Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
            Contact | Forum | Boutique | Atelier

+ E&R

+ Partager cet article

Recommander à un ami
A A A
imprimer

La fertilité masculine au plus bas

Une étude française relayée dans la revue scientifique Human Reproduction le mercredi 5 décembre, dresse un bilan inquiétant de la fertilité masculine en France. Les examens des échantillons de sperme de plus de 26 000 donateurs âgés de 35 ans ont révélé une chute brutale de 32,2 % du nombre de spermatozoïdes par millilitre entre les années 1989 et 2005.

La concentration spermatique française aurait donc diminué d’un tiers, passant de 73,6 millions à 49,9 millions par millilitre soit une baisse de 1,9 % par an. L’0rganisation mondiale de la santé définit le seuil de fertilité masculine à 15 millions de spermatozoïdes par millilitre.

Plus grave, le taux de spermatozoïdes « normaux » ou « bien formés » a diminué de 33,4% entre 1989 et 2005. Soit une baisse conjointe d’un tiers du nombre (niveau de fertilité) et d’un tiers de la qualité (pouvoir fécondant) des spermatozoïdes en l’espace de 17 ans. Une étude moins importante publiée en 2000 relevait déjà une diminution de la concentration de spermatozoïdes de 3 % par an en Europe et de 1.5 % par an aux États-Unis.

Les chercheurs travaillent principalement sur les facteurs environnementaux qui permettraient d’expliquer de telles variations. Au premier rang des suspects, les perturbateurs endocriniens :

  • issus de l’industrie chimique (phtalates notamment) que l’on retrouve dans les produits de grande consommation (plastiques, jouets, rideaux de douche, emballages alimentaires, peintures, adhésifs, colles, cosmétiques) ;
  • issus de l’industrie pharmaceutique : éthinylestradiol notamment (hormone synthétique, ingrédient, avec d’autres stéroïdes, de nombreuses pilules contraceptives), dont la concentration dans les eaux d’épuration inquiète les experts britanniques Richard Owen et Susan Jobling ;
  • issus de l’industrie agroalimentaires : pesticides notamment ;
  • électromagnétiques : téléphones portables ou lignes à haute-tension.

L’étude publiée par Human Reproduction est la plus importante et la plus complète réalisée à ce jour. Les 26 000 donateurs testés bénéficiaient d’une vie plus saine que la moyenne de la population française selon les experts. Des études menées sur un groupe masculin plus large pourraient donc avoir des résultats plus inquiétants encore.

Pour aller plus loin avec Kontre Kulture :

Gardez la santé avec Aubonsens.fr :

 



Article ancien.
Les commentaires sont maintenant désactivés



72 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #285937
    le 18/12/2012 par David
    La fertilité masculine au plus bas

    Mais non, puisqu’on vous dit que c’est la faute des blue jeans trop serrés.
    Ca réchauffe les bouboules et du coup, les petits nageurs choppent une insolation.
    Accuser l’industrie pharmaceutique, c’est tellement petit... Ils œuvrent pour notre bien, ne l’oublions pas.

     

    • #286096
      le 18/12/2012 par Duende
      La fertilité masculine au plus bas

      Pis c’est pas grave, on pourra bientôt commander un gamin en choisissant un donneur en Asie et une mère porteuse en Amérique du Sud, plus besoin d’être fertile, c’est dépassé


    • #286259
      le 18/12/2012 par anonyme
      La fertilité masculine au plus bas

      Bonjour,je viens pour confirmer l’étude à travers ma modeste experience:j’ai connu une période durant laquelle j’avalais des pharmacies entière(entre autres),notamment des produits à base de morphine,résultats ?plus d’une année entière sans érections le matin(comme Dewaere dans "les valseuses",on réalise pas tout de suite mais quand on s’en rend compte,la peur s’installe ;donc plus d’un an sans relations sexuelles et je n’ai pas viré gay,ni ne me suis tapé mon chien,qui a un beau cul par ailleurs) ;après avoir jeté ces produits,retour des erections matinales et du désir de femme(le problème pour moi maintenant étant d’en trouver une qui me donne envie de m’en occuper,hors de question que je me retape des virées nocturnes pour finir alcoolisé-drogué avec une poufiasse et un bout de plastique froid)...


  • #285957
    le 18/12/2012 par Gotfried
    La fertilité masculine au plus bas

    Contraception, avortement, infertilité, stérilité, on aura jamais vue une race réussir avec autant d’efficacité à s’éliminer toute seule de la lutte pour la survie, et même simplement renoncer à une descendance. Cela dit, je suis très mal placé pour faire la leçon. De toute façon, il faut être lucide, après des siècles de gloire, on se dirige maintenant au pas de course vers les poubelles de l’histoire. A la limite, il vaut mieux voir le bon côté des choses : ça fera moins de malheureux pour les générations suivantes. Au point où on en est, on ne peut guère plus pour eux...


  • #285959
    le 18/12/2012 par anonyme
    La fertilité masculine au plus bas

    la faute aux émissions électromagnétiques artificielles
    telles que les hautes fréquences radio tv
    les micro ondes dans lequel on adore réchauffer nos plats surgelés junkfoods !
    les ondes super courtes et pénétrantes des téléphones portables et des téléphones sans fil !
    si ça suffisait pas maintenant il y’a le bluetooth le wifi pensez y votre pc toute la journée sur vos genoux c’est une intense radio thérapie testiculaire que nous subissons !
    les lampes escrologique émettrice de champ magnétique que l’on nous impose petit à petit !

    nous allons bientôt vivre un tchernobyl wifi, des dégénérescences ont déjà lieu
    je mettais tout ça sur la mauvaise éducation et la démission des parents mais il me semble que derrière un max d’enfants sur-agités atteints de troubles du comportements ; il doit y’avoir des raisons biochimiques et psychosomatiques !
    et encore je parle pas des pays anglosaxons le beuf aux hormones et les régimes stéroïdes ont transformés en bœuf toute la jeunesse de ces pays !!

     

    • #287280
      le 19/12/2012 par Harris & Klebold
      La fertilité masculine au plus bas

      Oui, mais en Grande Bretagne, il y a pas mal de filles avec de gros bonnets, et je te parle pas de l’hiver...
      Non mais malgré tout, une hygiène de vie décente -au vu des conditions actuelles- permet de rester à flot...


    • #287287
      le 19/12/2012 par Charlotte
      La fertilité masculine au plus bas

      Il y a en effet très certainement un lien entre les divers toxiques que l’on ingère et au contact desquels nous nous trouvons, et la dégradation globale du vivant (inclus l’humain, ses caractéristiques anatomiques et physiologiques).
      Je ne peux pas parler de la fertilité ce n’est pas mon domaine, mais concernant les enfants et les divers troubles observables (hors troubles fantoches à la mode qui ne masquent que l’incompétence globale du système éducatif et la déliquescence du socle familial et du cadre), je crois qu’on est en plein dedans.

      Mon expérience clinique m’a montré des différences significatives entre :
      - les enfants de la ville (quand j’y exerçais encore)
      - les enfants de la campagne où je vis maintenant.

