Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Abattoirs : Brigitte Bardot et Rémi Gaillard interpellent le gouvernement

« Lui, c’est Rémi Gaillard, et moi je suis Brigitte Bardot. On a en commun une révolte terrible contre la façon dont on tue les animaux dans les abattoirs ». Dans une vidéo postée dimanche [20 mai 2018], l’ancienne actrice et l’humoriste demandent, images choquantes à l’appui, que la vidéosurveillance soit imposée aux abattoirs comme l’avait promis le candidat Emmanuel Macron.

 

 

Incarnation de deux générations, ces deux grands amis des bêtes ont choisi de diffuser leur petit film sur les réseaux sociaux à la veille du début de l’examen à l’Assemblée nationale du projet de loi agriculture et alimentation.

[...]

« Macron fait ami-ami avec les chasseurs, rétablit les chasses présidentielles »

L’idée de ce « duo explosif » est venue du comédien. « On est tous des enfants de Brigitte Bardot quand on aime les animaux ! Je ne suis qu’un bouffon, c’est un peu la reine », a-t-il dit à l’AFP. Dans leur collimateur, le ministère de l’Agriculture qui a retiré du projet de loi le contrôle vidéo obligatoire en abattoir.

« La vidéo (d’Alès) nous montre ce qui peut nous être caché », dit Rémi Gaillard. « Et je pense que si les abattoirs avaient des fenêtres, beaucoup de gens seraient végétariens ». « Pour le moment Macron ne fait rien, et le peu qu’il fait est le contraire de ce qu’on demande : il fait ami-ami avec les chasseurs, rétablit les chasses présidentielles… », critique BB.

Hulot « s’est aplati devant les désirs de Macron »

Et le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, qui a promis une réflexion sur le bien-être animal ?

« Pour le moment il s’est aplati devant les désirs de Macron », cingle l’ex-actrice. À ses yeux, « les choses empirent, car il y a de plus en plus de gens donc plus d’animaux tués dans les abattoirs, plus de malades donc plus d’expérimentation animale, plus de mode donc plus de fourrure... »

Lire l’article entier sur minutes.fr

La dure réalité des abattoirs, sur E&R :

 

Comprendre et contrer la voracité du capitalisme financier,
en lisant sur Kontre Kulture

 

Viande, consommation, industrie et profit, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

233 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Voilà en partie pourquoi je ne mange plus de viande depuis 3 ans sans compter les vaccins injectés dans les animaux,les antibiotiques, les médicaments et aussi la sale bouffe qu’on leurs donne.


  • Moi je suis d’accord mais comment on fait ?, ces images sont insupportable oui c’est vrai... moi je mange de la viande souvent !!!
    Je veux pas être extremiste comme les vegetariens, et j’aimerais qu’on trouve un moyen plus doux.

     

    • Karim, végétarien, ce n’est pas être extrémiste. C’est un choix plutôt judicieux mais illusoire pour le sort des animaux. Il y a des régimes extrémistes ça oui.. mais après tout, ces adeptes ne nuisent à personne. Ce qui nuit par contre, c’est l’excès de consommation et SURTOUT de production alimentaire. Avez vous déjà vu la quantité de produits jetés par un seul supermarché, surtout en viande ? C’est honteux et parfaitement inacceptable. Ils préfèrent jeter que manquer de produit (et le consommateur en est aussi responsable car c’est le premier à râler s’il n’est pas satisfait, comme ceux qui font les courses les jours fériés mais qui seront les 1ers à se plaindre quand on leur enlève). Et cela, on le retrouve aussi dans les boucheries, les boulangeries, etc... Le combat est noble, et seul, on ne peut pas tout combattre.


    • #1969981

      Il faudrait peut-être qu’il y ait des niveaux de qualité dans les abattoirs et que le consommateur en soit informé.
      Je suis prêt à payer plus cher la viande si l’animal est respecté de bout en bout de la chaîne.


    • @ karim on ne peut pas tuer un animal avec respect par définition ! Si on le respecte on ne le tue pas justement... c’est ce que font ces extrémistes végétaliens ;-)


    • @fefeo

      On peut très bien tuer un animal ou un être vivant avec respect, comme le faire d’une façon ignoble.

      Retour au producteur le plus local possible, en espérant qu’il traite ses animaux avec un minimum de respect justement.

      Et si tu habites dans une mégalopole ou une grosse ville, et bien tant pis alors : c’est pas plus humain une ville de 10 000 000 d’habitants qu’un abattage à la chaîne.


    • Réfléchissez 2 minutes avant : si on repecte quelqu’un ou quelque-chose on ne le détruit pas ! Il y a juste des manière plus ou moins rapide et indolore de tuer un animal mais par pitié ne me parlez pas de respect ! Si vous avez déjà tué vous-même vos propres animaux vous comprendrez ce que je veux dire


    • etre vegetarien c’est pas une solution complete car meme la monoculture détruit, l’important c’est comment tu sources ta bouffe...


    • à Karim :
      Comment on fait (pour être sûr que l’animal qui nous nourrit souffre le moins possible) ?
      Une idée : apprendre à l’école (la vraie) à servir les animaux.
      Même si on ne tuera pas l’animal qui nous nourrit tous les jours par la suite, on a conscience du réel : effort à mettre en pratique, connaissance des bêtes et de leur anatomie. Cela aurait pour effets que chacun puisse être autonome, reconnaître et condamner ceux qui font du mal aux bêtes, retrouver la juste hiérarchie des valeurs (portable=daube, animal=vie).
      Cette idée que je rappelle est très ancienne puisque dans la plupart voire toutes les sociétés, le passage à l’âge adulte était marqué pour les éleveurs ou chasseurs, par l’acte de servir l’animal (servir=tuer proprement avec le minimum de douleur et avec respect et conscience de la valeur de la vie).
      La mécanisation et le travail à la chaine automatique, dés qu’ils sortent du contrôle et de l’échelle du village, deviennent dangereux pour la vie.
      Dire les bénédicités avant chaque repas inclut de penser aux bêtes qui nous nourrissent, ce qui rappelle la valeur de compassion de vie et d’effort. Les bénédicités sont un antidote contre l’indifférence et donc un bon moyen pour se rapprocher de ce qu’est un bon bipède. Elles nous rappellent à l’obligation de bien faire le bien étant donné le mal nécessaire pratiqué pour notre survie...Monsieur K, Claire Colombi, Laurent (la figure paysanne d’E&R) ou d’autres en parleraient sûrement mieux que moi.


    • Les végétariens, dont je suis, ne sont pas extrémistes ! les vegans le sont . Pour eux, même une patate pleure quand on la déterre et qu’on la pèle ... Un végétarien ne mange pas de mammifères, mais peut manger tout ce qui vient de la mer, des oeufs, du fromage ...


    • @fefeo

      C’est vraiment un anthropomorphisme qui m’énerve au plus haut point. La souffrance est naturelle, la morte aussi et la chaîne alimentaire aussi. Ce n’est pas parce que votre plus grande peur dans la vie est la mort que ce modèle est applicable à tous les êtres vivants.

      Les animaux en mangent d’autres, ils sont donc non respectueux de la nature ? Les végétariens sont les moins respectueux de la nature puisqu’ils refusent son fonctionnement naturel.


    • @ robert quel anthropomorphisme ? Les animaux, n’en déplaise à Laurent71 éprouvent des sentiments, ressentent la douleur connaissent la peur, la joie la science l’a prouvé.
      Évidemment que la mort et la souffrance font partie du cycle de la vie, je dis juste que l’on sait maintenant grâce à la science que l’on peut très bien se passer de viande et même que l’on vit mieux sans ! ( les végétalien à 25 % espérance de vie en plus ) alors pourquoi continuer ce massacre de 3 millions de bêtes innocentes en france par jour ?


  • Je mange pas de viande, aucune utilité.

    Il faut vraiment avoir l’esprit très dérangé pour faire ce "boulot".

    On peut parler de massacre : 3 millions par jour rien qu’en France. 1 miiliard par an.

    Par contre on ne peut pas parler de civilisation pour moi.


  • Rémi Gaillard, après s’être fait poisser comme plagiaire,
    https://www.youtube.com/watch?v=aWW...
    , se trouve une cause pour garder une visibilité et continuer de faire son beurre sans jamais rien produire...
    Quant à la reprise de conscience après un coup de matador pneumatique, qu’ils essayent...

     

    • Et alors, c’est le message qui est important.


    • Quel cynisme Laurent... A un point que ça vous enlève toute objectivité, dans ce cas précis.


    • Il s’est fait poisser bien après avoir commencé à défendre cette cause...

      Bien essayé, mais le sens de l’analyse n’est pas donné à tout le monde manifestement...


    • Ce n’est pas du cynisme, je reste objectif car je ne suis pas atteint par l’émotion quand je vois ces images.
      L’utilisation d’un matador entraîne des spasmes, et c’est parce que je tue la plus grande partie des animaux que je consomme(excepté les bovins pour des raisons réglementaires.), que je peux faire la différence entre une bête secouée de spasme et une bête vigile.
      Quant à Gaillard, ce n’est pas la première fois qu’il recherche une visibilité en s’en prenant gratuitement à autrui.
      https://www.youtube.com/watch?v=OpN...


    • Le capitaliste est dans le pré.
      Tout le monde ne fait pas son beurre sur la souffrance animale comme toi Laurent.
      Mais je peux comprendre que ça puisse irriter les gens de ton lobby, réaction purement vénale.
      Cela en dit long sur ton rapport à la nature.


    • #1970075

      @laurent71 : commentaire d’une grande vacuité argumentative qui s’attache plus à ergoter sur un humoriste courageux, engagé, qui lève régulièrement des fonds(50 000 euros la semaine dernière) pour les associations animales et organise des opérations de communication, que sur le thème central du sujet qui est la souffrance animale.
      Sur les milliers de vidéos que RG a réalisé, énormément sont inédites et originales, notamment les vidéos footballistiques qui l’ont fait connaître(https://www.youtube.com/watch?v=Y3L... ou https://www.youtube.com/watch?v=luU... contre Ronaldo, mais attention c’est peut-être une doublure !) une grande minorité inspirées ou importées certes, mais dans ce format de caméras cachés c’est bien moins choquant que dans le cadre d’un one man show où l’artiste reprend(cf. Tomer Sisley) l’intégralité des phrases, jusqu’aux mimiques/rictus !





      Quant à la reprise de conscience après un coup de matador pneumatique, qu’ils essayent...




      Quant à la seule remarque sur le thème de l’article, je dirais qu’on a à faire à une synthèse, qui en plus d’être fallacieuse(le matador est objectivement efficace mais inadapté aux situations d’abattage en cadence élevée : matador mal placé, animal mal positionné, cartouches mal adaptées puis saignées tardives. Résultat, environ 8% des animaux reprennent conscience et je ne parle pas de mouvements réflexes ou spasmodiques -qui ne signifient en rien absence de douleur- mais de tentatives de redressement ou de mouvements amples), tend à ôter toute crédibilité aux actions de lutte contre les souffrances animales et dénote d’une indifférence voire d’un certains mépris envers des êtres vivants qui je vous le rappelle sont doués de sensibilités et d’émotions exactement comme nous, ayant droit au respect et précautions qui s’imposent dans une société civilisationnellement avancée.

      A défaut de passer pour un lourdeau rustre et insensible, vous pourriez faire preuve d’empathie, sans tomber dans l’excès d’un veganisme outrancier qui place l’animal avant l’homme.

      Flaubert : « Un homme cruel avec les animaux ne peut être un homme bon »
      Lamartine : « On n’a pas deux cœurs, l’un pour l’homme, l’autre pour l’animal… On a du cœur ou on n’en a pas »
      Gandhi : « On reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux »


    • @ Anestézist, j’exploite sur 22Ha, je transforme et je vends en direct ma production, je produis en viande que celle qui est destinée à être consommée par ma famille, si je suis d’un lobby, c’est celui des producteurs de fromages de chèvre fermiers, pour la vénalité passe me voir on fera un comparatif de nos revenus...


    • Lucius Quinctius, je ne connais qu’un humoriste courageux, c’est Dieudonné, et il ne se contente pas de reprendre des poncifs qui assurent une adhésion quasi unanime, et quand on vole même un peu, on est un voleur.
      L’action de Gaillard fera trembler le système ? Elle va juste retomber sur les pauvres cons qui essayent de ramener une paye à la maison.
      Ma vie est régie par les besoins de mon troupeau, la production animale c’est bons soins contre bons services, je connais mes animaux et les traite pour ce qu’ils sont, des animaux et rien d’autres.
      Les émotions chez les animaux, je n’en vois plus depuis longtemps et c’est au bout de 25 ans de métier que j’y suis arrivé, c’est le quotidien à leur côté qui me permet de regarder objectivement leurs comportements, ni amour ni pitié ni conscience, tout est dirigé vers la survie.
      8% de loupé à cause des cadences, ce n’est donc pas la méthode qui est inefficace mais la mise en œuvre imposée par le système.
      Gaillard ne lutte pas contre le capitalisme, il s’en prend à un symptôme, il est toujours facile de critiquer quand on est détaché des contingences de la production, surtout quand cette critique n’a pas d’autre but que d’en rester éloigné.


    • Laurent, je ne comprends pas ce qui t’offusque à offrir une mort moins pénible.
      De plus, tu n’es pas producteur de viande selon tes dires. C’est par pur sadisme alors !?
      Ce sont les abattoirs qui seront "impactés" et ils ne sont pas à plaindre. Un système vidéo ne coûte pas des millions.

      "Les émotions chez les animaux, je n’en vois plus depuis longtemps "...Ce n’est pas bon signe.
      On finit par se mettre des oeillères ou se constituer une carapace à force d’évoluer dans un milieu mortifère ou carcéral.
      T’as dû te faire une dispense de moralité pour pouvoir exécuter tes tâches sans remords.

      Les éleveurs sont-ils dépourvus de sentiments et d’émotions ?
      Pour ma part, en te lisant, je ne peux penser que oui ...et du coup, leur sort ne me soucie guère.
      Le capitaliste considère tout être vivant comme un bien meuble puisqu’il est monnayable d’une manière ou d’une autre.


    • @Anesthézist, ce qui me gonfle c’est les réactions de gens qui n’ont jamais rien vu mourir face à cette vidéo, excepté le type qui dérouille le cochon(et encore si il en a poussé 3000 devant lui dans la journée je peux comprendre le pétage de plomb.), le travail se déroule normalement, on voit des bêtes qui basculent suite au coup de matador qui sont suspendues puis saignées, c’est vrai les spasmes, le sang, c’est pas joli mais tuer c’est pas joli.
      Je mène un troupeau de 100 chèvres, je les ai toutes vu naître, elles ont toutes un nom, je les ai mené en garde pendant des années, j’en assure le soin tous les jours, je ne me suis pas fait remplacer une journée depuis septembre 2009(je l’ai même fait avec une côte cassée.), objectivement j’ai passé plus de temps avec les animaux qu’avec les humains, je les connais, je les aiment pour ce qu’ils sont.
      On peut leur trouver des caractères mais je ne lis pas d’émotion dans leurs comportements, tout est hiérarchie et survie que ce soit de l’individu ou de la lignée.
      Elles ne sont qu’action et réaction.
      Le seul combat à mener est celui porté par le patron, et seule la victoire contre le système permettra la fin des horreurs libérales quelles soient faites aux hommes ou aux bêtes, le reste n’est bien souvent qu’un alibi idéologique à la fainéantise et la lâcheté source de division.


    • Laurent exploite et tue des animaux pour se nourrir et nourrir sa famille (et seulement sa famille, faut pas déconner non plus)
      De même, un oiseau tue des insectes ou des vers pour se nourrir et nourrir ses petits. Une vache donne son lait à son veau, une louve chasse pour ses louveteaux...
      Mais Laurent dans son animalité consommée se moque bien des autres car lui seul et sa famille savent ressentir les émotions.
      Pour le Capital, les hommes ne sont que des biens à rentabiliser.
      Pour Laurent, les animaux ne sont que des biens à rentabiliser.
      Ils sont parfaitement compatibles.


    • H lee, de quoi vis tu ? Tu échappes à tout type d’exploitation ?
      Des leçons par des gens qui ne produisent rien...
      L’anthropomorphisme larmoyant actuel est bel et bien un symptôme de gauchisme, faire la différence entre l’homme et l’animal n’est pas une maltraitance, c’est être lucide.


    • Laurent n’a pas tort.
      Tu croises Rémy Gaillard dans la vie de tous les jours, hors tournage, il est tout speed comme n’importe quel autre consommateur, et ne montre pas plus de compassion/d’amour pour qui que ce soit qu’un autre.
      La cause animale est effectivement pleine de personnes qui viennent s’acheter une bonne conscience hyper facilement, sans faire aucun travail sur soi.
      Après, on peut répéter des poncifs sur la souffrance animale, évidemment que c’est laid, mais malheureusement, ce n’est qu’une conséquence, qu’un symptôme de ce système, et le vrai courage, c’est de s’attaquer aux causes.
      Et sans avoir besoin de chercher beaucoup, tout découle du satanisme, dont cette barbarie.
      Donc le pire dans le sujet de la protection animale, c’est de voir ou d’entendre des satanistes, à fond dans la protection animale, ou végans.
      Et il y’en a..
      D’ailleurs, certains et certaines le font très consciemment, en accord avec leur satanisme, pour dénigrer encore plus l’homme, et dééifier les animaux.
      A méditer.


    • Je comprends tout à fait ce que vous dites @Laurent71 et j’apprécie votre partage d’expérience ici (de même que celui d’Yves-Sans-Logement, lol) même si au vu des réactions, que je qualifierais de passives-agressives (moins je fais et moins je sais, plus je parle et plus je juge) on peut dire que nous n’êtes pas payé de retour sur ce coup-là :-) C’est souvent le prix à payer pour dépassionner les débats. Chier à la gueule des humains parce que je serais évidemment plus humain que toi, là pas de problème ! :-) J’ai juste une question : que pensez-vous des modes d’abattage qui consistent en des camions équipés qui se rendent directement chez les éleveurs ? N’est-ce pas mieux pour les animaux ? Il y a quelque temps on a pu lire quelques articles sur cette méthode (pratiquée en Suède mais aussi en Allemagne si je me souviens bien) et qui tendrait à « s’imposer » en France. Ne serait-ce pas mieux ?


    • @laurent71
      je ne te parle pas d’anthropomorphisme ou de gauchisme, mais c’est vraiment dérangeant de lire que les animaux de ressentent aucune émotion. Par exemple, la douleur induit forcément la peur, et la peur est une émotion. Peut-être pense-tu que les animaux ne ressentent pas la douleur ?


    • @Laurent
      " tout est hiérarchie et survie que ce soit de l’individu ou de la lignée"
      Idem chez les humains et ce n’est pas pour autant qu’il faut cautionner ou rester stoïque devant l’atrocité.

      La cadence industrielle nuit, aucun travail respectueux de qualité peut en ressortir.
      On n’y voit pas que des spasmes, il y a des reprises de conscience accompagnées de douleurs et de stress intenses. Les bêtes partent à la découpe sans être totalement étourdies.
      On peut avoir des spasmes en étant éveillé, je ne comprends pas ton raisonnement.

      Même une poule peut être affective avec l’homme ou bien être bouleversée quand elle perd "sa" binôme. Les bêtes ont des liens sociaux entre eux. Bien que leurs codes soient différents des nôtres ou du moins plus primaires.
      T’en as peut être jamais été témoins, mais je peux te jurer que les animaux captent nos émotions. Surtout chez les mammifères. Ils peuvent même en être affectés. Désolé mais je vois la même chose dans leurs regards et leurs comportements que chez les hommes. L’homme est un animal.

      On vous en demande sûrement trop à la ferme. Il est nécessaire que vous respiriez.
      Passer majoritairement son temps avec des animaux doit devenir agaçant à la longue, même en les aimant. Surtout dans un contexte de travail et de rendement qui ne paie pas.
      On peut ressentir cette perte d’humanité dans le monde du travail. Une disparition d’empathie envers ses collègues que l’on finit par considérer comme des automates programmés "métro-boulot-dodo" animés par des réflexes naturels encrés dans les gènes ...hermétique à tous les sorts.


    • Don King vient caresser son poulain dans le sens du poil.
      Avec des propos aussi percutants que son réseau d’aide.


    • #1971283

      Quand on vous lit , on sent bien le poids de la fiottitude qui s’est abattu sur votre génération
      Il n’y a aucun fond , dans chaque ferme avant un tuait cochon, volailles, lapins dans des tueries familiale et fraternelle
      On voit la propagation d’idéologies hystérico-féministes , de trop de visionnage jeune de Télétubbies , My Little Pony et autres Bambi et Bouba le petit Ourson, de déceptions amoureuses quand vous étiez des ados pré-pubère , et d’un manque flagrant d’une figure masculine et d’un père fort à la maison
      On est bien dans une société de fiottasse
      On a Daesh à nos portes, une immigration incontrôlable, la banque à l’Elysée , des racailles dans nos banlieues , la gauchiasse à la télé, des injonctions de Pipo & Pompo quasi quotidienne avec Schiappa, Macron en tête de proue et vous vous pleurnichouillez parce-qu’on maltraite quelques vaches !
      Je suis triste pour ces vaches, mais comme je mange ce que je produit et tue, à vrai dire c’est pas un souci primordial pour moi aujourd’hui , par-contre vous vous êtes français comme mes gosses et moi et ça ça m’inquiète vraiment
      400 agriculteurs se sont suicidés en 2017, 47 policiers et 16 gendarmes ont mis fin à leurs jours, le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les adolescents, il y a 63.000 faillites d’entreprises par an, 232.500 IVG , 825 personnes ont été victimes d’homicides, 320 000 personnes ont été victime d’escroquerie, 95 000 vols avec violence, avec ou sans arme, 250 véhicules ont été incendiés dans la nuit de la Saint-Sylvestre en région parisienne, 241 morts dans des attentats en France depuis janvier 2015, je sais pas combien de licenciements de salariés , de divorces, d’enfants battus , de personnes ,familles en dessous du seuil de pauvreté, de SDF, etc, etc... et vous ce qui vous préoccupe au plus haut niveau c’est des vaches et des moutons
      Putain mais vous avez des femmes des enfants, des grand-parents, des amis ?
      C’est ça votre combat politique ?
      Putain mais regagnons le pouvoir ,battons nous pour les nôtres, pour nos enfants !
      Pardon mais au risque d’en effrayer quelques uns ici , je me fous de ces vaches, je trouve ça horrible, mais dans un contexte actuel de bombardement de familles et de populations civiles au Moyen-Orient , de massacre en Palestine, d’exaction en Ukraine , d’attentat partout en Europe , ces vaches sont le dernier de mes soucis et je n’ai plus de larmes je les ai utilisé toute pour les français


    • @Yves sans logement
      Voilà un homme, un vrai.
      Elevé devant Chucky, Freddy Krueger et Saw...avec un doctorat de psychologie de bazar.
      La Gaule est sauvée.

      T’es le type typiquement influençable qui se fera balader toute sa vie. Distrait et détourné par des clivages politiques émanant de la haute caste... orléanais,bourbons et bonapartistes. Remercie-les pour tous les maux que tu viens d’énoncer...ça pue de Jean-Luc jusqu’à Marine.
      L’émancipation du peuple n’est pas prête d’arriver avec des Jacquouille comme toi. Toujours à la botte des aristocrades et de l’église.
      Suis nationaliste, pas un guignol du front national, garde tes arguties de microcéphale.

      Tu sens l’anorexie intellectuelle à plein nez.
      Obligé de déformer et de repeindre le décor pour pouvoir exister et offrir un semblant de répartie. C’est si difficile que ça d’envisager qu’une personne contre la maltraitance animale puisse jouer sur d’autres tableaux.
      Sous une vidéo traitant de l’abattage, il arrive qu’on parle d’abattage...il est dingue ce monde.
      Pendant ce temps, tu ne fais que le jeu de la caste. Tu montes les uns contre les autres avec tes catégories fantasmées.
      Pauvre dissident à la noix que tu es...conditionné à un point.

      PS : t’as pas parlé des femmes violées. T’en as rien à foutre ou t’es juste sexiste ?


    • #1971442

      @anesthézist
      Puisqu’on se parle comme des intimes (c’est ainsi non )
      Laisse moi rire nationaliste en carton , moi je suis tradis et des natios comme toi j’en vois de longue , toujours dans le blabla
      Mon pauvre p’tit gars, même mes enfants (filles & garçons ) sont plus mûrs que toi
      T’es vegan c’est bien c’est la mode je t’imagine déjà, comme les jeunes devant notre chapelle (défilé de harrington, de fred perry et adidas) dans un matérialisme débilitant
      Moi je suis papa ,mon combat quotidien, c’est nourrir toute ma famille et on est pas que 2 sur mon salaire, les vaches et L214 je m’en balance comme de mon premier slip
      A la fin du mois j’ai charges, matériel, école, et tutti quanti à assurer pour les miens et voir une minorité de plus (vagan) venir me casser les noix, ça me fait sourire, surtout de la par de gars qui n"ont jamais fait pousser un radis , ni élevés autre chose qu’un teckel
      Oh je t’entend deja me repondre ;
      Je suis fils de paysan , j’ai été élevé en Auvergne dans le Cantal , petit on faisait les transhumances, avec papy et pour boire on allait chercher l’eau au puits
      De grâce laissez moi rire
      Des natios comme vous j’en ..... tous les matins au réveil
      Vous êtes un poids pour le combat (politique et religieux) arrêtez de vous branler dans des salles de muscus, mariez vous, faites des gosses et notre problème d’immigration sera en parti réglé
      Allez à l’Eglise, dans les pelerinages , affichez votre foi et le probleme de l’islam idem il se reglerade lui même
      Quand au FN pardon, mais t’as pas compris, je suis tradis, tu crois que je vais miser sur des fiottes et des franc-mac, et une candidate non marié et qui se balade avec un Aliot au bout du bras
      Non là aussi de grace
      Quand au racialisme si c’est ce que tu sous-entends, je m’en contre balance NS Jésus Christ n’était pas blanc européen, ni sainte Cassilda ou saint Augustin
      J’ai plus d’affinité avec un père de famille réunionnais catholique , qu’avec un pecno au RSA comme Conversano ou Antonin Bernanos
      Non camarade on s"est pas compris toi et moi
      Bon je te laisse toi le nationaliste vegan
      Que Dieu t’éclaire de Sa Vérité
      Et ne viens pas me dire ce qu’il faut faire de bon pour les miens, ça fait déjà pas mal d’années que je suis papa et époux, mon combat je le mène chaque seconde de ma vie, dans ma ferme, famille, chapelle, communauté et localement
      Mais merci tout de même


    • Bon il faut reconnaître que le sujet divise. Pourtant il est vraiment nécessaire d’éviter de se catégoriser aussi vite : un gars qui s’oppose à la maltraitance animale dans les abattoirs n’est pas forcément vegan, un vegan n’est pas forcément gauchiste, et un amateur de bonne viande bien saignante n’est pas forcément antisémite.
      Là le sujet n’est pas d’interdire la viande, c’est juste d’éviter autant que possible de torturer des animaux car, même s’ils ne font pas partie de cette grande et belle famille Humaine, ils ressentent la douleur, comme nous. Pour rappel, 60 Milliards d’animaux d’élevage sont tués chaque année dans le monde. 4,5 Millions de bovins sont exécutés chaque année en France. Presque une shoah bovine par an, rien qu’en France... ça vaut bien un petit sujet sur E&R non ?


