Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’Heure la plus sombre du 21 mars 2016 – Invité : le professeur Robert Faurisson

Pour ce 29ème numéro de L’Heure la plus sombre, nos journalistes Vincent et Xavier recevaient le professeur Robert Faurisson, dont le procès en appel a eu lieu à Paris le 17 mars 2016.

 

Écouter l’émission en format mp3 :

 

 

 

Ci-dessous, découvrez les conclusions de Maître Damien Viguier au procès en appel du professeur Faurisson.

 

 


 

 

À Mesdames et Messieurs les Président et Conseillers
de la Cour d’Appel de Paris – Pôle 2 Chambre 7

 

Signal. LICRA - c. F et B
RG : 15/07425 N° parquet : 12 017 00825/1
Signal. min. int. - c. F, B et G
RG : 15/07426 N° parquet : 12 082 00853/0

 

Audience du 17 mars 2016 à 13h30

 

 

CONCLUSIONS EN DÉFENSE

 

 

POUR : Monsieur Robert FAURISSON

Ayant pour avocat

Maître Damien VIGUIER

 

CONTRE : LE MINISTÈRE PUBLIC

 

PLAN

 

FAITS

1° La méthode révisionniste
2° Le plan
3° Les camps
Auschwitz : l’interrogation
Auschwitz : le bricolage
Auschwitz : le plan du crématoire
Auschwitz : la ventilation et l’ouverture dans le plafond
Mauthausen
9° Ne pas croire
10° Six millions
11° L’interruption

 

DISCUSSION

En droit

A) Exposé de la lettre de la loi

B) Interprétation littéraliste

a) Quels sont les faits qui peuvent se trouver qualifiés de crime contre l’humanité et par conséquent dont l’existence ne pourra être contestée ?

b) Quels sont les faits dont l’existence est pourtant méthodiquement contestée par les historiens ?

i) Le plan : la question de l’ordre écrit
ii) La nature des camps
iii) Les six millions de juifs

C) Interprétation selon l’esprit

a) Sens de la loi à écarter :

i) Contrôle de la recherche historique

1° Quant à la méthode
2° Quant à l’objet
3° Quant au résultat

ii) Contrôle de la qualité d’historien

1°Le soupçon d’antisémitisme
2°Les chercheurs institutionnels

b) Sens de la loi à retenir ou à discuter

i) Elément subjectif : antisémitisme ii) Elément objectif : outrance et mauvaise foi

 

En l’espèce

1° La méthode révisionniste
2° Le plan
3° Les camps
Auschwitz : l’interrogation
Auschwitz : le bricolage
Auschwitz : le plan du crématoire
Auschwitz : la ventilation et l’ouverture dans le plafond
Mauthausen
9° Ne pas croire
10° Les 6 millions
11° L’interruption

 

Conclusion

 

 

PLAISE A LA COUR

 

FAITS

 

Monsieur Robert FAURISSON, né le 25 janvier 1929 à SHEPPERTON (Royaume-Uni), de nationalité britannique et de nationalité française, retraité, demeurant à --------, est

PRÉVENU du chef de complicité de CONTESTATION, par parole, écrit, image ou moyen de communication au public par voie électronique, DE L’EXISTENCE DE CRIME CONTRE L’HUMANITÉ tels que définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale,

Faits prévus et réprimés par les articles 23 (s’agissant de la publicité), 24 bis, 42, 43, 47, 48 de la loi du 29 juillet 1881, 93-2, 93-3 de la loi du 29 juillet 1982, et prévu par les articles 121-6 et 121-7 du code pénal en ce qui concerne la complicité

Pour avoir, à Paris et sur le territoire national, courant septembre 2011 et jusqu’au 30 septembre 2011, depuis temps non prescrit, participé à la confection d’un document audiovisuel intitulé « Un homme : Robert Faurisson répond aux questions de Paul-Eric Blanrue », réalisé par P-E BLANRUE.

Les propos que le ministère public a cru pouvoir placer au fondement de ses poursuites figurent dans ce film consacré à la vie et à la personne de Robert Faurisson. Parlant de la répression qu’il a subie et de l’œuvre de toute une vie, ce dernier est naturellement conduit à prudemment évoquer ses recherches.

Les propos poursuivis sur signalement du ministère de l’intérieur, et ceux sur signalement de la LICRA (ces derniers sont signalés ci-après en gras, et avec astérisque lorsqu’ils sont communs aux premiers), sont les suivants :

 

1° La méthode révisionniste (à partir de 04:09) :

« Les révisionnistes sont des gens qui pensent que si on a vu une fois on n’a rien vu, et qu’il faut voir revoir, revoir de près, se méfier des documentaires qui bien souvent sont des « documenteurs », il faut revoir plan par plan ce qu’on vous a fait ingurgiter et vous allez mesurer la distance qu’il y a entre ce que dit le documentaire et ce que montre le documenteur, la distance est considérable. »

 

2° Le plan (à partir de 15:45) :

« il n’existe aucun document qui ait dit il faut tuer les juifs. »

 

3° Les camps

« il n’a jamais existé quelque chose qui s’appelait Vernichtung Schlager [camp d’extermination] » [Vernichtungslager]

 

4° Auschwitz : l’interrogation (à partir de 15:45) :

« Les déportations ont existé, les convois de déportation ont existé, les camps de concentration ont existé, les fours crématoires ont existé, mais est-ce que pour autant on a le droit de dire d’Auschwitz que c’était un camp d’extermination (…) »

 

5° Auschwitz : le bricolage (à partir de 33:11) :

« … c’est du bricolage polonais communiste (…) alors maintenant c’est admis, maintenant ils reconnaissent que ça n’a jamais existé (…) alors nous sommes au-dessus du four, enfin de la prétendue chambre à gaz à Auschwitz I c’est par là qu’on aurait déversé le [Zyklon B], l’hôpital SS se trouve à 20 mètres. En réalité ça a été fabriqué après la guerre pour les touristes et puis voilà, tout est faux* (…) nous attendons toujours qu’on désabuse les touristes et les pèlerins d’Auschwitz, eh bien pas du tout… »

 

6° Auschwitz : le plan du crématoire (à partir de 23:58) :

« C’est un plan d’un grand crématoire à Auschwitz qui a fonctionné à partir de mars 1943 (…) ce qui m’intéressait particulièrement c’est que quand j’ai découvert ces plans, j’ai découvert le fameux mot de maintenant Leichenkeller (…) il n’y avait pas de gaskammer ou de chose comme ça et Leichenkeller veut dire, si vous voulez, cellier, ou cave à cadavres (…). Ces plans il est évident que je les ai présentés à un fabriquant de fours crématoires en France dans la région parisienne et je vais vous rapporter une très curieuse réflexion, le directeur de cette usine où on fabrique ces choses-là eh bien avait un collaborateur, et il voit ça et sans même, sans même essayer de déchiffrer il dit à son collaborateur “oui, oui, c’est très normal c’est du 7-8 mètres”, et en effet c’est bien ça, alors je me tourne vers lui et je lui dis : “mais qu’est ce que ça veut dire votre réflexion c’est du 7-8 mètres ? − oui c’est ce qu’on appelle un dépositoire, c’est-à-dire que regardez c’est en cul de sac et puis vous avez deux mètres de prévu pour un cadavre, en face deux mètres également et au centre vous avez trois ou quatre mètres pour le mouvement des chariots, donc c’est typique ! c’est absolument typique y a rien d’extraordinaire, voilà.” Alors par la suite évidemment les menteurs sont venus dire oh mais attention vous comprenez les allemands, ils n’allaient pas mettre gaskammer c’est codé tout ça nous nous allons décoder et le résultat de notre décodage c’est chambre à gaz, voilà. Jusqu’au moment où j’ai dit assez décodé essayons d’être sérieux et puis (…) »

 

7° Auschwitz : la ventilation et l’ouverture dans le plafond (à partir de 23:58) :

« (…) j’ai donné toute sorte d’arguments techniques qui prouvaient que ça ne pouvait pas être une chambre à gaz, qu’il y avait aucun système de ventilation et puis surtout que, ça c’est sur place à Auschwitz – parce qu’il faut aller sur la scène du crime – y a jamais eu ces ouvertures dans le plafond qui auraient permis de déverser du Zyklon. Bref toute cette espèce de roman*. »

 

8° Mauthausen (à partir de 37:36) :

« C’est à Mauthausen vers 1888-89, Mauthausen en Autriche, et là, ils ont une petite chambre à gaz d’exécution, on nous dit voilà, les Allemands tuaient ici, alors c’est de la totale bouffonnerie parce qu’ils sont incapables de nous dire comment ça pouvait fonctionner. »

 

9° Ne pas croire (à partir de 20:30) :

« Je ne crois pas aux chambres à gaz nazies »*

 

10° Les six millions

« ce chiffre de 6 millions [de morts de la Shoah] – tenez-vous bien – remonte à au moins 1900, il était courant dans la presse juive de New-York, c’était même une sorte de slogan publicitaires d’appel de fonds ».

 

11° L’interruption (à partir de 15:45) :

« Je suis obligé, vous voyez, on en est là aujourd’hui, je suis obligé de m’interrompre un instant parce que des gens passent et qu’ils pourraient mal prendre ce que je vais dire et ces gens pourraient s’ils portaient plainte contre mes propos m’envoyer en prison pour un mois à un an. »

 

DISCUSSION

 

La question de fond porte sur le point de savoir si les éléments constitutifs spéciaux de la contestation de crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 se retrouvent dans les propos retenus dans la prévention.

