Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Variations sur le VAERS

Le VAERS, c’est le Vaccine Adverse Events Reporting System, l’organisme de pharmacovigilance consacré aux vaccins aux États-Unis. Sa base de données, modestement intitulée Wonder [1], est consultable en ligne de façon relativement aisée, contrairement à celle de son homologue européen, Eudravigilance [2] – pour les courageux, France Soir a détaillé en janvier 2021 le mode d’emploi de cette usine à gaz.

 

On vous l’a dit et répété, les vaccins anti-covid, ayant battu tous les records de rapidité pour leur mise au point, et autorisés exceptionnellement en raison de l’urgence de la situation et de l’absence de traitements pour la Covid-19, sont sûrs et efficaces. Mais il est bien de confronter les annonces avec la réalité, or la campagne de vaccination massive débutée aux États-Unis fin 2020, qui aujourd’hui aboutit à 45 % de la population totalement vaccinée et 53 % ayant reçu au moins une dose, nous fournit des renseignements précieux du monde réel qu’aucune étude randomisée en double aveugle – a fortiori si elle est financée par les fabricants de vaccins – ne pourra jamais fournir.

Le VAERS ne nous apprend rien sur les effets positifs des vaccins, mais nous donne des indications sur leurs effets négatifs, légers ou graves, mort comprise. Certes, un effet indésirable signalé à la suite d’une vaccination ne signifie pas qu’il est dû à cette vaccination – corrélation temporelle n’est pas causalité –, mais inversement, on sait par expérience que ces effets indésirables réellement imputables à une vaccination sont largement sous-déclarés, un problème que le VAERS lui-même signale. Par définition difficile à évaluer, cette sous-déclaration a par exemple été étudiée pour les chocs anaphylactiques et les syndromes de Guillain-Barré (donc des effets indésirables graves) suite à certains vaccins, et les auteurs de l’étude ont conclu qu’entre 13 et 76 % des anaphylaxies étaient déclarées, et entre 12 et 64 % des syndromes de Guillain-Barré, suivant les vaccins.

De plus, les données anonymisées sont disponibles environ 4 à 6 semaines après réception des rapports correspondants d’après le VAERS – et sans doute encore plus lorsqu’un afflux de signalements encombre la chaîne de traitement. Cependant, malgré toutes ces limitations, les données à notre disposition peuvent servir à établir des comparaisons entre les « vaccins » covid et les autres, dont les effets sont mieux connus et qui relèvent de technologies « classiques ». C’est ce que nous allons faire, en nous limitant aux effets marquants et en évitant d’interpréter des variations subtiles sans intérêt.

La base de données du VAERS permet d’effectuer des recherches jusqu’à des dates très reculées (par exemple on peut choisir la date de vaccination, année par année, jusqu’en 1980, et il y a même une catégorie « de 1900 à 1980 ») mais le VAERS lui-même précise : « Les informations dans cette base de données concernent des rapports reçus depuis 1990 jusqu’à aujourd’hui. » [3] Nous n’irons donc pas plus loin que 1990 pour effectuer nos recherches comparatives.

Il n’y a pas moins de 12 rubriques à compléter pour interroger la base, et certaines comportent un grand nombre de possibilités (comme la n°2 qui permet de sélectionner les symptômes). Il est cependant possible de limiter l’effort et le temps passé en laissant de nombreux champs à leur valeur par défaut et en ne précisant que quelques paramètres. Par exemple, en choisissant dans la rubrique 1 « Year Vaccinated » (année de vaccination) uniquement, en sautant directement à la rubrique 5 pour y sélectionner « Death » (décès) dans la rubrique « Event Category » (type d’événement) et en sélectionnant dans la rubrique 9 (« Select vaccination dates ») toutes les années depuis 1990 jusqu’à 2021, puis en cliquant sur « Send » (envoyer) depuis n’importe laquelle des rubriques, on obtient les décès signalés après vaccination, tous vaccins confondus, de 1990 à 2021. Et on s’aperçoit, chose frappante, que plus de la moitié du total (qui est de 8 603) concerne l’année 2021 – qui est loin d’être terminée, rappelons-le. Un petit dessin valant mieux qu’un long discours, et le VAERS nous offrant un outil de visualisation fort pratique, voici la traduction en images de ce qui précède :

