Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le FBI organise presque tous les complots terroristes aux États-Unis

Russia Today, 9 septembre 2011 – Traduction E&R

Le FBI emploie aujourd’hui 15 000 agents sous couverture, soit dix fois plus qu’en 1975. Si vous pensez que ça fait un peu trop d’espions – espions qui gagnent jusqu’à 100 000 $ par mission –, vous pourrez facilement vérifier tout ce qu’ils ont accompli : ils ont empêché un nombre impressionnant d’attentats terroristes et de catastrophes dans la veine du 11 Septembre de se produire sur le sol américain. Ces agents sont néanmoins responsables d’autre chose : la préparation même de ces attentats.

Au cours des dernières années, le FBI a utilisé des informateurs entraînés non seulement pour filer les terroristes présumés, mais pour les piéger dès le départ. Un récent rapport produit par Mother Jones et l’Investigative Reporting Program de l’université de Berkeley en Californie analyse des statistiques très éloquentes sur le rôle des informateurs du FBI dans les affaires de terrorisme dont s’est occupé le Bureau dans la dernière décennie, depuis les attaques du 11 Septembre.

Le rapport révèle que le FBI infiltre régulièrement des communautés où il suspecte des individus au potentiel terroriste de se lier à d’autres. Quelles que soient les intentions réelles de leurs cibles, les agents sont envoyés dans ces communautés pour s’y intégrer, trouver des suspects qui pourraient potentiellement mener des attaques de type « loup solitaire » et plus ou moins les encourager à le faire. En fournissant des armes, des fonds et un plan, les agents dirigés par le FBI encourageront des individus, qui ne l’auraient pas fait tout seuls, à participer à la préparation d’attaques terroristes, mais seulement dans le but de les arrêter avant qu’un quelconque événement ne se soit produit.

De plus, un ancien officiel de haut rang du FBI a confié à Mother Jones que pour chaque informateur officiellement employé par le Bureau, jusqu’à trois agents travaillent – non-officiellement – sous couverture.

Le FBI a utilisé ces informateurs pour préparer puis empêcher plusieurs des plus grandes attaques potentielles de ces dernières années. Le rapport révèle que les tentatives d’attaque à la bombe dans le métro de Washington, dans celui de New York, la tentative de détruire le Sears Tower de Chicago et beaucoup d’autres ont toutes été orchestrées par des agents du FBI. En réalité, d’après le rapport, seulement trois des complots terroristes de la dernière décennie n’ont pas été planifiés par des agents en relation avec le FBI.

Le rapport révèle que dans la plupart des cas, d’importants rendez-vous entre les informateurs et les participants inconnus se font volontairement hors enregistrement, pour éviter toute possibilité que l’accusation de piège puisse provoquer l’écroulement de l’affaire. La plus élaborée des manigances du FBI fut peut-être l’affaire des « Quatre de Newburgh ». Dans la banlieue de New York, un informateur a infiltré une communauté musulmane et y a engagé quatre hommes pour mener une série d’attaques. Ces hommes ne les ont peut-être jamais menées, mais quand l’informateur leur a proposé un plan et une paire de missiles, ils ont accepté. Les avocats de la défense ont hurlé au piège, mais les accusés ont quand même été condamnés à 25 ans de prison chacun.

« Le problème avec les cas dont on parle est que les accusés n’auraient rien fait du tout si les agents du gouvernement ne leur avaient pas mis des coups de pied au cul », a déclaré Martin Stolar à Mother Jones. Stolar représentait le suspect impliqué dans la préparation d’un attentat à la bombe à New York, qui avait été monté de toutes pièces par des agents du FBI. « Ils créent des affaires criminelles pour les résoudre et ainsi se proclamer victorieux dans la guerre contre la terreur. » De son côté, le FBI affirme que cette méthode est un plan de « préemption », de « prévention » et de « perturbation » (disruption).

Le rapport révèle aussi que sur les cinq cents et quelques poursuites judiciaires reliées au terrorisme qui ont été analysées, près de la moitié ont impliqué l’utilisation d’informateurs, dont la plupart ont travaillé pour le FBI en échange d’argent ou pour effacer des casiers criminels. Dans les 158 poursuites judiciaires qui ont abouti, 49 accusés ont participé à des complots que des agents provocateurs [1] ont arrangés pour le FBI.