 

EN DROIT

 

Une fois exposé la lettre de la loi (A), celle-ci est susceptible de deux sortes d’interprétations. La première, qui ne peut être retenue qu’à condition que l’effet produit ne soit pas absurde, et que l’intention et le but du législateur soient respectés, est une interprétation stricte et littérale (B). La seconde vise précisément à dégager l’esprit de la loi et le but du législateur lorsque le sens littéral ne conviendrait pas (C).

 

A) Exposé de la lettre de la loi

Les termes de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, issu lui-même de la loi n°90-615 du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe, sont les suivants :

« punis ceux qui auront contesté, par un des moyens énoncés à l’article 23, l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale. »

Il convient de compléter cet exposé de celui des textes auxquels renvoi est fait :

 

Quant aux moyens énoncés. − L’article 23 visé donne la liste suivante :

« discours, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics, écrits, imprimés, dessins, gravures, peintures, emblèmes, images ou tout autre support de l’écrit, de la parole ou de l’image vendus ou distribués, mis en vente ou exposés dans des lieux ou réunions publics, placards ou affiches exposés au regard du public, tout moyen de communication au public par voie électronique ».

Quant à la notion de crime contre l’humanité. − La loi renvoie à la définition donnée du crime contre l’humanité à l’article 6 du statut du Tribunal de Nuremberg annexé à l’Accord de Londres du 8 août 1945 [1], soit, en français, l’énoncé suivant :

« l’assassinat, l’extermination, la réduction en esclavage, la déportation, et tout autre acte inhumain commis contre toutes populations civiles, avant ou pendant la guerre, ou bien les persécutions pour des motifs politiques, raciaux ou religieux, lorsque ces actes ou persécutions, qu’ils aient constitué ou non une violation du droit interne du pays où ils ont été perpétrés, ont été commis à la suite de tout crime rentrant dans la compétence du Tribunal, ou en liaison avec ce crime ».

Cette dernière formule à son tour renvoie, in fine, aux crimes contre la paix et aux crimes de guerre, qui sont eux-mêmes définis au même article :

 

- Crimes contre la paix :

«  la direction, la préparation, le déclenchement ou la poursuite d’une guerre d’agression, ou d’une guerre en violation des traités, assurances ou accords internationaux, ou la participation à un plan concerté ou à un complot pour l’accomplissement de l’un quelconque des actes qui précèdent. »

- Crimes de guerre :

« les violations des lois et coutumes de la guerre. Ces violations comprennent, sans y être limitées, l’assassinat, les mauvais traitements et la déportation pour des travaux forcés ou pour tout autre but, des populations civiles dans les territoires occupés, l’assassinat ou les mauvais traitements des prisonniers de guerre ou des personnes en mer, l’exécution des otages, le pillage des biens publics ou privés, la destruction sans motif des villes et des villages ou la dévastation que ne justifient pas les exigences militaires ».

Enfin l’ultime alinéa de l’article 6 prévoit le cas du complice, au sens large, de l’un ou l’autre de tous ces crimes (contre la paix, de guerre ou contre l’humanité) :

« Les dirigeants, organisateurs, provocateurs ou complices qui ont pris part à l’élaboration ou à l’exécution d’un plan concerté ou d’un complot pour commettre l’un quelconque des crimes ci-dessus définis sont responsables de tous les actes accomplis par toutes personnes en exécution de ce plan ».

 

B) Interprétation littéraliste

 

Il suffit pour écarter cette interprétation d’établir d’abord quels sont faits qui peuvent se trouver qualifiés de crime contre l’humanité au sens de la loi (a), puis d’énoncer de quelle « négation » méthodique de tels faits font l’objet de la part d’historiens au-dessus de tout soupçon (b).

 

a) Quels sont les faits qui peuvent se trouver qualifiés de crime contre l’humanité et par conséquent dont l’existence ne pourra être contestée ?

Les crimes contre l’humanité dont la contestation de l’existence est prohibée sont de deux types : ceux commis « par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 dudit statut », et ceux commis « par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale ».

Le premier cas est celui du membre d’une organisation que le Tribunal de Nuremberg aura déclaré criminelle. Il s’agit des membres du corps des chefs du parti nazi (avec des nuances), de la Gestapo, du SD et de la SS.

Le second cas vise les crimes pour lesquels une condamnation personnelle a été prononcée par une juridiction. Dans le cas du jugement de Nuremberg, de crimes contre l’humanité quatorze hommes ont été déclarés coupables : Göring, von Ribbentrop, Keitel, Kaltenbrunner, Rosenberg, Frank, Funk, von Schirach, Sauckel, Jodl, Seyss-Inquart, Speer, von Neurath et Bormann.

Quant aux faits, sans entrer dans tous les détails d’un volumineux dossier, mais pour donner un premier aperçu, il est notable que le jugement de Nuremberg lui-même donne les suivants :


- « les camps de concentration devinrent finalement des lieux d’extermination organisée et méthodique, dans lesquels des milliers d’internés furent assassinés »

Pièce 1, page 135
 

- « Un certain nombre de camps de concentration possédaient des chambres à gaz pour l’exécution massive des prisonniers, dont les corps étaient ensuite brûlés dans des fours crématoires. Ces camps furent en fait utilisés à la « solution finale » du problème juif par l’extermination. »

Pièce 1, page 136
 

- « au cours de l’été de 1941, des plans furent établis pour la « solution finale » de la question juive en Europe. Cette « solution finale » signifiait l’extermination des Juifs, dont Hitler avait prédit, au début 1939, qu’elle serait une des conséquences de la guerre »

Pièce 1, page 149
 

- « Le plan d’extermination des Juifs se développa peu après l’attaque de l’Union Soviétique »

Pièce 1, page 149
 

- « Comme moyen d’aboutir à la « solution finale », les Juifs furent réunis dans des camps où l’on décidait de leur vie et de leur mort selon leur condition physique. Tous ceux qui le pouvaient encore devaient travailler ; ceux qui étaient hors d’état de le faire étaient exterminés dans des chambres à gaz, après quoi on brûlait leurs cadavres. » (suit le témoignage de Hoess)

Pièce 1, page 150
 

- « dans certains cas, on fit des essais en vue de se servir de la graisse des victimes pour la production industrielle de savon. »

Pièce 1, page 151
 

- « Adolf Eichmann, que Hitler avait chargé de ce programme, a estimé que cette politique avait causé la mort de six millions de Juifs, dont quatre millions périrent dans les camps d’extermination. »

Pièce 1, page 151

Par ailleurs, dans l’Acte d’accusation (les crimes contre l’humanité constituent le chef d’accusation n°4 de l’Acte d’accusation), concernant les « actes inhumains » (point X), il est précisé que :

« les différents camps de concentration comprenaient Buchenwald qui fut établi en 1933 et Dachau qui fut établi en 1934. Dans ces camps et dans d’autres, les civils étaient soumis à un régime d’esclavage, maltraités ou assassinés par divers moyens, y compris ceux indiqués au chef d’accusation n°3 ci-dessus. »

Pièce 1, page 74
 

Les moyens y indiqués (point VIII) sont les suivants : « fusillade, pendaisons, chambre à gaz, mort par inanition, promiscuité humaine », etc.

Pièce 1, page 51.

Notons que c’est au chef d’accusation n°3 qu’est mentionné le massacre, en septembre 1941, en forêt de Katyn, de 11.000 officiers polonais, prisonniers de guerre.

 

b) Quels sont les faits dont l’existence est pourtant méthodiquement contestée par les historiens ?

Sans entrer ici dans le détail de tous les faits qui seraient visés selon sa lettre par la loi de 1881, et dont bon nombre ont vu leur existence contestée, nous pouvons relever trois séries de faits, concernant le plan d’extermination (la fin ou la préméditation et l’intention du crime), la nature des camps (le moyen ou arme du crime) et le nombre des victimes (le résultat ou corpus delicti).

 

i) Le plan : la question de l’ordre écrit

Concernant l’opération d’extermination, le fait est avéré en histoire qu’il n’existe pas d’écrit, pas plus d’Adolf Hitler que d’un de ses subordonnés, qui contienne l’ordre d’extermination des juifs.

Voici des thèses, qui relèvent des connaissances actuelles et certaines de la science, et qui sont soutenus par des historiens :


- POLIAKOV, Bréviaire de la haine, 1951 : « aucun document n’est resté, n’a peut-être jamais existé ».

Pièce 4, page 6 (n°1)
 

- FURET et ARON, 8 juillet 1982 : pas d’ordre (« malgré les recherches les plus érudites »).

Pièce 5, page 11
 

- HILBERG, pro 1961 (deux ordres d’Hitler), sed contra 1985 : « by an incredible meeting of minds ».

Pièces 4, page 10 (n°10) et 5, page 1 et 11
 

- BURRIN, 1989 : « Il ne subsiste aucun document portant un ordre d’extermination signé de Hitler ».

Pièce 4, page 13
 

- BRAYARD, 2004.

Pièce 4, page 16 (n°20)

Pour le cas particulier des Einsatzgruppen :


- KRAUSNICK et WILHELM, 1981.

Pièce 5, page 11
 

- LOZOWICK, 1987.

Pièce 5, page 11

Sur la conférence de WANNSEE :


- BAUER, 1992 : « the silly story ».

Pièce 4, page 13 (n°15)

Plus largement, sur les « fonctionnalistes », voir Pièce 4, page 11.w

 

ii) La nature des camps

Concernant les camps, la recherche historique a pu établir que, contrairement à ce que l’on avait pu croire à l’époque du procès de Nuremberg, les camps que Dachau, de Buchenwald, de Ravensbrück, de Mauthausen et de Bergen-Belsen n’avaient pas été des camps où avaient lieu des gazages massifs. Par exemple :


- BROSZAT, 1960 : « ni à Dachau, ni à Bergen-Belsen, ni à Buchenwald, des juifs ou d’autres détenus n’ont été gazés ».

Pièces 4, page 6 (n°2) et 5, page 3
 

- WORMSER-MIGOT, 1968 : Auschwitz I, Mauthausen, Ravensbrück.

Pièce 4, page 7 (n°3) et 5, page 1

Seuls sont encore aujourd’hui considérés comme des camps d’extermination avec chambre à gaz (le camp d’extermination de Chelmno concernait des « camions à gaz ») les camps de Belzec, de Sobibor, de Treblinka (voir pièce 5, page 5), de Maïdanek et d’Auschwitz-Birkenau (Auschwitz II), ces deux derniers étant considérés comme des camps « mixtes », de travail et d’extermination ;

Les recherches se poursuivent.

Pour les recherches de l’ASSAG (depuis 1982), voir Pièce 4, page 9 (6°)
 


- BOUARD, 1986 : « le dossier est pourri ».

Pièce 4, page 12 (n°12)
 

- PRESSAC, 2000 (1995) thèse extermination vouée « aux poubelles de l’histoire »

Pièce 4, page 15 (n°18)

Concernant le seul camp d’Auschwitz, mentionnons, au sujet des constructions d’après-guerre que l’on fait visiter aux populations :


- CONAN, 1995 : « tout y est faux ».

Pièces 4, pages 14 (n°16) et 20
et 5, page 1
 

- JAN VAN PELT, 2009 : « 99% de ce que nous savons, nous n’en avons pas en fait les éléments physiques pour le prouver ».

Pièces 4, page 15 (n°19)
et 5, pages 1 et 9

Pour la chambre à gaz de Mauthausen, voir : WORMSER-MIGOT.

 

Sur les chambres à gaz en général :


- BAYNAC, 1996 : « absence de documents, de traces ou d’autres preuves matérielles ».

Pièce 4, page 15 (n°17)
 

- MAYER, 1988 : « les sources pour l’étude des chambres à gaz sont à la fois rares et douteuses ».

Pièces 4, page 13 (n°13)
et 5, page 9

 

iii) Les six millions de juifs

 

Concernant le nombre des victimes, en l’absence de tout cadavre (fours crématoires), le chiffre de six millions n’est pas retenu par les historiens. Il faut distinguer l’ensemble des morts sur la période 33-45, les morts consécutivement à la campagne à l’Est, les morts en déportation tous camps confondus, et les morts pour le seul camp d’Auschwitz. Les chiffres sont variables :

- 25 millions
- 9 millions
- 8 millions
- 6 millions (premier panneau à Auschwitz)
- 4 millions
- 1 million 500 mille
- 1 million 100 mille (second panneau à Auschwitz)
- 700 mille
- 510 mille
- 125 mille

Que reste-t-il du jugement de Nuremberg ? Res judicata pro veritate habetur… La chose jugée est tenue pour vraie. Formule forgée sur celle de la fiction juridique (une chose que l’on sait fausse mais que l’on tient pour vraie) dont la matrice simulata pro veritate habetur remonte aux époques les plus lointaines du droit romain. Mais cette « vérité », qui ne s’impose au juge qu’en raison d’une identité d’objet, de cause et de parties, ne concerne pas l’historien.

En conclusion, si l’on prenait la loi à la lettre, sur chacun de ces trois chapitres (le plan, le moyen, le résultat), tous les historiens cités, dont, pour certains, les recherches, et les découvertes, ont été provoquées par lesdits « négationnistes », pourraient relever de la répression de la contestation de l’existence de crime contre l’humanité.

Pourtant ni Poliakov, ni Furet, ni Aron, ni Burrin, ni Brayard n’ont été poursuivis.

La répression fondée sur une interprétation littérale conduirait soit à une atteinte grossière à la liberté de la recherche, condition du caractère scientifique des découvertes, soit à une inégalité de traitement absolument arbitraire. Elle est donc impossible à elle seule.

L’interprétation littérale écartée, reste à dégager l’esprit de la loi.

 

 

C) Interprétation selon l’esprit

 

Il convient de commencer par envisager les sens de la loi qui ne peuvent être retenus et sur lesquels il y a consensus, avant que d’aborder ceux sur lesquels la réflexion peut s’exercer.

 

a) Sens de la loi à écarter

 

i) Contrôle de la recherche historique

La loi n’a pas pour but de confier au juge la mission d’exercer un contrôle de l’historien dans sa recherche, que ce soit :

 

Quant à la méthode de recherche adoptée et appliquée par l’historien,

La méthode historique relève du seul consensus au sein de la communauté scientifique. Aussi la LICRA, par la voie de son président, Alain JACUBOWICZ, dans un discours tenu le 30 janvier 2011 (aux Assises 2011 de l’ESG Management School : Des lois, pour quoi faire ?) peut-il dire, concernant la méthode révisionniste :

« Il n’existe pas de vérité historique. La révision est consubstantielle de l’histoire. Il ne peut pas y avoir d’histoire sans révision. Les historiens le diront sans doute bien sûr mieux que moi. »

Quant à l’objet de recherche circonscrit ou abordé par l’historien,

Aucun fait ni aucune période du passé ne saurait être interdite à la recherche historique. Tel n’est pas, quoi qu’il en soit, l’intention du législateur exprimée à l’article 24 bis de la loi de 1881.

Et tout, dans le jugement de Nuremberg, est contestable… dans les limites de la science.

En particulier, sur la question des six millions, la LICRA citée plus haut a-t-elle pu s’exprimer ainsi :

« Ainsi, à la fameuse question (puisque je citais cet exemple tout à l’heure) du nombre des victimes, il n’a jamais été question de contester à un historien le droit de se poser la question du nombre exact de victimes de la Shoa pendant la seconde guerre mondiale. »

Le conclusions écrites prises par la LICRA en première instance sont dans le même sens :

« Il n’est donc pas interdit de se livrer à des travaux historiques et d’étudier, même de manière non conformiste, l’environnement politique ou sociologique des crimes dont il s’agit, et telle ou telle de leur modalité (…) d’examiner, d’analyser et de décrire les macabres besognes des bourreaux, de rechercher l’origine des victimes et leur répartition entre les divers lieux de supplice ; il est encore licite, sauf à en faire l’apologie, d’entreprendre des recherches psychosociologiques sur les facteurs qui ont pu faire naître une pareille industrie de l’assassinat ; on ne conteste pas non plus l’existence de ces crimes en les comparant à d’autres monstruosités dont l’histoire a accouché dans le passé ou depuis, ni en critiquant la manière dont fut conduit le procès de Nuremberg… »

Quant au résultat de la recherche. Et moins encore pourrait-il s’agir d’une interdiction de la divulgation de certains des résultats et des découvertes ou des hypothèses auxquels l’historien est parvenu dans ses recherches.

 

ii) Contrôle de la qualité d’historien

Le législateur n’a pas non plus et moins encore eu pour but de confier au magistrat une mission de censure, consistant à établir les conditions qui interdiraient à certaines personnes d’exercer leur réflexion selon leur méthode et sur les objets qu’elles se sont choisis et d’en communiquer les fruits à autrui.

1° Il ne saurait être interdit à quelqu’un de faire œuvre d’historien, sous le seul prétexte de ce qu’il est soupçonné d’être antisémite. En particulier, il ne suffit pas, pour fonder en droit la répression, que le propos retenu ait été tenu par quelqu’un qui serait connu de notoriété publique pour ses positions antisémites.

Cela vaut également pour toutes les stigmatisations, pour l’antijudaïsme, l’antisionisme, le racisme, la xénophobie, l’appartenance ou la connivence avec l’extrême-droite, et plus largement toutes les valeurs, appartenances politiques ou croyances religieuses dont on peut se croire autorisé de soupçonner qu’un prévenu est en son for intérieur un partisan ou un zélote :

La recherche historique ne saurait faire l’objet d’autorisations accordées en fonction des présuppositions idéologiques de l’impétrant.

Même abstraction faite de ce que cela supposerait de certains, magistrats ou simples particuliers, qu’ils puissent sonder les reins et les cœurs,

Et de ce que pris à soi seul cela nierait tout caractère scientifique à la discipline historique dans son ensemble,

Dans une vue plus large, quand bien même certaines découvertes scientifiques auraient pour cause exclusive ou pour simple origine un présupposé idéologique, la quête de la vérité de son destin dans laquelle l’humanité est entraînée conduit à ne pas fonder la répression des premières sur le motif des secondes. Aussi la LICRA va-t-elle trop loin lorsque dans ses conclusions écrites de première instance elle va jusqu’à énoncer le propos selon lequel aucune recherche n’est interdite « pourvu que le motif de ces travaux ne soit pas le dédain ou le mépris des souffrances et de la mort des victimes », car les motifs du travail n’importent pas.

