Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Vague de démissions sans précédent à la SNCF

"Les cheminots ne reconnaissent plus l’entreprise"

En 2018, 1025 employés ont choisi de quitter l’entreprise publique. Une nouvelle donne pour une entreprise peu habituée aux départs volontaires, et une preuve que le statut de cheminot ne suffit plus.

 

La SNCF fait-elle encore rêver ? Avec exactement 1 025 démissions sur l’année 2018, le groupe enregistre une augmentation de 34 %, ainsi que le révèle le bilan social annuel commenté par Le Parisien hier mardi : 763 démissions avaient en effet été signées l’année précédente, et encore moins, 614, en 2016.

Certes, l’entreprise compte plus de 140 000 salariés et peut « voir venir » avant d’être confrontée à une réelle fuite du personnel. Certes encore, le monde du travail connaît des mutations profondes et cette hausse a sans doute également des raisons extérieures. Il n’empêche que pour des observateurs cités par Le Parisien, c’est un des signes évidents que « les cheminots ne reconnaissent plus l’entreprise ».

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2294367
    le 09/10/2019 par Olivier Duprès
    Vague de démissions sans précédent à la SNCF

    Je comprends maintenant mieux, le niveau de certains jeunes employés lorsque je prends le train mais surtout le personnel en gare et à quai, le niveau intellectuel semble ne pas voler très haut. Il faut comprendre pourquoi ce service public, au service du "public" donc ne fonctionne pas :

    Nous versons chaque année entre 8 et 9 Milliards d’euros à l’U.E., mais surtout :

    L’article 106 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE) impose de facto la mise en concurrence de tous nos services publics.

    Il dispose en effet que « Les États membres, en ce qui concerne les entreprises publiques et les entreprises auxquelles ils accordent des droits spéciaux ou exclusifs, n’édictent ni ne maintiennent aucune mesure contraire aux règles des traités, notamment à celles prévues aux articles 18 et 101 à 109 inclus (concurrence) ».

    Il impose aussi que « Les entreprises chargées de la gestion de services d’intérêt économique général ou présentant le caractère d’un monopole fiscal sont soumises aux règles des traités, notamment aux règles de concurrence, dans les limites où l’application de ces règles ne fait pas échec à l’accomplissement en droit ou en fait de la mission particulière qui leur a été impartie. Le développement des échanges ne doit pas être affecté dans une mesure contraire à l’intérêt de l’Union. »

    Tout est dit dans ces quelques lignes. Ensuite l’article 121 du TFUE prévoit chaque année les Grandes Orientations des Politiques Économiques (GOPÉ). Ce sont des « recommandations » de la Commission Européenne qui est non élue, rappelons-le, et qui sont de fait la véritable feuille de route de la politique économique et sociale du gouvernement français, quel qu’il soit, qui est contraint de s’y plier dès lors que nous restons dans l’UE.

    Autrement dit des politiques nationales en application des directives européennes. Le 29 juillet 1991, l’UE adopte la directive 91/440/CEE « relative au développement des chemins de fer communautaires ». Son objectif est d’amener les États à libéraliser le rail.

    Désolé pour ce travail fastidieux de juriste mais il faut être précis surtout à notre époque. Cela semble complexe, mais si personne ne "bouge" pour sortir de l’U.E. la situation continuera à se dégrader.PS : La Croatie vient de lancer la construction financé à 357 M€ par l’U.E. donc en partie de notre poche, et figurez-vous qu’elle a choisi un constructeur... chinois., tout ceci autorisé dans ce traité.


  • #2294389

    Si j’étais un conducteur de train, partant à la retraite au plus tard à 52 ans, je ne démissionnerais pas . En Allemagne ils partent à la retraite à 63 ans, 11 ans plus tard… On comprend pourquoi l’espérance de vie est plus faible en Allemagne qu’en France .