Des experts font remarquer que les chances de gagner un procès en terrorisme, qu’il se soit agi d’un piège ou non, sont quasi inexistantes. « Les conspirations auxquelles les individus sont accusés d’avoir pris part – attaques contre le métro ou plan pour détruire des immeubles à la bombe – sont tellement effrayantes qu’elles peuvent submerger un jury », a dit à Mother Jones David Cole, professeur à l’université de Georgetown. Depuis le 11 Septembre, presque deux tiers des affaires liées au terrorisme se sont terminées par des accusés plaidant coupable. « Ils ne disent pas “Je me suis fait avoir” ou “J’ai été immature” », fait remarquer un membre du FBI à la retraite.

Tous ces individus plaidant coupable se sont souvent simplement retrouvés au bon endroit au mauvais moment. Farhana Khera, du collectif Muslim Advocate, note que les agents vont « à la pêche » dans des mosquées, juste pour voir s’ils peuvent trouver un intérêt dans ces communautés. « Le FBI dit maintenant à ses agents qu’ils peuvent aller dans les maisons ou les lieux de culte sans même aucune présomption », dit Khera. « Cela soulève de nombreuses questions constitutionnelles. »

Depuis la fabrication de toutes pièces jusqu’au grand dénouement, ce genre d’opération déborde de problèmes constitutionnels. Une décennie après le 11 Septembre, cependant , le FBI déploie tous les moyens à sa disposition pour empêcher les terroristes – ou ceux qu’il croit susceptibles de le devenir un jour – de blesser l’Amérique.

Prolonger l’article avec Kontre Kulture :

Notes

[1] En français dans le texte.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • 2 morts, et les merdias en font la une partout dans le monde !!!

    30 enfants tués par l’OTAN en afpak : RIEN !!!

     

    • Si, sur canal plus, journal d’Emilie Besse, une image de 3 secondes sur l’attentat dans la rubrique "Le monde en trois images". Ou comment on évoque la mort de 50 basanés comme on remplit la rubrique des chiens écrasés pendant qu’on fait une édition spéciale sur Boston et sur le gamin de 8 ans blanc qui est mort aux Etats-Unis !
      Après tout, 50 basanés, on s’en branle total, ça intéresse pas la ménagère de moins de 50 ans, ce sont des terroristes, c’est bien fait pour leur gueule !
      Inutile de préciser dès lors pourquoi j’arrête pas de dire que nous avons des médias de masse décérébrant et racialiste, ça ne m’étonne pas que chaque fois qu’Israel est évoqué en des termes négatifs on soit taxer d’antisémites, parce qu’après tout on juge par rapport à soi-même !


    • "afpak"

      Pourquoi utiliser les termes méprisant (et révélateur d’inculture) des américains ?

      L’Afghanistan et le Pakistan sont des pays suffisamment complexes (culturellement, sociologiquement et politiquement) pour être énoncés via un terme blougiboulguesque.


    • Euh ouais... en même temps tu fais deux lignes sur le sujet accompagnées d’une photo floue et tu as 200 types qui commentent, analysent, spéculent, tirent des conclusions....

      Les "merdias" ont bon dos. Sur "l’afpak" c’est juste que objectivement tout le monde s’en fout, un journal qui ferait des unes régulières sur les attentats commis au Pakistan ou en Iran déposerait le bilan au bout de quelques semaines. Il est facile de trouver les infos sur internet en fouillant un peu.

      C’est comme les personnes obèses qui se disent victimes de l’industrie alimentaire ou de la publicité en oubliant qu’elles ont aussi la possibilité de ne pas s’empiffrer de saloperies, d’avoir une activité physique ou sportive et de mettre au rebut la télévision, comme toutes les personnes saines d’esprit.

      Les "merdias" font des unes parce que - en gros - vous adorez ça. Comme dirait Soral, vous devenez des "consommateurs" passifs de spectacles, de mises en scène, de productions, de complots, de "false flag". Et comme une accoutumance se créé, il faut augmenter les doses progressivement.

      Moi je me désintéresse foutraquement de toutes ces histoires, comme quoi c’est possible.

      D’ailleurs j’avoue que je commence à ne plus pouvoir voir en peinture des anglicismes tels que false flag (c’est trop demandé de dire "sous faux pavillon" ou "sous faux drapeau" ?), afpak (néologisme purement pentagonien) et j’en passe...

      Quand on commence à utiliser les concepts et les mots de l’adversaire...


    • à @Tremah :

      Pas d’accord avec toi Tremah.