En particulier, sur le soupçon de vouloir réhabiliter Adolf HITLER :

Pièce 5, page 2
 

2° Les chercheurs institutionnels. Il ne saurait non plus être question de limiter la possibilité des recherches historiques, qui supposent la libre communication entre les chercheurs, spécialement, en ces domaines qui relèvent de la longue durée, au moyen de l’écrit, aux seuls historiens académiques, enseignants du secondaire, maitres de conférence ou professeurs d’université, membres du CNRS ou d’un grand établissement (EHESS, collège de France), et dans la discipline CNU groupe 4, section 22 « Histoire et civilisations : histoire des mondes modernes, histoire du monde contemporain, histoire de l’art, histoire de la musique », à condition bien entendu que cela corresponde au cadre institué par le ministère…

Si la population ne devait son salut qu’à la recherche historique tenue par les universitaires de carrière, la tyrannie ne connaîtrait plus de frein. Mais heureusement, c’est en vain que Néron prospère.

Aussi la LICRA cherche-t-elle à tromper la religion des magistrats lorsqu’elle énonce (référence supra) :

« Je… pour avoir eu le privilège (parfois pénible, j’vous prie d’le croir’) de plaider un très grand nombre de dossiers sur le fondement de la loi de 1990, je mets ici comme ailleurs quiconque au défi de me donner un exemple (j’en d’mande pas deux j’en d’mande pas trois : j’en demande UN) d’un historien qui aurait été poursuivi et a fortiori condamné sur le fondement de la loi de 1990. Il n’en existe pas. Faurisson est un professeur de prétendue littérature. Notin, Roch, Plantin, le dernier : Theil (George Theil, élu du FN : 6 mois de prison ferme) : ces gens-là ne connaissent RIEN à l’histoire, instrumentalisent l’histoire, ne sont pas des historiens. »

Sed contra Conclusions écrites prises en première instance par la même LICRA :

« Tout personne est libre d’examiner, d’analyser et de décrire les macabres besognes des bourreaux… »

b) Sens de la loi à retenir ou à discuter

Deux éléments complémentaires peuvent se dégager de la jurisprudence. L’un subjectif, l’autre objectif. Le premier, contestable, concerne les arrière-pensées d’antisémitisme, il est insuffisant à soi seul, le second, qui restera finalement décisif, l’outrance et la mauvaise foi avec laquelle seront tenus les propos.

 

i) Elément subjectif : antisémitisme

Aux termes de Conclusions écrites prises en première instance la LICRA prétend que :

« Le délit est constitué par l’expression d’un mépris à l’égard des victimes, quelle que soit leur origine en considération de laquelle les nazis les ont conduites à la mort. » (page 4)

Et de citer les termes d’un arrêt rendu par la Cour d’appel de LYON, en date du 17 mai 2006 (Droit pénal n°10, Octobre 2006, comm. 18), non produit (on ne peut vérifier s’il s’agit d’un commentaire) :

Le délit « a pour finalité (…) de permettre de lutter contre le déni de mémoire de crimes contre l’humanité, qui sert de masque à l’antisémitisme ; que la restriction qu’il apporte à la liberté d’expression est rendue nécessaire par le respect dû à la mémoire des victimes du nazisme et le rejet de toute discrimination dont le nazisme a fait l’un de ses principes fondamentaux ; que la négation des crimes contre l’humanité remet en cause les valeurs qui fondent la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, et est de nature à troubler gravement l’ordre public ».

Dans le même ordre d’idée il convient de rapporter certains considérants du Conseil Constitutionnel, dans sa décision n°2015-512 QPC du 8 janvier 2016 :

N°6 – « en réprimant les propos contestant (etc.) le législateur a entendu sanctionner des propos qui incitent au racisme et à l’antisémitisme ».

N°7 – « les propos (contestant, etc.) constituent en eux-mêmes une incitation au racisme et à l’antisémitisme ».

N°8 – « les dispositions (…) visent à lutter contre certaines manifestations particulièrement graves d’antisémitisme et de haine raciale ; que seule la négation, implicite ou explicite, ou la minoration outrancière de ces crimes est prohibée ».

N°10 - « la négation des crimes contre l’humanité commis durant la seconde guerre mondiale, en partie sur le territoire national, a par elle-même une portée raciste et antisémite ».

Dans cette même ligne un juriste universitaire spécialisé en droit constitutionnel, disciple du disciple de Hans Kelsen, Michel Troper, a publié un article sur la question : La loi Gayssot et la constitution, Annales, 1999, pp. 1239-1255. Il relie en amont de son raisonnement la lutte contre l’antisémitisme à la défense de la démocratie, qui formerait en quelque sorte l’ultima ratio de la répression. Le lien nécessaire entre l’une et l’autre n’est pas démontré. Pas plus que la nécessité absolue de défendre la démocratie, ni ce qu’il convient d’entendre sous le terme ou qui décide de ce qui est démocratique et de ce qui ne l’est pas.

Ensuite de quoi il considère la position suivante comme ipso facto antisémite (et donc selon lui anti-démocratique) :

« les camps de la mort ne sont qu’un mythe inventé par le complot judéo-sioniste dans le but de soutirer des indemnités au gouvernement allemand et de justifier le colonialisme israélien ».

Pièce 3, pp. 1253-1254

En réalité ces propos de Michel Troper font allusion en les déformant aux propos de Robert Faurisson, phrase fameuse de près de 60 mots :

« Les prétendues chambres à gaz hitlériennes et le prétendu génocide des juifs forment un seul et même mensonge historique, qui a permis une gigantesque escroquerie politico-financière dont les principaux bénéficiaires sont l’Etat d’Israël et le sionisme international et dont les principales victimes sont le peuple allemand, mais non pas ses dirigeants, et le peuple palestinien tout entier. »

Voir encore Pièce 5, page 22

Plus récemment :

« Les révisionnistes ont découvert les sinistres boîtes noires de « l’Holocauste », les ont ouvertes et nous en ont déchiffré le contenu. Ils ont été en mesure de démasquer les apôtres ou les disciples d’une religion séculière fondée sur l’orgueil, le mensonge, la haine et la cupidité. »

Et lorsque finalement Michel Troper termine ainsi :

« il existe une spécificité non du génocide des juifs mais de la négation de ce génocide. Elle s’inscrit dans un mouvement antisémite et antidémocratique, qui n’a pas cessé avec le génocide lui-même, et elle l’alimente. Si elle constitue une incitation à la haine, c’est en cherchant à accréditer l’idée que le génocide est un mythe dont la fabrication est entièrement due à la perversité et à l’avidité des juifs. »

On pourrait tout aussi bien lui répondre que le jugement de Nuremberg est une horreur parmi les horreurs et que la loi Gayssot en est la suite.

En réalité, sur le chapitre du seul antisémitisme, la recherche plus avant de l’esprit de cette loi, et la précision de ses termes essentiels, supposeraient l’exposé d’une documentation ou d’un argumentaire qui n’a pas lieu d’être. Force est de constater, à ce stade, que si l’on concevait ainsi le sens de la loi, son application n’en serait pas aisée. Pas plus pour le juge que pour l’historien. Peut-être faut-il alors comprendre ce sens donné à la prohibition de la contestation de crime contre l’humanité plus simplement comme une forme de provocation à la haine raciale ou d’injure raciale, et par conséquent renvoyer en ce cas à ces autres infractions.

Quoi qu’il en soit, cet élément demeure le mobile supposé d’une infraction dont la matérialité est constituée par l’élément suivant.

ii) Élément objectif : outrance et mauvaise foi

La Cour de cassation, dans un arrêt de cassation en date du 17 juin 1997 (n°94-85126), publié au bulletin ???, a formulé l’attendu de principe suivant :

« Si la contestation du nombre des victimes de la politique d’extermination dans un camp de concentration déterminé n’entre pas dans les prévisions de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881, la minoration outrancière de ce nombre caractérise le délit de contestation de crimes contre l’humanité prévu et puni par ledit article, lorsqu’elle est faite de mauvaise foi ».

Il faut donc, mutatis mutandis quel que soit le crime contre l’humanité en cause, dans un propos, établir cumulativement :

1° le caractère outrancier du propos ;

2° la mauvaise foi avec laquelle il est tenu.

La même LICRA, dans ses conclusions, prétend que « la jurisprudence réprime tout particulièrement la contestation intégrale et sans nuance de l’existence des chambres à gaz, qui ne saurait être revendiquée sous couvert d’une recherche historique de la vérité », et s’appuie, toujours sans production, sur CA LYON, 17 mai 2006, Droit pénal n°10, Octobre 2006, comm. 118 (souligné par nous).

Sans doute faut-il entendre « contestation intégrale et sans nuance de l’existence des crimes contre l’humanité ». Par un raccourci assez commun on substitue crime contre l’humanité et chambres à gaz, alors que l’on peut douter de l’existence de ces dernières sans nier l’évidence de faits qualifiés eux aussi de crimes contre l’humanité, comme les déportations. Quoi qu’il en soit on notera la nécessité de la nuance.

Ainsi comprise l’incrimination de la contestation de crime contre l’humanité reste applicable. Elle n’exige pas du magistrat que, comme le juge GRAY, il ait à forger sa propre conviction quant aux thèses soutenues par les historiens révisionnistes. Et elle ne va pas jusqu’à exiger de l’historien la manifestation systématique d’une marque particulière de respect, pour ne pas dire de déférence appuyée, à l’égard de certains (comme Elie Wiesel, voir pièce 5, page 21), et de mépris pour d’autres

Pièce 5, page 4
 

 

EN L’ESPÈCE

 

Il faut préciser au préalable que jamais aucun magistrat n’a trouvé trace chez Robert Faurisson 1°de légèreté, 2°de négligence, 3°d’ignorance délibérée, 4°de mensonge ou de « falsification ».

Pièce 2, page 12
 

Par ailleurs, il ne cesse de clamer et d’écrire le propos suivant :

« Le révisionnisme est un humanisme. Il peut libérer les juifs à la fois d’un songe et d’un cauchemar : le songe, creux et calamiteux, du sionisme et le cauchemar, permanent, de la Shoah. »

Voir aussi Pièce 5, pages 21 et 22

Il est notable que l’historien Raul Hilberg, « pape » de l’école historique exterminationniste a reconnu et en quelque sorte prononcé la canonisation de son confrère :

« Je dirai que, d’une certaine manière, Faurisson et d’autres, sans l’avoir voulu, nous ont rendu service. Ils ont soulevé des questions qui ont eu pour effet d’engager les historiens dans de nouvelles recherches. Ils ont obligé à rassembler davantage d’informations, à réexaminer les documents et à aller plus loin dans la compréhension de ce qui s’est passé »

Propos recueillis par Guy Sitbon, Le Nouvel Observateur, 3-9 juillet 1982, p. 71

Il est certain que la science n’aurait pas avancé avec les seuls historiens patentés et de carrière. Il suffit pour s’en convaincre de se reporter à une tribune collective publiée en 1979 par Le Monde. 34 universitaires français y écrivaient ceci :

« Il ne fait pas se demander comment, techniquement, un tel meurtre de masse a été possible. Il a été possible techniquement puisqu’il a eu lieu. Tel est le point de départ obligé de toute enquête historique sur ce sujet. Cette vérité, il nous appartenait de la rappeler simplement : il n’y a pas, il ne peut y avoir de débat sur l’existence des chambres à gaz. »

Pièce 5, page 1

C’est vainement que la LICRA, dans ses conclusions, énonce que les propos (quels propos ?) ont été tenus par Robert Faurisson et qu’il serait de notoriété publique que cet homme serait connu pour ses liens avec l’extrême droite, ses positions antisémites (« antisionistes », entre guillemets, soi-disant selon lui) et négationniste. Elle se fonde sur sa pièces 10 : la page Wikipédia de Robert FAURISSON ! Et cela lui suffit pour conclure que le délit est constitué en tous ses éléments (Conclusions, page 6). La Cour appréciera…

Et quoi qu’il en soit de la personnalité, de la réputation ou des croyances supposées du prévenu, à s’en tenir comme il se doit aux seuls propos retenus dans les chefs de la prévention :

 

1° Concernant la méthode de l’historien

Dire que « les révisionnistes sont des gens qui pensent que (…) bien souvent les documentaires sont des documenteurs » relève d’abord de la méthode adoptée par l’historien, ensuite il contient une allusion vague à des résultats qui dépendent des points suivants ;

Pour un éclaircissement, voir pièce 5, page 6
 

Par conséquent ce seul propos n’entre pas dans les prévisions de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 ;

 

2° Concernant l’extermination

Au sujet de la fin visée, c’est-à-dire le plan et la conception d’un programme, dire qu’ « il n’existe aucun document qui ait dit il faut tuer les juifs », est conforme aux conclusions actuelles de la communauté scientifique 

Le fait est avéré en histoire qu’il n’existe pas d’écrit, pas plus d’Adolf Hitler que d’un de ses subordonnés, qui contienne un ordre quelconque d’extermination des juifs,

Pièce 5, page 20
 

Par conséquent ce seul propos retenu dans les chefs de la prévention n’entre pas dans les prévisions de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 ;

 

3° Les camps. Ensuite, quant au moyen de l’extermination, et plus précisément sur les camps éponymes dotés de chambres à gaz (supra fait n°3),

Concernant la seule appellation, lorsque Monsieur Faurisson dit qu’il n’a jamais existé quelque chose qui s’appelait Vernichtungslager (camp d’extermination), il énonce un fait dont la réalité est facilement vérifiable. Le jugement de Nuremberg peut qualifier ainsi les camps de concentration, mais cela ne signifie pas que les Allemands les nommaient ainsi.

Toujours sur le terme Vernichtung, voir Pièce 5, page 18
 

Par conséquent ce seul propos n’entre pas dans les prévisions de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 ;

 

4° à 7° - Le cas d’Auschwitz

Sur le cas particulier d’Auschwitz, dire de l’un ou l’autre des camps qu’il ne comportait pas de chambre à gaz ne constitue pas une contestation de l’existence des crimes contre l’humanité, le nombre exact des camps restant indéterminé ;

Par conséquent le fait de se demander si on a le droit de dire d’un camp en particulier, en l’occurrence d’Auschwitz (supra fait n°4), que c’était un camp d’extermination relève du doute systématique dubitando ad veritatem pervenimus, et n’entre pas dans les prévisions de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 ;

Parler d’un bâtiment reconstruit après la guerre à Auschwitz (supra fait n°5), ou narrer une discussion autour du plan d’un grand crématoire en ce lieu à Auschwitz (supra fait n°6), aucun de ces propos (de même que le fait supra n° 7) n’entre dans les prévisions de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881, même si au passage le propos est agrémenté de la formule « assez décodé », ou de l’expression « pèlerins d’Auschwitz » ;

Pour les constructions, voir Pièce 5, page 7.
Pour les plans, voir Pièce 5, page 8

 

8° Mauthausen (supra fait n°8)

Dire que « ils sont incapables de nous dire comment ça pouvait fonctionner » au sujet d’une petite chambre à gaz de Mauthausen, dont on rappellera qu’il ne figure pas parmi les camps considérés comme d’extermination, n’entre pas dans les prévisions de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 ;

 

9° Ne pas croire

Dire que l’on ne croit pas aux chambres à gaz nazies relève de l’intime conviction et ne viole aucun dogme qui serait protégé telle une religion dans un régime théocratique ;

Pour explication rationnelle, voir Pièce 5, page 8 et 20
 

Par conséquent dire « je ne crois pas aux chambres à gaz » n’entre pas dans les prévisions de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 ;

 

10° Sur le chiffre de 6 millions

Parler de l’origine du chiffre de 6 millions fait partie du travail normal des historiens autour du nombre des victimes de la seconde guerre mondiale, ;

Pour les développements, voir Pièce 5, page 16 et 20
 

Par conséquent ce propos n’entre pas dans les prévisions de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 ;

 

11° Sur l’obligation de s’interrompre

Lorsque Robert Faurisson dit à son interlocuteur qu’il est obligé de s’interrompre parce que des gens passent et pourraient entendre ce qu’il va dire… Rien de ce qu’il allait dire ou a dit ensuite n’est pas précisé, et sans doute s’agissait-il d’un propos qui, devant des magistrats toujours susceptible de se tromper, ou d’être trompés, pouvait lui laisser craindre, en effet, une condamnation. Cela ne préjuge en rien de ce qu’il serait arrivé en réalité si Robert Faurisson avait continué de parler.

Sans doute est-ce aussi, chez un homme qui n’ignore pas la force sur des esprits faibles, influençables ou de mauvaise foi, du battage médiatique et de la propagande purement idéologique orchestrée par les hommes et les femmes politiques qui sont actuellement au pouvoir, mesure de simple prudence, sachant en outre qu’à cause du même battage médiatique fait autour de sa personne il a été agressé physiquement à maintes reprises, et qu’il a même frôlé la mort ;

Par conséquent, pas plus que les autres son propos n’entre pas dans les prévisions de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 ;

 

PAR CONSÉQUENT, aucun des faits reprochés à Robert Faurisson n’entre sous le chef de la prévention,

 

PAR CES MOTIFS

 

Vu le principe nullum crimen sine lege,
Vu les articles 9 et 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen,
Vu l’article 6 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme,
Vu l’article 24 bis dans la loi n°1881-07-29 du 29 JUILLET 1881 sur la liberté de la presse

RELAXER Monsieur Robert FAURISSON, prévenu, des fins de la poursuite,

Sans peine ni dépens

SOUS TOUTES RÉSERVES

 

À FERNEY-VOLTAIRE
 
Le 12 MARS 2016
 
Damien VIGUIER

 

Copie au Ministère public

 

Liste des pièces :
1. Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international, Nuremberg, 1947, 236 pages.
2. CA PARIS, 26 avril 1983.
3. Michel Troper, La loi Gayssot et la constitution, 1999.
4. Robert Faurisson, Les victoires du révisionnisme, Téhéran, 2006.
5. Robert Faurisson, Les victoires du révisionnisme (suite), 2011.
6. Conseil constitutionnel – Décision QPC du 8 janvier 2016.
7. Crim, 17 juin 1997, 94-85126.
8. Robert Faurisson, Serge Klarsfeld contre les outrances de son propre camp, 2016.

