Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un SDF sur quatre est un ancien enfant placé

"À 18 ans, ils doivent voler de leurs propres ailes"

En France, on estime qu’un SDF sur quatre est un ancien enfant placé. Ne bénéficiant plus d’aide lorsqu’ils atteignent leur majorité, ces enfants doivent se battre pour poursuivre leurs études et ne pas s’isoler. C’est le cas de Brice, 20 ans, à Paris.

 

Le Gouvernement a lancé en décembre une concertation sur la prévention et la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes. Les conclusions de ce travail seront remises à Emmanuel Macron en avril prochain. La situation des jeunes qui sortent des dispositifs de protection de l’enfance fait partie des thèmes de ce vaste chantier.

Quand Brice a eu 18 ans, il était en première année de BTS. Il a alors dû se débrouiller seul très rapidement, après des années passées en foyer. En effet, aujourd’hui, lorsqu’un jeune qui a été placé en foyer atteint l’âge de 18 ans, il ne bénéficie plus de la prise en charge de l’Aide sociale à l’enfance (ASE). Il existe les « contrats jeunes majeurs », financés par les départements, qui permettent de prolonger la prise en charge du jeune par l’ASE au-delà de sa majorité, en fonction de son projet personnel et professionnel. Mais l’obtention de ces contrats est de plus en plus aléatoire, faute de moyens suffisants. Dans ces conditions, il est difficile à ces jeunes de poursuivre des études, de faire les démarches administratives, de trouver un logement puis d’obtenir un emploi.

[...]

Si Brice s’en sort, ce n’est pas le cas de tous, loin de là. Selon l’Insee, en 2013, près d’un quart des personnes sans domicile fixe (23 %) étaient d’anciens enfants placés. La fondation Apprentis d’Auteuil a publié en 2017 Prendre le parti des jeunes (éd. L’Atelier), un livre blanc dans lequel elle formule deux propositions : assouplir l’accès aux « contrats jeunes majeurs » et développer les dispositifs d’accompagnement des sortants de protection de l’enfance.

Lire l’article entier sur franceinter.fr

Sur la pauvreté nationale, lire chez Kontre Kulture :

 

France, championne du monde de la préférence antinationale,
voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1875688

    Oui et les 3 autres sur les 4 ? Encore un sujet de journal pour que les gens regardent là où il n’y a rien à voir ni à faire. C’est incroyable, ils arrivent même à parler à la place des SDF, à l’attention des bobos qui lisent le journal (et pour que ces derniers se disent en voyant un sdf "oh est-ce un ancien enfant placé ?" ; là où n’est de toute façon pas la question ni le problème des SDF !!!). On s’en fou de ce cas singulier (Brice), ils jouent encore sur l’émotion afin que les cerveaux ne fonctionnent plus.
    Non mais quelle fausse réalité, c’est incroyable.

     

    • #1875708
      le 08/01/2018 par goy pride
      Un SDF sur quatre est un ancien enfant placé

      Du calme ! Cette statistique est très intéressante ! Cela rappelle le drame incommensurable pour un enfant d’être privé de ses parents...et les dysfonctionnements liés à la "protection de l’enfance" avec la vermine pédophile qui est inséparable de ces services...
      Devenir SDF sur le long terme est plus la manifestation de troubles psychologiques couplés à un effondrement des structures sociales traditionnelles comme la solidarité familiale touchant en priorité les indigènes que la conséquence directe d’une situation économique précaire. Par exemple il y a relativement peu de SDF d’origine maghrébine/africaine, or ils sont tout autant touché par la précarité économique que les Français de souche. Mais la solidarité familiale étant encore solide et inconditionnelle chez eux les individus susceptibles de sombrer dans la déchéance totale ont toujours la possibilité de trouver refuge chez leurs parents, des cousins, frères ou soeurs...Et bien entendu, connaissant les traumatismes psychologiques consécutifs à une enfance malheureuse on ne sera pas étonné que des gosses de 18 ans sombre dans la clochardisation...


    • #1875785
      le 08/01/2018 par Emilien Chaussure
      Un SDF sur quatre est un ancien enfant placé

      Ce que tu dis n’est pas faux mais ça pourrait être intéressant de faire le lien entre destruction de la famille et difficultés sociales.


  • #1875696
    le 08/01/2018 par Jean Le Chevalier
    Un SDF sur quatre est un ancien enfant placé

    L’Etat préfère aider les "migrants" que les SDF. Il est scandaleux qu’en 2018 il y ait encore des gens qui dorment dans la rue...inadmissible.
    Une mère nourrit d’abord ses enfants avant de s’occuper de ceux des autres...

     

  • #1875731

    Je serai curieux de connaître le % de jeunes SDF parmi les anciens "apprentis" de la Fondation d’Auteuil, géant du "Charity Business" en France (300 000 000 de budget !) .


