Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Algérie : le "Système" touché en plein cœur de sa pseudo-"légitimité" historique

Une furieuse polémique divise actuellement l’Algérie. Elle est d’autant plus vive qu’elle a fait remonter à la surface l’artificialité de la nation algérienne et l’opposition entre la berbérité et l’arabo-islamisme. Et cela, à travers la mise en lumière du coup d’État par lequel, en 1962 les « planqués » [1] de l’ALN (Armée de libération nationale) ont évincé les combattants de l’intérieur.

 

Tout est parti des déclarations de Noureddine Aït Hamouda à une chaîne de télévision privée au sujet d’Abdelkader, de Messali Hadj, de Ben Bella, ainsi que des présidents Boumediene et Bouteflika qu’il qualifia de « traîtres ». Ce faisant, Amrane (dit Nouredine) Aït Hamouda, ancien député du parti kabyle RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie), fils du colonel Amirouche Aït Hamouda [photo], chef emblématique du maquis kabyle de la wilaya III, tué au combat le 29 mars 1959, visait le cœur même du « Système » algérien à travers son histoire fabriquée. La réaction de ce dernier a été immédiate : Noureddine Aït Hamouda a été jeté en prison…

En 2008, Nouredine Aït Hamouda avait déjà provoqué un tumulte quand il avait dénoncé les faux moudjahidine légitimés par l’ONM (Office national des Moujahidine, le ministère des Anciens Combattants), socle du « Système » algérien dont la « légitimité » repose sur le mythe de 1,5 million de morts de la guerre d’indépendance, chiffre surréaliste permettant de justifier ces deux millions de porteurs de la carte de moudjahidine et d’ayants-droit qui forment sa clientèle. Pour le « Système », la dénonciation des faux moudjahidine représentait donc déjà un danger mortel. Or, l’actuelle polémique est encore plus dangereuse pour ceux qui dirigent et qui pillent l’Algérie depuis 1962 car, ceux que Noureddine Aït Hamouda accuse de « traitrise » sont les chefs de la tendance arabo-islamiste du courant nationaliste algérien actuellement au pouvoir.

Un retour en arrière s’impose. Dès le lendemain du second conflit mondial, la question berbère divisa le courant nationaliste algérien. En 1948, dans son appel à l’ONU, le PPA/MTLD (Parti du peuple algérien-Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques) dirigé par Messali Hadj, inscrivit la phrase suivante : « La nation algérienne, arabe et musulmane existe depuis le VIIe siècle », ce qui provoqua la fureur de la composante kabyle du mouvement.
Puis, en 1949, au sein du PPA-MTLD, éclata la « crise berbériste » qui opposa les Kabyles voulant faire reconnaître la « berbérité » comme partie intégrante du nationalisme algérien, à la direction arabo-islamique du mouvement laquelle s’y opposait farouchement. C’est alors que fut posée la question de l’identité algérienne : est-elle exclusivement arabo-islamique ou berbère et arabo-islamique ?
Pour la direction du mouvement et pour Messali Hadj, arabisme et islamisme étaient les éléments constitutifs sans lesquels l’Algérie algérienne ne pourrait pas faire « coaguler » des populations qui n’avaient jamais formé un tout commun. Tout était donc clair : l’Algérie était une composante de la nation arabe, sa religion était l’islam et le berbérisme un moyen pour le colonisateur de diviser les Algériens.

Les berbéristes furent donc écartés de la direction du PPA/MTLD, et ce fut alors que le Kabyle Hocine Aït-Ahmed perdit la direction de l’OS (Organisation Spéciale) au profit de l’Arabe Ben Bella.

L’opposition entre berbéristes et arabo-islamistes se prolongea durant toute la guerre d’indépendance algérienne qui, sur le terrain, fut essentiellement menée par des Berbères dont les chefs étaient Abane Ramdane, Amirouche Aït Hamouda, Krim Belkacem, Hocine Aït Hamed, etc. Or, les dirigeants du FLN, notamment Ben Bella, Boussouf, Bentobbal, Boumediene et Bouteflika, qui se réclamaient de la ligne arabo-islamique, même quand, à l’image de Boumediene, ils n’étaient pas Arabes, firent tout pour marginaliser les chefs politiques et militaires kabyles à leurs yeux suspects de berbérisme. La liquidation physique d’Abane Ramdane et la mort d’Amirouche, illustrent cette lutte à mort.

Durant plusieurs années après l’indépendance, les souvenirs de l’éviction des Berbères par les tenants de la ligne de l’arabo-islamisme furent enfouis sous forme de non-dit. Mais, en 2010, ils resurgirent avec une grande intensité avec la parution du livre Amirouche, une vie, deux morts, un testament, que Saïd Sadi consacra à Amirouche Aït Hamouda, le père de Nouredine Aït Hamouda.
La thèse du livre, qui est au cœur du contentieux qui divise actuellement l’Algérie, est que le colonel Amirouche Aït Hamouda, chef du maquis kabyle et de la wilaya III, tué dans une embuscade, aurait été donné aux Français par ses rivaux arabo-islamistes du MALG (Ministère de l’Armement et des Liaisons générales, le service de renseignement de l’ALN), notamment par Abdelhafid Boussouf et Houari Boumediene, afin d’éliminer un dangereux rival, ce qui a permis de coup d’État de l’ALN durant l’été 1962.

Or, les héritiers de ceux qui livrèrent Amirouche forment aujourd’hui le « Système » algérien…

Bernard Lugan

 

Notes

[1] Planqués parce que, réfugiés au Maroc et en Tunisie, ils n’ont pas véritablement combattu l’armée française et cela, à différence des maquisards de l’intérieur auxquels ils volèrent l’indépendance.

Voir aussi, sur E&R :

 
 






Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Pourquoi écrit-il que ce peuple là n’avait rien en commun les uns avec les autres ?
    C’était bien tous des berbères musulmans non ?

     

    Répondre à ce message

    • Parcequ’il n’y a pas de logique dans la diffamation ...

       
    • Tous les catholiques se ressemblent-ils ? La religion unit en Dieu, mais les hommes sont différents dans leur être !

       
    • #2754546
      Le 29 juin à 10:39 par après la honte ... la vérité, et encore plus de honte pour toi on (...)
      Algérie : le "Système" touché en plein cœur de sa pseudo-"légitimité" (...)

      "C’était bien tous des berbères musulmans non ?"

      Les Algériens n’ont jamais été tous des berbères musulmans ... Plus depuis la fin de l’Antiquité en tout cas. Les peuples de la côté, de l’Atlas ou du Sahara, c’est pas les mêmes, parfois c’est même pas la même langue ou les mêmes prénoms.

      C’est comme dire que les Français et les Allemands sont pareils, après tout, c’était bien tous des germano-latin chrétiens, non ? Bah pas exactement, même si tu as raison dans la plus large des échelles (de la même manière que tous les humains appartiennent au genre homo, mais les points communs s’arrêtent ici).

       
  • L’histoire vu par un comique en service commandé ...

    En tout cas, de nos jours, l’Algérie n’est pas colonisé par un peuple sûr de lui même et dominateur, ce qui fait de lui la cible de toutes les petites mains fourbes et lâches.
    Après, ils sont souverain pour vivre comme ils l’entendent ... Ils ne doivent rien aux instances financières internationales contrairement à ceux qui veulent donner des leçons.
    Enfin ... On est dans une période satanique donc inversée, il est normale que les plus " vils " se sentent au dessus des plus " pieux "...

    Pour la modération : Il serait bien que tout les avis soient respectés quand il s’agit de l’Algérie car souvent mes interventions, quand elles sont positives, ne passent pas la modération alors que des commentaires haineux sans retenus sont publiés, ce qui donne l’impression d’une cabale volontaire sur ER concernant l’Algérie, qui pourtant est dans les pays reconnu qui combattent le même ennemi que nous ( les dissidents ) en France, ce qui me fait d’ailleurs, sentir plus proche d’eux que d’un pays comme le Maroc ( Roi et gouvernants ) ou même la France ( Gouvernement vendu au satanisme international )
    Ne soyons pas hypocrite mais bel et bien des précautionneux.

     

    Répondre à ce message

  • Ben Bella était un ancien sous off de l’armée française (adjudant), décoré de la médaille militaire . Beaucoup plus de classe que la racaille Boumedienne qui le fera jeter en prison en 1965, et pour 14 ans .

     

    Répondre à ce message

  • #2754497

    M. Lugan, je ne sais pas ce qui motive votre article, mais vous dites une vérité : le FLN historique, celui des Berbères (vous avez oublié les Chaouis Ben M’hidi et Ben Boulaïd !) a été liquidé par les arabo-musulmans, pour fonder une Algérie arabe. Les chefs berbères avaient tous été liquidés fin 1959. Certains disent que la France serait à l’origine de ce projet, pour des raisons obscures. La France avait déjà construit deux autres pays arabo-musulmans (le Maroc et la Tunisie). Etait-ce pour les soumettre à l’influence des Arabes du Hijaz, et donc au sionisme, comme le Maroc. Pouvez-nous en dire plus ?

