Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Adieu le Système, le peuple revient !

La France cachée : la France rebelle

En France, on s’acharne à nous faire croire que les classes laborieuses ont disparu, qu’elles furent enterrées par l’Histoire et qu’elles font partie du passé. Mais nous vivons dans cette France cachée, nous connaissons la réalité d’une aliénation que nous sommes de plus en plus nombreux à refuser. 
La casse de l’industrie, et plus largement de la production nationale, fut rondement menée par la Droite comme par la Gauche, avec la complicité des directions syndicales pour le plus grand profit de notre patronat national.

 

Un simple chiffre : 2 millions. C’est le nombre d’emplois industriels détruits en France depuis 30 ans. En 1980, l’Hexagone comptait 5,5 millions d’emplois dans ce secteur contre 3,4 millions en 2007. La tendance s’est poursuivie au cours des cinq dernières années, avec près de 190 000 emplois industriels détruits, avec un « pic » au début de l’année 2013. Et les créations d’emplois constatées depuis n’ont pas profité au secteur.

Le capitalisme mène une guerre contre les travailleurs français, sa volonté de mondialiser la France a abouti à une catastrophe sociale et humaine. 
La France connaît un appauvrissement et un déclin généralisés qui s’accompagnent d’une perte irrémédiable de souveraineté populaire et nationale. La crise a accéléré ce mouvement, elle a précipité les délocalisations et la restructuration de nos économies, la financiarisation permettant un pillage en règle des richesses des pays européens. Faire ce constat ne suffit pas, néanmoins ; il faut comprendre la réalité sociale de notre peuple pour agir concrètement pour sa libération.

 

Voyage dans la France des travailleurs

Le monde du travail a considérablement changé durant les années 1990-2000, un tissu économique plus diffus a remplacé les grande concentrations ouvrières des usines des années 1950-1960. Des secteurs comme l’agro-alimentaire, le médical ou les technologies de pointe ont remplacé en partie l’industrie lourde. Les conditions de travail n’ont pas changé pour autant. À la pénibilité (la hausse des maladies professionnelles et des accidents du travail est un bon révélateur de la situation) s’ajoutent désormais le stress et la pression de la précarité. 
« Anciens » comme « jeunes » travailleurs connaissent les répercussions des mesures liées à la recherche de la « flexibilité ». Le chômage de masse (dont les chiffres sont savamment camouflés par les gouvernements successifs) offre la possibilité pour le patronat d’imposer ses règles. La précarité se traduit par les stages, plus ou moins rémunérés, le travail au « noir » et l’entrée, par l’intérim ou des contrats à répétition, sur des postes permanents.

Un tiers des jeunes qui ont un emploi occupent un poste précaire ; contrat à durée déterminée ou emploi aidé, sans compter les stages bidons. La flexibilité de l’emploi concerne plus la tranche des 15-29 ans, mais cette précarité risque de préfigurer la norme de l’emploi de demain avec les nouvelles mesures du candidat Macron.

Loin des élites des grandes villes, le monde rural et périphérique souffre et meurt en silence. Le taux d’ouvriers est de 32 % dans la population active des « campagnes », les cadres y représentent à peine 7 %. Le taux de pauvreté est sensiblement plus élevé avec 13,7 % (au lieu de 11,3 %) et les situations des personnes dans cette situation, plus dures que dans les villes. Ne bénéficiant pas du réseau d’aides publiques, elles se retrouvent dans des déserts avec la fin des services publics de proximité (comme les transports ou les postes).
 Du bâtiment à l’hôpital, des ouvriers agricoles à ceux des multiples petites usines, nous travaillons tous pour des salaires réduits (un quart des 25 millions de salariés, gagne moins de 9 000 euros par an, soit environ 750 euros par mois). Mieux formés que leurs ainés, les travailleurs actuels se retrouvent au SMIC alors qu’ils ont des compétences et des postes plus complexes. Cela hypothèque l’avenir et ouvre la porte à la spirale de l’endettement pour les classes populaires.

 


Une colère impossible à contenir

À l’aube du XXIème siècle, un candidat à la présidentielle avait fait campagne avec des belles promesses à la « France qui se lève tôt ». Cette arnaque lui a permis d’entrer à l’Élysée et de laisser à la rue ses discours électoraux. Depuis, la classe dominante s’acharne à détruire les conditions de vie des travailleurs. 
La situation des classes populaires et laborieuses françaises n’intéresse plus personne dans le monde politique et médiatique.

Lire la suite de l’article sur rebellion-sre.fr

Soutenez le bimestriel dissident Rébellion,
abonnez-vous sur Kontre Kulture :

Pour comprendre les réels enjeux de l’élection,
lire chez Kontre Kulture :

Retrouvez la revue Rébellion sur E&R :

 
 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1716753
    Le 2 mai à 12:07 par Ali baba
    Adieu le Système, le peuple revient !

