Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
          Contact | Forum | Boutique | Atelier
A A A
imprimer

Quand l’Etat abandonne la santé

La semaine dernière, les médecins libéraux et les internes ont manifesté à Paris après avoir déclenché un mouvement de grèves auquel ils ont mis fin vendredi dernier. Si certains n’y voient qu’un mouvement de protestation de personnes qui seraient favorisées, la réalité est bien différente.

Remise en perspective

Il y a fort à parier que le gouvernement a décidé de déclencher une guerre politicienne en s’en prenant aux dépassements d’honoraire, dans la logique bien sarkozyste qui consiste à trouver un bouc-émissaire (les 35 heures, mai 68, les juges) et poser le débat dans un sens qui lui soit plus favorable. La cible est commode : de riches médecins qui se font payer parfois 3 à 4 fois plus que le plafond de la Sécurité Sociale. Le parfait bouc-émissaire pour étouffer un débat plus vaste.

Bien sûr, il y a des abus à traiter. Mais si le dépassement moyen par acte atteint 14,8 euros à Paris, 8 euros à Lyon, il n’est que de 2,1 euros à Bordeaux ou 1,5 euros à Toulouse. Bref, il s’agit d’un phénomène très concentré. Et il faut rappeler deux choses : la plupart des actes médicaux ont été très peu revalorisés (une appendicite est remboursée 190 euros, 30 de plus qu’en 1992). En outre, l’ensemble des dépassements représente 2,4 milliards d’euros, soit 1,3% des dépenses de santé.

Bien sûr, les revenus des médecins sont élevés, mais outre le fait qu’ils n’ont pas progressé (contrairement à beaucoup de professions CSP+ : finance, avocats…) les comparaisons internationales démontrent que les médecins français ne sont pas spécialement bien traités (notamment les généralistes). En outre, leurs salaires ne sont pas délirants étant donnés la durée extrêmement longue des études, le niveau des charges (près de 50% des revenus) ou l’implication demandée.

Enfin, il ne faut pas oublier que les médecins ne sont pas opposés à des mécanismes de régulation, mais à condition que les tarifs du secteur 1 soient revus, ce qui serait la moindre des choses. Le Bloc, qui a été en pointe de ce mouvement, a fait des propositions équilibrées à la ministre. Il faut également noter que les médecins s’opposent également à la réforme du mécanisme de sanction, qui donnerait la main à l’administration, en en excluant les professionnels de santé.

Selon que vous êtes puissants…

En fait, la question de la santé fait penser au dernier livre de Jospeh Stiglitz qui dénonce les rentes. Car il y a une grande différence entre les différents acteurs. D’une part, les laboratoires pharmaceutiques et les mutuelles continuent à bien se porter et font des profits absolument colossaux. Mais de l’autre, la grande majorité des pharmaciens et même des médecins souffrent d’une dégardation de leurs conditions de travail qui pourrait bien remettre en cause notre système.

Il est plus facile de jeter à la vindicte populaire les médecins que de vraiment traiter les grands sujets… En effet, une étude de la CNAM montre que nous dépensons 114 euros par habitant et par an en médicaments, contre 59 à 94 euros par an pour les autres grands pays comparables. Il y aurait 10 milliards d’économie à trouver ici. En outre, on peut aussi poser la question de l’hôpital dont la gestion ne favorise pas toujours l’économie, notamment du fait de l’implication des élus locaux.

Dernier rappel, on peut également se poser la question des mutuelles, qui brassent aujourd’hui environ 40 milliards d’euros et jusqu’à 25% de frais de gestion (comme l’illustrent les nombreuses campagnes de publicité ou de sponsoring) pour les moins économes. Ici, les gouvernements n’agissent pas et laissent les tarifs s’envoler d’année en année sans la moindre contrainte, les taxes supplémentaires étant payées par les citoyens. De là à voir un deux poids, deux mesures…

Vers une santé à l’anglo-saxonne ?

Nous devons nous poser la question de l’évolution de notre système de santé. La situation actuelle pousse les médecins à abandonner l’exercice libéral de la médecine pour la situation moins inconfortable de l’hôpital, dont ils ne sont que des salariés. Et il n’est pas du tout évident que cela soit conforme à l’intérêt général. Cumulée à la montée en puissance des mutuelles, nous suivons la voie des Etats-Unis, avec une privatisation de la santé qui finit par devenir extrêmement inégalitaire (ce qui ont de l’argent pourront toujours se soigner) car elle provoque une explosion des coûts.

En effet, l’agitation sur les dépassements d’honoraires (2,4 milliards) camoufle la privatisation lente et rampante de la branche maladie de la Sécurité Sociale par la montée en puissance des mutuelles (40 milliards), sans qu’il y ait de véritable débat sur le sujet ou de vrais bilans de leur action. Et si on aboutit à la fin de la médecine libérale, notre pays pourrait finir comme la Grande-Bretagne avec une santé coupée en deux entre une administration bureaucratisée, avec des listes d’attente interminables et un système privé dominé par les grands groupes où seul l’argent compte.

La façon dont le système de santé français veut contrôler la médecine libérale risque d’aboutir à un triple problème : tout d’abord, une moindre disponibilité des médecins, qui préfèreront la protection de l’hôpital ou de grands groupes privés, un coût finalement encore plus élevé car les exigences de rentabilité des groupes privées cotés sont largement supérieures à celles des médecins libéraux qui possédaient autrefois leur outil de travail sans pour autant remettre en cause les rentes en place.

Bien sûr, tout le monde doit faire des efforts, mais ici, la direction prise par le gouvernement (et leurs prédécesseurs) est mauvaise et la protestation des médecins est légitime. Il est incompréhensible que nous prenions la voie prise par les Etats-Unis étant donnée la faillite de leur système de santé.

Pour approfondir avec Kontre Kulture :

 

 



Article ancien.
Les commentaires sont maintenant désactivés



16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #267860
    le 22/11/2012 par picadello
    Quand l’Etat abandonne la santé

    "il y a en France une liberté de conscience"nous dit notre Flan Flan La Tulipe De Hollande.La liberté de se savoir pris pour des nouilles sans pouvoir vous en coller une( sans chantilly, désolé, c’est la crise) monsieur le libéral . Il se peut bien que le peuple en colère prenne lui aussi certaines libéralités reposant sur des instincts parfaitement avouables de survie.Quand les nouveaux féodaux( au Bildelberg les invités de sang noble ont le privilège de pouvoir se faire accompagner d’un membre du même sang) ne pourront plus vous laisser prononcer vos dérisoires répliques en décalage total avec les projets de vos maîtres je rêve que vous ayez à vous en expliquer sérieusement.Malheureusement je crains que le sort des marionnettes dans votre genre c’est de prendre toutes les boîtes de conserve sur la gueule pendant que les marionettistes changent les personnages.

     

  • #267934
    le 22/11/2012 par Ecso
    Quand l’Etat abandonne la santé

    E&R montre ici une fois de plus toute sa clairvoyance sur les sujets d’actualité, quels qu’ils soient. Etant étudiant en médecine, je connais particulièrement le sujet et le traitement des médium est absolument ridicule, sans parler des commentaires de personnes qui n’ont rien compris à la situation et ne font que traiter les médecins de "nantis"...

    La médecine libérale n’est pas forcément vouée à mourir, mais elle doit en tout cas évoluer, muer. Le médecin généraliste seul au fin fond de sa campagne qui pouvait avant exercer son métier est de l’histoire ancienne. Ne serait-ce qu’en prenant en compte les aspects techniques du métier, cette image du médecin reclus dans son cabinet n’est pas viable pour plusieurs raisons, notamment en ce qui concerne la réalisation des examens complémentaires ou encore l’approche multidisciplinaire du patient qui est primordiale et aujourd’hui indispensable, la médecine n’étant qu’une somme de spécialités.


  • #267982
    le 23/11/2012 par Dr Jacques KOTOUJANSKY
    Quand l’Etat abandonne la santé

    Excellent résumé de la situation de la médecine que ce papier.
    Pour mémoire, je rappelle que le tarif "Sécu" de la consultation de base du médecin spécialiste que je suis (gynécologue médico-obstétrico-chirurgical, treize années de formation professionnelle post-bac’, quelques nuits debout pendant et après, et à ce jour vingt-six années d’expérience professionnelle tant en cabinet qu’à l’hôpital public) est de 23 euros (pour une consultation de vingt minutes en moyenne) INCHANGé depuis... 1993 ! Une nuit d’astreinte dite "opérationnelle" à l’hôpital - sur place quand on n’habite pas à moins de cinq minutes de la maternité - donc dérangeable à tout moment notamment pour césariser en urgence une parturiente, est rémunérée... 40 euros pour la présence et 60 euros de plus en cas de césarienne... Ces indemnités fort modestes (!) ne sont pas - il n’y a pas de petites économies pour ces pouvoirs publics donneurs de leçons aux médecins libéraux du secteur 2 (honoraires libres) - comptabilisées pour la retraite complémentaire des praticiens (appelée IRCANTEC).
    Les médecins ne se plaignent pas outre mesure car leurs satisfactions professionnelles de sauver des vies les récompensent de leur peine, et ils se rattrapent (là encore modestement) en "dépassant" les honoraires "Sécu", mais que ces députés très, très bien payés pour ce qu’ils font et ce à quoi ils servent, ou ces ministres impuissants à changer quoi que ce soit à la misère de leurs concitoyens, soient plus modestes dans leur sévérité normative...
    Avis aux candidats à ces métiers ! Que les Français réfléchissent bien avant d’avaler la propagande sur les médecins "nantis" ; ils pourraient bien un jour avoir la médecine qu’ils méritent, au diapason de ce qu’ils sont prêts à dépenser pour elle.
    Au passage, merci à Alain Soral et à E&R pour tout ce qu’ils font pour éveiller les consciences, bien au-delà de la médecine !
    JK

     

    • #268175
      le 23/11/2012 par Barbashoah
      Quand l’Etat abandonne la santé

      15000 euros par mois, les pauvres ! et ils n’ont pas la joie comme les restaurateurs de payer la tva !


    • #268394
      le 23/11/2012 par pff
      Quand l’Etat abandonne la santé

      On comprend le problème : nantis, pas nantis ; privilégiés ou boucs émissaires...
      .
      J’ai beau prendre du recul autant que je peux mais je n’arrive pas à pleurer sur le sort des médecins d’aujourd’hui qui sont plus une partie du problème qu’autre chose.
      .
      Ton cas est bien joli mais on peut aussi empiler les années de formation/expérience/travail pour d’autres professionnels dans d’autres professions moins historiquement choyées que les médecins. Et, comme par hasard, on s’en foutra royalement (médecins compris, que je n’ai jamais vu se battre pour le sort d’autres professionnels). Le travail bien fait et l’expertise ne sont pas l’apanage du médecin, mais bon, avec le chantage à la santé on a un effet de levier hyper-puissant puisque notre instinct n°1 = la survie.
      .
      De plus, faudrait comprendre que c’est dur pour tous le monde et que les euros sont durement gagnés pour tout le monde. Plus pour certains que pour d’autres, parce qu’on sait tous qu’une consultation c’est pas la mine, hein, et 23 euros c’est pas une aumône non plus. Y’en a qui bossent durement pendant 2 à 3 heures pour les gagnés = 120 à 180 minutes. Va donc voir combien sont payés les médecins cubains ; sans pleurnicher et le sourire aux lèvres, compétents et motivés pour aider leurs concitoyens.
      .
      Je passe sur la bonne blague des médecins qui sauvent des vies. Perso, je respecte beaucoup plus mon plombier et les agriculteurs soucieux de produire des produits sains que les pourvoyeurs de médocs de big pharma. Combien de "cas" (puisque tu ne parles jamais des vrais gens) ratés, abîmés, tués ? Perso je ne m’abouche avec mon médecin que si je suis très mal et seulement pour avoir un arrêt et laisser mon corps faire le travail (bonne alimentation, repos, médocs à la poubelle et bons plans d’Au Bon Sens).
      .
      Tu finis sur des menaces à peine voilées parce que, ton pognon, tu le veux, hein. Mais change de boulot mon gars. Vas-y. C’est toi qui ne mérites pas les français qui, eux, méritent des guérisseurs et pas des entreteneurs de maladies. Aujourd’hui, de toute manière, on n’a plus les moyens de vous entretenir, vous, les politiciens, les banquiers etc. (Remarque : à l’assemblée, les députés ne sont-ils pas très souvent issu de vos rangs ?).
      .
      Au fait, le jour où les médecins se soucieront vraiment de santé ils accepteront en toute logique de ne pas se faire payer tant que les patients sont souffrants et de recevoir ces derniers une fois l’an pour entretenir la bonne santé et prévenir la maladie.