Voir aussi :

26 septembre
L’Heure la plus sombre n°47 – Émission du 26 septembre 2016
Invité : Marc Laudelout
20
19 septembre
L’Heure la plus sombre n°46 – Émission du 19 septembre 2016
Émission spéciale Mein Kampf
34
28 juillet
L’Heure la plus sombre n°45 – Émission du 25 juillet 2016
Invité : Alain Soral
69
18 juillet
L’Heure la plus sombre n°20 avec Alain Soral (rediffusion)
La guerre civile programmée, Daech, Donald Trump
11
11 juillet
L’Heure la plus sombre n°44 – Émission du 11 juillet 2016
Invité : Éric Vennettilli
32
4 juillet
L’Heure la plus sombre n°43 – Émission du 4 juillet 2016
Invité : Riton, ancien camarade de Dantec
46
27 juin
L’Heure la plus sombre n°42 – Émission du 27 juin 2016
Voyage en Ariège
28
20 juin
L’Heure la plus sombre n°41 – Émission du 20 juin 2016
Invités : Félix Niesche et Alain Soral
72
13 juin
L’Heure la plus sombre n°40 – Émission du 13 juin 2016
Invité : Francis Cousin
218
6 juin
L’Heure la plus sombre n°39 – Émission du 6 juin 2016
Invités : les dessinateurs de la semaine
11
30 mai
L’Heure la plus sombre n°38 – Émission du 30 mai 2016
Revue de presse (depuis Lyon)
34
23 mai
L’Heure la plus sombre n°37 – Émission du 23 mai 2016
Revue de presse (avec Faits & Documents)
19
16 mai
L’Heure la plus sombre n°36 – Émission du 16 mai 2016
Invité : Jacob Cohen
4
9 mai
Le réseau Solid’E&R – L’Heure la plus sombre du 9 mai 2016
Invités : Éric Sancery, Julien (E&R / Kontre Kulture) et Alain Soral
29
2 mai
L’Heure la plus sombre n°34 – Émission du 2 mai 2016
Invité : Maître Pascal Junod
16
25 avril
L’Heure la plus sombre n°33 – Émission du 25 avril 2016
Revue de presse, depuis Lyon
18
18 avril
L’Heure la plus sombre – Émission du 18 avril 2016
Émission spéciale Kontre Kulture
9
11 avril
L’Heure la plus sombre n°31 – Émission du 11 avril 2016
Invitée : Marion Sigaut
12
4 avril
L’Heure la plus sombre n°30 – Émission du 4 avril 2016
Revue de presse (avec Faits & Documents)
19
14 mars
L’Heure la plus sombre du 14 mars 2016 – Dieudonné et Alain Soral
La résistance par l’humour
64
7 mars
L’Heure la plus sombre n°27 – Émission du 7 mars 2016
Invité : André Pertusio, ancien résistant
12
29 février
L’Heure la plus sombre n°26 – Émission du 29 février 2016
Invité : Vincent de Faits & Documents
9
22 février
L’Heure la plus sombre n°25 – Émission du 22 février 2016
Invité : Pierre Hillard
84
15 février
L’Heure la plus sombre n°24 – Émission du 15 février 2016
Invité : Hubert Viel (Les Filles au Moyen Âge)
12
8 février
L’Heure la plus sombre n°23 – Émission du 8 février 2016
Invité : Lucien Cerise
72

Notes

[1] Statut du tribunal international militaire annexé à l’Accord entre le Gouvernement Provisoire de la République Française et les Gouvernements des Etats-Unis d’Amérique, du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques concernant la poursuite et le châtiment des grands criminels de guerre des Puissances européennes de l’Axe. Cet Accord est la suite de la Déclaration de Moscou, signée le 30 octobre 1943 de Roosevelt, Churchill et Staline.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Comprendre le droit et la justice avec Kontre Kulture :

Se procurer chez Kontre Kulture Musique
le morceau entendu à la fin de l’émission :

Pour soutenir ERTV :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Cet homme est un pur délice, j’ai vraiment passé un bon moment .
    Quelle éloquence, quelle diction, quel raffinement...
    Sa conclusion m’a vraiment fait réfléchir, et prouve chaque jour que l’on peut décérébrer n’importe quel individus avec un article de presse, ou une phrase dans les médias....


  • Monumentale, cette heure la plus splendide avec Pr Faurisson et Me Viguier !


  • Faut bien scroller pour laisser un commentaire.

    Super émission. Le prof est impressionnant de douceur.


  • N’oubliez pas ce que disait E. Ratier, les informations sur internet on une durée de vie limitée, donc camarades téléchargez et gardez les fichiers pour le futur.
    Histoire qu’on puisse faire encore résonner la parole de mr Faurisson une fois qu’il ne sera plus là.


  • Magnifique !!!

    Merci Professeur

    Merci aux invités et à toutes l’équipe, c’est toujours un grand plaisir de vous écouter .

    Merci


  • Rare, brillant, émouvant...


  • Mr Faurisson est un grand homme , chaque mot , chaques phrases qu’il dit est d’une justesse , chaque mot et pesée , un homme comme ont en voit plus . Dans un monde juste , ca aurai du être un homme inviter chaque soir dans une émission d’information , de formation , de discussion .

    Hier soir avec mon frêre et ma mère à table on se disait que de nos jours , il n’y avait plus aucun grand écrivain , plus aucun grand acteur ect..que les gens ne faisait que répéter ce que d’autre avait dit des siècle avant..Je me tromper .. Un homme à surgit de là depuis un demi siecle , Robert Faurisson , un homme un vrai.

    J’espere qu’un jour sont fils reviendra vers lui , ca serai surement le plus cadeau qu’ont puisse offrir a un telle Monsieur !

    Vive Mr Faurisson


  • L’histoire de l’expression "un homme" raconté par le professeur m’a sidéré, quelle force ! La plus importante émission de l’année ! Superbe travail avec panache et finesse. Merci à vous tous !


  • Le mensonge le plus grand se trouve dans le silence.

    Sans avoir entendu l’émission ;
    Hommages respectueux à Madame Faurisson, aussi.


  • Merci pour cette entretien avec le professeur *biip* *biiiip* sur ses problèmes de *biiip* à *bip*z.

    Cette quantité d’auto-censure est assez révélateur sur l’état de notre liberté de parole dans cette prétendue démocratie.

    Seul bémol sur l’exactitude du prof :



    Son fils [Klarsfeld] n’en a pas pensé moins.



    Nous manquons de preuves pour établir avec certitude cette capacité de penser (la récitation est un autre exercice). Ça me titillait.


  • Au risque de me redire :
    “Monsieur Faurisson est l’honneur des goys”
    Les capacités de cet homme, à un âge où l’on devient incapable de retrouver sa canne, dépassent l’entendement. Il n’est donc pas étonnant que tous les moyens infinis des "élus" se soient mobilisés pour le détruire physiquement, moralement et sociétalement (?), car il a fallu inventer y compris une Loi (! !) pour freiner ce flot de Justesse, à défaut de justice à sa hauteur.
    On est dépassés, et de très loin, par cette extraordinaire leçon de courage et d’héroïsme. Votre vie et votre combat ne peuvent être racontées que par une périphrase, une nouvelle Illiade serait plus adapté que tout autre récit.
    Votre oeuvre vous dépasse, elle nous sert de guide. Merci.


  • Remarquable, savoureux, de la haute voltige !
    Merci.


  • La liberté de schtroumpfer ne nous autorise pas à discuter de l’existence des schtroumpfs à schtroumpf. Par contre, si tu veux parler des schtroumpfs : pas de problème !


  • Merci Professeur. Merci pour votre héroïsme, vous faites BIEN de le préciser. Car à ce niveau là, c’est du jamais vu. Et dire que vous en avez payé les pots cassés tout au long de votre vie, à tous les niveaux, n’est qu’un doux euphémisme.
    Nous sommes de tous petits êtres bien médiocres à côté de vous...

    Merci à E&R pour ce témoignage époustouflant et il faut bien le dire historique.


  • Ton prénom est le même que celui de mon père
    J’aurais été très fière que tu le sois, Robert
    Tu incarnes ce courage, cette foi, cette mémoire
    Qui me sont tant précieux pour tisser mon histoire
    Avec la certitude que rien au grand jamais
    Ne peut empêcher la vérité d’être vraie.


  • MA-GNI-FIQUE. Sublime entretien, très instructif, malgré la ponctuation sonore nécessaire pour rester dans les clous (très agressive pour les oreilles, mais amplement compréhensible). C’est la meilleure "heure la plus sombre" que j’ai écouté. Le professeur est un homme remarquable, très agréable à écouter, et son parcours ne peut que laisser perplexe quant à l’état déplorable des libertés en ce pays.
    Et la présence de Maitre Viguier, que j’ai eu la chance de rencontrer, c’est la cerise sur le gâteau si j’ose dire. Douceur, précision, bienveillance, et honnêteté.
    Et cette interview ne serait pas ce qu’elle a été sans la bonté et la qualité de Xavier et Vincent.
    Merci à tous pour cet instant précieux et passionnant d’exactitude.

     

    • "C’est la meilleure "heure la plus sombre" que j’ai écouté."

      Halte à la concurrence de l’obscurité ! c’est nauséabond !
      lol

      Merci pour toutes les émissions.
      C’est parce que nous ne sommes pas unis, que la médiocrité est forte.
      Que se passerait-il si nous étions des milliers à publier les mêmes conclusions ?


  • bonjour

    Vous nous donnez á tous,une magnifique démonstration

    du sens du mot HOMME

    Vous faites cela avec simplicité et grandeur

    merci thierry


  • Merci à la courageuse équipe de E et R pour ce grand moment de liberté et de culture françaises.Longue vie au professeur.
    on ne bâillonne que la bouche qui dit la vérité.


  • Peut-être l’émission de "l’Heure la plus sombre" la plus captivante jamais réalisée. Je suis sidéré par la vitalité d’un homme de 87 ans dont les capacités cognitives semblent encore à leur sommet. Sans pouvoir trancher moi-même sur la question brûlante sous-tendue par l’émission, et pour cause, comme le dit le professeur, cela nécéssiterait un travail méthodique et de longue haleine, je note toutefois la démarche d’un monsieur qui ne prétend jamais affirmer péremptoirement les choses mais plutôt tente de les faire ressortir par un travail acharné, y compris sur lui-même. Un grand merci à Damien Viguier et à E & R pour leur courage dans cette affaire : vous êtes les seuls à ma connaissance qui osent réellement parler de tout. Un merci plus grand encore à M. Faurisson pour son héroïsme.

     

    • « Le travail méthodique et de longue haleine »,
      d’étude, analyse et établissements des faits à été fait par le professeur Robert FAURISSON,
      et d’autres comme l’ingénieur en chimie et professeur français Vincent REYNOUARD ;
      mais d’autres encore en France, et d’autres hors la France.

      La prise de connaissance des résultats de ce travail ne nécessite PAS + D’1 HEURE
      pour savoir ce qu’il en est,
      et quand je dis une heure je compte large car en 5 bonnes minutes d’explications claires on comprend ce qu’il en a été et de comment cette question est manipulée et utilisée par les pouvoirs depuis plusieurs décennies.

      On comprend qu’il a l’Histoire (constituée des faits),
      et puis il y a l’Histoire fabriquée (constituée de la falsification des faits),
      et par ailleurs si l’on s’interroge et s’intéresse à d’autres sujets de l’Histoire,
      on apprend que les falsifications ont été faites et sont encore faites sur des époques plus anciennes, et plus récentes, que la seconde guerre mondiale.

      Alors, n’avez-vous pas 5 MINUTES pour commencer à vous affranchir des mensonges historiques ?


    • On me pardonnera de corriger "Arnaud de Nîme".

      C’est un discours trop souvent tenu par les prétendus disciples de Faurisson.

      Un travail méticuleux ne s’effectue pas en cinq minutes et sans un long entraînement. Toute avancée, aussi limitée et factuelle soit-elle, doit prendre en compte autant que faire se peut la totalité des événements et toutes les recherches passées sur ces événements, faute de quoi elle prête le flanc à la critique. Et, quand les ennemis peuvent même se passer de la "critique", quand ils possèdent tous les "autres" moyens et la complicité d’une société tout entière, alors, oui, il faut du temps et de l’application.

      Cela signifie aussi qu’il n’est jamais trop tôt pour s’y mettre.

      Il me semble que c’est tout le sens de la conclusion du professeur. Que celui qui a des oreilles...

       

      • Il ne faut que 5 MINUTES pour se nourrir d’un fruit.

        Long temps est nécessaire pour constituer l’environnement où va pousser l’arbre, pour que l’arbre pousse, qu’il arrive à maturité, et que ses bourgeons se développent pour donner de beaux fruits ;
        mais il ne faut que 5 MINUTES pour se nourrir du fruit.

        Le long temps de constitution et maturation (recherches, études, investigations, ...) à été fait par le professeur FAURISSON et les autres révisionnistes,
        c’est maintenant à chacun de prendre 5 MINUTES pour se nourrir du fruit de leurs recherches.

        Avec bien entendu la liberté d’y consacrer plus de temps pour une compréhension détaillée, mais 5 MINUTES sont suffisantes pour un esprit libre et ce même s’il est d’intelligence moyenne.

        >

        Votre message, Savinkov, est une habile, mais vaine, tentative de discréditer mon propos pour dissuader les gens de prendre connaissance du fruit des recherches révisionnistes.

        Vous commencer par me qualifier de "disciple", vous dites même que je prétendrais à être des "disciples de FAURISSON" ;
        Sachez que le professeur FAURISSON n’enseigne pas, ni n’a développé, de doctrine, il n’a donc pas de disciple.
        Il n’y a pas d’approximation ou de relativisme dans son travail, mais de l’exactitude, l’exactitude des faits.
        Pour insinuer le contraire vous employez le mot de "disciples", ce qui fait penser à secte, le professeur FAURISSON serait donc un gourou selon vous ;
        ceci permet déjà de vous situer.

        Vous tentez ensuite de décourager les bonnes volontés, en disant que chaque personnes, qui voudrait prendre connaissance du résultat des recherches du professeur FAURISSON,
        devrait refaire tout le travail qu’il a effectué,
        ce qui revient à dire par exemple qu’avant chaque utilisation de résultats de recherches scientifiques et techniques (formules mathématiques, inventions, ...)
        il faudrait refaire toutes les recherches qui y ont mené, on comprend donc que votre propos est absurde.

        Et vous ajoutez que « Cela signifie aussi qu’il n’est jamais trop tôt pour s’y mettre. »
        Si il n’est « JAMAIS TROP TÔT pour s’y mettre »,
        cela signifie qu’il serait TOUJOURS TROP TARD pour s’y mettre,
        donc, à vous écouter, qu’il ne faudrait jamais s’y mettre.


    • @ Arnaud de Nîmes et @ savinko

      Vous vous coeurs-ailés, dit le Bambou Chinois.


    • Le film « Un homme », qui dure un peu plus de 5 minutes, est un bon moyen d’au moins commencer à prendre conscience des tenants et aboutissants. Je remercie Paul-Eric Blanrue pour sa participation à l’exposition des fruits du travail de recherche.

      @ Arnaud de Nîmes

      « il est trop tôt » signifie qu’il convient d’attendre. Ainsi, « il n’est jamais trop tôt » signifie qu’il n’est jamais besoin d’attendre (...pour s’y mettre).

      « il est trop tard » signifie que ce n’est plus le moment. Ainsi, « il n’est jamais trop tard » signifie qu’il est toujours temps (...pour s’y mettre).

      Ainsi, le fait qu’il ne soit jamais trop tôt (c’est à dire qu’il ne soit jamais besoin d’attendre) n’implique pas — contrairement à ce que vous soutenez — qu’il soit toujours trop tard (que ce ne soit plus le moment quelles que soient les conditions).

      J’ai rédigé ce commentaire dans le but de tendre à l’exactitude, en hommage à Robert Faurisson. Sur la question du temps nécessaire à se forger une conviction, si un débutant peut réussir en 5 minutes, chapeau. Il n’est jamais ni trop tard ni trop tôt pour commencer ce travail.

       

      • Vous conseillez de regarder le documentaire ’ Un homme ’ de Paul-Éric BLANRUE ;
        Je le conseille aussi, et on comprend déjà avant d’en arriver au bout ce que révèlent les recherches du professeur FAURISSON et autres révisionnistes,
        c’est pourquoi j’ai écrit :

        « (...) La prise de connaissance des résultats de ce travail ne nécessite PAS + D’1 HEURE pour savoir ce qu’il en est,et quand je dis une heure je compte large car en 5 bonnes minutes d’explications claires on comprend ce qu’il en a été et de comment cette question est manipulée et utilisée par les pouvoirs depuis plusieurs décennies. (...) »

        5 bonnes minutes d’explications claires, c’est le temps qu’il faut pour que quelqu’un connaissant le sujet en transmette les éléments clés à quelqu’un (honnête et libre) qui ne le connaît pas (ou qui croirait le connaître).

        Pour reprendre l’allégorie de l’arbre et du fruit que j’ai développé plus haut,
        la personne qui délivrerait les éléments clés serait comme un guide qui connaît le chemin jusqu’à l’arbre et qui y mènerait autrui pour qu’il s’en nourrisse du fruit.
        Sans guide, il faut certes plus de 5 minutes (cela a été mon cas), mais en moins d’une heure on peut comprendre ce qu’il en est.

        Savinkov dans son message nous dit que pour comprendre le résultat des recherches révisionnistes il faudrait un « long entraînement »
        et prendre connaissance de « toutes les recherches passées sur ces événements » ;
        Voyez le colossal et impossible travail que cela représenterait,
        un travail tellement colossal que Savinkov nous dit qu’il ne serait «  JAMAIS TROP TÔT pour s’y mettre  ».

        Alors je pose la question à laquelle Savinkov nous donne sa réponse,
        À partir de quel âge serait-il trop tôt pour qu’une personne prenne connaissance des résultats des recherches révisionnistes ?
        À 30 ans ? À 20 ans ? À 10 ans ? .... 5 ans, serait-ce trop tôt ?
        Savinkov nous dit que le travail serait tellement important que la durée d’une vie, même longue, n’y suffirait pas,«  JAMAIS TROP TÔT  » nous dit-il.

        Finalement, comme je l’ai écrit, à le lire on entend que
        «  JAMAIS TROP TÔT  » = «  TOUJOURS TROP TARD  »

        Son message vise à décourager de saisir le fruit qui est à portée de main (de clic).


    • Finalement, bon courage à tous !

      " (...) ceux qui ont reçu la semence dans les endroits pierreux : ceux-là, quand ils entendent la Parole, ils la reçoivent aussitôt avec joie ; mais ils n’ont pas en eux de racine, ce sont les hommes d’un moment ; quand vient la détresse ou la persécution à cause de la Parole, ils tombent aussitôt."
      Marc 4, 1-20

       

      • les premiers mots de cette citation sont à mettre en caractères gras :

        (...) ceux qui ont reçu la semence dans les endroits pierreux :
        CEUX-LÀ, quand ils entendent la Parole, ils la reçoivent aussitôt avec joie ;
        mais ils n’ont pas en eux de racine, ce sont les hommes d’un moment ;
        quand vient la détresse ou la persécution à cause de la Parole, ils tombent aussitôt.
        Marc 4, 1-20

        Cela me fait penser à Paul-Éric BLANRUE qui n’assume plus d’avoir fait un film sur ce sujet et se désolidarise du professeur FAURISSON.

