Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un vegan répond à Alain Soral

Un vegan reconnaît qu’il a apprécié les nuances d’Alain Soral sur la question de l’alimentation, des animaux, de la viande, de la grande consommation et de l’écologie.

 

À ne pas manquer, sur E&R :

Viande et véganisme, sur E&R :

 






Alerter

191 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2216950
    Le 12 juin à 08:23 par Nuri
    Un vegan répond à Alain Soral

    Voir ici :
    https://mythevegetarien.wordpress.com/

    Le véganisme n’est pas viable à long terme (5 ans et plus) pour 99% des êtres humains.
    Je ne suis pas borné et tout à fait prêt à croire qu’une toute petite minorité soit capable de s’alimenter en régime végétalien pur. Mais c’est vraiment une toute petite minorité.
    De nombreux vegans redeviennent omnivores après quelques années car c’est cela ou une sévère déchéance corporelle.

    Il ne faut pas confondre souffrance des animaux et régime alimentaire !

     

    Répondre à ce message

  • #2217052
    Le 12 juin à 10:44 par boris viande
    Un vegan répond à Alain Soral

    8 milliards de bipèdes sur terre qui veulent tous bouffer de la viande c’est tout simplement inconcevable ! C’est une monstruosité pour la nature et pour l’environnement et favorise toutes les dérives.

     

    Répondre à ce message

    • #2217202
      Le 12 juin à 13:58 par Honkr
      Un vegan répond à Alain Soral

      C’est ce qu’on raconte, mais au lieu de cultiver (mal) des céréales pour ensuite les refiler au bétail, je ne vois pas l’intérêt, à par celui des fabricants d’intrants chimique et autres pesticides.
      Ensuite ce que l’on est physiologiquement et la cervelle il y a un monde, aucun peuple natif n’est végétarien 0.
      Va à la chasse ouvre une bête et tu verras de tes yeux que les organes vitaux sont entourés d’une épaisse couche de graisse.
      C’est probablement parce qu’ils n’ont pas écouté un diététicien non ?

       
  • #2217155
    Le 12 juin à 13:17 par ned
    Un vegan répond à Alain Soral

    On résume :
    « Et Dieu dit : Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture. »
    Tout est dit.

     

    Répondre à ce message

  • #2217358
    Le 12 juin à 18:45 par TauR Le Guerrier
    Un vegan répond à Alain Soral

    Bonjour à tous,
    Sujet polémique que celui du véganisme-végétarisme !
    Au-delà de l’argumentaire "pro" vs "anti-viande/produits animaux", des arguments de la science évolutionniste matérialiste, de l’éthique moderne, des invectives et propos parfois excessifs sur la question,
    Je voudrais modestement affirmer que c’est la religion de Jésus-Christ qui nous propose la plus complète grille de lecture du végétarisme et de la question animale.
    Le « végétarisme » a toujours été central dans le christianisme, bien que progressivement laissé dans l’ombre au cours des siècles. C’est la vénérable abstinence perpétuelle, donnée par Dieu à l’homme (Genèse 1,28-29) pour son bien-être et pour l’harmonie avec la Création, découlant de son juste empire sur lui-même et sur les créatures à sa charge (ascèse chrétienne).
    L’abstinence de viande enseignée par la sainte Eglise (dont l’abstinence temporaire du Carême est une survivance) n’est pas à confondre avec l’abstinence négative de certains hérétiques au cours de l’histoire, ni avec un véganisme-végétarisme un peu trop « moderne », basé sur les seuls arguments scientifiques/matérialistes qui n’en donnent qu’une grille de lecture imparfaite.
    Après le Déluge, le Seigneur a concédé la viande aux hommes du fait de leur faiblesse morale, mais avec de nombreuses restrictions (dont respect du sang=respect de la vie). Et la chair animale n’est pas absolument rejetée, comme chez certains hérétiques, puisque par concession divine de saints hommes et femmes en ont mangé. Mais avec le Christ Jésus, toutes choses sont renouvelées et ramenées à leur perfection première. C’est pourquoi, tout en étant très charitable (prérequis chrétien minimum) envers les mangeurs et les professionnels de la viande, il est louable devant Dieu de revenir au végétarisme chrétien (l’abstinence perpétuelle de l’Eglise).
    Saint Basile de Césarée (IVe siècle) résume bien le sujet :
    « On ne connaissait point le vin (ndlr : l’alcool qui fait défaillir) dans le paradis terrestre, on n’y tuait point d’animaux, on n’y mangeait point de chair. C’est après le déluge (…) lorsqu’on a désespéré de leur perfection, qu’on leur a accordé cette jouissance (…) Lorsque l’abstinence (ndlr : le végétarisme) règne, nul animal ne déplore son trépas : le sang ne coule nulle part, nulle part une voracité impitoyable ne prononce une sentence cruelle contre les animaux : le couteau des cuisiniers se repose ; la table se contente des fruits que donne la nature. » (Homélie sur le jeûne)

