Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Retour sur "l’affaire Bourarach"

Un article de Libération Mort du vigile : la piste tenace du racisme paru le 10 mai 2010, quelques semaines après la mort de Saïd Bourarach (photo ci-dessus) - ce vigile tabassé et noyé par quatre ou six personnes dans le canal de l’Ourcq - donne un exemple remarquable de la facilité avec laquelle on peut éluder le caractère raciste d’un acte.

On se souviendra peut-être de ce drame, mais sans doute pas de la manière particulière dont la presse a immédiatement lavé de tout soupçon de racisme les auteurs des faits.

Dépités de se voir refuser l’accès à un magasin de bricolage qui venait de fermer quelques minutes plus tôt, plusieurs membres de la communauté juive et se revendiquant comme tels avaient roué de coups un vigile d’origine maghrébine, avant de le jeter ou le laisser - vivant ou mort - dans le canal voisin. On retrouva le corps le lendemain.

Les médias et autres guides de la pensée, toujours prompts à dénoncer les actes racistes, avaient à cette occasion fait preuve d’une singulière prudence, voire d’une dialectique que l’on apprécierait voir observée pour l’analyse de tous les faits divers où l’appartenance religieuse, culturelle ou ethnique des protagonistes peut apporter une explication.

En l’espèce, les agresseurs étaient sans la moindre contestation possible fondamentalement attachés à leur communauté, avec pour au moins l’un d’eux les preuves d’un attachement à un mouvement extrémiste (L’association amicale sportive ou autre dénommée LDJ). Ils le revendiquaient.

Le caractère au moins pour partie raciste de l’agression semblait évident. Certes pas certainement, mais assez pour que la question soit posée.

Libération a dressé un portrait sans complaisance du principal suspect, décrit comme particulièrement violent. Pour le journal, cette violence expliquait à elle seule les faits. Le meurtrier était plus "un jeune de banlieue revendicatif, qu’un dangereux idéologue". Exit la question du racisme ou du communautarisme.

L’article citait aussi l’avis d’un membre de la communauté juive, qui adoptait le même raisonnement : "Ces salauds, puisque c’est comme ça qu’il convient de les qualifier, ne peuvent être assimilés à des militants sionistes. Pour la simple raison qu’ils sont dénués de toute religiosité. Un extrémiste sioniste, tel qu’il se doit, respecte la religion… Les agresseurs de Saïd n’ont rien respecté de cela. Je pense très sincèrement qu’ils n’ont obéi qu’à la haine et qu’ils auraient pu tout aussi bien tabasser un vigile de magasin casher."

En d’autres termes, puisque l’acte était condamnable par la religion de son auteur, celle-ci n’avait pas à être prise en compte pour expliquer les faits. Il en serait de même pour toute idéologie ou culture tribale, lesquelles ne pourraient pas avoir d’influence sur les individus et seraient exemptées de toute responsabilité.

Ce raisonnement se conçoit, puisque le racisme n’explique pas tout et qu’il n’existe pas de dogme appelant à la violence en raison d’une appartenance à un groupe social, religieux ou ethnique, sauf à ce qu’il soit interdit et réprimé par la loi. Alain Soral est parfaitement clair sur le sujet, dans "Comprendre l’Empire" : aucune idéologie ne prône le mal. J’ignore ici volontairement les textes religieux ou politiques qui par bribes légitiment des crimes et appellent au meurtre. Ils datent d’un autre âge et ne sont pas suivis ou enseignés, sauf par des exégètes fanatiques.

L’argumentation contenue dans l’article de Libération écarte bien facilement le racisme, et on devrait pouvoir l’appliquer de manière constante, ce qui n’est hélas pas le cas selon la communauté à laquelle appartient ou est supposée appartenir la victime.

Ainsi, des faits de violence sont lavés de toute connotation raciste, au seul motif qu’ils ne correspondent pas strictement aux règles communautaires du fauteur de troubles.

On aimerait (ou pas) qu’il en soit ainsi pour chaque fait divers comparable, avec la même approche par les médias et autres commentateurs : toute affaire de ce type ne serait plus qu’un simple fait divers de droit commun, sans jamais qu’il faille y rechercher racisme ou xénophobie.

Les autres publications concernant l’affaire Bourarach ont été hélas bien rares, même à l’occasion du deuxième anniversaire du drame.