    • #269578
      le 25/11/2012 par toubib
      Quand l’Etat abandonne la santé

      Je suis jeune médecin généraliste, je tiens d’abord à remercier E&R pour le travail accompli.
      Je regrette par contre que ce post soit pollué par des paranos qui fantasment sur le salaire des médecins (15000€/mois ???) et un complot medecin/pharma visant à empoisonner les patients !?!
      Nous pratiquons pour la très grande majorité d’entre nous ce métier avec passion, et en a chier pour ça !
      qui a le droit, non le devoir aujourd’hui de bosser plus de 24h d’affilé avec 3 poses de 15 minutes pour bouffer ??? demandez aux internes des hopitaux qui commencent à 1400€/mois à BAC + 6 avec des semaines > 70h
      tu préfères ton plombier ??? il prend combien la nuit pour se déplacer ... 5 fois le prix de ton généraliste à bac +9 ... les jeunes médecins préfèrent aujourd’hui rester remplaçant le plus longtemps possible, pourquoi ???


    • #269595
      le 25/11/2012 par Vivien
      Quand l’Etat abandonne la santé

      Incroyable. Le but de nos dirigeants , qui est de monter le peuple contre le peuple (ici les gens contre les médecins) est à longueur de temps martelé par Alain Soral etc, et vous tombez tous dedans comme les idiots que vous êtes. Les médecins en chient autant que tout le monde en France, et même, si on prend en compte les aléas de leur profession qui est tout à fait singulière n’en déplaise aux cons : plus. En effet, eux quand ils font mal leur boulot les gens peuevnt en crever, et vous semblez croire que ça ne leur fait ni chaud ni froid. C’est horrible de se tromper en médecine, alors qu’en plomberie cest quand même moins grave (et je n’ai rien contre les honnêtes plombiers, qui d’ailleurs facturent plus cher un changement de tuyauterie qu’un chirurgien facture une appendicite).

      Mes pauvres amis, si vous avez vraiment la haine des médecins (comme si tous étaient pourris, insensibles, vendus aux labos et roulant sur l’or) comme pas mal de commentaires en témoignent, ne venez pas vous plaindre quand ça va vraiment peter et qu’il faudra vous soigner ou vous operer. Réfléchissez bien avant de cracher votre venin sur les mauvaises personnes, qui je vous le rappelle sont comme vous et moi des gens du peuple, veulent en général votre bien, et en tous cas ne vous trahissent pas comme vos élus et ne bénéficient d’aucun traitement de faveur si ce n’est un peu plus d’argent honnêtement gagné (rien comparé à ce que gagnent les banquiers, les mecs de la télé, et autres escrocs, sportifs ou "artistes" que vous adorez par pure connerie pendant que votre menuisier local ou votre médecin de campagne pratiquent un art ancestral que vous ne respectez même plus), ce qui au final ne change pas grand chose si vous avez compris ce qui se passe en ce moment. Sinon bien sûr il y a des cons, comme partout.

      En réalité vous vous jetez comme des charognes sur l’une des dernières professions encore réputées prospères financièrement car vous êtes fauchés, mais vous ne voyez pas que ce n est pas eux la cause du probleme, qu’ils vont finir fauchés aussi très bientôt, et qu’ils essaient simplement eux aussi de préserver le peu d’avantages que leur garantissait leur situation qui se dégrade de plus en plus. En gros vous vous battez contre vous même. Allez donc faire votre BAD avec un marabout et le sportif que vous aimez le plus et ne venez plus à l’hôpital, ils ont déjà plus assez de moyens humains pour soigner tous ceux qui viennent ça les soulagera.


    • #269629
      le 25/11/2012 par Vivien
      Quand l’Etat abandonne la santé

      je n’avais même pas lu la fin du commentaire précédent. Tu dis " Aujourd’hui, de toute manière, on n’a plus les moyens de vous entretenir, vous, les politiciens, les banquiers etc. (Remarque : à l’assemblée, les députés ne sont-ils pas très souvent issu de vos rangs ?)." C’est exactement ce que je dis : tu mets dans le même panier les médecins, les politiciens, les banquiers, exactement ce que le pouvoir voulait, comme ça de proche en proche jusqu’à la fin il ne restera plus aucune profession respectable, les français se seront tous entretués au moins mentalement en pensant que leur voisin est un nanti et un pourri ; et cerise sur le gâteau tu prends les traîtres que sont Kouchner etc pour des représentants des médecins qui aimeraient aller en politique. Tu n’avais pas compris (tu dois pas être très futé) : comme le dit bien Soral il faut prendre le meilleur acteur/traître à son propre camp pour faire le sale boulot (un nègre pour défoncer des bougnoules, un médecin pour vendre des organes etc).

      Pourquoi appelle-tu encore le médecin si ce sont des charlatans assoiffés de pouvoir et de fric ? Tu n’es pas cohérent avec toi-même. Je sentirais même un petit complexe d’infériorité, mais je sais pas je suis pas psychiatre. En tous cas je témoigne moi, que mon médecin de famille est un honnête homme, simple, dépressif comme toujours plus de français, et qui en chie commetout le monde. Il gagne plus d’argent que moi, mais il a sauvé la vie de ma petite soeur une nuit.


    • #273932
      le 01/12/2012 par pff
      Quand l’Etat abandonne la santé

      @Vivien



      tu préfères ton plombier ??? il prend combien la nuit pour se déplacer ... 5 fois le prix de ton généraliste à bac +9 ... les jeunes médecins préfèrent aujourd’hui rester remplaçant le plus longtemps possible, pourquoi ???



      Ouais, d’abord je suis pas assez con pour appeler mon plombier en pleine nuit. Je coupe l’eau et j’attends le jour. Deuxio, mon plombier, lui, quand il repart le problème est résolu...sans bac + 9. Alors, ta petite morale tu te la mets là où elle a sa place.