    • Bonjour à tous. Pardonnez-moi mon mutisme, mais il y a des jours il me faudrait trente heures...
      Je vais essayer de répondre à tous.
      En ce qui concerne ce que la plupart ont tendance à voir comme des émotions chez les animaux, il s’agit pour moi de stimuli et de réponses à des stimuli.
      La douleur est un signal commun à toutes les espèces, les réactions qu’elle induit, sont une source d’interprétation.
      Si la douleur provoque une fuite, c’est une réponse pour faire cesser la douleur, pas forcément une peur, les animaux ne se racontent pas d’histoire qui font peur, ils ne se projettent pas dans l’avenir, et ignorent le bien et le mal.
      La douleur est commune, la souffrance est culturelle.
      Pour le binôme de poules, j’ai longtemps élevé mes chevrettes de renouvellement sous leurs mères, ainsi, à l’intérieur du troupeau, j’ai pu voir des associations(quasi uniquement mère fille ou entre sœurs.), la chevrette sous la protection(de l’avenir du génome) de sa mère bénéficie de son rang social(place dans la hiérarchie.), deux chevrettes de même poids de naissance auront un développement lié au rang hiérarchique de leurs mères.
      Quand cette association dure à l’âge adulte elle permet(l’union faisant la force.) de tenir un rang hiérarchique supérieur a celui qu’elles tiendraient individuellement. Les chèvres s’associent pour attaquer, pas pour se défendre.
      Quand l’une des deux vient à disparaître, on observe un changement de comportement qui peut apparaître pour de l’abattement(voir de la dépression pour ceux qui confondent sensibilité et sensiblerie...), alors qu’il s’agit d’une déstabilisation due à la perte du rang social, qui l’oblige à émettre des signes de soumission.
      L’animal, qui vient au contact de l’homme(suite à une période d’apprivoisement, pas spontanément.), le fait à son bénéfice, pour l’accès à la nourriture, et pour les caresses qui sont pour lui une reconnaissance de son rang hiérarchique supérieur.
      Les abattoirs industriels sont la conséquence du libéralisme(abandon de la tradition.), dont le cheval de Troie est l’égalitarisme abstrait et inatteignable, bref notre société débile où tout se vaut.
      Les abattoirs mobiles, ne sont qu’un leurre, une impression de porte de sortie du système, quel poids ont-ils quand l’abattoir de Paray le Monial(qui est loin d’être le plus gros de Bourgogne.) pas loin de chez moi, sort 9 000 tonnes de carcasses par an...

      Ps : Yves joint moi sur le forum ou reprend la vidéo et envoie moi ton mail par courrier.


    • D’où vient ce besoin vital d’égorger des animaux conscients...vous mangez casher !?


    • Merci pour votre réponse @Laurent71, même si ma question n’avait pas pour arrière-pensée d’y voir une éventuelle « porte de sortie du système ». Je m’interrogeais juste pour savoir si ce ne serait pas malgré tout dans une certaine mesure (même si ça ne peut pas être généralisable) une option pour ceux qui le souhaiteraient et le pourraient (car j’imagine que le coût n’est peut-être pas le même) et une manière de faire les choses un peu mieux et de manière moins industrielle (aussi bien pour les hommes que pour les bêtes d’ailleurs). L’argument des articles que je mentionnais, réel ou fallacieux je ne sais, était de dire que cela permettait d’épargner aux bêtes le stress du transport jusqu’à l’abattoir.


    • #1971643

      @laurent71
      Salut Laurent , je fais ça parce-que je n’ai pas accès au forum, je ne suis plus membre E&R depuis longtemps, alors je t’envoie ça chez toi
      Je n’ai pas envoyé mon adresse mais ça c’est plus un oubli et un peu de paresse , trop de boulot ici
      Mais volontiers, j’avais tellement besoin de conseils, j’ai pris des chèvres pour le lait (pour mes enfants surtout et nous aussi) et les chevrages se sont mal passé (quelques pertes heureusement je me rattrape sur les agnelages, les cochons et la volaille)
      Mais je vais me pousser au cul pour t’envoyer mon adresse
      Tu connais ça ici on est loin de tout et je vais rarement à la poste trop loin
      Merci pour tes explications et tes recadrages qui sont un plaisir à lire
      PS t’as lu le livre ?
      http://saint-remi.fr/de/politique/1...
      Que Dieu te garde prés de nos groupes (E&R Civitas AF ou G.A.R) des personnes comme toi
      C’est des paysans tradis qui m’ont appris et motivé à tout ça
      Deo gratias


    • #1971677

      @anesthézist
      Non on mange moins cher , ce que l’on produit , tu peux en dire autant ou tu vas à ta bio-coop comme les bobos de LREM ?
      On est pas vos ennemis ,tu te trompes de cible, mais ne viens pas nous faire la leçon, notre bétail est bien, dans nos prairies et quand on le tue, il n’y a aucune barbarie, c’est une fête familiale souvent entre amis ou collègues, en famille , je tue pas tous les jours et je mange pas non plus de la viande tous les jours
      C’est le libéralisme ultra qui a flingué notre façon de vivre , qui réglemente tout et partout
      Qui dit au gens d’aller à MacDo pas moi, de bouffer des steak de mauvaise qualités tous les jours pas moi non plus, metro boulot dodo pas moi là non plus !
      Notre bon sens devrait nous suffire pour savoir ce qui est bon ou pas
      Pas besoin de lois pour le mariage, l’homofolie, la maltraitance animale ou humaine, pour me dire qu’on traverse pas un village à 240 K/H, que vendre de la drogue ça finance la criminalité ou que les frontières sont utile à notre pays comme nos portes et nos fenêtres
      Faut etre debile pour faire autant de loi et aussi nazes
      Un gars qui se complaît à faire du mal à des animaux par plaisir et aussi con et courageux qu’un trou d’uc qui flingue des gosses à la kalash lors d’un concert
      Dieu nous a donné un cerveau et un libre arbitre , faut s’en servir
      La différence entre nous et les poules c’est justement notre propension à réfléchir aux nôtres
      Tu veux combattre la maltraitance engages toi, spirituellement, politiquement, localement
      Agis autour de toi
      Les écologistes n’ont cas acheter local et l’écologie fera un grand pas, idem pour l’immigration faites des gosses 5, 6, 7 , produisez , créez, partagez
      L’action politique c’est l’espoir et le mouvement, les théories c’est toujours très beau à écouter mais dans le réel souvent ça tient pas la route
      Agis autour de toi avec les tiens pour les tiens et déjà ce sera beaucoup
      Et je parle même pas de l’antiracisme, parce-que si il y a bien des non-sens chez eux, c’est peu dire
      Et je zappe aussi l’économie qui marche à contre courant (mais ça c’est encore plus volontaire un peu comme une femme qui veut devenir un homme)
      Bon sens, et tout rentrera dans l’ordre, mais le bon-sens aujourd’hui, je pense que c’est pas joué
      Bonne continuité
      Bien à toi camarade que Dieu te bénisse


    • @Yves
      Tes grands airs ne servent à rien.
      Je produis et j’achète la matière première, je fais de la mise en bocal ainsi que de la déshydratation. J’élève aussi quelques poules mais juste pour la consommation d’oeufs de la maison.

      Je pense que l’abattage doit être réglementé. Bien que la raison et la morale soient de rigueur pour beaucoup. T’auras toujours un taré pour passer à 240kmh dans le village et si personne n’est là pour le calmer, il s’en donnera à coeur joie.
      Il y a des abattoirs qui n’ont pas de limites, les caméras inciteraient à une responsabilisation si les sanctions sont convaincantes.
      Le sort des abattoirs peu scrupuleux ne te concerne pas. Je ne vois pas en quoi tu te sens visé.
      Je ne t’ai pas attendu pour appliquer ma philosophie et mon idéologie dans ma vie de tous les jours mais merci quand même.

      J’ai bien tenté de répondre à ton dénigrement et tes insultes concernant mon nationalisme mais la fée inquisitrice a fait disparaitre mon commentaire d’un coup de baguette magique. Toute critique du catholicisme et de l’aristocratie qui l’accompagne est proscrite ici, ce n’est pas la première fois. Il y a des sujets qui dérangent. Et je n’aime pas ça du tout.
      La réconciliation n’est pas pour tout de suite.


    • #1972004

      @anesthézist



      Me réconcilier avec toi ,si tu veux, pourquoi on est des ennemis ??
      Je te réponds et tu me réponds, ça s’appelle une discutions, rien de plus on donne notre avis sur un sujet, ni toi ni moi sommes au gouvernement alors....




      Je ne me sens pas visé, seulement les abattoir sont un cheval de Troie
      Et ceux qui subiront ces réglementations sont toujours les mêmes
      Les abattoirs qui s’adapteront, feront payer l’addition, aux petits paysans, aux ventes directes, aux petits bouchers, charcutiers, aux consommateurs, qui pour toujours moins cher achèteront à Carrefour, Leclerc, Auchan, Casino , tu te trompes camarade
      Je vomis ce système autant que toi ,si ce n’est plus
      Je suis pas républicain ,ni démocrate, encore moins un chrétien de gauche , et je pense qu’un type qui traverse un village à 240, on devrait l’attraper et le pendre pour le bien commun, on détruit les cellules cancéreuses d’un corps, pour éviter qu’elles contaminent le reste du corps , c’est pareil avec les mauvais éléments d’une société
      On protège la masse
      Et je ne suis pas un défenseur des abattoir mais tu ne te prends qu’à un effet de la cause
      « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. » Jacques-Bénigne Bossuet
      Maintenant si tu n’es pas catholique ,j’y peux rien, moi je ne suis pas un aristocrate je vais pas pleurnicher pour autant , je suis pas dans le logiciel Rachel Dolezal
      Je me fous un peu des états d’âme de tout un chacun, j’avance j’ai pas le temps de me plaindre
      Tu piges
      Mais sincèrement, c’est pas les cathos ton problème majeur ,ni les paysans qui tuent quelques cochons, agneaux et volailles
      Faudrait réfléchir à ton combat ,plutôt que de perdre ton temps à nous emmerder
      Vegans, suprématistes, antifas, féministes, antispécistes et tafiolles sont des lobbys qui servent le capital
      Réfléchis-y , je suis pas un poids pour toi ou la société, je peux pas en dire autant de toi
      Si l’État nous ennuis nous les paysans, c’est parce-qu’il y a des couillons comme toi pour s’émouvoir et pleurnicher d’un rien, comme Ségolène Royal, Anne Hidalgo ,Clémentine Autain, Caroline De Haas, Olivier Besancenot, Alexis Corbière ou Cécile Duflot
      Vous avez les larmes faciles pour les autres j’ai remarqué
      Du haut de mes grands air comme tu dis si bien


    • Laurent : " L’anthropomorphisme larmoyant actuel est bel et bien un symptôme de gauchisme " Sûrement pas ! c’est juste un symptôme d’un humain digne de ce nom.

      " faire la différence entre l’homme et l’animal n’est pas une maltraitance, c’est être lucide ". Oui, l’homme est le seul rougir, car il est le seul avoir des motifs !

      Vous êtes pitoyable avec vos arguments qui donnent bonne conscience.


  • Le métier d’employé d’abattoir est l’un des plus durs qui soient. La souffrance animale devient très secondaire par rapport à la souffrance personnelle. L’employé ? Il devient indifférent, l’important pour lui c’est de tenir. Le patron ? Il veut de la rentabilité : on abat vite, beaucoup. Les bêtes ne sont que des biftecks animés.
    Il faut faire appliquer les lois dans les abattoirs : étourdissement préalable, d’autant plus que les moyens technologiques existent. Cela se faisait un peu partout sans problème il n’y a pas si longtemps.
    La plupart des (on dit que tous les) abattoirs en IDF sont hallal, c’est à dire à propriétaire kasher. Il faut aller en province pour acheter sa viande abattue dans les règles (étourdissement) quand on est un bon boucher qui ne veut pas de viande semelle, vidée de son sang.
    L’abattage halal ou kasher : encore un exemple de complication due au riche apport de cultures non chrétiennes.
    On était tellement mieux quand la France presque entière ignorait bienheureusement les termes et pratiques : hallal et casher.
    La cruauté envers les animaux et les hommes, femmes, enfants, a été pas mal importée chez nous, même si le génocide vendéen démontre que la cruauté est un phénomène récurrent partout.

     

    • La cause pour toi, c’est les musulmans et les juifs ?? revois ta copie très cher... Pour toi, c’est dû à l’immigration musulmane si je comprends bien ton propos... tu joues bien le jeu des merdias ; ces images sont insoutenables, j’en ai vu d’autres pire que ça avec des cochons... mais comme tu le dis si bien c’est destiné aux musulmans, ça mange beaucoup de porc ces bestioles là !!!


    • Bien ton pseudo @delirant
      Car le commentaire de cruellu est un des seuls qui remet les pendules à l’heure.


    • Bien vu Délirant. Et ajoutons que le rituel musulman inclue une prière, remerciement à Dieu de nous donner à manger. Le respect, voilà l’élément manquant dans les abattoirs.


    • Les japonais sont des spécialistes de la viande de bœuf... ils prennent bien soin de leurs animaux et s’assurent qu’ils ne soient pas stressés. Ils connaissent dès lors comment sacrifier un animal. Tous les professionnels savent que l’égorgement est la meilleure méthode...




      Un signe qui ne trompe pas ? Avec ce type d’abattage, il n’y a jamais de “viande fiévreuse”, cette viande couleur rouge rubis qui ne peut être consommée parce que l’animal a subi trop de stress. »




      Les gens les plus riches savent reconnaître la qualité et n’achètent pas la viande d’animaux qui ont subit un stress inutile.

      https://www.nouvelobs.com/rue89/rue...



    • La plupart des (on dit que tous les) abattoirs en IDF sont hallal, c’est à dire à propriétaire kasher.



      @délirant et giustizia
      Ce que dit cruellu est exact, revoir l’article de Panamza (repris ensuite par E&R)
      Business halal : la connexion Rothschild
      La boîte de pub qui en a assuré la promotion partout en France (et qui est également la productrice de nombreuses autres exécutions mondialiste)
      A l’occasion du ramadan, Isla Delice a repris la parole avec l’aide de l’agence Herezie


    • Mais je ne vous parle pas de ces dérives industrielles, Halal et Casher, je vous parle de l’abattage rituel accompli dans la foi, en priant pour remercier le Divin ! Pas pour faire du chiffre d’affaires.


    • Non et non, ce que dit Cruelu n’est pas exacte... Ceux à qui appartiennent la filière n’a pas d’importance ici, vu que la discussion est en rapport avec la méthode de l’étourdissement et la méthode ancienne de l’égorgement... J’ai offert un article avec un remarquable démenti :




      L’étourdissement n’est pas du tout une méthode choisie pour le bien des animaux. C’est juste pour aller plus vite, pour avoir de plus grandes cadences. Croyez-moi, les animaux mal étourdis passent un sale quart d’heure ! L’abattage par égorgement est spectaculaire, et ce n’est pas beau à voir, mais c’est une méthode nette, immédiate, le cerveau cesse tout de suite d’être irrigué, l’animal ne souffre pas. Un signe qui ne trompe pas ? Avec ce type d’abattage, il n’y a jamais de “viande fiévreuse”





      L’abattage halal ou kasher : encore un exemple de complication due au riche apport de cultures non chrétiennes.




      Du grand n’importe quoi... Dans les années 60-70 toutes les méthodes d’abbatages étaient similaires à la méthode de l’égorgement halal/kasher... Si la modernité est pour vous une émanation du christianisme, c’est que vous êtes dans une confusion la plus totale...

      Je comprends que dès personnes soient réticentes à consommer une viande consacré par un autre culte que le leur, mais ça fait des millénaires que les chrétiens ont pratiqués l’égorgement comme méthode d’abattage.

      Au lieu de vous attaquer aux autres religions vous feriez mieux de réfléchir à une méthode chrétienne de fournir de la viande tout en respectant un maximum l’animal. Les musulmans sont autorisés à consommer la viande sacrifier par les juifs et les chrétiens puisqu’ils ne tuent pas les animaux pour les consacrer aux idoles...

      En ce qui concerne les abattoirs modernes (qui n’ont rien de chrétiens)... c’est un sacrifice à Mammon, dieu de l’argent, démon de l’avarice.... il faut être aveugle pour ne pas le voire. J’habite la campagne et j’ai déjà laissé un paysan chrétien préparer ma viande, rien de plus normal.

      Le problème du halal en France, c’est qu’un poulet de batterie de peut être halal, c’est un non-sens... C’est une pure escroquerie... Une insulte à la religion... Une insulte au bon sens !!! Aucune religion ne souhaite cela... Mammon ?

      L’autre problème n’est pas spécifiquement lié à la religion juive (un peu de discernement)... c’est plutôt le fait que l’argent des Rothschild finis par financer l’entité sioniste, l’état voyou d’israël.


    • Depuis 1964, l’étourdissement précédent la saignée est obligatoire en France, pour éviter des souffrances inutiles aux animaux lors de l’abattage.
      Dans le cas d’une saignée sans étourdissement, c’est la perte de sang qui entraîne l’inconscience précédent la mort, mais la perte de conscience ainsi obtenue peut être très longue : jusqu’à 5 minutes d’agonie chez les veaux et jusqu’à 11 minutes chez les bovins adultes.
      Le temps nécessaire à la perte de conscience peut, être variable chez les bovins car lors de la section des carotides, celles-ci peuvent se rétracter, limitant la perte de sang. De plus cette espèce dispose d’une artère vertébrale qui n’est pas coupée lors de l’égorgement, et peut continuer à alimenter en sang le cerveau, et donc prolonger l’état de conscience.
      L’utilisation d’un pistolet d’abattage, à condition qu’il soit correctement utilisé, permet une perte de conscience instantanée de l’animal.
      L’électronarcose est un autre procédé qui a pour but d’étourdir l’animal, avant la saignée.

      Le deuxième inconvénient de l’abattage sans étourdissement, ce qui correspond donc à un abattage rituel (halal ou cascher), est qu’il ne permet pas la suture de l’oesophage. Par conséquent il peut se produire des régurgitations pouvant contaminer la viande par la bactérie E.Coli. Il existe, ainsi, un risque lorsque l’on consomme de la viande provenant d’un animal abattu sans étourdissement, si cette viande est insuffisamment cuite, comme cela peut se faire dans la tradition culinaire française.

      Ce qui devait être un dérogation exceptionnelle pour des raisons religieuses est, malheureusement, en train de devenir la norme. Les animaux consommés en France, provenant d’un abattage rituel représentent (chiffres de 2011) :
      - 80% des agneaux et moutons
      - 40% des bovins adultes
      - 26% de veaux

      Vous pouvez agir en évitant d’acheter de la viande provenant d’un animal abattu sans étourdissement, notamment, en vérifiant le numéro d’abattoir figurant sur la barquette de viande, ou indiqué par votre boucher. Ces informations proviennent de la liste d’abattoirs établie par l’OABA Oeuvre d’Assistance aux Animaux d’Abattoir).
      Vous pouvez, également, vous fournir auprès d’un des 300 bouchers de France qui ont répondu à l’appel de l’association Vigilance Halal et se sont engagés à commercialiser uniquement de la viande provenant d’animaux abattus avec étourdissement préalable.


    • Ha oui j’allais oublier, le "sophrologue" animalier est un guignol : Se faire égorger est forcément stressant, encore plus dans un abattoir. Être manipulé, contraint, puis physiquement agressé par des prédateurs ne peut induire que du stress.

      Toute effraction de la barrière cutanée est également un stress pour l’organisme. L’égorgement provoque obligatoirement une tachycardie (le cœur bat plus vite pour compenser la chute de tension).

      C’est médical, c’est comme ça.

      Le bœuf wagyu n’est pas meilleur grâce à l’égorgement, c’est tout les traitements préalables sur l’animal qui rendent cette viande particulière (massage à la bière etc.).

      Et puis, il y a beaucoup de subjectif dans cette histoire de stress, les chinois eux stressent les animaux avant de les tuer (à coups de chalumeau par ex.), ils disent que ça rend leur viande meilleure.

      Quoi qu’ils en soit, nous sommes français, et notre gastronomie, absolument pas hallal, n’a eu besoin d’aucun rite japonais ou musulman pour conquérir le monde. Nous n’avons en la matière aucune leçon à recevoir de personne.



    • Ha oui j’allais oublier, le "sophrologue" animalier est un guignol : Se faire égorger est forcément stressant, encore plus dans un abattoir. Être manipulé, contraint, puis physiquement agressé par des prédateurs ne peut induire que du stress.




      La sophrologie, c’est un métier LOL.. Qui êtes-vous pour dénigrer un spécialiste dont vous ne comprenez apparemment même pas les conclusions ?




      L’abattage par égorgement est spectaculaire, et ce n’est pas beau à voir, mais c’est une méthode nette, immédiate, le cerveau cesse tout de suite d’être irrigué, l’animal ne souffre pas. Un signe qui ne trompe pas ? Avec ce type d’abattage, il n’y a jamais de “viande fiévreuse”.



      Vous avez une preuve bien tangible, l’étourdissement (assommer les animaux) provoque à l’occasion des viandes fiévreuses (càd, contrairement à l’autre abattage).. Vous n’avez pas d’arguments voilà tout ? La question posée au spécialiste est de savoir comment faire l’abattage des bœufs de Kobé qui sont d’une grande valeur marchande... la réponse est très claire : assommer les animaux procure une souffrance extrême. Maintenant, les bœufs de Kobé sont sûrement égorgés dans un environnement plus approprié.

      La question était de savoir des deux méthodes, laquelle induisait le moins de souffrance à l’animal. Votre opinion sur la légitimité de telle ou telle pratiques en terre de France est un autre débat que je n’aurais pas avec vous. Mais à tout hasard... je peux vous indiquer qu’il y avait des synagogues en terre de Gaule avant même qu’il n’y ai des églises... Alors, ça fait petit bras..

      Donc limitons nous à discuter d’une méthode de sacrifier l’animal qui est plurimilénaires et pas la version moderne d’une longue tige métallique perforant la boite crânienne pour écraser le cerveau de l’animal. Le raffinement de la modernité, je présume... Le pot de terre, contre le pot de fer... peut-être ?



    • « Vous connaissez la vache Wagyu ? Elle est originaire du Japon. C’est l’animal le plus zen du monde. On lui fait écouter de la musique, (...) Sa viande vaut dix fois plus cher que celle de n’importe quelle autre vache, c’est un mets de luxe servi dans des restaurants gastronomiques.

      Avec l’éleveur avec qui je travaille, on s’est posé la question de savoir quel abattage choisir. Il n’est pas question que la bête soit stressée, sinon ce sont des semaines d’un élevage de luxe qui sont gâchées en quelques secondes. On a donc fait appel à un sophrologue animalier, pour avoir son avis. Cet homme a garanti à mon éleveur que l’abattage par égorgement est le moins douloureux. »
      « L’étourdissement, c’est pour aller plusvite »
      « L’étourdissement n’est pas du tout une méthode choisie pour le bien des animaux. C’est juste pour aller plus vite, pour avoir de plus grandes cadences. Croyez-moi, les animaux mal étourdis passent un sale quart d’heure ! L’abattage par égorgement est spectaculaire, etce n’est pasbeau à voir, mais c’est une méthode nette, immédiate, le cerveau cesse tout de suite d’être irrigué, l’animal ne souffre pas. Un signe qui ne trompe pas ? Avec cetype d’abattage, il n’ya jamais de “viande fiévreuse”, cette viande couleur rouge rubis qui nepeut être consommée parce que l’animal a subi trop de stress. »
      https://www.nouvelobs.com/rue89/rue...



      Le site vigilance halal est un site islamophobe... Puisque, la viande halal est en faite casher et tenu par des Israëlites pourquoi ne pas avoir appelé ça "vigilance casher" ? Comme d’habitude si vous allez sur leur site aucune mention ne sera faites du cette vérité. Tout ça est bien beau, mais avant les années 70 est-ce qu’on assommaient(étourdissement)les animaux ?

      http://avs.fr/2016/11/etourdissemen... Les sites islamophobes ne sont pas impartiaux sur la question !! Voilà, un dossier très clair ou des scientifiques telsque les professeurs Joe Regenstein ou Temple Grandin EUX AUSSI affirment que l’abattage rituel est celui quifait le moins souffrir lesanimaux.



      l’étourdissement permet d’accroitre les cadences industrielles, les volumes de production et la rentabilité ; l’animal assommé étant immobilisé et le plus souvent déjà mort des suites de son étourdissement, la saignée s’effectue de manière plus rapide (...)