     

    Répondre à ce message

    • A la question posée à de Gaulle sur le départ de la France en 1962, il a répondu, nous laissons des gens à nous - voir Reggane, voir entrainement de l’armée française en territoire algérien jusqu’ à aujourd’hui.

      Sur l’arabité algérienne, elle est une approximation ou une idéologie. La très grande sinon la quasi totalité de la population algérienne est berbère. Le mythe "arabo-musulman" a fait son temps depuis la guerre d’indépendance et la volonté d’arabiser et d’unifier de force un peuple non homogène - comme la France en son temps avec la langue française...

      Pour ceux que ces questions intéressent, lire Lounis AGGOUN, distribué sur le site de Meyssan.

       
    • La France aurait construit le Maroc ?
      D’où sortez vous cette ineptie, le Maroc était déjà un royaume indépendant du temps de l’Empire Ottoman... L’histoire du Maroc est la plus complexe et passionnante de l’empire arabo musulman. Ce pays dont tout le monde est jaloux, français comme algériens et quelque soit la confession religieuse. Donc ça critique ça traite de sionistes voir ça calomnie le roi du Maroc, qui est toujours là malgrés tout ce qui a été entrepris pour le faire chuter , mais au Maroc le "printemps arabe occidental" n’a pas prit, il y fait toujours bon vivre malgrés la pauvreté.

       
    • @berbère algérien
      La France a fabriqué le Maroc, bizarre comme déduction historique !!!!
      Si la France a fabriqué un pays sur cette planète, c’est bien l’Algérie !

       
  • Les algériens ne connaissent même pas leur passé antique, dans l’antiquité la Numidie était un état puissant qui s’était allié à Rome contre carthage qui a produit des St Augustin, des Apulée et même un empereur à Rome ( Macrinus) et qu’aujourdhui ces derniers se croient arabes et rejettent en bloc leur berbérité ( c’est triste) ils sont aussi arabes que moi je suis chinois, quant au chiffre des 1millions et demi de martyre c’est bien évidement mathématiquement impossible, grossière propagande du FLN !

     

    Répondre à ce message

  • Excellent article. Toujours bien résumé, intelligible. Bernard Lugan est un historien exceptionnel, tout ces travaux concernent l’Afrique globalement sont bien illustré, toujours avec des sources concordantes, des détails et des connaissances permettant de comprendre beaucoup de choses. Merci Monsieur Lugan.

     

    Répondre à ce message

  • Le problème latent en Algérie c’est ce gros mensonge identitaire constitué d’innombrables petit bricolages historiques qui, un jour ou un autre, referons surface et créeront un desiquilibre grave dans la société algérienne. Tant que l’Algérie ne se réconcilie pas avec sa véritable histoire et l’identité de son peuple, l’histoire se répètera et l’Algérie restera encore et toujours une colonie, une proie parmis les nations.

     

    Répondre à ce message

  • Monsieur Lugan a tout compris.
    Ce sont les berbères qui se sont battus contre les Français. L’aile politique de la révolution a été formée par le duo Kabyle/Chaoui ie. Abane/Ben M’hidi co-organisateurs et co-signataires de la plate-forme politique du congrès de la Soummam.
    L’aile militaire est formée des duos Kabyle/Chaoui ie. Krim Belkacem - Amirouche (photo) // Ben Boulaid - Si El Houes.
    Pour information, Amirouche et Si El Houes sont tombés dans la même bataille les armes à la main.

     

    Répondre à ce message

  • Mon père, a participé à la bataille d’Alger en tant que sous-off, sous les ordres du colonel Trinquier et du capitaine Leger.
    Mon paternel me révéla selon ses propres mots, lorsque Amirouche tomba dans le piège de "la bleuïte", "les deux pieds, les deux mains et le cul à fond dedans", en exécutant atrocement plus de 2500 jeunes fellaghas totalement innocents de ce qu’ils leurs étaient reprochés
    Lorsqu’il s’avéra par la suite, que c’était une intox lancé par les "français" et que l’ALN compris qu’Amirouche c’était fait bêtement avoir avec autant de facilité par le virus de la fameuse bleuïte, nombreux lui en voulait à mort ...car parmi les jeunes "sacrifiés" (paroles d’Amirouche), nombreuses étaient les familles qui étaient fermement décidés à vouloir venger leurs gosses gratuitement massacrés des mains de leurs propres "frères"

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents