Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Totalitarisme sioniste dans le cinéma français : Virginie Despentes et Florence Foresti crèvent l’abcès

Les couteaux sont tirés. L’abominable 45e soirée des César, qui vient achever une institution devenue aussi consanguine qu’impopulaire, comme le cinéma français, a au moins débouché sur une clarification, une purge politico-médiatique. Deux camps se sont formés, que l’on pourrait appeler les pro-Polanski et les anti-Polanski, mais ce serait rester dans le vague, dans l’euphémisme, dans l’hypocrisie. En réalité, un axe de résistance au sionisme qui règne sur le cinéma français s’est fait jour, tout régime totalitaire générant immanquablement son opposition.

 

Aujourd’hui, après des années de chuchotements et de frustrations retenues, le mot est lâché, les dagues tirées, et la fracture s’ouvre, béante, sous les yeux d’un grand public médusé, mais qui apprécie qu’on nomme enfin les choses, c’est-à-dire le problème. Et le problème c’est la domination sans partage du lobby culturel sioniste dans le cinéma français. C’est ce qui enflait derrière Polanski, derrière J’accuse, derrière les César, et qui vient de crever. Il y aura un avant et un après le 28 février 2020. Beaucoup s’en réjouissent, les autres en sont déjà à choisir leur système de défense, qui est toujours le même : la lutte contre l’antisémitisme. Pas sûr que ça tienne !

Que ça soit à l’Assemblée nationale ou dans la culture, vous, les puissants, vous exigez le respect entier et constant. Ça vaut pour le viol, les exactions de votre police, les césars, votre réforme des retraites. En prime, il vous faut le silence de victimes.

Virginie Despentes a allumé la mèche dans Libé dès le lundi suivant la cérémonie. Elle faisait partie du jury et elle a démissionné. Une fois libre, elle a envoyé du bois. La défense du Système est assurée par l’agent sioniste BHL, l’animateur socialo-sioniste Cyril Hanouna, le comédien et acteur Lambert Wilson, le chroniqueur socialo-sioniste à insuccès Éric Naulleau et l’humoriste socialo-sioniste sinistre Stéphane Guillon. Deux membres de la communauté de Lumière et trois obligés. Virginie, qui cartonne avec ses livres punks, a une audience forte dans la gauche. Elle n’y va pas par quatre chemins :

Vous serrez les rangs, vous défendez l’un des vôtres. Les plus puissants entendent défendre leurs prérogatives : ça fait partie de votre élégance, le viol est même ce qui fonde votre style. La loi vous couvre, les tribunaux sont votre domaine, les médias vous appartiennent. Et c’est exactement à cela que ça sert, la puissance de vos grosses fortunes : avoir le contrôle des corps déclarés subalternes. Les corps qui se taisent, qui ne racontent pas l’histoire de leur point de vue. Le temps est venu pour les plus riches de faire passer ce beau message : le respect qu’on leur doit s’étendra désormais jusqu’à leurs bites tachées du sang et de la merde des enfants qu’ils violent. Que ça soit à l’Assemblée nationale ou dans la culture – marre de se cacher, de simuler la gêne. Vous exigez le respect entier et constant. Ça vaut pour le viol, ça vaut pour les exactions de votre police, ça vaut pour les césars, ça vaut pour votre réforme des retraites. C’est votre politique : exiger le silence des victimes. Ça fait partie du territoire, et s’il faut nous transmettre le message par la terreur vous ne voyez pas où est le problème. Votre jouissance morbide, avant tout. Et vous ne tolérez autour de vous que les valets les plus dociles. Il n’y a rien de surprenant à ce que vous ayez couronné Polanski : c’est toujours l’argent qu’on célèbre, dans ces cérémonies, le cinéma on s’en fout. Le public on s’en fout. C’est votre propre puissance de frappe monétaire que vous venez aduler. C’est le gros budget que vous lui avez octroyé en signe de soutien que vous saluez – à travers lui c’est votre puissance qu’on doit respecter.

On ne va pas mettre toute la tribune de Virginie, on a mis le lien dans l’article, et la chose tourne partout. Naturellement, nous, si on avait écrit ça (on l’a d’ailleurs écrit cent fois), ça n’aurait pas tourné autant. D’une certaine manière, Virginie a la Carte, elle a encore la Carte, mais pour combien de temps ? On lui souhaite de continuer à vendre ses livres pour vivre et rester indépendante, car c’est à ce seul prix qu’on peut encore l’ouvrir aujourd’hui contre la terreur sioniste. Attention, Virginie ne la nomme pas, mais elle tourne autour, et tout s’y ramène. Idem pour l’humoriste Florence Foresti, qui a animé la soirée mortuaire où l’on enterrait le cinéma français, tué par qui vous savez.

 

Florence brûle la salle avec « Atchoum » à partir de 8’08...

 

Eh oui, le progressisme culturel, le socialo-sionisme, on l’a expliqué et démontré, ça vous tue un secteur entier. Ça vous abaisse le niveau, jusqu’à des zéro ou des négatifs, ça vous écrabouille la qualité, la diversité, la concurrence, ça fausse le jeu naturel, ça règne et ça tue tout autour. C’est l’image du hêtre, autour de qui rien ne pousse. Comme le sionisme a tué la télé, il a tué le cinéma, et la soirée des César montrait cette foule soumise, terrorisée, n’osant même pas gueuler contre les injustices, ou alors la seule « injustice » qui lui reste : l’antisémitisme. Un antisémitisme fantasmé mais qui arrange bien les officines qui dictent leurs ordres aux grands commis de l’État. Là, on s’écarte un peu de la tribune de Virginie, mais on dit tous la même chose avec plus ou moins de pincettes. BHL a d’ailleurs rapidement saisi le message :

 

 

 

 

Florence Foresti, elle, a cité pêle-mêle Weinstein, DSK, Epstein et Bruel, ils en ont pris pour leur grade dans l’échelle des délits et des crimes :

« Un acteur a été accusé de se mettre nu devant sa masseuse. J’ai lu sa défense : "J’avais chaud". C’est vrai, on était en Corse, en été. Vous avez déjà essayé de garder un slip jetable par cette chaleur ?
C’est vrai Weinstein, chaud. DSK, chaud. Epstein, chaud. Si vous vous mettez nu dans l’espoir de nous exciter, comment dire ? Les gars, vous aurez plus de chance de nous choper avec un bout de pain. La nudité ne va pas à tout le monde. Ça s’essaie en cabine avant. Passé à un certain âge, un certain poids, en tout cas. Weinstein est moins dégueulasse habillé que nu. Bref, c’était mon message aux prédateurs : “couvrez-vous”. »

 

Un joli boulet qui a glacé la salle, déjà terrorisée par le maccarthysme ambiant. Heureusement, les bons petits soldats du sionisme culturel sont montés au créneau, aiguillonnés ou pas par leurs maîtres. Chez les soumis, parfois, la défense des maîtres, ça part tout seul, c’est inscrit dans le génome, on appelle ça la seconde nature, une nature bien écœurante, mais il faut de tout pour faire un show-biz. Écoutons Lambert Wilson, qui a pris sa plus belle voix d’indignée pour défendre celle de ses maîtres :

« Et en plus, qu’est-ce qu’on va retenir de la vie de ces gens par rapport à l’énormité du mythe de Polanski ? Qui sont ces gens ? Ils sont minuscules.
[...] Cette espèce de politiquement correct, je trouve que c’est du terrorisme. En plus, c’est bête ! On se dit “mais où sommes–nous ? Qui sont ces gens ?” Ça m’a choqué, j’ai trouvé qu’on était minables. Il y a cette espèce de tribunal, de lynchage public que je trouve absolument abominable. »

 

Aussitôt, les journaux sous influence – la même, c’est toujours la même – ont embrayé, martelé la défense du réalisateur-enculeur (fallait enculer des vraies femmes, certaines adorent ça) et pointé leur fusil vers Adèle Haenel, celle qui a envoyé le réalisateur Christophe Ruggia dans la fosse, pour des agressions sexuelles répétées alors qu’elle était mineure. On apprend, de la bouche de Valeurs actuelles, que l’écrivain préféré d’Adèle est, est ?

 

 

Seulement, dans une interview donnée à Télérama en 2014 (à 7’20 dans la vidéo), en marge du Festival de Cannes, la même actrice, alors âgée de 25 ans, semblait plus encline à séparer l’œuvre de l’artiste. Au journaliste qui l’interrogeait alors, elle déclarait : « J’aime beaucoup Louis-Ferdinand Céline. Énormément. C’est, je pense, maintenant, mon auteur préféré ». Elle était alors capable de faire la différence entre Céline le romancier, et Céline l’antisémite.

 

Cela vaut excommunication, non ? Bizarre de la part des nationaux-sionistes de VA, qui semblent plus sionistes que nationaux pour le coup...

Dans le monde culturel, être antisioniste c’est donc pire qu’être pro-viol, si l’on résume le débat. C’est d’ailleurs tout le problème des pro-Polanski : en défendant le réalisateur, ils défendent le violeur, alors qu’on pensait, avec Céline, Dieudonné ou Soral, qu’on ne pouvait séparer l’homme de l’œuvre ! Oh le double discours tordu qui ne va que dans un sens, qui ne sert qu’un côté, oh le 2P2M de compétition...

La presse aux ordres et les people sous contrat sioniste (moral ou réel) ont embrayé et attaqué ceux qui avaient osé s’attaquer à Polanski et, derrière lui, au maccarthysme régnant. Le pauvre Éric Naulleau, le culturel-traître du moment (il y en a toujours un en haut de la pile, ou de la roche Tarpéienne), s’est fendu d’un tweet anti-Despentes qui lui est revenu dans la gueule puissance mille. On n’ajoutera pas ici les commentaires, tout le monde peut les lire. Et il y en a de féroces.

 

 

On pense honnêtement qu’on ne peut pas tomber plus bas que ce type, qui serait prêt à défendre Epstein si Epstein lui proposait une émission. Dans la veine du culturel-traître, il y a aussi l’inénarrable Stéphane Guillon avec son humour socialo-sioniste abominable, une espèce d’Aphatie seul en scène.

 

 

Lui aussi s’est pris la Twittosphère en pleine gueule, il est vrai qu’il manque de talent et d’humour dans ses tweets, comme dans ses spectacles qui sont devenus aussi tristes qu’un meeting de gauche. Par le biais de ce message d’une veulerie exemplaire, le faux humoriste espère peut-être enfin devenir une vedette de cinéma... Mais le milieu n’en veut pas, c’est cruel mais c’est comme ça. Pas bankable, le Guillon. Il aurait dû, s’il avait eu un peu plus de couilles (au moins une, même pas forcément deux, restons réalistes), soutenir Virginie qui, elle, s’est attaquée au Gros Morceau et qui a pris cher. Mais Virginie a plus de couilles que lui.

Naturellement, après les shabbat-goyim, ça a été au tour des officiers de monter au front, car plus beaucoup de monde ne veut se cramer pour Eux. On met une majuscule par respect.
Glucksmann, Hanouna, BHL, Goldnadel, Enthoven ont fait leur boulot de commissaires politiques, mais ça n’a pas changé la donne : le grand public est en train de passer de l’autre côté. Plus beaucoup de monde ne les croit, la propagande se retourne contre les propagandistes. Pourtant, ils essayent encore. Par exemple, ils ont balancé le cachet de Foresti, 130 000 euros pour la soirée, dont 30 pour ses auteurs. Au moins, elle, elle les rémunère, c’est pas comme les voleurs de vannes ou ceux qui ne payent pas leurs auteurs, ou avec des clopinettes malgré leurs énormes revenus... Et dans le milieu de l’humour, il y en a. On ne donnera pas de noms maintenant, ce sera pour un gros dossier à venir.

 

 

Hanouna balance donc le cachet de Foresti dans son émission, et lui oublie de parler de ses 250 millions d’euros offerts par Bolloré sur 5 ans pour produire de la merde pour les cons. C’est bête.

 

 

Les médias mainstream se cassent la gueule, la politique mainstream se casse la gueule, c’est maintenant au tour de la culture mainstream de se casser la gueule. La boîte de Pandore s’est ouverte, il sera difficile de la refermer. Le petit Enthoven a compris quand même une chose, dans sa haine de ceux qui résistent au maccarthysme sioniste ambiant : c’est que le débat se soralise. C’est d’ailleurs ce que Finkielkraut a établi dans sa dernière chronique :

 

 

 

En réalité, Virginie et Florence ne se soralisent pas (d’ailleurs on ne le leur demande pas), c’est simplement que, quand on est honnête et qu’on réfléchit un peu, on en arrive aux mêmes conclusions. Et aujourd’hui, depuis le tremblement de terre des Gilets jaunes, qui n’a pas fini de provoquer des tsunamis, beaucoup de Français se remettent à penser, les chuchotements se transforment en paroles, et les paroles en gueulantes. On ne voudrait pas donner de leçons, mais la répression des 1 % sur les 99 % autres, ça ne peut pas tenir longtemps. Il faut faire la paix, ou lâcher un peu de pouvoir. Sinon c’est tout le pouvoir qui changera de mains.

Pour finir sur une note moins lugubre, voici ce que les Inconnus pensaient déjà des César il y a 30 ans (1991) :

 

 

Bonus : « L’effrayante soirée des César », par Finky

La 45e édition des César a battu tous les records de férocité et de laideur. D’entrée de jeu, ironisé sans vergogne sur le physique de Roman Polanski. Elle l’a rebaptisé Atchoum, du nom de l’un des Sept Nains. Et ivre de colère hilare contre ses douze nominations, elle a fait de J’accuse un film sur la pédophilie dans les années 1970. Le rire barbare ayant définitivement pris le pas sur l’humour, l’assistance pomponnée gloussait et le ministre de la Culture, devenu le ministre de la bien-pensance et du lynchage compassionnel, se réjouissait en silence.

L’actrice Aïssa Maïga a compté le nombre de Noirs dans la salle. « À Cannes, on bloque les comptes et on compte les Bloch », disait Tristan Bernard au début de l’Occupation. Sous le régime de la diversité, ce sont les antiracistes qui font l’inventaire. On appelle cela le devoir de mémoire.

Découvrant, horrifié, que le César de la meilleure adaptation était décerné à Roman Polanski et Robert Harris, l’acteur Jean-Pierre Darroussin a choisi d’oublier une syllabe dans le nom du premier pour bien montrer qu’il lui écorchait la gueule. Ne supportant pas, pour sa part, que le César du meilleur réalisateur soit attribué au même Polanski, Adèle Haenel, qui ne le connaît pas, qui ne l’a jamais rencontré, a quitté la salle en signe de protestation.Les professionnels du cinéma ayant mal voté, l’Académie des César promet de faire mieux la prochaine fois.