      J’ai encore noté des différences significatives entre les enfants venus de tel village et les enfants de tel autre village des alentours (dans le premier il y avait une usine de plastiques, qui vient de fermer ouf !).

      Chez les enfants de la ville et les enfants venus du village où se situait l’usine de plastique, j’ai relevé un fort taux de troubles attentionnels, d’agitation psychomotrice, et une fragilité globale de la santé plus importante que chez les autres (enfants sujets à moult pathologies ORL par exemple). Dans le village où se situait l’usine de plastique, les troubles étaient plus importants si les deux parents travaillaient dans l’usine au moment où l’enfant a été conçu.

      C’est empirique, je n’ai aucune preuve réelle (cela nécessiterait des études comparatives complexes, avec des mesures de marqueurs biologiques + des mesures comportementales + l’élimination des autres facteurs possibles....), j’ai noté ces choses au fil du temps et des recoupements, à force de noter des éléments étrangement récurrents dans l’histoire de ces patients... mais même sans preuve...
      J’ai cessé du même coup de travailler uniquement sur le trouble pour lequel ces enfants consultaient. Désormais, en plus du travail rééducation et du travail habituel sur le cadre familial et l’éducation, nous parlons hygiène de vie, nutrition, exposition aux toxiques... Je ne pensais pas devoir en arriver là mais force est de constater que toutes ces choses sont encore du domaine de l’obscur pour beaucoup de gens.


  • #285975
    le 18/12/2012 par Nicolas Tesla
    La fertilité masculine au plus bas

    Et oui, mais personne ne s’offusquera et ne fera rien puisque ça ne concerne pas les femmes mais les hommes, vous savez ce citoyen de seconde classe qui vit dans nos gynocraties modernes. Vivement que cette "civilisation" s’écroule !


  • #286031
    le 18/12/2012 par Mansur
    La fertilité masculine au plus bas

    Peut être y a-t il aussi un facteur culturel. Le cerveau peut avoir une grande influence sur le corps. D’autant plus que cette étude a été menée sur un échantillon d’hommes bénéficiant d’une "vie plus saine que la moyenne de la population française", autrement dit de gens d’un certain niveau social. Or, comme le montrent les différentes études sociologiques, plus on est diplômé/haut sur l’échelle sociale, plus on est paritaire, moins l’éducation des enfants est sexuellement différenciée, plus on a de chances d’être battu par sa femme (véridique), etc. bref plus on est en phase avec l’ordre féministo-castrateur. Et peut être que cette mentalité et ce mode de vie ne sont pas sans conséquences sur le plan biologique. Peut être même qu’une étude sur un échantillon d’hommes plus vaste aurait des résultats moins inquiétants. Après je ne fais que supposer, je n’ai aucune connaissance scientifique solide.

     

    • #286560
      le 18/12/2012 par kasiar
      La fertilité masculine au plus bas

      Ce que tu dis est exact Mansur, mais l’un n’empêche pas l’autre. Celà dit la technologie moderne, la chimie quotidienne ainsi que l’eau pollué, y sont pour beaucoup dans la féminisation physique de l’homme.
      Le truc des diplômes c’est un peu comme les journalistes sauf que celà se passe depuis le début de l’existence de l’individu, on repère d’emblée les plus virils au début de leur scolarité, que l’on met sur la touche. Je ne pense pas que la virilité aille de pair avec la bêtise, pas plus que la beauté et l’émancipation des femmes aillent de paire avec l’intelligence (Les femmes intelligentes ne sont pas toutes des canons), mais associer virilité et truandage, rapeur et criminel qui font des allers retours au pénitencier, et à la brutalité incontrôlable est ce que les médias autant que la bien pensance tentent de nous faire avaler.
      Il m’est arrivé de voir des hommes très intelligents dans ce qu’ils faisaient qui pourtant avaient un gabarit imposant et étaient loins d’être des fiottes. Heureusement !
      Mais il faut croire que pour être un élite il faut être de gabarit plutôt hermaphrodite, soumis à l’idéologie dominante.
      Puis bon, il a existé des grands hommes dans la période de l’Antiquité et ils furent beaucoup plus intelligents que nos actuels pseudo intellectuels, pourtant ils n’avaient aucun problème avec leur virilité.
      C’est la société actuelle, qui marginalise les hommes hétérosexuels et qui s’épanouissent en tant qu’homme librement sans être obligé de singer les métrosexuels.


    • #286883
      le 19/12/2012 par Mansur
      La fertilité masculine au plus bas

      C’est exact Kasiar. J’ai compris tout ça très tôt. Le système fait croire aux garçons que l’intelligence, la réussite scolaire, etc. sont des trucs pour filles et tapettes, pour qu’ils s’en détournent, et aillent vers des imbécilités comme le rap, la délinquance, etc. présentées comme viriles mais qui en fait ne servent qu’à mettre en échec les potentiels futurs hommes dignes de ce nom (et donc potentiellement dangereux pour l’ordre dominant). Et malheureusement, ce processus d’amalgame est facilité par la naturelle supériorité scolaire des filles due à leur docilité, ainsi que par la présence massive de gauchistes castrés aux postes d’instituteurs et d’enseignants, véritables repoussoirs pour les gens soucieux de garder une certaine virilité (je me souviens de profs victimisés par des filles de 14 ans, d’autres s’excitant en défendant la "théorie du genre", etc.).
      Au final, dans la tête de beaucoup de jeunes gars, notamment des milieux populaires (ceux-ci étant déjà en partie prédisposés à ne pas faire d’études pour des raisons socio-culturelles), l’idée que réussite scolaire = castration s’impose définitivement. Mais aussi dans la tête des filles : je me souviens qu’au collège, des amis faisaient exprès d’avoir des mauvaises notes pour faire bad boy et donc viril, ce qui plaisait aux filles, tandis qu’elles sanctionnaient les "intellos"... D’ailleurs moi même quand j’étais en CM2, époque à laquelle la sous-culture gangsta afro-maghrébine de cité commença à me séduire pour des raisons identitaires et probablement hormonales (seul modèle viril que la société propose), je me mis à ne plus travailler, j’étais fier de mes mauvais résultats, etc. et lorsque me père me questionna à propos de tout ça, je lui répondis que les "bonnes notes c’est pour les filles et les p’tits Français" (je m’excuse auprès des camarades de souche, mais malheureusement cette expression était synonyme de tapette, ce qui est révélateur du racisme anti-français présent dans la culture racaille)... Malheureusement la claque qu’il me mit en pleine gueule ne suffit pas à remettre dans le droit chemin (surtout qu’après le CM2 c’est le collège unique...), et moi qui était auparavant le premier de la classe, je ne me suis jamais totalement remis de ces conneries et j’en porte toujours les séquelles.