    • #273936
      le 01/12/2012 par pff
      Quand l’Etat abandonne la santé

      @Vivien,
      Je vois que tu es un sensible, un futé et un homme qui sait parler aux gens (« con(s) », « mes pauvres amis », « les idiots que vous êtes », « charognes », « fauchés », …)
      .
      Bon, ton laïus, déjà, dès le départ, je te le dis, c’est de la merde.
      .
      Tu nous enfile des pseudo-arguments bidons en larmoyant pour finir judicieusement avec ta meilleure justification : ta p’tite sœur… et une nuit en plus (pic dramatique). Super ! Tu veux que je chiale ? Va chier avec tes contes à dormir debout.
      .
      Allez, je prends deux minutes pour te répondre, dugland. Le boulot des médecins : ils sauvent des vies, et patatitata… Ben, vois-tu mon plombier sauvent plus de vies qu’eux et n’en fait pas tout un plat. L’électricien aussi. L’éboueur je ne t’en parle pas. Mais pour comprendre ça faut avoir deux sous de jugeotte. Tous ont une conscience morale et professionnelle et méritent leur salaire et même plus. Mais non, toi tu ne vois que le nez qui te sert d’horizon et c’est, au final, encore, l’argent qui te vient à la bouche. L’argent… pour tes chers médecins (de ta famille, ou bien toi-même ? mais tu n’oses montrer le conflit d’intérêt).
      .
      Quand ça pètera ? Bah, tes protégés feront ce qu’ils ont toujours fait : vendre leur « science » au plus offrant et laisser crever le peuple. Révise ton histoire. Je ne compte pas sur eux.
      .
      Ils ne nous trahissent pas ? A bon, ouvre un livre de temps en temps et arrête de t’abreuver à TF1, à moins que tu ne lise que les magazines de salles d’attente (mais le sais-tu…lire ?). Ce sont les mêmes qui chauffent leur gros popotins sur les bancs de l’assemblé. Lorsque l’un d’entre eux se rebelle, ils le lâchent. Un trouveur ? Ils le vilipendent. Non, ils n’ont que ça à la bouche : « j’ai étudié, j’fais des heures, j’veux du pognon. »
      .
      He, tu es sur E&R, tu sais bien qu’on n’aime pas les « banquiers, les mecs de la télé, et autres escrocs, sportifs ou "artistes" » alors arrête ton cinéma. C’est du pilpoul. Nous on dit justement l’inverse : l’art ancestral dont tu parles il est enterré par tes médecins qui ont remplacé nos naturopathes, herboristes, homéopathes, d’antan par de vulgaires allopathes trafiquant de drogues. Tu es plus aveugle qu’un trou de balle ou quoi ? Il est vrai que « bien sûr il y a des cons, comme partout. » et tu sais de quoi tu parles.
      .
      Qu’est-ce qui te fais croire qu’on est fauchés. Et même si c’était le cas ? On voit là tes vrais critères. Et on comprend en quoi tu t’identifie avec tes chers rapaces de docteurs.
      ......


    • #273937
      le 01/12/2012 par pff
      Quand l’Etat abandonne la santé

      (Suite)
      .
      Comme eux, tu nous envoies au diable, crever, hors de l’hôpital (qu’on paye avec nos impôts, ducon), parce que tu choisis d’abord l’argent. « Les moyens humains » dis-tu, joli façon de parler de ceux-celles qui font vraiment le boulot : les infirmières, aides-soignants (marrant, eux ils gagnent pas un argent pourtant tout aussi bien mérité, non ?). T’inquiète, les nids à maladies nosocomiales je te les laisse. Les boucheries industrielles où on t’ouvre le ventre pour rien, où tes chers copains, vulgaires technicien de l’être humain, considèrent les gens comme des cas, des pathologies, et des tiroirs caisses.
      .
      Je ne mets pas les médecins dans le panier des politiciens, banquiers, avocats etc., ils s’y mettent tout seul. Soit ils ont la double ou triple casquette, soit c’est dans la famille que les rôles sont partagés. Renseigne-toi avant d’ouvrir ton clapet à délire. C’est toi qui fantasme sur une espèce de contagion de proche en proche. Non, les autres professions ne sont pas représentées à l’assemblée.
      .
      Les Kouchner et compagnie ? On sait de quelle bande ils viennent. Cependant j’ai rarement entendu les médecins (leur représentants, leurs associations, etc.) les condamner (même jamais).
      .
      Relis-moi, je n’appelle pas le médecin, je vais juste le voir (très rarement) pour lui donner 23 euros afin qu’il prenne 1 minute de son temps pour signer un papier qui m’arrête 2 jours afin que je récupère naturellement. Si c’est plus grave ? Tu peux être sûr que le boulot sera salopé, qu’il y aura des complications, des effets secondaires, et qu’il s’en lavera les mains. Il passe au suivant.
      .
      Complexé ? Et voilà, le summum de l’argumentation : l’attaque ad hominen. Si tu veux, allez, je suis une merde complexée. Mais, à ce compte-là, la réalité du monde d’où je tire mes infos est une merde complexée aussi. Au fait, est-ce que cela retire quoi que ce soit aux arguments que je défends ? Non. Je pourrais être un alien que les arguments attendraient toujours que tu commences à les réfuter.
      .
      Si ça te rassure que ton médecin de famille soit dépressif. Content pour toi. Je comprends que tu es un type vraiment pas complexé et très malin.
      .
      Bien sûr tu finis sur l’argent…quelle surprise. La bourse ou la vie ! (= nouveau serment d’Hippocrate).