Elle a été suivie, entre autres, par la « bienveillante » Leïla Slimani. Ne dites surtout pas à cette actrice et à cette romancière que Samantha Geimer, la femme dont elles invoquent le calvaire pour réclamer justice, est aujourd’hui le premier soutien de Polanski et qu’elle refuse violemment d’être statufiée en victime ; ne leur rappelez pas non plus qu’il est un rescapé de la Shoah, que sa première femme est morte dans des conditions atroces – Polanski est passé, pour elles, dans le camp des salauds, des bourreaux, des criminels contre l’humanité.

« Plus jamais ça », cela veut dire désormais « plus jamais lui et ses ignobles congénères ». L’individu disparaît sous le symbole de l’oppression « hétéro-patriarcale ».

« Quand vous généralisez la souffrance, vous avez le communisme. Quand vous particularisez la souffrance, vous avez la littérature », a écrit Philip Roth. Le communisme n’est plus d’actualité, mais l’idéologie ne désarmant jamais, le néoféminisme a pris la relève. Et comme on l’a constaté vendredi soir Salle Pleyel, il a de nombreux compagnons de route, fervents ou veules. Ladj Ly, à leur grand soulagement, a reçu le César du meilleur film pour Les Misérables. Récompense amplement méritée. Mais peu importe à ces moralisateurs qui refusent de séparer l’homme et l’artiste qu’il ait été condamné à trois ans de prison dont un avec sursis pour complicité d’enlèvement et de séquestration d’un homme qui avait eu la mauvaise idée de coucher avec la sœur d’un de ses proches. C’est « la France rance », comme dit Télérama, qui s’en émeut. Et pour la France qui se veut accueillante et progressiste, la domination ne peut avoir qu’un visage : celui du mâle blanc occidental et… Cette soirée placée sous le signe de la libération des femmes, ressemblait furieusement à une vidéo d’Alain Soral

Dressant la liste des prédateurs dans le monde du cinéma, la maîtresse de cérémonie a cru bon d’ajouter le nom de Dominique Strauss-Kahn à ceux d’Harvey Weinstein, de Jeffrey Epstein et de Roman Polanski, et de faire une référence indirecte mais insistante à Patrick Bruel. Quand Polanski a été distingué, elle a quitté la scène, « écœurée ». Tout aussi écœurées, deux militantes qui se présentent comme Les Terriennes ont tweeté : « celui qui doit être gazé, c’est Polanski ». Cette soirée placée sous le signe de la libération des femmes, ressemblait furieusement à une vidéo d’Alain Soral.

Les professionnels du cinéma ayant mal voté, l’Académie des César promet de faire mieux la prochaine fois. Elle dissoudra donc le collège électoral et en composera un autre, mieux ajusté à la sensibilité des jeunes générations. Bienvenue dans le nouveau monde !

 

On a retrouvé l’illustration qui a ému Finky et le petit Clavreul, anciennement à la tête de la DILCRAH, 100 millions d’euros de budget pour lutter contre l’antisé…, pardon, pour financer le sionisme :

 

 

Malheureusement, Clavreul a effacé son tweet, mais on pouvait y voir deux jeunes manifestantes gazées par les forces de l’ordre sortir : « C’est Polanski qu’il faut gazer ». Un terme qu’on n’a plus le droit d’utiliser, selon Ruth Elkrief. Ce qui a fait dire à Élisabeth Lévy, qui a tout mélangé, les manifestantes et Foresti, dont le sketch assimilait Polanski au nain Atchoum :

« Foresti ne pense pas à mal, elle ne pense pas du tout. Elle ignore que si Polanski est petit, c’est qu’il a grandi dans le ghetto de Varsovie. Encore plus loin dans le mauvais goût, dehors, des manifestantes qui reçoivent des lacrymos crient “C’est Polanski qu’il faut gazer”. »

Et le bonus avec le retour du vieux pruneau !

Séguéla : « Qu’est-ce qui se serait passé si Polanski était noir ? »

Messiha  : « On l’aurait applaudi ».

 

 

Après le monde médiatique, le monde politique, la fracture sioniste a atteint le monde culturel. Le sionisme a fracturé le monde culturel entre ceux qui ne supportent plus sa domination et ceux qui en vivent (encore).

 


 

Vous aimez les articles d’E&R ?
Participez au combat journalier de la Rédaction
avec le financement participatif :

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

91 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Reste à voir si derrière ce "courage" inhabituel pour la Foresti et celui de la Virginie, ne se cache pas une poussée d’ ultra-féminisme, prêt à soudain pourfendre, les pires travers cautionnés de longue date, juste pour faire avancer leur idéologie féministe, qui se poserait alors, en pilier de la morale. Ce qui, vous l’admettrez, serait... un comble...

     

  • Les gauchos et bobos qui se révoltent, mais pas trop, vont rapidement rentrer dans le rang. Sont pas connus pour leur courage et la soupe est bonne.

     

    • On ne les connait pas non plus pour leur honneur et pourtant :




      « Me faire dézinguer sur Twitter ? Ma légion d’honneur ! »



      E. Naulleau




      Mettre son honneur au niveau de Twitter, tu m’as compris. Cependant, rien ne dit son dézingage sur Twitter ne rende pas service à la Nation et cela, selon Napoléon, ça vaut médaille...


  • Il serait intéressant d’entendre l’avis de notre courageux Zemmour là-dessus. Est-ce encore, selon ses termes, une des nombreuses facettes du « suicide » français ?

     

    • A ma connaissance EZ ne s’est pas joint au concert des soutiens ethno-centrés à Polanski. Quoi qu’il fasse, qu’il l’ouvre ou pas, ses dénigreurs systématiques trouveront toujours quelque chose à lui reprocher. A ceux qui taxent Zemmour d’être prétendument "national-sioniste" je me permets de conseiller la visualisation du débat Zemmour-Finkielkraut. Il est vrai que les hystériques sont imperméables aux faits.


    • @ROSSEL

      A mon avis l’imperturbable c’est vous, zemour reste dans son créneau, l’islam et il veut en être l’apôtre vengeur en France, il est juif pratiquant ou ma mémoire me joue un tour. Vous pensez sincèrement avoir assisté à un débat sincère entre Fincky et zemour. Honnêtement vous m’épatez, si zemour n’est pas sioniste, pour vous, il en dicte pas moins le tempo à mes yeux. Vous imaginez tous les sionistes se proclamer ouvertement, mais à qui servirait la pression sur ces pseudos artistes dont justement parle l’article. Les 3/4 des artistes ne savent même pas ou se trouvent Hebron, mais ils ont instinctivement identifié le pouvoir, celui des sionistes. Il y a environ 30 ou 40 ans, les artistes n’en loupaient pas une pour rappeler le sort des palestinines, un peuple sous mirador et je n’exagérè rien, comment expliquez vous que plus un seul n’ose la ramener, ils sont tous devenus idiots ou bien c’est autre chose, zemour est le même, sinon comment expliquez vous aussi sa présence au quotidien dans divers méditas. Ah zut, les médiats en France sont sous la coupole des témoins de Jéhovah, pardon...c’est mon délire qui me reprend.


  • La petite Virginie n’y est pas allée avec le dos de la cuillère. Et vu qu’elle maîtrise les mots, c’est bien torché.

     


  • Le sionisme a fracturé le monde culturel entre ceux qui ne supportent plus sa domination et ceux qui en vivent (encore).




    Vous allez peut-être un peu trop vite en renonçant à votre analyse habituelle de « bug dans la matrice ». Car les féministes ne s’attaquent pas explicitement aux sionistes, leur cible est le mâle blanc en position de pouvoir... C’est au passage que les féministes se trouvent en conflit avec les sionistes, et sur des questions très accidentelles, très empiriques, car idéologiquement, il n’y a pas de conflit (sinon féminisme et sionisme se seraient opposés depuis longtemps). Abuser des enfants n’est pas une spécificité sioniste, par exemple, en Asie et en Afrique, les parents vendent leurs enfants à des bordels ou autres industries... c’est partout que les enfants sont des cibles privilégiées. La notoriété des pédophiles attaqués aujourd’hui par le lobby féministe est première, leur sionisme secondaire, ils sont aussi tous « de droite », et riches, « Weinstein, DSK, Epstein et Bruel » sont clairement des mâles blancs riches, sociologiquement de droite. Il se trouve aussi qu’ils sont sionistes, et c’est là que le communautarisme entre en jeu. Les communautés sioniste et féministe entrent en conflit, son origine est indifférente, le conflit est déjà nourri par le communautarisme plus que par le prétexte initial. C’est ça le point essentiel. Par exemple on pourrait fabriquer de toute pièces un casus belli et monter le communautarisme noir contre le communautarisme féministe, l’incident initial serait vite oublié une fois la dynamique communautaire mise en branle.

    C’est pour ces raisons qu’il n’y a pas à prendre parti pour les féministes contre les sionistes, il faut profiter du spectacle et les regarder s’entredéchirer sans intervenir, car intervenir ici serait leur offrir l’occasion de se réconcilier sur notre dos. Quand Finkelkraut mentionne Soral, en réalité, il offre une solution au conflit, féministes et sionistes peuvent parfaitement se réconcilier contre Soral qui est l’ennemi de tous... Une des conséquences possible de ce conflit est l’intensification des persécutions contre Soral, il faut faire attention...

     

    • Assez d’accord pour ne pas se mêler des querelles de bonnes femmes lorsqu’elles attaquent un groupe tiers qui se trouve sur le passage, par « hasard » : hasard d’être, ici, surreprésenté dans le milieu.
      Mais c’est exactement le mâle « dominant » (j’emploierais « prédateur » pour parfaire, ce qui n’est somme toute pas la même chose) qui est en cet instant ciblé : troupeau au sein duquel l’on cherche ceux de couleurs et auquel on associera inéluctablement tous les blancos sur trois pattes en négligeant qu’ils sont extrêmement rares à Bollywood.
      Pour ce qui me concerne, je dispose de milliers de clichés accolés à des dizaines et des dizaines de contrats volontaires pour les mettre dedans, « ces » féministes qui pensent parler au nom de toutes les « femelles », si l’on tient le propos pendant à l’emploi de leur « mâle ». Et autant de vidéos qui articulent la cerise sur le gâteau lorsque l’alchimie s’invite de l’autre côté du boîtier.
      Et me voici désormais cherchant dans la mémoire du passé, ce qui a pu me faire prendre conscience d’une telle prudence pour n’avoir jamais eu confiance au sexe dit faible, pressentant qu’il pouvait se retourner à tout instant. Peut-être d’avoir saisi inconsciemment qu’elles disent déjà tout, puis le contraire de tout dans la même phrase : alors pour le reste... Quand à leur duplicité légendaire...


    • Il y a des féministes honnêtes et qui réfléchissent.


  • Mon Dieu… je suis complètement d’accord avec Virginie Despentes, que j’adore lire et pour une fois dans ma vie, avec Finkie… suis je schizo Seigneur j’ai peur... faut juste que Finkielkraut arrête de voir Alain Soral partout … Et c’est vrai je suis d’accord avec tous ceux qui disent que Florence Foresti n’aurait pas du présenter les césars en sachant Polanski nommé partout. Mais comme disait Romy dans Max et les ferrailleurs : Ha, l’argent, l’argent, l’argent, l’argent !!! Moi je distingue l’homme de l’artiste. En ce sens je rejoint le patron de ce site si cher à mon cœur. Encore et pour toujours.

     

  • #2401659
    le 05/03/2020 par Pour bien rire dans les tranchées
    Totalitarisme sioniste dans le cinéma français : Virginie Despentes et (...)

    Je salue la patience des rédacteurs de ER pour leur décryptage et analyse (intelligente) de tout ce merdier.


  • Enthoven : "Cette soirée placée sous le signe de la libération des femmes, ressemblait furieusement à une vidéo d’Alain Soral..."
    ben tant mieux , ça prouve qu’il n’a pas tort sur tout …. on cherche la Liberté pour tous et les gens qui cherchent à noyer le poisson dans l’eau pour continuer à protéger leurs privilèges , en se mettant à plusieurs ( comme des racailles e banlieues ) pour nuire à des gens esseulés , c’est une solution qui passe de moins en moins - à un moment on voit le vrai visage et les objectifs de certains


  • Le problème de Polenski, et cela personne n’en parle, c’est qu’il s’est enfui pour échapper à la justice. Le malaise est la. Il n’a jamais purgé sa peine.

    Cela se rajoute aux faits eux mêmes qui sont : avoir droguée violée, sodomiser une fille de 13 ans.

     

  • Il me parait parfaitement idiot de prendre parti pour les uns ou les autres. Comme dans l’"affaire" Mila, le meilleur à faire est de regarder les dégénérés et les collabos de tous poils s’entre déchirer. Cette engeance n’éprouve que mépris pour les gaulois réfractaires indigènes de ce pays.Qu’ils crèvent.

     

    • Lu et approuvé !


    • #2401737

      @Felix
      Désolé E&R, je suis avec vous depuis 10 piges, j’ai pas un gros bagage intellectuel, ni un savoir mirobolant, ou une grande culture politique,ni scolaire, de classe prolétaire, école républicaine quitté a 15 ans ,pour un CAP, j’ai evolué dans des quartiers (wesh-wesh) dans une époque SOS racisme , mais puis-je saisir le sens de ces deux derniers articles



      Téléréalité : sexisme ou résistance au progressisme destructeur de la différence sexuelle ?
      Et celui-ci




      Virginie Despentes et Florence Foresti et la Télé-réalité pour défendre ou comme rempart a notre société en pleine décadence ??
      Je ne me permettrais pas de donner mon avis, mais j’espère que le président Alain Soral va nous donner plus d’explications, parce-que là, je cale
      Je comprends sur le rapprochement avec des zadistes, des communistes radicaux, des survivalistes, des anars, des vegans, des perma-culteurs, des fafs, des jeunes de banlieues, des décroissants, des musulmans, des païens, des conciliaires, des orthodoxes, des sedevacs, des ultra-natios ou des catho-tradis (dans la mesure d’amour du pays bien-entendu et de la sincérité du combat)
      Mais la télé-réalité et deux représentantes de la subversion autorisé par le système oligarchique et de l’humour bas-de-gamme bobos, je saisis pas ???
      Pouvez-vous faire une émission sur ce sujet, pour pas que l’on décroche ??
      Moi je suis largué un de Brague, un Soral , vous ou un Cerise expliquez bien, donc donnez nous les clefs de compréhension
      merci bien cordialement


    • lu et approuvé !


    • @Conspirassionite aiguë
      Je pense qu’il faut y voir, la mise en lumière de bugs dans la matrice :
      La téléréalité qui montre des hommes et des femmes qui accentuent les caractères sexuels de leur genre pour plaire au public, montre que malgré la propagande les "candidats" ont compris que ce qui marche c’est pas les nouveaux "genres".
      Le féminisme qui s’attaque au sionisme car le sionisme est tellement totalitaire, absolutiste, paranoïaque qu’il ne comprend même pas l’effet de son comportement.
      Donc, il ne s’agit pas de valoriser les dégénérés candidats de téléréalité ou féministes hystériques, mais juste de montrer que la propagande et l’ingénieurie sociale n’est pas une science exacte et que parfois ça part tout seul en sucette.
      Pour notre plus grand plaisir.


  • ." En réalité, un axe de résistance au sionisme qui règne sur le cinéma français s’est fait jour,"

    Ah oui ? une résistance au sionisme, mais qui est loin de se revendiquer explicitement ainsi.
    Moi je ne vois qu’une analyse sociale chez Despentes, les puissants contre les modestes, et pour Foresti et les autres, un retour au féminisme radical.

     

  • C’est la Guerre des Etoiles !

     

  • Je bois du petit lait en voyant ce petit monde pourri s’auto-phagocyter !


  • Toujours la même phraséologie : c’est à cause de Soral, Dieudonné & co bien entendu quand ce n’est pas lui c’est son allusion à l’antisionisme, à l’antisémitisme, aux heures les plus sombres de notre histoire “que l’on pourrait étudier en profondeur, on y trouverait à coup sûr de grosses pépites et les raisons cachées de ces raisonnements fallacieux que l’on nous sert à chaque moment matin midi soir ainsi qu’à l’apéro et aux moments de nos repos c’est-à-dire 24h/24 7j/7”. Le gang à khalifat et ses allié(e)s si serviles en est pathétique, consternant de bêtises situées, en général, sous la ceinture et coincées dans leur cerveau. Certains médecins disent que l’on se nettoie le cerveau pendant le sommeil pour se débarrasser de ses toxines toxiques de la journée. Certes, on pourrait extraire de cette hypothèse le gang à khalifat voyant des chaud chaud ah-bon partout, des rouges-bruns, des séditieux, des anti-sémites tralala-tralalère partout qu’ils en sont obligés de nous pondre des lois liberticides rédigés par eux donner à X (un ex : loi Avia pensée en 2018 votée en 2020 : https://www.gouvernement.fr/rapport..., faites bien attention aux dates, c’en est risible ;-) ce n’est même pas un fake, pauvre d’EUX) pour museler la parole des éveillé(e)s et si vous ne le comprenez pas alors ils saisissent leur justice à eux pour lui intimer de sévir financièrement pour museler à nouveau ces claques-museaux de goys.

    Ce qu’affirme Virigine Despentes n’est pas une affabulation, c’est la stricte vérité. Mais ces gens-là ont un problème avec la vérité qu’ils triturent, bidouillent, fabriquent, manipulent, révisent quand c’est en leurs défaveur pour nous imposer une autre histoire, LA LEUR, qu’ils embellissent, magnifient car derrière le plus beau joyau se trouve la laideur de sa fabrication, de son commerce. Quand on les côtoie, on en vient à penser de façon identique à celle définit par Virginie Despentes. Il faut dénoncer cette mafia, cette pieuvre mondiale, ces métastases cancéreuses avant notre mort clinique. Quant à Foresti, il n’y a plus cosmopolite qu’elle, que vient-elle faire là.


  • C’est bien ce qu’elle a fait Foresti. Tous ces sourires de coincé(e)s, d’apparat fictif, ça se prend pour des artistes, ça côtoie le grande monde ? Leurs films sont très très moyens pour pas dire plus.
    L’odeur de la merde leur remonte aux naseaux ? Tant mieux.
    Pourquoi ne sont-ils pas foutus, en tant qu’artistes, de se regrouper pour faire un film enfin purement gaulois qui envoie valser toute cette bien-pensance ?
    Au lieu de mettre 1000 balles dans le coiffeur et 1000 balles dans le smoking...
    Ça pourrait être une série... Le scénario serait assez facile à écrire, à condition de pas avoir froid aux yeux.
    À quand un film bien franchouillard - mais intelligent et drôle - qui se moque du féminisme, du manspreading, de la PMA, du pouvoir corrompu, du niveau scolaire, etc.
    Ça serait l’histoire d’un Français de 1788 qui voyage dans le temps...


  • à dégueulbif !
    _ un "cinéma" de l’entre-soi d’une classe, d’une communauté qui s’érige et se proclame en fonction d’elle même et pour elle même.
    et nous, pauvres cons de nous, qui contemplons ça et applaudissons à l’occasion.


  • Une pensée me revient.. le rétropédalage de Franck Dubosc lors des manifestations des gilets jaunes et aujourd’hui la force du Texte de Virginie Despentes.. Émue.


  • Personnellement, j’ai trouvé Florence Foresti courageuse et drôle.

     

    • Foresti n’est pas courageuse (et pas drôle non plus au passage), vous confondez courage et soumission.

      Foresti avait le choix entre se faire punir par les sionistes ou se faire punir par les LGBT-féministes, elle a seulement évalué le coût pour elle de l’insoumission : trahir le communautarisme LGBT-féministe lui coûte plus cher, elle attaque donc le mâle blanc juif au risque de déplaire aux sionistes. Elle est plus soumise au communautarisme LGBT-féministe qu’au sionisme. C’est tout. Il n’y a aucun courage.

      Naulleau n’est pas courageux d’attaquer telle ou telle féministe, ou autre personnalité quelconque, il obéit au communautarisme sioniste auquel il est soumis. Qui oserait soutenir que Naulleau ait le moindre courage ?

      Aucune des femmes (Foresti, Haenel, Despentes, etc.) prenant position contre Polanski n’est courageuse, elles sont seulement soumises à un autre communautarisme qui les oblige à exprimer leur soumission et loyauté.


  • Rien à faire de Polanski ... mais ce qui a fait a été fait depuis longtemps. S’il existe encore dans le monde du cinoche, c’est qu’ils l’ont bien voulu, point barre.
    Foresti ... bof, humoristiquement parlant, pas plus haut que E. Semoun dans ses périodes de forme. Malgré qu’elle pompe qu’elques intonations gutturales à Dieudo (mine de rien), elle n’a aucun talent, se contente comme ici de faire parler d’elle en suivant et allant dans le sens du vent merdiatique.

     

    • #2401870

      "Ils l’ont bien voulu"... Mouais. Les médias appartiennent à ceux qu’on ne doit pas citer, comme Voldemort... "Courage" et "cinéma" ne sont pas synonyme... Tout le monde est courageux quand il s’agit de travailler 3 mois par an pour un film et être payé 400 à 1 millions d’euros... Là où ils réussissent (les Voldemort), c’est qu’on oppose Foresti à Polanski alors qu’à la base cet homme devrait être en prison pour multiples violences envers des femmes (100 de prison aux USA)...


  • Je viens de visionner le speech de Florence Foresti (d’ailleurs merci ER), il est excellent. Comme quoi quand c’est vraiment drôle et bien joué, on peut balancer de bonnes petites vannes tranquille. Et ce public - tellement figé, une caricature - ne fait que la mettre encore plus en valeur...
    Le thème des films "nominés" à la fin est "glaçant" (lol) tellement il dégouline de moraline et de bienpensance obligé, un vrai bouquet final...


  • On va pas non plus nous vendre Despentes & Foresti comme des dissidentes...
    Je dirait que c’est plus tôt un bug dans la matrice

     

    • Un plug dans la matrice


    • Affronter les plus puissants, ouvertement, au péril de leur vie,
      pour des motifs justes et désintéressés,
      pour la morale, pour l’honneur des femmes et du cinéma,
      vous ne trouvez pas que c’est de la dissidence ?