     

    • #2294443

      le problème c est que ton hypothèse de départ est fausse . un conducteur qui a 30 ans aujourd hui , partira à la retraite au plus tot à 60 ans ( je ne peux pas etre trop précis car selon l age de naissance des changement ont eu lieu). par contre , aujourd hui les conducteurs partent à la retraite ont 53 ans s ils le souhaitent sans "décote"(mon cas), il n y a en effet aucun interet à démissionner . au plus l agent est né tard au plus il devra travailler tard , c est du à une réforme antérieure qui s installe par glissement progressif. pour les plus anciens donc , qui bénéficient à plein ou suffisement parciellement des anciennes conditions , il y a interet à rester . pour ceux de moins de 45 ans , s ils le peuvent et s ils trouvent mieux ailleurs , logique qu ils tentent leur chance .de plus sauf peut etrepour i les conducteurs rer ratp(s ils font grève à fond c est la merde à paris et il n y a que ça qui compte) il y aura la réforme des régimes spéciaux qui mettra tout le monde dans un nouveau caca .pour en finir avec la sncf, il y aurait enormément à dire sur le fonctionement de l entreprise ( techniquement très complexe) , relations avec l état et les collectivités locales mais comme il se dit tout et n importe quoi que ce soit bfm figaro ou la cgt qu on part de trop loin pour remettre un peu les pendules du quai à l heure..


    • #2294584

      précision :les conducteurs représentent moins de 10% du personnel SNCF


    • #2294615

      Vous devriez écrire un article dessus, moi ça m’intéresse.


    • #2294618

      @Joel : Tu devrais écrire un article sur le sujet. Moi ça m’intéresse.


    • #2294845

      J’ai appris hier que la SNCF coûtait à chaque Français 215 euros par an : voilà pourquoi les conducteurs de train partent à la retraite à 52 ans . Privilégiés .


  • #2294393

    Déjà qu’en France on ne reconnaît plus grand-chose , dans peu de temps on ne reconnaîtra plus rien, même plus les habitants de ce pays...
    La Franc est en guerre , guerre d’usure par tous les côtés, et tout vient de ce gouvernement qui a mis en place la destruction programmée, avec le 1er ministre, ministre de l’Intérieur, ministre de la justice, ministre de l’Éducation nationale , orchestré par "Jupiter 1er " , collaborant avec des associations communautaires..

     

    • #2294852

      De plus en France on ne sait plus faire grand chose, on va finir par ressembler aux Africains . Ainsi l’EPR de Flamanville prend un nouveau retard qui coûtera 1,5 milliards d’euros de plus ! Question de SOUDURES mal faites ! Si on ne sait même plus faire des soudures ! Les deux EPR chinois fonctionnent parfaitement car ce sont les Chinois qui l’ont construit, sur les plans des Français . Je me souviens qu’en 2006 quand les Norvégiens d’Aker Yards ont racheté les Chantiers de l’Atlantique ils ont été surpris de la piètre qualité des soudures sur les navires en construction . On a construit 58 réacteurs nucléaires en France sans problèmes, mais on dirait qu’on a égaré la technologie !


    • #2297547

      Dubois : et tout sera comme ça. Rien ne tiendra debout, tout partira en ruine, à l’image des villes, dont Paris en tête, un repaire d’incapables à part profiter du système, mais quand ce seront eux qui tiendront les rênes, on sera comme un pays du tiers monde. La régression totale.


  • #2294421
    le 09/10/2019 par crachetonvenin2
    Vague de démissions sans précédent à la SNCF

    Les cheminots ne reconnaissent ils plus "l’entreprise" SNCF ou plutôt l’Etat français qui l’a infestée ? Comme d’autres entreprises pourtant qualifiables de service public ?
    Les entreprises en France ? Mieux définitivement sans l’Etat et ses incompétences ?


  • #2294553

    Les départs de l’éducation nationale se multiplient également mais, pas de statistiques officielles...

     

  • #2294585

    nombre déjà dépassé pour cette année 2019


  • #2294595
    le 09/10/2019 par J’m’enfous
    Vague de démissions sans précédent à la SNCF

    Pas de souci, les syndicats vont prendre le train
    en marche...