    • La sophrologie pourquoi pas oui, la sophrologie pour animaux c’est juste une blague pour soutirer du blé aux riches.

      Mais bref... Les gens que vous citez n’ont aucune légitimité.
      Sur l’étourdissement vous avez déjà mon argument plus haut : 12 min d’hémorragie, de stress, et de suffocation pour un bœuf. Voilà mon argument. Demandez à votre médecin ou à votre véto (qui eux sont légitimes).

      Quant à l’islamophobie de vigilance hallal, cela relève de votre seule opinion, qui elle non plus n’est pas encore un délit, si vous pensez qu’elle est valable, portez plainte, et si vous gagnez le procès éventuellement vous pourrez parler de discrimination ou d’incitation à la haine raciale.

      Dans le cas contraire, vous resterez seul avec votre opinion.

      De toute façon, vigilance hallal islamophobe ou pas, quelle importance ? N’importe qui a le droit de se fournir en viande chez un boucher traditionnel, et pas hallal. Leur liste de bouchers est donc bienvenue.


    • J’ai exposé les arguments, vous en faites ce que vous voulez.




      chez un boucher traditionnel, et pas hallal.




      Votre boucher n’a rien de traditionnel... la méthode d’assommer (étourdir est le bon terme, je suis une vraie gourde des fois) s’est généralisé dans les années 70. La tradition en France c’était de ne pas assommer l’animal car ça relève de la double peine d’une part et que la méthode n’a pour but que d’accélérer les cadences dans les abattoirs d’usines... Le cochon était le seul animal assommé à la ferme, car il n’a pas de cou, ce qui rend l’abattage bien plus difficile.

      Mais vous n’êtes pas prés à l’admettre car tout ce qui vous intéresse ici, c’est de vous opposer à l’Islam, voilà tout. Effectivement, l’islamophobie en tant qu’opinion on s’en fout royalement... j’expliquais uniquement qu’il y avait un biais cognitif flagrant... et au contraire par contraste la page issus d’un organisme de certification halal avait une façon très honnête de présenter les choses. Il ne s’agissait pas que d’un sophrologue mais de deux professeurs réputés... de toute façon l’INRA a également travaillé sur la question et ces études sont connus.

      Que reprochez vous tout compte fait, à l’abattage traditionnel d’avant les années 70, c’est les ratés ? C’est tout à fait bête (sans mauvais jeu de mot) puisque là encore, il s’agit d’un problème de contexte industriel et si il y a des ratés c’est que les cadences ne permettent pas de bien faire les choses.

      Qu’avait vous à proposer : assommer les animaux (la grande tige métallique qui perfore la boîte crânienne pour écraser le cerveau) ? Vous n’allez convaincre personne, « l’étourdissement » c’est pour accélèrer encore plus les cadences... toutes ces avancées en usine dans un esprit productiviste n’en sont pas.

      Tout ce qui vous intéresse, c’est de créer de la stigmatisation sociétal à l’encontre des musulmans. C’est petit bras d’utiliser la cause animale.. et excusez moi de vous le dire, ça se voit énormément.


    • Alors déjà, quand je parle d’abattage traditionnel, j’entends traditionnel français, c’est à dire ni casher ni hallal. Et mon boucher est donc tout ce qu’il y a de plus traditionnel en France.

      Ensuite le professeur Regenstein n’offre aucune garantie d’impartialité sur le casher hein, mais bon...

      Quant à Grandin, je crois que vous vous méprenez sur ses positions.

      Mais peu importe, je vais me concentrer sur l’essentiel, et ignorer le reste.

      Quoi qu’en dise qui vous voulez, il est évident qu’égorger vif un mammifère est douloureux.

      Je trouve incroyable qu’il faille rappeler de telles évidences, et je vais le répéter encore :

      Etre égorgé ça fait mal. Si je vous égorge vous avez mal. Egorger un être vivant c’est lui faire mal.

      C’est si compliqué à admettre ???

      Il est évident qu’entre ça et être tué net dans un état inconscient, il n’y a pas photo comme on dit.
      Peu importe les exceptions à la règle, comme le cas de l’animal qui reprend conscience avant d’être tué. Les exceptions confirment les règles.

      D’ailleurs, et c’est ici qu’on va mettre en évidence les mensonges ou l’ignorance de votre boucher bourgeois :

      Ce ne sont pas les impératifs de production qui ont abouti à la loi de 64, mais bien une pétition, dont Edith Piaf fut signataire, contre la souffrance animale en abattoir, à l’initiative de Jacqueline Gilardoni (OABA).
      Le but de cette loi est bel et bien de limiter la souffrance animale, et rien d’autre, que cela plaise à votre boucher ou non.

      Si vous voulez parler de rapports de spécialistes, veuillez considérer celui de l’INRA sur les douleurs animales en 2009. Je vous laisse chercher, quand on veut trouver, on trouve...

      Le temps entre le coup de couteau rituel et l’inconscience effective pose problème, que cela vous plaise ou non, encore une fois.

      Maintenant je retourne votre accusation : Si le prétexte religieux est si largement utilisé pour déroger à la loi de 1964, n’est-ce pas pour des motifs économiques, l’abattage rituel serait-il moins coûteux ?


    • Vous n’allez pas jouer les naïfs ? N’est ce pas normal dans un processus d’industrialisation pour accélérer les cadences (les arguments vous ont été donnée et détaillé) qu’ils prennent comme prétexte, la souffrance animale ?

      C’est assez marrant comment vous utilisé le terme traditionnel pour parler d’innovation industriels que constitue le fait d’assommer un animal. Le boucher d’avant 70, il n’était pas dans la tradition française ?

      Que vous refusiez que des prières religieuses soient prononcées sur votre viande est tout à fait compréhensible, mais ne nous faites pas croire qu’au milieu de l’horreur de l’abattoir de masse, en assommant les animaux, ils ont pensés aux bêtes...

      Vous avez soigneusement évité d’adresser la viande fièvreuse signe d’un stress intense de l’animal qui n’a jamais d’occurence lorsque l’animal est égorgé...

      Effectivement, je fais confiance à mon gastronome bourgeois, mon expert culinaire... la filliaire du bœuf japonais d’exception qui ont refusés que des bêtes exceptionnel... d’artisans de renoms finissent assommés...

      Qu’une tige métallique leur transperce la boîte crânienne pour écraser une partie du cerveau quand l’autre est encore consciente... Je vous l’ai dit c’est le pot de terre contre le pot de fer... Nous préfèrerons la méthode à l’ancienne et pas les mensonge d’industriels intéressés, omnibulés par l’augmentation de profits.. D’un côté j’ai une filière d’artisanat s’intéressant à un boeuf de haute qualité et du votre des bouchers mobilisés contre l’islamisation de la France. Je ne voudrais pas dénigrer leur motivations, mais clairement les motivations premières expliqué bien des positionnements...

      ps : le halal qui est en faites casher n’a qu’un intérêt : c’est de maximiser les débouchés... si ça n’était pas le cas, ils auraient demander des exemptions des les années 70... La demande pour du halal n’est devenu importante qu’à partir des années 90, du à une renaissance islamique chez les jeunes générations concomitante avec les hypermarchés voulant créer des besoins nouveaux.
      Ma grande sœur était musulmane et mes parents achetaient de la viande sur Paris, aucune offre en supermarché, aucune demande.


  • Je l’ai toujours bien senti ce Rémi, notamment sa persistance à ne pas se vendre aux grands médias alors que des offres alléchantes lui avaient été proposées. Mais là il fait un pas de plus vers l’insoumission parce que Brigitte Bardot est considérée par le système bien pensant comme une facho.


  • On pourra dire ce qu’on veut sur BB et dieu sait si nombreux sont ceux qui l’ont critiquée, moquée, suspectée de la pire idéologie, mais une chose est absolument certaine : cette femme restera dans l’histoire française en tant qu’authentique militante active d’une cause qui, aujourd’hui apparaît comme parfaitement urgente, impérative.
    Malheureusement, encore trop de gens regardent, savent, sont dérangés mais... continuent leurs habitudes. Tout est là... l’habitude de... en tout domaine, les habitudes tuent et détruisent. La Macronie ne changera rien à cette horreur, cet acteur de complément n’est là que pour imposer par tous les moyens les plus abjectes l’alignement total de la France sur les lois européennes, lesquelles sont toutes rédigées par les lobbyistes grassement payés par les multinationales.

    La seule solution pour faire cesser cette horreur (comme d’autres) n’adviendra que lorsqu’une grande majorité des peuples du monde cessera d’aller acheter des merdes - donc des viandes issues de cette abjection - dans les hypermarchés de la mort...

     

  • Les abattoirs, c’est juste puissance 30 ce que l’être humain pratique comme maltraitance aux animaux.
    D’après vous, qui mange le plus de viande en Europe ? (Les musulmans et les allemands). Donc Brigitte va encore passer pour une raciste !


  • Engloutir des kilos de viande par jour est un luxe, mais ne pas manger du tout de viande est aussi un luxe que seule modernité rend possible. En effet l’agriculture intensive où l’animal est exclu de la production n’est possible que grâce au pétrole fournissant les engrais chimiques et les pesticides. Une agriculture écologique et durable ne peut pas se passer de l’animal qui un maillon incontournable de tout écosystème, qui soit totalement naturel, où artificiel dans le but de produit des aliments pour l’homme. Une ferme est en effet une reproduction d’un écosystème où l’animal, en particulier les ruminants, joue un rôle important notamment en ce qui concerne la restauration de la fertilité des sols. Pas d’animaux d’élevage=pas d’agriculture écologique sans engrais chimique...

     

    • On peut avoir des animaux à la ferme et ne pas les tuer.
      Ils serviront à plein de chose.
      Je ne comprend pas ce que vous voulez dire par "élevage".


    • #1970067

      Bien d’accord.
      Ce qui est scandaleux c’est la gestion moderne, massive, désinvolte de l’abattage. Mais la modernité traite les hommes de la même manière : à la chaîne dans les usines, à la guerre dans les massacres de masse, à l’hôpital, à l’école...
      Le fait de manger de la viande n’est pas condamnable (manquerait plus que ça !). L’excès est condamnable. Manger de la viande à chaque repas me parait excessif.
      Plutôt que moderniser les abattoirs modernes en y introduisant des caméras de contrôle, on ferait mieux de supprimer carrément les abattoirs et de rendre la possibilité de tuer à la ferme.

      Les végétariens, végétaliens, vegans, etc... sont des citadins hors sol. Je respecte leur choix mais qu’il ne viennent pas nous emmerder à nous culpabiliser de "manger des animaux morts".
      Je tue mes moutons et mes poules de façon digne et je m’en régale.


    • Tout à fait mais posséder des ruminants n’implique pas de les abattre pour les manger


    • @Emilien Chaussure
      Le paysan végétarien existe depuis des millénaires, alors que l’homme "occidental" vivait encore dans des cavernes !
      Un Paysan végétarien à trois fois moins de boulot.


    • @Jay, l’homme occidental vivaient dans les cavernes à l’ère glacière, pas vraiment propice au maraîchage...


  • Il n’y a strictement aucun rapport entre la chasse et les abattoirs.

    Dans l’absolu, ne manger que les bêtes que l’on a soi même tué, c’est à dire en connaissant le prix véritable de la viande, qui est celui de la vie d’un animal, est infiniment plus respectable qu’acheter de la viande en barquette en provenance des abattoirs.

    Un chasseur ne fait pas souffrir sa proie. La chasse est une des plus vieilles activités humaines, et ne peut pas être comparée avec la production industrielle de viande. Il n’y a pas de chasse industrielle.

    Les écolos citadins sont bien mal placés pour donner des leçons à ceux qui vivent en campagne ou en montagne.

    Ceci étant dit, l’élevage et l’abattage industriel sont bel et bien honteux.

     

    • Tuer un animal est indigne d’un ÊTRE humain , car c’est être infirme de pitié et de compassion , c’est être devenu une brute égotique-ment malade !...


    • Dans la chasse il y a toujours eu l’idée d’être un noble prédateur, par exemple dans le refus de l’utilisation disproportionnée des moyens : l’animal doit toujours avoir sa chance. Si il doit y avoir un plaisir profond dans la chasse, c’est très certainement l’idée de faire communion avec la nature. Si la chasse apporte la nourriture, elle procure la vie... La chasse est dénuée de cruauté... mise à part (il faut tout dire) les Safaris en Afrique chez les tours operators pour ramener quelques trophés qui ne sont plus de nos jours forcément taxidermés, mais obligatoirement capturés sous formats numériques pour honorer la mémoire (ou la construire).

      L’abattoir ressemble fortement à des moyens disproportionnés. Sacrifier soit même sa nourriture ne sera pas la véritable expérience intérieur que peut procurer la chasse, une activité immémoriale, mais très certainement cela peut apporter une solution face à l’humiliation que représente la consommation de viandes passées par l’abattoir.

      Le poulets de batteries ne peuvent être "halal" (permis) du point de vue d’une religion traditionnelle telle que l’Islam. Est ce que ce "halal" vante et exalte des vertues supérieures ou incarne une perspective sur la perception du monde naturel propre au monde ancien ?...

      Les valeurs de la société moderne sont puissantes, elles balayent tout sur leur passage et masquent habilement la réalité d’un vernis des plus adapté. Elles nous rendent incapable de distinguer clairement les choses qui nous entoure... on n’est dans l’obscurité la plus totale... ébloui, par l’éclat d’un feu ardent et la persistance rétinienne toute naturelle, nous empêchant de regagner nos esprits.


    • Ferdinand,

      Pour écrire ça, vous devez être végétarien, je l’espère en tout cas, sinon c’est que vous acceptez de consommer de la viande tuée par d’autres pour vous, et que vous les financez pour ça.

      Vous êtes donc probablement végétarien, et cela ne change rien au fait que vous êtes nécessairement issu d’une lignée humaine qui a subsisté grâce a des siècles, voire plus, d’alimentation carnée avant d’en arriver à votre génération.

      Je ne pense pas que cette lignée soit exclusivement composée d’êtres indignes et de brutes "égotiquement" malades. Pas plus que les milliards d’êtres humains qui ont survécu et survivent encore en mangeant de la viande.

      Bref, vous mangez des légumes, et vous les préférez bio j’en suis sûr.

      Il se trouve que je travaille dans la production de légumes bio, qui nourrissent des centaines de personnes dans tous les villages autour de chez moi.

      Sachez que pour y arriver, nous devons composer avec différents types de nuisibles, tels que les rats et les sangliers.

      Nous tuons les rats grâce à des pièges, et quand les sangliers ravagent nos cultures (des milliers de salades cette années, pareil pour les fraises, et les haricots), c’est la société de chasse, responsable de la régulation des populations nuisibles et des ravages qu’ils commettent, qui paye les indemnités.

      Sans les chasseurs, et sans le meurtre de nombreux animaux nuisibles, notre activité serait gravement menacée, et vous ne pourriez plus manger de légumes bio.

      Vous n’en avez peut être pas conscience, puisqu’il y a de fortes chances que vous viviez en ville, et c’est pour ça que je vous en informe.

      Cordialement.

      P.S. Je suis sûr que si vous pensez, par exemple, à un fier indien d’Amérique chassant le bison, vous n’avez pas la vision d’une brute malade et indigne. Et c’est tout à fait normal.


  • Je ne vois pas en quoi les chasseurs sont responsables de la souffrance animal dans les abattoirs. L’homme chasse depuis l’aube de l’humanité... D’abord avec des pièges, puis avec des pierres, puis des lances, puis des flêches, puis des fusils. Dans tous les cas l’animal a la possibilité, même si elle est mince, de s’échapper.

    Tous les peuples de la terre, même les plus "primitifs" donc les plus proches de la nature, chassent. Qu’ils s’attaquent plutôt à ces salopard d’intermarché qui raclent et détruisent les fonds marin, en plus de tuer les artisans pêcheurs, avec leur pêche en eaux profondes.

    Ceci dit je soutiens BB concernant les abattoirs. C’est la mère de tous les Français, et je la respecte au plus haut point, au dessus de BB c’est le soleil. BB je t’aime.


  • La solution : l’abattoir ambulant. Cela existe déjà en Bourgogne.



    http://www.lejsl.com/edition-autun/...p>


  • C’est un crime de tuer des animaux pour les manger mais ce n’en est pas un de tuer les végétaux ? Deux poids deux mesures.
    Je sais bien que les animaux ressentent la souffrance et que cet abattage est honteux. Mais ce coté supérieur et suffisant des végétariens m’insupportent. Pour moi, un élevage de végétaux n’est pas plus admirable qu’un élevage d’animaux. Dans les deux cas, on tue pour se nourrir. C’est sur qu’un radis, c’est moins mignon qu’un veau...

     

    • As-tu entendu parler du système nerveux ?
      Pour les végétaux, les graines, les fleurs, les feuilles, les fruits ne nécessitent par de tuer la plante.


    • @jay,
      et donc il ne faut pas couper du bois pour la construction ?




      Les arbres ont de la mémoire, ressentent la peur, communiquent entre eux, s’entraident et les plus âgés prennent soin des jeunes pousses. C’est à peine croyable mais pourtant confirmé par les scientifiques. Le documentaire "L’intelligence des arbres", en salles mercredi 27 septembre, explore leur mode de communication et l’affirme : les arbres sont des êtres sociaux.




      Je vous trouve bien matérialiste sur ce coup, à vous limiter au seul système nerveux...

      Dans le Qur’an, Adam est le kahlifa de Dieu sur terre. Le mot arabe "khalîfa", un dérivé du verbe "khalafa" (qui veut dire "prendre la place de"), signifie étymologiquement "celui qui prend la place de", "remplaçant de". En tant que Lieu-tenant de Dieu, ce vice-régent est il autorisé de prendre une vie comme les autres animaux de la création sont autorisés de prendre des vies pour leurs besoins ?
      Et pourquoi, n’en aurait il pas le droit (hors de tout excès) ?.. Par simple miséricorde, en imitant la miséricorde de Dieu ?

      L’épisode du sacrifice d’Abraham en tout cas nous instruit sur le fait que Dieu n’a que faire de nos sacrifices et qu’au contraire, c’est Lui qui nous offre en sacrifice des animaux afin qu’on puisse éprouver du plaisir, acquérir de la force, et resserrer les liens entres les Hommes par le partage d’une nourriture plaisante.

      Il y a des bénéfices dans la consommation de viande qu’il ne faut pas sous estimer. Maintenant, à l’époque du Prophète peut être qu’ils ne consommaient de la viande que pour les fêtes religieuses (et agrémentait des aliments plus quotidiens de petits morceaux de viandes séchées), ou deux fois par semaine ? En tout cas, le Prophète sws a déconseillé de trop manger de viande. Ensuite, la description des mets du Paradis sont essentiellement des "fruits" et pas des viandes rôties...

      Si vous ne souhaitez pas utiliser la consommation de viande, c’est votre choix, mais je crois que c’est se priver de plaisirs et bienfaits autorisés. Qu’est ce que serait le repas d’un lion sans un sandwich crépusculaire fait de petites antilopes avec un bon zèbre bien croquant ?


    • @Peter
      Avec votre commentaire, on comprend bien que dans l’Islam (le Christianisme aussi), les animaux sont des objets, comme les végétaux et les pierres. Et qu’ils sont là pour être utilisé par l’homme.
      Et oui, car seuls les hommes peuvent aller au paradis ou en enfer, tout le reste n’est que pure matière morte, pure objet et n’a aucun avenir.
      C’est sûr qu’avec ce genre de philosophie on mange de la viande sans remords
      Au paradis, la viande va vous manquer, il vaudrait mieux que vous deveniez végétarien le plus tôt possible pour vous entrainer à vivre comme là-bas.


    • @Peter
      Vous n’avez rien compris.
      C’est le fait de réagir fortement en mettant en avant ses qualités innombrables (on n’est pas obligé) qui signent le refoulement des scrupules, pas la réponse elle-même.
      L’intensité du refoulement est proportionnelle à la violence pour se justifier.

      Peter, je fais parfaitement la différence entre une mise à mort horrible de cet abattoir et une mise à mort rapide comme vous l’expliquez. Cela me semble évident.
      Quel est mon commentaire qui vous fait penser cela ?


    • Les animaux ne sont pas des accessoires dans les religions Abrahamiques... Est-ce que l’antilope est un accessoire pour le lion ? Tout comme le lion, je prends un peu de viande pour me nourrir sans faire de gaspillage. Est ce que l’action du lion est bête ?

      Ça n’est pas moi qui méprise les animaux. Dans mon monde à moi, ils ont même une existence car c’est l’Homme qui les fait exister à travers l’élevage. La disparition de l’élevage signifierais à terme la disparition d’une espèce. Alors, oui en étant un tenant des lieux j’opère une collaboration avec le monde animal qui est profitable à la fois à son espèce mais aussi à la mienne.

      Si le végétarisme est supérieur, à vos yeux, pourquoi ça n’a été adopté que par les hindous ?


    • L’antilope est un objet destiné à être mangé par le lion, c’est son repas qui court dans la prairie, rien de plus. Le lion n’a aucune autre relation.
      On peut collaborer avec l’animal, mais si c’est pour être tué, qui serait assez fou pour accepter une telle collaboration  ?
      Je n’aime pas le terme supérieur. Disons que c’est une vision différente de la relation de l’homme avec la nature et cela comporte des avantages dans certains domaines.
      Il n’y a pas qu’en Inde qu’on trouve des végétariens, on en trouve dans le monde entier.
      Aux USA ils seraient 13 millions de végétariens.
      Les philosophes grecques, Socrate, Pythagore, etc.
      Le peuple essénien.
      Les albigeois, les bogomiles.
      Certains ordres monastiques aussi ( trappistes...)
      La liste est longue.


    • On peut également observer que l’homme est parfois obligé de réguler le monde animal... certains animaux n’ont comme prédateurs que l’Homme. L’Homme fait parti de l’écosystème... c’est en lieutenant de Dieu, il doit agir avec sagesse, miséricorde*.. Il ne faut pas accuser l’Homme, mais s’élever un peu et chercher où il n’y a pas de sagesse..

      *il y a de nombreuses vidéos sur YouTube qui démontre que des animaux agissent avec sagesse.. un enfant de six ans comprend aisément que la consommation de viande pour se nourrir n’est pas un manque de sagesse si cela traduit un besoin. Et c’est pas les modernistes qui vont nous dire que ce besoin n’existe plus. Même si c’est tout à fait possible, je ne vais pas transformer mon chien et mon chat en végétarien, ils n’ont que faire des arguties.. Des œufs et du lait pour mon chat ? Parlons nature, parlons peu..



    • collabo avec l’animal, mais si c’est pour être tué, qui serait assez fou pour accepter une telle collaboration  ?




      Vous refusez de réfléchir ? La collaboration est au contraire longue et bienfaitrice puisque je vous ai dit dès le début que certaines espèces ne doivent leur existence qu’à la collaboration avec l’Homme. Rarement l’animal n’a pour fonction unique d’être une nourriture en fin de vie. Le mouton apportera compagnie, la laine et l’entretient des terres, les vaches, les brebis, etc, le lait et les produits dérivés tels que la peau, le cuir. La consommation de la viande est presque accessoire le plus souvent comme un recyclage en fin de vie au lieu de donner la chaire aux loups.



      Il n’y a pas qu’en Inde qu’on trouve des végétariens, on en trouve dans le monde entier.
      Aux USA ils seraient 13 millions de végétariens.



      Vous évité de répondre à la question.. Il n’y a que les indiens avec leur hindouisme qui ont proposés le végétarisme... Treize millions d’américains éparpillés ça ne compte pas.. ni les philosophes grecs qui individuellement ont proposés toute sortes de philosophie... ça aurait surpenant que deux ou trois n’abordent pas la non consommation de chaire animal..



      Le peuple essénien.
      Les albigeois, les bogomiles.
      Certains ordres monastiques aussi ( trappistes...)



      Ça concerne la foi abarahamique... Ils rejettent les plaisirs terrestres, le mariage, les plaisirs de manger et de boire, c’est la particularité d’une vie ascétique... à priori rien à voir avec les hindous qui ne rejette pas la vie sexuelle, manger et boire, les plaisirs en général. Faites un effort. Expliquez nous plutôt, la vison du végétarisme selon la croyance hindous car il s’agit d’une croyance se démarquant de ce qui existe sur terre.



      La liste est longue.



      Non, justement ça à valeur d’exception. Pas forcément un mal. Mais pourquoi vouloir en faire une croyance universelle, alors que ça n’est pas le cas ? Le lion savoure un sandwich fait de petites antilopes au crépuscule. Élevez un peu l’échange...

      Comme ça, je me demande : si les indiens et le végétarisme ça n’aurait pas un lien avec les bêtes sauvages dans l’environnement direct des paysans.. Être le repas d’un tigre à tout moment par exemple, est ce que ça influence la perception du monde et le rapport avec le monde animal ?

      Et non..dans la savane, ça n’est pas pareil. Le lion est visible au loin et ses proies naturell pléthores.


    • @Jay,
      vous avanciez l’argument que le goût de la viande chez les peuples issuent des religions abrahamique leur ont donnés l’envie de s’entretuer (génocides)...

      Moi, modestement je me demande si se faire régulièrement manger par des tigres n’ont pas dégoûté les indiens de la consommation de viande. On sait par exemple que l’anthropophagie est le plus grand des tabous... un tabou puissant mais son occurence est assez rare.

      Se faire manger par des bêtes sauvages jusqu’à nos jours je ne connais que l’Inde.. Le végétarisme comme culture civilisationelle ça n’est apparue qu’en Inde.. Une corrélation ? Votre avis (vu votre façon de raisonner) m’intéresse.


  • Faut arreter avec le "je ne mange plus de viande" parce que des abattoirs font n’importe quoi, sinon cette façon de penser peut s’appliquer à tout, il y a des hopitaux qui font n’importe quoi donc faut fermer les hopitaux, il y a des mosquées qui font n’importe quoi donc faut fermer les mosquée et je parle pas des associations et des partis politiques, faut trouver l’équilibre et voir que le monde n’est pas manichéen .


  • La solution est simple et peu coûteuse : une balle en pleine tête et l’affaire est réglée.

    La mort, le sang, ça fait partie de la vie, nous somme mortels au cas où certains l’auraient oublié. J’ai 30 ans de végétarisme derrière moi, quand j’ai fait "la bascule", je l’ai vu la différence, prise de poids et hausse de la libido (dans les 2 cas, bénéfique pour moi :) Dans l’alimentation, l’important c’est le dosage car qu’est-ce qui sépare un poison d’un remède ? Le dosage.
    Pour ceux qui parlent des vaccins, antibiotiques et autres saloperies que l’on donne à bouffer aux bestiaux, sachez que pour les végétaux c’est pareil : OGM, pesticides à gogo, "eau non potable pour l’irrigation". Et si vous me dites "Oui, mais moi, chez moi, j’ai un petit potager bio, bla, bla, bla". Je leur répondrai "Arrêtez de faire l’autruche, levez les yeux au ciel et comprenez ce qu’est un épandage aérien massif (chemtrails )". Label bio ou pas, toute la bouffe est contaminée en France, ne pas vouloir le comprendre, c’est du pur déni.
    Il existe un remède radical aux "mauvais agissements humains" mais bon, là encore, les "peace and love" vont couiner comme des gorets.

     

    • Épandage aérien ou pas. Le vent et les insectes suffisent pour que tout soit souillé depuis dès années déjà. Et que dire des cours d’eau pollués !

      Ça me fait penser à ces végétariens qui ne jurent que par les dérivés du soja, genre steak de soja. Bio ou pas, le soja est quelque part le fer de lance des productions OGM. Mais bon, la communication fonctionne bien, ils payent 40% plus cher pour se donner bonne conscience.

      La réalité c’est que le terme bio est dévoyé. L’homme a toujours mangé bio, cependant l’agro-alimentaire et les lobbys productivistes ont déglingués nos sols et nos cultures. Maintenant tu payes à ces enculés un prix 2 à 300% plus cher pour ce qui était auparavant naturel et bon marché.

      Et puis globalement avant on mangeait ce qui était local et de saison. Point barre. Pas sur que tout ceux qui se prétendent avant-gardistes dans le domaine de l’alimentation seraient prêt à faire une croix sur de nombreux produits que l’industrie met à leur disposition, qu’il soit bio ou pas.


    • @ MC2

      Petite anecdote concernant le soja, les Israéliens en sont friands visiblement. Dans un de mes boulots (restauration), ils - surtout les Israéliennes - me demandaient souvent "have you soja milk ?" lol :)




    • Il existe un remède radical aux "mauvais agissements humains" mais bon, là encore, les "peace and love" vont couiner comme des gorets.




      Permettez moi de vous dire courtoisement que vous n’avez pas inventé l’eau chaude... Le moyen radical, c’est justement "peace & love" (en non pas épaves & pavés des lendemains révolutionnaires)... C’est par amour qu’il faut aider son frère et par amour qu’il faut l’empêcher lorsqu’il fait mal les choses... Si vous perdez de vu cela rien ne va plus...


    • @Jay
      J’arrête là. Tu racontes n’importe quoi. J’ai lu tes autres commentaires.
      Le véganisme en France est arrivé dans les années 2000.
      Pour la plupart, ce sont des anciens viandards, arrivés tardivement au végétarisme, et qui sont passés direct végan.
      A te lire, tu as entre 18 et 25 ans, grand max, et tu crois tt connâitre car tu as lu trois livres et vu quatre vidéos.
      Rien ne vaut l’expérience de la vie. La vraie. Les voyages.


    • Pour l’érudit blabla...
      Le véganisme remonte au minimum à Donald Watson 1940.


  • Rémi Gaillard dit (à partir de 2’43’’) : "Si vous mangez encore de la viande, au moins regardez la réalité en face".

    Oui, Rémi, je mange de la viande et je l’ai regardée ta vidéo, et comme celle-là j’en avais déjà regardées bien avant. Et mon alimentation ne changera pas d’un iota, je vais continuer de manger non seulement de la viande mais aussi des œufs, du poisson, du lait, du fromage, du yaourt, du miel, des fruits, des légumes, des herbes, des épices et du sel pour assaisonner, etc. Et ce tant que je pourrai les manger, c’est-à-dire tant que je pourrai varier les aliments auxquels j’ai accès.

    Bien sûr, ce genre de vidéo continue à être diffusé. Et bien sûr, les masses populaires deviennent de plus en plus végétariennes par simple compassionisme. Mais c’est une manipulation monstrueuse : il suffit de reculer 50 ans en arrière pour, dans une ferme familiale européenne, assister à des mises à mort dignes, où l’animal n’était pas abattu comme sur ces images. Dans la tradition des 300000 dernières années, l’employé d’abattoir n’existait pas. Maintenant le système capitaliste lui dit : "tu veux ton SMIC en fin de mois ? eh ben ici on tue les bêtes à la chaîne, à cette cadence et avec ces machines. Et si t’es pas content tu prends la porte."

    Les temps ont changé depuis le Paléolithique : les chasseurs-cueilleurs avaient (et ont encore, pour ceux qui restent) un immense respect pour les animaux qu’ils tuaient. Une chasse prenait du temps et la mise à mort n’était pas inhumaine. Les animaux étaient débités de façon naturelle. Cette façon digne de débiter la faune a continué avec le Néolithique et l’élevage jusqu’à l’avènement de la révolution industrielle. TOUT LE PROBLÈME EST LÀ. Dans la tradition, les fermes ne tuaient pas tous les jours et ne se proposait pas de tuer à la chaîne, c’était une autre économie, qui d’ailleurs a été perdue. Maintenant, le même système capitaliste-industriel qui s’est lancé dans la deshumanisation des abattoirs est celui qui nous tue 450,000 humains en Syrie en espace de 7 ans : rien qu’en Syrie, plus de 60,000 humains cadavérisés par an par le même modèle de "civilisation" qui veut nous faire pleurer sur des vaches et des cochons.

    De toute façon, mon p’tit Rémi monsieur "regarde-la-réalité-en-face", je te dis une seule chose : l’humanité s’est violemment extraite de l’animalité il y a des millions d’années... pour te pondre toi, maintenant, et elle l’a fait avec dureté, précisément en regardant la réalité en face.

     

    • "rien qu’en Syrie, plus de 60,000 humains cadavérisés par an par le même modèle de "civilisation" qui veut nous faire pleurer sur des vaches et des cochons."
      Là on a 3 000 000 par jour.
      Si tu pleures pour des vaches et des cochons, sûr tu pleureras aussi pour des humains.
      L’inverse n’est pas forcément vrai.


    • "L’inverse n’est pas forcément vrai" (dixit Jay)

      L’inverse, Jay, n’est tout simplement pas un impératif moral. Tu as été foncièrement immoral car tu viens de faire un recours à un argument basé sur une question de quantité, en confondant quantité et dimension ontologique. C’est parce que tu attribues le même degré ontologique aussi bien à l’être humain qu’à l’animal que pour toi la quantité est un paramètre à prendre en compte. Or, il n’en est rien. La quantité ne changera jamais rien à la chose, l’enfant de quatre ans assassiné dans les Ramblas de Barcelone l’année dernière vaut mille milliards de fois de plus que tes trois millions d’animaux par jour. Pour ce qui est de ces animaux, le problème est dans la façon industrielle dont la vie leur est prise, pas dans le fait que des humains les tuent et les mangent. Ces vidéos avilissent le système capitaliste industriel de masse, pas les consommateurs [occasionnels !] de viande.

      Autre chose : depuis des millions d’années, c’est tous les jours que des gazelles se font dévorer par des lions, que des papillons se font dévorer par des libellules ou que des edmontosaures se font dévorer par des tyrannosaures. Les traces fossiles de prédation remontent à un milliard d’années, et il n’y a pas de raison de penser que la predation ne serait pas apparue avec la vie organique elle-même, il y a quelques quatre milliards d’années, les premières bactéries se dévorant entre elles. Le fantasme ultime des animalistes, qui consisterait à revenir à une planète sans êtres humains, où les pauvres petits animaux se seraient enfin libérés des abattoirs, est une connerie monumentale, la réalité étant que le massacre et la souffrance sont la substance même qui constitue le monde physique. Une planète sans humains serait un massacre permanent perpétré par les animaux entre eux, comme cela est déjà le cas depuis des millions d’années, voilà la réalité que les animalistes ne veulent pas voir. Ils sont même conditionnés par des factions politiques pour ne pas la voir. L’animalisme n’existe que maintenant, il est le résultat d’une humanité déréglée qui a perdu le contact avec toute santé morale et intellectuelle digne de ce nom.

      Le mythe des origines, l’Eden, le paradis perdu, la brebis qui joue avec le lion... voilà ce qui couve sous les dessus de l’animalisme. Mais le paradis perdu est, comme tout mythe, un élément d’interprétation qui pointe du doigt vers un objet situé ailleurs que du côté du symbole ayant été utilisé.


    • @Pelagia

      C’est amusant comment vous spéculez sur ce que je pense et qui n’apparait pas dans les 2 phrases que j’ai écrites, et ainsi cherchez à argumenter contre.

      Ensuite sur ce que j’ai écrit, cela tient toujours.
      Si un animal n’a qu’une très faible valeur morale, il est évident que si l’on s’apitoie sur lui, on s’apitoiera sur un humain aussi.
      Les chiffres vous ont troublé, j’aurais pu les enlever, cela n’était pas essentiel.

      Selon vous la Nature à besoin de l’homme pour qu’il n’y ait plus de massacre.
      Je n’ai jamais rien lu d’aussi étrange.


    • "rien qu’en Syrie, plus de 60,000 humains cadavérisés par an par le même modèle de "civilisation" qui veut nous faire pleurer sur des vaches et des cochons."

      Cette phrase est de moi. Vous l’avez citée pour immédiatement y répondre :

      "Là on a 3 000 000 par jour."

      Vous avez donc clairement comparé 60,000 victimes humaines par an dans UN pays avec 3,000,000 d’animaux tués par jour dans les abattoirs. Votre argument A ÉTÉ l’argument de la quantité. Pour que la quantité soit un argument légitime il faut faire l’amalgame ontologique entre l’humain et l’animal. Dans le domaine de la systématique phylogénétique l’humain est un animal comme les autres mais dans le domaine éthique l’humain a un statut ontologique de prééminence sur l’animal.

      Je le répète, votre argument A ÉTÉ l’argument de la quantité. Ainsi, je ne spécule pas sur ce que vous pensez, je réponds à ce que vous avez dit. Tout simplement.

      Votre commentaire se poursuit (je vous citerai progressivement entre guillemets) :

      "Si tu pleures pour des vaches et des cochons, sûr tu pleureras aussi pour des humains."

      Ah bon ? La compassion est une émotion humaine très ancienne et à chaque époque les minorités dominantes l’orientent comme bon leur semble. L’animalisme est très clairement un mouvement résultant d’un conditionnement du sujet. Son but est de supprimer, chez les populations urbaines occidentales, des millions d’années d’application du principe de réalité. Le consommateur consommera ce qu’on lui dit de consommer (de la salade) et il sera de plus en plus coupé de la réalité. Les élites ne se couperont pas du réel : elles continueront de manger des entrecôtes d’Aubrac de 400 grammes.

      Par ailleurs, le système immunitaire de chaque animaliste tue des millions de micro-organismes tous les jours, mais l’animaliste ne se suicide pas, il continue le massacre des micro-organismes (alors qu’il devrait se suicider pour y mettre fin) et en plus il fait la morale au consommateur omnivore, qui est celui qui applique le très sain principe de réalité. Chez l’animaliste, la perte de contact avec la réalité est donc totale.

      "Selon vous la Nature à besoin de l’homme pour qu’il n’y ait plus de massacre."

      Je n’ai jamais dit ça. La nature n’a pas besoin de l’homme pour quoi que ce soi et le massacre s’est produit, se produit et se produira quelle que soit la politique alimentaire que les humains s’imposeront.

      Jay, rendez-vous un service : relisez mes deux commentaires antérieurs.

      Bisous.


    • @ Jay.

      Complètement faux. Pour bien connaître les milieux végétariens et végans, je peux t’assurer que la très grande majorité n’a aucune compassion pour les humains, et au contraire, a même souvent une haine féroce, et ne fait que vénérer les animaux.
      Les pires étant bien souvent, hélas, là encore, les femmes dans ce domaine.
      Elles sont d’ailleurs aussi souvent les premières féminazies.


    • @ blablainco
      Vous ne connaissez rien du tout. La preuve :
      Je suis dedans et je témoigne qu’a part quelques fous, ce n’est pas vrai.
      En Inde 800 000 000 n’ont jamais mangé de viande de leur vie et ne sont pas remplies de haine féroce envers l’humain. (Les Indiens n’ont jamais commis de génocide qui est une caractéristique chez les peuples mangeurs de viande, et ils reproduisent cela sur les animaux ( par habitude.)
      Les fous on les trouve partout, même sur ce site.

      @Pelagia
      "Là on a 3 000 000 par jour."
      C’est une comparaison pour dire qu’il faut s’y pencher aussi.
      Il n’y a pas d’argument de quantitatif, c’est du délire.

      Quant à la science de l’ontologie, c’est très intéressant.
      Je ne partage pas votre vision fortement teintée par la philosophie abrahamique qui voit dans l’animal un être sans âme fait pour être dominé et mangé et voit aussi la Nature dénuée de sacré et de divin, juste bonne à être exploitée.
      (Comme la femme qui n’a pas bénéficié elle aussi du souffle divin).
      Désolé, mais ma vision est païenne, donc j’irais en enfer rejoindre le Diable.
      L’homme et l’animal ainsi que tout être vivant participent de la même réalité ontologique ou essence : la conscience. Et cette conscience est de nature divine.
      Il n’y a que le corps, qui comprend aussi tout l’appareil psychique qui fait les différences.
      Quand on comprend cela, on se met à respecter la vie ( la conscience de nature divine).
      En respectant la vie, une porte s’ouvre sur la connaissance de notre véritable nature profonde.
      Et c’est le point de départ de toute spiritualité authentique qui s’occupe de la nature de cette conscience.


    • "Quant à la science de l’ontologie, c’est très intéressant.
      Je ne partage pas votre vision fortement teintée par la philosophie abrahamique qui voit dans l’animal un être sans âme fait pour être dominé et mangé et voit aussi la Nature dénuée de sacré et de divin, juste bonne à être exploitée.
      (Comme la femme qui n’a pas bénéficié elle aussi du souffle divin)."

      Eh, Jay, j’ai vraiment dit tout ça ?

      C’est quand même flippant... je lui avais pourtant conseillé de relire mes propos, histoire de pouvoir mener un débat honnête...


    • @Jay,




      (Les Indiens n’ont jamais commis de génocide qui est une caractéristique chez les peuples mangeurs de viande, et ils reproduisent cela sur les animaux ( par habitude.)
      Les fous on les trouve partout, même sur ce site.




      Il y a des extrémistes hindous en Inde et à la fois les chrétiens et les musulmans sont dans leur collimateurs... Ne me dites pas qu’il n’y a pas de fanatiques hindous et qu’ils n’ont jamais commis de massacres..

      Ensuite, vous prennez les païens comme supérieurs, mais les païens ont bien commis des génocides n’est ce pas ? Un bon païen (dans l’Histoire et de nos jours par exemple) est il nécessairement vegan selon vous ?

      Je ne connais que les indiens/hindous comme peuple païen végétarien/vegan, est-ce qu’il existe des peuples végétariens en Amazonie, Amérique du Sud, Afrique, Australie ? C’est une question qui m’intrigue.... J’avoue ne pas connaître l’hindouisme et ignorer les raisons de cette particularité. Avez vous une référence concernant René Guénon au sujet du veganisme dans l’hindouisme ? Je respect son érudition et il est je crois plutôt favorable à l’hindouisme.

      Ps : vous n’avez pas une connaissance très pointue des religions abrahamiques... Je vous ai récemment donné un lien vers l’identité d’Adam dans le qur’an, le fait que sa moitié (qui n’est pas nommée) n’est en aucun cas différente dans sa nature, je suis d’autant plus surpris de vous voir prétendre aujourd’hui le contraire... Si vous n’aviez pas lu le lien, le revoilà :

      https://www.alajami.fr/index.php/20...


    • @Peter
      Je parle de génocide pas de massacre.
      Quelle génocide ont commis les païens ?
      Je ne suis pas végan. Le véganisme est une idéologie née dans les années 50.
      Il n’y a pas de trace de véganisme dans la culture indienne. Vous savez bien qu’ils adorent le lait.
      Je ne parle pas d’un peuple ou d’une tribu, je parle d’une civilisation, la civilisation védique.
      René Guénon, je ne connais pas, juste son nom.

      Il n’y a pas besoin d’avoir un doctorat en théologie pour comprendre les paradigmes des religions abrahamiques. Des connaissances philosophiques suffisent.

      Maintenant, à moi Peter, allons droit au but.
      Selon vous quelle est la destination d’un païen après la mort ?


    • @Jay
      1. Je te confirme que je connais très bien ce milieu, et que j’ai vu son évolution, depuis 30 ans. J’ai 43 ans.
      2. Je parle de mon pays, la France.


    • L’intérêt premier ici est d’apprendre... j’espère être contredit ou qu’on confirme intuitions ou connaissances !

      @jay, vous y voyez une différence vous, entre massacrés et génocidés ?

      Bien évidemment qu’il y a eu des génocides dans l’histoire humaine (même si ça n’était pas la règle : les enfants et les femmes étaient au minimum des commodités précieuses) puisque il s’agit d’un sentiment fort bien connus qui est la vengeance.

      Cela va être très facile notre discussion... puisque on est débat concret bien balisé (selon vous) : pour vous le monde se divise en deux ?!! D’un côté, le monothéisme de la foi Abrahamique et de l’autre les païens ? Dites moi, si j’ai tord..

      De la façon la plus logique, il y a bien eu des sacrifices humains par exemple et même du cannibalisme dans l’histoire humaine.. Est ce qu’il y avait beaucoup de païens qui consommaient de la chaire humaine et trouvaient ça normal, puisque leurs croyances relevaient de superstitions ?!

      Et bien la réponse est simple, la quantité et la fréquence n’a pas d’importance.. tout indique à croire que les sacrifices humains et l’anthropophagie, ça a toujours été chez des païens ?

      Ou alors, il y a les bons païens et les mauvais païens ? Les sacrifices humains, c’est une croyance ! L’anthropophagie est une croyance ! Ces croyances ne relèvent pas de la foi abrahamique, en tout cas.. Animisme, paganisme ? Les rituels sacrifiant des hommes relèvent bien d’être humains qualifié de païens dites moi, si il y a une façon différente de voir ?

      Les aztèques par exemple ? Ils ne sont pas païens, les aztèques ? Pas de cannibalisme en Islam en tout cas... ils ne mangent pas de cochons, alors la chaire humaine tu parles d’un tabou... Vous me direz que les hindous sont végétariens, alors les païens hindous et les autres païens ne s’équivalent pas tjrs ?

      Vous mélangez paganisme et végétarianisme, comme si il y avait un lien direct ? Vous pouvez élaborer, si vous croyez réellement qu’il y a un lien. Les païens c’est l’ancien monde avantle monothéisme, si j’ai bien compris votre vision, alors pourquoi croyez vous que la foi abrahamique à inventer tout les maux de l’humanité ? Pourquoi, les génocides seraient pratiqués uniquement depuis que le monothéisme est apparue en terre sainte ?

      Vous ne m’avez pas répondus... quelles peuplades ou civilisations et sur quel continent, mise à part les hindous sont ou ont été végétariens ? Les hindous semble être une exception ? Une explication ?


    • Cher Peter.
      Je vais essayer de répondre brièvement à toutes vos questions.
      Je vois que vous vous intéressez à la philosophie.
      D’abord, je n’ai rien contre les musulmans, je travaille en ZFU au contact intime d’une population à 85% musulmane, ils sont très gentils et aussi ouverts politiquement parlant. (Pas besoin de leur faire un dessin pour dire qui domine le monde).
      - Ce que j’ai dit sur les génocides est en réponse à une affirmation forte que les végétariens ont la haine des hommes. Réponse en proportion : légitime défense.
      - Le monde est divisé en deux : les athées matérialistes et ceux qui pensent qu’après la mort il y a quelque chose qui dépend de comment on vie sa vie.
      Parmi ces non-matérialistes, on peut encore diviser en deux, les gens du livre et les autres que l’on appelle les païens. Parmi les païens il y a une multitude de philosophies donc d’écoles de pensée. Le végétarisme n’est une caractéristique que pour le groupe des religions dharmiques païennes ( Indouisme, Sikhisme, Bouddhisme).
      Païen est un terme général. On peut aussi faire une étude comparative entre les religions du Livre et les religions païennes, il y a des différences philosophiques importantes. Mais c’est trop long à expliquer ici.
      - Quant au végétarisme dans les religions dharmiques il est motivé par des bienfaits physiques (santé) et psychique.
      En effet la nourriture ingérée entraine des effets physiques et psychiques indéniables.
      Le végétarisme aide à calmer le mental et aide donc dans la méditation et l’introspection.
      Il aide aussi à développer la compassion et à adoucir le coeur.
      Tout ceci est validé par la médecine Ayurvédique et par l’expérience personnelle des Yogis.
      C’est trop long ici pour entrer dans les considérations métaphysiques pour tout expliquer.
      J’espère avoir un peu répondu à vos questions fortes intéressantes.
      PS : j’ai bien aimé votre phrase commençant par "La collaboration est au contraire longue..."
      Je serais honoré d’avoir une ferme à côté de la vôtre.



    • « Vous connaissez la vache Wagyu ? Elle est originaire du Japon. C’est l’animal le plus zen du monde. On lui fait écouter de la musique, (...) Sa viande vaut dix fois plus cher que celle de n’importe quelle autre vache, c’est un mets de luxe servi dans des restaurants gastronomiques.

      Avec l’éleveur avec qui je travaille, on s’est posé la question de savoir quel abattage choisir. Il n’est pas question que la bête soit stressée, sinon ce sont des semaines d’un élevage de luxe qui sont gâchées en quelques secondes. On a donc fait appel à un sophrologue animalier, pour avoir son avis. Cet homme a garanti à mon éleveur que l’abattage par égorgement est le moins douloureux. »
      « L’étourdissement, c’est pour aller plusvite »
      « L’étourdissement n’est pas du tout une méthode choisie pour le bien des animaux. C’est juste pour aller plus vite, pour avoir de plus grandes cadences. Croyez-moi, les animaux mal étourdis passent un sale quart d’heure ! L’abattage par égorgement est spectaculaire, etce n’est pasbeau à voir, mais c’est une méthode nette, immédiate, le cerveau cesse tout de suite d’être irrigué, l’animal ne souffre pas. Un signe qui ne trompe pas ? Avec cetype d’abattage, il n’ya jamais de “viande fiévreuse”, cette viande couleur rouge rubis qui nepeut être consommée parce que l’animal a subi trop de stress. »
      https://www.nouvelobs.com/rue89/rue...



      Le site vigilance halal est un site islamophobe... Puisque, la viande halal est en faite casher et tenu par des Israëlites pourquoi ne pas avoir appelé ça "vigilance casher" ? Comme d’habitude si vous allez sur leur site aucune mention ne sera faites du cette vérité. Tout ça est bien beau, mais avant les années 70 est-ce qu’on assommaient(étourdissement)les animaux ?

      http://avs.fr/2016/11/etourdissemen... Les sites islamophobes ne sont pas impartiaux sur la question !! Voilà, un dossier très clair ou des scientifiques telsque les professeurs Joe Regenstein ou Temple Grandin EUX AUSSI affirment que l’abattage rituel est celui quifait le moins souffrir lesanimaux.



      l’étourdissement permet d’accroitre les cadences industrielles, les volumes de production et la rentabilité ; l’animal assommé étant immobilisé et le plus souvent déjà mort des suites de son étourdissement, la saignée s’effectue de manière plus rapide (...)





    • PS : j’ai bien aimé votre phrase commençant par "La collaboration est au contraire longue..."
      Je serais honoré d’avoir une ferme à côté de la vôtre.




      Je n’ai pas de ferme. C’est une particularité de la religion abrahamique de croire que Dieu à envoyer des Prophètes sur terre pour guider l’humanité. À priori, je crois qu’il y a de ce fait des sagesses ancestrales dans tous les peuples de la terrre jusqu’à preuve du contraire (manque de sagesse).

      C’est pourquoi, en plus de l’expérience et la connaissance de la bonté inhérente de l’Homme, je crois que les éleveurs sont effectivement très proches de leurs animaux ; en faite bien plus que nos contemporains modernes peuvent être proches de leurs animaux domestiques !!...

      Lorsqu’un animal vous procure de la nourriture et une compagnie réelle (démontrant une intelligence aiguë), il est difficile de ne pas avoir des contacts très proches. Cependant, ce qui vous paraît incompréhensible... c’est le fait que l’animal en fin de vie puisse passer à la casserole pour ainsi dire... Comme je vous l’ai dit.. entre une carcasse qui nourrirait les loups et une viande qui est optimisée pour se fortifier et partager un moment de plaisir avec un met succulent il n’y a pas photo ; tout le monde s’accorde à définir la viande comme un met très appétissant surtout les végétariens qui ne sont pas végétariens de naissance.

      Je n’ai pas d’explication concernant la diversité sur terre... mise à part l’intérêt d’avoir des gens de bonnes volontés en compétition entre eux pour faire le bien... Personne ne peux vous repprocher de défendre votre bout de steak de soja... Mais dans un monde ou circule autant de désinformation, il faut prendre en compte les arguments de le défense. .


    • "tout le monde s’accorde à définir la viande comme un met très appétissant surtout les végétariens qui ne sont pas végétariens de naissance."
      Connaissant plusieurs centaines de végétariens, je vous assure qu’ils ne sont pas d’accord.

      Quant aux animaux domestiques, les tuer pour les manger serait considéré comme un meurtre.
      Un végétarien ne fait qu’élargir son amour aux autres animaux.


    • @Pelaglia, je ne suis pas d’accord avec toi sur le fond et sur la forme. On devrait pas être catégorique sur le sujet. Pour cela, les arguments de Jay sont plus fondés.

      Pourquoi opposer les uns (mangeurs de viande) et les autres (vegans... ?). La question n’est pas de savoir si l’on doit manger ou pas de la viande (c’est anécdotique). La question est de savoir comment échapper à la surexploitation liée à l’aliénation des peuples déracinées ?
      Le chasseur (pas celui qui s’expose sur Facebook avec sa bête morte) dans les régions tribales ou dans les régions où l’histoire à encore un sens (la tradition), on chasse par nécessité (notion de survie), où la proie est honorée parce qu’elle est le lien entre l’homme et la nature.


    • Je réponds à "maxi" :

      "Pourquoi opposer les uns (mangeurs de viande) et les autres (vegans... ?)."

      Je ne les oppose pas puisque la catégorie "mangeurs de viande" n’existe pas à proprement parler. Les humains sont essentiellement omnivores et le végétarisme est une dérive qui éloigne l’humain de son être naturel omnivore, il n’y a donc pas d’opposition entre deux catégories, il y a une population (les animalistes) qui s’éloigne du bien naturel de l’espèce humaine, voilà tout. De plus, le végétarisme se focalise sur la consommation de viande, en réduisant l’omnivore à un consommateur de viande, or, chez les humains, cette consommation est toujours accompagnée ou alternée avec des végétaux.

      "La question n’est pas de savoir si l’on doit manger ou pas de la viande (c’est anécdotique)"

      Pour certaines personnes toute la question est là. En tout cas, la vidéo de Bardot et Gaillard fait avant tout une demande de surveillance vidéo, ne l’oublions pas. Pour eux le dilemme est celui de la souffrance animale.

      "La question est de savoir comment échapper à la surexploitation liée à l’aliénation des peuples déracinées ?"

      Cette question est bien formulée car, avec ou sans migrations massives, elle est pleine de sens. Il se trouve que les migrations massives ont déjà eu lieu (et s’accélèrent) depuis la seconde moitié du XXe siècle, mais le déracinement peut se produire au sein même du creuset d’un peuple, sur la terre même des propres ancêtres. Les royalistes français, par exemple, voient leurs compatriotes républicains comme des déracinés de par la rupture même avec ce qu’ils considèrent être les vraies racines de la France. Quant à la surexploitation inhumaine des animaux il est évident qu’il faut parler en termes de révolution industrielle et d’évolution des étapes du capitalisme. Francis Cousin et Marx seraient peut-être ici très utiles.

      "Le chasseur (pas celui qui s’expose sur Facebook avec sa bête morte) dans les régions tribales ou dans les régions où l’histoire à encore un sens (la tradition), on chasse par nécessité (notion de survie), où la proie est honorée parce qu’elle est le lien entre l’homme et la nature."

      Relis mes commentaires antérieurs, maxi, et tu verras que je dis quelque chose de très semblable.


    • "’humain de son être naturel omnivore"
      Faux
      Un minimum de connaissance en anatomie et physiologie est nécessaire pour comprendre.
      L’homme est granivore/frugivore comme le gorille.

      Après s’il veut manger de la viande, il en devra en assumer la responsabilité tant physique que psychique.




    • "tout le monde s’accorde à définir la viande comme un met très appétissant surtout les végétariens qui ne sont pas végétariens de naissance."
      Connaissant plusieurs centaines de végétariens, je vous assure qu’ils ne sont pas d’accord.




      Pourtant, c’est très logique..Vous ne pouvez nier que l’Homme omnivore aime bien la viande.. et même beaucoup. Lorsque ses papilles font l’apprentissage de ce goût, c’est durant l’enfance.... inutile de prendre en compte (à mon avis) les traumatismes psychologiques ou de tout autres natures qui viendront contrarier, sa première expérience avec la nourriture viande. Quel vegan n’aime pas le lait ? Tous les enfants ont goûtés au lait. Ne pas aimer le lait gustativement parlant pour un vegan, ça signifie quoi ?...

      Je n’ai pas voulus inclure dans ma généralisation, les végétariens qui sont devenus végétariens par rapport au goût (et ils doivent être nombreux) car d’une part ça dévalorise l’idée qu’il y aurait une position morale par rapport au bien être animal et secundo, l’aversion pour la consommation de viande animale (qui est une construction psychologique positive ou négative selon ses opinions) en grandissant peut effectivement influer vers une dépréciation du goût.

      Je voulais insister sur le fait que presque tout le monde aime une sorte de viande y compris la vaste majorité des végétariens avant qu’ils ne deviennent végétariens. Puisque vous connaissez autant de végétariens occidentaux, vous devez avoir remarqué, bien souvent avant de passer le pas, un bon nombre d’entre eux n’appréciaient plus que la viande de poulet, sûrement du au fait qu’elle n’est pas rouge et qu’il n’y a pas de sang visible. Beaucoup de femmes modernes n’aiment que le poulet.. Ça signifie quoi ? Elle serait plus sensible ? Plus dans une lecture émotionnelle que rationnelle ? Une pression sociale : la femme d’aujourd’hui est éternellement au régime, préférant donc ce qui ne fait pas grossir comme les viandes rouges bien grasses ? C’est une question éthique ou de « santé » le végétarisme occidental ?

      La « propagande » végétarienne a un impact sur la perception du goût.. surtout chez les adolescents en pleine construction identitaire. Au-delà de ces points de détail. l’Homme omnivore apprécie la viande, voilà ce que je disais. Et dans la vaste majorité les végétariens ne sont pas devenus végétariens à cause du goût (mais c’est sûrement une minorité importante vous avez raison). L’Homme est omnivore, c’est sa nature profonde.




    • Quant aux animaux domestiques, les tuer pour les manger serait considéré comme un meurtre.
      Un végétarien ne fait qu’élargir son amour aux autres animaux.




      Et en élargissant votre champs d’amour envers les animaux beaucoup de végétariens entretiennent une aversion (bien inutile) pour les humains ? Les coréens mangeant du chien sont plus meurtriers, car ils mangent une espèce animale que beaucoup considèrent comme animal de compagnie ? On peut-être culturellement êchoqué, mais intellectuellement tuer un animal pour vous végétariens, il y aurait des circonstances agravantes ?

      On se croirait dans un téléfilm ou la petite fille à la ferme doit déguster un lapin à la moutarde sans qu’on lui dise que c’est le petit lapinou qui est passé à la casserole. Voyons, ne faites pas semblant de ne pas comprendre. Le berger qui tond ses moutons tous les ans... les accompagne dans la montagne risquerait sa vie pour récupérer une bête au abord d’un précipice... une chose que toutes les petites dames débordantes d’amour pour le chiwawa ne feraient pas... En fin de cycle, ce mouton passera à la casserole et pourquoi pas ? Pourquoi devrait-il notre brave berger laisser pourrir la carcasse de sa bête ? Vous avez besoin de la laine ? Besoin du berger ?

      Lorsque les bergers ont leurs moutons qui se font dévorer par les loups, c’est tout autant traumatisant pour certains que si c’était leur chien domestique... Qu’ils mangent du moutons n’y changera rien... C’est votre perception des mangeurs de viande qui doit changer.. ils n’ont pas moi d’amour que vous !!!


    • Du point de vue anatomophysiologique, en comparant les tubes digestifs, l’homme est un granivore/frugivore comme les grands singes.


    • "Du point de vue anatomophysiologique, en comparant les tubes digestifs, l’homme est un granivore/frugivore comme les grands singes."

      NON.

      La lignée humaine a conservé une structure de tube digestif semblable à celle de l’ensemble des simiiformes mais les genres Pan et Homo (les chimpanzés et les humains) sont issus d’ancêtres communs manifestement omnivores. Les chimpanzés chassent, tuent et mangent des colobes (les colobes sont des singes encore dotés d’une queue, quoique non-préhensile). Les chimpanzés sont en plus insectivores car ils adorent les fourmis. Quant à la lignée humaine, c’est depuis au moins les époques d’apparition des genres Ardipithecus, Australopithecus, Paranthropus et Homo que la paléontologie a démontré l’existence de spécimens pleinement omnivores, et certains pratiquement carnivores. Le genre Homo est pleinement omnivore dans toute sa lignée (H. habilis, H. erectus, H. heidelbergensis, H. neanderthalensis, H. sapiens...). Certaines de ces espèces traversent des époques de centaines de milliers d’années où elles sont pleinement carnivores (heidelbergensis, neanderthalensis). Quant à H. sapiens (nous), la paléontologie suggère un régime omnivore depuis la spéciation même (il y a 300000 / 200000 ans). Il y a 160000 ans, une population de sapiens d’Afrique du Sud (nous, notre espèce) se nourrissait déjà de coquillages marins. Sur le reste du continent la chasse est massivement pratiquée et les végétaux sont bien sûr aussi exploités.

      Les peintres de Lascaux étaient de grands chasseurs... au XIXe siècle, les indiens des plaines d’Amérique du Nord leur ressemblaient encore énormément à tout point de vue...

      La lignée humaine et la lignée des chimpanzés représentent une nouvelle direction évolutive au sein du cladogramme des primates. Leur régime alimentaire omnivore n’est que l’un de leurs caractères dérivés propres. Ils en ont d’autres, bien sûr.


    • Pour Peter
      vous êtes attaché crocs et griffes à votre morceau de steak.
      Même les raisonnements les plus délirants ne vous font plus peur.
      Pour vous le paradis risque d’être un enfer, car comme vous l’avez remarqué, il n’y a pas de viande là-haut.
      Vous feriez mieux de devenir végétarien le plus vite possible pour vous entrainer à vivre dans votre future résidence.


    • @Pelagia
      Savez vous ce que veux dire le mot anatomophysiologique ?
      Là, on parle du concret pas de thèses discutés de paléontologues.


    • A Pelagia
      Parmi les grands singes, seul le chimpanzé consomme de la viande, et encore, en petites quantités. Celui-ci est par ailleurs très sensible aux nourritures grasses et ses artères supportent mal ce type d’alimentation.


    • @Jay
      Savez vous ce que veut dire la phrase "l’homme est un granivore/frugivore comme les grands singes" ?
      Là, on parle de la signification concrète des mots que vous avez utilisés vous-mêmes, de leur signification et de leur corollaire logique au sein d’un échange d’idées qu’on appelle un débat.

      Vous voyez, vous, cher Jay, que les populations humaines de par la planète soient des êtres qui se nourrissent de graines et de fruits ? Peut-on lire la phrase "l’homme est un granivore/frugivore comme les grands singes" et ne pas éclater de rire ? Les Chinois sont des "granivores/frugivores" ? Les Aborigènes australiens sont des "granivores/frugivores" ? Les Kikuyus sont des "granivores/frugivores" ? Les Auvergnats sont des "granivores/frugivores" ? Emmanuel Macron est un "granivore/frugivore" ?

      J’enfoncerai un autre clou dans le cercueil de votre imposture : la ressemblance entre les différents tubes digestifs des simiiformes est bien davantage morphoanatomique qu’anatomophysiologique. Tout simplement parce que si du côté physiologique les hominines (la branche évolutive comprenant les chimpanzés et les humains) mangent ET DIGÈRENT de la viande, c’est parce qu’ils ont développé les enzimes digestives nécessaires.

      Quant aux données paléontologiques que je vous ai offertes hier, elles sont loin d’être discutées : l’alimentation d’un organisme fossile, dès lors que sous un microscope on peut en observer aussi bien les surfaces abrasives des dents que le tissu osseux, eh ben mon coco y a pas photo, ce ne sont pas des "thèses discutées". Il y a entre 2 et 3 millions d’années certains australopithèques développaient même des pathologies osseuses à cause d’une consommation excessive de viande, voilà peut-être pourquoi l’espèce humaine, avec ce fort passé végétarien dont vous avez parlé, a finalement basculé du côté d’un régime équilibré... ET DONC OMNIVORE.

      Le régime omnivore des humains n’est pas une thèse sujette à débat. C’est un constat. C’est un état de fait.

      On nage en plein délire, nous assistons en ce XXIe siècle à d’insupportables dénis de réalités.


    • En anatomie toutes les formes ont une raison, la nature de fait rien au hasard. La moindre petite crête osseuse à une raison d’être.
      Si morphologiquement il y a des ressemblances, ce n’est pas par hasard.
      On n’a pas le foie d’un carnivore en puissance de désintoxication des acides.
      Cet un fait.
      L’homme est granivore frugivore par essence.
      C’est le régime d’un végétarien auquel on ajoute le lait, tous les mammifères peuvent boire du lait.
      L’honnêteté serait de reconnaitre qu’il existe des controverses à ce que vous avancez.


    • Excusez-moi de m’incruster dans le débat, mais je confirme que l’homme est frugivore-granivore.


    • De Jay : "On n’a pas le foie d’un carnivore en puissance de désintoxication des acides.
      Cet un fait."

      C’est très exactement ce que je dis, Jay. Nous ne sommes pas de stricts carnivores, nous sommes des omnivores. Relis mes propos, s’il te plaît.

      Votre vision générale de la nature et de la biologie est complètement erronnée. Votre humanité foncièrement "frugivore/granivore" c’est de l’évolutionnisme mal compris, comme il était encore mal compris au XIXe siècle et une grande partie du XXe. Pour ne pas vous donner un long cours ennuyeux genre scolaire/universitaire, allons au noyau du problème : de tous ces termes que vous utilisés, "Jay" et "STEF de MARS"... revenons sur les suivants :

      "toutes les formes ont une raison", "la nature de fait rien au hasard", "à une raison d’être", "ce n’est pas par hasard", "par essence".

      Vous êtes victimes... A) d’essentialisme, hérité d’une vision de la nature qui est complètement dépassée, et... B) d’un argument absurde par extrapolation, une opération de l’esprit qui n’a rien à voir ni avec la physiologie, ni avec l’anatomie ni encore moins avec leurs... "raisons d’être".

      B) Pour ce qui est de l’extrapolation erronnée de fonctions et de traits de caractère, votre raisonnement est le suivant :

      "Du point de vue anatomophysiologique, en comparant les tubes digestifs, l’homme est un granivore/frugivore comme les grands singes."

      Autant conclure ce qui suit : "Du point de vue de leur structure cellulaire, en comparant leurs cellules, qui sont toutes eucaryotes, l’homme est un butineur/pollinisateur comme les papillons, et les abeilles."

      Voilà à quoi ressemble votre tour de passe-passe. C’est d’un ridicule épouvantable. Un déni de réalité au grand jour, d’une impudence et d’une effronterie absolument inouies.

      A) Pour ce qui est de l’essentialisme dont vous souffrez gravement, je ne vous donnerai pas de longues et ennueyuses explications. Allez en bibliothèque ou en librairie et procurez-vous un exemplaire de la "Classification phylogénétique du vivant" (Guillaume Lecointre et Hervé Le Guyader, 4e éd. en 2 tomes, 2016-2017, éditions Belin). L’introduction n’est pas trés longue et vous suffira pour comprendre pourquoi il est parfaitement possible que les humains et les chimpanzés soient des omnivores alors que leurs ancêtres les plus proches sont végétariens ou (c’est l’un des exemples du bouquin), pourquoi nous avons un appendice intestinal qui ne sert qu’à provoquer des appendicites...

      Bonne lecture.


    • @Jay,
      vous avanciez l’argument que le goût de la viande chez les peuples issuent des religions abrahamique leur ont donnés l’envie de s’entretuer(génocides).

      Moi, modestement, jeme demande si se faire régulièrement manger par des tigres n’a pas dégoûté les indiens de la consommation de viande. On sait par exemple que l’anthropophagie est le plus grand des tabous, un tabou aussi puissant que son occurence est rare. Tabou de la viande ?

      Se faire manger par des bêtes sauvages jusqu’à nos jours je ne connais que l’Inde. Le végétarisme comme culture civilisationelle ça n’est apparue qu’en Inde.. Une corrélation ? Votre avis (à la vue de votre façon de raisonner Jay) m’intéresse.

      Tout le monde peut s’incruster dans cette conversation et éclairer nos lanternes si j’ai adopté pour quelques années le végétarisme étant tout juste adolescent pour des raisons éthiques et sanitaires, ma porte de sortie, étant de la campagne, était d’accepter la viande préparée et vendus par les fermiers. Est ce que le végétarisme sous le prisme des occidentaux est différent du végétarisme des hindous ?

      On peut facilement comprendre qu’un peuple puisse accepter de s’opposer, en masse, à la consommation de viande, si leurs proches se faisaient dévorer par des tigres. Quelle est la part d’émotionnelle ?

      Est ce possible par exemple d’être largement insensible à la cause animale durant l’adolescence et devenir à trente ans un végétarien ? Une sorte d’épiphanie, une compréhension soudaine de l’essence ou de la signification de la consommation de chaire animale ? Ou alors si la révélation n’est pas soudaine, être submergé (ou pas) par des sentiments de culpabilité d’avoir été dans le déni ou d’avoir eu la faiblesse d’esprit de ne pas voir la réalité en face ? N’avoir pas eu le courage de ses intuitions premières, n’avoir pas acté ses idéaux passés ? Avoir jacté, sans acté. Ado j’entendais beaucoup de parlotte et voyais peu d’actions.

      Les végétariens aiment bien glossés sur les raisons pour lesquelles les autres mangent de la viande sans qu’ils n’essaient eux-mêmes une introspection ou une tentative d’expliquer pourquoi seul un endroit géographique sur terre, un seul environnement, à vu naître le végétarisme.

      Tous les autres peuples sur terre n’auraient pas eu l’élévation d’esprit de l’hindouisme ou l’explication est dans l’environnement direct des indiens ? Pourquoi les végétariens ne se convertissent pas en masse à l’hindouisme, si les esprits convergent tant ?


    • J’ajouterai au message posté à l’instant que l’intérêt est d’augmenter nos connaissances.

      La décapitation absolument inutile d’animaux est pratiquée par des prêtres hindouistes pour des divinités hindoues des villages... Les milliers de carcasses pourrissent en polluant l’air, l’atmosphère mais pas les esprits !
      Les végétariens apparemment ne vous disent pas tout...

      http://www.wikistrike.com/2014/11/s...


    • Peter
      Oui, c’est les adorateurs de la déesse Kali.
      Tradition populaire. (Débile et pour l’argent comme c’est dit dans l’article).
      C’est une minorité.
      Mais leurs buts sont matériels, cela n’a rien à voir avec la spiritualité de l’Inde.
      On trouve de tout en Inde. Même des athées.
      C’est au Népal.
      Ils ne font pas partie bien sûr des 700 000 000 millions de végétariens de L’Inde.

      C’est comme dans l’Islam, on trouve de tout, même des terroristes.
      Donc pas d’amalgame. Non ?


    • La déclaration d’un journaliste hindous :




      "Je n’ai jamais vu de telles protestations pour Thanksgiving. Pourquoi une telle différence de réaction ?"




      Cela démontre encore une fois une totale incompréhension des religions abrahamique ?...

      Pourtant, c’est très clair lors de la fête du mouton en hommage au sacrifice d’Abraham par exemple, un mouton est apporté par l’Archange Gabriel en substitution de son fils afin de faire savoir que Dieu n’a que faire des sacrifices des hommes et qu’en retour de la foi d’Abraham, Dieu à autorisé qu’un mouton soit sacrifier pour nourrir les hommes, leur procurer de la joie et renforcer les liens. Lors de la fête du mouton, une partie de la nourriture sert à offrir aux pauvres mais également aux proches, voisins, etc.

      Le sacrifice d’Abraham vient mettre un terme aux sacrifices !! Un terme aux sacrifices païens qui par exemple laisse pourrir de la nourriture dans les temples. Le sacrifice d’Abraham est une contre-narrative des sacrifices des païens aux dieux...

      Au contraire c’est une inversion de l’idée même du sacrifice jusqu’à lors... Dieu à laissé sacrifier des créatures de Sa création pour nous renforcer... Une juste mesure et autant que possible pour nourrir les pauvres : l’acceptation de l’ordre divin, c’est prendre un mouton qui servira d’offrande sacrificielle pour nourrir les pauvres !!!

      Le journaliste hindous ne connaissant pas les religions abrahamique, il est persuadé que sacrifier un animal lors d’une fête aurait un équivalent avec le genre de sacrifice qu’offre les hindous en laissant la nourriture se détruire.

      Ceci n’a rien d’une exception... Il y a effectivement à travers l’Inde des sacrifices d’animaux envers les divinités des villages. Et ne vous moquez pas de nous en essayant de faire croire qu’il s’agit de népalais puisqu’il est question de pèlerins indiens traversant la frontière comme le dit très explicitement l’article... ne vous moquez pas de nous... si il y a des intérêts pécuniers pour certains acteurs... ça n’est pas le cas des fidèles et dévots hindous, les prêtres... et ce pèlerinage est là depuis plusieurs siècles !!! Rien de nouveau sous le soleil de l’Inde ? Ne nous mentez pas... en profitant de notre ignorance.

      https://www.persee.fr/doc/ahess_039...


    • Pour terminer.
      On m’accuse de vouloir imposer le végétarisme et ainsi de dicter aux autres ce qu’ils doivent faire.
      Parmi tous les commentaires que j’ai faits, je vous défie de trouver une phrase qui impose quoi que ce soit à quiconque.
      Je ne fais que répondre à des arguments qui ne sont pas fondés sur la science.

      @Pelagia
      Le ridicule c’est que vous ne cherchez même pas à comprendre mon raisonnement, le minimum requis pour le contrer.
      PHYSIOLOGIE, vous ne savez pas ce que cela veut dire.
      Ensuite je ne déni pas la contraction entre ce que disent les paléontogues sur l’histoire ancienne de l’homme. Donc ce n’est pas la peine d’essayer de me convaincre avec ces histoires.
      Je n’aborde pas le sujet sous cet angle.
      Je l’aborde sous l’angle de la physiologie et de la diététique, des choses qu’on observe tous actuellement.

      @PeterPeter
      "pourquoi endroit géographique sur terre, un seul environnement, à vu naître le végétarisme."
      Les mathématiques sont nés en Inde aussi.
      C’est ce que disait Einstein (car je devine que vous n’allez pas être d’accord).
      Ensuite, l’Inde culturelle à l’époque allait de l’Afghanistan à l’Indochine.
      Et si on remonte avant, probablement dans toute l’Indonésie qui était un continent (Sunda Land). Mais cela n’a pas de rapport avec le sujet.




    • Environ 5 millions de personnes participent au festival, dont la majorité sont des Indiens qui assistent à la fête au Népal afin de contourner l’interdiction sur les sacrifices d’animaux dans leur propre État.
      Leur mort est violente et lente. Les animaux sont toujours vivants lorsque les prêtres répandent leur sang.




      Vous avez tenté de faire croire que ça n’avait rien à voire avec les indiens et l’Inde, alors qu’on est au cœur de l’hindouisme. Comme l’étude "La vache sacrée dans la religion hindoue" le révèle, par le passé la consommation de viande était répandue. Cela a même encore une fonction : quand elles meurent de cause naturelle, les vaches sont mangées par certains membres des basses castes (les pauvres).



      Les vaches indiennes sont très résistantes et elles se contentent de peu de nourriture. Elles mangent peu de végétaux réservés à l’homme, elles mangent surtout des déchets impropres à la consommation humaine. Il n’y a donc pas de concurrence entre vaches et hommes.

      La bouse sert de combustible pour le foyer familial. 700 millions de tonnes de fumier produitannuellement, la moitié est utilisée comme engrais, l’autrecomme combustible.




      L’amour de la vache s’inscrit dans une démarche matérielle logique. C’est pour ça que ce culte païen ancien répandu dans bien des civilisations en Méditerranée (les égyptiens, le Minotaure chez les Grecs, etc.) à perduré. Le culte dela vache reflète l’importance de l’animal entantque ressource. En Inde, c’est les conditions matérielles de la vie quotidienne qui ont eu ungrand impact sur l’idéologie et non l’inverse. Les bœufs en Inde étaient (et sont encore) largement inférieur à celui nécessaire pour satisfaire la demande. Le bœuf est donc un bien précieux. Pour un paysan indien, un bœuf malade é une catastrophe !!! Il est grand tant pour vous de faire un lien entre le fait d’être dévorer par des bêtes sauvages et l’adoption massive (mais pas total) du végétarisme en Inde.

      Comme piste de relfexion : les vache africaines sont rachitiques comme en Inde. Les blancs européens s’installant en Afrique essayèrent d’importer des vaches européennes bien grasses. Mais n’étant pas une espèce endogène, elles ne survivent pas (voir la mouche tsé-tsé). En Afrique, il y a une séparation entre culture et élevage, pas d’agriculture mixte.

      Sans animaux de trait, lesagriculteurs africains n’ont aucun moyen de transport,ni lapossibilité d’utiliser de lourdes charrues +sol sans fumier !


    • Peter du 27 mai 00 11
      Là on dévie totalement du sujet.
      Il n’y a pas de religion hindoue, car elle est impossible à définir.
      C’est juste un terme générique qui a une origine géographique ( derrière l’Indus).
      En Inde il y a plein de religions et d’école de pensées différentes.
      Et je trouve débile de sacrifier des animaux aux dieux ou déesses, cela vous étonne ?
      Je reste sur le chiffre de 700 000 000, allez, disons 500 000 000.
      Il en reste encore 700 000 000, et dans ce tas vous allez trouver ce type de personnes.
      Et puis même si tous les hindous se mettent à manger de la viande, cela ne changera pas grand-chose pour moi. Ils font ce qu’ils veulent.
      Les prêtres ont évidemment un intérêt financier, vous croyez que ce sont des bénévoles ?
      De toute manière dans l’islam il existe aussi un sacrifie d’animal tout les ans et pas tous les cinq.
      En France on tue 3 millions par jour, là c’est un demi-million tous les cinq ans, faut pas l’oublier.
      Au fait c’est quoi mon mensonge ?
      (Donc vous voyez que votre théorie du tigre ne marche pas, car pas tous les hindous sont végétariens. Je vous l’ai dit, on trouve de tout.)
      Quant aux religions abrahamiques, je suis de culture chrétienne, donc je connais un minimum.
      Il n’a pas besoin d’avoir un doctorat pour comprendre les particularités, les bases philosophiques sur lesquelles ces 3 religions sont fondées. Mais c’est un autre débat.


    • Il faut ajouter qu’en Asie, on estime que 50 % des cultures agricoles bénéficient d’animaux de trait. En Afrique, la proportion n’est que de 5 à 10 %.

      C’est multifactorielle, mais il y a de nombreuses explications environnementales qui explique pourquoi la religion hindoue en Inde soit basculée aussi clairement dans le végétarisme ; un basculement qui n’est pas total !!

      En occident les trois-quarts des terres cultivables sont utilisées pour la seule production de nourriture pour bétail. Si l’Inde appliquait la même politique, la part des terres cultivables réservées à la nourriture humaine se réduirait de telle sorte que le pays ne pourrait plus s’alimenter comme il le fait actuellement.

      Ça n’est pas l’envie de consommation de viandes qui manque. Le culte de la vache sacrée protège également les paysans de la tentation de tuer ou vendre leur bétail pendant les périodes de disette, car ce sacrifice leur permettrait certes de se sortir d’une mauvaise passe mais il ne leur permettrait plus de cultiver la terre ensuite.

      En autorisant la consommation de viande aux plus pauvres, le culte assure donc que la viande arrivera dans l’assiette des plus affamés. Les habitudes alimentaires et l’environnement sont très liés. Il n’a pas été bien difficile de dégoûter la majorité des indiens à la consommation de viande, contrairement au reste de la planète terre, c’est le seul endroit où se faire dévorer par des bêtes sauvages était une chose assez commune.

      Pourquoi nier les évidences (?) et parler de tubes digestifs... alors qu’il est évident que l’Homme est omnivore..


    • Peter
      Vous devriez écrire un livre sur votre nouvelle thèse, celle du tigre.

      Au fait, vous ne m’avez pas répondu : quel est l’avenir après la mort des non musulmans, les kafirs ou kouffar ?



    • Il n’y a pas de religion hindoue, car elle est impossible à définir.
      C’est juste un terme générique qui a une origine géographique ( derrière l’Indus).




      Oui, évidemment il s’agit plutôt de rites païens parfois très anciens, parfois beaucoup moins (végétarisme généralisé) qui sont liés à un territoire bien spécifique. D’où l’intérêt de comprendre les raisons de l’émergence du végétarisme qui n’a aucun équivalent sous d’autres contrées.



      Les prêtres ont évidemment un intérêt financier, vous croyez que ce sont des bénévoles ?




      Je ne dirais pas ça.Ils ont une idéologie, c’est certains. Il n’y a pas de contradictions entre consommer de la viande et être hindous. Voilà, le fond de l’histoire. Après, il est clair que les citadins et les castes supérieures regardent avec dédain les castes populaires inférieures. J’ai vu à l’université en Angleterre, un étudiant née dans la bonne caste avoir des larbins sous ses ordres ! Ça participe aux sentiments de supériorité, chacun reste à sa place.



      Detoute manière dans l’islam il existe aussi unsacrifie d’animal tout les ans pas tous les5.




      Oui sauf qu’il ne s’agit pas de massacrer pour répandre des marres de sang. Vous avez vu le spectacle de buffles gisant à cinquante centimètres les uns des autres sur des kilomètres carrés ?
      http://www.lefigaro.fr/internationa...
      Vous ne connaissez pas bien les religions abrahamique, c’est bien pour ça que vous faites de telles comparaisons. Il n’y a pas un sacrifice en laissant la viande pourrir en honneur à des divinités, mais un moment festif ou des animaux sont cuisinés collectivement en pensant à réserver une part auxpauvres. Dans les sacrifices hindous le but est la sordide mise en scène d’un massacre maccabre. Comme tous les sacrifices dans les cultes païens.

      L’origine de la fête de Thanksgiving ou on offre une dinde à ses hôtes, remonte aux premiers pionniers anglais fraternisant avec certaines tribus amérindiennes !!! Uniquement la moitié des pionniers avaient survécus ; conscients que leurs chances de survie sont maigres, ils partageaient une viande nourrissante d’élevage commune (!) car la dinde sauvage avait été introduit en Europe par les conquistadors ! Symbolique d’une recherche d’une transmission du savoir-faire des indigènes pour pouvoir s’acclimater à la région. C’est resté dans les mémoires telquel !..



    • (Donc vous voyez que votre théorie du tigre ne marche pas, car pas tous les hindous sont végétariens. Je vous l’ai dit, on trouve de tout.)
      (....)
      Vous devriez écrire un livre sur votre nouvelle thèse, celle du tigre.



      Effectivement, il y aurait facilement un sujet de recherche.. bien plus que votre théorie sur la proportion à la violence chez les omnivores, contrairement aux végétariens païens qui comme par miracle n’ont jamais commis de massacres (génocidaires), mis à part Hitler qui comme chacun sait était à la fois païen et végétarien ; sûrement l’exception qui conforte la règle !!!

      Le dégoût pour la viande s’explique par la particularité sur terre d’avoir sur un territoire donné une population qui se fait dévorer par des bêtes sauvages. Comme le prouve la littérature védique (hindous) la chaire animale était par le passé consommée par les hautes castes. Comme d’autre endroit sur terre, il y avait un culte aux bovins, l’instrument-symbole de l’agriculture et de l’élevage. La viande bovines peu disponibles était réservé aux plus aisés. Les prêtres en instituant le végétarisme avaient une incidence direct sur les famines et les disettes !!
      Comme vous le dites les prêtres hindous avaient des intérêts économiques... et tout intérêt à servir les intérêts du palais..

      Ps : je ne vais pas alourdir la conversation ici, en parlant d’un sujet différent : l’avenir après la mort dans la perspective des religions abrahamiques. J’ouvre un nouveau commentaire en fin de passage pour vous faire une réponse courte... que je vous dois bien.


    • Peter
      " il s’agit plus tôt de rites païens"
      Oui c’est la vision du colon missionnaire ou islamiste.
      Qui ne connait rien à la philosophie et à la psychologie, car cela ne l’intéresse pas.
      Le pionnier dans la psychologie est William James (1842-1910) en Occident, très récent.
      Il semble que vous n’ayez jamais entendu parler de Yoga.
      Ces différents courants de pensées païennes sont yogiques en principe et non pas historico-centrés comme dans les 3 religions abrahamiques (c’est une des différences).
      Nyaya, Vaisiseka, Sankya, Yoga, Mimamsa, Vedanta ( 5 sortes), Tantrisme, Saktisme, Bouddhisme, Sikhisme, Jaïnisme avec des variantes internes avec aussi plein de déviations ( comme dans l’Islam).
      Le végétarisme est couplé avec le concept d’Ahimsa = non-violence.

      "Pourquoi nier les évidences (?) et parler de tubes digestifs... alors qu’il est évident que l’Homme est omnivore.."
      C’est ce que je dis. L’homme est omnivore sociologiquement parlant, mais quand on étudie le tube digestif (la base quand même pour comprendre l’alimentation), l’homme est granivore/frugivore biologiquement parlant.

      Pourquoi évitez vous de répondre à ma question ?
      N’ayez pas peur, personne va vous manger sur ce forum.


    • "Je l’aborde sous l’angle de la physiologie et de la diététique, des choses qu’on observe tous actuellement."

      Non, Jay, ce qu’on observe tous actuellement, et pas seulement actuellement mais depuis des milliers d’années, c’est que l’humanité est omnivore, pas "granivore/frugivore". Ce sophisme a été démasqué au cours du présent débat et je n’ai plus rien à dire.


    • OK Peter
      Moi aussi je conclus le débat.
      Il apparait à la lumière de ce débat qu’il vous est impossible d’imaginer, de concevoir, ou même de supposer (ce logiciel est absent de votre disque dur) qu’on peut ne pas vouloir tuer des animaux pour les manger parce qu’on les considère comme des amis ou des êtres à qui on n’a aucune envie de faire du mal (car je peux largement vivre en très bonne santé et avec de la force sans viande et par surcroit c’est plus simple et coute moins cher).


  • La filière industrielle de la Sécurité a de beaux jours devant elle !
    Etude estimative sur le poids de cette filière en France et dans le Monde réalisée en 2015 par le Comité de la Filière des Industries de Sécurité (CoFIS) :
    - le chiffre d’affaires de la filière dans le Monde était estimé à près de 600 milliards d’euros
    - CA estimé en France : près de 60 millards d’euros et 1 million d’emplois


  • Je profite de cet article pour donner mon point de vue sur le mouvement "vegan" que je connais très bien car je suis adhérant à L214 et je défends cette cause. On a la mauvaise habitude de considérer les défenseurs de la cause animale comme des bobos gauchistes ou quelque chose dans ce genre, et je ne peux pas nier que les pièges idéologiques fabriqués par le système pour nous diviser y sont bien ancrés (féminisme, antiracisme, antispécisme,etc.) mais je peux vous garantir que les végans que je rencontre sont intelligents, curieux et généreux et je fais ce que je peux pour démonter ces pièges.
    PS : Je ne mange ni viande ni poisson depuis 10 ans et ma santé est excellente.

     

    • L’idée, c’est que chacun puisse manger ce qu’il
      veut sans emmerder les autres et apprendre à manger ce qu’il
      y a à manger quand on est invité chez quelqu’un pour dejeuner/dîner.

      Le coup de refuser un plat pour défendre des convictions - hors raisobs médicales -est une forme de fanatisme et traduit un manque certain de savoir-vivre.


    • Lorsqu’on a un invité on s’intéresse à lui... Si il a des particularités alimentaires on fait attention afin que notre volonté (primaire) de lui faire plaisir est en bonne correspondance ?...

      C’est comme à Noël, inutile d’offrir des cadeaux aux enfants, si c’est avant tout pour se faire plaisir à soi-même en dépit des goûts et des intérêts des enfants... Mais chaque année, il y en a qui en font qu’à leur tête... ça explique en grande partie le succès de eBay ?

      L’hospitalité est une façon d’aller vers l’autre... mais je crois que vous aimer surtout recevoir pour imposer ? C’est un échange... chacun est libre de recevoir comme il veut, car on est maître chez soi. En général on s’attend à une réciprocité ?

      Le Haggis est une panse de brebis farcie.. en Grande Bretagne toutes les mesures sont prises pour être sure que ça n’offensera personne... LOL

      Ps : c’est dommage de devoir trouver une solution de dernière minute car Moïse ne mange pas des fruits de mer... Il faut toujours s’intéresser à ses invités... ou alors à quoi bon les inviter ?


  • #1970069

    Je viens de tomber sur une vidéo de la "conception" de Rémi Gaillard. On y voit un petit gland gris qui s’enfonce dans un repaire velu, puis la caméra se rapproche, s’enfonce, et filme tout de l’intérieur avec une petite lampe. C’est rose, violet, assez moche et visqueux. Du coup je me dis : si les vidéos " de l’intérieur" (on appelle ça du voyeurisme il me semble, parait-il que ça se soigne) sont les piliers de la réflexion, et bien je suis obligé de penser que le Rémi Gaillard en question, puisqu’il doit tout son être à un moment vomitif (pour celui qui regarde, ou est forcé de regarder), est à jeter lui aussi. Je veux dire : diffusons la vidéo de sa conception, avec en sous-commentaires : "Rémi Gaillard est fondé sur de l’atrocité, regardez comme c’est moche. Peut-on encore écouter cet étron parler ?"

     

    • Réflexion proprement débile, difficile d’y trouver un sens quelconque mis à part le plaisir grossier que de toute évidence vous avez eu a rédiger cette merde, qui vous inclue dans la démarche.
      Lorsqu’on a rien de bien à dire, on s’abstient, surtout si il s’agit de diviser les cœurs à propos d’un homme français blanc issu du peuple, qui s’active à des problématiques universelles (et non communautaires). D’ailleurs Rémy Gaillard agit beaucoup plus qu’il ne parle, c’est d’ailleurs la raison de son succès populaire (et non médiatique).

      Et Brigitte Bardo, la classe d’un esprit fort.


  • Le fait de manger de la viande ou pas est un choix .Mais faire souffrir un animal n’a rien à voir avec le fait de manger de la viande ou pas, mais le fait encore et toujours d’industrialiser les abattages fait que l’on tombe obligatoirement dans l’horreur .On est plus dans l’abattage propre on est dans l’abattage à la chaine, parce qu’l faut du rendement, faut faire du fric à tout prix , donc la souffrance animale passe en dernier .On peut très bien aller à la chasse par exemple , sans faire un massacre mais par nécessité . Mais bien souvent par envie de faire un strique, de tirer pour tirer, c’st un peu le sketch des inconnus, bien que ce soit exagéré, mais on n’est pas loin de la vérité. L’homme devient stupide.
    BB a raison , comme toujours, et bravo aussi à Rémi Gaillard pour cette intervention .

     

    • #1970179

      Je vous approuve mais pourquoi faire souffrir les animaux ?
      Il doit tout de même exister d’autres moyens pour les abattre sans tomber dans l’horreur.
      Comment bouger pour faire cesser ces atrocités ?
      Macron a certainement une solution mais il a promis tant de choses qu’il ne peut pas se souvenir de tout. En revanche il n’a pas oublié de ponctionner nos comptes !
      Merci à vous Madame Bardot.


  • Deux pensées à débattre :

    1) Le problème est international. Penser qu’attaquer les abattoirs nationaux et les faire fermer est une solution, c’est juste accélérer le processus de délocalisation. Il y aura toujours des mecs dans les pays de l’est qui feront le boulot. De plus, je demande a avoir les rush des vidéos des associations qui accusent. Connaissant la mauvaise foi de ces gens, est-t-on certains qu’il s’agit de vidéos filmées dans des abattoirs français ?

    2) Si le problème est bien local (en France). Au lieu de tergiverser et créer des contrôles, il suffirait de mettre un agent de l’état dans chaque abattoirs pour un contrôle continu des processus d’abattage. Et pas seulement un agent de l’état (potentiellement corruptible), mais un agent de l’état qui travaille déjà dans le domaine de la protection des animaux (pas un extrémiste, un raisonnable).

    En terme d’abattage. Je rappelle a tout les fous qui focalisent sur la condition animale qu’ils feraient bien de nettoyer sous leur godasses avant de venir nous suriner avec leur philosophie à géométrie variable. Dans une société qui laisse mourir ses "vieux" dans des mouroirs insalubres, qu’on ne me vienne pas me parler de la condition animale.

    Et qu’on vienne me prouver que tout ces dingos ont tous le cul propre avant de l’ouvrir, parce que venir se lamenter de la condition animale en regardant les vidéos sur son smartphone et habillés par des filières qui exploitent la condition humaine (entre autres paradoxes), laissez moi glousser doucement.

    Ceci dit, hier je me suis goinfré d’un magnifique gigot d’agneau.Je l’ai aimé, savouré et j’ai parlé de lui toute l’après-midi en me léchant les babines. J’ai fusionné avec la bête en quelque sorte. Dans le genre respect de sa dépouille, on ne peut pas mieux faire.

     

    • "La grandeur d’une nation et ses progrès moraux peuvent se juger à la façon dont elle traite ses animaux" Gandhi.

      "J’ai très tôt renoncé à la viande et un jour viendra où les hommes tels que moi proscriront le meurtre des animaux comme ils proscrivent aujourd’hui le meurtre de leurs semblables". - Léonard de Vinci

      "Quiconque a entendu les cris d’un animal qu’on tue ne peut plus jamais manger de sa chair..." Confucius.

      "Tant que l’homme continuera à être le destructeur impitoyable des êtres animés des plans inférieurs, il ne connaîtra ni la santé, ni la paix. Tant que les hommes massacreront les bêtes, ils s’entretueront. Celui qui sème le meurtre et la douleur, ne peut en effet récolter la joie et l’amour." Pythagore

      "Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de bataille." Tolstoï

      « On n’a pas deux cœurs, l’un pour l’homme, l’autre pour l’animal… On a du cœur ou on n’en a pas ».

      Lamartine

      « L’homme est véritablement le roi de tous les animaux, car sa cruauté dépasse celle des animaux. Nous vivons de la mort des autres. Nous sommes des tombes marchantes ».

      Léonard de Vinci


    • @Ariane

      Merci pour votre leçon de morale. Mais j’ai envie de te dire que lorsque l’on est pas capable de s’exprimer autrement qu’à travers des copier coller, on n’a rien à envier à un religieux qui ne s’exprime qu’a travers des citations des évangiles ou des sourates.

      Concernant mon rapport au monde animal, il est sain. Et certainement bien plus que ceux qui prétendent faire du bien alors qu’ils n’ont jamais été au contact des bêtes. J’ai eu la chance d’être élevé au vert et dans un environnement où l’on traiter les bêtes avec dignité. Dans leur vie comme dans leur mort.

      J’aurais même tendance à dire que nos poules, coqs, canards, pigeons, et j’en passe vivaient dans le luxe. Le poulailler, le pigeonnier en annexe de notre maison en parpaing avec couveuse et espace individuel. Porte d’accès à une volière d’un tiers de la superficie de notre terrain. Élevé au grain. A tel point que le coq faisait sa loi et nous chassait lorsqu’on entraient sur son territoire. Le pigeons libre de sortir du matin au soir (ouverture et fermeture des trappes) et aucun n’a jamais fait "fugué". Bref, un véritable camp de concentration (sarcasme).

      Lorsqu’il s’agissait de tuer une bête pour la manger. On faisait ça dans les règles de l’art et sans aucun scrupule. Et je n’ai absolument aucune leçon a recevoir d’une personne qui n’a probablement jamais fait le dixième de ce que j’ai pu faire pour élever et aimer mes animaux.

      Vous êtes dans le dogmatisme et la posture, moi dans la vraie vie.


    • @Ariane.

      Moi : "Quand a besoin de recourir à des citations d’autrui, c’est qu’on a quelque chose à cacher, ou pire, un vide dans le cerveau."


    • Nous sommes en présence d’un phénomène psychologique intéressant.
      Quand on n’a aucun scrupule à tuer un animal, on ne réagit pas violemment et on ne cherche pas à se justifier à tout prix quand quelqu’un dénonce cette action.
      La réalité c’est que les scrupules sont bien là.
      Quelqu’un par son commentaire fait revenir à la surface ces scrupules enfouis.
      C’est insupportable.
      La bonne solution est donc d’attaquer fortement ce commentaire ou plutôt la personne qui a fait ce commentaire et aussi de bien appuyer sur le fait qu’on vie en bonne relation, de manière saine avec la Nature, qu’on est une personne tout à fait morale, digne et de surcroit artiste. Évidemment on est aussi une personne qui a fait beaucoup pour le règne animal et qui les aime fortement.

      Les scrupules sont là sinon on aurait pas plus de 100 commentaires sur ce sujet.



    • Les scrupules sont là sinon on aurait pas plus de 100 commentaires sur ce sujet.




      Vous croyez réellement que les être humains et toutes les civilisations qui ont défilées sur terre depuis les chasseurs ceuilleurs ont éprouvés des scrupules à consommer de la viande ? Il n’y aurait donc que les indiens/hindous qui auraient tout compris ? Et aujourdhui, c’est la supériorité intellectuelle et civilisationelle de nos contemporains qui les pousseraient vers le veganisme ? J’ai du mal à croire que vous puissiez croire cela...

      Peut être que vous prennez comme d’autres plaisir à faire culpabiliser les mangeurs de viande par rapport aux horreurs de l’élevage intensif et les méthodes d’abattoirs ? Quel est l’intérêt pour vous de faire l’amalgame entre ces pratiques industrielles inhumaines et la consommation de viande pratique ancestrale ?

      Les plus de cent commentaires, c’est justement pour vous encourager à faire la différence entre la maltraitance animale dans l’élevage industriel et la consommation de viande. Apparemment c’est peine perdue ?.. Un petit effort pour maintenir un débat intelligent serait le bien venu.


    • Amuse toi avec ta psychologie de bazar. Tu est de cette catégorie qui prétend déduire une analyse psychologique d’un individu a travers 2 messages sur une page Internet. Visiblement, tu devrais étudier la psychanalyse et peut être en faire une au passage. Personnellement, la psychiatrisation du débat ça me fait penser aux ayatollah des médias. Tu ne vaux pas mieux.

      La réaction "violente" correspond à l’état des lieux global d’une agression permanente que les gens normaux subissent par des minorités de tarés qui ont tous leurs "causes nobles". La justification c’est uniquement pour remettre en place les gens comme toi qui n’hésitent pas à considérer ceux qui ne pensent pas ou n’agissent pas comme eux comme des mauvaises personne. Ce qui est bien souvent une inversion transfert - tu comprendras le concept après ta thèse.

      La "violence", la "haine", la "méchanceté" sont des concepts de fiottes qui se veulent être des guerriers. Vous ne valez pas mieux que des gauchistes type insoumis, des LGBT+ qui en veulent à mes roustons, ou des féministes qui prétextent l’égalité pour nous castrer. Vous nous pompez l’air mais d’une force !

      Vous êtes des intégristes et vous voulez vous faire passer pour des tolérants.

      Comme on dit, la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Donc, mange de la paille si ça te fait plaisir, je n’y vois aucun inconvénient. Mais évite de me marcher sur les grolles sous peine de te prendre une claque de voyou à trois doigts.


    • Désolé ce commentaire n’était pas à sa bonne place.
      Le voici donc :
      @Peter
      Vous n’avez rien compris.
      C’est le fait de réagir fortement en mettant en avant ses qualités innombrables (on n’est pas obligé) qui signent le refoulement des scrupules, pas la réponse elle-même.
      L’intensité du refoulement est proportionnelle à la violence pour se justifier.

      Peter, je fais parfaitement la différence entre une mise à mort horrible de cet abattoir et une mise à mort rapide comme vous l’expliquez. Cela me semble évident.
      Quel est mon commentaire qui vous fait penser cela ?

      @MC2
      Je parle d’un phénomène psychologique.
      Libre à vous de vous identifier à ce phénomène.
      Apparemment je vois que vous vous y identifiez puisque cela vous fait réagir très fortement.
      MC2 vous êtes un émotionnel, un sentimental...


  • Il faut reconnaître qu’ils ont raison, mais ça vaut pour tous les domaines des sociétés actuelles, paumées entre taux de profit, égocentrisme, jouissance et abrutissement de masse.


  • Si la viande n’est pas un aliment indispensable et peut être facilement remplacé, il n’est nullement possible qu’un pays n’achète plus de viande pour protester contre ce phénomène, ni de compter sur l’ensemble des végétariens, végétaliens ou végans (car je mets à part ces derniers) pour exercer une pression.

    Oui, des gens le savent et s’en fichent.

    Arrêtons de dire que la viande est chère quand on voit le nombre de friteries, kebabs, plats cuisinés, fast food, surgelés ect... qui donne un accès facile à la viande.

    La réponse ne peut se faire que sur la pression des politiques via des personnes comme BB.

    Voici un article choc de L214 sur l’abattage rituel.

    Même en Indonésie (200 millions de musulmans) ou en Jordanie, on accepte l’étourdissement.

    Mais pourquoi cette acceptation ? Et la France alors ?

    La situation en France est donc que ce soit halal ou casher, si ce n’est pas forcément un gage de qualité (viande BIO ou poulet élevé en plein air), c’est avant tout conforme aux convictions, donc tout bénef !
    Mais pas de discrimination dans l’étiquetage !

    Donc... on brosse ainsi les communautés dans le sens du poil.

    Séparer abattage rituel et normé (comme il pourrait y avoir une norme ISO) dans un seul et même abattoir en France ? C’est tout simplement difficile à mettre en place, donc on procède de la même manière. Et c’est pour cela que c’est un sale métier.

    Une occasion de remettre l’excellent documentaire de Georges Franju, le sang des bêtes, sur les abattoirs Français des années 50.

    Si je n’ai volontairement pas donné le lien de l’association vigilancehallal.com qui ne pointe pas le casher, malheureusement, même avec le constat de la Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), de la Fédération des vétérinaires d’Europe ou du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires sur l’abattage rituel, on arrive aux mêmes constatations.


  • Tuer c’est pas bien...Tuons les animaux, mais...sans les faire mourir...(t’as raison...)L’élevage atroce, l’abbatage atroce sont l’un comme l’autre, placés sous l’exploitation industrielle. Ce n’est pas l’agriculteur/éleveur évincé depuis 50 ans, qui a initié et dévellopé ces pratiques, c’est le capitalisme d’exploitation de tout, tout le temps, tout le monde, un accapareur de la ressouce pour hyperaccumulation. Un pervers qui n’a même pas encore compris ce qu’est VRAIMENT une Machine...mais qui n’envisage le ’’Travail’’ qu’au service, qu’avec, sur, dans une ’’Machine’’, pour servir sa nécronévrose par la course à l’échalotte perdue d’avance du Rendement. Etonnez-vous après cela qu’on ne parvienne plus à sortir de l’Atroce (juste avant l’Epouvante mais ça c’est le boulot de ’’l’intelligence artificielle’’ du même tonneau)


  • C’est très grave, car tous ces problèmes de souffrances des animaux tués dans les abattoirs sur le sol français viennent exclusivement des rites religieux Juifs et musulmans.
    Par exemple, des parties des animaux en grandes quantités Casher sont réinjectées dans le circuit sans que les consommateurs français lambda le sache, car toutes les parties de viande ne sont pas consommées dans ce rituel.
    C’est tellement triste ce qui nous arrive, nous sommes capables d’envoyer des engins dans l’espace mais sommes incapable, avec tous les moyens technologique à notre disposition, d’éviter de telles souffrances aux animaux, tous cela aux nom de Dieu, c’est horrible. Et en étant croyant, je pense que Dieu vomit ces actes de barbaries. Il avait donné ses lois sur l’abattage en un temps ou il n’existait pas de moyens de conserver la viande, et ou l’abattage n’était pas encore exécuté à la chaîne pour des millions de personne, comme c’est le cas aujourd’hui.
    Une autre chose aussi, je pense qu’il y a moins d’abattages rituels aux états-unis dues aux exigences et à la soumission aux lobbies religieux qu’en France (encore 20 ans d’avance ?). C’est juste une impression que j’ai eu en regardant certaines images de la viande lors de grands barbecues américains et effectivement, ça changerait beaucoup de choses au niveau de la qualité de leurs viandes et à la notre, dût à moins de toxines crées par le stress.
    Un chasseur prêt de chez moi, m’a avoué que la viande de cerf ou de biche est très difficile a manger quand l’animal a été stressé et coursé par des chiens lors d’une chasse.
    Autre chose aussi, certains êtres humains tirent des balles, lancent des bombes sans vergogne sur d’autres êtres humains mais se sentent obligés de trancher la gorge à des animaux pour un soi-disant respect d’un commandement divin. Pathétique.
    Merci à ER de vous emparer à bras le corps de ces graves problèmes, par l’approfondissement, par l’information et pour la réconciliation entre nous, dans le respect de mère nature qui manque terriblement aux hommes, et en premier lieu, à certains religieux.

     

    • Une question comment vous tuer les cochons ???
      avant l’electrocution comment faisait les fermiers pour tuer les bêtes ???
      et sachez que les l’égorgement à la gorge, il a un nerf de la douleur qui va au cerveau... quand on le tranche l’animal ne souffre pas mais continue de gesticuler..


    • @ pfffff C’est justement ce que j’essaie d’expliquer un peu dans mon message, c’est pas comment on faisait avant... C’est comment on pourrait faire maintenant, et dans le futur et surtout plus dignement. Car Dieu nous recommande la dignité, Ton message me fait penser au fait que tu es peut être croyant. Dieu ne voudrait-il pas que nous évoluassions (évoluer) à ton avis ? Tu penses qu’une bête est rassurée quand elle voit (et entend) à coté d’elle ses congénères gesticulant en répandant son sang partout, comme tu peux imaginer.
      Ce que je proposerais ? Une balle (recyclable) tirée à air comprimé entre les deux yeux, dans un cadre plus tranquille que les abattoirs actuels et même pour les petites volailles en leurs ajoutant bien sûr de meilleures conditions de vie et de la dignité.
      Et ce que je dis aussi dans mon message est que paradoxalement, les plus réfractaires à l’élévation, aux changements, et c’est bien dommage sont souvent les religieux eux-mêmes, qui font tout pour ne pas que les choses changent et évoluent. D’ailleurs qui tient les principales filières Halals en France ? Renseignes-toi. Paix sur toi.


    • Pfffff
      Pire que la douleur physique, c’est la douleur mentale. La peur etc....
      La plupart des suicides sont dus à des douleurs mentales.
      Une douleur mentale peut durer toute la vie, une douleur physique, on peut s’y habituer.


    • @tristesse,




      C’est très grave, car tous ces problèmes de souffrances des animaux tués dans les abattoirs sur le sol français viennent exclusivement des rites religieux Juifs et musulmans.




      Non, comme il t’a été dit dans les années 60-70 l’égorgement était la pratique courante.. Et ça durait depuis des millénaires...

      Pense tu vraiment que c’est par christianisme que l’étourdissement de l’animal a été introduit ? Pas du tout... c’est pour accélérer les cadences. L’égorgement bien qu’impressionant reste ce qui est le moins douloureux pour l’animal.

      L’abattoir quelque soit la méthode est un spectacle immonde... la première chose à faire est de ne pas accuser les autres mais de regarder pourquoi on en est arrivé là. L’élevage intensif va de paire avec les abattoirs.

      Commence par acheter ta viande (un mouton par exemple) chez un fermier et à le sacrifier dans le coin d’un champs. Ensuite, remplis un congélo et répète l’opération autant de fois que tu peux le supporter dans l’année. Voilà, le prix de la viande. Sûrement moins cher qu’en supermarché et de meilleur qualité, mais une pleine conscience d’être ce que tu es.

      Ps : j’ai mis une vidéo plus haut qui démontre qu’avec respect un animal peut être sacrifié calmement et en accordance avec la dignité nécessaire. Tu verra que ça fait des siècles que les musulmans préparent selon leur rites et avec une prière qui convient, les animaux avec le respect qu’il se doit.


  • Que l’on aime ou pas Brigitte Bardot, qu’importe, au moins c’est une grande dame. Ainsi que Rémi Gaillard qui se bat également depuis des années pour la protection des animaux, et croyez moi, cette vidéo c’est l’horreur, rien n’a été fait dans les abattoirs, on attend toujours des caméras dans tous ces lieux de tortures, de souffrances et de morts, arrêtons de ce mettre des oeillères sur les yeux. Comment peut on manger de la viande après avoir vu cela, ça dépasse l’entendement. Merci encore à Brigitte, cette formidable grande dame qui n’a jamais changer son discours d’un iota, et Rémi Gaillard qui se bat depuis longtemps pour les animaux !!!


  • Il y a confusion entre animal domestique et animal sauvage.

    ceux que nous voyons dans la vidéo ce sont des animaux domestique
    Ce sont des animaux mis au monde par la main de l’homme dans le but de l’utilisé
    Si l’homme devait ce passer de ces animaux ,il n y aurait donc plus d’animaux domestique CQFD.
    En d’autre terme ils vivent parce qu’il sont utile
    Par exemple prenons la filière lait :

    Pour produire du lait provenant d’une femelle domestique ,il faut qu’elle ait un petit
    Une fois que la femelle est sevré (produit du lait sans la présence du petit) ,alors le petit est soit envoyé à l’abattoir soit utilisé pour en faire un autre animal laitier soit pour en faire un animal reproducteur soit pour en faire un animal à viande .
    Une fois que l’animal laitier fini son cycle laitier il est envoyé à l’abattoir.
    La filière cuir et la filière viande découle majoritairement de la filière lait ;en d’autre terme pas lait pas de viande pas de cuir.

    Parlons des arbres : la belle table en bois ,à vu d’oeil c’est du bois massif
    Cela dois être du bois de la foret vierge africaine
    Vous croyez qui ne soufre pas quand il est abattu ,c’est un être vivant ,et contrairement au animaux domestiques lui il est sauvage


  • On est dans l’émotion mais il n’y a aucune réflexion dans cette vidéo. Les animaux ne souffrent pas lorsqu’ils sont égorgés, car lorsque le sang n’irrigue plus le cerveau, celui ci tombe dans un coma quasi instantané. Donc quand ils disent "il y a reprise de conscience", ce sont plutôt eux deux qui devrait reprendre la leur.

     

    • Observez bien que les animaux ont la tête en bas. Donc, le cerveau fonctionne encore. Concernant les victimes des guillotines, des médecins sur place constataient que les têtes séparées des corps manifestaient encore des signes de vie.


    • Tu as raison Ben, on est dans l’émotion. Le coma est instantané. Tous ceux qui ont eu un jour la gorge tranchée (s’ils pouvaient revivre) seraient sans doute d’accord avec toi...
      Quand aux animaux (s’il pouvaient parler) il te diraient qu’ils sont d’accord avec toi.
      En revanche toi-même (si tu réfléchissais) tu ne serais peut être pas d’accord avec toi.


    • La sensation de douleur provient de signaux électriques dans le cerveau, si le cerveau est dans le coma, plus de douleur. Mais les membres continuent de bouger car ce sont des gestes nerveux.


  • Je suis fils de boucher, devenu végétarien après la visite d’un abattoir industriel ... la souffrance y est insupportable, j’ai pourtant grandi au milieu des carcasses, des têtes de veau, de porcs ... mais c’est l’horreur, de plus pour ceux qui se fichent de la souffrance animale ça donne une viande totalement malsaine à cause des toxines générées par le stress et les peurs énormes des animaux ... on est bien loin du coup de merlin assainé sur la tête du cochon dans la cour de la ferme, lui ne voyait rien venir, il mourrait sans stress, élevé dans les champs avec une nourriture saine ... ça c’est ok. L’humanité est devenue folle et ne respecte plus la vie, elle en mourra. En tant que consommateur chacun a le choix de participer ou pas.

     

    • Effectivement, seule la méthode du paysan calmement au coin d’un champs est efficace. Par contre pour tuer le cochon, il est impossible de lui couper directement la carotide vu qu’il n’a pas de cou... la tâche étant tellement difficile... il faut au préalable le neutraliser en l’assommant..

      Aucun animal à la ferme n’est assommé.. la seule méthode qui vaille est de surprendre l’animal est lui sectionner la carotide pour qu’il s’endorme à tout jamais. La preuve en image :
      https://www.dailymotion.com/video/xj3xso

      L’abattoir est effectivement une infamie. Les éleveurs donnent des noms à leurs bêtes et s’inquiète lorsqu’elles tombent malades. Qu’en fin de cycle elle deviennent une viande nourrissante ne les dérange pas... mais si ils le pouvaient, ils le feraient dans des meilleurs conditions pour be pas effrayer inutilement l’animal.


  • Pure idéologie de la religion vegan qui vise à stigmatiser les méchants humains qui tuent les gentils animaux.. En ne mangant plus la viande qui est indispensable, nous cassont le processus naturel de la chaîne alimentaire.

     

    • Pure réponse à coté de la plaque. Même si les deux acteurs se permettent de donner leur avis personnel dans la vidéo, il n’est pas du tout question d’idéologie Végan. Il est question de la cruauté quotidienne de la production de viande à grande échelle, sur le territoire français.

      Vous êtes MALHONNÊTE de rendre une lecture pareille.


    • si on n’a pas trop le temps de faire la cuisine et si on n’a pas trop de moyens économiques, un bon steack, c’est une bénédiction. Pour être végan comme madame Bardot, il faut des moyens, le temps de choisir, acheter cette nourriture, l’étudier, la calculer. Un casse-tête pour les tempéraments brouillons et portés à l’action.
      La viande, le gras de la viande, très semblables à nos propres tissus, donnent immédiatement ce dont nous avons besoin, en quantité, en minéraux, en globules rouges, en énergie...
      De plus, les carnivores sont plus combatifs, les moines et les contemplatifs ont tendance à jeûner et ne pas se faire plaisir (adieu gigots, poulardes, entrecôtes ! A la soupe).
      La viande dans certaines sociétés et époques était réservée aux seigneurs. Le menu peuple mangeait de la bouillie qui maintient en vie, et dés qu’il le pouvait, aux jours de fête, de la bidoche.
      Manger de la viande donne une taille plus haute aux enfants. Les enfants végétariens sont souvent plus minces ou plus rondelets, et plus petits que les enfants carnivores.
      Chacun donc mange ce qu’il veut, en fonction de ses besoins et élans. Ou mange ce qu’il peut.
      Quand même, le foie de veau, ça vous retape un anémique.


    • N’importe quoi @Georges
      Il s’agit simplement de lutter contre les horreurs insupportables dans les abattoirs .Brigitte à absolument raison .
      Quant à ’’ la viande qui est indispensable ’’ comme vous l’affirmez , je vous propose de nager tous les matins , hiver comme ete, en pleine mer comme je le fais depuis 50 ans tout en ne mangeant jamais de viande ! On verra lequel des 2 résiste le mieux ! Au fait , pas vu medecin depuis 50 ans ! Et vous ?


    • Je ne compte pas devenir végétarien mais, ne soyez pas si insensible, il est clair qu’on peut imaginer la peur que doivent ressentir ses animaux, mal tués à la chaine, dans un environnement de bruit mécanique qui sent la mort et le sang !
      Suspendus pendant plusieurs minutes par une patte, avant le coup de pistolet mécanique ou le tranchage de gorge, je suis sûr qu’on peut trouver plus humain et d’autres solutions pas forcement plus coûteuses.




    • Quant à ’’ la viande qui est indispensable ’’ comme vous l’affirmez , je vous propose de nager tous les matins , hiver comme ete, en pleine mer comme je le fais depuis 50 ans tout en ne mangeant jamais de viande ! On verra lequel des 2 résiste le mieux ! Au fait , pas vu medecin depuis 50 ans ! Et vous ?




      Vous êtes préparé physiquement alors vous avez l’avantage... Vous êtes en bonne santé car vous prennez soin de vous, alors vous avez l’avantage...

      Si vous prennez une personne ne se nourrissant pas excessivement de viande son apport en protéines de qualité et de façon hyper régulière, lui donnera sans aucun doute possible l’avantage sur vous..

      Vous avez le droit de relativiser l’absolu nécessité de la consommation de viande... Mais j’ai l’impression que c’est comme un marcheur qui relativiserait l’absolu nécessité de la roue... Oui, ça s’est vu : on peux faire sans...

      La viande, c’est avant tout un plaisir. Un plaisir partager dans des repas et logiquement (lorsqu’il n’y a pas excès), une force bienfaitrice.. sans ça, sans le plaisir ça ne vaut pas la peine.

      C’est une évidence qu’on n’est pas obligé de manger de la viande... mais ça devient un problème lorsqu’on nous dit qu’on ne devraient pas continuer cette pratique culinaire immémoriale car les méthodes d’élevages intensifs et l’abattage en masse, c’est profondément inhumain... Il y a manipulation.


  • Ayant étudié l’agroalimentaire et avec des pointures de l’INRA de Theix, le rituel musulman est le meilleur selon ces chercheurs car l’animal n’est pas stressé et viande meilleure qualité contrairement à l’abattoir.

     

    • Les pointures de l’INRA... T’as fait ma soirée la


    • Ne vous en déplaise c’est une réalité le rituel d’abattage et de traitement de la viande musulman est excellent car l’animal n’est pas stressé comme à l’abattoir, la viande de meilleure qualité et plus tendre.
      Tout comme le laben ou lait fermenté est excellent pour la santé que vous ayez une diarrhée ou soyez constipé dans un sens comme dans l’autre il rétablira votre flore intestinale.
      C’est SCIENTIFIQUE.
      Voilà j’ai fait votre journée ;-)


  • #1970306

    Dans une ville d’Auvergne, en septembre de chaque année le cochon est tué sur la place publique et les villageois mangent les tripes.

     

  • Alors j’ai de la chance, ma femme est vegan et elle me concocte des merguez, des burgers, des boeuf bourguignon, des cheese cake, si bons qu’il m’ont fait oublier la viande, et j’avoue qu’a la longue je suis devenu végétarien juste parceque c’est meilleur. Après je ne me passe pas encore de fromage ...
    Mais vraiment regardez tout ce qu’on peut bouffer de bon à base de légumes, c’est vraiment un univers à découvrir et où l’on peut être VRAIMENT très très heureux !

     

  • #1970372
    le 21/05/2018 par PER CAPITA .................
    Abattoirs : Brigitte Bardot et Rémi Gaillard interpellent le (...)

    Ce que je ne parviens pas à comprendre c’est qu’il ne soit pas possible d’envahir le net ... les mails ... les messageries ... bref TOUT !.. de ce genre de vidéos abominables ...
    Tout de même nous sommes envahis chaque jour d’une flopée de messages et autres spam et on ne reçoit jamais des vidéos tournées dans les abattoirs.
    Ca ne doit tout de même pas être si difficile de faire tourner tout ça afin que l’ensemble des gens prennent conscience du massacre insupportable que subissent les animaux pour le seul plaisir de notre palais ?..


  • C’est tellement plus simple d’avoir de la sympathie pour un animal que pour son prochain n’est-ce pas ?

    Entre les sociopathes qui n’éprouvent aucune empathie et les ultra compassionnels adorateurs des bêtes je me demande s’il y a des gens normaux dans l’espèce humaine... Peut-être les gens qui se foutent de tout ?

    Ah oui et au fait n’oubliez pas, on vous privera de viande après vous avoir supprimé la voiture !

     

    • Exactement cette veille peau n’a aucune compassion pour les êtres humains, elle se focalise sur la maltraitance des animaux comme certains s’offusquent de l’avortement ( que je ne cautionne nullement ) mais bizarrement ces même personnes sont pour la peine de mort..

      Je n’aim pas du tout le sort des animaux dans les abattoirs industriels, tout comme je ne veux pas que l’on me culpabilise de consommer de la viande comme le font les fervents veganistes..

      Tous ces lobbys pro ou contre quelque chose servent en réalité le système, on est arrivé à un point où l’on est de plus en plus nombreux ( peut-être même trop pour certains.. ) et de plus en plus de consommateurs ( car c’est ce que nous sommes de simple consommateurs plus des individus à part entière.. )

      Le système est toujours paré à une alternative au cas ou l´on manquerait bientôt de viande et de mettre en place des petits groupes de lobbys pour inciter la population au veganisme si l´on veut pas finir cannibale qui sait l’homme est l’ennemi de l’homme après tout...


    • Je ne sais plus qui disait : " Plus je vois les hommes et plus j’aime mon chien..." La vie, c’est une succession d’expériences personnelles à l’issue desquelles on peut effectivement être amené à faire certains choix...


    • #1973552

      Il se trouve que Brigitte Bardot fut, de mémoire, la première personnalité publique à revendiquer ouvertement et sans honte d’avoir pratiqué l’avortement, c’est à dire assassiné son enfant dans son ventre, après l’avoir peut-être torturé. Le parallèle est on ne peut plus saisissant... Certes on ne peut cautionner la cruauté envers le monde animal, dont nous sommes maîtres et responsables, mais n’y a t’il pas une hiérarchie ?
      A-t-on entendu Madama Bardot s’élever contre la cruauté envers les petits humains dans le sein de leur mère ?


  • Il n’est pas question de devenir vegan mais juste d’avoir le courage d’assumer le choix de manger de la viande en étant pleinement conscient de la souffrance que cela engendre.

    Tuer soi même ou a minima, assister a la mort des animaux qu’on mange serait le minimum de respect due a un être vivant dont la misérable vie n’a servit qu’a cette fin.
    Hors c’est l’exacte inverse que le marketing nous sert.
    Les végans sont parait il "culpabilisants" mais parlons plutôt des messages déculpabilisant de l’industrie de la viande, de leurs pubs ou les poulets dansent, et les éleveurs caressent affectueusement leurs vaches .

    Les caméras dans les abattoirs seraient une idée parfaite pour ceux qui se forcent a croire par " sensibilisme" que les steaks poussent dans des barquettes .

    Si on aime la viande alors il va falloir également apprendre a aimer la façon dont on la produit et on la tue, ou faire en sorte que cela change.
    c’est une simple question de cohérence.

     

    • C’est un des commentaires les plus intelligent.
      Vivre en conscience.


    • @Jay, ton raisonnement est erroné, la grande majorité des végétaux produisent des protéines non assimilables directement par l’homme d’où la transformation en protéine assimilable par le biais des animaux.
      Tu penses t’acheter une conscience en mangeant de la spiruline(nourrie avec de la poudre d’os qui est un sous produit d’équarrissage.) et des légumes bio dont les apports azotés sont fait avec des granulés de poils de porcs(non issus de l’agriculture biologique et passés par un abattoir industriel.) ou de plumes de poulet(même circuit que les porcs.), tu n’es qu’un enfant gâté qui fait la moue devant son assiette point barre.


  • L’élevage est un scandaleux gaspillage de ressources, puisque pour obtenir 1 Kg de protéines animales, il faut environ 7 Kg de protéines végétales, c’est à dire qu’il faut 7 fois plus de terres agricoles pour se nourrir de viande que pour se nourrir de céréales.
    Quand l’humanité sera enfin végétarienne, il n’y aura plus de faim dans le monde.

     

    • #1970497

      @STEF



      Fais ce que tu veux mais ne me l’imposes pas
      Je ne suis un poids pour personne dans cette société ni moi ni les miens




      C’est l’industrialisation de l’abattage par le lobby agro-alimentaire qui est horrible et malsain , moi j’élève et tue mes bêtes chez moi , elles sont en pleine nature, et quand je les tue , une balle et moins d’une seconde c’est fini
      Quand vous achetez de la viande en supermarché ou chez certain boucher vous bouffez la mort (stress, peur, angoisse, souffrance, etc...) il n’y a jamais eu autant de cancers ,de maladies auto-immunes, maladies orphelines, d’autisme, de trisomie, etc... c’est le fruit de tout ça, mal-bouffe, ondes (wifi, linky), sédentarité, pesticides, médicament (pilules dans l’eau), tabagisme , colorants, sucre, soda (raffiné, synthèse, aspartame) , MacDo, écran, stress, solitude, chômage, insécurité, pollution, drogues, etc...
      Nous ,notre corps ne sommes pas fait pour vivre au 17éme étage, dans une cage à lapin, d’une métropole, seul au milieu d’une foule d’anonyme , ou règne bruit ,lumière non naturelle, agitation, dans des odeurs de gaz et de particules fines de plaquettes de frein et de rails de métro
      Barrez vous des villes devenez pour cette raie-publique des parasites comme elle l’est pour vous
      Un petit crédit, un lopin de terre, 2 ou 3 hectares (il y a des endroits ou c’est moins de 1500/2000€ l’hectare en France), loin des céréaliers conventionnel, ou la SAFER ne préempte pas et c’est pas les coins qui manquent , une caravane, un mobil-home , quelques poules, des clapiers pour les lapins , deux ou trois brebis , chèvres, une petite serre , un potager , des fruitiers, permis de chasse, un fusil, un puits et hop, le RSA ou le chômage, et une fois installé , vous réfléchissez au calme, à tête reposé à comment vous allez développer un projet, vivre ou trouver des boulots à droite à gauche , lancez vous , de toute manière l’Etat vous baise
      Donc rendez lui la monnaie
      Une fois à la campagne avec du bon sens, de la politesse , de la volonté, et du travail on fait toujours son trou , de toute manière ça ne peut pas être pire que’en ville ou en banlieue
      Cherchez aussi, souvent des petits villages proposent, gite et travail (épicerie, boulangerie) à des familles nombreuses, pour revitaliser des villages qui se meurent
      Personne ne le fera pour vous


    • Yves-Sans-Logement

      Tu as tout à fait raison.
      D’ailleurs, tout ce que tu proposes, je compte le réaliser bientôt.


    • @Yves-Sans-Logement = c’est bien beau ce que tu proposes mais c’est interdit par la Loi , il est interdit de s’installer dans un mobilhome sur un terrain agricole , beaucoup de gens ont voulu le faire ici en Provence , en Camargue , les autorités sont venu leur faire des procés , non c’est pas comme ça qu’il faut procéder , si vous voulez habiter à la campagne achetez vous un appart à rénover pas cher dans le centre d’un petit village pour avoir une adresse fiscale légale et vous achetez sur la zone un terrain agricole et là seulement on vous laissera poser un mobilhome pour l’entretien de votre potager et de vos poules et autres animaux mais vous ne pourrez pas rester sur place , si les autorités viennent faire un controle et y découvrent une cuisinière à l’intérieur ils vont considérer que vous habitez sur place (c’est la technique utilisée pour coincer les gens qui vivent en yourte) , dans ce genre de cas il faut se mettre bien avec le Maire car c’est lui qui va vous envoyer la municipale pour vous emmerder .


    • #1970751

      @en colère
      Je le sais, mais ici on est plusieurs à l’avoir fait , le tout c’est d’avoir un petit projet (exploitation vivrière par-exemple ou une grange ruine à retaper ) , et là ou la SAFER ne préempte pas, c’est justement parce-que la terre est difficile, nous c’est des coteaux très pentus ,avec une terre pauvre (et si tu as une surface de moins de 4 hectares de mémoire je crois -SMA-) on t’emmerde pas, la SAFER et la MSA ne surveillent que ceux qu’elles peuvent racketter, si tu es trop petit ,dans un endroit déserté des céréalier et gros éleveurs, elles se moquent de toi , ensuite une fois ton projet démarrer, c’est pas les structures et assoces qui manquent, pour te donner des conseils
      Si tu veux tu peux si tu cherches tu trouves (mais si tu pars perdant tu vas arriver à rien)
      Bien à toi


    • #1970757

      @en colère



      Rouler à 90 klm aussi maintenant tu crois que personne ne le fait (toute ta vie aura des parts de risque) à toi de te mettre bien avec le maire les gendarmes en campagne il n’y en a plus




      Je le sais, mais ici on est plusieurs à l’avoir fait , le tout c’est d’avoir un petit projet (exploitation vivrière par-exemple ou une grange ruine à retaper ) , et là ou la SAFER ne préempte pas, c’est justement parce-que la terre est difficile, nous c’est des coteaux très pentus ,avec une terre pauvre (et si tu as une surface de moins de 4 hectares de mémoire je crois -SMA-) on t’emmerde pas, la SAFER et la MSA ne surveillent que ceux qu’elles peuvent racketter, si tu es trop petit ,dans un endroit déserté des céréalier et gros éleveurs, elles se moquent de toi , ensuite une fois ton projet démarrer, c’est pas les structures et assoces qui manquent, pour te donner des conseils
      Si tu veux tu peux si tu cherches tu trouves (mais si tu pars perdant tu vas arriver à rien)
      Bien à toi


    • #1971302

      Bravo , que l’on vous entende....


    • STEF DE MARS, l’homme ne mange pas d’herbe, si l’on prend la fraction de protéine assimilable par l’homme consacrée à une vache laitière en système herbager, le résultat net est de 3 kilos de protéine assimilable par l’homme produits pour 1 kilo ingéré.
      La terre(l’élément pas la planète.) n’est pas d’une qualité et d’un rendement agronomique uniforme, de nombreuses terres pauvres, sont souvent uniquement naturellement adaptées à porter de la prairie, prairie très difficilement assimilable par l’homme(sans augmenter une forte hausse de consommation de papier hygiénique, dommageable à l’écosystème forestier...), cette pauvreté, pour l’homme, peut être valorisée par les ruminants, qui vont la transformer en protéine directement assimilable par l’homme(lait viande.) et en effluents(pipi caca.) qui serviront à enrichir une portion de terre pauvre afin d’y produire des protéines végétales assimilable par l’homme(céréales, légumes...), l’élevage est la richesse des terres pauvres.
      En ce qui concerne la production, rien ne vaut le terrain pour tirer des conclusions, les plus et les moins sur le papier, ça ne fonctionne qu’au bureau...


    • laurent71

      Bravo, tu m’as convaincu.
      Ton commentaire m’a ouvert les yeux, et depuis, je me suis remis à bouffer de la viande, et à m’en foutre de tous ceux qui crèvent de faim.
      Qu’est-ce que ça fait du bien d’être un enculé !
      Encore merci.


    • STEPH DE MARS.

      Heureux de t’avoir converti, habituellement on me reproche de mal surproduire et d’être responsable de la faim dans le monde, il vaut mieux être sélectionneur de l’équipe nationale de foot, au moins les bonnes femmes s’occupent pas de juger ton boulot.
      Je sens que tu vas être à ta place chez les enculés.


    • @laurent 71
      Le raisonnement correct est celui-ci :
      La chaine alimentaire.
      Le premier maillon est le végétal
      Puis le second est l’herbivore
      Enfin le troisième est le carnivore.
      Au niveau des protéines, elles viennent du monde végétal.
      Le carnivore les reçoit en fin de maillon à travers l’herbivore.
      Donc un végétarien court-circuite cette chaine et prend les protéines directement dans le règne végétal et gagne en qualité.
      Point barre.


    • @Jay, ton raisonnement est erroné, la grande majorité des végétaux produisent des protéines non assimilables directement par l’homme d’où la transformation en protéine assimilable par le biais des animaux.
      Tu penses t’acheter une conscience en mangeant de la spiruline(nourrie avec de la poudre d’os qui est un sous produit d’équarrissage.) et des légumes bio dont les apports azotés sont fait avec des granulés de poils de porcs(non issus de l’agriculture biologique et passés par un abattoir industriel.) ou de plumes de poulet(même circuit que les porcs.), tu n’es qu’un enfant gâté qui fait la moue devant son assiette point barre.


    • laurent 71
      Avez-vous entendu parler des protéines végétales ?
      Savez-vous ce qu’est la valeur biologique d’une protéine ?
      Savez-vous ce qu’est une protéine ? J’en doute aussi.
      Cela ne coute rien de rester poli, ce n’est pas bon pour promouvoir la consommation de viande !


    • Jay, je sais ce qu’est une protéine et je connais la difficulté de les produire sous une forme assimilable pour l’homme, sur les terres ou je vis(principalement du sable granitique, des limons, à peine 7% d’argile et le tout avec un PH de 4.5.), ce qui vient naturellement, c’est la prairie. Si au printemps ces prairie produisent une herbe à 24% de protéine(pendant 6 à 10 semaines suivant la météo.), tu ne peux pas l’assimiler, cette surface à l’état naturel ne peut pas te nourrir sauf si tu y mets des ruminants qui transformeront ces prairies en protéine que tu pourras assimiler.
      La valeur agronomique des terres est très variable et seules 10% des terres émergées du globe sont arables. Sur le reste, impossible de se nourrir sans avoir recours à des amendements chimiques, sauf si on y pratique l’élevage.
      La seule solution vertueuse est la polyculture élevage.
      Je ne fais pas la promotion de la surconsommation de viande, je suis dans le pragmatisme de la production en fonction de ce que les sols permettent.
      Vouloir sauver les animaux en étant totalitaire avec les humains, c’est mon résumé du militantisme végan.
      Tes interventions empruntées à la culture youtubesque, sont comme dirait le patron, digne d’un enfant débarquant dans une discussion d’adultes, son pot à la main, pour dire : "J’ai fait caca" !


    • laurent 71
      C’est intéressant le besoin que vous éprouviez à me rabaisser au stade anal de l’enfance.
      Cela témoigne d’une incertitude interne et d’un besoin de se rassurer.
      C’est dû à la pauvreté de votre argumentation. Vous essayez de descendre le contradicteur en l’attaquant directement.
      Je n’ai nul besoin de vous rabaisser cher Laurent.
      Ce qui m’intéresse ce sont les idées. Comme au jeu d’échecs, quel intérêt d’insulter son opposant ?

      Votre raisonnement est tronqué dés le départ, car étant végétarien, nul besoin pour moi d’aller chercher les protéines dans l’herbe ou la chair animale.
      Les légumes, fruits oléagineux, laitages et céréales suffisent largement.
      Et leur digestion est beaucoup plus facile et ne produit pas d’acides forts.
      (L’ortie à poids égal apporte plus de protéine que n’importe quelle viande.)


    • Cher laurent 71,

      Je constate, à la lecture de la passionnante joute philosophique qui vous oppose à Jay, que ce dernier a quand même des arguments nettement plus sérieux. Bref, il vous met une branlée. Et c’est en tant qu’enculé que je parle.


    • #1973507

      @STEF de MARS
      Cher STEPH ce type a des arguments de youtubeur
      On est pas tous égaux , même si il pense comme ce que lui dit ses gourou
      Un bébé , un enfant en bas age, un pré-ado, un ado et un homme n’ont pas besoin des même chose
      J’aimerais voir des enfants élevés rien qu’avec des légumes et des fruits et les comparer aux miens
      Et pourtant on ne mange pas de la viande tous les jours
      Les hommes depuis les chasseurs cueilleurs aux fermiers ne ce sont pasmis à faire de l’elevage sans raison
      Un paysan optimise tout sur ses terres (prairie, terres arables, bois, composte, paille, jusqu’au son produit par l’avoine & le blé , ainsi que les plumes de ses volailles, la laine de ses brebis, tout sans exception)
      Maintenant si ce monsieur veut vivre comme un cueilleurs crudivore ça le regarde, mais comme le dit l’explique si bien Laurent , c’est l’ultra libéralisme qui a détruit ce modelé de paysannerie, ni lui ni moi
      On vit dans le même monde que vous , on a les mêmes problèmes, les mêmes soucis (impôts, charges, matériel, crédit, famille, mécanique etc, etc....)
      la rentabilité, on s’adapte pour gagner de quoi vivre nous et les notre sans etre un poids pour la societe et la nature
      Je pense qu’on ne pourrait pas en dire autant de Jay et autres detracteur
      Mon cher STEPH comme te l’a dit Laurent les théories et les beaux discours ne valent qu’au bureau ou sur le net
      Achète un lopin de terre ou une vieille grange en campagne ou en montagne , installe toi
      Et tu verras que c’est pas aussi facile que de déverser une logorrhée ou des théories derrière son clavier , surtout quand c’est pas les siennes
      Tous ces beaux parleurs, doivent aller régulièrement dans des supermarchés, partent en vacances (avion, voiture, train, essence) , vont au cinéma, s’habillent , restos, etc, etc...
      Je ne sais pas pour Laurent mais je ne pars jamais en vacances (bétail, ferme, Eglise)
      Je ne suis pas parfait mais j’essaye à mon petit niveau d’être en adéquation avec mon amour de ma ferme, de mes cheptels, nature et de mes semblables, j’ai fais ce choix il y a quelques années et je m’y tiens
      Que Jay mange salade et quinoa grand bien lui fasse et je suis heureux pour lui mais qu’on vienne pas m’emmerder parce-que je serais un poids pour cette planète , j’en plussoie d’avance
      Faut balayer devant sa porte et arrêter de regarder la paille dans mon œil, quand on a une poutrelle ou un IPN
      Il y a plus problématique que les paysans aujourd’hui en France
      Bonne journée STEPH


  • #1970486

    C’est l’industrialisation de l’abattage par le lobby agro-alimentaire qui est horrible et malsain , moi j’élève et tue mes bêtes chez moi , elles sont en pleine nature, et quand je les tue , une balle et moins d’une seconde c’est fini
    Quand vous achetez de la viande en supermarché ou chez certain boucher vous bouffez la mort (stress, peur, angoisse, souffrance, etc...) il n’y a jamais eu autant de cancers ,de maladies auto-immunes, maladies orphelines, d’autisme, de trisomie, etc... c’est le fruit de tout ça, mal-bouffe, ondes (wifi, linky), sédentarité, pesticides, médicament (pilules dans l’eau), tabagisme , colorants, sucre, soda (raffiné, synthèse, aspartame) , MacDo, écran, stress, solitude, chômage, insécurité, pollution, drogues, etc...
    Nous ,notre corps ne sommes pas fait pour vivre au 17éme étage, dans une cage à lapin, d’une métropole, seul au milieu d’une foule d’anonyme , ou règne bruit ,lumière non naturelle, agitation, dans des odeurs de gaz et de particules fines de plaquettes de frein et de rails de métro
    Barrez vous des villes devenez pour cette raie-publique des parasites comme elle l’est pour vous
    Un petit crédit, un lopin de terre, 2 ou 3 hectares (il y a des endroits ou c’est moins de 1500/2000€ l’hectare en France), loin des céréaliers conventionnel, ou la SAFER ne préempte pas et c’est pas les coins qui manquent , une caravane, un mobil-home , quelques poules, des clapiers pour les lapins , deux ou trois brebis , chèvres, une petite serre , un potager , des fruitiers, permis de chasse, un fusil, un puits et hop, le RSA ou le chômage, et une fois installé , vous réfléchissez au calme, à tête reposé à comment vous allez développer un projet, vivre ou trouver des boulots à droite à gauche , lancez vous , de toute manière l’Etat vous baise
    Donc rendez lui la monnaie
    Une fois à la campagne avec du bon sens, de la politesse , de la volonté, et du travail on fait toujours son trou , de toute manière ça ne peut pas être pire que’en ville ou en banlieue
    Cherchez aussi, souvent des petits villages proposent, gite et travail (épicerie, boulangerie) à des familles nombreuses, pour revitaliser des villages qui se meurent
    Personne ne le fera pour vous


  • Il y a une chose de sûre, c’est que dans nos sociétés occidentales, nous mangeons trop de viande, loin de là l’idée d’imposer le vegetarisme,mais il serait déjà beaucoup plus sain pour sa santé de réduire ses consommations.
    comment ?
    tout simplement en changeant la façon de préparer ses repas : abandonner les steaks, rôtis, et autres gigots et cuisiner à l’orientale:cuire rapidement en petit bouts des quantités réduites de viande (50g par personne maximum) avec des légumes des herbes et des épices manger avec du riz ou des pâtes. on garde le goût de la viande mais on réduit drastiquement sa consommation.
    manger une daube provençale est un parfait exemple, avec une polente ou des pates, très peu de viande suffit pour s’en mettre plein la panse
    et cela vaut bien sûr pour le poisson et les charcuteries ( spaguettis aux chipolatas ou penne rigate au saucisson)

     

    • #1970777

      " nous mangeons trop de viande, loin de là l’idée d’imposer le vegetarisme,mais il serait déjà beaucoup plus sain pour sa santé de réduire ses consommations. "

      Où se trouve la démonstration de telles affirmations péremptoires ?


    • Je pense que c’est effectivement la solution qui est le mieux adapté... Ça fait un moment que je pratique la cuisson en sauce avec des plus petites quantités. Il devrait également y avoir des solutions pour augmenter le goût de la viande en les faisant sécher. C’est un truc que j’ai toujours penser faire, mais je ne me suis pas encore lancé...

      Si jàvais une cave à température constante, ça serait déjà fait depuis longtemps... là il faudrait une grille, de l’espace dans le réfrigérateur et tourner la pièce pour bien aérer. L’avantage est de ne pas avoir des saloperies de conservateurs et le plaisir de concocter ses propres assaisonnements. En tout cas, même des éleveurs de bovins ne mangeaient pas autant de viandes que nous dans les années 70... Remplacer la quantité par la qualité... et peut-être même prendre part à la qualité...

      Dans la vie, il n’y a pas de problèmes... juste des solutions..


    • « Où se trouve la démonstration de telles affirmations péremptoires ? »

      Alberic renseigne-toi c’est une réalité on consomme beaucoup trop de viande, on peut même s’en passer complètement sans aucun problème, écoute un peu Thierry Casasnovas, pas que sur ce sujet d’ailleurs, tu verras que même un sportif de haut niveau peut augmenter ses performances en arrêtant complètement de manger pendant 12 jours...

      https://www.youtube.com/watch?v=DldadJ6XQzQ


  • Alors oui, des fois ça dérape dans les abattoirs. Après, il faut quand même se souvenir que les bêtes sont là pour être TUEES, pas pour qu’on leur fasse des câlins, hein...

    Le foin qui est fait autour de ça illustre bien l’infantilisation omniprésente de la société, à grands renforts de pathos à tout va, au détriment de la raison.

    Sur ce, je vais me commander un steak ce midi, moi... :-)


  • #1970708

    Ca se faisait longtemps qu’on avait eu le droit à de gros chiffons rouges bien gras comme ces deux là pour dévier l’attention et diviser l’opinion.


  • #1970721

    Sinon, il reste une solution qui se trouve être la plus juste pour ces animaux : réduire la population humaine pour baisser la pression sur les animaux.

    On réduit la population mondiale de 80%, et les animaux seront très certainement contents et mieux traiter en fin de vie.

    Bon alors, qui trouve que la fin de vie de ces animaux est horrible ? Vous partirez en première classe.

     

  • Pourquoi pas. Mais après la vidéo-surveillance dans les tribunaux.


  • #1971229

    Ah les extrémistes verts sont retour ! Même ici dans la dissidence le gauchisme infecte les cerveaux pitoyable ! Questions aux extrémistes verts : pourquoi tuer des animaux pour se nourrir est mal alors que tuer des plantes ou poissons pour faire de même est bien ? Hypocrisie quand tu nous tiens. J’ai une idée vous devriez juste vous nourrir d’amour et d’eau fraiche...

     

    • Mais oui c’est clair. Une botte de carottes et un animal c’est exactement la même chose. Argument imparable. Qu’ils sont bêtes ces végétariens vraiment !

      Franchement un conseil, arrête d’essayer de dire des trucs.


    • @légion17,




      Souvent animés par une pensée anthropocentrée, nous oublions parfois àquelpoint la nature autour de nous est vivante dans toute sa complexité. Le film "L’intelligence des arbres" : comment lesarbres communiquent et prennent soin lesuns desautres, expose les découvertes scientifiques les plus récentes à propos des échanges racinaires entre ces végétaux. Un appel à l’humilité et à l’émerveillement.




      Les arbres communiquent les uns avec les autres en s’occupant avec amour de leur progéniture, de leurs anciens et des arbres voisins quand ils sont malades.

      Je crois que les végétariens sous-estiment la compréhension des interactions entre les arbres ainsi que les conséquences de cette découverte. Ce savoir DOIT changer votre regard sur le vivant, les arbres et les forêts.




      Selon l’antispécisme, le spécisme justifie l’exploitation et l’utilisation des animaux parles humains d’une façon qui ne serait pas considérée comme acceptable s’il s’agissait d’humains. Ainsi, selon l’antispécisme, le spécisme estune idéologie condamnable, et un « mouvement de libération animale » est nécessaire pour y mettre un terme.




      Il faut aussi libérer les antilopes des lions.. il sera possible de limer ou arracher leurs canines.

      Si la nature forme un tout, une unité, vous avez choisis de la diviser entre le monde animal et le monde végétal afin de vous attaquer à l’Homme en le rendant responsable d’une infamie : SE NOURRIRE...




      « Ces découvertes suggèrent quenous devrions laisser les arbres pousser demanière naturelle – laisser cohabiter jeunes et vieux, laisser pousser différentes espèces mélangées (en opposition à la monoculture) -, les laisser vieillir, les laisser s’occuper de leur progéniture (au lieu de tous les abattre lorsqu’ils ont le mêmeâge), et de manière + générale, les traiter avecplus de respect et accepter leur individualité, plutôtque de les considérer comme des produits dans un esprit d’usine »




      L’Homme selon l’Islam est le vice-régent de Dieu sur terre. Il doit prélever une juste mesure par rapport à ses besoins tout comme le lion prends une juste mesure de petites antilopes et de zèbres (souvent les animaux le plus faibles, un manque qui perturbera le moins le groupe).

      Au lieu de combattre l’esprit "usine" vous vous attaquez à l’Homme et ses pratiques immémoriales. Félicitations tout même, si à titre personnel vous vous abstenez de viandes animales « d’usines »...


  • #1971303

    Bravo chère Brigitte , nous sommes de tout coeur avec vous . Courage et santé à vous . Amitié sincère !


  • C’est la production de masse qui engendre cela, c’est tout. Imaginez-vous le nombre d’animaux qu’il faut abattre pour approvisionner des KFC, Mc Donald et compagnie, et ceci tous les jours.


  • j’aime cette femme, ces sorties de route de la bien pensance : ses causes sont nobles et pourtant ont lui crache a la gueule comme l’a fait faux cul fogiel et son lobbi homo.
    Ce fut une icône, notre marylin monroe a nous : elle fut belle, tres belle surtout entre 67 et 73 : "elle chantait en 69 sous la plume de Gainsbourg"je n’ai besoin de personne en harley davison" et a 84 ans, elle se demerde trop bien toute seule : elle n’a plus besoin des médias : ce sont les merdias qui viennent la chercher pour mieux la critiquer : mais elle s’en fout, elle est libre.............................mysanthrope surement, mais dans ce bas monde tel qu’il est : comment ne pas le devenir : perso, je le suis.


  • L’armée des tièdes ces deux la et compagnie, faudrait leur poser la question, comment humainement tuer quelqu’un qui n’a pas envie de mourir ?

     

    • Le faire mourir de rire.


    • Mourir de rire ? C’est effectivement presque aussi bien qu’un bon plat gastronomique qui renforce les liens humains et procure force et plaisirs. Mais on ne peut pas vivre que de fou-rire incontrôlable d’amour et d’eau fraîche encore potable...

      Je suis en train de faire sécher deux superbes magrets d’un canard acheté à la ferme. C’est possible qu’un jour, ce soit interdit ?


    • @Peter
      Fort possible qu’un jour ils l’interdisent , mais pour ça faudra mettre un flic dans chaque ferme , sur chaque mètre carré de campagne , derrière chaque paysan et ça c’est pas joué
      Alors le citadin n’en aura plus mais le riche le bourgeois en achètera sous le manteau
      Et comme toujours c’est le petit peuple qui en subira les méfaits
      Le paysan qui se fera attraper ou dénoncer et le citadin qui n’en verra jamais la saveur
      C’est la même histoire encore et encore !


    • @culs terreux,

      effectivement, ils finiront peut-être par voter des lois contre la consommation de la viande au lieu de l’interdiction des abattoirs...

      J’ai mis une vidéo plus haut d’un organisme musulman en Australie qui sacrifie au calme et dans des bonnes conditions des animaux pour la consommation de viande. Voilà, un projet qui redonnerait du travail et permettrait de redynamiser l’activité dans nos campagnes !!... Un truc hyper facile..

      Un groupe de fermiers catholiques qui consacrent la viande à Dieu lors du sacrifice et opèrent de la façon la plus humaine. Ils pourraient d’une pierre faire deux coups et obtenir d’une association musulmane ou d’un imam que cette viande préparée par des chrétiens est conforme... elle deviendrait "halal" (permis)... Dans un premier temps, la clientèle pourra être majoritairement musulmane. Les Rothschild tiennent la viande halal en France, ça serait stupide de la part des catholiques de refuser d’être comme un coq en pâte !!

      L’avantage c’est l’arrêt des boucheries halal et l’introduction des boucheries et d’une filière de la viande adapté à l’éthique catholique ? Que demande le peuple catholique de France ? Que demande la minorité musulmane ?

      Vous verrez qu’en arrêtant de faire des problèmes aux musulmans, nous trouvereront en plus des solutions pour la France...

      ps : les cul-terreux parlent aux culs-terreux... si les maghrébins et subsahariens originaires d’un milieu rurale dans leur Pays d’origine n’avaient pas eu d’intermédiaires entre eux et les paysans français, ils auraient ensemble depuis 40 ans trouvés les solutions.. mais avec les débuts de l’immigration, ils ont provoqués l’exode rurale.. Un déracinement des deux côtés... C’est au monde rurale français de se montrer ambitieux et d’aller chercher les consommateurs où ils se trouvent tout en restant soi-même !!!


    • @Peter
      Je ne suis pas pour un islam ou l’islam en France, pas plus que pour le judaïsme ou autres religions (fausses sans vouloir offenser personne, c’est ce que me dit l’Eglise catholique), pas plus pour la laïcité d’ailleurs
      Mais voyant l’état actuel de notre pauvre France , si on pouvait redynamiser nos campagnes et notre foi (Eglise catholique) je ne suis pas contre (toutes les possibilités de rendre foi et dignité à mon peuple ne peut nous laisser indifférent)
      Même si je n’y crois plus , des Y.Hindi me paraissent sincère et ne sont point un poids pour mon pays, sauf que combien de Hindi pour combien de racailles, de prières de rue, de rappeur et autres néfastes pour moi et les nôtres
      Je suis d’accord sur le fait que les juifs (selon la religion catholique) sont bien plus nefaste que qui que ce soit ou que n’importe qu’elle épidémie (marchand du temple)
      Je ne suis pas suprématiste, Jésus, Marie, saint Augustin, Macaire, Cassilda, Cyriaque, Anastasie n’étaient pas blanc européens, donc je n’ai aucun problème de race , d’ailleurs les harkis et les Syriens ont partager notre histoire idem pour les amérindiens
      Sauf qu’il faut remettre les choses dans leur contexte et les attentas ne sont pas le fait de catholiques blanc (et je ne dirais ni c’est des islamo ni c’est des judaïsans , ça servirait trop les bien-pensants) donc je ne suis ni pour le hallal ni pour le casher, mais pour une France catholique
      NS Jésus Christ lui même était un radical et ne tolérait pas le mensonge



      « Dieu s’étant incarné dans le Christ et le Christ continuant de vivre, d’enseigner et d’agir dans toute l’Église, tout ce qui dépend de Dieu dans l’ordre des choses spirituelles, religieuses et morales dépend conséquemment de Jésus-Christ et de l’Église. »
      « La religion qui vient du ciel est vérité, et elle est intolérante envers les fausses doctrines. » « La religion qui vient du ciel est charité, et elle est pleine de tolérance envers les personnes. »
      Cardinal Pie




      Salutation sans haine aucune, mais avec une foi chevillée à l’âme et au corps


  • À quiconque cela puisse intéresser, vient tout juste de paraître, il y a quatre jours (le 24 mai 2018) :

    Jean-Pierre Digard, "L’animalisme est un anti-humanisme", chez CNRS Éditions.

    Jean-Pierre Digard est directeur de recherche émérite au CNRS, spécialiste de la domestication des animaux. Digard est aussi un spécialiste des tribus et du nomadisme en Iran.

    "L’animalisme est un anti-humanisme" : peut-être le lirai-je...


  • quelques citations, pour ceux qui ne comprennent toujours pas le sujet.

    "Le monde n’est pas une chose et les animaux ne sont pas des produits pour notre usage et notre consommation. Plus que la miséricorde, nous devons aux animaux la justice ..."
    Arthur Schopenhauer.

    Marguerite Yourcenar : "L’homme a peu de chances de cesser d’être un tortionnaire pour l’homme, tant qu’il continuera à apprendre sur la bête son métier de bourreau."

    "On me demande souvent :" Pourquoi dépensez-vous autant de votre temps et d’argent à parler de la bonté des animaux quand il y a tant de cruauté faite aux hommes ? Je réponds : Je travaille à ses racines."
    George Thorndike Angell, avocat américain pour le traitement humain des animaux, criminologue, philanthrope, (1823-1909).

    Extrait Matthieu Ricard : Nous tuons chaque année 60 milliards d’animaux terrestres et 1 000 milliards d’animaux marins pour notre consommation. Un massacre inégalé dans l’histoire de l’Humanité qui pose un défi éthique majeur et nuit à nos sociétés : cette surconsommation aggrave la faim dans le monde, provoque des déséquilibres écologiques, est mauvaise pour notre santé. En plus de l’alimentation, nous instrumentalisons aussi les animaux pour des raisons purement vénales (trafic de la faune sauvage), pour la recherche scientifique ou par simple divertissement (corridas, cirques, zoos).

    Et si le temps était venu de les considérer non plus comme des êtres inférieurs mais comme nos « concitoyens » sur cette terre ? Nous vivons dans un monde interdépendant où le sort de chaque être, quel qu’il soit, est intimement lié à celui des autres. Il ne s’agit pas de s’occuper que des animaux mais aussi des animaux.


  • la misère animale n’a que trois causes : le business, ( ça rapporte des milliards ) , les religions/superstitions, et le sadisme. Et ça ne pourra changer que par le politique, donc jamais car il est soumis aux lobbies. Tant que certains n’auront pas compris que les animaux ont des sentiments comme nous ( sauf la connerie et ses conséquences qui n’est réservée qu’à l’humain ) , rien ne changera.


Commentaires suivants