 

 

Comme on dit aux étudiants, la variation observée pour 2021 (et même, dans une certaine mesure, pour 2020) n’est pas vraiment « dans l’épaisseur du trait ». Il se passe vraiment quelque chose de bizarre. Alors certes, diront – avec raison – les optimistes, la vaccination anti-covid est un événement singulier pour lequel ont été vaccinées en priorité des personnes fragiles, donc le plus souvent très âgées et à l’espérance de vie limitée (« résiduelle », disait Laurent Alexandre pour justifier la prise de risque avec des vaccins expérimentaux). C’est exact. Qu’à cela ne tienne, le VAERS nous offre aussi la possibilité de sélectionner l’âge des patients (rubrique 4) et nous pouvons par exemple sélectionner toutes les tranches de 18 à 49 ans, afin de ne garder que des personnes, sinon en pleine santé, du moins pas diminuées par l’âge [4]. Cette restriction étant faite, nous n’obtenons plus cette fois que 580 décès… mais la répartition suivant les années n’est pas vraiment plus rassurante :

 

 

L’hypothèse « c’est les vieux qui crèvent et ils seraient morts de toute façon » n’est donc pas valable. Une autre façon de le vérifier est de limiter l’intervalle entre la vaccination et le décès (rubrique 5, « Onset Interval ») : on peut par exemple choisir « 0 days » (bizarrement au pluriel) pour signifier qu’on ne s’intéresse qu’aux décès survenus dans les 24 heures suivant la vaccination. On peut raisonnablement penser qu’aucun(e) infirmier(e) ne pousserait le vice jusqu’à planter une aiguille dans une personne mourante. On obtient cette fois (tous âges confondus) un peu moins de 1 200 décès et la répartition suivante :

 

 

On peut aussi cumuler les deux critères (décès le jour même et âge compris entre 18 et 49 ans), ce qui donne seulement 90 décès… mais toujours plus de la moitié pour 2021 :

 

 

De rarissime entre 1990 et 2020 (de 0 à 5 décès par an rapportés), ce genre d’événement est devenu en 2021 beaucoup moins rare, puisqu’on approche une cinquantaine de décès, alors que l’année est loin d’être terminée et que les données disponibles sont très incomplètes à partir du mois de mai au minimum. Comment peut-on le savoir ? En demandant par exemple le nombre d’effets indésirables graves (rubrique 5 : « Serious » → « Yes ») par mois de vaccination (rubrique 1 : « Month Vaccinated »), sur une année quelconque du passé, puis en faisant la même chose pour 2021 :

 

 

On voit clairement que si la baisse de mars à avril peut encore à la rigueur être imputée aux fluctuations aléatoires, ce n’est certainement plus le cas à partir du mois de mai. Et on remarque également que le nombre d’événements graves recensés pour les premiers mois de 2021 est 8 fois supérieur à celui de l’année 2019 entière : les données, encore embryonnaires, du mois de juin 2021 (427 cas) sont presque au niveau du maximum de 2019 (494 cas), le mois d’octobre.

Oui mais, diront encore les confiants indécrottables, on ne peut pas comparer une vaccination de masse exceptionnelle comme celle-ci aux vaccinations « au fil de l’eau » habituelles, concernant un nombre bien moins grand de personnes. Et ils auront raison. Comment faire pour s’affranchir de ce biais, ou au moins pouvoir l’estimer afin de le corriger ? La majorité des vaccinations interviennent au cours de l’enfance, en fonction du programme de vaccination recommandé par les autorités sanitaires locales. Actuellement aux États-Unis, une vingtaine de vaccins sont recommandés [5] de la naissance à 18 ans. Sachant qu’il naît aux USA environ 3,75 millions de bébés par an, si chacun d’entre eux respectait le programme vaccinal cela ferait environ 75 millions de vaccinations par an. Certes il y a bien quelques récalcitrants, Amish ou autres, mais assez peu, et il existe également des vaccinations à l’âge adulte, certes bien moins importantes en nombre – sauf peut-être pour la grippe, récente vache à lait pharmaceutique – dont nous n’avons pas tenu compte.