  • #1875734

    Encore un des effets pervers de la gauche.
    Lorsqu’en 1974, les communistes ont œuvrés pour l’abaissement de la majorité de 21 ans à 18 ans, afin de capter les primo votants, ils se sont bien abstenus de nous dire que les droits et la protection des enfants, s’arrêtaient au jour de leur 18 ans.
    Encore un tour de "boneto" de la gauche, je vous donne une émancipation prématurée, mais je vous supprime toute protection le jour de vos 18 ans.
    Sans parler de la majorité sexuelle, qu’il veulent ramener à 11 ans.
    ONZE ANS !!!
    Est ce que vous vous rendez compte, qu’à cet âge les enfants ne sont pas encore formés, ni mentalement, ni physiquement.
    Et dire que tous les gauchos/centristes, se sont précipités avant midi pour "veauter" micro-macron, afin de préserver leur confort immédiat, sans se soucier de l’avenir de leurs enfants.
    Pauvre France.


  • #1875757
    le 08/01/2018 par sylvie une française
    Un SDF sur quatre est un ancien enfant placé

    On veut à nouveau nous faire larmoyer.
    Les jeunes placés ont la possibilité d’entrer en apprentissage et de se procurer un emploi, les autres qui souhaitent faire des études ne sont pas lâchés dans la nature, ils peuvent bénéficier de bourses, les éducateurs encadrant les aident avant leur départ à trouver un studio et ils peuvent bénéficier de l’APL.
    Ces jeunes ont certainement plus de possibilités de s’en "sortir" que les SDF qui se sont retrouvés, pour la plupart, en fin de droits de chômage et au fil du temps sont à la rue, sans revenus.
    Macron vient seulement d’apprendre qu’il y avait des jeunes placés ?
    En revanche, il connaît le souci des migrants qu’ils ne laissent pas sans argent.
    Il est temps de trouver une solution pour les SDF français, ça devient intolérable.


  • #1875778

    Il vaut mieux s’appeler Faudé que Brice, ça, on a bien compris, pour pouvoir bénéficier de l’ASE après ses 18 ans ...
    https://www.egaliteetreconciliation...


  • #1875808
    le 08/01/2018 par fela kuti
    Un SDF sur quatre est un ancien enfant placé

    Si l’état et Macron dit qu’il va s’en occuper, il faut vraiment s’inquiéter, ça va s’empirer.


  • #1875841
    le 08/01/2018 par Francois Desvignes
    Un SDF sur quatre est un ancien enfant placé

    France Inter...info : la bonne blague.

    Sous titres de la propagande :

    "Vous voyez il y a plus malheureux que vous ! Vous avez d ela chance !
    "Vous comprendrez en conséquence qu’on s’occupe d’eux avant vous.
    "Vous devez admettre que vos revendications éventuelles sont indécentes en face de leur détresse actuelle, persistante et très douloureuse.
    " Le gouvernement fera l’impossible pour gérer l’une et l’autre votre revendication indécente et leur détresse insupportable.
    ’ Vous devez participer à cet effort sans précédent devenu cause de l’année 2018 !
    " Le Conseil des sages (composés de sages qu’on rémunère pour reproduire sagement nos desiderata ) a suggéré une augmentation de 2 points de la CSG pour résorber cette détresse dans une des plus grandes démocraties modernes grâce à nous, vos gouvernants.
    " L’A.N. (composés de gens vénaux que l’on remunère pour entériner nos projets) devra se prononcer sur la loi "anti pauvreté de rue" à la session d’automne (où elle sera votée)
    " Sa mise en application est prévue pour janvier 2019, comptetenu des contraintes calendaires (des élections).

    CONCLUSION :

    - d’ici 2019 vous ne pouvez pas discuter du projet sans porter atteinte aux prérogatives de l’Assemblée, non plus que vous plaindre de la mise en supens de vos revendications secondes puisque venant après celles de leur détresse urgentes-non résolues.

    - à partir de 2019, vous aurez le droit de vous taire car vous ne pourrez plus émettre aucune critique sans offenser la souveraineté parlementaire, toute critique de votre part devenant une critique de la loi votée, non plus que de maintenir vos revendications, la résorption de la détresse urgente n’ayant laissé aucun budget au règlement de vos revendications secondes (et toujours indécentes).

    A vos moments perdus, electeurs LREM, vous nous conjuguerez le verbe se faire enculer mais seulement à la première personne de tous les temps et tous les modes.

    Merci.


  • #1875883

    Et bien sûr, toujours pas un mot sur les mères détraquées, qui la plupart du temps sont derrière ces enfants puis SDF, incapables d’aimer même leur enfant.
    Continuons donc de parler de tout, sauf du sujet principal des problèmes actuels.

     

  • #1876051

    Le reste étant à repartir entre psychatrie, et dépendance diverses. Ces jeunes devraient avoir des enseignants d’élite, la moitié du temps et un encadrement militaire, afin de pouvoir faire carrière à l’ombre de l’état. Même si le volet psychologique est sûrement le plus difficile. Esprit de corps et discipline martial, voilà ce qui je pense pourrait repêcher ces jeunes fragiles, durant la période sensible 16-21 ans.


  • #1878255

    À une époque où j’étais friand de porno j’avais lu ou écouté les interviews de hardeuses. La grande majorité soit étaient des enfants placés, soit étaient des fugueuses souvent victimes de violences sexuelles graves par un parent proche.


Commentaires suivants