      C’est quoi alors ?

      Des héros.

      Elles sont héroïques.

      Avez-vous remarqué que Florence Foresti se dit italienne, donc chrétienne ?

      " Heureux les persécutés pour la justice,
      car le Royaume des cieux est à eux. "


    • Exact. En termes marxistes, on est en pleine période où le capital s’effondre sous le poids de ses propres contradictions. En termes spirito-religieux, on assiste à l’apocalypse, où tout n’est que mensonge et le vrai est faux et le faux est vrai. Et puis, très clairement, il faut bien comprendre que quand on est un humain, on ne peut pas vivre éternellement dans le mensonge sans devenir mentalement détraqué. Il y a un moment où la psyché humaine doit dire stop. C’est un mécanisme d’auto-défense pour éviter de sombrer dans la folie pure. C’est très certainement ce qu’il se passe avec les non-élus de lumière empêtrés dans le marais du show-biz. Il faut croire par contre qu’un certain rituel effectué après huit jours déshumanise par contre. Dommergue a raison.


    • #2402798

      @PL
      Wouah .....tu prends du crack, de la meth, du LSD, des champis , c’est quoi au juste les prods que tu prends ?
      Putain c’est puissant


  • Je suis ENTIÈREMENT d’accord avec vous Mr WILSON


  • Et je découvre aussi le second sketch de Foresti sur Bruel, DSK, Weinstein, Epstein...qui les fout à poil ! Très fort, ça bombarde. Le public encore plus tétanisé. La tête de Daniel Auteuil... Seuls LadjLi et Nicolas Bedos s’en paient une tranche !... Un must.


  • Pour une seule (et unique fois, je vous rassure), pas trop d’accord avec la rédac’ ;
    Nous avons 2 systèmes pourris et mortifères qui se font face-à-face ;
    D’un côté, le vieux monde tombé avec Terzian, qui avait ses bons et ses mauvais cotés, ridicule d’entre-soi et d’opacité, mais où le talent pouvait encore primer ;
    De l’autre, des minorités non pas victimaires, mais furibardes et conquérantes :
    Ne croyez surtout pas que l’engeance maiga-haenel-despentes soit passive, elles sont là pour prendre le pouvoir ;
    On sent bien qu’un nicolas Bedos aimerait en dire plus, mais qu’il en garde pas mal sous la pédale ; l’avis de richard Anconina me convient assez, et il me semble que l’entrisme de BHL est passé de mode.


  • Qui a remplacé les membres de l’ancien jury " blanc ,masculin et catholique " ? Des membres du CRIF et de la LICRA ? Ça expliquerait la victoire d’ Atchoum.


  • Je ne sais pas si ca a été déjà dit, mais c’est du foutage de gueule de mettre sur le même plan les écrits - peut-être orduriers - de Céline sur les Juifs et les attouchements et/ou viols de quelques mecs friqués. Dans un cas, y a pas mort d’hommes (même si c’est très désagréable à lire/entendre), dans l’autre, c’est passible du tribunal d’assise.

    Pour le reste, je salue le courage de Despente. Même si elle tourne autour du pot - mais nous avons tous compris - c’est un bon début, devant le conformisme intellectuel pesant qui règne....


  • Les communautés sioniste et LGBT-Féministe n’ont rien d’incompatible, on a un peu vite oublié Caroline Fourest. Le conflit actuel ne porte pas sur le fond, jamais Foresti, Haenel, Fourest et les autres n’ont fait la moindre déclaration en faveur de Dieudo ou Soral. C’est un accident, un « bug dans la matrice », temporaire.

    Ces deux communautés ont maintenant besoin d’une victime sur qui se réconcilier, une victime qui satisfasse leurs haines respectives : mâle blanc et antisioniste...


  • c’est curieux ! mais il ne me semble pas avoir entendu caroline fourest dans toute cette histoire.

     

    • Elle fait la promo de son dernier bouquin, donc elle n’a pas le temps !
      De plus, c’est une bénie-oui-oui de BHL, donc elle ne fera rien tant que le grand homme ne lui aura pas ordonné d’aller au combat !

      Le grand homme connaît précisément l’état de ses troupes, et tel un stratège digne d’Alexandre ( le Grand évidemment...), il envoie une cohorte par ci, il mène une bataille seul.....Caro est sur le banc de touche, elle montera au créneau quand son maître la sifflera !


  • Pourquoi ce parallélisme entre polanski et Céline ?
    En quoi Mlle haenel doit elle séparer l’oeuvre de la personne pour celine ? Il a violé une gamine de 14 ans après l’avoir droguée en abusant de son autorité et en lui promettant une carriere ?
    Non.
    Tout ce qui lui est reproché est d’avoir écrit des pamphlets où il disait tout le mal qu’il pensait des français, des anglais, de pétain, des actrices... et aussi, mais pas seulement, des juifs...tout le monde en prenait pour sa gueule avec ferdinand.

    en quoi faut il séparer loeuvre du personnage dans ce cas. Céline était misanthrope. ce qui a fait de lui un visionnaire (quand l’humanité brillait par sa nullité ) et un piètre analyste quand la même humanité se comportait bien. Ou est le crime exactement ?


  • Et tout de suite on met le doigt sur le raisonnement spécieux de BHL (et d’autres), qui dit que DSK n’a rien à faire dans une liste de gens du cinéma.
    Foresti d’après ce que je viens de voir et entendre dans son sketch cite des gros "porcs" connus pour se foutre à poil devant des pauvres filles (DSK donc, Weinstein, Bruel et Epstein...) et elle embraye ensuite sur le "réchauffement climatique" qui pourrait être "intérieur" pour certains...
    Bref tout le monde joue sur les mots.


  • Le plus remarquable,est que ce sont des femmes baignant pourtant dans le milieu du show bisness qui se révèlent bien plus viriles (hors dissidence) que les sans c...Guillon, Nauleau et Cie ! Certains devraient reconsidérer leur pont de vue.


  • En effet je n’ai pas compris pour Polony qui se revendique féministe, qui est amie de Stéphane Blet, mais qui prend la défense du lobby... J’ai dû louper un épisode. Surtout qu’elle est loin de Virginie Despentes niveau talent. Le mieux pour elle aurait été de se la fermer et de prendre des notes.


  • Il y a vraiment une sorte d’adhésion volontaire (ou forcée) au déni de la part d’une grande partie des commentateurs : Polansky serait protégé parce qu’il serait "un homme blanc et riche". Non mais on se fout de la gueule de qui ? Il est protégé parce qu’il est juif et qu’il fait partie de la caste. Personne n’ose dire le mot juif dans ce foutu pays ?


  • comme l’écrivent les rédacteurs de ce papier, "Virginie Despentes envoie du lourd...."
    J’ai lu le papier sur le journal d’état Libé ( ben oui, il ne vit essentiellement que grâce aux subventions non ?), et son texte est pas mal du tout !
    Disons qu’elle a tiré au 9 mm parabellum, mais elle aurait pu prendre le 44 magnum, mais bon.....il y a des risques, les éditeurs qui refusent les nouveaux manuscrits, les refus d’adaptation au ciné ou en série, etc...

    Donc elle ne peut pas trop défourailler quand même.... elle n’est pas certaine que KK accepte de la publier si elle orpheline d’éditeur..... LOL !

