Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Christophe Guilluy : "La bourgeoisie protège son modèle grâce à la posture antifasciste et antiraciste"

La qualification pour le second tour d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen a mis en exergue la défiance de plus en plus forte des Français vis-à-vis de la politique et des partis traditionnels. Pour éviter l’arrivée au pouvoir de partis populistes, les élites politiques, intellectuelles et médiatiques seraient bien inspirées de se reconnecter avec les classes populaires.

[...]

Atlantico : Géographiquement, et sociologiquement, en quoi le mouvement En Marche ! se définit-il en miroir du Front national ?

Christophe Guilluy : Géographiquement, c’est l’opposition entre la France des métropoles et la France périphérique qui structure le match Emmanuel Macron/ Marine Le Pen. On a déjà pu voir quelques cartes sur l’opposition est ouest, mais ce clivage est ancien, hérité, il ne dit rien des dynamiques en cours. Lorsque j’étais étudiant ces cartes est ouest existaient déjà, elles expriment l’héritage de l’industrie, et donc de la désindustrialisation. C’est là où il y a le plus de chômage, de pauvreté, d’ouvriers, et le plus de gens qui votent FN. Ce qui est intéressant, c’est de voir les dynamiques. C’est en zoomant à partir des territoires qui créent le plus d’emplois et ceux qui en créent le moins. Par exemple, en Bretagne, ou Marine Le Pen fait 6 % à Rennes, et 20 % dans les zones rurales. C’est toujours un distinguo entre les dynamiques économiques. Aujourd’hui les classes populaires ne vivent plus aux endroits où se créent les emplois et la richesse.

Le marché de l’immobilier s’est chargé, non pas dans une logique de complot, évidemment, mais dans une simple logique de marché, de chasser les catégories dont le marché de l’emploi n’avait pas besoin. Ces gens se trouvent déportés vers les territoires où il ne se passe rien. Or, les élites n’ont de cesse de parier sur la métropolisation, il est donc nécessaire que s’opère une révolution intellectuelle.

[...]

C’est cela l’immense problème de la classe politique, des journalistes etc. et plus généralement de la France d’en haut. Ces gens-là considèrent que le diagnostic des gens d’en bas n’est pas légitime. Ce qui est appelé « populisme ». Et cela est hyper fort dans les milieux académiques, et cela pèse énormément. On ne prend pas au sérieux ce que disent les gens. Et là, toute la machinerie se met en place. Parce que l’aveuglement face aux revendications des classes populaires se double d’une volonté de se protéger en ostracisant ces mêmes classes populaires. La posture de supériorité morale de la France d’en haut permet en réalité de disqualifier tout diagnostic social. La nouvelle bourgeoisie protège ainsi efficacement son modèle grâce à la posture antifasciste et antiraciste. L’antifascisme est devenu une arme de classe, car elle permet de dire que ce racontent les gens n’est de toute façon pas légitime puisque fasciste, puisque raciste. La bien-pensance est vraiment devenue une arme de classe.

Notons à ce titre que dans les milieux populaires, dans la vie réelle les gens, quelles que soient leurs origines ne se parlent pas de fascisme ou d’antifascistes, ça, ce n’est qu’un truc de la bourgeoisie. Dans la vie, les gens savent que tout est compliqué, et les gens sont en réalité d’une hyper subtilité et cherchent depuis des décennies à préserver leur capital social et culturel sans recourir à la violence.

Lire l’intégralité de l’article sur atlantico.fr

Voir aussi, sur E&R :

 

Rompre avec la posture bourgeoise et entrer dans le sérieux,
avec Kontre Kulture :

 






Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Anti-machins ... les néo culs bénis ... qui croient chier du marbre ...

    C’est grave et profond ... la connerie humaine ...

     

    Répondre à ce message

  • Excellent article.
    D’ailleurs ce constat commence progressivement à être diffusé sous quelques plumes objectivement inattendues et dans les mainstreams, preuve qu’une prise de conscience émerge quant aux limites de la réduction systématique ad hitlérium.

