Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Affaire Clément Méric : un an après, des zones d’ombre subsistent

Les deux principaux groupes d’extrême droite dissous après la mort du militant antifasciste ont connu des destins radicalement différents. Les deux principaux suspects, eux, sont toujours en détention provisoire.

Une bagarre à la sortie d’une vente de vêtements

Si la trame de l’histoire qui a conduit à la mort de Clément Méric, le 5 juin, les détails divergent selon les protagonistes. Ce jour-là, dans un quartier commerçant de Paris, proche de la gare Saint-Lazare, deux groupes antagonistes, l’un d’extrême droite, l’autre d’extrême gauche, se croisent lors d’une vente privée de la marque Fred Perry. Cette derrière a pour particularité d’être prisée à la fois par les skinhead, comme des milieux antifascistes.

Selon des témoins, les militants d’extrême gauche invectivent l’autre groupe et promettent de l’attendre en bas, dans la rue. Les nationalistes ne sortent pas tout de suite et appellent des renforts, notamment Esteban Morillo, âgé d’une vingtaine d’année. Clément Méric rejoint de son côté les antifascistes. Les skins finissent par descendre et la bagarre éclate. La rencontre entre les deux groupes est brève et violente. Clément Méric ne s’en relèvera pas. Transporté à l’hôpital dans un état critique, il est déclaré mort le lendemain.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ils sont cassant comme des brindilles, ils attaquent comme des lâches, leurs victimes se défendent et une des brindilles fini dans le caniveau. Ils cherchent les ennuis, c’est normal qu’ils les trouvent régulièrement. Par contre, le fait que l’un des défenseurs se retrouve en prison est une honte, un message de haine contre la république, qui rappelle les heures les plus sombres de leur histoire. Je suis contre la déportation d’êtres humains.


  • Il n’y a qu’à lire tous les commentaires du figaro.fr. Ils sont tous unanimes.
    Tout y est dit. La synthèse est parfaitement faite.
    Le fait, qu’aujourd’hui encore, les groupes d’extrême gauche n’aient pas été dissous également, est un scandale.
    Et celui qui en est le principal responsable de cette situation est VALLS.


  • Certains noteront l’ultraviolence des groupuscules d’extrême gauche (s’attaquer à cinq contre trois dans le dos), d’autres noteront leur fanatisme (mettre en première ligne un leucémique à peine en voie rémission), on pourra aussi noter la partialité du système, de valls & des juges (on dissout les uns, on ne dit rien aux autres) et l’outre passement de la loi par le système de valls (détention d’un suspect, sans procès, alors que les preuves de sa culpabilité ne sont toujours pas connues, alors qu’il devrait plutôt être placé en liberté surveillée, etc.) mais on oublie trop souvent de noter l’élément qui devrait le plus sauter aux yeux de ceux qui craignent une déterioration des libertés publiques et le flicage généralisé de nos villes selon la (bonne ?) méthode d’un alain bauer, digne héritier de l’école foucault (pas jean-pierre) ; alors que l’on vie à une époque où l’on veut absolument mettre des caméras de vidéosurveillance partout, dans les rues, dans les parkings, dans nos voitures, bientôt jusque dans nos chio*tes, vous noterez que ces images sont tellement floues, cette caméra était tellement mal placée qu’il est impossible de savoir qui a fait quoi
    Autrement dit, le jour où tous les flics auront été remplacés par des caméras surveillées par un membre d’une compagnie de gardiennage coincé derrière ses écrans ; il ne sera même pas besoin d’aller les démonter, ces machins de toute façon vous assurent que lorsqu’un million de gens se rassemblent pour la manif pour tous, ils ne sont en fait que quelques centaines
    Le système scie la branche sur laquelle il est assis et avec le sourire en plus


  • Qui a jeté le gant,qui a relevé le défi ?
    Qui voulait la baston,qui n’en voulait pas ?
    Qui voulait tuer,qui ne voulait que rentrer chez lui ?
    Qui s’est prit pour ce qu’il n’était pas,qui n’était pas ce qu’on a dit ?
    Qui s’en est prit à l’autre mais n’a rien appris ?
    Qui s’en est prit une ?
    Qui s’est trompé de combat ?

    Et qui continu de ménager la chèvre et le chou dans une affaire qui s’enlise ?


  • J’ai un amis au syndicat de police... il a vu la vidéo de l’altercation... c’est bien meyric et sa bande de dégénérés qui sont fautifs


  • "Clément Méric aura lutté contre le fascisme jusqu’à la mort !!!" C’est ça qu’ils devraient écrire sur leurs banderoles, tous ces redoutables antifas. Mais bon, le second degré ils ne connaissent pas de toute façon ces abrutis.
    Vous avez déjà perdu du temps à lire toutes les conneries que ces guignols racontent sur leurs 35 millions de sites et forums ? Ils ne parlent que de violence, c’est mytho à 98%, mais bon quand même... L’étudiant-guerrier-chasseur-de-fachos de 54 kilos à du passer des journées entières à s’astiquer son petit poireau devant cette propagande. Il a surtout été victime de sa propre connerie.


  • Vous avez vu l’image de l’article du Figaro la photo avec la banderole Ni Oubli, Ni Pardon ?
    C’est les mêmes "marketeurs" qui fournissent la LDJ et les Antifas au niveau des slogans ?


  • Suite à une pulsion suicidaire, clément merah a plongé la tête la première sur un potelet, ce qui lui a coûté la vie.