Une recherche sur le site de la LICRA ne donne qu’un seul résultat, daté du 6 juillet 2010. Il s’agit de la présentation de la réaction d’Alain David, militant associatif, à une manifestation organisée le 29 mai pour réclamer "la vérité et la justice pour Saïd Bourarach".

Pour une organisation dont l’objet déclaré est de lutter contre le racisme, on pouvait s’attendre à lire un article condamnant le crime dont a été victime un maghrébin, apparemment commis par des personnes se déclarant sionistes, et appelant au respect mutuel des origines et croyances, voire simplement de la loi.

Ici, le crime n’est même pas dénoncé. L’auteur ne fait qu’un procès en antisémitisme.

La seule critique est celle faite... aux manifestants ! L’auteur leur reproche de tirer parti du sionisme de l’agresseur, pour justifier un bien supposé antisémitisme. C’est le raccourci, éculé mais pourtant toujours d’actualité, qui est fait entre l’antisionisme et l’antisémitisme.

Le problème n’est pourtant pas là. Il l’est d’abord - pour ne pas dire seulement - dans la motivation raciste en tout ou partie du crime.

Le racisme est pénalement réprimé, et devrait pour la morale universelle et la paix sociale être combattu par chacun. La France ne manque pas d’exemples constants de la dénonciation du racisme, et évidemment de son expression (obligatoirement) la plus ignominieuse qu’est l’antisémitisme.

Mais pourquoi le racisme est-il mis plus ou moins en avant selon le cas, et immédiatement écarté dans celui de Saïd Bourarach ?

Deux poids. Deux mesures. On connait le barème appliqué par la pensée unique.

Au moins, l’exemple de raisonnement donné par Libération et la LICRA est une bonne leçon pour apprendre à motiver sans peine la dénégation d’une accusation de racisme : "Sa religion et son peuple ne sont pas racistes, donc son acte ne peut pas l’être. Ce n’est que pure violence personnelle".

Un moyen aisé, pour se dédouaner de ses actes les plus vils.

Quant à Saïd Bourarach, le message est aussi clair que les derniers mots du "Voyage au bout de nuit" : "qu’on n’en parle plus".

Post-Scriptum :

Puisque l’internet n’oublie rien, tapez le mot "Bourarach" sur vos moteurs de recherche, afin de trouver les articles de presse liés à sa mort. Un vide quasi abyssal, à l’image de ce qu’ont connu sa veuve et ses enfants : pas une lettre de condoléances de son employeur, pas de message ni même d’acte de soutien des pouvoirs publics, pas une aide... aux seules exceptions des initiatives d’E&R et de Dieudonné. Noterons-nous sur nos agendas le prochain anniversaire de sa mort (30 mars) ? Dirons-nous à sa famille qu’elle n’est pas seule ?

 



Article ancien.
Les commentaires sont maintenant désactivés



21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #227653
    le 24/09/2012 par anonyme
    Retour sur "l’affaire Bourarach"

    Paix à son âme,au vue de la photo avec son chien assis de la sorte,ce mec vallait sûrement mieux que les rats qui l’on attaqué à plusieurs...pour ma part,je me suis fait attaquer par cinq types à la sortie d’un bar alors que j’étais avec des filles !,l’un d’eux sort un couteau que je lui arrache,j’en blesse deux,pendant ce temps mes copines appellent la police...C’EST MOI QUI SUIS ALLE EN TAULE alors que je n’avais pas d’antécédents !..vous connaissez la loi sur la légitime défense camarades ?"la réponse doit être proportionnelle à l’attaque "que me dit le procureur de l’empire !je n’avais qu’un cocard,eux ont pris deux coups de leur propre couteau,c’est moi le coupable !voilà la réalité mes amis !...si mr Boucharach avait explosé l’un de ces cafards,il aurait fait l’ouverture du 20heures pour une agression antisémite et serait allé en taule lui aussi !...on parle souvent sur E/R,à juste titre,de ressortir la guillotine,et bien il ne faudra pas oublier les procureurs de la ripoublique,qui parlent au nom de tout,sauf du peuple français...condoléances à la famille Boucharach,c’est horrible cette histoire,cela me rappelle que j’ai bien fait d’avoir découpé des salopards qui attaquent à plusieurs,je le referais si besoin est...et aux admirateurs de "aube dorée"en Grêce qui lynchent à plusieurs un pauvre type,souvenez-vous qu’il n’y a rien de plus lâche et dégueulasse que cette attitude,ce ne sont pas des hommes,sionards ou anti-impérialistes,on n’attaque pas à dix contre un si on est des hommes,point barre

     

    • #228010
      le 24/09/2012 par Piri Reis
      Retour sur "l’affaire Bourarach"

      pourquoi ces gars(ces connards plutôt) t’ont t ils agréssés ?


    • #228255
      le 25/09/2012 par Ben-yamine nethanya
      Retour sur "l’affaire Bourarach"

      attaquer à dix contre un a toujours été la politique des sionistes que ce soit en Palestine occupée ou ailleurs !
      il ne faut pas oublier que les sionistes ont les dirigeants occidentaux à leurs pieds, un meurtre commis par un sioniste est pardonnable, l’inverse n’est pas autorisé !


    • #228322
      le 25/09/2012 par Jérémie
      Retour sur "l’affaire Bourarach"

      C’est marrant, dans mon expérience, au quotidien, il n’y a pas que les "sionards" qui attaquent à dix contre un... Ok pour la réconciliation, mais la réconciliation par la vérité, et toute la vérité les amis ! Paix...


    • #228350
      le 25/09/2012 par Barjal
      Retour sur "l’affaire Bourarach"

      Ta dernière remarque est juste...
      A quand le retour des duels, mais p-ê pas au fleuret mais sur un ring ! Je te réponds aussi parce que tu dis aux adorateurs de "aube dorée", dont je ne suis pas... Mais je respecte leurs combats pour le peuple Grecs, évidemment le petit lièvre que tu lèves, est lamentable, j’espère que nous ne tomberons jamais dans ce genre de travers !
      Désolé pour ce qui t’es arrivé ! Comme pour la famille Bourarach, ce que tu dis est entièrement vrai et j’espère que l’avocat de la défense aura utilisé cet argument mais p-ê était-ce un vendu !


  • #227664
    le 24/09/2012 par Don diego de las vegas
    Retour sur "l’affaire Bourarach"

    "Dépités de se voir refuser l’accès à un magasin de bricolage qui venait de fermer quelques minutes plus tôt, plusieurs membres de la communauté juive et se revendiquant comme tels avaient roué de coups un vigile d’origine maghrébine, avant de le jeter ou le laisser - vivant ou mort - dans le canal voisin. On retrouva le corps le lendemain"
    1/ acte raciste caractérisé sur ce point il n’y a aucun doute c’est une circonstance agravante .
    2/ coups et blessures volontaires ayant entrainné la mort avec intention de la donner......... à savoir que la victime inconsciente fût laissé dans le canal et que la mort par noyade s’ensuivit .
    3/ refus volontaire de porter secours à une victime inconsciente dont la vie était en situation de danger mortel immédiat ...... là aussi je vois mal l’excuse qu’ils pourront apporter sur ce point , pourquoi ne l’ont-ils pas sorti de l’eau avant de s’en aller ?


  • #227684
    le 24/09/2012 par gauloissauvage
    Retour sur "l’affaire Bourarach"

    On est vraiment en décadence...


  • #227688
    le 24/09/2012 par polytriiique
    Retour sur "l’affaire Bourarach"

    Une personnalité juive de haut-rang avait fait bien pire que le journal Libération : le rabin Barnheïm avait parlé de possibles propos antisémites de la part de la victime (qui une fois mort ne risquait pas de le contredire), on a là un exemple type de la fameuse "inversion transfert"...


  • #227730
    le 24/09/2012 par yûnus
    Retour sur "l’affaire Bourarach"

    "Paix à son âme" grâce leur en soi rendu à Dieudonné, Alain Soral, E&R, et toutes les personnes touché de près ou de loin.


  • #227876
    le 24/09/2012 par gather
    Retour sur "l’affaire Bourarach"

    Toutes nos pensees pour sa veuve et ses enfants.
    C’est clair c’est pas le nain de sarko et la fiotte de hollande qui vont faire un discour sur la barbarie, la.


  • #228002
    le 24/09/2012 par abderrahim
    Retour sur "l’affaire Bourarach"

    « Noterons-nous sur nos agendas le prochain anniversaire de sa mort (30 mars) ? Dirons-nous à sa famille qu’elle n’est pas seule ? »

    Oui nous lui montrerons...c’est le moins qu’on puisse faire...


  • #228021
    le 24/09/2012 par titicanar
    Retour sur "l’affaire Bourarach"

    oui paix à son âme, je ne suis pas musulman, mais mes pensées et prières vont à sa famille !


  • #228046
    le 24/09/2012 par Leon
    Retour sur "l’affaire Bourarach"

    Quelles ont été les condamnations ? J ai déjà lu pas mal d’articles je n’arrive pas trouver !
    Je sais que certains ont été liberés .. sous controle judiciaire ou autre...trois fois rien pour un acte de cette ampleur quoi.

    Y’a til eu la moindre condamnation pour "homicide" donc ?


  • #228228
    le 25/09/2012 par siddartha
    Retour sur "l’affaire Bourarach"

    En réponse au Post-Scriptum, taper "Ilan Halimi" sur google et faites la comparaison.

     

    • #230280
      le 28/09/2012 par issa
      Retour sur "l’affaire Bourarach"

      Ilan est aussi une victime de cette oligarchie sioniste car Fofana l’a enlevé parce-qu’il était juif, et pour lui juif est synonyme de nanti. Donc 2 victimes du sionisme, un musulman et un juif !


  • #228262
    le 25/09/2012 par MeDwo
    Retour sur "l’affaire Bourarach"

    Je me rappelle de ce "fait divers". Bien que je regarde le journal assez souvent, j’en avais jamais entendu parler, jusqu’au jour où par hasard, je croise une modeste manifestation d’une poignée d’homme et de femme (peut être moins d’une centaine je sais plus trop) au environs de République à Paris. En lisant cette article, c’est exactement ce que j’avais pensé à l’époque, trop peu d’écho médiatique pour un meurtre. Finalement, même à notre mort nous ne sommes pas égaux selon nos origines ou religion.


  • #228343
    le 25/09/2012 par Barjal
    Retour sur "l’affaire Bourarach"

    Après y a t-il un pilote dans l’avion...

    Faudrait faire un film dans le même genre avec tous ces cas innombrables dont ce policier poignardé par la LDJ pour ne citer que lui !
    Et ce film pourrait s’appeler : Il y a t-il un journaliste en France ?
    Et en sous titre : Ou le royaume des péripatéticiennes !


  • #228654
    le 25/09/2012 par temet nosce
    Retour sur "l’affaire Bourarach"

    Bonjour,
    Je ne connais pas trop l’histoire en détails mais quelqu’un peut me dire s’ils ont tués aussi le chien ,je veux veux dire par là que c’est étrange que le chien n’est pas défendu son maître .

     

    • #229306
      le 26/09/2012 par guillaume
      Retour sur "l’affaire Bourarach"

      Un chien avec une muselière ne pèse par lourd.


    • #229427
      le 26/09/2012 par anonyme
      Retour sur "l’affaire Bourarach"

      @temet Bonne remarque mais non,rien d’étrange que le chien ne l’ai pas défendu si le chien est peureux...et oui la race canine a en commun avec l’humaine d’être composée d’individus courageux,téméraires et d’autres plus trouillards:mon chien,un malinois comme celui de feu mr bourarach(il me semble que c’est un malinois sur la photo),fait partie de la catégorie chien trouillard et ne s’est pas "interposé" lorsque j’ai eu des "accrochages"(dont un sérieux où,à plusieurs contre moi,j’ai fini inconscient) ;de plus le fait d’avoir un chien peureux ne m’a pas empéché de travailler moi aussi dans la sécurité...je vous confirme sur l’honneur que c’est possible de se faire lyncher sans que votre animal n’intervienne...l’histoire finit bien pour moi,je suis vivant et j’ai toujours ma tapète de chien d’ailleurs,mr Bourarach n’a pas eu cette chance lui,paix à son âme,tout se payera un jour ou l’autre pour ces rats d’égouts de pseudo-miliciens qui attaquent à dix contre un


  • #230278
    le 28/09/2012 par issa
    Retour sur "l’affaire Bourarach"

    Tous ces gens auront leur Nuremberg avec BHL en tête, Saïb nous ne t’oublions pas, un jour la Vérité sur ton exécution sera jugée.


Afficher les commentaires suivants