     

    • #2294866

      ben non,ça déraille !
      Elle était facile..
      Les syndicats bougent pour quoi au juste ? défendre vraiment l’homme au travail ou contenir sa colère (moyennant subventions ?)
      Salutations


  • #2294629
    le 09/10/2019 par Dérailleur 777
    Vague de démissions sans précédent à la SNCF

    Vous inquiétez pas, il y a plein de migrants ingénieurs et techniciens pour prendre la suite. Tout va rouler super.


  • #2294631

    Que les flics en prennent de la graine, au lieu de pleurnicher sur leur sort de larbin, et de se défouler sur les pauvres gens qui souffrent encore plus qu’eux.

     

    • #2294709
      le 09/10/2019 par Le Malicieux
      Vague de démissions sans précédent à la SNCF

      Ça, c’est dans ta tête. Tu parle comme un antifa.


    • #2294811

      Coluche n’était pas un antifa que je sache, et pourtant, il a fait même un sketch là dessus....
      Sinon, ta solution pour les aider à lutter contre le plus fort taux de suicide ?
      ...accuser l’autre d’antifa ? Alors dans ce cas, j’ai le regret de te dire que tu as des points communs avec eux... :-)


  • #2294676

    Les cheminots sont vraiment mal barrés, avec les syndicats qui transforment les assemblées générales en meeting pro-migrants et pro-féministes.
    Le prétexte ? La « convergence des luttes »...


  • #2294735

    Poussés dehors par le "management", méthode France Télécom.


  • #2294781
    le 10/10/2019 par Docteur Prolo
    Vague de démissions sans précédent à la SNCF

    L’entreprise ne reconnait dailleurs pas les travailleurs....


  • #2294782

    Je vois que vous êtes on ne peut plus complaisant au sujet des cheminots. Vous qui êtes dans le privé, les cheminots vous ont bouffé la laine sur le dos depuis des décennies avec leur super plans de carrières que vous avez payés. Ces cheminots cotisent 1 et perçoivent 8. Ils vous ont bien en----é. Alors continuez à les soutenir.

     

    • #2294984

      Donc ton truc à toi, c’est de tirer les gens vers le bas ? on dirait les abrutis du privé, que j’ai pu entendre, qui dénonce les avantages des autres au lieu de se battre pour obtenir les mêmes avantages !


    • #2295259

      @ sid,

      Vous rêvez : seul gars qui prend son propre emploi à deux mains peut s’accorder « privilège(s) », encore un peu.
      Pour les autres, salariés ou assimilés, le Système a décidé qu’ils partageront : d’abord avec les immigrés de 70, puis les illégaux et enfin avec les anciens pays de l’est ayant rejoint l’Europe ; "enfin" croyait-on : désormais prenez en compte le « migrant », cette chance pour la France.
      Là où le Pierpoljack prenait 2000 et son alter ego de l’autre côté des monts ou des mers, 300, ils prendront désormais chacun 1150, jusqu’à ce qu’un autre crevard, plus affamé encore, se fasse connaître ou sponsoriser par quelque ONG pour le poste...


  • #2294891

    C’est une autre forme de "grand remplacement" et de volontés d’économies d’échelle.

    J’entendais hier le DRH bien formaté de la SNCF déclarer que les embauches continuaient...

    En fait, on dégage les anciens qui coûtent cher et ne sont pas facilement jetables par des contractuels aux divers statuts plus malléables.

    Le service public en sera-t-il de meilleur qualité...idem pour la poste, l’éducation nationale etc...


  • #2295145

    @Sid
    "Les abrutis du privé" tu sais ce qu’ils te disent ?
    Raisonnement à deux balles, pure posture idéologique.
    On tire comme on peut, et si possible dans le bon sens.
    Point barre.


  • #2295224

    C’est la vie duraille à la SNCF.


Commentaires suivants