Pour la Covid-19, il y a actuellement aux États-Unis 45 % de la population entièrement vaccinée… mais on n’arrivait fin avril qu’à 30 %, or les données du VAERS sont visiblement très incomplètes pour les plus récentes et le graphe ci-dessus nous incite à faire comme si nous ne disposions que des 4 premiers mois de vaccination de l’année. Et comme si les effets indésirables graves n’adviennent pas avec un retard de plusieurs mois ou davantage…

Bref, 30 % d’une population de 330 millions d’habitants valant 100 millions, on voit finalement que la comparaison, à ce moment de l’année 2021, entre les effets indésirables annuels de la totalité des vaccins hors covid d’une part, et ceux répertoriés à ce jour pour 2021 des vaccins anti-covid d’autre part, n’est pas idiote : il y a bien un risque de surestimation (d’un tiers, d’après notre calcul rapide) de la nocivité des vaccins anti-covid mais, à 100 contre 75 millions, on reste néanmoins dans le même ordre de grandeur d’actes de vaccination. Une analyse moins grossière à partir de données plus précises serait certainement utile, mais ce n’est pas le but de cet article : il est plutôt de convaincre chacun qu’il peut, avec un minimum de recherche et d’esprit critique, se faire lui-même une idée plutôt que de faire confiance aux « experts ».

Vu le nombre de paramètres à choisir dans Wonder, il serait possible d’écrire une thèse rien qu’en tournant les boutons de la base de données [6]. Mais cet article étant déjà bien long pour le temps de cerveau disponible de l’être humain moyen, a fortiori sous pression mentale covidienne, on se contentera de rajouter une note finale optimiste en ne parlant plus de décès, mais seulement de myocardites et de thromboses graves, puisqu’il semble que ce sont deux signatures assez typiques des « vaccins » anti-covid.

Des myocardites – certaines graves voire mortelles – ont été signalées après vaccination anti-covid par les media, chez des personnes jeunes et en bonne santé, particulièrement en Israël, pays à la pointe de la vaccination, chez de jeunes hommes. S’agit-il d’une légende urbaine conspirationniste ou d’un phénomène médical réel ? Pour le savoir, il suffit de rechercher « myocarditis » à la section 2, de sélectionner l’ensemble des résultats obtenus [7], de ne pas oublier de sélectionner « Yes » pour « Serious » à la section 5 si l’on souhaite se limiter aux myocardites graves, et on obtient 1 007 cas… dont 764, soit 75,9 %, pour 2021. Le graphique est parlant :

 

 

Terminons par les cas de thrombose grave, ce qui nécessite de faire une recherche avec le mot « thrombosis » à la section 2, de sélectionner l’ensemble des résultats obtenus, et de sélectionner « Yes » pour « Serious » à la section 5. On obtient 2 363 cas… dont 2 113 pour 2021 soit 89,4 %. Sans appel, et graphiquement impressionnant :

 

 

Il est bien sûr possible d’affiner la recherche par tranche d’âge, par sexe, etc… que chacun assaisonne à sa convenance !

Le phénomène auquel nous assistons – et je ne parle pas de l’épidémie de Covid-19 – est de toute évidence plus que significatif. À tel point qu’un des pionniers, sinon le pionnier de la vaccination à ARN, le Dr Robert Malone – lui-même vacciné parce qu’il en avait besoin pour voyager, et parce qu’il pensait que la vaccination permettait de lutter contre les symptômes du « covid long » dont il souffre – s’est récemment mis à avertir ses concitoyens des dangers de cette vaccination qu’il estime beaucoup trop risquée, en particulier pour les jeunes et pour les femmes en âge de procréer. En compagnie d’un entrepreneur, Steve Kirsch, lui aussi vacciné (ainsi que ses trois filles), il a été interrogé par Bret Weinstein, docteur en biologie spécialiste de l’évolution, dans un long entretien de plus de 3 heures qui a fait environ 600 000 vues sur YouTube en une semaine… avant d’être supprimé par la police de la pensée, bien évidemment (mais ce n’est pas grave, il s’est multiplié sur Odysee [8]).

La balance bénéfice/risques penche du bon côté, nous dit-on. Vu l’ampleur apparente des risques, il faudrait donc que les bénéfices soient particulièrement massifs. Cette balance est bien sûr différente suivant les âges, et sans doute meilleure pour les personnes âgées que pour les jeunes… même si certains événements récents font également douter de l’efficacité de la vaccination pour éviter les formes graves de la maladie chez les plus fragiles de nos aînés.

Quoi qu’il en soit, chacun peut aujourd’hui au prix d’un effort modéré de documentation, de compréhension et de pédagogie envers ses proches, contribuer à éclaircir une situation particulièrement troublante, où il semble qu’il soit devenu nécessaire de recourir aux incitations les plus futiles pour convaincre la population de se faire injecter une thérapie génique expérimentale.

Mais surtout, que tout le monde se méfie des biais cognitifs, bien connus de ceux qui nous gouvernent, puisqu’ils en revendiquent l’utilisation !

 

 

François Roby

 

 

Retrouvez François Roby à l’université d’été 2021 d’E&R !

 

Notes

[1] pour “Wide-ranging ONline Data for Epidemiologic Research“

[2] qui s’occupe des médicaments en général, et non des seuls vaccins

[3] « The information in this database contains reports received from 1990 to the present. »

[4] La vaccination anti-covid n’ayant concerné que des adultes jusqu’à très récemment, il paraît logique d’exclure les âges inférieurs pour une comparaison valable, surtout qu’une large majorité des décès signalés après vaccination concerne, en temps normal, des bébés de moins de 6 mois.

[5] On raisonne bien sûr par maladie et non par produit pharmaceutique.

[6] Certains prétendent que c’est le genre d’activité qu’affectionnent certains professeurs d’université et patrons de laboratoire, et que c’est la raison pour laquelle ils sont prêts à tout pour acquérir très cher les appareils de recherche possédant le plus de boutons possible. Nous laisserons de côté cette médisance indigne.

[7] Je n’ai pas retenu “Diphteria” qui semble hors-sujet.

[8] Ne pas oublier de dérouler la description de la vidéo, qui donne un descriptif très détaillé de son contenu avec des repères de temps précieux.

François Roby et le couillonavirus, sur E&R :

 
 






Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2754304
    Le 28 juin à 21:57 par goy pride
    Variations sur le VAERS

