justification arbitraire de la barbarie. Comprendre que le fait d’être un homme passe par la loi de l’évitement : c’est l’endroit interdit, parce que bien orgueilleux celui qui y passe etc...

      Comme le dit la chanson : "je te montre mes dents ; tu vas avaler les tiennes"

      La pensée sérieuse est celle qui dit : " Ici, nous sommes sur le territoire du lion".
      La parole frivole dit, alors qu’elle est sur le territoire du lion : " Ici, nous sommes chez nous".

      Moi ? ce que j’en dis ? Que voulez-vous dire ?

      La passion, qui n’est que le dérivé du mot "souffrir", ne peut pas accéder à la compréhension.
      Celui qui comprend ne souffre plus ; non pas parce-qu’il est mort, mais puisque il se tient hors champs du souffrir ; comme dirait Cousin : "... en s’en donnant les moyens...".


    • Et j’ajoute que : de dire que l’inverse est toujours possible (comme le pense et le dit François ; qui est sympathique, partage bien la souffrance), dans un jeu oratoire, d’écriture ou autre, ne tient pas la route dans une pensée sérieuse.

      Des millions de degrés positifs, et une limite dans le froid, par exemple -273,15 °C.

      Autre exemple :

      Le lion vient vers vous, pour vous domestiquer, il vous apporte une gazelle, et après il doit partir parce qu’il a un rendez-vous important... Une véritable pensée dialectique dit : l’homme s’éloigne du lion parce qu’il ne veut pas un rendez-vous avec la mort en son écrin lion. Et le lion, à son niveau, fait de même face à l’écrin homme. Au delà, c’est la barbarie, c’est à dire l’anthropomorphisme et ses infinis corollaires. Jouer avec le Feu, même si toute petite flammèche... Le zéro vulgaire, le zéro pratique, soit, pas le zéro absolu et sa zone véritable de fluctuation existentielle que sont les limites du mesuré, de l’impossible à atteindre donc... là on ne joue plus, on travaille à une oeuvre dépassionnée, hors névrose, etc...


    • Si les africains avaient versé dans l’anthropomorphisme et ses corolaires, il n’y aurait plus de lion en Afrique depuis bien longtemps ! Pas besoin de fusil pour ça !


  • La "religion" est vitale dans une société car elle "relie" les hommes entre eux .

    Secondairement après avoir "relié" les hommes entre eux , elle les "hérarchise" et leur fait accepter leur position dans l’ordre social.

    C’est ainsi que jusqu’à très récemment nos sociétés ont été des sociétés "acceptées"

    Ce n’est que très récemment que l’ordre social n’a plus été accepté plus précisément à l’émergence du Capital dans l’ordre social ancien qu’il détruit.

    C’est alors que se répand l’idée que les gens d’en bas doivent contester par nature et structurellement la place des gens d’en haut

    le "marxisme" n’est pas autre chose qu’une "polémologie" qui structure cette contestation et lui définit une stratégie opérative.

     

    • @martin dupont
      Il y a en ce moment sur EéR, merci à eux, un passage d’une vidéo d’Imaran Hosein ou il dit l’inverse de vous.
      Les riches font en sorte d’être plus riches pour que les pauvres restent toujours plus pauvres, c’est une oppression et Dieu n’aime pas les oppresseurs.
      Donc, si je m’en tiens à votre raisonnent, je devrais fermer ma gueule et remballer mon Gilet Jaune, Pffft, avec vous c’est certain, on est mal barré.
      La religion est un bien sacrée pour redonner vivacité et salut à son âme. Avec l’aide de Dieu, on accepte pour son prochain ce qu’on accepterait pour soi même, et l’on refuserait pour ce même prochain ce que l’on se refuserait à soi même. Il n’est jamais permis dans les religions monothéistes une quelconque supériorité, sauf dans la piété.... Un raccourci, autrement j’en aurais pour des plombes.