      Les journalistes devraient nous informer de ces choses. Enquêter. Dénoncer les commanditaires. Découvrir les rouages du système. Organiser des débats. Laissez les Français se faire une opinion sur des faits avérés et non pas sur les salades qu’ils nous balancent comme on balance un os à un clebs. Ne pas manipuler l’opinion.

      Combien de gens savent-ils par exemple que pendant qu’on dénonçait Bachar el-assad en 2011 comme tyran sanguinaire avec 10 000 morts en Syrie au début de la guerre (plus de 60 000 au final), en fait guerre organisée par les islamos-sionistes de la … CIA, la guerre civile des barons de la drogue au Mexique, organisée par la … CIA, depuis 2006, totalisait plus de 50 000 morts ?

      Deux poids deux mesures pour l’info :

      Un homme à abattre d’un côté et de l’autre une guerre entière en mode « Black Op ».

      Comment cela est-il possible ?

      Les journalistes en réalité n’en sont pas. Ce sont des «  journalopes  ». Des prostitués du pouvoir en place. Des lâches et des ordures. Des empoisonneurs. Il faut les sortir, y’a pas moyen.

      Que les gens soient adultes et responsables de leur degré d’information ou manipulés, en revanche, ça se discute.

      Mais bon … je coupe le cheveu en quatre … je comprends ton ras-le-bol.


  • Je comprends pourquoi certains américains appellent le FBI Federal Bureau of Israel

     

  • Je lis :
    "Le rapport révèle que le FBI infiltre régulièrement des communautés où il suspecte des individus..."
    Alors soit le FBI est nul !
    Soit le FBI a commandité cet attentat !


  • Les cow-boys du FBI et leurs potes de la CIA ont pondus ce qu’il y a eu de plus pourri dans l’histoire de l’humanité. Normal, leurs commanditaires sont les crapules dégénérées de l’oligarchie économique et financière mondialiste.


  • L’université de Berkeley est un nid de négationo-confusionistes.

    En plus intervient un David Cole (homonymie extrêmement suspecte). Il a été formé à Yale. C’est cette université qui a mis en ligne de faux-documents afin de nuire à l’évidence du premier témoignage (pp. 413-414) spontané de l’existence des chambres à gaz par le maître d’œuvre lui-même.

    Heureusement que Caroline Fourest veille pour nous éviter d’être intoxiqué par la propagande conspirationniste.


  • Si effectivement les USA emploient autant d’agents entraînés à l’art de la destruction, comment se fait-il qu’aucune information n’a fuité ?

    Utiliser autant d’hommes dans des projets aussi obscures est forcément risqué. Ces agents, sont-ils tous dépourvus de sensibilité et de conscience ?

     

    • C’est vrai que le risque croît théoriquement avec le nombre de personnes impliquées, mais je vois plusieurs raisons à l’absence de fuites - du moins en apparence :
      1) Les motivations des collaborateurs (agents et informateurs) sont à la fois pécuniaires et ’morales’.
      a. Ces agents sont dans une situation similaire aux avocats de la défense vis-à-vis de leurs clients, en ceci qu’ils ont directement intérêt à ce que les potentiels terroristes passent à l’acte - sans affaire, pas de travail.
      b. En plus ils croient en ce qu’ils font, sinon ils n’auraient pas été cooptés par le FBI. Il faut aussi se représenter le climat dans lequel les étasuniens vivent : la peur constante ; je crois qu’il serait erroné de croire que les internes des agences sont moins manipulables qu’un citoyen lambda, voire qu’ils le sont d’autant plus de part leur surexposition au message antiterroriste.

      2) La gestion interne des collaborateurs suit un principe d’isolation, comme dans toutes les agences gouvernementales critiques, ne donnant seulement autant information que nécessaire. Cela fait que personne ’de bas niveau’ n’a accès à toutes les informations nécessaires pour faire les recoupements.
      De plus, il faut savoir qu’ils passent par un -très- long processus de sélection qui filtre les éléments ’incompatibles’.

      3) Les collaborateurs sont non seulement formés à la protection d’information, mais ils sont suivis de près et chacune de leur actions est notée (leurs ordinateurs et portables sont sous contrôle du bureau, chacune de leur entrées et sorties sont enregistrées) ; s’il y a une fuite, il est facile de savoir d’où elle vient et, comme les sanctions sont extrêmement fortes, les gens se taisent même s’il leur venait un soupçon d’humanité.