    C’est fou ce glissement de paradigme apparu en quelques mois seulement en Occident en ce qui concerne son rapport à la mort. On est passé d’un paradigme où la mort était un événement redouté mais relativement rare, et quand il se produisait c’était toujours en raison de causes parfaitement identifiables et identifiés, à un paradigme où elle est perçu comme un phénomène normal ne devant pas suscité d’étonnement même quand les gens tombent comme des mouches de causes plus ou moins obscures, de manière inattendue et parfois à un âge relativement jeune !
    Il m’a fallu attendre 40 ans avant que je commence à avoir des morts parmi mes proches, avant cela il n’y a eu pratiquement aucun décès dans la famille et mes relations amicales. Et personne n’est décédée en tombant comme une mouche d’un truc bizarre comme une thrombose et autres curiosités de ce genre induites par l’injection génique. Les vieux mourraient de vieillesse ou d’une infection que leur corps affaibli n’avait pas pu juguler, les plus jeunes de suicides, crises cardiaques, accidents de la route et parfois d’un cancer. Mais désormais le fait que des gens a priori sains tombent comme des mouches de pathologies décrites comme extrêmement rares, cela semble finalement pas tant alarmer les gens ni leur faire poser de sérieuses question sur ce qui se passe ! En fait nous vivons ce qui semblerait être un retour à la mentalité primitive où la mort est tellement omniprésente et imprévisible qu’elle ne suscite aucun étonnement même quand elle touche mystérieusement des gens à des âges où ils ne devraient pas mourir. La pensée magique ! C’est un mauvais sort, une punition divine, le mektoub, la providence...inutile de se poser des questions, tout ceci est hors de notre contrôle ! Tout comme ces personnes magnétisées sur l’injection génique, cela surprend, fait ricaner...mais en définitive cela ne suscite pas plus d’interrogation que cela ! The New Normal, quoi !

     

    Répondre à ce message

    • #2754346
      Le 29 juin à 00:08 par Alfonse
      Variations sur le VAERS

      Ce qui se passe est je pense extrêmement simple. La majorité des gens sont sous hypnose du gouvernement et des médias et sont dans le déni de réalité. Ils n’analysent rien rationelement. Ils n’ont vu que très peu de "morts covid" et maintenant normalisent les "morts vaccinés" plus nombreux ! Ils pensent que les effets secondaires sont nécessaires alors que des traitements efficaces et peu couteux feront passer ce virus... Ils pensent être la cible d’un virus tueur alors qu’il n’est dangereux que pour les plus faibles...

      Seule une poignée de "complotistes" (en réalité de personnes ayant un esprit critique robuste) voient toutes les contradictions du récit officiel se méfient de plus en plus (et la réalité leur donne raison au fur et à mesure que le temps passe). Mais les autres ne comprennent toujours pas ! L’hypnose est plus forte.

      Le clivage entre les moutons et les réveillés n’a jamais été aussi prononcée, c’est cauchemardesque car nous connaissons tous des moutons dans nos familles amis proches... Et ils ne sont moutons que parce que les méthodes perverses pour les mettre sous hypnose sont sans aucun précédent (confinements, arrêt de la société, compter les morts chaque soir, port du masque omniprésent, peur, distanciation, propagande vaccinale sans que jamais ne soit mentionné que c’est une expérience dont ils sont cobayes, etc etc...)

       
    • #2754514
      Le 29 juin à 10:12 par El Cid
      Variations sur le VAERS

      @Alfonse

      Votre commentaire est parfait tout est dit, les gens sont vraiment sous hypnose c’est dingue. Il aura fallu 15 mois de bombardage mediatique pour changer de paradigme et nous mettre dans le NOM.

       
  • #2754336
    Le 28 juin à 23:39 par Alfonse
    Variations sur le VAERS

    Le lien de la vidéo dont parle François Roby à la fin n’est pas indiqué dans l’article.
    Je suppose que c’est cette vidéo de 3h16
    https://odysee.com/@TruthWillOut:8/...

    Si quelqu’un trouve un lien avec des sous titres en français pour diffuser ! Cette vidéo de débat semble être vraiment intéressante.

     

    Répondre à ce message

  • #2754352
    Le 29 juin à 00:32 par Simonpierre Delorme
    Variations sur le VAERS

    François Roby, l’auteur de l’article note " on peut par exemple choisir « 0 days » (bizarrement au pluriel) " Je crois que c’est l’habitude américaine car je me suis moi-même étonné de trouver systématiquement dans des manuels d’aviation la formule "0 feet" pour un avion au sol...

     

    Répondre à ce message

    • #2754517
      Le 29 juin à 10:16 par Democrate participatif
      Variations sur le VAERS

      Ce n’est pas une habitude américaine, c’est la grammaire anglaise correcte. Quand il s’agit d’une numérotation le zéro est toujours au pluriel.

       
    • #2754556
      Le 29 juin à 10:51 par Tombstone, TX
      Variations sur le VAERS

      Ce n’est pas une habitude, c’est la grammaire américaine, car il y en a bien une.
      Ainsi, “police” est pluriel et “news” singulier.

      FYI

       
  • #2754370
    Le 29 juin à 04:06 par Turican
    Variations sur le VAERS

    Ça plus la dérive du décalage avec la prochaine mise à jour des vaccins ( sic ! Même le Pfizer et le Moderna) basée sur la souche sud-africaine, britannique, et Brésilienne déjà à la ramasse / variant indien. Il est bien evident, que la 4ème vague et le 4 eme confinement attendu sonnera le glas des masses pour la vaccination en discréditant d’une façon majeur les BIG pharmas qui n’y arriveront plus avec leur com pour vendre la nécessité. Excès de décalage et ils se sont trop désavoués devant l’évidence de porosité. Demandes à ta mère, demandes à ton père :-)
    Sur par contre que les autorités vont peser lourdement pour la vaccination obligatoire comme de le préconiser il y a qqes semaines pour ces Jeans Foutres des droits de l’homme pour sauver la Démocratie…. Il y a un coup à jouer il semble sur l’aspect qui risque de ne pas passer sur cette option irrecevable.

     

    Répondre à ce message

    • #2754548
      Le 29 juin à 10:40 par Jean Rasczak
      Variations sur le VAERS

      J’ai peur que vous ne soyez trop optimiste sur l’éventualité d’un réveil lorsque les "vaccins" montreront leur limite sur ce type de virus peu stable génétiquement : la propagande est déjà prête, et désignera les non-vaccinés comme les responsables. On risquera alors de monter d’un cran dans la repression, et surtout, dans des tensions horizontales dans la population ce qui est évidemment l’objectif du pouvoir. On avait déjà vu cette logique avec les masques et le confinement : l’emergence de cluster était systématiquement désignée comme conséquence du non respect des consignes gouvernementales, et on a tous pu observer des moutons zélés jouer les petits auxiliaires de police en interpellant (voir, dénonçant) ceux n’obéissant pas.

       
  • #2754380
    Le 29 juin à 04:49 par Orca
    Variations sur le VAERS

    Chaque résistant lisant ce texte peut le copier, y compris cette ligne, et le diffuser aussi largement qu’il le pourra.

    Si les "vaccinés" sont en danger, ce n’est pas à cause des non "vaccinés".
    C’est à cause de l’injection qu’ils ont subie.

    La propagande prétend que les non "vaccinés", mettent en danger les "vaccinés".
    Et elle dit vrai. Mais elle oublie de dire que tous sont un danger pour les "vaccinés".
    Non "vaccinés" mais "vaccinés" également.

    Effectivement l’injection a détruit le système immunitaire naturel des "vaccinés" pour le remplacer par un système immunitaire artificiel infiniment inférieur uniquement capable de lutter contre un type de variant du coronavirus. Pour survivre ils devront recevoir chaque année de nouvelles injections ce qui est l’un des buts de l’industrie pharmaceutique.

    Chaque "vacciné" est un réservoir potentiel au developpement de nouveaux variants.
    Le système immunitaire naturel s’adapte et est infiniment plus puissant et efficace
    via les systèmes immunitaires inné et adaptatif que n’importe quelle modification de ce système parfait par des injections hasardeuses ayant ou non l’intention de nuire.

    L’intervention de l’homme, en particulier de criminels et de médiocres, sur ce système naturel parfait , forgé au fil de millions d’années d’évolution, ressemble à celle d’un individu lambda n’ayant aucune connaissance picturale prétendant améliorer une toile de Michel-Ange ou la remplacer.

    Toute personne ayant été exposée à un coronavirus et ayant survécu (99.99%) devient automatiquement via son système immunitaire naturel, résistant au virus et à tous ses variants. A la condition de ne pas avoir été "vaccinée".

    Les variants ne sont un danger que pour les injectés.

     

    Répondre à ce message

    • #2754533
      Le 29 juin à 10:29 par Zom
      Variations sur le VAERS

      Copie à revoir.

      " remplacer par un système immunitaire inférieur".

      C’est tellement gros que je ne vais même pas prendre le temps de l’expliquer.

       
    • #2754659
      Le 29 juin à 13:05 par Montel
      Variations sur le VAERS

      PS : Tu peux attraper le covid deux fois, si ce sont des variants différents.

       
    • #2755013
      Le 29 juin à 22:28 par Orca
      Variations sur le VAERS

      "zom" professeur en culotte courte.
      Tu avales trop de propagande depuis un an et demi et plus elle est grosse mieux elle passe.

      Va regarder les vidéos de Geert Vanden Bosshe sur "bitchute" ou encore Michael Yeadon ancien vice président de Pfizer sur "qactus" et tu sauras qui devrait revoir sa copie ou ses croyances.

       
    • #2755220
      Le 30 juin à 09:53 par Zom
      Variations sur le VAERS

      Si vous pensez qu’on peut remplacer vitre système immunitaire, déjà vous ne savez pas ce qu’est le système immunitaire et vous ne comprenez rien au fonctionnement du vaccin.

      Pour le reste on s’éloigne ici de plus en plus des résistants politiques pour tourner à la foire aux illuminés.

      Ca se constate depuis plus d’un an.

       
    • #2755416
      Le 30 juin à 14:09 par Orca
      Variations sur le VAERS

      Les illuminés ce sont ceux qui préconisent des masques chirurgicaux dans les transports, au supermarché et partout pour prétendument se protéger d’un virus, alors qu’ils sont faits pour...les blocs opératoires et protéger des bactéries. Ils ne protègent personne des virus ni le porteur ni autrui au contraire ils mettent en danger la santé mentale et physique de tous, on le voit avec des victimes comme toi qui croient qu’on les contraint à porter des masques, qu’on les contraint à ne pas sortir de chez eux, à ne pas s’approcher des autres etc...et maintenant à une injection pour leur bien.

      Injection qu’ils croient connaitre alors qu’ils ne savent pas ce qu’on leur injecte et que ceux qui les injectent sont de facto des criminels.

      Les illuminés ce sont ceux qui disent que les virus sont des ennemis, qu’il faut "confiner", porter des masques, s’eloigner des autres, et prendre une injection experimentale qui a tué à terme tous les animaux d’experimentation l’ayant subie.

      Tu n’as pas été assez intelligent pour le comprendre toi même zom alors je vais te l’expliquer. Mon texte est de la simplification scientifique afin que chacun comprenne. Mais il est juste. Effectivement stricto sensus le système immunitaire naturel n’a pas été "remplacé". Mais il est rendu pour bonne partie inopérant via l’injection d’ARN messager produisant des anticorps anti spike car ceux ci deviennent dominant vis à vis du système immunitaire inné et l’empêche d’agir. Sans parler de la protéine spike qui se diffuse dans tout l’organisme contrairement aux mensonges de la propagande et qui est gravement toxique , produite après injection par l’organisme lui même ad vitam eternam. Et sans parler de l’oxyde de Graphène également dangereux et permettant de graves applications "techniques" que des laboratoires en Espagne viennent de trouver dans les "vaccins".

      Va regarder la vidéo de Geert Vanden Bosshe grand spécialiste mondial des vaccins, ensuite tu pourras prétendre avoir un avis.