    Sur le reste, c’est plutôt pertinent, on pourrait insister sur la disparition du PC comme ciment idéologique des banlieues voire du péri urbain et ce, jusqu’aux frontières de la ruralité, laissant la place à l’islamisme et/ou au populisme de droite.
    D’ailleurs à contrario de la nouvelle bourgeoisie, on peut faire constater que Poutou ou Arthaud tiennent, eux, un diagnostique social, quoi qu’on puisse en penser, tout en conservant cette posture morale, ce qui contribue à accentuer leur éloignement des classes populaires.
    C’est un peu ce qui aurait dû arriver à Mélenchon, sauf que lui possède la puissance des hologrammes et un talent de tribun pour créer cette dynamique de populisme de gauche essentiellement basée sur du contestataire, que ce soit les antifas ou les anticapitalistes en passant par les socialos déçus du virage libéral du Hollandisme et quelques frontistes égarés.
    Que la nouvelle bourgeoisie métropolitaine s’interdise un diagnostique social en protection de ses privilèges est tout sauf une anomalie, après tout sa devancière, aujourd’hui à la retraite, faisait de même.
    La différence, c’est que la plus récente vote majoritairement à gauche là ou sa devancière votait à droite.
    A la limite, la première a donc moins d’excuses que la seconde quant à exercer sa prétendue supériorité morale afin d’interdire tout diagnostique social.
    Il y a donc bien ici une trahison des élites de gauche envers les classes populaires, ce qui ouvre incontestablement un espace pour le FN mais également à l’islamisme.
    C’est à partir de ce constat que les loges ont inventé Macron, formellement vierge de toute trahison envers les classes populaires tout en étant capable de s’opposer au FN sur le terrain économique et social afin d’anticiper un possible futur conflit nationalistes/islamistes et si les choses restaient en l’état.

    Donc le système a décidé de crever l’abcès en plaçant enfin sur la place publique le débat mondialistes/souverainistes, pour à la fois s’acheter une paix sociale et surtout conserver le pouvoir.

     

    Répondre à ce message

  • #1712551

    Rien de nouveau, Bordiga l a écrit et dis, il y a plus de 50 ans de cela....

     

    Répondre à ce message

  • Quand Christophe Guilluy dit qu’il n’y a pas de complot, il se couvre évidemment comme tout ceux qui luttent contre le Système à l’intérieur du Système. En réalité, l’immobilier cher est une stratégie pour exclure les sans-dents des métropoles et les renvoyer dans la France périphérique.

    C’est aussi une stratégie du lobby de l’immobilier qui regroupe tous les détenteurs de biens immobiliers, les assureurs, les banques, les sociétés foncières, les intermédiaires de la location/vente, ... pour continuer à se goinfrer en loyers, commissions et autres plus-values. Ils squeezent le marché de l’immobilier en restreignant les constructions neuves.

    Les seuls "perdants" sont les acteurs de la construction qui y perdent sur les volumes mais s’y retrouvent sur les prix. Et puis ce secteur (BTP) se goinfre en contrats publics plus ou moins bidons mais toujours à forte marge. Ce sont les sans-dents qui régalent, pourquoi se priver.

     

    Répondre à ce message

    • Pas sûr qu’il y ait des restrictions sur les constructions dans la mesure où c’est, en plus du reste, un secteur pourvoyeur de beaucoup d’emplois. Ajouté à cela l’accès au crédit à moindre coût (qui par contrecoup maintient des prix très élevés) et à certains endroits ça sent même sa bulle. Je suis à Montpellier et je peux vous dire que les immeubles poussent comme des champignons, ça n’arrête pas.

       
  • " L ’ anti fascisme est une arme de classe " : devant la colère des classes populaires paupérisées ( ouvriers , les employés ,les agriculteurs . . bref des refoulés de la classe moyenne ou figurent encore - provisoirement - des groupes de retraités et des catégorie de fonctionniares protégés de la mondialisation ) les élites pour protéger leur modèle libéral se donnent la supériorité morale en traitant la colère populaire et donc le vote FN de colère fasciste ; ce qui leur permet de plus d ’évacuer les raisons sociales légitimes de cette colère.

     

    Répondre à ce message

  • #1712800

    L’analyse proto marxiste et sociale est fausse.

    L’explication de Dieu est plus pertinente que celle de Marx.

    Dans l’A.T., dans les Proverbes de Salomon, il est écrit :

    " La première vertu d’un gouvernement est la Justice"

    La classe gouvernante française lato sensu (politiques, medias, intellectuels, grand patronat) s’est suicidé le jour où ils ont cru défaire par le Congrès ce que le peuple avait décidé par le referendum.