      L’absence de fuites visibles ne permet pas de conclure qu’elles n’existent pas. Il est d’ailleurs évident qu’elles existent, mais à une échelle minuscule : au sein de la famille proche, des collègues et des amis.
      Pour diffuser une information, il faut avoir un médium. Aucun des médias ne peut garantir l’anonymat d’un "lanceur d’alerte".
      Le problème fondamental de l’information aujourd’hui, c’est sa surabondance ; ainsi, les informations critiques se fondent très souvent dans la masse et, même si elles sont accessibles, la quantité de ’bruit’ empêche le recoupement d’information, donc de prouver quoi que ce soit.

      J’espère avoir apporté un élément de réponse. J’encourage chacun à énumérer ce que j’ai omis.


  • C’est ballot quand même :
    ces terroristes semblent avoir oublié de revendiquer l’acte.
    Ni avant, ni après, rien qui dise "pourquoi".


  • Tous les partis et surtout les groupuscules complotistes pullulent de bourriques et d’informateurs . J’ai connu un gars qui militait au sein d’un groupuscule, il me disait que chaque fois que le bureau politique demandait un volontaire pour une "mission", c’était le gars des RG qui levait la main !


  • Je pense que la vingtaine d’Arabes qui a fait sauter les Tours ont été manipulés dès le début, pour une raison qui va en choquer plus d’un : je ne crois pas les Arabes capables du secret et de la compétence nécessaires pour réaliser un tel exploit .

     

  • Effectivement, c’est quand même sacrément vicelard, mettre une bombe entre les mains d’un type, et l’arrêter au moment où il va la poser pour l’accuser de terrorisme. Qui est le coupable dans l’histoire : celui qui accepte la bombe ou celui qui lui fournit ? Qui est le terroriste ?
    Quand on veut noyer son chien on l’accuse d’avoir la rage, mais en plus on lui injecte le virus ! de mieux en mieux...

     

    • Il est pas nécessaire que la question se pose en ces termes.
      Si la question se pose, ce dont on peut douter de la part d’un quotidien russe (et c’est de bonne guerre, en suivant votre raisonnement, si propagande il y a, il y a, en revanche, aucune raison qu’elle soit unilatérale) ne devriez vous pas la poser par comparaison ?
      Doit en vouloir à la BNP d’être placée sur le chemin d’un braqueur ? Votre raisonnement consiste à dire (exemple volontairement empirique) que c’est la faute de l’éducation nationale, de l’urbanisme et des enfants si une école est située a côté de la maison d’un pédophile.
      On peut vouloir noyer son chien pour différentes raisons, qui ne se valent pas nécessairement et qui justifient, peut-être, -pour certaines- la noyade.
      Notez que je ne dis pas que ce genre d’opération n’a pas eu lieu, ce n’est pas mon propos.
      Quand bien même, ce n’est pas parce que des barbouzages que l’article dénonce ont eu lieu que celui de boston en est obligatoirement un. Si vous crevez un pneu sur la route un jour, allez vous changer aussi un pneu la panne suivante même si, potentiellement, c’est votre radiateur le fautif ? Ça n’a pas de sens.


  • Voilà pourquoi il faut fuir ces dingos qui souhaitent passer à l’activisme violent. C’est non seulement complètement inefficace mais en plus les types peuvent être des agents infiltrés cherchant à dévoyer des éléments subversifs afin de les neutraliser et les mettre hors jeu.
    L’individualisme, le subjectivisme...la philosophie du "MOI JE"...fait que le gens sombrent dans une espèce de délire mégalomaniaque se prenant pour des petits dieux, des super héros capables de représenter une menace pour le système alors qu’ils ne sont que des prolos plus aliénés encore qu’un clodo créchant sous un pont.
    Donc répétons-le, jamais un système établi n’a été renversé en posant des bombinettes ni même en assassinant quelques personnalités de ci et delà par des groupes d’individus isolés.