     

    Répondre à ce message

    • #2217479
      Le 12 juin à 21:01 par lameute
      Un vegan répond à Alain Soral

      Bravo et merci !

       
    • #2217860
      Le 13 juin à 09:19 par Jay
      Un vegan répond à Alain Soral

      Le végétarisme n’est pas moderne.

       
    • #2218179
      Le 13 juin à 20:10 par Peter
      Un vegan répond à Alain Soral

      @TauRLeGuerrier,
      Le sacrifice d’Abraham signifierait la fin des sacrifices humains, pratique païenne... Dieu mit Abraham à l’épreuve en lui demandant de lui sacrifier son fils aîné... Puis Dieu informa Abraham qu’Il n’avait que faire des sacrifices d’humains... En réalité, il y a l’idée de l’élection et l’investiture pour Abraham qui
      subi avec succès maintes épreuves... Selon le Quran concernant cet épisode, il s’agit d’une vison onirique...

      Ce qu’il en reste... c’est le sentiment que Dieu a autorisé le sacrifice d’une de ses créatures afin de nourrir les hommes... qu’ils en fassent un festin pour se réjouir et resserrer les liens fraternels entre eux (y compris réserver une part aux pauvres). Le partage et le don de la viande perpétuent « l’hospitalité sacrée » d’Abraham, il importe de ne pas perdre de vue le sens premier du sacrifice : la purification intérieure.

      Ps : Jacques le juste, patriarche de Jérusalem et portant le signe distinct de « frère de Jésus » d’après les sources, il aurait été végétarien et abstinent (refusant la consommation d’alcool). D’après l’Islam (hadiths) la consommation excessive de viande peut rendre « méchant »..

       
  • #2217360
    Le 12 juin à 18:47 par TauR Le Guerrier
    Un vegan répond à Alain Soral

    (Suite)
    Je vous partage les ouvrages suivants à l’appui :
    – Traité historique et moral de l’abstinence de viande (R.P. dom Grégoire Berthelet) : https://books.google.ci/books/about... ;
    – Les Trésors de la Sainte Abstinence (Mgr Joseph-Alexandre Savoy) : http://www.liberius.net/livres/Les_... ;
    – L’Eglise et la pitié envers les animaux (Marquise de Rambures) : http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bp... ;
    – Pour le végétarisme, une ancienne étude sans parti pris (pour les puristes et sceptiques) : Le Végétarisme. Etude critique. Indications thérapeutiques (Dr Emile Contet) https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/b....

    Fraternellement !

     

    Répondre à ce message

  • #2217410
    Le 12 juin à 19:47 par quenelle67
    Un vegan répond à Alain Soral

    Les vegans sont des integrites comme les ecolos mais aussi de parasites du systheme qu4ont laisse se developper .
    Il ne dise jammais ce qu’ils font dans la vie ? dans les villes s’est trop facile pour ses parasites qui le font rien eu meme mais ont toujours un esclave qui travaille pour eux.
    Les routes se font tout seul les batiment c’ est les autre qui le font .les cotisations c’et pour les autres le chauffage c’est bien sur les autres qui polluent .
    Je lui donne une binnette et 20 ares de terrains pour ces legumes je sui sur qu’il n’en tirera rein.
    parcontre comme les ecollos les subventions de ceux qui mangent de la viande il les prend exatement comme un ecolos exemple hulot chez rodhia.