    • #287246
      le 19/12/2012 par kasiar
      La fertilité masculine au plus bas

      Moi je me souviens qu’étant au lycée j’avais un double problème : un modèle viril sur lequel m’appuyer et avoir des notes suffisamment bonnes pour continuer ma scolarité sans soucis, voire aller loin dans les études. Si en plus de celà on y ajoute la réputation légendaire de l’intello souffre-douleur de ses camarades plutôt jaloux ou n’acceptant pas la différence, c’est pas de la tarte. La plupart des types les moins effeminés étaient effectivement ceux du fond de la classe et du bas de classement, tandisque les plus intellos étaient plutôt effeminés. Pareil pour le sport, j’ai mis du temps à le comprendre, mais j’ai longtemps pensé que le sport était le dada de l’anti-intellectualité, où le premier de la classe se ramasseraient forcément comme une grosse merde, mais heureusement il y eut des exemples concrets qui me l’ont infirmé, bien que l’intello, c’est surtout sa timidité qui l’empêche de développer sa virilité et une éventuelle activité physique.
      Encore aujourd’hui quand j’interviens chez des clients de multinationales en tant que technicien itinérant prestataire, il m’arrive de voir des gars plutôt effeminés dans des postes. Ironie du sort, seuls les chefs ont de la poigne, comme quoi celà confirme bien ce que je disais plus haut, la virilité n’est pas inversement proportionnelle à l’intelligence. Ca c’est des racontars de gauchistes comme tu le décris si bien.
      Il y a encore des hommes dans des postes à bac + 5 qui sont plutôt sportif et motard, mais bon comme ils ont pas le temps vu leur emploi du temps chargé d’avoir des loisirs afin de s’épanouir dans leur virilité ou l’entretenir en fonction de son âge. Un autre problème est que l’on pousse les femmes à exercer des activités choisis par les gars, ces dernières ont une féminité confuse, et ne se rendent pas compte qu’elles sont féminines qu’en apparence et que celà est autant tue-l’amour que si elle était gouine ou garçon manqué.
      Je pense qu’il faut repenser la virilité et la féminité en fonction de la situation actuelle, sans confondre les deux sexes ou attribuer une valeur à l’un sur l’autre comme le font les imbéciles de féministes et de machos.


    • #287653
      le 20/12/2012 par Piri Reis
      La fertilité masculine au plus bas

      @kasiar et mansur

      ne dit t on pas heureux au travail malheur en amour et inversement


  • #286039
    le 18/12/2012 par LittleDom
    La fertilité masculine au plus bas

    De toute façon on est déjà trop nombreux sur terre...

     

    • #286490
      le 18/12/2012 par MG 42
      La fertilité masculine au plus bas

      La prospérité est un équilibre

      Chaque épidémie a été suivie d’une grande prospérité pour les peuples, en peu de temps la population diminuait sans que soit atteint le bâti, les manufactures, les ressources agricoles, moins de population disposait d’autant. La lutte pour vivre s’en trouvait amoindrie.

      Au contraire, chaque accroissement de la population est source de tensions, sur le travail, sur la ressource et sur le foncier insuffisant (les problèmes de l’Afrique après la décolonisation ne proviennent que d’une perpétuelle tension démographique que les ONG sous prétextes humanitaires n’ont fait qu’aggraver). Entre 1950 et 2010, la population française a cru de 70%… je vous laisse apprécier la « modération » de cette hausse et les conséquences sur le bétonnage du pays.

      Aucun immigrationniste ou nataliste n’a sa place dans une éventuelle assemblée d’humanistes.


    • #286665
      le 19/12/2012 par Nâleur
      La fertilité masculine au plus bas

      J’espère que c’est ironique car c’est le pire argument qu’on puisse entendre. Y’a rien de plus défaitiste que cette phrase qu’on entend de plus en plus souvent pour la cause écologiste...

      S’abstenir de faire des enfants pour servir cet argument n’a de toute façon pas de sens, ça ne laisserais qu’une meilleure opportunité de développement aux autres civilisations, qui elles, contrairement à la notre, ont gardé leur fièreté.

      Et vois-tu, en tant qu’individu, on n’est pas forcément à l’image de notre société. Personellement, je ne vois pas ma vie autrement que par fonder ma famille, si on m’enlève cette perspective là, ça me fait un énorme coup.

      PS : "LittleDom" me fait penser au roman "Le Grand Secret" qui traite aussi du problème de surpeuplement, mais c’est sans doute mon imagination.


    • #287249
      le 19/12/2012 par kasiar
      La fertilité masculine au plus bas

      Et puis l’espace est assez grand si les élites le voulaient ils construiraient des infrastructures pour envoyer les individus sur une autre planète. Mais c’est sur détruire l’humanité directement ou indirectement c’est plus facile pour leurs intérêts propres et personnels


  • #286045
    le 18/12/2012 par petrus
    La fertilité masculine au plus bas

    Les 26 000 donateurs testés bénéficiaient d’une vie plus saine que la moyenne de la population française selon les experts. Des études menées sur un groupe masculin plus large pourraient donc avoir des résultats plus inquiétants encore.



    C’est pas sûr, puisque qu’il semble que ce soit plutôt des femmes aisées qui ont des difficultés à procréer, les jeunes femmes de la classe ouvrière ayant toutes les difficultés du monde à ne pas tomber enceintes.

     

    • #286565
      le 18/12/2012 par kasiar
      La fertilité masculine au plus bas

      Mouais faut pas oublier non plus que les filles d’ouvriers ou de la classe en bas de l’échelle, ont tendance à avorter, et ne pas oublier non plus que ces femmes aisées s’érigent en modèle face à la classe ouvrière ou en bas.

      De toute façon parti comme c’est, il n’y a plus aucun risque que les femmes tombent enceinte, si toutefois, c’est le cas, l’avortement à défaut de la pilule qui n’a pas fonctionné est recommandée par nos zélites.


  • #286058
    le 18/12/2012 par sergent garcia
    La fertilité masculine au plus bas

    Attention aussi aux antalgiques,a l’alcool et au tabac


  • #286113
    le 18/12/2012 par Clovis
    La fertilité masculine au plus bas

    Médicaments, alimentation (nutella notament) les OGM, etc
    le Blisphénol A dans le plastique et j’en passe
    ça fait du bon boulot didonc ;)
    vu qu’un de leur projet est de réduire le nombre de gens de la population mondiale


  • #286123
    le 18/12/2012 par la quenelle rutilante
    La fertilité masculine au plus bas

    l’eau de source est très importante pour un sperme fort.

     

    • #286368
      le 18/12/2012 par Mansur
      La fertilité masculine au plus bas

      As tu des sources ? Et est-ce l’eau de source qui est importante ou le fait de ne plus boire d’eau du robinet, oestrogénéisée grâce à Simone Veil ?


  • #286140
    le 18/12/2012 par Rachid91
    La fertilité masculine au plus bas

    Allez, ben voyons.

    On va venir alimenter les thèses environnementales où bien souvent on fait passer une simple corrélation pour une causalité. En plus, c’est dans l’air du temps de la gouvernance globale par les risques environnementaux. J’émets une hypothèse en endocrinologie. Cette baisse de spermatozoïdes n’est-elle pas liée à la baisse de la testostérone ?

    A force de réprimer la sexualité masculine, et non pas de la canaliser comme le font les religions par le mariage, et de transformer la grande majorité d’hommes en demi-fiottes du tertiaire, qui finissent par avoir le même mode de vie que leurs collègues féminines, notre société finira par se tuer elle-même

     

    • #286538
      le 18/12/2012 par MagnaVeritas
      La fertilité masculine au plus bas

      Es-tu endocrinologue ? non, alors garde tes hypothèses fantaisistes pour toi.


    • #286847
      le 19/12/2012 par Rachi91
      La fertilité masculine au plus bas

      MagnaVeritas

      Un forum, me semble-t-il, n’est pas le lieu où l’on jette le discrédit de manière péremptoire.

      D’où me connais-tu ? Comment sais-tu que je ne suis pas endocrinologue, voire même médecin ?

      Quelle formation as-tu en médecine ou en épistémologie pour considérer cette hypothèse comme fantaisiste ?

      Je te donne quelles pistes de lecture que tu connais peut-être déjà

      le b.aba :Eléments d’épistémologie de Carl Hempel dans lequel la notion d’hypothèse est clairement définie ( explanandum et explanans) et aussi la référence en la matière La structure des révolutions scientifiques de Karl Popper dans lequel seule la réfutabilité détermine la valeur d’une hypothèse, auusi fantaisiste puisse-t-elle paraitre.


    • #287007
      le 19/12/2012 par kartoch
      La fertilité masculine au plus bas

      Il serait plutôt tant de s’interroger sur les conséquences de notre consommation quotidienne de pesticides et produit chimique en tout genre . . .
      A chaque fois que l’on découvre (!) la dangerosité d’une molécule ou d’un produit chimique, nos parlementaires, soumis aux lobbys industriels, mettent des décennies avant de l’interdire


    • #287279
      le 19/12/2012 par kasiar
      La fertilité masculine au plus bas

      MagnaVeritas, plus je lis tes posts plus j’ai l’impression que tu cherches à te faire des ennemis ici je me trombe ?
      Peut être un jour comprendras tu qu’ici il n’y a pas que des ennemis, faut savoir faire le tri entre les gens dignes d’intérêt et les autres, en commeçant par un peu plus d’amabilité envers son prochain ;)


  • #286210
    le 18/12/2012 par Jean Pedale
    La fertilité masculine au plus bas

    L’un des signes flagrants de la dévirilisation de la société est cette incapacité pour l’homme lui-meme de sauver sa fertilité, ne serait-ce QU’EN S’INFORMANT.
    _L’un des moyens les plus efficaces pour gagner en dignité et en virilité est d’etre responsable au maximum de sa santé.


  • #286268
    le 18/12/2012 par zarmagh
    La fertilité masculine au plus bas

    Une équipe de chercheurs argentins a analysé 29 échantillons de sperme. Détaillée sur le site The Week (en anglais), leur expérience montre qu’une exposition prolongée au Wi-Fi (comme c’est le cas lorsque vous gardez votre ordinateur sur les cuisses) tue purement et simplement les spermatozoïdes.
    http://theweek.com/article/index/22...


  • #286315
    le 18/12/2012 par rico
    La fertilité masculine au plus bas

    Au gaspillage répond la pénurie.


  • #286323
    le 18/12/2012 par Grindsel Tirédunevi
    La fertilité masculine au plus bas

    La plupart des cas d’infertilité sont dû aux hommes. O’marine (plasma de quinton) serait un antidote.


  • #286332
    le 18/12/2012 par Paul Brousse
    La fertilité masculine au plus bas

    Je ne sais pas ce qu’il en est des "autres" mais en ce qui me concerne, quand j’ai voulu mon premier enfant, ça a accroché dès la deuxième "prise"... et pour mon deuxième (livré normalement fin février mais qui devrait arriver bien plus tôt...), ben un seul coup a suffi.
    Et ça fait 12 ans que je vis avec ma femme et 11 ans qu’elle ne prend plus la pilule et il n’y a jamais eu d’accident : deux enfants, deux désirés, sans attente...
    Je fume depuis l’âge de 13 ans, j’ai pris des bitures mémorables dans ma jeunesse (même si ça m’a passé...)... mais il est vrai qu’à part de l’aspirine (molécule simple et pourtant "miraculeuse"), je ne suis pas accroc aux médocs. De bonne constitution sans doute aussi puisque ma mère a survécu à une maladie incurable (on lui donnait trois mois à vivre... en 1989 et elle est toujours là ! Totalement guérie).

    Bon, tout le monde s’en fout... et c’est normal !

     

    • #286550
      le 18/12/2012 par jean jacques ernest
      La fertilité masculine au plus bas

      Non, c’est intéressant.

      La dépression psychologique (et spirituelle) entraine la dépression physique (de tout point de vue, incluant certaines maladies)


    • #286884
      le 19/12/2012 par Mansur
      La fertilité masculine au plus bas

      La dépression psychologique (et spirituelle) entraine la dépression physique (de tout point de vue, incluant certaines maladies)



      Et j’en sais quelque chose hélas...


    • #287212
      le 19/12/2012 par anonyme
      La fertilité masculine au plus bas

      « 11 ans qu’elle ne prend plus la pilule »
      « un seul coup a suffi »
      Ceci expliquant sans doutes cela.


    • #287242
      le 19/12/2012 par anonyme
      La fertilité masculine au plus bas

      « La dépression psychologique (et spirituelle) entraîne la dépression physique (de tout point de vue, incluant certaines maladies) »
      C’est sans doutes vrai parfois mais un peu réducteur.
      Je dirais plutôt que les mêmes causes peuvent entraîner des pathologies mentales et physiques, dans un ordre ou dans l’autre.
      Dans plus de 80% des maladies mentales/psychologiques, dans la plupart des cas de maladies auto-immunes, de cancer, sclérose en plaque, dépression, autisme, Alzheimer, diabète, fausses couches, hyperactivité, migraines, problèmes de peau, etc) chercher du côté d’une micro-intoxication (empoisonnement chronique de divers parties de l’organisme, créant des maladies diverses selon les fonctions les plus altérées) causée souvent par des vaccinations et des plombages dentaires, + gaz d’échappements, liquides verres de contact, aliments etc. Il faut envisager de faire une chélation couplée à une complémentation, après avoir retiré les plombages. Zéolite, mms, argile, chlorelle, spiruline (cf au bon sens), charbon, lavements intestinaux, vitam c, dmps etc, massages, sauna, sport (la transpiration permet d’éliminer, suivit de douches froides), aubier de tilleul, prêle, vitamines, fruits légumes, graines germées (cf au bon sens), pommes, ail oignon, coriandre, nigari, o’marine, huiles de poisson, etc etc. Éviter lait, gluten, produits animaux etc. Prendre soin des émonctoires, organes digestifs, c’est souvent lié aux problèmes psy.
      L’homme est normalement robuste et résistant physiquement et mentalement, pour tomber malade il faut qu’il soit affaibli, qu’il ai préparé le terrain à la maladie. Je simplifie mais en gros c’est ça.
      Pour le spirituel, c’est plus compliqué à juger, car moins rationnel, mais on peut penser que c’est la base de tout. Le pécher originel étant le début de la déchéance humaine, notre condamnation à mort. On peut penser par exemple que quelqu’un qui serait possédé ou harcelé par des esprits mauvais, sa vie va en pâtir. Mais tout ça n’est plus de l’ordre de la médecine. Comme on dit, "aide toi et Dieu t’aidera", fais ta part et Dieu fera le reste.
      Bibliographie : vérité sur les maladies émergentes F Cambeyrac, amalgames dentaires une maladie de l’environnement E. Kinder (amalgames.com).


    • #287327
      le 19/12/2012 par Paul Brousse
      La fertilité masculine au plus bas

      "Ceci expliquant sans doute cela"....

      Remarque amusante à laquelle je m’attendais. Dois-je préciser comment nous nous y sommes pris pour éviter l’accident (déjà, s’il avait eu lieu, ben j’aurais été papa plus tôt... ou plusieurs fois) ? En sachant que nous avons également très rapidement évité d’utiliser le préservatif...
      Pour faire simple : de la retenue quand il le fallait... Mais comme en voiture, même avec une conduite sobre et prudente, on n’est pas à l’abri d’un dérapage, surtout en cas d’accélérations trop brutales ! On aurait fait avec... Une grossesse non désirée n’est pas une malédiction.


    • #287520
      le 20/12/2012 par Grindsel Tirédunevi
      La fertilité masculine au plus bas

      Je me doutais bien que vous pratiquiez la contraception par l’observation de cycles, même s’il existe également d’autres méthodes naturelles. Ma remarque concernait le fait que la pilule a tendance à rendre infertile, même après son arrêt.
      Quand à la grossesse non désiré, je connais ça (ma femme plutôt), c’est une bénédiction ! Effectivement, quand on évite la pilule, les "dérapages" peuvent toujours exister, et tant mieux !


    • #287826
      le 20/12/2012 par Paul Brousse
      La fertilité masculine au plus bas

      Euh, non... certes on évitait la période d’ovulation au maximum (ou alors, on faisait "autre chose"), mais pour parler grassement, je déchargeais dans une zone à risque zéro.
      Mais quand on y réfléchit un peu, il est très possible que ma fertilité soit également amoindrie ce qui explique l’absence totale d’accidents car même sans aller au bout, normalement, y’a toujours des petits malins qui parviennent à quitter Wall Street (euh, les bourses...).


  • #286333

    On connait les causes, et il est facile de rétablir rapidement et efficacement la qualité :
    - Eviter le plus possible les médocs en tout genre
    - Réduire le café, éviter le + possible l’acool et le lait
    - Eloigner votre tel. portable des bijoux de familles
    - Eviter tout ce qui est produit avec des pesticides
    - Faites du sport

    En dehors de ça, assez d’accord avec Mansur. Ca c’est observé chez les mâles de certaines espèces animales qui deviennent moins fertiles lorsque leur groupe est dominé par une ou des femelles.

     

    • #287012
      le 19/12/2012 par kartoch
      La fertilité masculine au plus bas

      salut, Pourquoi le café ? t’as des infos ou références précises ?
      (je suis pas suspicieux mais le sujet m’intéresse et j’ai rien trouvé de probant là-dessus)


  • #286381
    le 18/12/2012 par Heizen
    La fertilité masculine au plus bas

    Est-ce que la féminisation des hommes ne joue pas physiquement là-dessus ? Une question a se poser... En + des raisons matérielles comme les ondes des téléphones, les aliments etc.


  • #286467
    le 18/12/2012 par Free
    La fertilité masculine au plus bas

    Je crois que je vais commencé à stocker des réserves dans mon frigo...


  • #286704
    le 19/12/2012 par esteviel
    La fertilité masculine au plus bas

    moi je vais vous dire quelles sont lles principales causes de la baisse de la fertilité masculine :

    ce sont les frustrations des desirs inassouvis qu’occasionnent les femmes ... ce sont les castrations et criminalisations de la libido masculine ... normalement, l’etre humain, pour son equilibre aurait du avoir le meme mode de vie que les singes bonobo.... on vit, on chasse, on travaille, on fait du sport , et pour decompresser,pour garder la cohesion humaine, homme /femme : on "baise", on partouze en groupe, heteros et entre adultes uniquement je precise ).......avec des femmes differantes afin d’en connaitre un maximum...

    croyez moi ce serait le paradis... helas "ils" ont inventé les religions, le sida et toutes les barrieres morales,pour ne pas que l’humain accede au bonheur.. ils ont emprisonné l’humain dans une prison, il ont emprisonne la sexualite masculine hetero

    bien sur, celui qui a du succes aupres des femmes, dira que je suis un gros c.. rd .de raconter ce genre de connerie..... alors qu’eux, leur egoisme de couple fermé a 2 fonctionne en circuit fermé....

    je reste persuadé que je detiens la verité : baise = paix, amour bonheur , positivisme ...cohesion sociale .. ;

    misere sexuelle et affective = negativisme = mort...seulement les femmes decident de qui doit vivre ou mourir ( egoisme feminin)...... le veritable bonheur d’une vie sur terre ,c’est avoir du q dans tous les sens du termes ...

    helas, seuls les blindés en beneficient ....les femmes n’aiment pas les hommes pauvres ou prolos ...j’espere qu’un jour, tout cela changera..

    entre choisir notre mode de fonctionnement actuel : baisez vous entre vous les uns , les autres ........et baisez les uns avec les autres, je m’etonne que ce soit le premier mode de fonctionnement qui fonctionne en france et dans le monde...

     

    • #286889
      le 19/12/2012 par Mansur
      La fertilité masculine au plus bas

      En partie d’accord avec toi, sur le fait que la frustration (aujourd’hui avant tout due au décalage entre l’omniprésence du sexe dans les médias, les tenues des filles, etc. et la réalité de la sexualité, toujours difficile d’accès pour beaucoup d’autant plus qu’il n’y a plus de maisons closes) a certainement de graves conséquences sur le plan biologique. Par contre je ne suis pas d’accord avec le côté libertaire et anti-religieux de ton propos. La religion n’interdit pas la sexualité, mais elle la canalise par le mariage. Or le mariage est le seul modèle viable pour une société équilibrée. La partouze généralisée que tu souhaites ne serait pas un cadre sain pour les enfants, etc. Nous ne sommes pas des bonobos. Couple, famille, voici la base de toute société civilisée.


    • #287469
      le 20/12/2012 par Starkal
      La fertilité masculine au plus bas

      Les femmes ont un respect pour elle meme, cela veut donc dire qu’elle ne va pas dire oui à tous les hommes. Non mais imagine si comme dati ellles tombaient enceinte, qui serait le père ???? elles savent qu’elles ont un avantage sur les hommes qui leur permettent de de monter socialement sans effort. Aujourd’hui tu peux pas faire rever une nana avec une r21 et pourtant quel moteur !
      Pour finir je pense que tu es toi meme trop focaliser sur le physique d’une nana. Si elle sait qu’elle plait beaucoup, et qu’elle risque de rencontrer mieux, croit moi il y a de grande chance qu’elle te zappe. Et les relations sont très superficielles après les études pcq le soucis du confort est un critère important.


    • #287835
      le 20/12/2012 par Paysan Breton
      La fertilité masculine au plus bas

      Commentaire d’un gros frustré qui digère mal la pensée de Soral : lui ne confond pas le macho qui aime les femme avec l’abruti qui les méprise, l’homme qui se sait faible et qui a besoin des femmes avec le petit branleur tout-puissant qui devient l’objet de sa propre libido...


    • #288494
      le 21/12/2012 par une francaise bien dans sa peau !
      La fertilité masculine au plus bas

      Commentaire plutôt marrant, mais avec qqs contradictions comme le soulignent déjà Mansur et Paysan breton.

      Une solution peut être plus saine pour combler tes "besoins" si pressants : la polygamie. Il faut reconnaître que l’humanité a d’ailleurs compté toujours plus de femmes que d’hommes... Il y a certainement une raison !

      De mon côté, j’encourage même mon mari à la polygamie, mais rien à faire, lui en parler le rends encore plus attaché à notre petite famille !

      Un homme ayant la force physique mais surtout une force d’esprit assez grande lui permettant de combler plusieurs femmes me fascine à vrai dire...
      Mon point de vue choque bcp, vu que je suis une femme.
      Mais justement, n’est il pas temps pour les femmes de reconnaître leur vrai rôle, à savoir de rendre heureux leur conjoint et de les combler ?
      Par ailleurs, un homme qui prétend être comblé par une seule femme -d’un point de vue sexuel, j’entends- est soit un menteur, soit malade.
      Mon expérience d’épouse, ajoutée à l’expérience de bcp d’autres femmes me le prouvent régulièrement.
      L’avis d’ esteviel vient d’ailleurs conforter ma position...

      Bonne réflexion, sur ce.


    • #290200
      le 23/12/2012 par MG 42
      La fertilité masculine au plus bas


      De mon côté, j’encourage même mon mari à la polygamie, mais rien à faire, lui en parler le rends encore plus attaché à notre petite famille !

      Un homme ayant la force physique mais surtout une force d’esprit assez grande lui permettant de combler plusieurs femmes me fascine à vrai dire...
      Mon point de vue choque bcp, vu que je suis une femme.



      ca a fonctionné comme ca chez les vikings :



      pendant des millénaires, la structure monogame de la famille s’est avérée la plus bénéfique, assurant la sécurité des femmes et des enfants, ainsi que la base d’une société ordonnée.

      Toutefois, cette structure défiait les lois de la nature qui affirment que les meilleurs doivent se reproduire d’avantage. Comment nos ancêtres résolurent-ils ce dilemme ?

      La solution, basée, comme toujours, sur l’observation des phénomènes naturels, fut de diviser les hommes en trois classes, respectivement appelées Thralls, Karls et Jarls.

      Les Thralls ont toujours été la lie de la société. On en trouve aujourd’hui comme exemples les fonctionnaires, les prédicateurs qui falsifient les textes, les assistés sociaux et les politiciens, pour n’en nommer que quelques uns. Dans un monde naturel, ils n’ont aucun droit aux plaisirs qu’offrent les femmes, ni à la reproduction. Il est légitime qu’ils soient réduits en esclavage.

      La seconde classe est celle des Karls. Ce sont les fermiers d’autrefois, les artisans métallurgistes, et ce que nous appellerions aujourd’hui les « milices citoyennes ». Ils sont le sel de la terre et la colonne vertébrale de la civilisation. De nos jours, ce sont les propriétaires terriens, les fermiers, les inventeurs et les artisans. Ils doivent transmettre leur patrimoine génétique au moyen d’une épouse et d’un enfant. Et l’expérience a prouvé que la monogamie était la meilleure structure matrimoniale pour les Karls, qui forment la majorité de la société.
      La troisième classe était celle des Jarls. Les Jarls sont rares. Ce sont les hommes supérieurs qui établissent leur droit à gouverner par des preuves de loyauté tribale, par leur dévouement au peuple, par leur courage, leur persévérance et leur détermination. La survie du peuple dépend de la sagesse, du courage, de l’altruisme et du bagage génétique des Jarls. Et, parce que ceux-ci sont tellement rares, leurs gènes doivent être transmis en abondance. La polygamie est, par conséquent, ce que désire la nature pour les Jarls véritables.



  • #286892
    le 19/12/2012 par Mansur
    La fertilité masculine au plus bas

    Il ne faut pas sous estimer les conséquences dramatiques de la pornographie, qui constitue aujourd’hui la principale activité sexuelle des jeunes hommes. On sait grâce à plusieurs études très sérieuses qu’à long terme la pornographie (et la branlette qui va avec bien entendu) rend impuissant. En Italie on parle même de "la libido de toute une génération tuée par le porno" :
    http://www.atlantico.fr/decryptage/...
    Il est possible que ça ait un impact sur la quantité de sperme et sa qualité.

     

    • #287294
      le 19/12/2012 par Harris & Klebold
      La fertilité masculine au plus bas

      Ils sont pas un peu excessifs, tes italiens ? Maintenant, d’accord, le petit mec qui a "l’anxiété de la performance", il y a deux-trois trucs qu’il a peut-être pas compris... C’est comme quand tu as une bonne assiette, à table, il faut savourer... résultat, tu as du plaisir à manger, et tu digères bien derrière...
      Le porno, c’est une représentation d’acte(s) sexuel(s), ni plus, ni moins. La plupart des interprètes sont des sortes de sportifs équilibrés physique/mental, la fille qui ferait ça pour se payer sa dose, ou le type alcoolo ne pourraient pas faire long feu dans cette industrie. C’est une re-pré-sen-ta-tion, c’est pas "le sexe" dans l’absolu.
      De même, le type qui aime l’action comportant des risques sur tel ou tel terrain, il ne se prendra jamais pour John McClane/ Bruce Willis dans la quadrilogie "Die Hard" !
      En fait, c’est beaucoup plus simple que dans les "plusieurs études très sérieuses"...


    • #287306
      le 19/12/2012 par Koorosh
      La fertilité masculine au plus bas

      Encore une fois j’allais poster la même chose... On en parle peu mais on peut le constater au quotidien : ça pompe (si j’puis me permettre) toute une génération. Et je ne délire pas, c’est quasi industriel.
      Comme quoi on se retrouve.
      Faudra bientôt faire comme les trotskars, se faire une tendance à E&R !
      Fraternellement


  • #286927
    le 19/12/2012 par Bruno
    La fertilité masculine au plus bas

    Les hommes sont souvent castrés dans tout les sens du terme dans cette société...

    A l’école il se soumet à l’autorité des femmes (peu d’hommes), dans sa famille c’est l’autorité de sa mère (le père n’y ayant plus place et rarement son mot à dire), dans le monde de l’emploi : les secteurs qui recrutent sont surtout féminins, et enfin quand sa femme (à qui il était soumis) demandera le divorce il se soumettra à mesdames les juges et les avocates (95% de femmes aux JAF)... Quand il sera en étant de déprime c’est probablement une psychothérapeute qu’il consultera (et les antidépresseurs acheveront sa castration).

    On peut donc difficilement s’étonner que la fertilité masculine soit au plus bas...

    Un remède simple, naturel et sain : faites du sport ;)

     

    • #290543
      le 24/12/2012 par MG 42
      La fertilité masculine au plus bas

      Les hommes sont souvent castrés dans tout les sens du terme dans cette société...

      A l’école il se soumet à l’autorité des femmes (peu d’hommes), dans sa famille c’est l’autorité de sa mère (le père n’y ayant plus place et rarement son mot à dire), dans le monde de l’emploi : les secteurs qui recrutent sont surtout féminins, et enfin quand sa femme (à qui il était soumis) demandera le divorce il se soumettra à mesdames les juges et les avocates (95% de femmes aux JAF)... Quand il sera en étant de déprime c’est probablement une psychothérapeute qu’il consultera (et les antidépresseurs acheveront sa castration).

      On peut donc difficilement s’étonner que la fertilité masculine soit au plus bas...



      http://www.lorgane.com/LE-FEMINISME...



      Fort heureusement, il existe une solution pacifique et plus civilisée : la grève.

      C’est pourquoi nous appelons tous les hommes pas encore mariés ou que le divorce démange à un grand mouvement de GREVE GENERALE DU SEXE.

      Du moins, grève des rapports sexuels qui satisfont la femelle. Qu’on appelle parfois niaisement "amour" dans les romans mièvres pour femmes de peu de cervelle ou dans les "oeuvres" cinématographiques aussi scrupuleuses sur l’honnêteté intellectuelle qu’un prêche raëlien (walt disney, etc).

      Pour les plus courageux et les plus chrétiens d’entre vous, nous appelons à l’ABSTINENCE COMPLETE, en suivant l’exemple des valeureux prêtres et moines aux balloches gonflées à bloc. Il y’a, après tout, des choses bien plus belles que le sexe, dans une vie d’homme : l’art, la culture, la musique, la lutte, l’entraide, la spiritualité, et bien d’autres. Et ça, même quand on est mort, ça reste. Alors que la baise, dès qu’on passe la trentaine, ça commence à mourir à petit feu.




      En revanche tirez un trait définitif sur l’homosexualité, les femmes y voient un signe de victoire sur l’homme (blanc), ça donne des cancers au rectum, et surtout ça pulvérise avec la puissance d’une bombe atomique la première qualité qui fait qu’un homme est homme : sa fierté.
      Si monsieur le curé vous a dit qu’être pédé c’est pas bien, c’était pas spécialement pour vous faire chier. C’était même bienveillant.

      Pour parfaire l’acte de résistance à la barbarie féministe, allez draguer en boîte ou dans les bars et mettez des vents aux femelles que vous avez réussi à séduire. Jubilation vengeresse garantie.



    • #292851
      le 28/12/2012 par anonyme
      La fertilité masculine au plus bas

      C’est pourquoi nous appelons tous les hommes pas encore mariés ou que le divorce démange à un grand mouvement de GREVE GENERALE DU SEXE
      excellent !
      C’est d’ailleurs ce qui va arriver mécaniquement. Les relations avec des femmes sont devenus tellement risquées (pour un oui ou pour un nom on peut être accusé, à tort ou a raison ça ne change rien les juges croient à priori les femmes, de viol y compris avec sa femme), tellement dangereuses, tellement difficiles et tellement précaires, et si on se met en ménage et a le malheur d’avoir des enfants, les risques engendrés par le divorce, et perdre ses enfants, des fois aussi sa maison, se retrouver SDF, accusé faussement de pédophilie pour être séparé des enfants, et devoir en plus payer une pension alimentaire, combien se retrouvent ruinés, voire à la rue, et bien sûr désespérés et réduit au suicide, que les hommes vont renoncer à se mettre avec une femme, ne vont plus oser en draguer une, ni leur faire la cour ("harcèlement machiste" !). résultat : celles qui se sentent seules ou auraient bien envie, vont rester seules et "ceinture !" le bec dans l’eau, et si jamais elles font des avances vont en voir de plus en plus prendre la fuite. ça se comprend !
      Plutot que de souffrir comme des damnés et voir leur vie brisée, beaucoup préféreront rester seuls dans leur coin, avec de la masturbation pour le sexe, et un chat pour le coeur.


  • #286931
    le 19/12/2012 par LeBourbonnais
    La fertilité masculine au plus bas

    Cet article me semble intéressant, par contre serait il possible d’avoir le lien qui mène vers l’article de human reproduction ? En effet j’ai fais quelques recherche mais je ne trouve rien. Je dois surement mal m’y prendre.
    Merci :-)


  • #287047
    le 19/12/2012 par Hervé
    La fertilité masculine au plus bas

    Le seuil d’infertilité est de 15 millions selon cet article. Or :

    15*100:73,6 = 20,80%. Soit le français sera devenu infertile quand il aura perdu 80% de ses spermatozoïdes. On en est à 32,2 soit près de la moitié du chemin en 2005. Cela veut dire aussi que 40 ans plus tard par rapport à 1989, le Français aura perdu toute fertilité, soit à l’horizon 2030, c’est-à-dire dans 20 ans.

    Mais pourquoi personne ne s’émeut plus que ça d’une étude qui annonce ni plus ni moins la fin de l’humanité ?

    Pourquoi rien après 2005 ?

    C’est quand même bizarre tout ça.

    Hervé

     

    • #287309
      le 19/12/2012 par désillusionné
      La fertilité masculine au plus bas

      Pas la fin de l’humanité, des français mon cher il est question de leur fertilité pas celle d’autrui ,en tout cas si tes calculs sont bons, juste avant de disparaître ayez l’obligeance de démonter tout votre arsenal nucléaire car on ne sait pas dans les mains de qui elles tomberont.Merci !


    • #287756
      le 20/12/2012 par Hervé
      La fertilité masculine au plus bas

      "Une étude moins importante publiée en 2000 relevait déjà une diminution de la concentration de spermatozoïdes de 3 % par an en Europe et de 1.5 % par an aux États-Unis."

      Copié-collé.

      Merci.

      Hervé


  • #287256
    le 19/12/2012 par wakeup
    La fertilité masculine au plus bas

    Esteviel, tu dis n’importe quoi !

    Ne remets pas tout sur le dos des femmes, et pitié, arrête de croire que le bonheur c’est avoir une existence de bonobo !
    L’élite mondialiste qui nous gouverne, bien plus que les femmes, souhaite cette féminisations de la société. Elle use d’une terrible propagande pour nous faire croire à tout son baratin.
    Mais la majorité des femmes ne souhaite pas se taper des mec parce qu’ils sont thunés. Le bad boy est un vrai fantasme !
    Les gens sentent simplement au fond d’eux qu’il y a un problème : une bourgeoise veut sortir avec un prolo (de préférence nord-magrhébin) pour faire chier son père et se dire progressiste.
    Une pauvresse rêvera d’un élève d’HEC...
    Mais à la fin, les gens recherchent celui ou celle qui les aimera pour ce qu’ils sont. Do’ù le nombre de divorces : difficile de déterminer l’être dans un monde de paraître.
    Je veux bien le cliché du "elles ne recherchent que la thune", mais celles là finissent souvent avec les "ils ne cherchent que la beauté".

    Et franchement, l’idéal du singe, on croit rêvé !
    On a besoin de "s’élever au dessus de nous-même" pour être heureux. Aujourd’hui, on régresse dans l’aliénation et le satanisme. Mais régrésser dans la bestialité primitive, je ne suis pas sûr que cela soit bien mieux. J’hallucine, les partouzes, un progrès !

    Et arrête de te plaindre ! Si un nana t’a jeté en raison de ton niveau social, dis toi qu’elle était conne et passe à autre chose hein !

     

    • #288249
      le 21/12/2012 par Capitaine Tran
      La fertilité masculine au plus bas

      Wakeup a raison. C’est juste,
      Ce sont les oligarques qui se rapprochent le plus du bonobo (Cf affaire du Sofitel, et les réseaux protégés par les castes d’en haut).
      J’ajouterai même qu’aujourd’hui on a bien plus acces à la sexualité qu’il y a 60 ans, mais c’est le consumérisme qui a créé la frustration.
      Enfin si des femmes préfèrent les riches, il faut blâmer d’abord le système qui crée autant de pauvres, puis la culture marchande qui glorifie le bling et enfin seulement les femmes qui (pas toutes) préfèrent les riches (mais celles-là ne sont dangereuses que pour les riches, pas pour nous ;-))


  • #287301
    le 19/12/2012 par kafrine
    La fertilité masculine au plus bas

    J’ai lu la plupart des commentaires, et beaucoup me semblent empreints d’un élan vindicatif envers les femmes. (héhé ça devient récurrent ici !)

    Certes, la féminisation de notre société joue un rôle dans la baisse de la fertilité masculine, mais il ne faut pas "oublier" de citer les facteurs qui dépendent principalement nos choix personnels. Notre alimentation et notre médication, la pollution de notre air et notre état spirituel ne sont pas le fait de femmes. Sans parler des cancérigènes et autres molécules bio-incompatibles auxquels nous sommes régulièrement exposés.

    Par ailleurs, les femmes ne sont pas exempts de ce phénomène, pour toutes les raisons que je viens de citer.

    Donc quelque part, réjouissons-nous ! Car notre fertilité dépend essentiellement de nous, et nous seul. ;-)

    Cordialement.

     

    • #287765
      le 20/12/2012 par kasiar
      La fertilité masculine au plus bas

      Sauf que là c’est plus l’action biologique et/ou physique qui entre en jeu, les femmes ou plutôt ceux qui en font des monstres, s’occupent de la partie psychologique autant des femmes que des hommes. Le genre ou l’identité sexuel qui a pris un coup durant l’après 68 en est également de la partie, en niant peu à peu l’implication de la réalité biologique dans la construction d’un homme et d’une femme. Celà a commencé avec Beauvoir et son "on ne nait pas femme" et Butler à cause d’un licenciement d’une femme pilote pour motif qu’elle était enceinte.

      Celà est compliqué à cerner mais une fois que l’on a décortiqué la bête, on n’a plus à la craindre


  • #287408
    le 20/12/2012 par Paris Sophia
    La fertilité masculine au plus bas

    A tous les camarades qui souhaiteraient se soigner de façon naturelle, mais sérieuse, je vous recommande tout particulièrement les ouvrages de Michel Dogna, ancien ingénieur chimiste et naturothérapeute. Notamment l’ouvrage "Prenez votre santé en main" ( aujourd’hui à son tome 3).

    Bonne santé à tous !

     

  • #287845
    le 20/12/2012 par ouhm
    La fertilité masculine au plus bas

    Soral a raison.. nous sommes émasculés..
    Je vais vraiment devenir parano... il y a tout un tas de facteurs qui laissent croire qu’on veux exterminer les français, baisse de fertilité, 200 000 avortements par ans, 200 000 immigrés par an, pilule systématique, mariage gay et propagande gay, ethno masochisme des souchiens entretenu par les médias, diabolisation de l’histoire de France etc...
    Ils veulent vraiment en finir avec nous


  • #288830
    le 22/12/2012 par olivier
    La fertilité masculine au plus bas

    Dispositions prises pour retrouver les porcs contaminés par l’hormone MPA
    12 ème législature
    Question écrite n° 14250 de M. Jean-Marc Todeschini (Moselle - SOC)
    publiée dans le JO Sénat du 21/10/2004 - page 2364

    M. Jean-Marc Todeschini souhaite attirer l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche et des affaires rurales sur l’affaire de la contamination liée à l’utilisation de l’hormone interdite MPA (médroxyprogestérone-acétate). Cette hormone aurait été utilisée par la société Bioland pour fabriquer son sirop de glucose. Si cette hormone ne menace pas toutefois directement la santé des consommateurs, il existe cependant un risque de stérilité pour les humains. Cette hormone se retrouverait dans des aliments contaminés qui ont servi à nourrir des porcs notamment néerlandais. Or, ces derniers ont été exportés vivants en France. De même certains fabricants d’aliments de bétail auraient utilisé ce sirop comme matière première. Certains gouvernements européens ainsi que la Commission européenne ont déjà réagi et mis en place un certain nombre de procédures concernant à la fois la traçabilité mais aussi l’information des consommateurs. Il voudrait connaître les mesures que le Gouvernement français envisage de mettre en oeuvre pour retrouver en France la trace des porcs importés des Pays-Bas et concernés par cette contamination ainsi que celle de toutes les entreprises situées en aval de la société Bioland, fabricants d’aliments de bétail ou exploitations agricoles, ayant été en contact directement ou indirectement avec l’hormone MPA. Il souhaiterait aussi connaître les dispositions que le ministère de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche et des affaires rurales prévoit pour informer les consommateurs.

    Je serais au plus haut niveau de la chaîne oligarchique, les 2 pieds dans l’industrie et un fanatique du Talmud que je ne m’y prendrai pas autrement. Quelques hormones habilement dosées dans la nourriture des "impurs", la main mise sur la production porcine et les compléments alimentaires... Smithfield Foods à une trés trés grande part du marché en France depuis les années 2000...Je serais extrèmement curieux de voir les résultats communautaristes de ces questions d’infertilité et ne serait aucunement étonné de voir que les plus impactés sont nos bons vieux goys....


  • #289462
    le 22/12/2012 par comment
    La fertilité masculine au plus bas

    Ce n’est pas une priorité financière de régler ce problème puisque l’argent dans ce monde permet presque tout.

    Ceux qui le contrôle veulent diminuer la population mondiale par 2 (minimum).

    Et ensuite ? Bah rien.


  • #289471
    le 22/12/2012 par henri2
    La fertilité masculine au plus bas

    Et visiblement il n’y a pas que les couilles qui en prennent un coup : chez certains les cellules grises semblent particulièrement atteintes.


  • #294207
    le 30/12/2012 par damien
    La fertilité masculine au plus bas

    4’40
    pesticides
    http://www.youtube.com/watch?v=qgljwmpyFeM

    CRMs ... organo-chlorés
    200 substances par nouveau-nés
    http://www.youtube.com/watch?v=gXgDdqKuq1c

    vie plus longue mais stérilité, -70 millions en Europe


Afficher les commentaires suivants