  • Tactique élémentaire. Ça n’a rien de scandaleux, ni d’exclusif, une lecture aristotélicienne de la chose ne pourrait que conduire à une déduction en forme de certitude absolue folklorique et idéologique. l’une des possibilités n’en empêchant pas des milliers d’autres (a moins de réfléchir comme au XVIIIe), la création, ou l’incitation -plus sérieusement-, n’indique pas que TOUT est ainsi. Le rapport basique de cause a effet, superstitieux, est un fléau et sans doute un symptôme de manque, brut, d’intelligence. (ce que recherche la publication de l’article après les événements de Boston) et relève du bidouillage médiatique de bas étages et, a vrai dire de la malhonnêteté intellectuelle via un vulgaire procédé d’association d’idées. Praxis : quand je lis l’article, recontextualisé, je pense confessions intimes - remi gaillard.
    Bref... a chacun ses méthodes...
    Ce qui est scandaleux, serait de ne pas concevoir qu’une nation utilise des moyens clandestins à son profit, et, a moins de se croire bisounours ou de vivre dans un nuage rose ou encore d’avoir le QI d’une huitre et/ou la culture d’un producteur de TF1, c’est la moindre des choses pour maintenir son intégrité ou son hégémonie. Qui voudrait vivre dans une telle nation de baltringues bonne a se faire enfiler en permanence ?
    C’est le règne du mensonge, surtout pour ceux qui découvrent brusquement le jeu d’ombres, comme s’il était tout a fait nouveau. Cet article n’apporte rien (sinon une vague polémique, du reste les faits datent d’à peu prés deux ans) que les récits antiques, médiévaux, ou traités stratégiques (je pense au Chinois par exemple) n’aient déjà maintes fois expliqués. D’autant qu’une brève lecture d’historiens américains, de criminologues ou même d’Elroy propose une histoire similaire avec Cosa Nostra, les mouvements noirs ou les coco (largement étoffés de preuves et sans fantasmes y compris chez Elroy). Bref, un pétard mouillé qui fait de jolies couleurs, fragrance patchouli réchauffé et doit faire vibrer la quequette du "révolté", en lui rappelant vaguement à l’esprit, sous couvert de moralité, qu’il ne doit pas oublier de demeurer absolument émotif dans sa représentation du monde et, au passage, pourquoi pas, gueuler un peu sans raison sur l’un ou l’autre.
    "il est toujours bon de voire poindre un sourire chez ces édentés" doit penser le poster de l’article.


  • ça se passe aussi chez nous , l’infiltration et le renseignement sont à la base de la lutte anti terroriste , maintenant si on prie dans sa mosquée et qu’on envoie ch... celui qui vous propose des bombes et des plans terroristes , il y a pas d’embrouilles , ceux qui mordent à l’hameçon sont responsables de leurs actes , après le coté minority report est toujours dangereux pour la liberté , là en l’occurrence je vois rien de choquant , le mec se fait piéger et bien tant pis pour lui .

     

    • Bonsoir,

      La vérité n’est pas toujours aussi simple, dans le cas par exemple des "4 de Newburgh", il était avéré que les suspects n’ont mordu à l’hameçon que parce qu’ils étaient déséquilibrés mentaux et/ou dans une misère terrible qui leur aurait fait accepter n’importe quelle source de revenus.
      L’un de ces 4 terroristes, par exemple, faisait tout pour éviter l’informateur qui lui proposait toute sorte de complot, et prétendait ne pas recevoir ses coups de fil, il avait même arrêté de fréquenter la mosquée pour ne plus le voir.
      C’est quand un membre de sa famille a eu besoin d’un transplant d’organe (sans en avoir les moyens ni avoir de mutuelle ...) qu’il a accepté le cash pour faire des attentats terroristes, et là encore, l’informateur a admis devoir le sermonner très fréquemment car le pauvre bougre faisait tout pour ne pas appliquer les directives de son mentor...


  • #388397

    Explication d’Aymeric Chauprade :

    http://www.youtube.com/watch?v=OsAJ...

    A voir absolument.


  • Donc si j’ai bien compris, ils trouvent eux-mêmes et sélectionnent leurs "terroristes", orchestrent les "actes terroristes" à leur guise, ont donc leurs boucs émissaires par la suite, tout en manipulant et façonnant l’opinion publique et donc à conditionner le peuple Américain voir le monde entier à penser ainsi ou comme cela, à détester tel ou tel religion (Islam) ?

    Bah dit donc, c’est bien abject tout ça...


  • a partir d’une contradiction tu peux prouver n’importe quoi hein ...

    c’est quoi ces "strategies" a la con ?


  • Article très intéressant et hélas véridique.