     

    Répondre à ce message

  • #2217543
    Le 12 juin à 22:26 par RKrishna
    Un vegan répond à Alain Soral

    Le discours est vain et ferait rougit n’importe quel peuple nomade des steppes de Mongolie. La consommation moderne de viande est certes inconsciente et abominable, mais l’alternative n’est certainement pas l’extrême inverse ; encore moins si c’est présenté de façon totalitaire.
    Il faut rechercher la vérité et l’équilibre et non pas faire pencher la balance d’un extrême à l’autre. Perso, ces discours me fatigue ; j’ai l’impression d’entendre des gens réinventer l’eau chaude, alors qu’il suffit de se renseigner sur les façons de se nourrir des différents peuples de la planète depuis des millénaires.

     

    Répondre à ce message

  • #2217565
    Le 12 juin à 22:59 par RKrishna
    Un vegan répond à Alain Soral

    Je ne suis pas certain que le véganisme soit un enjeux de santé tant le discours est vain et cache peut-être autre chose.
    Dans les sociétés traditionnelles, la façon de manger répond à une vocation (un rôle) sociale. Les lutteurs, les guerriers etc ont un régime alimentaire différent de l’agriculteur ou du charpentier de base, qui eux-mêmes ont un régime différent de celui des penseurs, philosophes ou autres préposés aux fonctions sacerdotales. L’accent est plus basé sur le fait que les produits soient sains et frais plutôt que sur leur origine.
    En outre, les restrictions alimentaires sont prescrites dans le cadre de parcours d’élévation spirituelle qui ne sont pas de la rigolade pour hippie. Ainsi des moines consommaient des graines dont la substance qui se propageait dans le corps était un repoussoir pour les mangeurs de chair, et ils se faisaient emmurer vivant dans des temples bouddhistes où on les a retrouvés momifier par ce procédé.

    C’est un tout autre discours que celui du végan de base qui croit bien faire en propageant un égalitarisme alimentaire excessif pour contrer l’abomination qu’est la production de viande animale du monde moderne. Quant à l’argument du lion, il est tout à fait valable : tous les animaux vivent selon leurs spécificités ; l’homme est le seul être vivant qui peut décider de se tirer une balle dans le pied et quand même prétendre à une supériorité quelconque...

     

    Répondre à ce message

  • #2217864
    Le 13 juin à 09:28 par mordicus !
    Un vegan répond à Alain Soral

    Tiens, Lapierre fait dans le soutien à L214, association dont on ne sait pas d’où vient les moyens considérables (une centaine d’antennes en France) et l’appui médiatique. "L214 fait un travail formidable" dit son comparse.
    Pour son information, on ne peut pas d’une main, soutenir le terroir et la culture française, et de l’autre soutenir des associations militant contre ces mêmes terroirs et traditions.

    L’ennemi c’est le matérialisme et le progressisme issu de la Révolution et des Lumières. Selon moi, être radical c’est pas lutter contre toute forme d’élevage, mais au contraire, revenir à nos traditions, issues de la tradition. Et reprendre le moyen de nos vies en redevenant producteurs (le veganisme n’est d’ailleurs qu’un mouvement de consommateurs...) contre l’industrialisme et le scientisme, outils de la technoscience, qui n’est que la gestion rationnelle et scientifique des sociétés. Et nous sommes les premières cibles de ce projet, avant les animaux.

    Le rôle premier du véganisme, c’est de bloquer toute autonomie locale et nationale par le recours à des macros-systèmes complexes au lieu de maintes fermes familiales et autonomes.

    En rappel d’un message noyé dans la masse plus haut : intéressez vous au travail de Jocelyne Porcher ! Très juste sur ce sujet où vegans et scientistes sont les 2 faces d’une même médaille.

     

    Répondre à ce message

  • #2218156
    Le 13 juin à 19:34 par drift
    Un vegan répond à Alain Soral

    Cette video demontre bien que le veganisme n est pas viable
    https://www.youtube.com/watch?v=6X4...

     

    Répondre à ce message

    • #2218487
      Le 14 juin à 07:52 par Jay
      Un vegan répond à Alain Soral

      Cette vidéo démontre juste que la synthèse entre végan et pas végan est le végétarisme.
      Là, l’animal retrouve son rôle dans l’agriculture est n’est pas tué pour être mangé.
      Comme système traditionnel védique ou la bouse de vache est utilisée comme engrais et le bœuf comme tracteur.
      Le véganisme est une idéologie récente new age qui a raison sur certains points et tord avec d’autres.

       
Afficher les commentaires précédents