        Dans le prolongement de cette citation biblique, j’ajoute que certains semblent avoir reçu la semence dans la vase.


    • @ Arnaud de Nîmes

      J’ai lu avec attention votre réponse à mon commentaire (je pointe votre réponse #1428057 — lien direct vers cette réponse) et je dois dire que là où je me trouvais perspicace, je vous trouve finalement plus perspicace que moi. Je vous donne finalement entièrement raison dans votre critique des propos de Savinkov. Je vous félicite. Et finalement, je pense comme vous qu’il s’est vraiment moqué des lecteurs, cherchant à manipuler.

      Alors en quoi mon analyse était erronée ou manquant de pertinence.

      a) J’ai estimé que l’expression « il est trop tôt » signifie qu’il convient d’attendre. Dans ce choix d’expression équivalente, on assume que il est se transforme en il convient ;
      b) j’ai conclu qu’ainsi, « il n’est jamais trop tôt » signifierait qu’il n’est jamais besoin d’attendre (...pour s’y mettre).

      Je considère avec le recul avoir fait une erreur au point b) ci-dessus :

      - j’ai remplacé le verbe convenir (qui renvoie à un choix personnel ou au résultat d’une contrainte) par la notion de besoin.
      - il n’est jamais besoin d’attendre n’implique pas nécessairement la décision personnelle de ne pas attendre et ça n’implique pas non plus nécessairement un impératif contraignant de ne pas attendre. Or vous écrivez « Savinkov nous dit que le travail serait tellement important que la durée d’une vie, même longue, n’y suffirait pas : « JAMAIS TROP TÔT » nous dit-il » (et je suis d’accord avec votre analyse), ce qui renvoie à l’impératif contraignant de démarrer le travail d’étude du révisionnisme sans attendre. Cela met en évidence le caractère erroné de mon choix du mot besoin !
      - en fait, le contraire de l’expression il convient d’attendre est plutôt il convient de ne pas attendre et en ajoutant l’extension jamais, ça devient il convient de ne jamais attendre. Là, d’un coup, mon analyse devient compatible avec la vôtre. Si il convient de ne jamais attendre, autant démarrer le travail d’étude du révisionnisme dès le premier instant où l’esprit est réceptif (au plus tôt dans l’enfance), donnant à penser que l’ampleur de la tâche est considérable.

      Voilà, maintenant l’hommage à Robert Faurisson me semble mieux ficelé et il me reste à vous rendre hommage, cher Arnaud de Nîmes.


  • BIP, égalité et fraternité !

     

  • Il, le, juge m’a dit, ceci n’est pas une tribune, suite à une affaire de la même veine. Impossible de se défendre !


  • Je n’ai jamais commente sur ER.
    Je ne partage pas le combat de ce Monsieur.
    ( " elles " ont existe ).
    Mais quelle emission passionante !!!
    une des meilleures emissions de radio jamais Ecoutee.
    Bravo a votre equipe.

     

  • Effectivement, cet homme a la baraka....admiration


  • Un homme, un vrai !


  • J’avais déjà entendu M. Faurisson exposer son parcours, mais je ne m’en lasse pas. Quel passionnant bonhomme. Haut comme trois pommes, mais inflexible et droit, rétif à toute soumission. Quelle leçon...


  • Certains appellent ça : "Le petit Jésus en culotte de velours".

    Merci Professeur, Maître, Vincent et Xavier pour, à mon goût, l’une des plus lumineuses des heures les plus sombres.

    Et la conclusion de Robert me fait penser au 1er des accords toltèques : "Que ta parole soit impeccable" (impeccable = littéralement, sans péché). Car sinon, la parole fait mentir, (se) calomnier, (se) diffamer, bref, la parole devient un moulin à sortilèges et autres malédictions.

    Au passage, petit rappel des 5 accords toltèques, qui peuvent changer la vie, lorsqu’appliqués avec constance et persévérance :

    Quoi qu’il arrive :
    1. Que ta parole soit impeccable.
    2. N’en fais pas une affaire personnelle.
    3. Ne fais pas de supposition.
    4. Fais toujours de ton mieux, ni plus, ni moins.
    5. Sois toujours sceptique, mais reste à l’écoute.

    Longue Vie à E&R.

     

    • 1. Oui, le moyen le plus efficace de l’impeccabilité de la parole, c’est le silence.
      2. Oui.
      3. Oui, c’est important de ne pas supposer ; on risquerait de se faire des idées.
      4. Oui, au-delà du plus et du moins, cela nous est égal.
      5. Le 5e n’est pas Toltèque ; c’est un rajout.
      S’il devait être qualifié, il s’intitulerait : l’accord Brise Burnes (BB).


  • Le Professeur FAURISSON est considéré comme un pestiféré par le Système ... Mouais ... Moi, je le vois plutôt Ministre de la Culture !


  • Passionnante intervention. Un grand homme


  • Merci pour cette émission exceptionnelle. Robert Faurisson est un véritable héros français.

    Pourriez-vous le réinviter pour parler littérature ? Une émission consacrée à Céline ou Rimbaud serait passionnante. Et peut-être rééditer ses livres de révisionnisme littéraire (A-t-on lu Rimbaud et A-t-on lu Lautréamont ) ?


  • Le Professeur est un homme droit, "a fine and decent man" comme disent les anglais et s’il lit ce commentaire, il en saisira toute la portée et rougira de mes éloges.
    Si peu d’hommes comme lui et tant d’effets. Imaginez si la parole était libre, combien d’autres se lèveraient.
    Professeur, de ma partie de l’Ancienne France en Amérique, je m’incline en guise de respect.


  • E&R systématiquement en première ligne !

    Pas pour l’esbrouffe ou pour faire un coup de buzz mais sur le long terme, pour le sérieux.

    Car à lire les laborieuses justifications d’absence blanruesques, pas difficile de déterminer où se trouve le sérieux, la constance. Il reproche par exemple à Alain d’en avoir une moins grosse car n’ayant pas diffusé le film Un homme à l’époque (on voit mal en quoi cela a pu gêner quelqu’un qui n’a "jamais été soralien" d’ailleurs) ; c’est très con car cela montre juste que Alain a l’honneur de ne pas déserter un combat qui n’est pas strictement le sien - et qu’il y met les moyens lui : journaliste, avocat, publicisation, édition d’ouvrages connexes ... Il ne s’est pas contenté de jouer au cador en faisant un film sulfureux pour en retirer du prestige symbolique (utile pour la fesse) avant de se défiler progressivement. Tout à l’inverse Alain n’a pas sorti les trompettes à l’époque pour aller ensuite toujours plus au charbon avec une force de frappe autrement plus conséquente qu’une poignée de Vénitiens (cette référence ... dévotion à la proto-Banque ?).

    Le Blanrue explique en outre (c’est le mot) qu’il n’aurait su se laisser défendre par le conseil d’un ennemi (Maître Viguier), d’où son absence. Encore une fois c’est très con dans la mesure où son propre conseil (Maître Yon) est également celui de Le Pen fille que ledit Blanrue est censé avoir combattu de toutes ses maigres forces.

    Bref en ces matières concernées (courage et constance), la parole du professeur étant sans conteste définitive, laissons-lui la dernière : "Vous, vous me soutenez mais lui m’enfonce."

    P.S. : il y a six mois déjà, Alain mesurait dans leur correspondance privée toute la déception que le professeur nourrissait à l’égard de Blanrue et de son attitude lors de la première instance ; on notera qu’il n’en a pourtant jamais fait usage afin de claquer le beignet à un roquet qui passait son temps à lui chier dans les bottes. Je crois que cela porte un nom en français ... la Classe, c’est ça non ?


  • Superbe émission, Merci e&r pour ce travail et encore bravo à Mr Faurisson pour son travail exemplaire et héroïque....


  • "L’heure la plus sombre" devient éligible pour une anthologie...
    Robert Faurisson est exemplaire.


  • Une des forces de cette émission est dans les bips.
    C’est vertigineux quand on y pense un peu.
    Tous ces bips dans le cadre d’une émission ou les intervenants sont calmes et posés...en France.
    Où en sommes nous ? Dans les pires caricatures du moyen âge : en pleine "inquisition".


  • Les médias sont fous : plutôt que de bannir cet homme, faut le faire passer à la TV en prime-time tellement c’est intéressant. En tout cas, le monsieur avec son allure de biscotte est une bombe à fragmentation à lui tout seul (revenir sur le paradigme de 45 qui a conditionné notre culture/éducation/politique depuis est....puissant ! Je ne suis pas sûr que les mecs qui bossent sur le Boson de Higgs partagent la même érection !)


  • J’entend ici un homme qui semble travailler du mieux qu’il peut sur un sujet historique et une période qui a du être terrible pour beaucoup de monde.

    Et si vous l’interrogiez sur des "sujets d’actualité" ? Personnellement je serais curieux de connaitre son analyse sur les "attentats".


  • Mélangeons le bleu, le blanc et le rouge et nous obtenons...une Nation française clairement violée !


  • Mon reve rencontrer Monsieur le Professeur peut etre un jour proche (j’ai de la famille à Vichy) je le suis toujours avec passion


Commentaires suivants