    Et depuis, la faute n’ayant été ni reconnue, ni réparée, ils n’en finissent pas de mourir

    Chaque année le personnel du referendum (nous, le Tiers-Etat) censure un peu plus le personnel du Congrès (eux, la Noblesse et le Clergé de la République).

    Ce processus se terminera par la mort et le changement des élites : une nouvelle Noblesse, un nouveau Clergé, une nouvelle République.

    Tout le monde a en effet relevé que ces élections avaient d’ABORD éliminé les têtes d’affiches de droite et de gauche de la république mourante.

    Le processus va continuer, Macron est le joker pitoyable d’un tour : il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas élu.

    Quant à nous la voie est tracée depuis 2005 : tous ceux qui ont participé, soutenu, toléré, défendu, justifier l’ Injustice du vote du Traité de Lisbonne DOIVENT mourir.

    Parce que si "la Justice est la première vertu d’un gouvernement" alors l’Injustice préméditée est forcément sanctionnée par la mort.

    Nous allons tous les voir mourir.
    Car Dieu (Qui est avec nous) le veut.
    Et d’ailleurs, ils meurent : tous, comme des mouches !

    Donc que tout le monde reste serein : même si leur résistance devait être couronnée d’un succès électoral, le résultat en restera inchangé, voire précipité : tous, l’un après l’autre , mourront

    Morts dans leur caniveau : Hollande, Valls, Caseneuve, Juppé, Fillon, Lelouche, Sarko, ... Pulvar, Elkrief, Apathie, Jaku,

    Ca pleut ....

    Ce sont les orgues de Staline sur Berlin !

     

    Répondre à ce message

    • Intéressant, mais la faute a quand même été laborieusement reconnue, puisque elle est factuelle et par les traitres au référendum, longtemps après, certes, sous couvert que c’était dans l’intérêt supérieur de la nation et pour surfer sur les soixante années de paix…

      A tel point que l’on peut s’interroger sur le résultat d’un vote similaire et aujourd’hui.
      A mettre en parallèle avec le dernier sondage sur le Brexit, ou le non l’emporte, un peu dans la même logique aux US ou Trump serait probablement perdant et si l’on rejouait le match maintenant.

      C’est dire si je suis sceptique quant à la thèse de la censure croissante du Tiers-état envers le congrès, car la lessiveuse est passée depuis la trahison du référendum et pas qu’un peu, le mea culpa étant élément neutre face à cette procrastination coupable et surtout stratégique.

      Quant à l’élimination des têtes d’affiches de droite ou de gauche, dans ce dégagisme médiatisé, j’ai des gros doutes, car cette classe politique possède des capacités de régénération absolument orgasmique, au mettre titre que les partis qu’ils représentent.
      A noter que la médiacratie ne cesse de les déclarer définitivement perdus, alors qu’ils sont en phase de recyclage et sous le lave-linge d’EM.

      Je vous rejoins sur les risques que prend Macron et s’il est élu, c’est un pion très exposé et dans ce contexte de deuxième tour, on peut même s’interroger de savoir si Hollande en avait conscience et que la véritable raison de son jet de l’éponge, même en prenant en compte sa popularité erratique, ce n’était pas justement ce risque qu’il n’était pas prêt à prendre.
      Car à la lumière du coup d’état organisé pour s’assurer d’un deuxième tour Macron/Marine, Hollande aurait très bien pu être réélu.

      Ce que j’ai toujours pensé, même avant sa défection.

       
  • De grâce, cessons de parler de Bourgeoisie !. Les riches d’aujourd’hui n’ont pas du tout la même mentalité, ni la même fonction dans nos sociétés. Ce sont des jouisseurs-prédateurs bien plus vulgaires. Ont-ils une seule pensée quelque peu élevée ?.

     

    Répondre à ce message

  • ne vous en faites pas,les gens des grandes villes vont morfler egalement.les prix de l’immo vont monter encore sous la pression de la speculation des chinois riches,comme aux usa,au canada et en australie. les bac+5 vont voir leur reste a vivre fondre comme les autres,surtout en continuant de payer des prix fous pour leur alimentation de bobo.les autres continueront a habiter des clapiers a lapin en banlieue,et subiront les inconvenients croissants des grandes villes:insecurite grandissantes,temps de transports etc...
    aux usa,deja des mouvements de sortie de certaines grandes villes se constatent. nous en france nous devons veiller surtout a ne pas accepter que l’argent des petites agglomeration s’echappent en direction des grandes metropoles grace a leur regroupement de com com. laissons les payer pour leur folie des grandeurs boboesque...