    • L idée première de la religion est de relier chacun à son créateur, de lui donner les moyens de le faire et d’établir sa relation éternelle avec Lui.
      L irreligion ou l absence de religion a toujours démontré qu’ elle était capable de relier les hommes entre eux quand il s agit de partager des intérêts communs. C est ce que nous vivons aujourd hui jusqu au paroxysme et cela implique forcément une limite qui va contraindre les hommes à se tourner à nouveau vers la religion.


    • Pitchou
      Pour aller dans ton sens :
      "La joie du riche a pour substance la Douleur du pauvre."
      Léon Bloy Le sang du pauvre 1909


  • La grande force de Bégaudeau et ce pourquoi les bobos de gauche et droite le craignent tant, c’est sa puissante culture radicale et sa parfaite maîtrise des concepts.
    C’est un type qui comme Soral, ne pourra jamais être récupéré par le Système, c’est impossible.
    Comme Soral, il sait que l’antifascisme d’un côté et l’identitarisme de l’autre sont des armes de classe redoutables.
    Même si sa radicalité vient de l’autre bord et n’est donc pas la notre, sa parfaite maîtrise du combat de classe et des concepts qui en découlent peuvent nous faire converger sur de nombreux points, et vers un but révolutionnaire commun...
    Quant à ceux d’en face, ils n’ont très clairement pas le niveau ; je m’attendais à ce que Devecchio soit quelqu’un d’un peu plus conséquent culturellement, or il n’y a pas eu à gratter beaucoup pour voir qu’il y a rien derrière, hormis ce qui se rapporte à la question raciale et au sionisme... Si c’est cela le renouveau intellectuel de la droite et le "mouvement dextrogyre", eh bien je préfère cent fois écouter un type de gauche bien structuré comme Bégaudeau...

     

    • Bégaudeau est un gauchiste totalement systémique, qui l´a utilisé pour les bienfaits du multicultu a l´école, même s´il dit que les médias ont déformé son intention, et le film. Technique gaucho-trostkyste. L´hypocrisie de Bégaudeau qui adore le métissage dans son livre du moins.

      C´est que le systeme a bout de souffle -on ne peut pas continuer sur du Enthoven qui défent Finki contre la pisse mentale, les GJ pour lui indéfiniment-, doit lacher du lest. Le syteme va changer radicalement c´est sur. La vieille merde politico-médiatique va aller a la poubelle ; reste a voir par quoi cela sera remplacé ; et comment le capital se reformera.

      Pas d´acc avec lui sur le bourgeois conscient de son illégitimité. Le bourgeosi est juste un gros con qui vote Sarkö-Macron en croyant que ca sera bien pour lui. D´accord sur le dégoût physique qu´il a du peuple ; alors que le bourgeois n´est qu´unfils des 30 Glorieuses, qui vient du peuple 50 ans avant.
      Deleuze grand penseur marxiste bof, je m´attendais a Rosa Luxembourg and Co.

      Bégaudeau est un gauchiste intelligent. Aucune confiance en lui mais il peut servir la cause.

      Enfin, touche géniale finale sur l´arrivée du Christ rédempteur, jeu de mots et provocation a la franc-maconnerie- Ne jamais évoquer le salut par lé Christ. La tête des journaleux. Christ pour eux, cést Diable pour nous.


  • Bégeaudeau :
    - Évoque le racisme, mais toujours à sens unique. Or il existe un racisme anti-blancs ancré et observable d’emblée chez nos néo-immigrants (on leur doit quelque chose, sans doute...) ;
    - Parle de Finkielkraut comme le bourgeois intellectuel qu’il est de fait. Mais n’aborde pas les fondamentaux. Par exemple, Finkielkraut est-il Académicien parce qu’il est un grand intellectuel ou plutôt surtout parce qu’il est Juif ?
    Bref, fort de son succès de librairie, il se la pète un peu. Je préfère, dans l’analyse en général, l’argumentaire Soral.
    Concernant la 2ème vidéo (Usul), aucun intérêt sauf, mais c’est le but, relever la médiocrité.
    PS : Je ne me prétends en rien un intellectuel, alors disons que c’est, comme on dit, juste un ressenti.


  • Bégaudeau a une très bonne rhétorique mais en plus accompagné de bon sens. Ayant une bonne culture générale et intelligente, en face à s’aperçoit au final que nos trois collabo journalope sont complètements dépassé par ce que leur répond Bégaudeau. On peut constater clairement qu’intellectuellement ils ne font pas le poids et qu’ils ont la goutte de sueur qui leur coule sur la tempe. C’est assez jouissif de voir comme Bégaudeau renvoie les naïves tentatives de pièges avec un scud en retour qui les mets K.O intellectuellement.
    On peut même s’apercevoir que nos deux compères essaie de faire du Bégaudau dans leurs questions mais qu’ils se prennent les pieds dès le départ.
    C’est franchement jouissif lorsque l’on voit ça.


  • #2151673

    Beagaudau s’arrête là où Soral commence. Mais il a un parcours étonnamment comparable. Quand le déclassement viendra, car pour lui les carottes sont déjà cuites, il sera intéressant de voir s’il est capable d’aller aussi loin.


  • Avec Usul, la pensée capitule.

    L’homme, qui se croit de gôche et pensant, réussit à planter un mail de marronniers à propos de l’antisémitisme, en vient aux rapports entre la gauche et l’antisémitisme, mais, malgré son enquête scrupuleuse, ne trouve jamais la vieille taupe.


  • Un débat Begaudeau - Soral...j’achète de suite la Vod Kontre Kulture pour le bien être de mon cerveau


  • Ancien punk et cultivé, c’est sûr que c’est autrement plus intéressant à écouter que les guignols habituellement invités sur les plateaux ! Le discours de Bégaudeau est une bonne surprise dans son genre.


  • Il est de l’ancien monde, avec encore le clivage D-G créé de toutes pièces au XVIIIe siècle et moyennement signifiant. C’est un produit du capital qui cherche juste à le rendre présentable, moins sale, mais manger de la merde même avec des condiments ne change que l’exhausteur de goût.
    Les deux ensuite c’est encore plus grave (si si) : suite de sophismes et de redites sans la moindre parcelle d’analyse même tronquée. On entend tout de suite la différence : c’est nuuul, il n’y a pas de contenu.

     

    • De lire votre commentaire m’incite bizarrement à me demander, n’a-t-on plus le droit d’avoir une pensée ? Sans penser que certaines pensées sont autrement plus crétines que la sienne ! Par exemple celle-ci "Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires" ( E.M de LREM et chef d’état français). Qui profite du crime où est l’ennemi, à quand l’analyse de fond ? Je suis formel, c’est la preuve de ma connerie (un peu comme la pensée unique).


    • De lire votre commentaire m’incite bizarrement à me demander, n’a-t-on plus le droit d’avoir une pensée ? Sans penser que certaines pensées sont autrement plus crétines que la sienne ! Par exemple celle-ci "Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires" ( E.M de LREM et chef d’état français). Qui profite du crime où est l’ennemi, à quand l’analyse de fond ? Je suis formel, c’est la preuve de ma connerie (un peu comme la pensée unique).


  • Bien joué le coup du christ à la fin car ils n’ont pas arrêté de le titiller sur la religion afin de lui mettre une étiquette, sans y parvenir ils étaient verts car dominés tout du long et là BAM c’est lui qui lance le sujet croustillant mais Trop tard c’est la fin allez vous faire ...
    Sinon pourquoi il a encore accès aux émissions avec tous les KO qu’il met ? J’espère qu’il ne va pas sortir derrière histoire de ta bêtise populiste ! Ça serait un KO pour nous

     

    • Il a dû quand même accouché du fait qu’il n’était pas antisémite....
      Heureusement pour lui.


    • Element87
      Moi aussi je me suis posé la question de savoir pourquoi il était invité malgré tout ce qu’il leur met. Ma réponse la plus probable est : Par orgueil, tous pensent être capables de le moucher, mais il est clair qu’ils n’ont pas le niveau.
      Une pétillante bulle intellectuelle !


    • Bravo, vous posez la bonne question !

      Ce guignol a signé le manifeste pour l’accueil des migrants (https://blogs.mediapart.fr/la-redac...). Il est donc invité pour canaliser la tentation que certains pourraient avoir de lire (et surtout de comprendre) Marx, pour qu’ils ne produisent surtout pas l’analyse de la lutte des classes jusqu’au bout, notamment sur l’immigration qui est un levier stratégique majeur pour le capital.

      Tout ce qu’il dit sur les "bourgeois", le Gilet Jaune de base l’a déjà en intuition, le système essaye juste de canaliser la pensée en révolte dans une voie de garage. Il est la parade du système à la pensée subversive marxienne du communisme radical que transmet Francis Cousin, grande tentation pour le prolo en jaune en ces temps de crise (et/ou de pré-crise).


  • À propos de la vidéo d’Usul (j’ai regardé en diagonale parce que c’est insupportable)...
    Alors qu’il veut réfuter les arguments d’Alain Soral afin de le faire passer pour un méchant « antisémite », Usul choisit, pour sa démonstration (?), un extrait où Alain Soral dit :
    « Une saine compréhension de la question juive contemporaine, et aussi de l’antisémitisme contemporain, permet d’échapper, justement, à l’antisémitisme stupide, brutal, racialiste, délirant, voire même mystico-métaphysique. »

    Là je crois qu’on ne peut plus rien faire pour lui, le pauvre Usul.


  • Et sinon bien, bien Bégaudeau.
    Un intellectuel au sens noble du terme, avec un gros bagage (celui d’Alain Soral sur la question sociale, le marxisme) et une belle maîtrise du concept et du raisonnement. Il ne va pas aussi loin que Soral mais c’est par conviction, il saurait dire pourquoi, le justifier. Rien à dire : il a sa noblesse, qu’il devienne par la suite allié (ce que je pense et espère) ou ennemi.


  • #2151802

    Ceci dit, malgré les qualités indéniables de Begaudeau, il reste dans un créneau sans prendre aucun risque.
    Une des hypocrisies des gens comme lui est de revendiquer comme une fierté le fait de ne pas voter mais s’empresse la seconde suivante de se glisser dans le doux duvet "de gauche", pas partisan du tout évidemment... Bref, pas de casserole, pas de justification pénible et répétitive à donner en gage de "bien-pensance".
    Le fait d’interpeler la bourgeoisie lui permet justement de ne pas avoir à critiquer son gauchisme lâche.

     

    • Le bourgeois, le bourgeois, mais qu’est-ce que le bourgeois ?
      D’abord est-ce que ça existe encore ?
      Bégaudeau, une pensée qui soit disant pense vraiment mais dépassée, sclérosée dans une vision du monde.
      Soral, lui, a évolué, vu d’autres pensées, c’est ce qui le rend nettement supérieur et il a formé sa propre pensée.


  • Les plus grands talent de Bégaudeau, ce sont son talent oratoire, sa maîtrise de la langue, sa capacité de rebondissement extrêmement rapide dans une situation d’interview, et le fait qu’il ne perd pas le fil de ses idées.

    Après, c’est un marxiste, un anti-capitaliste (naturellement), un internationaliste (un simple corollaire de son marxisme : voir le "Manifeste Communiste"), un antiraciste (un attribut du marxisme culturel, et non pas de Karl Marx, puisqu’on trouve amplement de remarques racistes dans la correspondance de Karl, qui était d’ailleurs aussi occidentaliste et ce dans des écrits publiés), un cosmopolite (un autre corollaire de son marxisme), et un homme qui n’a aucune objection au comportement des Black Blocs (ce qui révèle son gauchisme).

    A ce titre, Bégaudeau n’est que rhétoriquement différent de ses hôtes dans l’émission. Il s’exprime mieux qu’eux et joue au chat et à la souri avec eux.

    Il est faux de dire que Marx n’a pas souscrit au concept de dictature du prolétariat. En revanche, il est vrai que son adhésion à cette notion se trouve dans sa correspondance (ceux qui voudraient la référence, veuillez me faire signe, je vous la communiquerai).


  • Messieurs de E&R, êtes vous au courant que Sud Radio, que vous qualifiez de "très natonale-sioniste", a offert une émission hebdo (jeudi 19-20) à Etienne Chouard ??? (Confirmé par Didier Maisto, Président de Sud-Radio, et par Etienne sur sa page FB).

     

    • Bien sûr qu’on est au courant : pas la peine d’enquêter : c’est dit dans la vidéo.
      Exception nullement contradictoire avec une tendance générale.


    • Donc la vraie question est : si Chouard est un danger pour le système capitaliste, pourquoi lui est il offert un poste de chroniqueur dans une de ses radios ? Merci pour cette preuve définitive, que Chouard est un idiot utile et que le RIC sera l’arme pour mettre fin à la contestation au terme du grand monologue national. J’espère que ça aidera les RICains les plus bornés à se rendre compte qu’ils vont servir de caution au gouvernement pour écraser la contestation.



      « En tout cas, notre seul ennemi, le jour de la crise et le lendemain, ce sera l’ensemble de la réaction groupée autour de la démocratie pure, et cela, me semble-t-il, ne doit pas être perdu de vue. »

      F.Engels à A.Bebel, le 11 décembre 1884.



  • Voir ses interviews et lire son livre sont deux plaisirs complémentaires.
    Par écrit, François Bégaudeau articule des références, des idées, une pensée, en dialoguant avec un interlocuteur stupide et pas imaginaire du tout ; on comprend alors son comportement face aux médiocres tentatives d’objection à l’oral : elles sont déjà dans son livre !
    (Preuve qu’ils ne l’ont lu, mais qui s’en étonne encore ?)


  • Les mecs ont compris qu’ils étaient en sursis et ils tentent une échappée en nous réinventant la faux clivage "bourgeoisie de gauche" vs "bourgeoisie de droite". Un bourgeois, reste un bourgeois.

    La bourgeoisie n’a plus d’utilité, ni les moyens de sa perpétuation.

    Elle va disparaître. Elle a eu le tord de se marquer au fer avec ses accumulations de biens, ses privilèges et ses lieux privilégiés.

    Il sera aisé de les cibler. Le jeu du chat et des souris a commencé. On va bien s’amuser.


  • Le mec se dit de gauche et défend la résultante d’une injustice imposée et l’idéologie qui permet à l’oligarchie de régner en divisant : l’anti-racisme.

    C’est un tartuffe ou une taupe.

    Si la bourgeoisie n’avait pas trahi les classes populaires en important des étrangers, le racisme ne serait pas né.

    Le racisme n’est qu’une conséquence de l’injustice due à la présence d’étrangers au sein d’une société construite sur le sang et les larmes de nos ancêtres.
    C’est un mécanisme de défense psychologique d’une entité individuelle qui songe au collectif.

     

    • Excellente remarque.


    • C’est joliment dit...pour vous reprendre : tout comme la présence des étrangers au sein d’une société est UNE conséquence - entre autre, j’insiste - de l’injustice que "nos" ancêtres et "nos" contemporains ont répandue dans leur pays d’origine.

      Par pitié, rendez-vous compte que "l’entité individuelle", "le collectif", c’est l’humanité. Pensons en termes d’humain et le racisme ne serait plus qu’un mot désignant la science qui étudie la classification des êtres vivants...

      Soyons, en tant que sociétés, en tant que nations, conscients de la responsabilité qui nous engage lorsque nous agressons sur leur sol - à tort ou à raison - un peuple dont une partie décide d’émigrer vers nos contrées - par nécessité ou par opportunisme. Acceptons cette conséquence, avec abnégation, et battons-nous pour que demain tous les territoires de la planète soient un terreau sûr, paisible, bref favorable à la vie et que les migrations soient naturellement ramenées au minimum.

      Ceci n’implique pas simplement d’en extraire nos armes et nos armées, mais aussi d’établir une relation juste : il faut balayer la corruption organisées là-bas et les privilèges engendrés ici. Il faut cultivé une relation de respect mutuel et cesser de tenter de subordonner l’étranger en retard dans la course technologique, parce que quelque part, la volonté est de les empêcher de se développer.

      La source de l’émigration là-bas, nous la fabriquons en réalité ici en occident, n’est-ce pas vrai ?

      Cordialement


  • De dire que l’inverse est toujours possible est une aberration : C’est beau et amusant, mais cela ne tient pas.

    En négatif, on n’est incapable d’atteindre la température d’un four à pizza !

    Cela donne donc une définition de l’équilibre bien particulière qui renvoie par évidence au mouvement, et donc à une physique post-physique, métaphysique c’est selon, l’un n’empêchant pas l’autre, mais l’un ne caractérisant pas l’autre non plus. L’induction de la cause à l’effet, ne permettant pas dans les faits de remonter justement jusqu’à la cause par l’étude de l’effet ; parce que le mouvement l’en empêche. Ce n’est pas le doute comme erreur, mais bien davantage le doute comme certitude : l’un n’empêchant pas l’autre, mais l’un ne caractérisant pas l’autre non plus !

    C’est sûr que, face à un raisonnement pareil, vaut mieux jouer sur du velours... Le doute comme certitude, le territoire du lion, tout ça... Comme on dit chez Domino’s pizza : Prudence !


  • Usul et son collègue ont vraiment une sale gueule, ce qui me fait dire de plus en plus qu’il fait se fier à la gueule des gens... Dieudonné , Soral, voir tout les sympathisants E&R ou le public de Dieudo que j’ai pu rencontrer depuis 10 ans, eux n’ont pas une sale gueule, au contraire, ils ont tous une vrai gueule authentique de résistants aux sales gueules ambiantes...
    Quelque part ça me rassure de pouvoir aujourd’hui me fier à la gueule des gens... Quand j’étais gamin j’entendais les gitans de mon école communale traiter d’autres gamin de tête de mort... Aujourd’hui que ces têtes de mort ont grandit, je réalise toute la sagesse des gitans...

    C’est pas une question d’islamo gauchisme ou d’antisémitisme, c’est dans les gènes gênerations après générations... Têtes de morts d’en haut têtes de mort d’en bas... Merci à vous ça me permet de relativiser avec mes problèmes d’ humanophobe, heureusement j’en connais encore des vrais humains, qui bandent dure et qui parle vrai, ceux qui vous font peur quand vous les croisez... Ceux qui vous feront toujours baisser les yeux les premiers, en dehors de YouTube, dans le vrai monde.


  • Les commentaires des journalistes sont loin d’être idiots.


  • anonyme



    Il est donc invité pour canaliser la tentation que certains pourraient avoir de lire (et surtout de comprendre) Marx, pour qu’ils ne produisent surtout pas l’analyse de la lutte des classes jusqu’au bout, notamment sur l’immigration qui est un levier stratégique majeur pour le capital.



    Donc il est prévu que les interviews ne doivent pas aborder le sujet de l’immigration....à surveiller donc
    Mr Question/Trottoir ne pourrait il pas vérifier l’hypothèse ? je lance un appel
    Autre chose sur la parade du système à la pensée subversive marxienne du communisme radical ?


  • Quoi qu’il en soit, son mot de la fin dit beaucoup...


Commentaires suivants