    La même politique d’encouragement au "passage à l’acte" est légale et en application sur la prostitution aux States (je crois en Californie entre autres à vérifier). Des policières mignonnes et en tenue affriolante (mini-jupe, décolleté pigeonnant) se dandinent et aguichent de pauvres péquins dans les banlieues américaines... La policière qui se fait passer pour une pute se balade sur un trottoir, attire le malheureux qui a eu la chance de passer par là, ils se retirent dans un coin isolé et HOP ! Les collègues flics débarquent et le mec se retrouve la tête dans le caniveau écrasé par le genou d’un ranger (quand il n’est pas tazé...) et passera quelques années en prison pour "client de prostitution"...

    Elle est pas belle la vie ?^^ Le mec n’avait rien demandé, il passait par là, il se fait allumer par une s... et a le malheur de rester 2mn en sa compagnie et bingo, il dormira en taule le soir même. "ça se passe comme ça... chez Oncle Saaam chez oncle Saaaaam"

    Voilà le pays qui se réclame du modèle de démocratie ultime dans le monde... Un pays de dégénérés devenu complètement fou y compris envers ses propres citoyens. Je ne peux plus les voir, ils m’insupportent avec leur obésité et leur arrogance sans fin. Et toutes ces opérations sous false flag + grotesques les unes après les autres... Stop, basta... FUCK USA !


  • A l’Ouest, rien de nouveau !... 90% sont une estimation raisonnable de la proportion des attentats dont les auteurs se présentent comme les victimes !... Quoi de surprenant, puisque l’acte se produit sur le terrain de la victime !... Il faut donc que le criminel soit bien audacieux ( et parfaitement "furtif" !...) pour oser attaquer au cœur du dispositif ennemi !... Les Viêt-Cong n’étaient pas des hommes invisibles, mais des milices paysannes qui connaissaient parfaitement le terrain (1) !...

    Or, on sait que ces agresseurs sont des lâches, soyons certains qu’ils sont tous bien en vie ... tant que leurs employeurs y consentiront !... Même l’imaginaire correspondant ( roman policier ou d’espionnage ) est farci de ces manipulations : dans un des derniers épisodes de la série télé "les nouvelles aventures de Vidocq" ( 1973), sa sempiternelle ennemie, "la baronne de St-Gely" fabrique un réseau bonapartiste pour se rendre indispensable aux yeux de la Restauration monarchique et ... détourner des sommes importantes collectées auprès de la bourgeoisie napoléonienne !... ( Une telle conspiration aurait très bien pu exister dans les années 1820, après le décès de l’empereur à Ste-Hélène !...) . Bien réelle par contre sont "les milices du Montana" ... même si, quand on sonne le rassemblement, on ne trouve que 2 hommes au rendez-vous, 2 agents du FBI appartenant à 2 cellules d’infiltration différentes !... Moins "amusant" par contre, les "Quatre de Guilford" ( Irlande du Nord ) en 1974, la "pire" erreur judiciaire du Royaume-Uni !... ( Les véritables auteurs n’ont en fait jamais été cherchés, la "revendication" de l’IRA étant peu vraisemblable ... )

    (1) "cong" était dérivé de "congaï", les petites "fiancées" du colonialisme français !... Une façon péjorative ( et machiste !) de désigner les adolescents combattants qui ne se vendaient pas à l’empire US !... ( Le-dit empire n’a pas retenu la leçon ...)


  • Si l’on a retenu la présence massive de Cubains de l’
    éxil dans la tentative d’invasion de la baie des Cochons en 1961, on connaît moins leur rôle dans les opérations ultérieures de la Central Intelligence Agency (CIA). Du Chili au Nicaragua en passant par le Vietnam, à travers coups d’Etat, assassinats de dirigeants, trafics d’armes et de drogue, ils ont été l’un des instruments les plus secrets et les plus meurtriers de la politique étrangère américaine.

    « Plus vous saurez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur. »
    de Winston Churchill.


  • Qui ne le sait pas que ce sont ceux qui se plaignent du terrorisme qu’ils l’organise...pour lancer une guerre de pillage de richesses. iL n’y a qu’a regarder le rapport final d’enquête sur les attentats du 11septembre et avec quelle amateurisme l’enquête a été bouclée/baclée:10000 pages et 14 lignes sur l’effondrement des tours..la traque de FANTOMAS(BenLaden) (sa vrai-fausse mort..c’est du cinéma Hollywood)pendant ce temps que font les USA des champs d’opium en Afghanistan,où sont les armes de destruction massive en Irak..Bref,nous sommes manipulés avec l’aide de nos médiamenteurs aux ordres de l’axe américano et judéosioniste


Afficher les commentaires suivants