  • #268101
    le 23/11/2012 par Didier
    Quand l’Etat abandonne la santé

    ..." des pharmaciens et même des médecins souffrent d’une dégradation de leurs conditions de travail "...

    Les pharmaciens ? Quoi ? Hein(sic) ?

    Quand les banques, les pharmaciens, les opticiens... ouvrent leurs officines en centre ville, (coûts élevés), et que les pharmaciens en questions sont sponsorisés par les laboratoires, je ne vois pas ou leurs conditions financières se dégradent... ?
    De plus, allez donc demander à votre pharmacien de la "vitamine c -L- ascorbique", véritable anti poison et autre vertus exceptionnelle, c’est vous faire passer pour un terroriste de la santé, car dans le cas ou, justement, ce produit serait en vente libre en pharmacie, alors là oui, la vente de médicament annexe (faux et/ou inutiles) qui serait alors en chute libre, mettrait en péril leurs commerces !

    à bon entendeurs.... salut !


  • #268139
    le 23/11/2012 par Giyom
    Quand l’Etat abandonne la santé

    C’est bien de vous réveiller maintenant amis professionnels de la santé !
    Certes, vous n’êtes pas de gros nantis. Oui vous faites beaucoup d’heures après de longues études, etc.
    Certes on vous érige en bouc émissaire et blablabla.

    Moi ce qui m’indigne c’est que vous vous mobilisez aujourd’hui parce qu’on touche au portefeuille
    MAIS VOUS NE VOUS ÊTES JAMAIS SOULEVÉS EN MASSE EN 30 ANS POUR PROTESTER CONTRE LES LABOS QUI NOUS EMPOISONNENT AVEC DES VACCINS ET AUTRES CACHETS TOXIQUES !!
    Si c’est la santé votre principal leitmotiv, où étiez-vous lors du scandale du mediator ? (et autres scandales). Pourquoi si peu de médeçins autour du Dr Moulinier ?

    Complices des labos, vous nous avez intoxiqué, rendus malades, vous continuez aujourd’hui en couvrant les labos.
    Alors à mes yeux, vous pouvez bien crever la gueule ouverte ! Mon malaise vagal, ma phlébite, mon asthme, la sclérose en plaque de ma cousine vous saluent !

     

    • #268506
      le 23/11/2012 par pff
      Quand l’Etat abandonne la santé

      Tout à fait d’accord avec toi. Je n’avais pas assez de place dans mon précédent post pour souligner ce scandale (et je ne voulais pas monopoliser), mais je crois que là est le vrai coeur du problème et, partant, de la rancoeur que le bon peuple nourri contre les chouchous de la vie que sont les médecins : leur trahison de leur serment d’hypocrite.


  • #268202
    le 23/11/2012 par karimbaud
    Quand l’Etat abandonne la santé

    "il est incompréhensible..etc..." dit l’article.....au contraire, c’est tragiquement logique et rien ne saurait changer la voie de destruction de l’état-providence (tous secteurs confondus) que nous ont promis nos maîtres-usuriers !