     

    Répondre à ce message

  • L’antiracisme et l’antifascisme , ne sont que des postures dans la classe bourgeoise - éxpérience personnelle : repas de famille avant le premier tour, chez des bourgeois terriens cathos de province ..." Il faut voter "utile" , c’est à dire FILLON ".- "Si vous voulez voter "utile " votez MLP" .Non , elle est de gauche , et elle fait vulgaire ....
    Les motivations électorales de la bourgeoisie ne sont pas politiques, ni morales , ni religieuses , ce sont des motivations de classe , une forme de racisme à l’égard du populo, des employés, de l’ouvrier , vis à vis desquels on garde une attitude très paternaliste, en déplorant qu’ils votent pour ces demeurés du FN , car ce n’est pas bon pour les affaires .

     

    Répondre à ce message

    • Pas faux.
      Ou dit autrement, le petit bourgeois de province ne vote jamais comme sa femme de ménage.

      Effectivement, c’est une question de lutte des classes.

      Cela étant dit, ce n’est pas irrémédiable, c’est une question de génération également.
      Pas certain que ce vieux réflexe perdure dans la nouvelle bourgeoisie métropolitaine, qui vote à gauche.
      En revanche, ce qui l’est, d’irrémédiable, c’est le vote ethnique de gauche comme l’avait théorisé Gaudu.

      "Etre de gauche, est une valeur identitaire qui vous colle à la peau, on n’est pas de gauche, on nait de gauche, c’est biologique, c’est ethnique, on ne se mélange pas aux autres"

      A méditer.

       
    • Ces gens-là risquent fort d’être balayés par la mondialisation La menace n’est pas là oú on croit. Enfin, Drôles de cathos, tout de même ... .

       
    • Drôles de gauchistes également, capable de voter Macron pour ne pas avoir Marine, sous prétexte que cette dernière est la réincarnation du diable.

      Athées quand ca les arrange, quoi.

       
  • Petit à petit on s’éloigne des références anciennes qui ne seraient plus pertinentes pour rendre compte de la réalité d’aujourd’hui. Certes en superficie les choses ont évolué, les apparences ne sont plus les mêmes, les mots ont changé. Mais tous ces changements apparents ne sont-ils pas trompeurs ? Fondamentalement ne nous trouvons-nous pas dans une société qui n’a pas fait disparaître le clivage entre les dominants et les dominés mais qui nie cette réalité car elle est dérangeante pour ceux qui dominent. Les dominants ont adopté un nouveau système de pensée, la bienpensance, qui a pour fonction de protéger leur confort intellectuel, social et moral, de les déculpabiliser en projetant leur culpabilité sur ceux qui tentent d’exprimer leur mal-être et de se faire entendre afin que leur besoin d’intégration sociale ou tout simplement leur besoin d’exister, soient pris en compte par une classe qui ne connaît que l’entre-soi pour légitimer son sentiment de supériorité et sa volonté de domination, d’exploitation. La souffrance et l’exaspération des dominés ne font que croître et il apparaît maintenant, à l’analyse de l’expression politique des gens à travers leurs votes, que la désintégration sociale se lit maintenant de plus en plus dans des réalités locales, une fracture qui s’approfondit entre les métropoles et le reste du territoire. L’incompréhension caractérise les relations actuelles entre ces milieux géographiques. Le développement des métropoles se faisant au détriment des territoires à la faveur de certaines politiques. Notamment européennes. Car détruire les territoires c’est détruire un esprit, une culture, un peuple enraciné au profit d’une domination mondialisée. C’est très violent d’autant que ceux qui souffrent ne peuvent pas dire leur souffrance sans risque de se faire insulter. Dieu sait si sont nombreux les noms d’oiseaux qui ne tardent pas à s’abattre sur ceux qui troublent le confort des bienpensants qui sont aussi des bien nantis ou "bien Antis" (antifas, antiracistes...). Une lecture chinoise du phénomène peut se résumer à "Excès de Yang et insuffisance de Yin". Soit un déséquilibre énergétique majeur qui a des conséquences néfastes pour une grande partie de la population et qui ne peut conduire qu’à des troubles graves. Persister dans ce sens c’est aller dans le mur. Vas-y Macron. Tu vas t’en prendre plein la gueule.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents