Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La loi gayssot au risque de MARX

En guise de commentaire de l’entretien entre Soral et Paul-Eric Blanrue , « un Historien s’insurge », me revient en mémoire, en devoir de mémoire, ce fragment de Marx, datant de 1843, et que l’on croirait écrit prophétiquement exprès pour qualifier l’infâme Loi Fabius-Gayssot.

« Voilà donc l’écrivain livré au terrorisme le plus redoutable, à la juridiction de la suspicion ! Des lois tendancieuses, des lois qui n’offrent pas de normes objectives, ce sont des lois du terrorisme telles que les ont inventées la détresse de l’État sous Robespierre et la corruption de l’État sous les empereurs romains. Des lois qui font non de l’acte comme tel, mais de la conviction de l’acteur, leurs critères principaux, ce sont tout bonnement des sanctions positives de l’absence de lois. (...)
C’est seulement quand je m’extériorise, quand j’entre dans la sphère du réel, que j’entre dans la sphère du législateur. Pour la loi, je n’existe absolument pas, n’en suis nullement l’objet, sauf quand j’agis. Seuls mes actes lui donnent prise sur moi ; en effet, ils sont la seule chose pour laquelle je revendique un droit à l’existence, un droit à la réalité, par quoi je tombe donc sous le coup du droit réel. Or la loi tendancieuse ne punit pas seulement ce que je fais, mais encore ce que je pense en dehors de cet acte. C’est donc une insulte à l’honneur du citoyen, une loi vexatoire contre mon existence. J’ai beau le tourner et le retourner comme je veux, l’important, ce n’est jamais l’état de faits. On suspecte mon existence, mon être intime : mon individualité est considérée comme mauvaise et je suis puni d’avoir telle opinion. La loi ne me punit pas pour le tort que je cause, mais pour le tort que je ne cause pas. (...)
La loi qui s’en prend aux convictions n’est pas une loi de l’État faite pour les citoyens, mais une loi faite par un parti contre un autre parti. La loi tendancieuse supprime l’égalité des citoyens devant la loi. C’est une loi qui divise au lieu d’unir, et toutes les lois qui divisent sont réactionnaires. Ce n’est pas une loi, mais un privilège. (...)
Et comment faut-il exécuter une loi de ce genre ? Par un moyen plus révoltant que la loi même, par des espions, ou en convenant préalablement que des écoles littéraires tout entières doivent être tenues pour suspectes, sous réserve, s’entend, de rechercher à quelle école appartient tel individu.
(...)Cette loi érige le censeur, à la place de Dieu, en juge du cœur. »
Remarques à propos de la récente instruction prussienne sur la censure par un citoyen rhénan

Mais, dans notre combat pour son abrogation, n’ayons garde d’oublier que :
1° « l’arme de la critique ne saurait remplacer la critique des armes ; la force matérielle ne peut être abattue que par la force matérielle ; mais la théorie se change, elle aussi, en force matérielle, dés qu’elle pénètre les masses. La théorie est capable de pénétrer les masses dès qu’elle procède par des démonstrations ad hominem, et elle fait des démonstrations ad hominem dès qu’elle devient radicale. Etre radical, c’est prendre les choses par la racine. Or, pour l’homme, la racine, c’est l’homme lui-même. »*
[.....]
2° « Ce qui forme le prolétariat, ce n’est pas la pauvreté naturellement existante, mais la pauvreté produite artificiellement ; ce n’est pas la masse machinalement opprimée par le poids de la société, mais la masse résultant de la décomposition aiguë de la société, et surtout de la décomposition aiguë de la classe moyenne . »*

Sur l’appellation non contrôlée de cette loi abjecte.

Il convient, selon nous, de l’affubler de son patronyme complet : Fabius-Gayssot.
En premier lieu parce que Monsieur Fabius en fut un des pères fondateurs avec messieurs Pierre Vidal-Naquet, Serge Klarsfeld, Robert Badinter et l’immense rabbin Sirat .
En effet, depuis longtemps l’avocat-chasseur de nazillons devant l‘Eternel, l’immense Serge Klarsfeld, fomentait un tel projet homicide. Déjà dans les années 70, pour l’Allemagne honnie, il lançait l’idée d’une loi dite « du mensonge d’Auschwitz ».
Quant à l’immense helléniste, et néanmoins immense historien, le regretté Pierre Vidal-Naquet, il est l‘auteur de l’immortelle « déclaration d’historiens » qui achevait son lecteur par ce coup de hache d’une rigueur imparable :« Il ne faut pas se demander comment, techniquement, un tel meurtre de masse a été possible. Il a été possible techniquement puisqu’il a eu lieu. » Le Monde, 21 février 1979.
Ainsi, dès 1987, Laurent Fabius prenait l’initiative de proposer au Parlement une « loi contre les négateurs ».
Sans doute l’instigateur effectif, l’agent infectieux repérable après la grosse fièvre de Carpentras est bien le stalinien Gayssot. Mais cette Loi-déni de justice, qui fait de chacun de nous un sous-chien soit « un être abaissé, asservi, abandonné, méprisable, qu’on ne peut mieux dépeindre qu’en lui appliquant la boutade d’un Français à l’occasion de l’établissement projeté d’une taxe sur les chiens "Pauvres chiens ! on veut vous traiter comme des hommes !" »*, cette sale loi mérite aussi son appellation Fabius-Gayssot pour la raison que Gayssot « est un Shylock, mais Shylock le valet, [qui] jure, pour chaque livre de chair découpée dans le cœur du peuple, sur son apparence historique, sur son apparence ["communiste et française"](1). »*
Félix Niesche

*Citations tirées de l’introduction à la Contribution à la critique de La philosophie du droit de Hegel
(1) "Germanique et chrétienne" dans le texte de Marx.

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #177
    le 01/01/2011 par LU6FER
    La loi gayssot au risque de MARX

    Bonjour .
    Très beau et bon réquisitoire mais....la parole est elle encore un moyen ?
    Le marxisme , cette partie de l’ Histoire entre aujourd’hui dans le faisceau de faits convergeant depuis 1850 en ce point focal que fut oct 1918 pour le temps et le premier soviet de Moscou pour le lieux .
    De même que la vérité sur 911 impliquera une totale ré écriture de toute l’ histoire des premières années du XXIèm , la vérité qui émerge en ce moment sur la planification des grandes catastrophes humaines des 200 dernières années par une unique famille de banquiers implique un ré-examen total des valeurs accordées jusqu’ici aux faits , évènements et individus de ce passé là .
    On découvre en effet une préparation à très long terme ( au delà d’une génération , dans cette famille ) de vengeances et de crimes de masse méticuleusement tricotés et de façon très hautement dissimulée . Le seul fil , vecteur de cette puissance capable de détruire des peuples entiers , est l’ argent et l’ art médiatique .
    Cet ensemble capable de faire d’Einstein un héros de la rue et de Poincarré un inconnu , ou de faire d’ un Karl Marx une puissance internationale . Car - contrairement à la croyance populaire - écrire un livre , si puissant fut-il , ne suffit pas à lancer un mouvement de la puissance de celui qui renversa et extermina le Tsar et provoqua co-latéralement le monstrueux massacre de la WWI .
    On découvre en ce moment , comment une famille de banquiers , spécialisée dans le bénéfice de guerre puis le contrôle de la monnaie des États , a organisé avec un art remarquable tout ce qui a abouti à 74 ans de régime de mort sur le plus grand pays d’occident : la Russie .
    C’est une ré-écriture de toute l’Épinal du communisme qui doit être entreprise , car depuis l’ énorme floc qu’annonçait la lettre de Baruch Lévy à Karl Marx , l’ histoire révélée de la famille Rothschild ne permet plus aujourd’hui , hélas , de continuer à croire que l’ altruisme humanitaire fut le moteur du communisme .

    Le globalisme étant aujourd’hui imposé par ces mêmes moyens , et une foule de similitudes en stratégie et méthodes de prise de contrôle planétaire ne permettent plus d’ignorer qui est la puissance maitresse . Celle là même pour laquelle les deux guerres mondiales ne furent que des "effets collatéraux " , ces "quelques œufs cassés " nécessaire à l’ omelette qu’ils se préparaient sur le cadavre de toute une humanité .

    Aborder aujourd’hui n’importe quel aspect du communisme ou des Marxismes , ne peut désormais plus se faire en ignorant le projet réel qui gonflait la paille de ces bons sentiments . Le sionisme , sous forme d’ une hiérarchie raciale proche de celle d’un nazisme à stratégie bancaire semblent se révéler comme vraie nature des forces agissantes sous le voile de tous les marxismes et aujourd’hui sous cet autre parure nommée Globalisme ou Libéralisme .
    Ce n’est plus un débat d’ idées , mais une guerre civile à outrance pour un pouvoir totalitaire . Tant que médias et usurpation des pouvoirs suffisent , on restera dans cette apparence , mais qu’une résistance déborde du cadre , et la force brutale est là , toute prête.
    Sarkozy avait reçu Giddon Ezra , au lendemain de son élection.