    Non , le systéme tel qu’il se présente est à bout de recettes ,
    comme un bateau qui a davantage de rustines que de coque initiale , il est en perpétuelle " border Line " , et il est contraint de gérer la précarité , pour ce qui est de créer des emplois , réouvrir des usines , ... c’est du vent , car impossible si il veut perdurer . Ce qui pose le problème soit d’un changement d’optique et le système s’écroule , ou on continue avec des pansements comme depuis 30 ans !
    Mais comme le précise reynouard en une phrase , le peuple étant conditionné à la peur , et tant qu’il y a de l’essence , des caddies remplis , une illusion de bien être , ça ne bougera pas .
    ( c’est un peu triste , mais souvent incontournable , on ne peut pas changer les gens si facilement ) bon , là egalement , ce n’est qu’un avis .

     

    Répondre à ce message

    • #1716821
      Le 2 mai à 14:05 par Jex Plik
      Adieu le Système, le peuple revient !

      5 ans d’austérité Macronienne fera le plus grand bien aux français et surtout aux électeurs de ce dernier.

       
  • #1716758
    Le 2 mai à 12:13 par miroux
    Adieu le Système, le peuple revient !

    La " rébellion " se fait quand même attendre . . . en attendant Macron succède à Hollande . . . sondages qui ne bougent pas 41 MLP 59 EM : Jeanne au secours !

     

    Répondre à ce message

    • #1716841
      Le 2 mai à 14:39 par goyband
      Adieu le Système, le peuple revient !

      60/40, ca permettra d’acter l’échec de la ligne Philippot qui aura fait fuir tous les libéraux vers Macron et ce n’est pas le ralliement de NDA, brouillant le message impopulaire sur la sortie de l’Euro, un doux euphémisme, qui permettra de les récupérer.

      55/45 Marine sauve ses fesses et peut envisager de conserver sa ligne, mais en clarifiant une fois pour toute sa position économique.

      65/35, le FN devra changer de logiciel, certainement via MMLP.

       
      • #1717076
        Le 2 mai à 20:38 par Taquin
        Adieu le Système, le peuple revient !

        60/40 serait au contraire la réussite totale de la ligne Philippot.

        La ligne Reagan que tu souhaites a déjà été testée, et c’est 80/20 (en admettant que ça passe au deuxième tour bien sur).
        Les français veulent un Etat protectionniste (donc protecteur et interventionniste). En faisant du Madelin qui veux moins d’Etat, tu auras les scores de Madelin ou ceux de JMLP au début.

        L’avantage d’avoir ce NDA nouveau (proche idéologiquement de celui-d’avant mais avec une paire de couilles en plus), c’est que si l’excellente ligne actuelle du FN est sabotée par des types comme Collard ou des libéraux à tendance macronienne dans ton genre, on pourra toujours se rabattre sur lui pour sauver la France.

         
    • #1716941
      Le 2 mai à 17:46 par Ali baba
      Adieu le Système, le peuple revient !

      @ goyband : Bien Vu !!!

       
    • #1717380
      Le 3 mai à 07:43 par goyband
      Adieu le Système, le peuple revient !

      Taquin, réussite si l’objectif était de faire mieux qu’en 2002, ce qui, dit en passant, n’est pas très compliqué étant donné le contexte largement favorable à la Trumpisation des esprits.
      Les Français veulent surtout un retour du régalien avec une figure forte pour incarner le pays. Ils se sentent Français mais également Européens territorialement et s’ils ne veulent pas majoritairement sortir de l’union Européenne, ils désirent des réformes sous forme de réajustement du fonctionnement de Bruxelles (frontières intra européennes etc…).

      Voilà traduit très rapidement ce que les sondages disent, sans même aborder le volet sociétal.

      Après, il est possible que l’amendement NDA colle plus à l’état d’esprit ambiant sur l’Europe, ce qui pourrait ramener quelques libéraux au bercail, nous le saurons très vite.
      Quant à Collard, ancien lambertiste, il est élément neutre dans la discussion.
      A titre personnel, je suis un anti chevènementiste, tout simplement parce que je n’ai jamais digéré sa fable minimaliste des sauvageons, les faits lui ont d’ailleurs donné cruellement tort et par la suite.

      Si Macron passe, inévitablement et malgré un contexte économique international probablement plus favorable que lors de ces 5 dernières années, les inégalités face à la mondialisation vont s’accroitre et la ligne Philippot deviendra insuffisante à un moment ou à un autre.

      60/40 c’est un minimum pour que la transition se fasse en douceur, moins, il pourrait y avoir des remous au sein du parti, puisque deux lignes cohabitent.

       
  • #1716789
    Le 2 mai à 13:08 par envolées_des_incultes
    Adieu le Système, le peuple revient !

    C’est une étrange sensation qui ressort après la lecture de l’article sur le site d’origine.
    En effet, si le constat est partagé et entraine l’adhésion à ses thèses, l’esthétique du site et sa charte graphique nous glacent les sangs. L’absence de nationalisme au profit de l’européisme accentue la gêne.
    Au final, il se révèle comme un merveilleux repoussoir de revendications légitimes. Simple paradoxe ou stratégie délibérée ?

     

    Répondre à ce message

  • #1716838
    Le 2 mai à 14:37 par Riendutout
    Adieu le Système, le peuple revient !

    Un petit message privé aux modérateurs D’ER, si vous voulez un séquence sympa, il y avait, le porte parole de Macron qui ce faisait laminer par Philippot devant Elkrief qui ne gérait plus grand chose sur BFM. Merci.

     

    Répondre à ce message

  • #1716847
    Le 2 mai à 14:46 par Pascal
    Adieu le Système, le peuple revient !

    Faut arrêter avec votre nolstalgie des emplois industriels.
    Ce matin je regarde un doc sur M.Jackson où, pour illustrer ses ventes de disque, on voit des dames qui prennent les vinyls de la presse pour les mettre dans les pochettes.
    Super les boulots industriels !

     

    Répondre à ce message

    • #1717068
      Le 2 mai à 20:25 par Taquin
      Adieu le Système, le peuple revient !

      T’as raison vaut mieux travailler dans la com’, le marketing ou le trading. C’est tellement plus épanouissant !

       
    • #1717227
      Le 2 mai à 23:12 par Matveii
      Adieu le Système, le peuple revient !

      Il ne s’agit pas de nostalgie : la réindustrialisation du pays est nécessaire car seules les industries créent de la richesse qui peut être valorisée et exportée et ainsi enrichir la France (via 1/ la création d’emploi et donc la diminution d’allocation chômages a payer, et 2/ le développement des services publics, les infrastructures, le soutien a l’innovation, etc)

      Il s’agit de créer une dynamique positive, ou un cercle vertueux si vous préférez, et quand vous remontez tout en amont, vous remarquez que tout commence par la création d’entreprises « industrielles » (par opposition aux entreprises du tertiaire, agences de com’ ou de consulting, qui « vivent » de la richesse générée par les industries).

       
  • #1716856
    Le 2 mai à 15:18 par redsniper06
    Adieu le Système, le peuple revient !

    Comme disait ma mémé....."comme on fait son lit, on se couche.."si les Français ont encore besoin de bouffer de la m....qu’ils votent Macron et bon appétit à leurs papilles gustatives !!!...mais surtout qu’ils ne viennent plus se plaindre que la soupe est mauvaise !!!...

     

    Répondre à ce message

  • #1716961
    Le 2 mai à 18:11 par ursus
    Adieu le Système, le peuple revient !

    Apparemment, il est encore trop tôt et, majoritairement, les français sont encore trop bien nourris...
    De toute façon, pour gouverner contre le système financiaro-politico-médiatico... MLP a besoin d’un raz-de-marrée populaire (minimum 60% des voix) !
    Une victoire à la Pyrrhus serait la plus mauvaise chose qui pourrait nous arriver...
    Donc, en conclusion, si Macron est élu, je souhaite vivement que l’on en chie des ronds de chapeau pendant 5 ans !

     

    Répondre à ce message

  • #1717031
    Le 2 mai à 19:53 par lapis lazuli
    Adieu le Système, le peuple revient !

    Adieu le Système, le peuple revient ! avec macron au deuxième tour et une très grosse probabilité de l’emporter, effectivement le France rebelle est bien cachée.

     

    Répondre à ce message

  • #1717155
    Le 2 mai à 21:45 par Atos, Portos et Aramis
    Adieu le Système, le peuple revient !

    L’auteur de ce texte semble oublier que les musulmans sont pour leurs écrasante majorité eux aussi des ouvriers et/ou petits salariés exploités et précaires qui souffre de cette situation...

    A partir de ce constat pourquoi les mettre en opposition avec les travailleurs de la périphéries qui sont bien souvent leurs propres collègues ?

     

    Répondre à ce message

    • #1717373
      Le 3 mai à 07:36 par MagnaVeritas
      Adieu le Système, le peuple revient !

      Parce que eux ne votent pas FN, c’est d’ailleurs aussi pour ça que les gros industriels ont facilité l’arrivée des immigrés : eux n’ont pas de conscience de classe ni de solidarité.

       
    • #1717922
      Le 3 mai à 19:27 par Atos, Portos et Aramis
      Adieu le Système, le peuple revient !

      Si ils ne votent pas FN c’est parce que le FN les désignent comme des ennemis parasites (alors qu’ils sont dans la même situation socio-économique que les ouvriers précaires).

      Qui voterait pour la formation politique qui vous désigne systématiquement comme la priorité à combattre ?