Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Macron : la divine surprise ?

Cet article est disponible dans le numéro 79 de la revue Rébellion, inspiré d’une conférence donnée par David L’Epée le 4 mars 2017 à Marseille à l’invitation de l’Action française.

 

« C’est François Mitterrand – avec Pierre Bérégovoy – qui a déréglementé l’économie française et l’a largement ouverte à toutes les formes de concurrence. C’est Jacques Delors qui a été, à Paris comme à Bruxelles, l’un des bâtisseurs de l’Europe monétaire avec les évolutions qu’elle impliquait sur le plan des politiques macroéconomiques. C’est Lionel Jospin qui a engagé les regroupements industriels les plus innovants, quitte à ouvrir le capital d’entreprises publiques. »

Qui a écrit ça ? Que le coupable se dénonce ! Car on a beau, dans ces quelques phrases, concéder quelques mots flatteurs comme bâtisseurs ou innovants, on n’en a pas moins là un réquisitoire contre la gauche de gouvernement. Qui en est l’auteur ? Ce pourrait bien être Jean-Luc Mélenchon, l’homme qui se téléporte sous forme d’hologramme pour mieux dénoncer le capitalisme numérique et préfère, par un habile jeu de passe-passe lexical, appeler à la relance d’activité plutôt qu’à la croissance – alors que le marxiste qu’il prétend être devrait savoir qu’il s’agit dans les deux cas d’un même phénomène économique, qui est l’accumulation du capital. Mélenchon qui, comme le rappelait encore Aurélien Bernier il y a quelques années, accumule les contradictions [1] : revendiquant la souveraineté populaire mais refusant de lier cette dernière à la nation qui en est pourtant le cadre privilégié, rêvant d’une autre Europe mais sans réelle volonté de rupture avec l’ordre juridique et monétaire bruxellois, professant l’anti-capitalisme mais refusant toute recette de type protectionniste. Mélenchon dont les contradictions se retrouvent jusque dans le nom de son parti : son Front pourrait être populaire, pourrait être socialiste, pourrait être communiste même, mais il ne saurait en aucun cas être de gauche ! Je ne reviendrai pas ici sur cette incompatibilité fondamentale entre l’idée de gauche et l’idée de socialisme, j’en ai parlé déjà à plusieurs reprises et je renvoie ceux pour qui ce n’est pas encore une évidence aux textes et interventions que j’y ai consacrés ces dernières années [2]. Non, décidément, l’auteur de cette phrase ne peut pas être Mélenchon, il croule lui-même sous un trop grand nombre d’incohérences pour se permettre décemment de pouvoir faire le procès du PS – dont il est d’ailleurs issu, faut-il le rappeler.

Qui a donc écrit ces vilaines choses, qui est le coupable ? Philippe Poutou ? Marine Le Pen ? François Asselineau ? Non, vous n’y êtes pas, ne cherchez pas dans l’opposition, ce n’est pas là que vous trouverez la réponse ! Il s’agit tout simplement de François Hollande lui-même, dans un livre publié en 2006 (une conversation avec Edwy Plenel, qui est décidément dans tous les mauvais coups) et intitulé Devoirs de vérité. Et il est important de citer encore la phrase qui suit directement cet extrait et qui, pour ainsi dire, lui sert de conclusion : « Cessons donc de revêtir des oripeaux qui ne trompent personne. » [3] Bravo ! Il fallait oser une telle confession en pleine campagne des présidentielles, alors qu’une certaine Ségolène Royale avec qui il entretenait un lien privilégié était justement candidate sous les couleurs du Parti socialiste ! Difficile de ne pas voir, dans cet accès surprenant d’honnêteté, de cynisme diront certains, une sorte d’acte manqué – mais ce n’est pas notre sujet.

 

De quand date le divorce entre la gauche et le socialisme ?

Hollande a raison : l’inféodation de la gauche de gouvernement aux règles imposées par le marché ne date pas de lui, elle est bien antérieure, et on peut aisément remonter, par exemple, jusqu’à Pierre Mauroy et à ce qu’on a appelé alors le tournant de la rigueur – on peut même remonter plus loin encore dans le temps. Il n’y a guère que le néolibéral Guy Sorman pour penser (et se réjouir) qu’Hollande est l’artisan de ce tournant, prenant pour une mutation de fond ce qui n’était qu’une affaire de mots. L’ayant considéré avec horreur à son arrivée au pouvoir comme « l’ultime chef d’État en Europe qui se réclamait encore du socialisme dans sa version marxiste » (sic !), il l’applaudissait pourtant en janvier 2014, écrivant : « François Hollande se déclarant social-démocrate et non plus socialiste a mis un terme à une longue exception française. » [4] On connaît la haine de Sorman pour tout ce qui est français (c’est-à-dire pas assez américain) et vaguement socialisant (c’est-à-dire prétendant encore échapper aux règles de l’échange marchand généralisé). Cet oiseau de mauvais augure, qui s’est heureusement à peu près toujours trompé sur tout, pense que le marxisme a régné en France jusqu’à ce beau jour de janvier 2014. Pour lui il n’y a pas eu de 1968, il n’y a pas eu de 1983, ou alors ces événements-là ont pris à ses yeux un sens à rebours de celui que nous leur donnons.

Or il y a trois grilles de lecture possibles pour examiner cette fuite en avant de la gauche à l’œuvre maintenant depuis quelques décennies. La grille de lecture libérale (celle que nous venons d’évoquer) pour qui ces mutations ne sont que des variations sans grande importance, de simples nuances de rouge sur la palette d’un marxisme jamais assez moribond, de simples querelles de chapelle entre partisans de Lénine et partisans de Michel Rocard ou de Julien Dray – entre lesquels, comme chacun sait, il n’y a pas de différence significative. La grille de lecture gauchiste, celle qui ne cesse de se lamenter sur la trahison des soixante-huitards passés à l’ennemi avec armes et bagages, celle pour qui pouvoir rime presque nécessairement avec forfaiture et pour qui il existe, par exemple, un gentil Dany le Rouge et un mauvais Cohn-Bendit. Et il y a enfin ce que j’appellerais la grille de lecture révolutionnaire, la grille de lecture socialiste, au sens le plus noble, le plus exact et le plus cohérent du terme, et c’est cette vision-là que j’aimerais partager avec vous.

Lire la suite de l’article sur rebellion-sre.fr

Notes

[1] Aurélien Bernier, La Gauche radicale et ses tabous : pourquoi le Front de Gauche échoue face au Front national (Seuil, 2014) – à noter que ce livre a été rédigé deux ans avant la campagne présidentielle et que sur certains points, Mélenchon a affiné son discours, notamment sous l’influence intelligente de quelques économistes de son mouvement citoyen la France insoumise.

[2] par exemple celui-ci : Gauche et socialisme : le grand malentendu, in. Rébellion n°75, été 2016

[3] François Hollande, Devoirs de vérité (Stock, 2006)

[4] Guy Sorman, Ci-gît le socialisme européen, in. L’Hebdo, 30 janvier 2014

Soutenez le bimestriel dissident Rébellion,
abonnez-vous sur Kontre Kulture :

Macron le golem du Système, chez Kontre Kulture :

Retrouvez la revue Rébellion sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1709474
    le 24/04/2017 par Vlad
    Macron : la divine surprise ?

    C’est un excellent article... Merci de l’avoir partager.
    Cela confirme bien toutes les analyses d’ER mais aussi l’avis de l’ensemble des intellectuels dissidents. Macron sera l’homme à abattre car il est un artifice destructeur de l’Etat français ; la France culturelle et historique ; une nation qui voulait voir se concrétiser les espérances à la fois chrétiennes (Saint Louis, Thomas d’Aquin) et hellénistiques (Rousseau, Saint-Just).

     

    • #1709575
      le 24/04/2017 par Francois Desvignes
      Macron : la divine surprise ?

      Attention ! Rousseau n’est pas "grec" mais antichrétien.

      St Louis, St Thomas d’Aquin disent avec la génèse : l’homme est mauvais du fait du péché originel et il rend la société mauvaise. La société n’est pas responsable d el’Homme c’est l’Homme qui est responsable de lui-même et de ce qu’il fait de sa société. A cette condition il est libre.

      Rousseau dit l’inverse : le péché originel n’existe pas, l’homme à l’état de nature est bon. C’est la société qui le rend mauvais. Il n’est donc pas responsable. La liberté de l’homme n’existe pas. Et donc Dieu non plus.

      Le Christ est l’inventeur de la démocratie
      Rousseau du monndialisme.

      Le Christ est français
      Rousseau même pas suisse.


    • #1709719
      le 24/04/2017 par Robespierre
      Macron : la divine surprise ?

      Lis la « Confession du vicaire savoyard » dans L’Émile, ça t’évitera de raconter n’importe quoi à propos de Rousseau, qui n’aimait pas les démonstrations grossières d’impiété, pas plus que Robespierre, lequel admirait le premier.


    • #1709980
      le 24/04/2017 par Atos, Portos et Aramis
      Macron : la divine surprise ?

      .Attention ! Rousseau n’est pas "grec" mais antichrétien.



      Il n’y a pas plus grec que Rousseau dans l’esprit dans la France du 18ème siècle...

      Rousseau antichrétien ??? Serieusement ?

      Par cette phrase vous êtes simplement en train de prouver que vous ne ne l’avez pas lu et que vous parlez sans savoir ou alors que vous l’avez lu sans le comprendre... Je ne sais pas ce qui est le pire je vous laisse choisir...


  • #1709489
    le 24/04/2017 par liz
    Macron : la divine surprise ?

    MACRON au 1er tour, ce n’est pas une surprise parce que je ne serai pas étonnée d’une tricherie ! Comment peut il être au 1er tour alors qu’il avait chuté dans les sondages et qu’il semblait bien détesté ???? Tour de passe passe, ces connards veulent absolument nous le fourguer..... Si il est élu, ce sera une tricherie de plus et nous sommes cuits ! la grenouille qui cuit à petit feu dans l’eau, aura t-elle un dernier sursaut ?

     

    • #1709555
      le 24/04/2017 par Lapushka
      Macron : la divine surprise ?

      C’est egalement ce que je pense. N’y aurait-il pas eu une fraude electorale ?
      Toutefois, il ne faut pas sous-estimer le niveau d’abrutissement des Francais par le systeme via ses medias.


    • #1709849
      le 24/04/2017 par mirza
      Macron : la divine surprise ?

      Je penche pour l’explication "abrutissement des français". Je me suis rendu dans mon bureau de vote pour assister au dépouillement (environ 950 votes exprimés) : 1er Macron, 2ème Fillon et 3ème Marine. C’était serré pour ces 3 candidats.


    • #1710341
      le 25/04/2017 par Gaetan
      Macron : la divine surprise ?

      Les gens ne l’aiment guère mais votent contre MLP comme des moutons pour faire "barrage au fascisme"...Du coup on a des milliers d’abrutis qui manifestaient contre la loi El Khomri qui ont voté Macron...


  • #1709521
    le 24/04/2017 par dixi
    Macron : la divine surprise ?

    La France avait des ennemis à plusieurs visages ,quelque chose de plus difficile à définir, mais cet ennemi s’est coalisé en une seule tête :Macron. Maintenant, la France peut mettre enfin un visage sur son ennemi.


  • #1709529
    le 24/04/2017 par Dupienvadrouille
    Macron : la divine surprise ?

    Le cinéma est entré partout. Alors installons nous dans un fauteuil et mangeons du popcorn.

     

    • #1709692
      le 24/04/2017 par Mandark
      Macron : la divine surprise ?

      Foutu pour foutu, autant s’asseoir et regarder le monde s’écrouler. Profitons du spectacle.


    • #1710180
      le 25/04/2017 par Chevalier Lefebvriste
      Macron : la divine surprise ?

      @Mandark & Dupienvadrouille
      Et nos enfants, familles, kamarades ?
      Vous êtes seul, célibataire, sans amis, épouses, enfants ?
      Ou juste égoïste ?


  • #1709530
    le 24/04/2017 par mmvv
    Macron : la divine surprise ?

