Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

30% des sans-abri nés en France sont des anciens enfants placés

Le scandale de l’abandon des "enfants aidés" à leur majorité

« Nous sommes face en quelque sorte à un scandale économique, financier et éducatif ». Voilà comment Antoine Dulin, vice-président du Cese, le Conseil économique, social et environnemental, qualifie la situation actuelle des jeunes majeurs qui sortent de l’Aide sociale à l’enfance, l’ASE. Les anciens enfants placés représentent 30% des sans-abri nés en France.

 

Face à ce constat, le Cese a rendu ce mercredi [13 juin 2018] un rapport pour apporter des solutions à ces jeunes « souvent “incasables”, qui vont d’institution en institution sans jamais être stabilisés et n’ont pas de prise en charge globale », détaille Antoine Dulin. Ce rapport, qui se veut comme un porte-voix des « jeunes invisibles », a été commandé en mars dernier par le Premier ministre dans le cadre de la stratégie interministérielle sur la protection de l’enfance.

[...]

En France, 300 000 enfants bénéficient d’une mesure de protection de l’enfance. Plus de 20 000 jeunes majeurs sont également concernés. Au total, leur prise en charge représente un budget conséquent. En 2016, 7,3 milliards d’euros, à la charge des départements, y ont été consacrés. Ces jeunes majeurs se retrouvent « souvent livrés à eux-mêmes, selon Antoine Dulin, ils sont soit obligés de retourner dans leur famille, avec les risques que cela comporte, soit il doivent solliciter le 115, le Samu social, les centres d’hébergement d’urgence et sont plongés dans la précarité. Certains départements, faute de moyen financier ou de volonté politique, ne s’en occupent pas. » Légalement, une fois les enfants majeurs, les départements n’ont pas l’obligation de poursuivre l’aide.

Le Conseil propose deux scénarios :

- Modifier le droit commun en garantissant à tous les jeunes de 18 ans, sortant ou non de l’ASE, l’Aide sociale à l’enfance, un parcours d’accompagnement vers l’insertion avec une garantie de ressources. Le Cese avait déjà préconisé en 2017 un « revenu minimum social garanti ».
- Créer un droit spécifique pour les jeunes majeurs sortants de l’ASE, avec une prise en charge jusqu’à la fin des études ou jusqu’au premier emploi, co-financée par l’Etat et les départements.

 

Des contrats jeune majeur efficaces mais plus difficiles à obtenir

Autre préconisation du Cese : généraliser le contrat jeune majeur. Le but de ce contrat est « d’apporter un soutien matériel, éducatif et psychologique aux majeurs âgés de moins de 21 ans confrontés à des difficultés familiales, sociales et éducatives susceptibles de compromettre gravement leur équilibre », selon le code de l’action sociale et des familles.

Ce dispositif accompagne les jeunes entre 18 et 21 ans pour trouver un travail, une formation, tout en les aidant à se loger, à subvenir à leurs besoins et si nécessaire leur offrir un soutien psychologique.

[...]

Mais depuis quelques années, ces contrats seraient de plus en plus difficiles à obtenir pour les jeunes. Certains départements n’en proposent plus, ou les réduisent à 6 mois au lieu de trois ans. C’est ce que constate notamment Anne-Solène Taillardat. Elle est éducatrice spécialisée dans une maison d’enfants en Seine-Saint-Denis. Il y a quelques années, elle a elle-même bénéficié de l’aide sociale à l’enfance. « J’ai passé trois ans en foyer pour adolescents, de 15 à 18 ans, puis j’étais en foyer jeune travailleur, sous contrat jeune majeur », explique-t-elle.

[...]

Dans cette vidéo réalisée pour le Cese, Anne-Solène raconte son parcours :

 

[...]

Une loi a été votée en 2016 pour réformer la protection de l’enfance, dans le but de rendre les dispositifs plus respectueux de l’intérêt et des droits de l’enfant. Mais sur le terrain, les pratiques évoluent lentement. C’est ce qu’avait constaté Aurélie Kieffer lors d’un Magazine de la rédaction consacrée à la protection de l’enfance diffusé en juin 2017 sur France Culture. Elle avait notamment rencontré Magali :

 

[...]

Ce mercredi, Brigitte Bourguignon, députée LaREM du Pas-de-Calais, a déposé une proposition de loi concernant les jeunes majeurs vulnérables, pour que leur accompagnement soit renforcé.

[...]

Brigitte Bourguignon souhaite rendre obligatoire les contrats jeunes majeurs, en cas de cumul des difficultés. Les départements auraient aussi la possibilité de prolonger la prise en charge jusqu’à 25 ans. La proposition de loi sera examinée par la commission des Affaires sociales en juillet prochain.

Lire l’article entier sur franceculture.fr

Sur la pauvreté nationale, lire chez Kontre Kulture :

 

France, championne du monde de la préférence antinationale,
voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je vous invite à lire le livre de Maurice Berger, toujours d’actualité sur "L’échec de la protection de l’enfance" ; ce secteur est un énorme marché financier géré par des associations macrophages qui sont souvent hors de contrôle, avec des Commissaires aux comptes souvent "aveuglés", voire rendus complices, par ceux sensés représenter la "noble mission".
    Et nous n’aborderons pas, les affaires de pédophilie dans les institutions, avec la complicité, ou la lâcheté, de responsables d’établissements ou de cadres de l’ASE.
    Bon, je vais vomir et je reviens...

     

    • Voir aussi du même auteur Maurice Berger....

      De l’incivilité au terrorisme
      Comprendre la violence sans l’excuser......

      PRÉSENTATION DU LIVRE
      Notre société compte de plus en plus d’enfants, d’adolescents, et
      d’adultes capables des pires violences. Enseignants, éducateurs,
      policiers, le disent avec inquiétude : les comportements violents
      sont plus fréquents, plus graves et plus précoces qu’autrefois – que
      ce soit en crèche, en maternelle, au collège, au lycée ou dans la rue.

      De fait, le passage à l’acte, de l’incivilité à la « radicalisation »,
      trouve le plus souvent son origine dans la petite enfance. Comment
      comprendre la violence, et répondre aux légitimes questions
      que, victimes du « politiquement correct », nous osons à peine nous
      poser ? Démarche d’autant plus urgente, qu’il ne s’agit plus désormais
      d’excuser qui que ce soit, mais bien de prévenir la survenue
      d’une situation sociale incontrôlable.

      Maurice Berger, spécialiste internationalement reconnu dans ce
      domaine, expose ici d’une manière accessible à tous, l’état des
      connaissances sur ce sujet. Il propose des actions précises de prévention
      de la violence, ainsi qu’une prise en charge spécifi que des
      sujets qui présentent ce comportement.


    • @ es

      Merci pour ce rappel du livre de Maurice Berger.

      A lire aussi le "roman" "Sans moi" de Marie Desplechins, en fait l’histoire de la jeune femme issue de la DDASS qui s’occupait de ses enfants.


    • Rien que le nom m’amuse.
      Nous ne lirons pas ces livres et encore mieux en faire la pub.
      Pourquoi pad dolto tant qu’on y est.
      De l’incivilité au terrorisme.
      C’est là que je me suis dit , ils sont forts quand même.,... les bergers. :-)
      Ne varietur
      Lavrov.


    • De l’incivilité au terrorisme...
      C’est simple. Faut toujours se battre pour obtenir quoi que ce soit dans cette vie. Ajoutez à cela une pincée de manque d’éducation et vous avez déjà un tueur potentiel dans les mains. Le principe même de la civilisation est de s’émanciper de la jungle hostile. Et nous qu’est ce qu’on fait ? On la cultive. On a beau avoir l’électricité, internet et des satellites, notre civilisation n’est en fait pas très évoluée.


    • Il y’a aussi le livre de Jeanne Choiquier "j’écris pour tous les enfants que j’ai gardé" Protestante et mariée a un pasteur de l’église évangélique de Nation (aujourd’hui décédé) elle y parle de son métier etc... c’est beau hein ? En revanche les gifles par dizaine avec mains dans le dos, les coups de Canne dans la tête, de carabine, de martinet pas une ligne.
      C’est dit.


  • Destruction de la famille ici, destruction de pays dont on déverse (Aquarius=Verseau) ici aussi l’explosion démographique, laquelle bénéficie souvent en priorité du "Droit au logement".
    Le mondial de la misère, voilà l’heureux soros euh sort aux sans-abri reservé...


  • Il est clair que la seule chose qui n’est pas faite, c’est de les aider à s’aider eux-mêmes. Mais peut-être faudrait-il pour cela les mettre en présence de qui en soit capable également. Ce qui est très exactement ce qu’exclue l’organisation sociale dont tous participent bon gré mal gré, qui, à coup d’éducation, de contraintes, mises en demeure, menaces, coercitions tue la volonté et impose l’obéissance. Molle ou dure une dictature reste une dictature que seuls différencient les artéfacts mis en oeuvre pour assurer sa pérénité afin d’accaparement de la Ressource par ceux qui la dominent. L’appareil d’état soumis, au service des dictateurs peut multiplier à l’envie les ’’rapports’’, les plus éminents intellectuels peuvent prononcer objectivement sur l’état de la ’’société’’, ils n’ont aucune véritable influence, on peut le constater factuellement au quotidien, le plafond de verre est étanche et blindé. Et cela durera tant que d’aucuns/nes préfèreront servir que produire (c’est moins fatigant...) et payer que mourir(c’est moins dangereux).


  • #1985458

    Des contrats !
    Mais pas sur un emploi provenant du privé et pas des largesses macroniennes ou mitterrandiennes et donc ...
    Encore et toujours ces souffrances en masses et aussi "ces réputations" de jeunes fainéants comme un peu le reste de la nation mais pas "Moi" !
    Le grand de France. Enfin bref ...
    Puis aussi ?
    Ces rapports de qualité car la gouvernance fait croire à soucis. Les siens. Alors que ?
    Mépris clair et net et depuis fort longtemps y compris en des régimes dits de gauche ou et .... de droite ...
    L’absence d’emplois donc d’entreprises est elle le premier objectif ... peut être de cette gouvernance pour qu’elle ne disparaisse pas noyée ..... dans cette si vaillante jeunesse ? De France ... ?

     

    • Quels emplois et payés combien ? Une fois le loyer et autres charges payés, impôts, transports etc... il reste pratiquement rien pour manger, donc à quoi ça sert de travailler si çà sert qu’à payer puis de rentrer chez soi et se retrouver seul entre ses quatre murs, c’est à cette vie-là qu’on veut nous soumettre ?


  • Les jeunes faisant partie des 30 % ont souvent été mal aimés, maltraités, sans véritable famille d’ancrage. Bien sûr qu’il faut mieux les entourer. Mais qui englobe les 70 % ? Notre jeunesse va mal.


  • Priorité du logement aux migrants d’abord. Nous le constatons aujourd’hui avec cette polémique de l’Aquarius, en quoi Macron viens encore chercher des poux dans la tête des nationalistes italiens ?
    Je peux dire qu’aujourd’hui si j’avais 21 ans je serai peut-être SDF, mais dieu merci je les ai eus à une époque où l’invasion migratoire n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui et l’économie n’était pas en ruine à cause du système UMPS.


  • Vous imaginez les enfants de la GPA et de la PMA. Au US s’ils ne plaisent pas on les refourgue par petites annonces..
    Ils auront pour beaucoup certainement les mêmes problèmes


  • les nations étatisées ont besoin, pour perdurer, se perpétuer, de diviser la société en classes sociales idéalement antagonistes.
    la fabrication du lumpen prolétariat en est le socle.
    toutes ces orgas dégoulinantes de bonnes intentions et de compassion visqueuse ne concourent et ne font que servir ces sociétés étatisées, oppressives pour les individus.
    dites moi si je me "trumpe" !


  • #1985735

    J’ai travaillé dans un établissement qui accueillait des jeunes ayant des troubles du comportement.
    Combien de fois j’ai pu repérer des éducateurs qui faisaient de la "garderie".
    La plupart de ces jeunes sont mal accompagnés, un éducateur n’a pas les compétences nécessaires pour bien les comprendre. Ce ne sont pas des psychologues et je sais qu’ils passent très souvent à côté du problème de l’enfant.
    Ces structures reviennent très chers au Département et j’ai souvent vu des jeunes incompris par l’équipe éducative.
    Je pense tout simplement qu’un seul diplôme d’éducateur ne suffit pas et la vocation d’éducateur est rare.
    En fait, si ces jeunes étaient encadrés par du personnel compétent et au courant des lois, je pense qu’il y aurait moins de dérapages.
    Ces établissements ne sont pas suffisamment contrôlés et il est vrai que les problèmes de pédophilie sont existants et passés sous silence par le reste de l’équipe éducative ainsi que la direction. Dans ces structures, chacun couvre les erreurs de l’autre et c’est silence radio à l’extérieur.
    Je précise que je n’étais pas éducatrice mais cadre administratif et on m’a fait comprendre que parler des problèmes à l’extérieur me coûterait ma place.
    J’ai préféré ne plus exercer dans ce milieu.
    Pour finir, je comprends que ces jeunes se retrouvent malheureusement à la rue et je peux vous assurer que l’équipe éducative ne culpabilise absolument pas. Ces éducateurs disent qu’ils ont mené leur travail à bien et que le jeune ne voulait pas s’en "sortir".

     

    • Moi aussi placé et tout ce qui va avec, violence en moi très à fleur de peau j’essaie de maîtriser j’y arrive, l’adrénaline monte trop facilement, ce que j’ai appris c’est le moins de contacts possible, sauf avec des personnes avec qui tu peux partager des points de vues, des idées.
      heureusement pour moi j’ai toujours été hermétique aux psychologues,
      Je savais que pour moi la voie sociale "normale" me rejetterait, le peu de contacts que j’ai eu avec le cursus "normal" m’a vite fait comprendre qu’il fallait que je trouve ma voie tout seul, j’ai eu des moments de grande solitude, je pensais pas que j’y arriverais, c’etait dur, heureusement j’ai su saisir la main tendu, je dois beaucoup à des gens humains.
      J’ai acquis beaucoup de compétence dans divers domaines, je sais faire à peut près tous les métiers du bâtiment, l’informatique système Linux, et j’ai pris également soin de beaucoup lire et beaucoup d’activité physique toujours discret.
      Mais je demeurerais incompris ’comme beaucoup", j’ai élevé deux filles qui ont fait de belles carrières, je suis trois fois grand père, je vis seul ma famille ne me rends pas visite ou très rarement, alors je me dis qu’il n’y a aucune vérité sur la vie d’un enfant.
      l’essentiel pour moi c’est de ne pas avoir reproduit et reporté sur mes enfants la violence reçue, j’en ai fait de bons moutons méééé méééé.
      Hé oui une enfance malheureuse peut être aussi un chemin initiatique, les SDF placés sont simplement un début ensuite il y aura des SDF avec bac +++ cela adviendra, il n’y pas de raison dans un tel système.
      Salutations à ceux qui ont pris la peine de me lire.


    • @ Raoul : intéressant, votre témoignage, mais pourquoi votre famille ne vous voit pas davantage ?


    • @ giutizia

      C’est le lot de beaucoup de gens surtout les pères bizarrement, la vie d’aujourd’hui, pas grave l’essentiel c’est de dépasser son ego et regarder devant comme nous l’enseigne St Paul : "Oubliant le passé je vais chaque jour de l’avant".
      Tu prends une claque tu te relèves et tu passes à autre chose, sinon tu commences à gamberger et tu n’en sors plus.
      Pour répondre au post ci-dessus, si quelqu’un avait consulté mon dossier il aurait misé sur la prison, comme quoi, je le dirais jamais assez, de ma petite hauteur, il faut lire et s’instruire ne pas avoir peur de la complexité, les choses sont complexes aussi, prendre des raccourcis, les idées simplistes ne mènent à rien.
      La lecture, donne une colonne vertébrale, une ossature, un noyau dur.


  • Les frères kouachi, Medhi nemouche et tant d’autres avaient aussi été placés.
    C’EST un scandale, l’ayant vécu, après un long placement (De mes 18 mois à mes 20 ans)
    Sans rentrer le week-end ou vacances (parce-que y’a plusieurs sortes de placements, certain moins lourd que d’autres etc..)
    Bref , un placement c’est des éducateurs, famille d’accueil, suivi psy (les psychothérapeutes de Paris se remplissent les poches avec des associations comme thélémythe) à 21 ans, famille restante ou orphelin c’est même tarif, si tu ne t’en pas fait une situation avant ou que tu n’as personne tu es un clochard, retournable par le premier barbu ou service spécial. Y’a assez de colère contre les tribunaux, service sociaux etc.. pour 1000 attentats, il manque juste une cause, perso je m’en suis sorti grâce à mon couple mais qu’est ce que j’aurais fait si un mec m’avait retourné ? À coups d’argent, de nourriture, d’un logement, ... il aurait pû me mettre n’importe quoi dans la tête j’aurais certainement pris pour pas me retrouver sous un pont.
    Bref on en parle jamais.
    Avant, l’armée recrutait les anciens placés (la vie en communauté on connaît, et la DASSE ça rend solide)
    Aujourd’hui c daesh
    Renseignez vous

     

    • Merci pour ce témoignage !
      Je confirme !

      Moi-même ayant constaté que beaucoup de meufs en niqab ou sensibles à la propagande salafo-wahabite takfiriste sont des anciennes de la Dass dont un nombre non négligeable de convertis !

      Ça commence par des femmes qui nous repèrent à traîner à la mosquée, nous posent des questions perso (pour nous "profiler") et nous invite à des "cours" de tafsir ou tajwid ou autre hors de la mosquée en appartement et là c’est le lavage de cerveau !
      Certaines ont tenté ou réussi à rejoindre la Syrie entre autres... en attendant les prochaines destinations désignées par l’oligarchie !
      Même système de recrutement parmi d’autres pour les mecs !

      Le wahabisme est la voiture balai de plus en plus d’enfants de la Dass laissés pour compte par la société ! Bienvenue en enfer !


  • #1985821

    @calendula

    En effet, ce n’est pas une vie agréable que de travailler pour payer toutes les charges et se retrouver sans argent mais sans emploi, vous vivriez comment ? Dans la rue ou avec des aides.
    Je ne pense pas que ce soit la bonne solution.
    Il faut croire qu’il y aura des jours meilleurs.
    Cordialement.


  • #1985963

    Il faut que la famille soit le socle de la société. Le libéralisme et son dérivé l’individualisme éjectent in fine vers le bas les plus fébriles.


  • J’ai pu voir ça auprès d’une situation, en tant que tuteur. Une jeune adulte a du partir de sa famille d’accueil son contrat jeune majeur terminé et c’était le parcours du combattant même en s’y prenant à l’avance pour trouver une structure (galère avec le pole accueil familial adulte, pas suffisamment autonome pour un esat ou une entreprise adaptée..). On a eu un gros coup de bol en trouvant un foyer de vie sur un autre département car à la semaine près elle finissait à la rue. Un précédent accueilli, me confiait la famille d’accueil avec tristesse, n’avait pas eu cette chance et mendiait dans une grande ville...


  • Le pire c’est que beaucoup d’enfants placés ont un ( ou deux) parents anciennement placés. Ma mère a été placée depuis bébé et mon demi-frère l’a été également.

    Moi j’ai été élevée par mon père (heureusement pour moi), mais le père de mon demi-frère s’est volatilisé dans la nature. Il ne lui reste plus personne à part une mère qui cumule les problèmes (psychologiques, financiers, se choisit des compagnons toxiques...).
    A 17 ans il a connu les foyers, puis une famille d’accueil qui l’a maltraité pendant 3 ans ( jamais de douche car trop cher,vêtements sales et top petits, sous-nutrition...) et qui s’est payé des vacances et une nouvelle voiture avec l’argent destiné à l’entretien des enfants. Ils ont été trainés en justice et ont perdu leur autorisation d’être famille d’accueil. Maintenant il est dans une famille bienveillante, heureusement.
    Mais je me demande ce qu’il deviendra l’année prochaine comme il est toujours au lycée avec des résultats très médiocres et une addiction aux jeux vidéos (décrochage ?)
    Aucun modèle structurant et un gros manque affectif par une mère qui ne l’a pas respecté (inceste). Une marginalisation est possible ou bien il va s’en sortir en trouvant des ressources en lui.
    C’est vrai que des passés lourds comme celui que j’ai décrit peuvent mener à la radiclisation djihadiste ou autres dérives comme le disait un précédent commentaire.


Commentaires suivants