       
  • #2754384
    Le 29 juin à 05:03 par has ça ira
    Variations sur le VAERS

    https://www.paca.ars.sante.fr/syste...
    L’ARS de Provence Côte d’Azur (un genre de VAERS) observe que la HAS ne fait pas confiance au vaccin Pfizer.
    "En cas d’antécédent de réaction anaphylactique sévère, la commission technique des vaccinations de la HAS contre-indique la vaccination par le vaccin Comirnaty®(Pfizer).
    En cas d’anaphylaxie à l’un des composants ou des excipients du vaccin Comirnaty®(Pfizer), le résumé des caractéristiques du produit contre-indique la poursuite de la vaccination.
    "

     

    Répondre à ce message

  • #2754398
    Le 29 juin à 06:18 par Domino
    Variations sur le VAERS

    Merci pour ce travail que les journalistes paresseux ne feront pas.
    La paresse étant évidemment facilitée par l’intérêt ou la lâcheté)

     

    Répondre à ce message

  • #2754479
    Le 29 juin à 09:16 par Valeria
    Variations sur le VAERS

    Ça aurait pourtant pu mieux se passer...
    J Salomon aurait pu gérer correctement le stock de masques, on aurait pu traiter tout de suite à l’hydroxychloroquine et azitromycine puis ivermectine
    Les labos auraient pu payer des cobayes pour tester l’arn messager technologie prometteuse...On aurait pu aussi moins dégraisser les hôpitaux, s’appuyer sur les médecins de ville... On peut mettre tout ça sur le dos de l’incompétence ou des réductions budgétaires demandées par l’UE mais ça semble aussi crédible que les banquiers qui ont plaidé l’incompétence après la crise des subprimes. le problème c’est qu’à un certain niveau de pouvoir on peut créer des problème et parier sur les catastrophes et sur le cours des actions des entreprises qui vendent les solutions avec un effet de levier...Ça devient tellement déraisonnable...

     

    Répondre à ce message

  • #2754545
    Le 29 juin à 10:37 par Svp j’aimerais savoir
    Variations sur le VAERS

    Est-ce qu’il y a des personnes âgées vaccinées qui ont des tremblements (type parkinson) au niveau des mains ???

     

    Répondre à ce message

    • #2754749
      Le 29 juin à 15:32 par jullia
      Variations sur le VAERS

      Je sais que certaines personnes vaccinées sont atteintes de convulsions,
      de spasmes musculaires. Est-ce cela que vous décrivez ??
      Selon les dires de médecins, le vaccin fait des dégâts au niveau cérébral, certaines zones neurologiques, qui contrôlent les mouvements seraient donc endommagées.
      Provisoirement pour certainespersonnes.
      Je vais essayez de vous retrouvez une vidéo, compilant ces dommages, sans certitude de remettre la main dessus.
      Cordialement

       
    • #2754903
      Le 29 juin à 19:12 par jullia
      Variations sur le VAERS

      @jullia

      Je précise que ces effets dont j’ai eu connaissances avaient touché des personnes entre 30 et 50 ans. Ceci dit on ne parle pas bcp des effets indésirables chez les personnes âgées.

      Mon avis, c’est que tout ceci n’a plus vraiment de classe d’âge. Tout le monde peut-être touché.

       
  • #2754577
    Le 29 juin à 11:10 par anonyme
    Variations sur le VAERS

    Voici une discution matinale , avec une position radicale vis à vis de la science et du pseudo progrès :

    Prabhupada : Combien de temps peut-on tromper les gens ? Cent ans , deux cents ? Mille ans ? Vous ne pouvez pas tromper les gens tout le temps .

    Umapati : C’est ce qu’il se passe depuis des temps immémoriaux .

    Phrabhupada :Non pas depuis des temps immémoriaux , vous avez été trompés depuis deux cents ans , c’est tout .Pas avant ça , tous ces scientifiques crapules ne sont apparus que ces deux cents dernières années .

    Umapati : Ho vraiment ?

    Prabhupada : Oui vous avez été trompés ces deux cents dernières années , pas depuis des milliers d’années . Cela va se terminer , encore une cinquantaine d’années et ce sera fini .
    Promenade matinale 15 mai 1973 .
    1973 + 50 = 2023 .

     

    Répondre à ce message