    Mais elle recentre bien sur la lutte des classes quand même, la lutte de ceux qui ont le pouvoir, contre ceux qui ne l’ont pas et doivent subie en fermant leur clapet !

    Bien entendu elle ne cite pas nommément ((( ceux qui ont essentiellement le pouvoir ))), mais je crois qu’elle n’en pense pas moins...

    Allez, encore un effort Virginie, tend la main à Soral, peut-être qu’il acceptera de la serrer ( la main , pas Virginie...) en retour !

    Et là, tu meneras un vrai combat, juste et légitime, et tu sauveras vraiment ton âme !


  • Parler de "quotas" dans le cinéma français, c’est parler de corde dans la maison d’un pendu, comme disait ma grand mère. Et y’en a, d’ailleurs, mais c’est pas ceux qu’on croit. Alors on y comprend rien.

    Jamais je n’ai entendu des discours aussi difficile à "décrypter" que ceux sur cette histoire de film. Mais qui c’est qui dit quoi ?


  • Observation technique :
    Foresti dans la vidéo ici présentée où elle apparaît avec sa robe violette ou mauve avec son attaque sur Bruel (quel lien de ce connard avec la soirée ?) montre carrément un copié collé de Dieudonné. Elle le fait plutôt bien cependant. N’empêche que ça ne se fait pas tout seul, ce sont sûrement des heures et des heures de visionnage des vidéos de Dieudonné, des répétitions de formules, de façon de dire. Ça demande du talent et de l’étude.
    Bon elle aurait pu choisir un autre Maître, kev ou arthur ou élie, moins inspirants certes mais plus conformes. Si le Monde du Crifnéma fait vraiment le lien, elle est foutue. Mais ils ne diront rien, pas de promotion détournée. Toujours est-il que le Peuple de connards dont je suis a bien vu, lui.
    C’est plus encore évident que la remarque d’ER sur le guttural (bien vu)


  • Je n’aimais pas trop Despentes que je croyais liée aux intellos fumeux de la gauchiasse pénible mais sa tirade, si elle ne va pas assez loin, a tout de même une certaine force et un ton de sincérité surprenant. Une haine aussi et qui va avec. Ouf ! Il était temps. La haine est à la naissance de beaucoup de choses. Et en tous cas , c’est la "pacha mama" de la littérature. Une haine, sinon rien !

    La figure qui lui ressemble de la Marseillaise due Rude sur l’arc de triomphe est le visage même de la haine. Un peu d’esprit de justice et ce sera bon.


  • Un excellent article, dans le fond comme dans la forme, du style et des mots comme des vidéos choisis à bon escient, du rire franc et de l’ironie caustique, mais peut-être - et j’espère VRAIMENT me tromper - un peu trop optimiste, quant aux raisons de ces discours anti Système.

    Il faut attendre les réactions à venir de leurs auteurs, car la phrase de ce vieux débris de Finky ".../...Cette soirée placée sous le signe de la libération des femmes, ressemblait furieusement à une vidéo d’Alain Soral.../...", équivaut pleinement pour ces auteurs à une accusation d’antisémitisme.

    Et face à cette accusation - la SEULE aujourd’hui qui, de facto, vous condamne à la peine de mort médiatique... - Florence Foresti, Adèle Haenel, et Virginie Despentes vont-elles se répandre en pitoyables excuses du genre "C’est pas du tout ce que j’ai voulu dire !", ou plutôt leur dire "Je vous emm... !", that’s the question...


  • « Que le carnaval d’#Alost existe encore, en 2020, avec sa comédie antisémite est une honte. Qu’il ait lieu en Belgique, berceau de l’idée européenne... »
    Hé bhl, viens l’année prochaine à Alost, qu’on rigole ! Ce carnaval se moque de TOUT LE MONDE ! Tu devras bien y trouver ton compte, dans cette Belgique, berceau aussi de Léon Degrelle.


  • en donnant un prix à Polanski et non pas à son film, les votants ont imaginé le défendre et lui rendre son honneur....je crains qu’il n’ait fait que de l’enfoncer .

    Il aurait été bien plus subtil de faire l’inverse, de récompenser le film et d’ignorer son auteur . Quand on se ridiculise à faire le lèche botte, il arrive parfois qu’on ridiculise aussi son dominateur


  • Eh les mecs, revenez sur terre...y’a pas quelqu’un qui pourrait me dire combien je vais toucher à ma retraite ?


  • J’ai trouvé l’article de Virginie Lepentes (que je ne connaissais pas), dans Libé ( que je ne lis jamais ), assez époustouflant, extrêmement pertinent, courageux, violent, et très bien écrit de surcroit .


  • puree la Despentes elle a envoyé du bois la !!! Ca sent la 17eme...si avec ca y a pas un an de prison dans la meme cellule que Soral a se faire peter la rondelle je pige plus rien !


  • Mouais, l’appartenance à la communauté de lumière ne nous échappe pas et c’est effectivement un lien qu’on a pu faire depuis longtemps
    Mais prêter à Despantes ou Foresti l’intention de dénoncer l’emprise du sionisme c’est aller très vite en besogne et c’est peut-être aussi s’empêcher de voir un autre danger :
    ce qu’elles visent c’est le "patriarcat" et non le sionisme, c’est très clair dans le texte de Despantes, elle ne cite jamais le sionisme mais le "patriarcat" oui...
    Ce qui se joue ici est aussi une offensive du féminisme et du puritanisme, plutôt que de s’indigner que polanski n’ait jamais été extradé et n’ait jamais eu à réellement rendre des compte à la justice américaine, on prend à parti les césars et par extension la société entière, on oblige chacun à se positionner publiquement sur des questions de distinction entre l’oeuvre et l’homme, ce qui devrait relever de la conscience personnelle de chacun et pas d’un débat de société...
    Après que s’en suivent les sorties des agents sionistes de la premières heures pour bien empêcher de faire le lien entre les personnalités citées et leur appartenance communautaire est un réflexe de défense tribale de leur part et comme souvent en faisant cela ils démontrent malgré eux qu’il y a bien une communauté qui cumule certains comportements.

     

    • César du féminisme victimaire (Adèle Haenel), César de l’homosexualisme lesbien (Céline Sciamma) ... Logique totalitaire de la promotion des minorités ... C’était dans ONLI hebdo lundi .
      On peut alors être surpris de voir ER commenter aussi favorablement la tribune de Virginie Despentes . Et trouver effectivement que ER prête à Despentes une intention qui lui est étrangère. Comme pour Haenel ou Foresti .
      D’un autre côté, il n’est pas mauvais de voir le "bloc des minorités" se diviser de cette manière . De montrer les failles, même en insistant un peu . Que cette logique justement se brise .


  • Finky wrote :



    Cette soirée placée sous le signe de la libération des femmes, ressemblait furieusement à une vidéo d’Alain Soral.



    Finky a tout compris, tout ceci n’aurait jamais pu arriver sans le travail de fond d’Alain Soral.


  • Aller au théâtre, à la Comédie Française !
    Excellentes pièces et des places à 15 euros !


  • Je comprends mal l’indulgence de plusieurs d’entre vous envers Virginie Despentes, cette provocatrice lesbienne pro LGBT .
    Parce qu’elle a des couilles ? Mais justement ce n’est pas un attribut féminin, ce n’est pas cette féminité dont vous déplorez la disparition...
    Et puis, le cinéma, ça commence à bien faire ! Si on revenait aux soirées de contes, de chants et de poésies ? Si on revenait à quelque chose de moins passif ? De moins virtuel ? A des soirées plus improvisées ?...Sauf pour les documentaires qui permettent d’engranger les souvenirs de tout ce que nous sommes en train de perdre.