    Macron 1er ? Ça défie le bon sens. J’ai des doutes réels sur ces résultats quasiment copiés-collés des sondages oligarchiques de ces derniers jours !!


  • #1709550
    le 24/04/2017 par labelette
    Macron : la divine surprise ?

    On va aller au bout de la logique libérale libertaire.
    Qui a commencé en 1969 avec Pompidou
    Et qui devrait se poursuivre avec Macron jusque 2022
    L’alpha et l’oméga de la banque Rothschild...
    On dit qu’il faut 50 ans pour comprendre un échec.
    Vive 2022 !


  • #1709611
    le 24/04/2017 par Diva
    Macron : la divine surprise ?

    Rothschild vs la France et tout le parterre politique qui se soumet chaque année au diner du criJf, appelle sans surprise à voter l’outil israélien au second tour.

    Un outil benêt qui a sans doute bénéficié d’une fraude magistrale (bourrage d’urnes, absence d’affiche du FN dans les bureaux de vote à l’étranger, propagande des média de l’israélien Drahi ...), pour atteindre la première place du premier tour.

    C’est maintenant que le vrai combat commence : Barrage à Rothschild !


  • #1709669
    le 24/04/2017 par Domino
    Macron : la divine surprise ?

    Cette élection n’est pas divine (hélas) et ce n’est pas une surprise. Le candidat fabriqué de toutes pièces par Attali et Minc puis promu par Hollande est arrivé en tête du premier tour. Comme préparé de longue date par Hollande dans le but de se faire réélire, puis à défaut, de porter au pouvoir son "fils spirituel".


  • #1709677
    le 24/04/2017 par Brindavoine
    Macron : la divine surprise ?

    En dépit du quinquennat désastreux de Ben Hollande, la gauche sioniste aura réussi ce tour de force de se maintenir au pouvoir en présentant Macron comme un "homme nouveau" ! Il faut reconnaître qu’ils ont bien joué .


  • #1709678
    le 24/04/2017 par remy
    Macron : la divine surprise ?

    Pour David l ’ Epée avec Macron (et derrière lui la commission Attali et autres Minc , Kouchner , cohn -bendit . . . ) " les masques tombent" , la gauche achève de revenir à ses origines : Parti de la haute bourgeoisie possédante , bref Droite du Capital ( "la gauche est libérale dans son origine ") et cette fois totalement décompléxée ; à l ’ horizon : UE fédérale , ubérisation de la société , expertocratie sur une population atomisée et déracinée ; "plus même l ’ équivoque d ’un Sarkhozy ni même d ’un Hollande . Le spectacle Macron sidère les jeunes diplômés ( l ’espoir flatte et fait vivre . . .) les minorités tandis que la haute finance (anti chambre désormais du pouvoir ) tient sa machine démocratique et réanime son front Républicain en réalité ligue de défense de la Ploutocratie .


  • #1709990
    le 24/04/2017 par Atos, Portos et Aramis
    Macron : la divine surprise ?

    Personnellement je ferais remonter la gauche liberal libertaire bien avant l’affaire drayfus c’est a dire aux lendemains de la révolution française. Les Girondains type Roland, Vergniaux etc n’étaient que des pré-Hollande. Danton lui même sera ministre dans leur gouvernement avant de se faire pincer par Saint-Just pour haute trahison...

    Le marquis de Sade est le premier libertaire de France.

     

    • #1710095
      le 25/04/2017 par Mort de rire
      Macron : la divine surprise ?

      L’idéologie libérale libertaire commence avec les lumières car c’est de là que proviennent les principes consubstantiels à cette vison du monde, l’universalisme, le progressisme, l’égalitarisme, le mépris de l’ordre et des traditions, tout cela fut en germe dans les cercles intellectuels maçonniques du 18eme siècle avant de se concrétiser pendant la révolution française.

      Dès son origine la gauche fut le parti des riches bourgeois en opposition au peuple catholique et au régime monarchique.


    • #1710682
      le 25/04/2017 par Atos, Portos et Aramis
      Macron : la divine surprise ?

      Effectivement en y refflechissant bien on pourrait faire remonter cette gauche liberal libertaire dès le milieu du 18ème avec l’apparition des Lumières.


Commentaires suivants