     

    • Virginie Despentes est un écrivain, et ses livres se vendent tout seuls...Avec Houellebecq c’est le seul auteur français contemporain dont j’ai tous les livres, les bons et les moins bons..
      Elle est devenue lesbienne ? alors c’est le moment de dire la vérité : dans les générations précédentes, l’immense majorité des lesbiennes étaient des anciennes victimes de viol (et Virginie Despentes a été victime d’un viol, qui l’a marqué à jamais).
      Aujourd’hui, en plus, les jeunes lesbiennes sont des jeunes filles, épouvantées par la sexualité hétérosexuelle telle qu’elle est mise en scène par la pornographie, et telle qu’elle est revendiquée par les jeunes hommes qui se sont formés en regardant ces trucs sordides...


    • Euh je ne vois pas en quoi un viol à 17 piges pousserait à devenir lesbienne.

      Ce type de femme ont un problème avec leurs parents, c’est souvent un climat incestuel qui engendre l’homosexualité, (avec peut-être un peu de prédispositions génétiques) et/ou des troubles de la personnalité.

      Il faut impérativement arrêter de projeter ses problèmes sur la société, c’est pas comme ça qu’elles susciteront la compassion.


    • Si vous ne voyez pas ce qu’un viol peut déclencher c’est que vous n’avez pas d’empathie... Un viol peut ruiner une vie : le psychisme et osons le dire l’âme.sontencore plus abîmés que le corps.Les victimes réagissent selon leur tempérament... Certaines deviennent lesbiennes, et je le répète dans ma génération 9 lesbiennes sur 10 que j’ai connues avaient été violées ( en prime quelque fois par un membre de leur famille), d’autres sombrent dans la folie à divers degrés, comme ma voisine violée à 12 ans par des "jeunes", d’autres s’en remettent plus ou moins, en apparence...
      Virgine Despentes ne demande aucune compassion d’ailleurs aucune victime ne demande de la compassion la victime veut la JUSTICE...ce sont les autres qui leur la compassion quand elles ont besoin de JUSTICE....c’est une idéologie de merde que de remplacer la justice par de la compassion.


    • Je crois que certaines victimes en ont rien à foutre de la justice, seule la vengeance compte.

      D’ailleurs, la victime devient souvent bourreau...

      J’avoue ne pas avoir trop de compassion pour les pervers apparemment ils ne souffrent pas.


  • « Le communisme n’est plus d’actualité. » Fink’

    Que Fink’, titulaire d’un rond de serviette dans la pension Rance-Cul, ne se réjouisse pas trop vite. Quand l’ancien parrain d’Sauce Racisme aura fini d’avaler toute son assiette de discrimination positive et d’antiracisme qu’il servait si généreusement dans les années 80, quand on lui aura copieusement resservi ses propos sur la France qui mérite sa haine et celle de ses « potes », il se retrouvera peut-être du mauvais côté d’un Tokarev.


  • Tout cela me rappel furieusement la petite phrase de Jamel Debouzze a Dieudonné il y a plus de 10ans sur les planches du théatre de la main d’or " Merci a toi Dieudo de dire tout haut ce qu’on.pense tous"


  • Il faut bien sûr séparer l’oeuvre de l’homme.
    L’homme : violeur, pedo criminel multirecidiviste
    L’oeuvre : ouvertement satanique et anti-chrétienne.

    Y’a que du bon chez polansky

     

  • Pour mr Messiha ,Bill Cosby on la pas loupé au state j’crois pas qu’un noir passerais le cape comme tu le dis...Envois pas des leurres verbale pour nous faire avaler ta couleuvre...


  • "Le socialo-sionisme, ça vous tue un secteur entier. Ça vous abaisse le niveau, jusqu’à des zéro ou des négatifs, ça vous écrabouille la qualité, la diversité, la concurrence, ça fausse le jeu naturel, ça règne et ça tue tout autour."

    Je me demande si l’auteur a réalisé que cette phrase s’applique aussi très bien à l’économie à taux zéro. C’est-à-dire aux théories économiques des courants socialistes.


  • "Pourquoi, quitte à sortir du cinéma, pas un prêtre pédophile ou#Ramadan ?"

    @BHL : Ramadan a passé plusieurs mois au trou (sur la base d’une accusation sans preuve datant de plusieurs années..) il attend son (ses) procès.. et les prêtres pédophiles sont régulièrement condamnés (d’où votre utilisation de cet exemple).. Polanski lui est un jet-setteur qui passe sa vie à parcourir le monde et à tourner des films. il n’a pas eu de procès pour son crime ni mit les pieds un jour en prison.

    je veux bien séparer l’oeuvre de l’artiste et considérer Polanski comme un citoyen lambda donc.. pourquoi ce citoyen n’a pas eu de procès pour un viol ? pourquoi ne subit-il aucune pression pour extradition aux US ?


  • C’est qui la ravissante à côté d’Auteuil ?


  • Le "Soralovirus" a frappé la cérémonie des César. Bientôt une épidémie en France ?


  • Merci pour ce texte récapitulatif, moi qui m’étais maintenu éloigné de l’actualité cinématographique française depuis un bon moment, je dirais que comme dans tous les autres domaines, les temps sont plus que mûrs, pour la chronique de la fin d’un monde idéologique inversé, une bagatelle pour l’entropie du règne du mal prophétisée !
    Et en guise de messie, ce sera l’éternel retour du Principe de nos âmes soeurs éternelles qui réintégreront nos coeurs et nos esprits par la grâce des cycles cosmologiques de l’univers...
    Comme quoi, rien de ce qui s’accomplit dans cet univers ne saurait être inutile comme nous l’enseigne la tradition et que la vérité finira par triompher sur l’imposture et sur le mensonge ... car n’en déplaise à tous ces imposteurs et ces nains posteurs, il n’y a que l’amour et l’entraide qui aient droit de citer dans notre univers.
    Des âmessoeurs inspiratrices et protectrices représentées allégoriquement sur les médailles des templiers avec ce second chevalier bien énigmatique et que Nietzsche grâce à son ascèse de la liberté avait exhumé et expérimenté pour nous laisser son grand oeuvre, son Zarathoustra à la postérité !

    Friedrich Nietzsche qui écrivait en Mars 1885 dans le dernier Tome de sa correspondance : “ Il est difficile de savoir qui je suis : Attendons 100 ans : Peut-être y aura t’il d’ici là un connaisseur génial des âmes qui exhumera Monsieur F.N ? ... Des oeuvres de cette nature ont de grandes ambitions, elles ont besoin de temps, Il faut d’abord que l’autorité de plusieurs siècles intervienne pour qu’on lise quelque chose correctement… “


  • Ça fait un bail que les différentes branches sectaires de l’Église du Politiquement Correct Capitalisto-progressiste se tirent dessus, ça ne date pas d’aujourd’hui. C’est fatalement ce qui arrive quand on prétend bâtir une idéologie et un modèle de société (et quel modèle, les amis !) sur un amoncellement de caprices hystériques communautaristes qui déguisent leurs envies de pouvoir sur la pseudo-défense des « intérêts de ».

    Savoir si ces gens sont cohérents ou pas (la plupart de le sont pas, de toutes façons) ne m’intéresse plus. Le combat de coq est rigolo à regarder, à la limite. Avec un peu de pop corn, ça occupe une soirée !


Commentaires suivants